L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés"

Transcription

1 L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés A- Présentation de l UDOPER et de ses relations avec les marchés à bétail a. Les marchés à bétail et la naissance de l UDOPER Sur les marchés à bétail traditionnels, l éleveur ne rencontre par l acheteur. Les dilani jouent le rôle d intermédiaire qui négocie un prix avec chacun sans que le prix d achat et le prix de vente ne soient connus. La différence est intégralement touchée par l intermédiaire. La majorité des bêtes est vendue dans les campements, les marchés à bétail sont peu fréquentés. Face à cette situation qui lèse acheteur et vendeur, en 1976 les éleveurs de Gogounou se mobilisent et arrêtent tout apport sur les marchés. Les négociations aboutissent alors à l adoption du principe de marché à bétail autogéré, dans lequel le vendeur négocie directement avec l acheteur, et le dilani est reconverti en témoin de la transaction. Il délivre les tickets de vente faisant foi de la transaction et enregistrant la taxe, payée à moitié par l acheteur et à moitié par le vendeur. La conséquence est une transparence dans les transactions et une hausse des volumes vendus. En 1995 le marché à bétail de Gogounou se dote d un cadre juridique et organisationnel (Association Locale de Gestion du Marché à Bétail de Gogounou, ALGMB) et met en place des outils de gestion du marché, notamment les tickets de vente et l apparition de la fonction des secrétaires. Les ressources issues de ces taxes sont entièrement gérées par l ALGMB et permettent, après la rémunération des agents du marché (secrétaire, transporteurs ), de contribuer à des réalisations socio-communautaires et à l organisation professionnelle des éleveurs. Les responsables du marché de Gogounou démarrent une phase de vulgarisation de la stratégie «MBA» en direction des éleveurs fréquentant d autres marchés. Certains suivent l exemple et les 9 marchés autogérés se mettent en réseau, pour constituer en avril 2001, le RLMS-Bénin 1. Depuis, d autres marchés traditionnels se préparent pour entrer dans le wagon des «MBA» (à Banikoara, Kandi, Tchaourou). La force des MBA est de reposer sur la mobilisation des seuls leaders ; les soutiens extérieurs ne sont arrivés que plus tard (dans les années 90). L attention a été portée dès le début vers les réels besoins des membres, et cette approche a été conservée par la suite. Tous les acteurs directs ont été mobilisés (dilani, autorités traditionnelles, transformateurs, femmes restauratrices, transporteurs ) pour l établissement du nouveau fonctionnement. De plus, les services gouvernementaux, les autorités communales, même les ONG et les entreprises privées ont été impliquées dans son développement avec un esprit de partenariat. Les éleveurs ressentent alors le besoin de se structurer. C est ainsi que l Union départementale des organisations professionnelles des éleveurs du Borgou-Alibori voit le jour en b. Structuration de l UDOPER 1 Réseau Luumooji Mareefuji Sago du Bénin 1/8

2 L Udoper, partie de la commune de Gogounou, s est rapidement propagée dans d autres communes : Kalalé, Nikki, Banikoara, Sinendé et Bembéréké. Elle est constituée d éleveurs et éleveuses de ruminants, en majorité des peulhs, et des agroéleveurs. Les producteurs sont associés au sein des Groupements Professionnels des Eleveurs de Ruminants à la base (GPER) et Groupements Professionnels de Femmes Eleveuses de Ruminants (GPFER).Aujourd hui, on compte environ 500 GPER de 20 à 100 membres, et environ 30 GPFER, répartis dans 6 communes du Borgou-Alibori (soit éleveurs). Les GPER et GPFER sont regroupés au sein des UCOPER (Unions communales). 6 UCOPER ont donné naissance à l UDOPER ; Les Ucoper des communes comme celles de Tchaourou (2004), Kandi (mars 2005), Segbana (avril 2005), N Dali (avril 2005), sont actuellement comptées comme adhérentes à la structure. Mais d autres attentes sont enregistrées : c est le cas par exemple des communes de l Atacora/Donga dans le septentrion après la tournée de sensibilisation de l Udoper. 18 nouvelles Unions communales ont rejoint la structure entre 2004 et Les UCOPER sont regroupées au niveau arrondissement dans les UAGPER (Union d arrondissement des GPER). Enfin, l Association Nationale des Organisations Professionnelles des Eleveurs de Ruminants (ANOPER) a été créée en février 2007, par 24 UCOPER c. Les objectifs : Les éleveurs réunis au sein de l Udoper ont adopté dès 2002 leur Plan d action triennal (élaboré par consultation de la base, avec l appui du PPAB/AFDI 2 et de Geram 3 ). 1. Promouvoir la communauté des éleveurs et des éleveuses et améliorer leur représentation 2. Améliorer les conditions techniques d élevage 3. Améliorer la santé des animaux 4. Améliorer la gestion du terroir 5. Améliorer la commercialisation des produits de l élevage 6. Améliorer l information, la communication et le financement des GPER, GPFER et de leurs unions. Si l Udoper a pu bénéficier de l organisation et des ressources des marchés autogérés pour se structurer, c est maintenant les marchés autogérés qui vont avoir besoin de la force de représentation et de défense de l Udoper. d. Les marchés à bétail en crise suite à la décentralisation : Avec l avènement de la décentralisation en décembre 2002 (élections communales), la loi confère aux nouvelles communes la gestion des infrastructures marchandes. Progressivement, les communes vont faire valoir ces nouvelles prérogatives que leur confère la nouvelle loi et revendiquer la gestion des marchés pour leur propre compte. Certains comités de gestion des marchés à bétail sont alors mis en difficultés. L Udoper, afin de les défendre, a organisé un atelier de concertation entre les marchés à bétail et les mairies, avec l appui technique de la SNV 4, en août A l issue de cet atelier où l exemple de gestion déléguée du marché de Gogounou par la mairie a été salué, les maires étaient favorables à ce mode de gestion du marché à bétail, reconnaissant l intérêt potentiel qu elles peuvent en tirer. En effet, le prélèvement de la taxe de la mairie est réalisé conjointement avec la taxe du comité de gestion par les secrétaires du marché, puis les recettes des taxes sont déposées à la mairie dès la fin du marché. 2 Programme de professionnalisation de l agriculture au Bénin ; Agriculteurs français et développement international. 3 4 ONG hollandaise de développement 2/8

3 Or, jusqu à présent, on constate la persistance de difficultés importantes entre les marchés et les mairies, y compris pour les marchés autogérés membres du réseau, à l exception de Gogounou et Derassi. La mésentente favorise le retour des intermédiaires, et donc un manque de transparence dans les transactions. Les principes de l autogestion sont menacés, et en conséquent le comité de gestion du marché ne génère plus suffisamment de recettes issues des taxes. Une charte de partenariat entre l association locale de gestion du marché à bétail, l Ucoper et la commune a été élaborée en mars 2006 par l Udoper. Les négociations se poursuivent avec les maires des communes pour l adoption de cette charte, mais jusqu à présent aucune charte n a été signée. Le marché de Gogounou a pu dépasser cette crise en négociant avec le maire de Gogounou l instauration d une taxe supplémentaire acceptable au bénéfice de la Mairie (1.000 F, ce qui porte le montant total de la taxe à F par bête) et une gestion concertée du MBA. e. Schéma d autofinancement des services de l Udoper : On note trois 3 grandes étapes dans le schéma de l autofinancement de l Udoper : : La commercialisation du bétail: contribution des marchés à bétail autogérés, notamment celui de Gogounou au fonctionnement de l Udoper : La vaccination du bétail: prélèvement de 25F/tête de bétail vacciné.3.depuis 2006: La mise en place d une cotisation individuelle: prélèvement de 1200F/adhérent de groupement par an (mise en place des cartes de membres) B- Fonctionnement du Service de commercialisation du bétail dans les MBA : gestion des marchés autogérés a. Objectifs Promotion de la commercialisation du bétail pour augmenter le revenu des éleveurs et améliorer l exploitation rationnelle du troupeau. Une nouvelle orientation sur la transformation des produits de l élevage en particulier le lait est née avec la mise en place d une unité de transformation à Gogounou. b. Mécanismes précis (exemple du marché de Gogounou) : La taxe sur les ventes d animaux par espèces est de : Gros ruminants F CFA Petits Ruminants 200 F CFA Cette taxe est payée à 50% par le vendeur de l animal et à 50% par l acheteur, en échange d un reçu à souche délivré par les secrétaires du marché. La taxe prélevée est répartie de la manière suivante : gros ruminants : 1 000F CFA au comité de gestion pour assurer la rémunération des acteurs du marché ainsi que pour participer à l entretien, aux investissements et à toute action menée par le marché, 1 000F CFA versés à la commune de Gogounou après chaque marché. petits ruminants : 150 F CFA au comité de gestion, et 50 F CFA à la commune. Clé de répartition des 1000F du comité: 3/8

4 900 F pour le comité de gestion 40 F pour le réseau des marchés 60 F pour l UCOPER Le comité de gestion prélève en outre : Taxes de chargement des animaux 150f/ tête Taxes de transport 1000f de droit de tours Les taxes aux fraudeurs (variables). Le marché de Gogounou a fortement contribué au financement des activités au démarrage de l Udoper (contributions ponctuelles en plus de la taxe répartie): En 2003 : Fcfa, soit 13% des recettes totales de l Udoper. En 2004 : F. En 2004, le marché de Gogounou a dégagé un Chiffre d affaires de F. La contribution à l Udoper représente donc 15% de son CA annuel. En 2005 : contribution au financement de la construction de la laiterie de Gogounou à hauteur de F. En 2007: construction d une auberge: F c. Partage des tâches, responsabilités Ce service est assuré grâce à la mise en place de plusieurs comités au sein de l association locale de gestion du marché : témoins, secrétaires, chargeurs, démarcheurs Le réseau coordonne les différents marchés (organisation de visites-échanges), et l Udoper apporte l appui technique et institutionnel, notamment par la mise en relation avec les partenaires (partenaires au développement, mairies) ou l organisation d ateliers pour la promotion des marchés. d. En quoi le service, en pratique, est pertinent:? A quel besoin répond-il? Ce service permet d assurer un débouché sûr et régulier pour la production des éleveurs membres ou non de l Udoper, y compris les éleveurs de la sous-région. Grâce aux marchés autogérés, les éleveurs vendent leurs animaux au comptant et maîtrisent la vente directe au commerçant en toute transparence. Le revenu des éleveurs a été amélioré (achat des motos, d intrants vétérinaires, mise en place de services de proximité dans les marchés). Dans le processus de mise en œuvre de la décentralisation, les recettes des marchés revenant à la mairie permettent de financer les plans de développement communaux. e. Financement Ce service de mise en marché est entièrement autofinancé, grâce aux taxes récupérées sur chaque transaction par le comité de gestion. C- Le processus de collecte des cotisations : La vaccination du bétail: prélèvement de 25F/tête de bétail vacciné a. Objectifs Maintien de la santé animale et vaccination obligatoire au Bénin : implication des organisations d éleveurs depuis b. Historique 4/8

5 Les campagnes de vaccination contre les principales maladies datent de plusieurs années ; il a été observé au fil des ans une augmentation des taux de couverture vaccinale surtout entre 1999 à 2003, période d exécution du Projet d Appui au Développement de l Elevage dans le Borgou (PADEB) ; ces vaccinations, autrefois gratuites, sont devenues payantes et le coût de la dose vaccinale est passé de 35 F FCFA en 1993 à 65 FCFA en 2003 ; avec le dernier arrêté datant de juin 2006, le prix de la dose passe à 130 FCFA (3 doses vaccinales par an). Financement par l Udoper de l organisation de la campagne en juin 2005 : contribution de 6 millions de Fcfa grâce à la cotisation des 25F. c. Mécanismes précis A l occasion des campagnes de vaccination (2 fois par an), les éleveurs prélèvent 25F/tête de bétail vacciné au niveau des centres de vaccination, cette cotisation s ajoute au prix payé par l éleveur pour la dose de vaccin (65F jusqu en 2005). Mécanisme de répartition de la cotisation des 25F : GPER : 10F UAGPER : 5F Ucoper : 5F Udoper : 5F. Soit en 2003: F pour l UDOPER, F via les cotisations des UCOPER d. Partage des tâches, responsabilités : La récupération de cette cotisation se fait sur les lieux de vaccination, par la synergie des secrétaires des groupements, des animateurs et des vétérinaires locaux chargés de la vaccination. e. En quoi le service, en pratique, est pertinent:? A quel besoin répond-il? Cette cotisation adossée au service de vaccination a permis de structurer rapidement les organisations d éleveurs, car cela a permis de financer des activités concrètes : formations en santé animale, alphabétisation, réunions de mobilisation, officialisation des groupements, tracé et matérialisation des couloirs de passage, infrastructures pastorales (retenues d eau), service d animation (recrutement de 1 animateur et 1 animatrice). Les groupements se sont constitués très vite autour des points de rassemblement des éleveurs pour la vaccination. La cotisation a beaucoup joué dans la crédibilité et la capacité de négociation de l OP. f. Financement Ce service est entièrement financé par les éleveurs. g. Difficultés Le coût du vaccin payé par l éleveur a fortement augmenté: de 65 F en 2005 à 130 F en La décision a alors été prise de suspendre cette cotisation adossée à la vaccination, par crainte d une baisse du taux d animaux vaccinés. 5/8

6 2. Depuis 2006 : mise en place d une cotisation annuelle des membres : 1200F a. Objectifs Il s agit de renforcer les capacités des membres des groupements de base en leur permettant de mener des actions telles que : formations, alphabétisation, scolarisation des enfants, aménagement de l espace agro-pastoral. La cotisation doit aussi permettre d initier des activités économiques : approvisionnement en intrants vétérinaires et zootechniques, activités génératrices de revenus des groupements féminins. b. Historique Afin de pallier la difficulté de prélever la cotisation lors de la vaccination (hausse du prix du vaccin et diminution de la couverture vaccinale), l Udoper a instauré cette vaccination en c. Mécanismes précis L Udoper a mis en place des cartes de membres, vendues à 200F, et a formé les animateurs et élus Ucoper à l organisation et à la gestion coopérative. Ainsi, ils appuient les groupements dans la tenue des registres de membres et le paiement des droits d adhésion, parts sociales et cotisations par tous les membres. Des fiches de suivi évaluation sont mis à jour pour apprécier les résultats des différents démembrements de la structure. La cotisation par adhérent est une cotisation annuelle de 1200F CFA, décidée sur la base de l expression de la capacité des éleveurs de cotiser 100 F CFA par mois. La régularité de prélèvement est laissée au libre choix de la structure (hebdomadaire, mensuelle, annuelle). On constate cependant que les GPER ont cotisé à l occasion de la campagne de vaccination. Cette cotisation est également répartie entre les différents niveaux de la structure : GPER : 500F UAGPER : 100F Ucoper : 200F Udoper : 400F Soit en 2006: Fcfa pour l UDOPER (400 F/ membre), dont F venant de l UCOPER de Gogounou (ce sont les UCOPER qui centralisent la cotisation). d. Partage des tâches, responsabilités La récupération et la répartition des cotisations sont effectuées par les animateurs et animatrices, appuyés par les élus, parfois par des agents du service de l agriculture. Chaque mois ils versent la part qui revient à la faîtière. e. En quoi le service, en pratique, est pertinent:? A quel besoin répond-il? Cette cotisation qui fait suite à une cotisation adossée à un service, mais qui n a pu se poursuivre, est pertinente car il semble que les membres de l Udoper soient favorables à payer une cotisation dans la mesure où ils reconnaissent l importance du rôle de représentation joué par l Udoper. Ce rôle social est aujourd hui plus important que le rôle économique car il correspond aux premières attentes des éleveurs peulhs du nord-bénin pour la défense de leurs intérêts : sortir de l isolement, prévenir les conflits sociaux, accéder à l éducation et à l alphabétisation. f. Difficultés 6/8

7 C est cependant un processus nouveau, il apparaît que la collecte des cotisations par les animateurs est problématique (difficulté de rayonner dans tous les groupements). Un relais par les vaccinateurs est envisagé. D- Autofinancement et perspectives a. Situation des salariés de l UDOPER : Avant 2005: 100% des financements viennent du MBA 7 animateurs 1 animateur du réseau : plan triennal multi bailleurs L Udoper a procédé au recrutement entre septembre et décembre 2004 d un personnel technique composé de : un coordonnateur, un technicien en santé animale, un secrétaire-comptable, 6 animateurs et 6 animatrices pour les 6 Ucoper. Ceux-ci sont pris en charge par l Union européenne. De plus, un gardien, un secrétaire du marché, et un chauffeur sont pris en charge par le comité de gestion du MBA de Gogounou. Les salariés après 2007: - Chaque UCOPER finance ses animateurs (cotisations) - Salariés du siège pris en charge par l UDOPER (cotisations, mini-laiterie, taxes marché) et les marchés - Nouvelles embauches b. Situation des marchés : Deux chartes de partenariat entre le marché de Derassi d une part, et Gogounou d autre part, sont en cours de signature respectivement avec les communes de Kalalé et de Gogounou. Les UCOPER sont aussi partenaires de cette charte. Cette charte a pour objet de préciser entre les signataires les modalités de gestion du marché à bétail. Après l atelier sur la gestion concertée des marchés à bétail en août 05, une vingtaine de marchés sont favorables à l adhésion au réseau. 3 marchés à bétail (Abomey, marché de petits ruminants de Cotonou, Suakanon) ont manifesté par écrit leur intérêt d adhérer au réseau RLMS. La difficulté réside dans l appui-accompagnement dans le processus de mise en conformité des textes du marché, préalable à l adhésion. Cette difficulté trouve une solution dans le recrutement d un animateur du réseau des marchés autogérés (RLMS). c. Développement des services économiques intégrés à l UDOPER : Commercialisation du bétail, vaccination, approvisionnement en aliment bétail, transformation. 7/8

CAPITALISATION ET EVALUATION DES MARCHES A BETAIL AUTOGERES AU NORD DU BENIN Articulation avec le développement local

CAPITALISATION ET EVALUATION DES MARCHES A BETAIL AUTOGERES AU NORD DU BENIN Articulation avec le développement local CENTRE TECHNIQUE DE COOPÉRATION AGRICOLE ET RURALE (CTA) MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES (MAE) INTER-RESEAUX/DEVELOPPEMENT RURAL CAPITALISATION ET EVALUATION DES MARCHES A BETAIL AUTOGERES AU NORD DU

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur.

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur. MUTUELLE de SANTE COMMUNALE QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) (s entretenir avec les conseillers chacun dans son village d origine) A remplir par l enquêteur Identifiant

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Le pastoralisme au Sahel : Module d animation et de formation de l IIED-ARED. Note d information générale

Le pastoralisme au Sahel : Module d animation et de formation de l IIED-ARED. Note d information générale Le pastoralisme au Sahel : Module d animation et de formation de l IIED-ARED Note d information générale Contacts Ced Hesse et Su Fei Tan (IIED) : ced.hesse@iied.org; sufei.tan@iied.org Sonja Fagerberg-Diallo

Plus en détail

ARLON BEMBEREKE (BENIN) Partenariat 2009-2012 Présentation synthétique

ARLON BEMBEREKE (BENIN) Partenariat 2009-2012 Présentation synthétique ARLON BEMBEREKE (BENIN) Partenariat 2009-2012 Présentation synthétique Partenariat ARLON BEMBEREKE RECAP 02 2013 avec photos 1. La politique de coopération de la commune d ARLON et le partenariat ARLON-BEMBEREKE

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

SITUATION DE REFERENCE (DONNEES DE BASE ANALYSE DES PARTIES PRENANTES) RESULTATS DU BENIN

SITUATION DE REFERENCE (DONNEES DE BASE ANALYSE DES PARTIES PRENANTES) RESULTATS DU BENIN SITUATION DE REFERENCE (DONNEES DE BASE ANALYSE DES PARTIES PRENANTES) RESULTATS DU BENIN Atelier de Lancement Ouagadougou 5 et 6 juillet 2010 1 Situation géographique Nord Bénin Départements: Atacora

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET OBJECTIFS

PRESENTATION DU PROJET OBJECTIFS COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION MOBILISATION CITOYENNE POUR LE SUIVI PARTICIPATIF DU BIP DANS LA REGION DE L EXTREME-NORD N DP1/SUBV/0502013 PRESENTATION DU PROJET

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Plan 1. Offre et demande potentielle dans la zone ECOWAS 2. Offre potentielle au Mali 3. Marché au nord du Mali (Gao Algérie) 4. Estimation

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Etude au Bénin, Burkina, Mali et Niger Avril 2011 Présentation à Nyeleni, Mali, novembre

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS)

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) 23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) Rabat (Maroc) du 04 au 07 décembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION (1/2) La description du 4 ème RNA; La méthodologie utilisée;

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

NIGER. RAPPORT DE MISSION PONCTUELLE DU 26 AVRIL AU 16 MAI 2009 EXPERT : Alain LE MASSON Tome 4

NIGER. RAPPORT DE MISSION PONCTUELLE DU 26 AVRIL AU 16 MAI 2009 EXPERT : Alain LE MASSON Tome 4 NIGER ASSISTANCE TECHNIQUE AUPRES DU PROJET DE SECURISATION DE L ECONOMIE PASTORALE (PASEP) RAPPORT DE MISSION PONCTUELLE DU 26 AVRIL AU 16 MAI 2009 EXPERT : Alain LE MASSON Tome 4 2 avenue de Fétilly

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

Sur la base du développement précédent, on peut alors s interroger sur la manière dont les Fulbe parviennent à maintenir et à développer leur

Sur la base du développement précédent, on peut alors s interroger sur la manière dont les Fulbe parviennent à maintenir et à développer leur Résumé Au Bénin, les Fulbe sont considérés comme des pastoralistes parce que l élevage de bétail généralement alimenté par le pâturage naturel représente la principale activité dont ils tirent l essentiel

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

Etude relative à la formulation du programme d actions détaillé de développement de la filière lait en zone UEMOA. Annexe 1 : Rapport RAPPORT FINAL

Etude relative à la formulation du programme d actions détaillé de développement de la filière lait en zone UEMOA. Annexe 1 : Rapport RAPPORT FINAL UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission DSAME RAPPORT FINAL Etude relative à la formulation du programme d actions détaillé de développement de la filière

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Assez bien. Langues Lu Parlé Ecrit Français 1 1 1 Anglais 3 4 4

CURRICULUM VITAE. Assez bien. Langues Lu Parlé Ecrit Français 1 1 1 Anglais 3 4 4 CURRICULUM VITAE 1. Nom de famille: FANAHEN 2. Prénom: Frédéric 3. Date et lieu de naissance: 27 avril 1968 à Cotonou - BENIN 4. Résidence : Cotonou 5. Formation : Etablissement : Date : de Diplôme(s)

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales.

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales. L affiliation à la MSA Les contacts nécessaires avant toute création d entreprise Il est nécessaire de prendre contact avec la MSA, au moins trois mois avant toute installation pour y récupérer, la demande

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS PRESENTATION DE L ET DE SES PRODUITS PRESENTATION L Assurance Mutuelle Agricole du Bénin en abrégé est une société d assurance mutuelle (SAM) à cotisations fixes avec conseil d administration, régie par

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles

Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles ASSOCIATION DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES PAYSANNES CropLife MALI Partenariat AOPP - CROPLIFE IFDC sur la Distribution de Proximité Démarche d installation des Boutiques d Intrants Agricoles (BIA)

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Objectifs réalisations 2013

Objectifs réalisations 2013 Center of Expertise on Antimicrobial Consumption and Resistance in Animals Objectifs réalisations 2013 CC 27/11/2012 Objectifs 2013 et état d avancement 1. La sensibilisation des vétérinaires et des éleveurs

Plus en détail

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse

Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts et Usages de l'association des Commerçants d'art de Suisse Statuts de l'association des Commerçants d'art de Suisse Association selon l article 60 et suivants du Code des obligations 1. L Association

Plus en détail

LE PORTAGE SIMPLEMENT

LE PORTAGE SIMPLEMENT LE PORTAGE SIMPLEMENT L équipe de CAREER BOOSTER apporte une démarche personnalisée et éthique à l égard des clients, collaborateurs et des partenaires qui la rejoignent. SUCCESS PORTAGE Résidence Gambetta

Plus en détail

Statuts. de l association d élevage ovin de... 1

Statuts. de l association d élevage ovin de... 1 Statuts types pour associations d élevage ovin: adoptés par le comité de la Fédération suisse d'élevage ovin le 16 novembre 1999 Statuts de l association d élevage ovin de... 1 I. Nom, siège, but 1. Sous

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901 Association loi 1901 STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901 sous la dénomination

Plus en détail

Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB)

Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) Rapport financier 2013 Rapport d activité 2013 Priorités 2014 1 Sommaire I. Rapport financier 2013 Recettes Dépenses Nombre d adhérents II. Activités militantes

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

Dynamiques paysannes 36

Dynamiques paysannes 36 paysannes 36 Les défis des éleveurs : le cas du Bénin en Afrique de l Ouest Le contexte général de l élevage en Afrique de l Ouest I Le cas du Bénin un état des lieux I Et l avenir dans ces conditions?

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013

Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013 Plan stratégique et opérationnel de communication 2011 2013 UNE COMMUNICATION EN COHERENCE AVEC LA PHILOSOPHIE D INTERVENTION ÉLÉMENT FONDAMENTAL DE LA STRATÉGIE DE MANAGEMENT DOIT VÉHICULER LA VISION

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Association «EYI A PONGO»

Association «EYI A PONGO» TITRE I- DISPOSITIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. DÉNOMINATION, SIÈGE Article 1 : De la création et de la dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, il est constitué,

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest

Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest Auteur : Dr. Lionel Gbaguidi, Agrivet Partners, Cotonou (Bénin) Introduction Le Bénin est un pays d

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine).

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine). VACANCES DE POSTES Projet : Projet de Réhabilitation nutritionnelle d urgence au sein des populations (déplacés et autochtones) de l axe Dékoa-Sibut, préfecture sanitaire de KEMO, en RCA Postes vacants

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec 555, boul. René-Lévesque O. 9 e étage Montréal (Québec) H2Z 1B1 CANADA (514) 861-0809 Télécopieur (514) 861-0881 Internet info@zba.ca Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec Rapport final

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Les indemnités de fonction des élus locaux sont toutes imposables depuis 1992. Le régime fiscal de la retenue à la source est appliqué

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION OBJET DU REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 3 des statuts. Il est établi par le conseil

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail