Mode de calcul des critères GTE-TB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mode de calcul des critères GTE-TB"

Transcription

1 Septembre 2009 Mode de calcul des critères GTE-TB Version 1.1

2 Principales modifications version 1.1 / 1.0 Modification du calcul du montant des charges diverses Saisie distincte des charges Porc / FAF Calcul de l EBE Les résultats de marges et résultats sont exprimés par défaut par porc sorti et non plus par porc entré. Diffusion Juin 2007 : modification dans le document de l appellation Coût de production en Coût de revient

3 Sommaire 1- Caractéristiques générales 1 2- Séries économiques et autres paramètres TB 1 3- Coût de fabrication 2 Charges diverses 2 Amortissements 3 Frais financiers 3 Main d œuvre 4 dont main d œuvre familiale 4 dont main d œuvre salariée 4 dont MSA 4 Coût de fabrication total 4 Coût matière 4 Prix de revient de l aliment fabriqué Coût de revient 5 Alimentation 5 Renouvellement 5 Porcelets 5 Charges diverses 5 Amortissements (cf. annexe 1) 5 Frais financiers (cf. annexe 1) 5 dont frais financiers à long et moyen terme 5 dont frais financiers à court terme 5 Main-d œuvre totale (cf. annexe 1) 6 dont main d œuvre salariée (salaires + charges) 6 dont main-d œuvre familiale (hors MSA) 6 dont MSA 6 Rémunération des capitaux propres 6 Coût de revient 12 Prélèvements privés porcs 13 Prix de fonctionnement Résultats économiques et financiers 14 Produit total 14 dont plus-value reproducteurs 14 dont variation de stocks 14 dont recettes diverses 14 Marge technico-économique sur coût alimentaire 15 Marge sur coût alimentaire et renouvellement 15 Marge sur coût aliment et divers 15 Revenu de l'éleveur 15 Marge brute d'autofinancement 15 Excédent brut d exploitation 15 Revenu du travail total 15 Temps de travail 16 Revenu horaire du travail ( /h) 16 Rendement des immobilisations et des stocks (% / an) 16 Immobilisations nettes 16 Valeur moyenne du stock animaux 16 Capitaux restants dus 16 Produits - charges exceptionnels 17 ANNEXE 1 : Procédures de calcul utilisées dans la méthode de "Tableau de Bord" 17 ANNEXE 2 : Séries économiques 26 ANNEXE 3: Prise en compte des investissements dans le calcul des créances TVA sur investissement 27

4 1- Caractéristiques générales Trois niveaux d'analyses sont possibles en GTE-TB correspondant à trois niveaux d'exigences dans l'enregistrement des données. 1 GTE 2 GTE + charges diverses 3 GTE + TB Analyse des coûts Analyse des coûts = recettes diverses et insémination artificielle Analyse des coûts = frais divers Analyse des coûts = ensemble des postes Analyse du coût de l'aliment fabriqué Résultat économique Produit total dont plus-value repro Marge sur coût alimentaire et renouvellement Marge sur coût alimentaire et divers Revenu de l'éleveur Marge brute d'autofinancement Revenu du travail Revenu horaire du travail Temps de travail Rendement des immobilisations et des stocks Les niveaux 1 et 2 correspondent au module GTE, le niveau 2 étant facultatif. Le niveau 3 correspond au module Tableau de Bord. 2- Séries économiques et autres paramètres TB Les valeurs moyennes des séries économiques sur une période sont pondérée par la durée d application de chacune d elles sur la période GTE. Cette durée est calculée sur la base de Date360 (cf. annexe 1) Cela concerne les séries économiques suivantes : TD : Taux d intérêt sur découvert (OCCC et crédits fournisseurs) TR : Taux de rémunération des capitaux propres Sur le même principe, si les paramètres nécessaires aux calculs Tableau de Bord ne sont pas saisis par période mais en série avec date d effet, il faut calculer la moyenne pour la période GTE selon la même formule. Délais de paiement Taux de TVA sur achat/vente VII-1

5 3- Coût de fabrication Ce module n est calculé que si les charges de structure sont connues et valides sur la période (soit "Calcul de résultats économiques" = oui) et qu il y a de l aliment fabriqué au cours de la période. Les résultats sont exprimés en / kg. L affectation des charges porc/faf est décrite dans le document «Modalités de calcul des critères GTE». A compter de la version 1.1, l enregistrement distinct des charges Porc / FAF est possible. Charges diverses Les charges diverses FAF présentées ci-après sont calculées pour l ensemble des aliments fabriqués pour les porcs. Elles seront exprimées en / kg en les rapportant à la quantité d aliment fabriqué pour les porcs (la quantité d aliment fabriqué pour les porcs est égale à la quantité d aliment fabriqué pour tous les animaux x δ). δ : paramètre saisi pour chaque période GTE, δ = Quantité aliment fabriqué pour les porcs Quantité totale d'aliment fabriqué Enregistrement distinct des charges Porc / FAF L Energie totale enregistrée comprend l énergie consommée par l atelier porc et par l atelier FAF dans sa totalité. Energie porc = Energie totale Energie FAF totale, Energie FAF totale = MIN(Coût énergie FAF / kg x quantité aliment fabriqué consommé par les porcs (1) sur la période / δ, Charge énergie consommées sur la période). Le montant des postes charges diverses enregistrés est affecté uniquement à l atelier Porc. Le montant total des autres charges affectées à la FAF est saisi et transmis avec un code 99 : Autres charges FAF. Charges diverses FAF (de l aliment consommé par les porcs) = Charges énergie "FAF" (de l aliment consommé par les porcs) + Autres charges diverses FAF (code 99) (de l aliment consommé par les porcs) dont énergie (de l aliment consommé par les porcs) Charges énergie "FAF" = MIN (Coût énergie FAF/kg x Nombre de kg d'aliment fabriqué «consommé» (1) par les porcs sur période, Charge énergie consommée sur la période) x δ (1) quantité d aliment fabriqué consommé par les porcs = stocks fin FAF + fabrications stock début VII-2

6 dont autres charges FAF (de l aliment consommé par les porcs) dont autres charges FAF = Autres charges FAF x δ Affectation automatique des charges Porc / FAF En l'absence de saisie distincte des charges porc et FAF, la clé de répartition forfaitaire suivante est appliquée : Valeur aliment fabriqué tous ateliers (coût matières*) τ = Produit total + Valeur aliment fabriqué tous ateliers (coût matière*) (*) Coût matières premières saisi en GTE, hors coût de fabrication Charges diverses FAF = Charges énergie FAF + Charges entretien et réparations FAF + Charges petit matériel FAF + Autres charges FAF dont énergie Charges énergie "FAF" = MIN (Coût énergie FAF/kg x Nombre de kg d'aliment fabriqué «consommé» (1) par les porcs sur période, Charge énergie consommée sur la période) (1) aliment FAF consommé = stocks fin FAF + fabrications stock début dont entretien et réparations Charges entretien & réparations "FAF" = charges entretien & réparations x τ x δ dont petit matériel Charges petit matériel "FAF" = charges petit matériel x τ x δ dont autres charges Autres charges FAF = autres charges consommées sur la période x τ x δ Amortissements δ x Σ amortissements sur la période (pour la part de chaque investissement affectée à la FAF Frais financiers δ x Σ frais financiers sur la période (pour la part de chaque emprunt enregistré dans le module Tableau de Bord affecté à la FAF). VII-3

7 Main d œuvre Charges de main-d œuvre sur la période x ß x δ = [Charges de main-d œuvre familiale + MSA + Charges salariales] x ß x δ Nombre d'heures de fabrication sur la période ß = Nombre d'heures total sur la période (FAF + porc) dont main d œuvre familiale [Charges de main-d œuvre familiale] x ß x δ dont main d œuvre salariée [Charges salariales] x ß x δ dont MSA [ MSA ] x ß x δ Coût de fabrication total Charges diverses FAF sur la période + Amortissement des investissements "atelier FAF" sur la période + Frais financiers "atelier FAF" sur la période + Main-d œuvre "atelier FAF" sur la période Coût matière Coût matière des aliments fabriqués consommés = Poids total des aliments fabriqués consommés Prix de revient de l aliment fabriqué Coût matière + coût de fabrication total VII-4

8 4 - Coût de revient Alimentation = «Charges aliment» Valeur totale de l'aliment consommé, ou dans le cas de FAF, valeur totale des matières premières consommées (incluant des FF sous forme de majorations mensuelles) + poids total d'aliment fabriqué consommé x coût FAF/Kg. Si les charges de structure sont enregistrées, le coût FAF/kg est calculé automatiquement : le détail de ce coût par poste est présenté dans le chapitre "Coût de fabrication". Renouvellement Ce résultat est décrit dans le document Modalités de calcul des critères GTE Porcelets Ce résultat est décrit dans le document Modalités de calcul des critères GTE Charges diverses Ce résultat est décrit dans le document Modalités de calcul des critères GTE Amortissements (cf. annexe 1) Σ amortissements sur la période (pour la part de chaque investissement affectée à l'atelier porc). Frais financiers (cf. annexe 1) Σ frais financiers sur la période (pour la part de chaque emprunt enregistré dans le module TB affecté à l atelier porc) dont frais financiers à long et moyen terme Les frais financiers sont calculés en comptabilisant les intérêts courus sur la période sur les emprunts à plus de deux ans, pour la part affectée à l'atelier porc. dont frais financiers à court terme Ce poste comprend les frais financiers courus sur la période sur les emprunts à court terme (moins de deux ans), pour la part affectée à l'atelier porc ; il comprend également les frais financiers à court terme indiqués au chapitre divers. VII-5

9 Frais financiers totaux = frais financiers LMT + frais financiers CT Main-d œuvre totale (cf. annexe 1) Somme des coûts de main-d œuvre, d'origine familiale (y compris MSA) ou salariée affectés à l'atelier porc. dont main d œuvre salariée (salaires + charges) Salaires et charges sociales sur la période x (1-ß) dont main-d œuvre familiale (hors MSA) Rémunération forfaitaire en fonction du SMIC horaire sur la période (*) x Nombre d'heures de travail familial sur la période (**) x (1-ß) dont MSA MSA x (1-ß) (*) Cf. temps de travaux (**) Cf. séries économiques Rémunération des capitaux propres Elle est calculée par application du taux de rémunération des capitaux propres à leur montant, reconstitué de la façon suivante : Capitaux propres porc = Valeur résiduelle moyenne des investissements + valeur moyenne stocks animaux + valeur moyenne stocks aliments + créance sur ventes animaux + solde créance dettes sur TVA courante + solde créance dettes sur TVA investissement + disponible - valeur résiduelle des subventions - capitaux restant dus à LMT - capitaux restant dus à CT - dettes sur achat animaux et aliments - découvert Le montant des capitaux propres est calculé à partir des éléments de bilan corrigés. Ces valeurs diffèrent des valeurs calculées si l utilisateur modifie, dans le bilan moyen affiché calculé à partir des valeurs calculées, les éléments suivants affectant ces résultats : - Valeur du stock aliment - Créance/TVA courante - Créance/TVA sur investissement VII-6

10 - Disponible en caisse - Dette/TVA courante - Découvert porc Tous les calculs sont réalisés sur la base de dates 360 (cf. annexe 1), excepté les créances et dettes TVA sur investissement. Leur mode de calcul est le suivant : Valeur résiduelle moyenne des investissements Elle est calculée à partir des investissements et de leur mode d'amortissement ; le mode de calcul est difficile à expliciter ; on peut l'écrire : 1 Durée période. invest porcs date fin date début Valeur résiduelle ( t) dt Valeur moyenne des stocks animaux (stock moyen reproducteur + stock moyen «jeunes») Stock moyen reproducteur Les calculs des stocks moyens reproducteurs sont réalisés à partir des valeurs réelles des stocks animaux. = Stock moyen verrats + Stock moyen truies Stock moyen verrats Jours de présence verrat = valeur moyenne d'un verrat en stock x Durée de la période Valeur moyenne d'un verrat en stock = Valeur totale des verrats stock début + Valeur totale des verrats stock fin Nombre de verrats en stock début + Nombre de verrats en stock fin Nombre de jours de présence verrat = Nombre de verrats en stock fin x durée de la période - nombre de verrats achetés ou autorenouvelés x (date entrée - date début) + nombre de verrats réformés x (date de réforme - date début) + nombre de pertes et de saisies de verrats x (date perte - date début) Stock moyen truie Pour ce calcul, sous l appellation truie, on entend cochettes et truies en production en cas de gestion du pré-troupeau, c est à dire tous les reproducteurs femelles. Jours de présence truie (1) = valeur moyenne d'une truie en stock x Durée de la période (1) Cf calcul Nombre de truies présentes. Les truies gestantes sont ramenées en vide, soit : Valeur truies gestantes (réelle) - Valeur des porcelets dans la mère (calculé/bases standard) VII-7

11 Valeur moyenne d'une truie en stock = Valeur totale des truies (2) stock début + Valeur totale des truies (2) stock fin Nombre de truies en stock début + Nombre de truies en stock fin (2) Truies attente saillie, gestantes ramenées en vide, allaitantes Stock moyen jeunes Si les résultats de post-sevrage et d'engraissement sont calculés : Stock moyen post-sevrage + Stock moyen engraissement + Stock moyen avant sevrage + Stock moyen dans la mère Sinon Stock moyen sevrage-vente + Stock moyen avant sevrage + Stock moyen dans la mère Les valeurs standards sont calculées à partir des paramètres ITP en vigueur lors du calcul. Stock moyen en post-sevrage Jours de présence en PS (3) = valeur unitaire moyenne standard x Durée de la période (3) Cf. calcul du GMQ post-sevrage «Modalités de calcul des critères GTE» Psort + Pentr Valeur unitaire standard = Valeur unitaire + Valeur/kg x 2 Pentr = Poids moyen des porcelets entrés en post-sevrage (sevrage et achats au sevrage) Psort = Poids moyen des porcelets sortis de post-sevrage (mises à l'engrais, ventes de porcelets au sevrage et vente de porcelets traditionnels en vif ou en carcasse, ramenés en vif). Stock moyen en engraissement Jours de présence en engraissement (4) = valeur unitaire moyenne standard x Durée de la période (4) Cf. calcul du GMQ engraissement dans le document «Modalités de calcul des critères GTE». Psort + Pentr Valeur unitaire standard = Valeur unitaire+ Valeur/kg x 2 Pentr = Poids moyen des porcelets entrés en engraissement (mises à l'engrais, achats de porcelets traditionnels) Psort = Poids moyen des porcelets sortis d'engraissement (ventes de porcelets après la mise à l engrais, de porcs en carcasse, en vif, en jeunes reproducteurs, cessions de cochettes et de verrats) VII-8

12 Stock moyen sevrage-vente Jours de présence en sevrage-vente (5) = valeur unitaire moyenne standard x Durée de la période (5) Cf. calcul du GMQ sevrage-vente «Modalités de calcul des critères GTE». Psort + Pentr Valeur unitaire standard = Valeur unitaire+ Valeur/kg x 2 Pentr = Poids moyen des porcelets entrés en "sevrage-vente" (sevrage, achat de porcelets au sevrage ou traditionnels) Psort = Poids moyen des porcelets sortis de "sevrage-vente" (ventes de porcelets au sevrage, traditionnels en vif ou en carcasse, après la mise à l engrais, ventes de porcs charcutiers en vif, en carcasse, de jeunes reproducteurs, cessions de cochettes et de verrats) Stock moyen de porcelets avant sevrage = Valeur unitaire moyenne standard x Nombre moyen de porcelets Croît maternité Age au sevrage Nombre moyen de porcelets = x Poids sevrage (6) - Poids naissance Durée de la période Croît maternité = Nombre de sevrés x Poids au sevrage (6) - Nombre de "nés" x Poids naissance + Poids des stock fin porcelets avant sevrage - Poids des stock début porcelets avant sevrage Valeur unitaire moyenne standard = Poids naiss. + Poids sevrage (6) Valeur unitaire + Valeur/kg x 2 (6) Le poids moyen au sevrage est le poids moyen calculé en GTE (et non la valeur enregistrée en "paramètres"). Nombre de "nés" = Sevrés + Stock fin avant sevrage - Stock début avant sevrage Stock moyen de porcelets dans la mère = Valeur unitaire moyenne standard x Nombre moyen de porcelets Croît gestation Durée gestation (7) Nombre moyen de porcelets = x Poids naissance Durée de la période (7) Durée de gestation = 114 j Croît gestation = Nombre de nés (8) x Poids naissance Poids naissance + (Conçus (8) Nés (8) ) x VII-9

13 Poids naissance Croît gestation = (Nés + Conçus) x 2 Durée gestation Nombre moyen de porcelets = (Nés + Conçus) / 2 x Durée de la période 2 Valeur unitaire moyenne standard = (8) Valeur unitaire + Valeur/kg x Poids naissance 2 Les nombres de porcelets nés et conçus dans la période sont définis dans le document «Modalités de calcul des critères GTE». Valeur moyenne du stock aliments Nombre moyen de jours de consommation (par défaut, on retient 7 jours de consommation) Charges aliments x Durée période Créances sur ventes animaux Dettes sur achats animaux et aliments Charges porcelets x Produit total x Délai de paiement/vente animaux Durée période Délai paiement/achat animaux Durée période Délai paiement/achat aliment + Charges aliment x Durée période Délai/achat animaux + Délai/ventes animaux + Charges renouv. x 2 x Durée période Découvert porc FF sur OCCC (code 87)x ,25 = x Taux intérêt sur découvert Durée de la période Capitaux restants dus LMT, Subventions (cf annexe 1) Comme la valeur résiduelle, ils sont calculés à partir des emprunts et subventions enregistrés en tenant compte des échéanciers de remboursement (pour les emprunts) ou de l'amortissement (pour les subventions). A l affichage dans le bilan, on distingue les capitaux restants dus à LMT des capitaux restants dus à CT. VII-10

14 Si date d encaissement - date dernière échéance < 2 ans (2*366) : Capitaux restants dus à CT, Sinon, capitaux restants dus à LMT Solde créances - dettes / TVA courante On admet que chaque vente ou achat génère en moyenne une dette ou une créance TVA pendant la durée d'un trimestre. Son niveau est fonction du taux appliqué au mouvement concerné. Les dates réelles sont utilisées dans ce calcul (et non pas les dates 360). Créances - Dettes (sur TVA courante) = ( TVA0 TVA1) Produittotal TVA0+ Chargepclet TVA1+ Chargealiment TVA2+ Chargerenouvell ,25/4 x Duréepériodex100 avec : TVA0 = taux de TVA sur ventes d'animaux TVA1 = taux de TVA sur achats d'animaux TVA2 = taux de TVA sur achats d'aliments Le solde créances - dettes sur TVA courante est utilisé dans les calculs. A l affichage du bilan, la valeur du solde est affichée en créance si elle est positive et en dette si elle est négative. Solde créances - dettes sur TVA investissement Par défaut, on applique aux dépenses d'investissement le taux de TVA proposé en paramètres : 19,6 en 2000 ; cependant ce taux peut être modifié par l'utilisateur pour certains investissements particuliers ; il en va de même des ventes d'immobilisations (bâtiments ou matériels). Les dates réelles sont utilisées dans ce calcul (et non pas les dates 360). Une dépense d'investissement génère une créance jusqu'à la date du 5 mai suivant ; cette créance n'est appliquée que sur la partie de l'intervalle comprise dans la période de calcul. Le raisonnement est le même pour les dettes occasionnées par une revente de bâtiments ou de matériels. La formule devient : Créances - Dettes (sur investissements) = investissementsdont Dd< D5mai ( + 1) MAX( D i,dd) i MIN D5mai,Df DEP i TVA 100 Durée de la période avec : DEP i = Montant de la dépense pour l'investissement i (ou - Montant de la revente) TVA i = Taux appliqué à l'opération (achat ou vente de bât. ou matériel) D5 mai = Date du 5 mai suivant la date d'investissement (ou de vente) D i = Date d'investissement (ou de vente) Dd = Date début de période Df = Date fin de période VII-11

15 Les règles de la prise en compte des investissements dans le calcul des créances TVA sur investissement sont décrites en ANNEXE 3. Le solde créances - dettes sur TVA investissement est utilisé dans les calculs. A l affichage du bilan, la valeur du solde est affichée en créance si elle est positive et en dette si elle est négative. Disponible Il est toujours inconnu ; l'utilisateur a la possibilité de le saisir lui-même ; par défaut, il est supposé nul. Valeur résiduelle des subventions 1 Durée période. Subvent porcs date fin date début Valeur résiduelle ( t) dt La rémunération des capitaux propres est alors égale à : Montant capitaux propres x Taux rémunération x durée période/365,25 Cette valeur est bornée à zéro par défaut (une valeur négative est possible, mais la rémunération dans ce cas n'a pas de sens). Coût de revient Charges aliment + Charges renouvellement + Charges porcelets + Charges diverses + Loyers + Travail à façon + Amortissements + Frais financiers totaux + Salaires et charges salariales + MSA + Charges de main d œuvre familiale + Rémunération des capitaux propres Le coût de revient est exprimé par défaut en /porcelet pour les naisseurs vente au sevrage, en /kg porcelet pour les naisseurs traditionnels, les mixtes-naisseurs et les post-sevreurs et en /kg carcasse pour les autres catégories. VII-12

16 Prélèvements privés porcs Ils correspondent à la somme des prélèvements réalisés par l éleveur sur l atelier porc pour la période. Prix de fonctionnement Charges aliment + Charges renouvellement + Charges porcelets + Charges diverses + Loyers + Travail à façon + Remboursement des capitaux courus LMT porc + Remboursement des capitaux courus CT porc + Frais financiers totaux + Salaires et charges salariales + MSA + Prélèvements privés Il est calculé seulement si les prélèvements privés porcs sur la période sont notés. Il est exprimé en /porcelet pour les naisseurs vente au sevrage, en /kg porcelet pour les naisseurs traditionnels, les mixtes-naisseurs et les post-sevreurs et en /kg carcasse pour les autres catégories. VII-13

17 5 - Résultats économiques et financiers Les marges et résultats (cf. diagramme ci-dessous) sont exprimés en /truie présente/an pour les élevages avec truies et en /porc produit pour les élevages sans truies. Marge et résultats calculés en GTE TB Produit total cf. modalités de calcul des critères GTE dont plus-value reproducteurs cf. modalités de calcul des critères GTE dont variation de stocks cf. modalités de calcul des critères GTE dont recettes diverses cf. modalités de calcul des critères GTE VII-14

18 Marge technico-économique sur coût alimentaire cf. modalités de calcul des critères GTE Marge sur coût alimentaire et renouvellement cf. modalités de calcul des critères GTE Marge sur coût aliment et divers cf. modalités de calcul des critères GTE Revenu de l'éleveur Marge sur coût aliment et divers - Frais financiers - Amortissements - Charges salariales - MSA Il s'agit d'un revenu du travail familial et des capitaux propres, en quelque sorte un revenu agricole "porc". Marge brute d'autofinancement Revenu de l'éleveur + Amortissements = Produit total - Alimentation - Renouvellement - Porcelets - Divers Loyers Travail à façon - Frais financiers - Main d œuvre salariée - MSA Excédent brut d exploitation EBE = Produit total - Charges aliment - Charges renouvellement - Charges porcelets - Charges diverses - Loyers - Travail à façon - Charges de main d œuvre familiale - Charges MSA - Charges salariales Revenu du travail total Revenu de l'éleveur + Charges salariales - Rémunération des capitaux propres + MSA = Produit total - Alimentation - Renouvellement - Porcelets - Divers Loyers Travail à façon - Frais financiers - Amortissements - Rémunération des capitaux propres Il permettra de rémunérer le travail familial et salarié, y compris les charges sociales et la MSA. VII-15

19 Temps de travail Il s'agit du nombre d'heures consacrées au porc sur la période, hormis celles utilisées à la fabrication d'aliments. Temps de travail = Nbre d'heures "Naissage" + Nbre d'heures "Post-sevrage + Engraissement" + Nbre d'heures "Autres". Revenu horaire du travail ( /h) Revenu du travail total/temps de travail Rendement des immobilisations et des stocks (% / an) (Revenu de l'éleveur - Main-d œuvre famil. + F.financ. totaux) 365,25 = x 100 x Val.résiduelle investis."porc" + Stock moyen animaux + Stock moyen aliment Durée période Immobilisations nettes = Valeur résiduelle moyenne des investissements porc (cf rémunération des capitaux propres) Il est exprimé par truie présente pour les élevages avec truies et par porc présent pour les élevages sans truies, soit :. Valeur résiduelle moyenne des investissements porc / nbre de truies présentes ou Valeur résiduelle moyenne des investissements porc / nbre de porcs présents. Valeur moyenne du stock animaux = Stock moyen reproducteurs + stock moyen jeunes (cf annexe 1) Il est exprimé par truie présente pour les élevages avec truies et par porc présent pour les élevages sans truies, soit :. (Stock moyen reproducteurs + stock moyen jeunes) / nbre de truies présentes ou (Stock moyen reproducteurs + stock moyen jeunes) / nbre de porcs présents. Capitaux restants dus =Endettement LMT = Capitaux restants dus LMT (cf annexe 1) Il est exprimé par truie présente pour les élevages avec truies et par porc présent pour les élevages sans truies, soit :. Capitaux restants dus LMT / nbre de truies présentes ou Capitaux restants dus LMT / nbre de porcs présents. VII-16

20 Produits - charges exceptionnels Produits - charges exceptionnels = Amortissements des subventions sur la période + Plus-value sur la revente des investissements Plus-value sur la revente des investissements = Valeur de revente HT - Valeur résiduelle à la date de la vente VII-17

21 VII - 17 ANNEXE 1 : Procédures de calcul utilisées dans la méthode de "Tableau de Bord" Les résultats intermédiaires produits sont utilisés dans les calculs des critères GTE- TB. Dans tous les résultats Tableau de Bord (sauf dans les calculs de créances et dettes sur TVA pour lesquels on retient les dates réelles), les dates sont calculées en référence à une "année" de 360 jours et un "mois" de 30 jours. Pour une date JJMMAA : Si JJ = dernier jour du mois, alors JJ = 30 Date360(JJ,MM,AA) = JJ + [(AA-1964) x 12 + MM - 1] x 30 Amortissement des investissements Le montant à amortir est la somme S = dépenses + participation aux travaux. Cette somme est répartie entre trois "ateliers" : le porc : S x % porc la fabrication d'aliments : S x % FAF le reste : non considéré La période d'amortissement est [date début d'amortissement ; date début d'amortissement + durée d'amortissement] Trois modes d'amortissement sont admis : l'amortissement linéaire l'amortissement dégressif dit de type "fiscal" l'amortissement libre VII-17

22 1- Amortissement linéaire 1.a. Schéma de principe Valeur résiduelle 1 2 Date de réa lisa tion (Dda) Date début d 'a mortissement (Dfa ) Date fin d 'a mortissement 1.b. Mode de calcul Par définition, on a toujours : Amortissement sur une période = Valeur résiduelle début de période - Valeur résiduelle fin de période Sur période 1 VR = constante = Montant initial Amortissement = 0 Sur période 2 On applique un taux constant au montant initial Amortissement annuel = Montant initial x 1/durée sur une période [D1,D2[ incluse dans la période d'amortissement : Amortissement [D1,D2[ = Amortissement annuel x (D2-D1)/360 N. B. : Attention! Toutes les dates sont calculées en référence à une "année" de 360 jours et un "mois" de 30 jours Pour une date JJMMAA : Si JJ = dernier jour du mois, alors JJ = 30 Date360(JJ,MM,AA) = JJ + [(AA-1964) x 12 + MM - 1] x 30 VII-18

23 2- Amortissement dégressif 2.a. Schéma de principe Valeur résiduelle Date de réa lisa tion (Dda ) Date début d 'a mortissement Dc (Dfa ) Date fin d 'a mortissement 2.b. Mode de calcul Un taux d'amortissement constant est appliqué, non plus au montant initial, mais à la valeur résiduelle au début de chaque période. La règle impose d'amortir sur une période donnée un montant au moins égal à l'amortissement linéaire correspondant à un moment donné, il faut passer à l'amortissement linéaire (Date D c sur le schéma). Le taux d'amortissement est obtenu en multipliant le taux d'amortissement linéaire (1/Durée) par un coefficient (K) fonction de la durée d'amortissement. Ce mode particulier d'amortissement dégressif est dit de type fiscal ; le coefficient K est défini comme suit : Durée d'amortissement 4 [5;6] 7 K 1,5 2 2,5 VII-19

24 Positionnement de la date D c C'est la date au-delà de laquelle l'amortissement dégressif devient inférieur à l'amortissement linéaire (appliqué à la valeur résiduelle et à la durée restante). Soit T = Ln(1 - K/N), où N est la durée d'amortissement Remarques : T est toujours < 0 Ln = Logarithme népérien La date D c est alors : D c = N + 1/T, soit pour N [1,20] : N D c - 1,28 1,56 1,87 3,04 3,53 4,74 5,33 5,93 6,52 N D c 7,12 7,72 8,32 8,92 9,52 10,11 10,71 11,31 11,91 12,51 Calcul de la valeur résiduelle Soit : S le montant initial à amortir X le temps (en années) à compter de la date de début d'amortissement V(X) la valeur résiduelle au temps X Si Durée N 1,5 V(X) = S. (N - X)/N (Amortissement linéaire) Si N > 1,5 pour X D c V(X) = S. e XT pour X D c V(X) = S. T. (X - N) e 1+T.N N. B. : On vérifie que pour X = D c les deux formules conduisent au même résultat, soit V(D c ) = S. e 1+T.N 3- Amortissement "libre" Le montant de l'amortissement est choisi par l'utilisateur, pour une période donnée. Toutefois, il convient qu'à chaque instant la somme des amortissements pratiqués soit au moins égale à la dépréciation prévue par la procédure d'amortissement linéaire. VII-20

25 Remboursement des emprunts 1- Caractéristiques générales 1.a. Le montant du prêt Le montant de l'emprunt est réparti entre atelier porc, atelier FAF et le reste, à l'aide des clés % porc et % FAF. Le montant brut est le montant utilisé pour calculer les remboursements dus. Le montant net représente la somme réellement perçue ; dans l'état actuel des choses, elle n'a pas d'intérêt pour le calcul des charges, mais pourrait en avoir dans celui des mouvements de trésorerie. 2.b. Type de remboursement Code à deux caractères : 1 numérique {1,2,3} 1 alpha {A,S,T,M} Le premier caractère détermine le mode de calcul des remboursements : 1. Remboursement par échéances constantes (la somme capital + intérêt versée à chaque échéance reste invariante) 2. Remboursement par échéances à capital constant (la fraction de capital remboursée à chaque échéance reste constante) 3. Autre type (option "manuelle") Le deuxième caractère indique la périodicité des remboursements : A pour annuelle S pour semestrielle T pour trimestrielle M pour mensuelle 2.c. Taux et durées Le programme prévoit deux phases de remboursement caractérisées par un taux et une durée. Au cours de la première phase, un différé de remboursement du capital peut être appliqué. Durée totale = Durée 1 + Durée 2 Différé = inclus dans Durée 1 2- Calcul des remboursements Soit : T le taux d'intérêt annuel /100 (ex : 0,085 pour 8,5 %) S le montant brut de l'emprunt K = 12 / Périodicité de remboursement, en mois Le taux d'intérêt par période est i = T/K Le nombre total d'échéances est Durée totale x K VII-21

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base Fait par Christophe Lemaigre. COMPTABILITE Principes de base Le bilan est une photographie du patrimoine de l'entreprise. Il est formé de l'actif et du passif. Actif : utilisations, emplois de l'entreprise.

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Comptabilité Générale II

Comptabilité Générale II Université IBN ZOHR Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agadir Economie et Gestion Semestre 2 Sections G H I Comptabilité Générale II Mohamed LAABOUBI Année universitaire 2014-2015

Plus en détail

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES Objectif(s) : o Conséquences comptables des opérations de cessions, o Aspects fiscaux. Pré-requis : o Maîtrise des amortissements et provisions,

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

GEOSI. Les intérêts et les Emprunts

GEOSI. Les intérêts et les Emprunts GEOSI Les intérêts et les Emprunts 1.Définition Lorsque qu une personne (prêteur) prête une somme à une autre personne (emprunteur) il est généralement convenu de rembourser, à l échéance, cet emprunt

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise.

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES Objectif(s) : o Pré-requis : Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. o Outils de mathématiques financières

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

EXCEL: Les fonctions financières

EXCEL: Les fonctions financières EXCEL: Les fonctions financières Excel regroupe des fonctions de plusieurs types. Ce chapitre reprend une partie des fonctions financières: emprunts, taux d'intérêt, amortissement. Sans les voire toutes,

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES

LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES LES AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o o o o Principes des provisions règlementées. Maîtrise des méthodes d'évaluation des amortissements en mode linéaire et en

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales N SIRET : 314 136 250 000 29 16 rue Fénelon 69006 Lyon (Tél) 04.78.65.97.51 (Fax) 04.72.74.97.34 (E-mail) aga-ps@wanadoo.fr

Plus en détail

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 1 2.10 Le Bon Vieux Temps inc 2 Fondée par M. Honoré Tremblay le 1 er octobre 20-2, la société Le Bon Vieux Temps inc. est une entreprise qui se spécialise dans la vente de meubles

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

Examen décembre 1994

Examen décembre 1994 Examen décembre 1994 QUESTION REDIGEE Temps conseillé: 2 heure 30 minutes noté sur 100 points ENONCE: FRANCOTRANS SA, entreprise de transport public de marchandises, ayant l usage de 15 ensembles identiques

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule LSPA 04-01 CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS

LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS PRESENTATION DES MODES D AMORTISSEMENT Exemple 1 : CAS D UN AMORTISSEMENT VARIABLE On acquiert le 04/08/N une machine-outil pour une valeur HT de. Cette machine,

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES NOM DE L'EXPERT-COMPTABLE...

NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES NOM DE L'EXPERT-COMPTABLE... 16 rue Fénelon 69006 Lyon (Tél) 04.78.65.97.51 (Fax) 04.72.74.97.34 (E-mail) bordereau@aga-ps.com (Web) www.aga-ps.com NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 EXERCICE 2014 BORDEREAU D'INFORMATIONS

Plus en détail

La dépréciation d'un élément d'actif représente la différence entre sa valeur brute et sa valeur nette comptable.

La dépréciation d'un élément d'actif représente la différence entre sa valeur brute et sa valeur nette comptable. I - DÉFINITION ET RÔLE DE L'AMORTISSEMENT 1 - Définition de l'amortissement et du plan d'amortissement : L'amortissement est défini comme étant la constatation comptable de la perte subie par la valeur

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

I. PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE (*).

I. PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE (*). الامتحان الموحد الوطني لنيل شهادة البكالوريا الا طار المرجعي لمادة: المحاسبة والرياضيات المالية- 2010 - شعبة العلوم الاقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي Filière : sciences de gestion comptable

Plus en détail

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité 0202 Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité I PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE ص 0 من 00 PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS 1. INTRODUCTION AUX TRAVAUX DE FIN D

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS LINÉAIRES

LES AMORTISSEMENTS LINÉAIRES LES AMORTISSEMENTS LINÉAIRES Les amortissements correspondent à la perte de valeur d'une immobilisation due à son usure ou son obsolescence. 1- COMPTABILISATION DE LA DOTATION ANNUELLE Compte Dotations

Plus en détail

3 Financement et emprunts

3 Financement et emprunts C. Terrier 1 / 6 12/12/2013 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT La plupart des immobilisations corporelles qui figurent à l actif de l entreprise se déprécient soit à cause de l usure qu elles subissent (c est le cas des

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

Activation des frais de constitution d'une société

Activation des frais de constitution d'une société I. Frais d'établissement Sont portés sous cette rubrique, s'ils ne sont pas pris en charge à un autre titre durant l'exercice au cours duquel ils ont été exposés, les frais qui se rattachent à la constitution,

Plus en détail

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES -

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Page : 1 - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Permanence des méthodes Changements de méthode : Les engagemetns de retraite sont comptabilisés, désormais, en incluant les charges sociales. La régularisation

Plus en détail

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE

LA GESTION BUDGETAIRE LA DIVERSITÉ DES BUDGETS - LE BUDGET DE TRÉSORERIE LA GSTION BUDGTAI LA DIVSITÉ DS BUDGTS - L BUDGT D TÉSOI La comptabilité générale et la comptabilité analytique renseignent le gestionnaire sur une situation passée : - la comptabilité générale permet

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE

FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE Un professionnel libéral se doit d investir dans des équipements ou de faire des travaux d aménagement professionnels à plusieurs reprises au cours de sa carrière.

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

L AMORTISSEMENT DÉGRESSIF ET LA DÉPRÉCIATION DES IMMOBILISATIONS

L AMORTISSEMENT DÉGRESSIF ET LA DÉPRÉCIATION DES IMMOBILISATIONS 13 DOSSIER 2 L AMORTISSEMENT DÉGRESSIF ET LA DÉPRÉCIATION DES IMMOBILISATIONS SARL LAURIQUE Ravalement de façades 19 place de Gavarnie 65110 CAUTERETS Cette entreprise termine son exercice comptable tous

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE 1. Indiquer la signification de ce sigle. ANC : Autorité des normes comptables

Plus en détail

Chapitre 9 : Amortissement des immobilisations.

Chapitre 9 : Amortissement des immobilisations. Économie et management. Analyse comptable. 2013-2014 Chapitre 9 : Amortissement des immobilisations. Sylvie Gerbaix. I _ Acquisition des immobilisations. 1 _ Exemple. Acquisition d'un matériel. Valeur

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS. Définition. Base d amortissement. Amortissement linéaire

LES AMORTISSEMENTS. Définition. Base d amortissement. Amortissement linéaire LES AMORTISSEMENTS Définition L amortissement est la constatation comptable de la dépréciation d un bien. Cette dépréciation résulte de l usure (diminution physique) ou de l obsolescence du bien (vieillissement

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2)

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2) DEMANDE D ATTESTATION ET SES ANNEXES MODELE ADHERENT DOCUMENTS A NOUS ADRESSER OBLIGATOIREMENT SUR SUPPORT PAPIER OU EN DEMATERIALISATION EDI-TDFC Demande d attestation et renseignements complémentaires

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

LES OPERATIONS D INVENTAIRE

LES OPERATIONS D INVENTAIRE LES OPERATIONS D INVENTAIRE Pour toutes les applications la date de fin d exercice est le 30 septembre 2009 1. Evaluation des stocks En fin d exercice, il convient d établir un état des stocks existant

Plus en détail

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DU PORTEUR DE PROJET. PAGE 3 I.1- Présentation générale I.2- Situation familiale I.3- Scolarité et formation professionnelle II.

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Université Abdelmalek Essaâdi Faculté Polydisciplinaire de Larache Semestre II Matière : Comptabilité Générale II Pr.

Université Abdelmalek Essaâdi Faculté Polydisciplinaire de Larache Semestre II Matière : Comptabilité Générale II Pr. Université Abdelmalek Essaâdi Faculté Polydisciplinaire de Larache Semestre II Matière : Comptabilité Générale II Pr. EJBARI Abdelbar LES AMORTISSEMENTS Définitions et Notions L entreprise doit, dans le

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

MaCompta. Module de gestion des immobilisations

MaCompta. Module de gestion des immobilisations MaGestia Informatique MaCompta Module de gestion des immobilisations Version 2015 Mise à jour du 1 janvier 2015 Page 1 sur 20 SOMMAIRE...4 ORGANISATION DU LOGICIEL...4 GESTION DES IMMOBILISATIONS...6 PREAMBULE...6

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION

LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION Les travaux d inventaire : les amortissements pour dépréciation Page 1 LES AMORTISSEMENTS POUR DEPRECIATION L'amortissement est la constatation comptable de la perte définitive de valeur que subissent

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires NC 25 Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires Objectif 01. Dans le cadre de ses activités courantes, la banque peut affecter une partie de ses ressources à la gestion d'un portefeuille-titres.

Plus en détail

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE 1 Factures de doit p. 9 Processus 1 2 Réductions sur factures de doit p. 11 Processus 1 3 Frais accessoires sur factures p. 13 Processus 1 4 Comptabilisation

Plus en détail

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri Fiches techniques : Filière Porc Fleuri FICHE TECHNIQUE 1 LE PORC FLEURI SAVOUREUX Méthode de production : RACE ET TYPE DE PORC : La viande doit provenir d un animal de type Piétrain. On entend par «type

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

Première partie : Les travaux d inventaire. Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24

Première partie : Les travaux d inventaire. Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24 Première partie : Les travaux d inventaire Fiches Mr Cisternino : Les travaux d inventaire 1 / 24 Premier dossier : Les activités liées aux immobilisations et à leurs amortissements Chapitre 1 : Les travaux

Plus en détail