Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011"

Transcription

1 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011

2 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF Volume animal /an Nb de bandes poussinière (m²) x 2 Abris (m²) 220 x 3 2 Nb de parcours 5 Surface totale en parcours (ha) 15 6 Surface épandable (ha) INVESTISSEMENT Coût du projet ( ) MAIN D'OEUVRE Temps passé (h/j) 0,9 Nb UTH 0,6 Évolutions techniques : Nouvelle conception de l'atelier type en bande unique avec un bâtiment fixe amortissable sur 15 ans, équipé pour sécuriser l'ambiance et diminuer le temps de travail : Canards : canards, bâtiment fixe m² pour un coût de Oies : 700 oies, bâtiment fixe de 220 m² pour un coût de Nouveaux équipements : chauffage économe en énergie grâce à des échangeurs de chaleur, meilleur qualité et maîtrise de l'ambiance, économie d'eau, régulation chaîne d'alimentation, nouveau système de paillage. Réseau de fermes de référence : Synthèse résultats campagne Résultats économiques : 2-Résultats techniques : ELEVAGE ELEVAGE 10 Nb de lots / an 7,8 8,37 Produit / animal ( ) 19, Effectif / bande 769 6,83 Charges opérationnelles ( ) 12,66 85 Age moyen (j) 100 1,98 MCA / animal ( ) 8,29,1 Poids moyens PAG (Kg) 5,5 0,5 Autres charges opérationnelles / animal ( ) 1,73 16,5 Consommation d'aliments (Kg) 2,2,02 IC, 1,53 Marge brut approchée (MBA) / animal ( ) 6,56 2,23 % de perte 5,2 1,17 Charges de structure ( ) 2,93 3,6 Temps passé par animal (mn) 12,1 0,58 Main d'oeuvre (UTH/an) 0,53 ATELIER TYPE MCA / an MBA / an Décomposition des charges en élevage : Canard Achat d'animaux Frais vétérinaire Cotisations sociales exploitant Charges de main d'oeuvre Achat d'aliments Eau, électricité, gaz Amortissement 0,25 2,18 0,23 0,1 0,21 0,21,21 Oie 0,9 1,07 Critères de réussite et marge de progrès : Technicité de l'éleveur en phase de démarrage et transition croissance. Bonne réalisation du plan de nettoyage et désinfection et des vides sanitaires. Contrôle de la croissance par enregistrement des poids vifs et de la consommation (aliments et eau).,59 Maîtrise de l'ambiance par la qualité de la litière et une bonne gestion de la température et de l' hygrométrie. 0,59 0,7 0,19 6,3 Surveillance de la mortalité et des enregistrements.

3 FILIERE LONGUE : GAVAGE 1-Les points clé de «l'atelier type» gavage : DESCRIPTIF Volume animal /an Nb de bandes Salle de gavage (m²) Surface épandable (ha) 7 Évolutions techniques : Mise en place des logements collectifs canards : cages collectives (3 à 5 canards) ou mini-parcs (6 à 10 canards) ; le gaveur doit adapter sa technique de gavage (attrapage, distribution d'aliments, surveillance). Coût et temps passé sont à ré-évaluer. INVESTISSEMENT Coût du projet ( ) Nouvelle gestion des effluents de gavage par filtrage sur lit de paille qui permet la production de fumier moins chargé et moins odorant et une réduction du volume de lisier à stocker MAIN D'OEUVRE 3 Temps passé gavage (h/j) 5,5 0,75 Nb d'uth 0,7 Réseau de fermes de référence : Synthèse résultats campagne Résultats économiques : 2-Résultats techniques : GAVAGE 21 Nb de lots / an Effectif / bande Age moyen (j) Durée de gavage (j) 17 8,90 Consommation aliments (Kg) 16,55 2,5 % de perte 7,5 538 Poids moyens de foie (g) Durée de jeune (h) 8 à 12,55 Temps passé par animal (mn) 16,7 1,70 Main d'oeuvre (UTH/an) 1,07 -Décomposition des charges en gavage : / tête GAVAGE / tête 16,01 Produit / animal ( ) 32,78 12,69 Charges opérationnelles ( ) 26,82,32 MCA / animal ( ) 9,89 0,99 Autres charges opérationnelles /animal ( ),02 3,32 Marge brut approchée (MBA) / animal ( ) 5,87 2,93 Charges de structure / animal ( ) 8,86 ATELIER TYPE MCA / an ( ) MBA / an ( ) Canard 0,8 1,26 0,35 2,2 0,0 9,6 Achat des animaux Frais vétérinaires Charges de main d'oeuvre Achat d'aliments Eau, électricité, gaz Amortissement Cotisations sociales exploitant Critères de réussite et marge de progrès : Qualité des PAG : poids, aspect corporel, emplumement et comportement. Suivi des consommations (eau, aliments, adaptation de la courbe de gavage). 0,10 Oie 1,10 3,7 1,08 Savoir faire du gaveur : patience, observation des animaux, surveillance de l'ambiance et réactivité. Isolement des animaux affaiblis pour une conduite de gavage adaptée. 3,66 18,86 1,10 Objectif : abattage unique y compris en oie 0,2

4 Filière courte : les producteurs commercialisent eux-mêmes leurs produits 1-Descriptif de l'activité : Les producteurs gavent et transforment leur production ; ils commercialisent directement leurs produits en circuits courts : vente directe à la ferme, sur les marchés locaux ou national, auprès d'un intermédiaire (épicerie, supérette, GMS, restaurateurs...). Les activités d'élevage et d'abattage peuvent être déléguées (achat d'animaux PAG, abattage centralisé). Le taux de spécialisation avoisine 70 %. La conduite d'élevage s'effectue en lots séparés, mais la conduite de gavage se fait en lots multiples. L'abattage et transformation sont organisés par lots, généralement sur une séquence hebdomadaire. La pratique de l'éviscération à chaud est généralisée pour les produits transformés et l'éviscération à froid concerne surtout la vente sur les marchés. L'aire géographique de commercialisation dépend du statut sanitaire de l'atelier (agrément CE ou remise directe). Productivité/UTH palmipède : canards ou oies transformés par an. 2-Les critères techniques et économique : GAVAGE 202 Effectif / lot de gavage Durée de gavage (j) Nb de bandes 11 3 % de perte Poids moyens de foie (g) 850 Transformation 167 Effectif / lot abattu % vendu en cru % transformé 7 Coût de production ( /tête) 1,50 Élevage + gavage 25,00 15,02 Abattage - transformation 29,00,7 Commercialisation 9,30 3,26 TOTAL 63,30 Valorisation ( /tête) 3,5 Vente en cru 66,0 7 Vente en conserves 115 INVESTISSEMENTS : L'abattage, l'éviscération-découpe et la transformation des produits sont réalisés dans des locaux différenciés : Salle d'abattage : anesthésie, saignée, plumaison, éviscération, ressuage. Atelier d'éviscération // découpe : salle climatisée et frigo de stockage Le coût global pour la vente en cru est estimé à 300 / m2 Atelier de transformation : préparation chaude, conditionnement, auto-clavage ou cuisson, stockage et autres préparations spécifiques (produits de salaisons plats préparés). Le coût global pour la réalisation de produits finis est estimé à 1200 / m2 Généralement l'atelier est complété soit par un local de vente à la ferme, soit organisé en réseau avec boutiques collectives.

5 3-La valorisation des produits en canard comme en oie varie peu depuis 15 ans : 100,00 120,00 80,00 100,00 80,00 60,00 Cru Conserve 0,00 60,00 0,00 20,00 20,00 0,00 0, Année Année Critères de réussite et marge de progrès : En transformation : Conception des locaux en fonction des volumes à traiter, savoir-faire, maîtrise technique, connaissance de la réglementation en vigueur, formation, rigueur dans les enregistrements, organisation du travail en fonction des volumes traités et des équipements. En commercialisation : compétences commerciales, connaissance de la réglementation en vigueur, formation, maîtrise des coûts de production, de transformation et de commercialisation, calcul des prix de revient, clientèle ciblée en fonction du statut sanitaire et des ressources internes (temps disponible, compétence, logistique), gamme de produits adaptée aux attentes des clients, moyens commerciaux adaptés en fonction des circuits (tarifs, affiche, internet, local de vente et accueil, stand, boutique collective, personnel spécifique...) Enquête sur le temps de travail en élevage et gavage Les données ci-dessous sont des moyennes issues d'une enquête réalisée auprès des exploitants du réseau fermes de référence Dordogne. Ces valeurs correspondent au temps passé par animal / pour 1 UTH sur la durée d'élevage ou de gavage. ELEVAGE (filière longue) Temps passé /animal 9,0 Préparation par bâtiment (s/tête) 12,7 1,5 Déchargement des animaux (s/tête) 5,35 2,2 Paillage + surveillance + alimentation (mn/tête) 10,0 17,1 Vaccins (s/tête) 1, 21,73 Entretien des parcours (s/tête) 33,66 13,2 Chargement des animaux (s/tête) 17,6 22,58 Nettoyage du ou des bâtiments (s/tête) 36,19,25 Épandage des effluents (s/tête) 33,27 3,6 TOTAL (mn /tête) 12,09 GAVAGE (filière longue) Temps passé / animal 19,30 Chargement de la salle (s/tête) 21,6 3,21 Acte de gavage (mn/tête) 1,39 15,33 surveillance + entretien de la salle (s/tête) 12,13 1,95 Enlèvement des animaux (s/tête) 21,99 29,7 Nettoyage (s/tête) 51,5,97 Épandage (s/tête) 19,60,55 TOTAL (mn/tête) 16,7 NB : s = seconde ; mn = minutes NB : s = seconde ; mn = minutes

6 Faits marquants 2012 : La hausse importante des intrants (aliments, énergie, paille) et les coût des bâtiments pèsent sur la rentabilité des ateliers. L'échéance pour le renouvellement des cages collectives pour la production de canard approche (31/12/15), la majorité des gaveurs de canards n'ont encore pas fait le choix de leur nouveau modèle de contention. La filière oie attend avec impatience l avènement de son IGP pour assurer sa pérennité sur le long terme et relancer la production locale. Remarque : notre échantillon fermes de référence 2011 est composé de 7 exploitations en filière longue canard, 6 en filière longue oie et 6 en filière courte canard et/ou oie réparties sur l'ensemble du département. GLOSSAIRE Bande unique : animaux ayant le même âge Charges opérationnelles : achat d'animaux, d'aliments, de produits vétérinaire, de semences, etc. Elles sont proportionnelles à l'activité. IC : indice de consommation = consommation / poids de l'animal. Marge brut approchée / au prix de vente de l'animal moins l'achat de l'animal, de l'aliment, l'eau, l'électricité, les frais vétérinaires. Marge sur coût alimentaire / au prix de vente de l'animal moins l'achat de l'animal et de l'aliment. PAG : animaux prêt-à-gaver. Revenu disponible : résultat courant + dotations (sert aux prélèvements privés + autofinancement des investissements) Taux de spécialisation : produit palmipède / produit courant hors productions d'immobilisations. U.T.H : unité de travail humain. Équivaut à une personne travaillant à plein temps. Valorisation : valeur du produit vendu. Vide Sanitaire : durée qui démarre après le nettoyage désinfection et pour laquelle il n'y a pas d'animaux présents. Contacts : Jean-Pierre DUBOIS Dominique PLASSARD Martine VERDIER Siège social : Boulevard de Saveurs Nord Coulounieix-Chamiers Adresse postale : CS PÉRIGUEUX CEDEX 9 Tél. : Fax : Document réalisé avec le soutien financier de l Europe

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2012 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui CANARD DESCRIPTIF OIE 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest»

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» Avec le soutien de : L INDICATEUR ECONOMIQUE «Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» SOMMAIRE 1. Introduction 2 SYNTHESE DU 1 ER SEMESTRE 2013 Descriptif de la situation de l Indicateur

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS Comité de pilotage du 5 juin à Agen Annick Azard - ITAVI Service Economie Présentation du programme Mis en place en 1987 Concours financiers

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS ANTENNE REGION SUD-OUEST Maison de l Agriculture Cité Galliane BP 279 40 005 MONT DE MARSAN CEDEX Tél. : 05 58 85 44 12 Fax : 05 58 85 44 11 Contact : litt@itavi.asso.fr RESEAU DE FERMES DE REFERENCES

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS REEL VALORISATION DE VIANDE ET DES PRODUITS TRANSFORMES A BASE DE PORCS Découpe pour la vente directe Sud de France Montagne Elevage FICHES TECHNIQUES Transformation de produits Cas illustratif réalisé

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012 Atelier de transformation collectif Démarche projet Fabien Valorge 13 novembre 2012 Plan de la présentation Qu est ce que les Cuma viennent faire dans les circuits courts? Etapes clés d un projet d atelier

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 2001-2007

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 2001-2007 LE CAMBON Synthèse pluriannuelle SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DE LA VENTE DIRECTE DE VIANDE D'AGNEAUX BIO 21-27 «recherche de références en élevage ovin viande et bovin viande conduite selon le mode de production

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

SYNTHESE DES RESULTATS DE VENTE DIRECTE DE VIANDE DE GENISSES BIO

SYNTHESE DES RESULTATS DE VENTE DIRECTE DE VIANDE DE GENISSES BIO LE CAMBON Synthèse pluriannuelle SYNTHESE DES RESULTATS DE VENTE DIRECTE DE VIANDE DE GENISSES BIO 2001 2007 «recherche de références en élevage ovin viande et bovin viande conduite selon le mode de production

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Abattoir de volailles et de lapins

Abattoir de volailles et de lapins Abattoir de volailles et de lapins 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité En aval de la production élevage, l'abattoir permet de transformer et de sélectionner les volailles, afin de rendre cette viande

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

SARL les salaisons fermières

SARL les salaisons fermières SARL les salaisons fermières Présentation générale de l atelier www.villorama.com La SARL les salaisons fermières est un atelier de découpe et transformation multi-viandes, situé à Saint-Céré dans le Lot.

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O U L E S P O N D E U S E S H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e 55 57 CONTEXTE LORRAIN 10 54 9 19 De petites unités de quelques centaines

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S)

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) Entreprise/Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

Référentiel Diversification 2006

Référentiel Diversification 2006 Référentiel Diversification 2006 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE V I A N D E B O V I N E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e Temps de travail Activité importante de Septembre à Mai + temps de commercialisation

Plus en détail

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Etats des lieux des Méthodologies de Création de Références Technicoéconomiques sur les Circuits courts de Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Pierre FROTIN

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

AIDE À LA VALORISATION DES METIERS D ART EN LORRAINE

AIDE À LA VALORISATION DES METIERS D ART EN LORRAINE AIDE À LA VALORISATION DES METIERS D ART EN LORRAINE Pièces à joindre au dossier de demande d aide régionale et européenne (seuls les dossiers complets seront examinés pour instruction) Pour tous les projets

Plus en détail

«RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles

«RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles «RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles - Un outil qui permet de passer : - de l analyse individuelle - au conseil de groupe - et à l élaboration

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com

FORMATIONS CONSEIL & RESTAURATION COLLECTIVE CUISINE CCI FORMATION. 2014-2015 www.audit-formation-restauration.com CUISINE & RESTAURATION COLLECTIVE FORMATIONS CONSEIL CCI FORMATION 201-201 www.audit-formation-restauration.com HYGIÈNE & QUALITÉ BONNES PRATIQUES D HYGIÈNE Sensibilisation à l'hygiène, responsabilités

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère

Principaux ratios et points de repère 1/46 de gestion en hôtellerie-restauration Réactualisés 01/10/ - 2/46 Sommaire 1 ère partie Les ratios de charges d exploitation et les soldes intermédiaires de gestion 2 ème partie Les indicateurs de

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie. Les leviers d action d économie d énergie en aviculture

Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie. Les leviers d action d économie d énergie en aviculture Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie Les leviers d action d économie d énergie en aviculture Intervenant : Marcel Saint Cricq Les leviers d'économie d'énergie en aviculture

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Petits investissements spécifiques d élevage

Petits investissements spécifiques d élevage Petits investissements spécifiques d élevage Aides du Conseil Régional Midi-Pyrénées 2015 Par délibération en date du 11 décembre 2014, la Commission Permanente du Conseil Régional a adopté les modalités

Plus en détail

Réseau veau de boucherie 2008-2010

Réseau veau de boucherie 2008-2010 Réseau veau de boucherie 2008- Des références pour avancer! D ans le cadre de sa mission de production de références, le réseau veau de boucherie du GIE Lait Viande de Bretagne livre ici une nouvelle synthèse

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Benoît RÉMOND CA 40 TYPOLOGIE des exploitations suivies CARACTERISTIQUES générales : - main d œuvre - surfaces PRODUITS : - reproduction

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE Nom :.. Prénom :. Date de naissance :. Adresse :.. Tél :.Mail :.. Activité principale : (description succincte de votre projet) : Nature de votre projet :

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES TS23 (EC)v03fr_Volailles 05/04/2013 L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES Guide pratique n 23 : Les règles de production biologique des volailles Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

Conception d une fromagerie/chèvrerie

Conception d une fromagerie/chèvrerie Conception d une fromagerie/chèvrerie Christophe BEALU CA79 Agnès CHABANON - FRESYCA CAPRINOV 27 novembre 2012 Sommaire 1 Conception générale 2 Plan fromagerie 3 Plan chèvrerie/fromagerie 4 Règlementation

Plus en détail

CUMA de transformation du Séronais

CUMA de transformation du Séronais CUMA de transformation du Séronais Transformation charcutière fermière Présentation générale de l atelier www.villorama.com La CUMA de découpe et transformation du Séronais est située à La Bastide de Sérou,

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Mise en place du modèle de distribution des repas:

Mise en place du modèle de distribution des repas: Mise en place du modèle de distribution des repas: INFLUENCE DU CHOIX ENTRE LAVERIE CENTRALISEE OU EN OFFICE DE SOINS Christian MARIN CHRU LILLE Un constat : Des modèles multiples de production et d allotissement

Plus en détail

dossier de presse, 5 avril 2011

dossier de presse, 5 avril 2011 Le groupe Casino a choisi le Cantal pour lancer la démarche Terre et Saveur, pour sa gamme viande de veau et sa gamme viande de bœuf Salers en partenariat avec les groupes Sicarev et Altitude, au travers

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT EN FONDS PROPRES. Plateforme du capital risque solidaire de proximité en Ile de France

DEMANDE DE FINANCEMENT EN FONDS PROPRES. Plateforme du capital risque solidaire de proximité en Ile de France DEMANDE DE FINANCEMENT EN FONDS PROPRES Plateforme du capital risque solidaire de proximité en Ile de France Ce dossier ainsi que les documents complémentaires nécessaires à son étude (cidessous) doivent

Plus en détail

Mode de calcul des critères GTE

Mode de calcul des critères GTE Septembre 2009 Mode de calcul des critères GTE Version 1.1 Principales modifications version 1.2 / 1.1 Ajout des critères de classement TMP, % dans la gamme, plus-values mis en place à compter du 18/12/2006,

Plus en détail

L importance de bien maîtriser ses coûts de revient

L importance de bien maîtriser ses coûts de revient L importance de bien maîtriser ses coûts de revient Les Rendez-vous agroalimentaires de l Outaouais 2014 Journée commercialisation - Bien gérer sa commercialisation: un incontournable! Salle multifonctionnelle,

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments Audits énergétiques L efficacité énergétique dans les bâtiments Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE I. Contexte Contextes variés Acquisition, cession, recherche d associés, fusion, Succession, partage entre héritiers, transmission

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Résultats semestriels 2012. Réunion SFAF du 6 septembre 2012

Résultats semestriels 2012. Réunion SFAF du 6 septembre 2012 Résultats semestriels 2012 Réunion SFAF du 6 septembre 2012 Sommaire I Faits marquants du semestre pages 3 à 5 II Comptes semestriels 2012 pages 6 à 11 III Perspectives Plan OPUS VINI 2015 pages 12 à 22

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Méthodes de calcul du coût prévisionnel mentionné à l article 6 du Décret 2012-533 modifié.

Méthodes de calcul du coût prévisionnel mentionné à l article 6 du Décret 2012-533 modifié. Documentation Technique de Référence Méthodes de calcul du coût prévisionnel mentionné à l article 6 du Décret 2012-533 modifié. HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication

Plus en détail

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 1 2 UNE VISION D AVENIR Journée Professionnelle de la Pompe

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE PONTON Fanny Blossier Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 65 66 87 42 E-mail : fanny.blossier@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation LES FACTURES ENERGETIQUES Soirée d information JUIN 0 Guides Énergie Neupré Le pourquoi de cette soirée Une facture d énergie c est Lire et comprendre ses factures Facture de mazout

Plus en détail

FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE

FICHE CALCULS THERMIQUES AVANT ET APRES TRAVAUX INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE TYPE DE LOGEMENT (collectif/individuel) MODE DE CHAUFFAGE (collectif/individuel) ENERGIE DE

Plus en détail

L élevage de dinde de chair

L élevage de dinde de chair ENVT, clinique aviaire L élevage de dinde de chair J.L. GUERIN Présentation Dinde = 2 è volaille produite dans le monde Origine : Amérique du Nord Sélection axée sur des critères de gain de poids et de

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

boucher - charcutier

boucher - charcutier Profil des compétences professionnelles Programme cadre et programme détaillé des examens des modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Programme détaillé de I'examen

Plus en détail

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Communiqué de presse Février 2012 Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Promocash inaugure lundi 5 mars un nouveau drive à PONTIVY dans le Morbihan. Ce service répond à l attente des professionnels

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

PRIX JULIE MAS 2014-2015

PRIX JULIE MAS 2014-2015 PRIX JULIE MAS 204-205 D O S S I E R D E.. La création et le développement d une jeune entreprise constituent sans doute le défi le plus passionnant proposé par la vie professionnelle. La diversité des

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE PLAN D AFFAIRES Création d une nouvelle entreprise COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE Ce document vous permettra de produire un plan d affaires synthétisé répondant aux besoins de La Financière agricole (FADQ)

Plus en détail

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les dons alimentaires. Réduction Tri Valorisation des déchets alimentaires. 26 juin 2012

Les bonnes pratiques pour les dons alimentaires. Réduction Tri Valorisation des déchets alimentaires. 26 juin 2012 pour les dons DRAAF Certains déchets n en sont pas L importance des dons pour les structures distribuant de l aide alimentaire Donner sans risques, pour que cela soit consommable Et consommé Pour augmenter

Plus en détail

Autonome et connecté. Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER. pour recycler la chaleur des eaux usées grises. Compact et prêt à raccorder

Autonome et connecté. Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER. pour recycler la chaleur des eaux usées grises. Compact et prêt à raccorder + Autonome et connecté + Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER pour recycler la chaleur des eaux usées grises + Compact et prêt à raccorder BIOFLUIDES Un acteur historique du traitement de l eau Créée

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Table des matières

Plus en détail

Devis de l installateur. Eléments à fournir

Devis de l installateur. Eléments à fournir Devis de l installateur Eléments à fournir ELEMENTS TECHNIQUES 1. Scénarios de développement d un projet En fonction des différents substrats organiques mobilisables pour l installation, l installateur

Plus en détail

Bilan économique de la méthanisation

Bilan économique de la méthanisation Quelle place pour la méthanisation? Bilan économique de la méthanisation Roland ZIMMERMANN Conseiller en entreprises Conseiller spécialisé en Energies Renouvelables 23 Avril 2015 CERFRANCE Yonne 220 collaborateurs

Plus en détail

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Alexia AUBRY IFIP-Institut du porc «L accès aux données pour la recherche & l innovation» Workshop ACTA 8 octobre

Plus en détail

FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE

FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE FICHE D ENGAGEMENT A LA CHARTE GIBIER DE CHASSE CHASSEURS DE FRANCE Cette Charte décrit les engagements des partenaires de la filière, à savoir le respect de la traçabilité, de la transformation en France

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3

CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3 CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3 LES CANARDS...4 INTRODUCTION...4 LES RACES D ÉLEVAGE...4 Le canard de Barbarie...4 Le canard de Pékin...5 Le

Plus en détail

Mode d emploi du tableur >> ARC1

Mode d emploi du tableur >> ARC1 >> Analyse de la Rentabilité du Compostage Mode d emploi du tableur >> ARC1 Le tableur >>ARC1 se décompose en 11 feuillets : Feuillet 1 : Description des activités Feuillet 2 : Description des équipements

Plus en détail

Projet de prospection OLLIDIS S.A.

Projet de prospection OLLIDIS S.A. Nom Prénom Baccalauréat Professionnel Vente Prospection Négociation Relation Clientèle EPREUVE E3 B3 Unité U32 Projet de prospection OLLIDIS S.A. Session 20.. Etablissement 1 1- L entreprise La société

Plus en détail

L Oie du Périgord, l élégance d un terroir. dossier de presse

L Oie du Périgord, l élégance d un terroir. dossier de presse L Oie du Périgord, l élégance d un terroir dossier de presse L Oie du Périgord : l élégance d un terroir Parce que le foie gras d oie est encore aujourd hui un des fleurons de la gastronomie du Périgord,

Plus en détail

Les installations solaires photovoltaïques ou thermiques

Les installations solaires photovoltaïques ou thermiques C H O I S I S S E Z L E M E I L L E U R D E L É N E R G I E CE QU IL FAUT SAVOIR SUR... Les installations solaires photovoltaïques ou thermiques Le meilleur choix... Vous souhaitez acquérir une centrale

Plus en détail

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Edition 2014 Plan 1. Chiffres-clés 2. Nomenclature d activités 3. Données détaillées par secteur 4. Catégories socio-professionnelles

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2010

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2010 DOSSIER DE PRESSE Interclima 2010 EDITO Pierre-Henri AUDIDIER Directeur Division Saunier Duval Réduire de manière conséquente et rapidement la consommation énergétique dans le logement individuel, tel

Plus en détail

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise :

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise : FICHE MÉTIER CHEF D ENTERPRISE Il définit et pilote l activité de l entreprise sur le plan technique, économique, commercial et financier. Il manage le personnel de l entreprise. En fonction de la taille

Plus en détail