Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011"

Transcription

1 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011

2 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF Volume animal /an Nb de bandes poussinière (m²) x 2 Abris (m²) 220 x 3 2 Nb de parcours 5 Surface totale en parcours (ha) 15 6 Surface épandable (ha) INVESTISSEMENT Coût du projet ( ) MAIN D'OEUVRE Temps passé (h/j) 0,9 Nb UTH 0,6 Évolutions techniques : Nouvelle conception de l'atelier type en bande unique avec un bâtiment fixe amortissable sur 15 ans, équipé pour sécuriser l'ambiance et diminuer le temps de travail : Canards : canards, bâtiment fixe m² pour un coût de Oies : 700 oies, bâtiment fixe de 220 m² pour un coût de Nouveaux équipements : chauffage économe en énergie grâce à des échangeurs de chaleur, meilleur qualité et maîtrise de l'ambiance, économie d'eau, régulation chaîne d'alimentation, nouveau système de paillage. Réseau de fermes de référence : Synthèse résultats campagne Résultats économiques : 2-Résultats techniques : ELEVAGE ELEVAGE 10 Nb de lots / an 7,8 8,37 Produit / animal ( ) 19, Effectif / bande 769 6,83 Charges opérationnelles ( ) 12,66 85 Age moyen (j) 100 1,98 MCA / animal ( ) 8,29,1 Poids moyens PAG (Kg) 5,5 0,5 Autres charges opérationnelles / animal ( ) 1,73 16,5 Consommation d'aliments (Kg) 2,2,02 IC, 1,53 Marge brut approchée (MBA) / animal ( ) 6,56 2,23 % de perte 5,2 1,17 Charges de structure ( ) 2,93 3,6 Temps passé par animal (mn) 12,1 0,58 Main d'oeuvre (UTH/an) 0,53 ATELIER TYPE MCA / an MBA / an Décomposition des charges en élevage : Canard Achat d'animaux Frais vétérinaire Cotisations sociales exploitant Charges de main d'oeuvre Achat d'aliments Eau, électricité, gaz Amortissement 0,25 2,18 0,23 0,1 0,21 0,21,21 Oie 0,9 1,07 Critères de réussite et marge de progrès : Technicité de l'éleveur en phase de démarrage et transition croissance. Bonne réalisation du plan de nettoyage et désinfection et des vides sanitaires. Contrôle de la croissance par enregistrement des poids vifs et de la consommation (aliments et eau).,59 Maîtrise de l'ambiance par la qualité de la litière et une bonne gestion de la température et de l' hygrométrie. 0,59 0,7 0,19 6,3 Surveillance de la mortalité et des enregistrements.

3 FILIERE LONGUE : GAVAGE 1-Les points clé de «l'atelier type» gavage : DESCRIPTIF Volume animal /an Nb de bandes Salle de gavage (m²) Surface épandable (ha) 7 Évolutions techniques : Mise en place des logements collectifs canards : cages collectives (3 à 5 canards) ou mini-parcs (6 à 10 canards) ; le gaveur doit adapter sa technique de gavage (attrapage, distribution d'aliments, surveillance). Coût et temps passé sont à ré-évaluer. INVESTISSEMENT Coût du projet ( ) Nouvelle gestion des effluents de gavage par filtrage sur lit de paille qui permet la production de fumier moins chargé et moins odorant et une réduction du volume de lisier à stocker MAIN D'OEUVRE 3 Temps passé gavage (h/j) 5,5 0,75 Nb d'uth 0,7 Réseau de fermes de référence : Synthèse résultats campagne Résultats économiques : 2-Résultats techniques : GAVAGE 21 Nb de lots / an Effectif / bande Age moyen (j) Durée de gavage (j) 17 8,90 Consommation aliments (Kg) 16,55 2,5 % de perte 7,5 538 Poids moyens de foie (g) Durée de jeune (h) 8 à 12,55 Temps passé par animal (mn) 16,7 1,70 Main d'oeuvre (UTH/an) 1,07 -Décomposition des charges en gavage : / tête GAVAGE / tête 16,01 Produit / animal ( ) 32,78 12,69 Charges opérationnelles ( ) 26,82,32 MCA / animal ( ) 9,89 0,99 Autres charges opérationnelles /animal ( ),02 3,32 Marge brut approchée (MBA) / animal ( ) 5,87 2,93 Charges de structure / animal ( ) 8,86 ATELIER TYPE MCA / an ( ) MBA / an ( ) Canard 0,8 1,26 0,35 2,2 0,0 9,6 Achat des animaux Frais vétérinaires Charges de main d'oeuvre Achat d'aliments Eau, électricité, gaz Amortissement Cotisations sociales exploitant Critères de réussite et marge de progrès : Qualité des PAG : poids, aspect corporel, emplumement et comportement. Suivi des consommations (eau, aliments, adaptation de la courbe de gavage). 0,10 Oie 1,10 3,7 1,08 Savoir faire du gaveur : patience, observation des animaux, surveillance de l'ambiance et réactivité. Isolement des animaux affaiblis pour une conduite de gavage adaptée. 3,66 18,86 1,10 Objectif : abattage unique y compris en oie 0,2

4 Filière courte : les producteurs commercialisent eux-mêmes leurs produits 1-Descriptif de l'activité : Les producteurs gavent et transforment leur production ; ils commercialisent directement leurs produits en circuits courts : vente directe à la ferme, sur les marchés locaux ou national, auprès d'un intermédiaire (épicerie, supérette, GMS, restaurateurs...). Les activités d'élevage et d'abattage peuvent être déléguées (achat d'animaux PAG, abattage centralisé). Le taux de spécialisation avoisine 70 %. La conduite d'élevage s'effectue en lots séparés, mais la conduite de gavage se fait en lots multiples. L'abattage et transformation sont organisés par lots, généralement sur une séquence hebdomadaire. La pratique de l'éviscération à chaud est généralisée pour les produits transformés et l'éviscération à froid concerne surtout la vente sur les marchés. L'aire géographique de commercialisation dépend du statut sanitaire de l'atelier (agrément CE ou remise directe). Productivité/UTH palmipède : canards ou oies transformés par an. 2-Les critères techniques et économique : GAVAGE 202 Effectif / lot de gavage Durée de gavage (j) Nb de bandes 11 3 % de perte Poids moyens de foie (g) 850 Transformation 167 Effectif / lot abattu % vendu en cru % transformé 7 Coût de production ( /tête) 1,50 Élevage + gavage 25,00 15,02 Abattage - transformation 29,00,7 Commercialisation 9,30 3,26 TOTAL 63,30 Valorisation ( /tête) 3,5 Vente en cru 66,0 7 Vente en conserves 115 INVESTISSEMENTS : L'abattage, l'éviscération-découpe et la transformation des produits sont réalisés dans des locaux différenciés : Salle d'abattage : anesthésie, saignée, plumaison, éviscération, ressuage. Atelier d'éviscération // découpe : salle climatisée et frigo de stockage Le coût global pour la vente en cru est estimé à 300 / m2 Atelier de transformation : préparation chaude, conditionnement, auto-clavage ou cuisson, stockage et autres préparations spécifiques (produits de salaisons plats préparés). Le coût global pour la réalisation de produits finis est estimé à 1200 / m2 Généralement l'atelier est complété soit par un local de vente à la ferme, soit organisé en réseau avec boutiques collectives.

5 3-La valorisation des produits en canard comme en oie varie peu depuis 15 ans : 100,00 120,00 80,00 100,00 80,00 60,00 Cru Conserve 0,00 60,00 0,00 20,00 20,00 0,00 0, Année Année Critères de réussite et marge de progrès : En transformation : Conception des locaux en fonction des volumes à traiter, savoir-faire, maîtrise technique, connaissance de la réglementation en vigueur, formation, rigueur dans les enregistrements, organisation du travail en fonction des volumes traités et des équipements. En commercialisation : compétences commerciales, connaissance de la réglementation en vigueur, formation, maîtrise des coûts de production, de transformation et de commercialisation, calcul des prix de revient, clientèle ciblée en fonction du statut sanitaire et des ressources internes (temps disponible, compétence, logistique), gamme de produits adaptée aux attentes des clients, moyens commerciaux adaptés en fonction des circuits (tarifs, affiche, internet, local de vente et accueil, stand, boutique collective, personnel spécifique...) Enquête sur le temps de travail en élevage et gavage Les données ci-dessous sont des moyennes issues d'une enquête réalisée auprès des exploitants du réseau fermes de référence Dordogne. Ces valeurs correspondent au temps passé par animal / pour 1 UTH sur la durée d'élevage ou de gavage. ELEVAGE (filière longue) Temps passé /animal 9,0 Préparation par bâtiment (s/tête) 12,7 1,5 Déchargement des animaux (s/tête) 5,35 2,2 Paillage + surveillance + alimentation (mn/tête) 10,0 17,1 Vaccins (s/tête) 1, 21,73 Entretien des parcours (s/tête) 33,66 13,2 Chargement des animaux (s/tête) 17,6 22,58 Nettoyage du ou des bâtiments (s/tête) 36,19,25 Épandage des effluents (s/tête) 33,27 3,6 TOTAL (mn /tête) 12,09 GAVAGE (filière longue) Temps passé / animal 19,30 Chargement de la salle (s/tête) 21,6 3,21 Acte de gavage (mn/tête) 1,39 15,33 surveillance + entretien de la salle (s/tête) 12,13 1,95 Enlèvement des animaux (s/tête) 21,99 29,7 Nettoyage (s/tête) 51,5,97 Épandage (s/tête) 19,60,55 TOTAL (mn/tête) 16,7 NB : s = seconde ; mn = minutes NB : s = seconde ; mn = minutes

6 Faits marquants 2012 : La hausse importante des intrants (aliments, énergie, paille) et les coût des bâtiments pèsent sur la rentabilité des ateliers. L'échéance pour le renouvellement des cages collectives pour la production de canard approche (31/12/15), la majorité des gaveurs de canards n'ont encore pas fait le choix de leur nouveau modèle de contention. La filière oie attend avec impatience l avènement de son IGP pour assurer sa pérennité sur le long terme et relancer la production locale. Remarque : notre échantillon fermes de référence 2011 est composé de 7 exploitations en filière longue canard, 6 en filière longue oie et 6 en filière courte canard et/ou oie réparties sur l'ensemble du département. GLOSSAIRE Bande unique : animaux ayant le même âge Charges opérationnelles : achat d'animaux, d'aliments, de produits vétérinaire, de semences, etc. Elles sont proportionnelles à l'activité. IC : indice de consommation = consommation / poids de l'animal. Marge brut approchée / au prix de vente de l'animal moins l'achat de l'animal, de l'aliment, l'eau, l'électricité, les frais vétérinaires. Marge sur coût alimentaire / au prix de vente de l'animal moins l'achat de l'animal et de l'aliment. PAG : animaux prêt-à-gaver. Revenu disponible : résultat courant + dotations (sert aux prélèvements privés + autofinancement des investissements) Taux de spécialisation : produit palmipède / produit courant hors productions d'immobilisations. U.T.H : unité de travail humain. Équivaut à une personne travaillant à plein temps. Valorisation : valeur du produit vendu. Vide Sanitaire : durée qui démarre après le nettoyage désinfection et pour laquelle il n'y a pas d'animaux présents. Contacts : Jean-Pierre DUBOIS Dominique PLASSARD Martine VERDIER Siège social : Boulevard de Saveurs Nord Coulounieix-Chamiers Adresse postale : CS PÉRIGUEUX CEDEX 9 Tél. : Fax : Document réalisé avec le soutien financier de l Europe

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2012 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui CANARD DESCRIPTIF OIE 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest»

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» Avec le soutien de : L INDICATEUR ECONOMIQUE «Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» SOMMAIRE 1. Introduction 2 SYNTHESE DU 1 ER SEMESTRE 2013 Descriptif de la situation de l Indicateur

Plus en détail

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS Comité de pilotage du 5 juin à Agen Annick Azard - ITAVI Service Economie Présentation du programme Mis en place en 1987 Concours financiers

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS ANTENNE REGION SUD-OUEST Maison de l Agriculture Cité Galliane BP 279 40 005 MONT DE MARSAN CEDEX Tél. : 05 58 85 44 12 Fax : 05 58 85 44 11 Contact : litt@itavi.asso.fr RESEAU DE FERMES DE REFERENCES

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS REEL VALORISATION DE VIANDE ET DES PRODUITS TRANSFORMES A BASE DE PORCS Découpe pour la vente directe Sud de France Montagne Elevage FICHES TECHNIQUES Transformation de produits Cas illustratif réalisé

Plus en détail

SARL les salaisons fermières

SARL les salaisons fermières SARL les salaisons fermières Présentation générale de l atelier www.villorama.com La SARL les salaisons fermières est un atelier de découpe et transformation multi-viandes, situé à Saint-Céré dans le Lot.

Plus en détail

CUMA de transformation du Séronais

CUMA de transformation du Séronais CUMA de transformation du Séronais Transformation charcutière fermière Présentation générale de l atelier www.villorama.com La CUMA de découpe et transformation du Séronais est située à La Bastide de Sérou,

Plus en détail

Référentiel Diversification 2006

Référentiel Diversification 2006 Référentiel Diversification 2006 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE V I A N D E B O V I N E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e Temps de travail Activité importante de Septembre à Mai + temps de commercialisation

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DÉFINISSANT LES CRITÈRES MINIMAUX À REMPLIR POUR L'OBTENTION D'UN LABEL ROUGE EN

NOTICE TECHNIQUE DÉFINISSANT LES CRITÈRES MINIMAUX À REMPLIR POUR L'OBTENTION D'UN LABEL ROUGE EN NOTICE TECHNIQUE DÉFINISSANT LES CRITÈRES MINIMAUX À REMPLIR POUR L'OBTENTION D'UN LABEL ROUGE EN «PALMIPEDES GAVES (CANARD MULARD ET OIE)» PRESENTES EN ENTIER, DECOUPES ET ABATS EN FRAIS ET SURGELE Arrêté

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O U L E S P O N D E U S E S H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e 55 57 CONTEXTE LORRAIN 10 54 9 19 De petites unités de quelques centaines

Plus en détail

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012 Atelier de transformation collectif Démarche projet Fabien Valorge 13 novembre 2012 Plan de la présentation Qu est ce que les Cuma viennent faire dans les circuits courts? Etapes clés d un projet d atelier

Plus en détail

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

Objet : Prolongation des décisions du Directeur général relatives à des dispositifs d aides nationales.

Objet : Prolongation des décisions du Directeur général relatives à des dispositifs d aides nationales. DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER SECRETARIAT GENERAL SERVICE JURIDIQUE 12, RUE ROL-TANGUY TSA 20002 93555 MONTREUIL SOUS BOIS CEDEX SG/SJ/D 2013-75 du 3 décembre 2013 DOSSIER SUIVI PAR :

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE DE LA VIANDE DE GROS BOVINS CERTIFIEE PAR SGS ICS. Réf.: CTBVP01C - Rév.2 -

PLAN DE CONTROLE DE LA VIANDE DE GROS BOVINS CERTIFIEE PAR SGS ICS. Réf.: CTBVP01C - Rév.2 - PLAN DE CONTROLE DE LA VIANDE DE GROS BOVINS CERTIFIEE PAR SGS ICS ADAPTATION AU CAHIER DES CHARGES : VIANDE DE GROS BOVINS ISSUE DU TROUPEAU ALLAITANT ET COMMERCIALISEE EN GRANDE ET MOYENNE SURFACE -

Plus en détail

Mode de calcul des critères GTE

Mode de calcul des critères GTE Septembre 2009 Mode de calcul des critères GTE Version 1.1 Principales modifications version 1.2 / 1.1 Ajout des critères de classement TMP, % dans la gamme, plus-values mis en place à compter du 18/12/2006,

Plus en détail

Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie. Les leviers d action d économie d énergie en aviculture

Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie. Les leviers d action d économie d énergie en aviculture Colloque agriculture et forêt : économies et production d énergie Les leviers d action d économie d énergie en aviculture Intervenant : Marcel Saint Cricq Les leviers d'économie d'énergie en aviculture

Plus en détail

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES TS23 (EC)v03fr_Volailles 05/04/2013 L ELEVAGE DES VOLAILLES BIOLOGIQUES Guide pratique n 23 : Les règles de production biologique des volailles Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

Réseau veau de boucherie 2008-2010

Réseau veau de boucherie 2008-2010 Réseau veau de boucherie 2008- Des références pour avancer! D ans le cadre de sa mission de production de références, le réseau veau de boucherie du GIE Lait Viande de Bretagne livre ici une nouvelle synthèse

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Petits investissements spécifiques d élevage

Petits investissements spécifiques d élevage Petits investissements spécifiques d élevage Aides du Conseil Régional Midi-Pyrénées 2015 Par délibération en date du 11 décembre 2014, la Commission Permanente du Conseil Régional a adopté les modalités

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Stockage de céréales

Stockage de céréales Stockage de céréales 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité Le stockage des céréales a pour fonction de préserver les grains après la récolte (prévention des pertes et altérations) et de les commercialiser

Plus en détail

CHAPITRE I - PRINCIPES GENERAUX DE FONCTIONNEMENT

CHAPITRE I - PRINCIPES GENERAUX DE FONCTIONNEMENT CONVENTION ANIMAUX DE REFORME Application 22 novembre 2010 CHAPITRE I - PRINCIPES GENERAUX DE FONCTIONNEMENT 1 - DATES ET LIEUX Les marchés se dérouleront tous les jeudis matin, avant le marché des porcs

Plus en détail

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Etats des lieux des Méthodologies de Création de Références Technicoéconomiques sur les Circuits courts de Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Pierre FROTIN

Plus en détail

DOSSIER D'AGREMENT 2015

DOSSIER D'AGREMENT 2015 DOSSIER D'AGREMENT 2015 1) Présentation de la ferme et des exploitants Nom :... Prénom :... Adresse ou siège social :... Nom de la ferme :... Numéro SIREN :... Code postal : Téléphone : Commune :... Téléphone

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

» : «Le paquet hygiène LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. La nouvelle réglementation r

» : «Le paquet hygiène LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. La nouvelle réglementation r «Le paquet hygiène» : La nouvelle réglementation r sur l hygi l hygiène des denrées es alimentaires» LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE - Journée Nationale des Professionnels de Palmipèdes à

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE 5 LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONJONCTURE ESTIMATION DES PRIX MOYENS PAYÉS AUX ÉLEVEURS 2010 / 2011 Ce

Plus en détail

L Oie du Périgord, l élégance d un terroir. dossier de presse

L Oie du Périgord, l élégance d un terroir. dossier de presse L Oie du Périgord, l élégance d un terroir dossier de presse L Oie du Périgord : l élégance d un terroir Parce que le foie gras d oie est encore aujourd hui un des fleurons de la gastronomie du Périgord,

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3

CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3 CHAPITRE 1 INTRODUCTION...1 INTRODUCTION...2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE...3 LES CANARDS...4 INTRODUCTION...4 LES RACES D ÉLEVAGE...4 Le canard de Barbarie...4 Le canard de Pékin...5 Le

Plus en détail

Le matériel pour jardiner, transformer et cuisiner "maison"

Le matériel pour jardiner, transformer et cuisiner maison pour jardiner, transformer et cuisiner "maison" La société tompress, spécialiste du matériel de transformation alimentaire, commercialise depuis 90 ans des articles de qualité pour les particuliers et

Plus en détail

EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE

EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE ACCORD BILATERAL SUISSE / UE SUR LES PRODUITS ISSUS DE L AGRICULTURE L'accord du 21 juin 1999 entre la Confédération suisse et

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Analyse de filière courte viande bovine à Brin de Campagne Document réalisé

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

L élevage de dinde de chair

L élevage de dinde de chair ENVT, clinique aviaire L élevage de dinde de chair J.L. GUERIN Présentation Dinde = 2 è volaille produite dans le monde Origine : Amérique du Nord Sélection axée sur des critères de gain de poids et de

Plus en détail

dossier de presse, 5 avril 2011

dossier de presse, 5 avril 2011 Le groupe Casino a choisi le Cantal pour lancer la démarche Terre et Saveur, pour sa gamme viande de veau et sa gamme viande de bœuf Salers en partenariat avec les groupes Sicarev et Altitude, au travers

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TETE REGLEMENTAIRE NOR : AGRG1505346A Intitulé du texte : Arrêté du [ ] établissant des normes minimales relatives à l hébergement des palmipèdes destinés à la production de foie

Plus en détail

Pour tous vos projets, contactez :

Pour tous vos projets, contactez : Octobre 2010 FIliERes L e t t r e d i n f o r m a t i o n a u x a d h é r e n t s d e Viande V I A N D E Spécial SOMMET 2010 SOMMAIRE Page 1 EDITO Page 2 Le taurillon Salers Page 3 La génisse croisée Charolais

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

PORCS PRODUIRE COMMERCIALISER DES EN CIRCUITS COURTS C E R D. organisation et performances C E R D. entre tudes essources iversification

PORCS PRODUIRE COMMERCIALISER DES EN CIRCUITS COURTS C E R D. organisation et performances C E R D. entre tudes essources iversification d et de sur la C E R D entre tudes essources iversification PRODUIRE et COMMERCIALISER DES PORCS EN CIRCUITS COURTS organisation et performances Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

ACTUALITES. Nouvelle campagne «Volaille Française» À la télévision du 11 au 22 juin 2014

ACTUALITES. Nouvelle campagne «Volaille Française» À la télévision du 11 au 22 juin 2014 Directeur de la publication: Gilles DREAN.Rédacteur: Gilles LE POTTIER BULLETIN INTER-FILIERES CIDEF CIPC CICAR Bulletin N 394 du 18 juin Savoir raison garder Les sociétés d aujourd hui ont vu se développer

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN ID-SC-177- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN 13.02.14 GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art 14 RCE 834/2007 - Conversion = art. 17 RCE 834/2007

Plus en détail

Les groupements de producteurs de porcs en France : une organisation originale. Dr. Christine ROGUET Pôle Economie IFIP institut du porc

Les groupements de producteurs de porcs en France : une organisation originale. Dr. Christine ROGUET Pôle Economie IFIP institut du porc Les groupements de producteurs de porcs en France : une organisation originale Dr. Christine ROGUET Pôle Economie IFIP institut du porc Plan de la présentation Organisation générale de la filière porcine

Plus en détail

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE PLAN D AFFAIRES Création d une nouvelle entreprise COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE Ce document vous permettra de produire un plan d affaires synthétisé répondant aux besoins de La Financière agricole (FADQ)

Plus en détail

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs Préconisations sanitaires Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs CDMP CDMP Préambule Aujourd hui, un bâtiment doit permettre à l éleveur une conduite sanitaire optimale de son élevage.

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion

ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion ANNEXE IV : Programme de soutien des productions animales à La Réunion Les destinataires des aides du programme interprofessionnel sont l ARIBEV (Association Réunionnaise Interprofessionnelle du Bétail

Plus en détail

Bâtiments «Ferme» Construction Niveau 1 Consommation de base Type Description Unité Coût/unité kwh/unité/jour

Bâtiments «Ferme» Construction Niveau 1 Consommation de base Type Description Unité Coût/unité kwh/unité/jour Bâtiments «Ferme» Hangar Permet de stocker du matériel agricole, des balles (paille et foin) et de mettre vos bovins à l'abri m² 30,00 0,300 Hall d'exposition Permet d'exposer des matériels de collection

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

Conseils pour le choix d'un chauffage central au granulé de bois

Conseils pour le choix d'un chauffage central au granulé de bois Le chauffage central (ou pellet) est un système éprouvé, écologique et économique. Il existe de nombreux distributeurs de granulés de bois livrant dans notre région. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Ces chaudières

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Alexia AUBRY IFIP-Institut du porc «L accès aux données pour la recherche & l innovation» Workshop ACTA 8 octobre

Plus en détail

... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... ... Total des pondérations : 0 0. % des non-conformités : 0

... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... ... Total des pondérations : 0 0. % des non-conformités : 0 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur : Adresse :... N unique :......... DPA 2398 PROTECTION ET BIEN-ETRE DES OISEAUX EN GAVAGE [2398] v3 C : conforme NC : pas

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES faire BOUCHER Choix des couteaux Aiguisage des couteaux Ficelage des viandes Appréciation sensorielle (visuelle, tactile, olfactive...) Utilisation d'un hachoir éléctrique Fabrication de saucisses Utilisation

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison,

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison, CHAUFFEUR- LIVREUR H/F N offre : 1138 En tant que chauffeur / livreur au sein de la société, plusieurs missions vous seront attribuées : - Charger le camion : assurer la propreté et le contrôle de la température

Plus en détail

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 QUELQUES DISTANCES A RESPECTER Toujours dans un souci de maintenir de bonnes relations de voisinage, il est important

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points.

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points. EPREUVE N 2 EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. RAPPEL : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités La fiche descriptive d activités dresse la liste de l ensemble des activités observées, obtenue par compilation des activités exercées par plusieurs responsables d entreprise

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L ELEVAGE FONSTAB Prestataire : Commanditaire CEFA Conseils FONSTAB 60 TE Cité Diamalaye Direction de l Elevage Tél. : (221) 77 659 74 95 Janvier 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers EXPLOITATIONS CLASSES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 37.50 50.80

Plus en détail

ASSOCIATION DU POULET DE JANZE

ASSOCIATION DU POULET DE JANZE CAHIER DES CHARGES DU LABEL ROUGE N LR 01/15 «POULET NOIR FERMIER FRAIS, SURGELE, ENTIER ET DECOUPE» Avertissement : Ce cahier des charges ne saurait préjuger de la rédaction finale qui sera retenue après

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique D epuis 1994, la mise en place de la méthode HACCP, des bonnes pratiques d hygiène et des contrôles microbiologiques

Plus en détail

Hygiène en milieu rural

Hygiène en milieu rural DDASS d INDRE - et - LOIRE 2008 Dans ce document : Réglementation applicable aux élevages p. 2 Animaux-équivalents p. 2 Distances à respecter pour p. 3 l implantation d un bâtiment d élevage ou d engraissement

Plus en détail

GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP

GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP RESULTATS 2006 Présentés lors du comité de pilotage du 24 septembre 20 Action réalisée avec les concours financiers

Plus en détail

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES LE REFERENTIEL DE FINALITE Liste des missions EXPLOITANT ARBORICULTEUR Organise et supervise l'ensemble des opérations techniques liées à la production de fruits en fonction de ses objectifs quantitatifs

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

FOIS GRAS D'OIE ET FOIE GRAS DE CANARD

FOIS GRAS D'OIE ET FOIE GRAS DE CANARD FOIS GRAS D'OIE ET FOIE GRAS DE CANARD Les Egyptiens Les Grecs et les Romains s étaient rendus compte que les oies sauvages s autogavaient, ils les domestiquèrent et les gavèrent avec des figues des céréales

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail