Biogaz et méthanisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Biogaz et méthanisation"

Transcription

1 Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, Biogaz et méthanisation 1. BIOGAZ: +2,1 MTEP D'ICI a ) Gaz de décharge : +600 ktep 2 b ) Biogaz «agricole» : ktep 2 c ) Autres ressources 3 2. UNE POLITIQUE POUR LE GAZ RENOUVELABLE... 4 a ) Exemple pour une unité de 30 m3/h de méthane (correspondant à 100 kw el.)5 b ) Exemple pour une unité de 100 m3/h de méthane (correspondant à 300 kw el.) 5 3. LE COUT DE PRODUCTION DE L ELECTRICITE A LA FERME... 7 a ) Caractéristiques structurelles générales 7 b ) Diversité de matières méthanisées et autonomie 7 c ) Diversité des débouchés thermiques 8 d ) Puissances électriques installées 8 e ) Investissement 9 f ) Rentabilité des projets ANNEXES a ) Le potentiel biogaz des matières agricoles résiduelles est de 12 Mtep 12 b ) La méthanisation dégrade-t-elle le potentiel humique? 13 c ) Quel est le «rendement» de la méthanisation? 13 d ) Peut-on méthaniser les résidus de cultures sans dommages pour l environnement? 14

2 1. Biogaz: +2,1 Mtep d ici 2020 La ressource mobilisable à l horizon 2020 est estimée à 2,4 Mtep, soit +2,1 Mtep par rapport à la situation actuelle. a ) Gaz de décharge : +600 ktep Le potentiel de gaz de décharge récupérable et valorisable 1 passera par un maximum de tonnes de méthane, ce qui correspond à une puissance électrique installée de 500 MW 2 (contre 100 MW actuellement). Tableau : potentiel de valorisation du gaz de décharge en France ktch ktep GWh MW elec Pour comparaison, la puissance installée sur gaz de décharge au Royaume-Uni est actuellement de 818 MW. La quantité de biogaz de décharge valorisée est passée de 822 ktep en 2001 à 1407 ktep en 2005, soit un rythme annuel d augmentation de +145 ktep par an. b ) Biogaz «agricole» : ktep La puissance électrique installée en Allemagne en biogaz «agricole» est passée de 250 MW en 2004 à MW en Ceci démontre la capacité de l industrie allemande du biogaz à fournir une offre de 300 MW de capacité supplémentaire annuelle. La voie française sera différente de la voie allemande : la situation actuelle est comparable à la situation qui prévalait en Allemagne avant l introduction d une prime aux cultures énergétiques. Au cours de la première phase de développement, il s est construit près de 2000 installations totalisant 250 MW électriques. Tableau : évolution des capacités installée en biogaz agricole en Allemagne 3. Année Capacité cumulée, MW TCAM - 59% 41% 45% 19% 30% 169% 43% 34% Capacité installée, MW Source : «Waste Landfilling in Europe: Energy Recovery and Greenhouse Gas Mitigation», étude réalisée par SOLAGRO pour la Sustainable Landfill Foundation, Février La puissance est calculée en moyenne sur heures par an. 3 Source : Biogas basisdaten Deutschland, Janvier FNR.

3 Le potentiel de biogaz agricole en France est calculé en faisant l hypothèse que le rythme d installation de 300 MW par an sera atteint en En partant d une puissance installée de 1 ou 2 MW en 2009, cela suppose un taux de croissance annuel moyen d environ 60 ou 70%. D où le tableau ci-dessous. Tableau : prospective sur le développement du biogaz agricole en France Puissance installée, MW Puissance cumulée, MW ktep/an Ces chiffres comprennent les installations individuelles et les installations collectives, pratiquant la codigestion de sous-produits agricoles (déjections d élevages, résidus de cultures) et de déchets agro-alimentaires, avec une proportion marginale de cultures énergétiques dédiées. Le gisement mobilisé en 2020 correspond à 13% du gisement des matières agricoles résiduelles (incluant les résidus de culture, mais sans compter les déchets agroalimentaires). Toutes les données sont présentées ici en puissance électrique. Il suffit de multiplier les puissances électriques par 3 pour obtenir un équivalent en puissance «gaz». c ) Autres ressources Les autres ressources n ont pas été étudiées ici. On assiste à une importante progression du biogaz produit par méthanisation des déchets ménagers et assimilés. Le potentiel supplémentaire sur boues d épuration, ainsi que sur effluents industriels, reste également important. À titre indicatif, une unité traitant tonnes de déchets en méthanisation produit environ tep en énergie primaire. Le potentiel de développement est sans doute largement supérieur à 100 ktep. 4 Conversion MW en ktep : hypothèses d un fonctionnement de 7500 heures, rendement électrique de 35%.

4 2. Une politique pour le gaz renouvelable a ) Un mécanisme similaire aux dispositifs existants pour l électricité renouvelable Le soutien au gaz renouvelable pourrait être construit à l image des dispositifs de soutien à l électricité renouvelable : Obligation d achat de la part des distributeurs locaux Prix d achat garanti sur le long terme, à un niveau suffisamment attractif pour les producteurs Le surcoût par rapport au prix du marché est financé par la CSPE Ces aspects avaient été étudiés dans le cadre du projet BIOCOMM (Altener /C/02-082/2002), ils avaient abouti à une esquisse de projet de directive européenne. L étude indique que le coût de la production du biogaz injecté sur le réseau public, se décompose ainsi : Taille Petites unités (<100 m3/h) Grandes unités ( m3/h) Correspondance en kw élec 200 kw el 500 kw el Coût de production, /MWh gaz Coût d épuration, /MWh gaz TOTAL, /MWh gaz Le coût de la canalisation de raccordement est estimé à 6 par mètre et par an : pour une canalisation de 5 Km par exemple, on compte /an comprenant les annuités et les coûts de maintenance. Nous avons repris ces calculs sur une version adaptée du logiciel «GAZDEFERME» (variante «production de gaz naturel») pour vérifier s ils correspondent à la situation française.

5 b ) Quel coût d achat pour le gaz renouvelable produit à la ferme? Exemple pour une unité de 30 m3/h de méthane (correspondant à 100 kw el.) Mélange : 3000 t lisier, 700 t fumier, 700 t paille (50 /t) Injection réseau à 5 kilomètres. Matière première Méthanisation Epuration Injection TOTAL Investissement k Annuités k /an Conduite k /an Achat électricité K /an 9 9 Maintenance K /an Autres coûts K /an Total exploitation K /an Total annuités + exploitation K /an Coût total /MWh Exemple pour une unité de 100 m3/h de méthane (correspondant à 300 kw el.) Mélange : 9000 t lisier, 2000 t fumier, 3000 t paille (50 /t) Injection réseau à 5 kilomètres. Matière première Méthanisation Epuration Injection TOTAL Investissement k Annuités k /an Conduite k /an Achat électricité K /an Maintenance K /an Autres coûts K /an Total exploitation K /an Total annuités + exploitation K /an Coût total /MWh Nos calculs confirment les résultats de l étude BIOCOMM, qui s appuie sur plusieurs études réalisées en Suède (SGC) ou en Allemagne (Wuppertal Institut). Pour des installations «à la ferme», le prix d achat du gaz renouvelable devrait donc se situer aux environs de 90 à 120 /MWh. Le prix du gaz naturel à l importation a dépassé 20 /MWh (source DGEMP). Le différentiel par rapport au tarif du marché est de 70 à 100 /MWh de gaz.

6 Graphique : évolution du prix du gaz importé CAF en constants (2006) par MWh Le prix d achat de l électricité ex-biogaz peut atteindre, pour des situations comparables, de 140 /MWh si la chaleur est correctement valorisée. Pour comparaison, le prix de vente de l électricité sur le marché européen est de 46 /MWh en Pour l électricité, le différentiel entre le prix de marché et le tarif d achat est donc de 94 /MWh. Dans les deux cas, le gaz et l électricité-, le différentiel entre le prix du marché et le prix d achat, est donc du même ordre de grandeur. Il est donc légitime d accorder au gaz ce qui a été accordé à l électricité, sur le plan tarifaire. Une autre conclusion de ces études est que le coût du raccordement au réseau ne doit pas être surestimé. En effet, il ne compte que pour 5 à10% du coût global dans les deux cas analysés ici. Il est donc possible de transporter le gaz sur des distances relativement importantes beaucoup plus loin que l eau chaude.

7 3. Le coût de production de l électricité à la ferme Le coût de production de l électricité, pour des installations de méthanisation à la ferme, est analysé ici à partir des études réalisées par Solagro. Il ne s agit donc pas d un échantillon représentatif, mais de situations réelles ayant fait l objet d une étude d avant-projet. a ) Caractéristiques structurelles générales Les exploitations agricoles engagées dans une démarche méthanisation individuelle avec Solagro sont de taille relativement importante, tant au niveau de la SAU que du nombre d UGB (Unité Gros Bétail): - SAU moyenne sur cet échantillon : 189 ha (moyenne française : 45 ha). - nombre moyen d UGB : 750 ; le GAEC X et ses UGB biaise fortement cette moyenne. Si on n intègre pas cette exploitation, le nombre moyen d UGB descend à Toujours en excluant le GAEC X, la charge d UGB/ha est de 1,2 (moyenne française : 1,1). - Le nombre moyen d UTH par exploitation est de 5 (moyenne française : 2,2). b ) Diversité de matières méthanisées et autonomie Autonomie sur le gisement de matière Sur les projets étudiés, les gisements de matière organique destinés à la méthanisation proviennent : des activités de l exploitation agricole : 71% du gisement brut total, de co-substrats extérieurs à l exploitation : 29% du gisement total. Cette répartition reflète la bonne autonomie des exploitations agricoles pour ce qui est du gisement disponible en propre : 12 exploitations sont ainsi autonomes pour plus de 2/3 du gisement brut, mais 3 exploitations disposent de moins d 1/3 du gisement en propre. Diversité matières méthanisées des Le graphique suivant illustre la diversité des matières organiques intégrées dans les projets de méthanisation. Fumier et lisier forment 65% du tonnage total méthanisé.

8 c ) Diversité des débouchés thermiques La chaleur produite par cogénération est destinée à être valorisée pour : du chauffage de maisons d habitation : 32% de la chaleur totale valorisée, du chauffage de bâtiment d élevage et d eau de lavage : 27% de la chaleur totale valorisée, du chauffage de serre : 24% de la chaleur totale valorisée, du séchage de matières : 17% de la chaleur totale valorisée, d ) Puissances électriques installées Les puissances supérieures à 250 kva sont exceptionnelles.

9 Certains élevages, sans co-produits, disposent d un gisement agricole de 250 kw. Mais il s agit dans ces deux cas soit d un élevage très important, soit d un agriculteur collectant des lisiers et fumiers dans son voisinage. Le projet de 350 KW dépend à 80% de coproduits. e ) Investissement L investissement est relativement proportionnel au tonnage de matières méthanisées. Rapporté au kw, l investissement peut dépasser les /kw. Il ne devient inférieur à que pour des puissances supérieures à 250 kw. Le cas général est entre et /kw.

10 f ) Rentabilité des projets En fonction de la puissance : - au-dessous de 50 kw, les cas de rentabilité sont exceptionnels - au-delà, la rentabilité ne dépend guère de la puissance - le temps de retour est de l ordre de 10 ans ± 3 ans En fonction du taux de valorisation : tous les projets dont le taux de valorisation global est supérieur à 70%, ont un TRB (temps de retour brut) inférieur à 10 ans.

11 Aucun projet dont le taux de valorisation est inférieur à 45% n a un TRB inférieur à 15 ans. En fonction de la présence des coproduits : - tous les projets disposant de plus de 50% de coproduits sont rentables ; mais pas plus que les projets sans ou avec très peu de coproduits

12 4. Annexes a ) Le potentiel biogaz des matières agricoles résiduelles est de 12 Mtep L ensemble des résidus de culture totalise 45 Millions de tonnes de matière organique. Surface, Mha Millions de tonnes de matière organique TOTAL 12,2 44,7 Blé 5,1 17,0 Autres céréales 2,1 6,9 Maïs grain 1,8 6,7 Colza 1,4 6,5 Tournesol 0,8 3,8 Pois protéagineux 0,5 1,6 Autres oléagineux et protéagineux 0,1 0,2 Betterave industrielle 0,4 2,1 Environ la moitié des pailles de céréales sont récoltées pour utilisation en litière (fumier). Une partie de ces résidus n est pas récoltable en l état actuel des pratiques et techniques, mais peut le devenir. Les résidus de culture ne comprennent pas uniquement les pailles de céréales, mais aussi des résidus rarement récoltés aujourd hui, comme les cannes de maïs ou de tournesol, ou les pailles de colza. Résidus de culture: 45 MtMO Disponible: 35 MtMO Litière: 9 MtMO Fumier: 20 MtMO Système fumier: 11 MtMO Déjections: 26 MtMO Lisiers : 2,5 MtMO Laissé aux champs: 13 MtMO La production de fumiers et lisiers totalise 22,5 Mt de matières organiques.

13 En prenant comme hypothèses une dégradabilité moyenne de 50% et une productivité de 500 m3 de méthane par tonne de matière organique dégradée, le potentiel énergétique est de 5,3 Mtep en valeur PCs (1 m3(n) de méthane = 39,82 MJ). Pour les résidus de culture, on prend une dégradabilité moyenne de 40% seulement (coefficient de digestibilité de la paille de blé). Le potentiel énergétique est de 6,6 Mtep en valeur PCs. Le gisement total est donc de 11,9 Mtep PCs (ou 10,7 Mtep PCi), avec les technologies actuelles. Le taux de dégradation des pailles (et des fumiers) doit pouvoir être significativement amélioré, puisque environ la moitié de la cellulose et hémicellulose reste dans le digestat. b ) La méthanisation dégrade-t-elle le potentiel humique? Que la méthanisation conserve les nutriments minéraux (azote, phosphore, potassium et autres) n est contesté par personne. En revanche l impact sur le carbone est souvent mal compris. La méthanisation décompose les chaînes carbonées les plus rapidement biodégradables, mais les organismes microbiologiques présents dans un digesteur n attaquent pas la lignine. On considère que 85% de la masse d une paille laissée aux champs est décomposée dans l année (essentiellement sous forme de CO 2 ), et seuls 15% contribuent à la formation de l humus. En méthanisation, le taux de dégradation de la paille est de 40% (la matière est décomposée sous forme de CH 4 et de CO 2 ). La paille digérée, restituée au sol, conserve donc non seulement son potentiel humique, mais conserve également une proportion encore significative des autres composants comme la cellulose. La méthanisation agit sur le carbone comme le compostage : la fraction organique facilement biodégradable est transformée en gaz, la fraction résistante contribue à la formation de l humus et au stockage durable de carbone dans les sols. c ) Quel est le «rendement» de la méthanisation? Le potentiel énergétique intrinsèque de la matière organique est indépendant de la voie de conversion (thermochimique ou biologique, y compris voie alimentaire). Les produits de combustion finale sont le gaz carbonique et l eau, dans des proportions stoechiométriques dépendant uniquement de la composition chimique du produit initial (proportion carbone hydrogène oxygène azote). Une quantité de matière organique transformée en énergie génère donc la même quantité d énergie quelle que soit la technologie. La différence entre les filières thermochimiques et la méthanisation, réside dans le fait que les conversions thermochimiques sont en général des dégradations totales de la matière organique. Avec la méthanisation, seule une partie de la matière (généralement 50 à 60%) est dégradée. La fraction non dégradée contient les chaînes carbonées capables de produire de l humus. Le rendement se mesure donc non pas par rapport au potentiel énergétique de la totalité de la matière (PCs) mais uniquement par rapport au potentiel de la matière organique digestible (PCH 4 ). Le bilan énergétique global d une chaîne s analyse en tenant compte des pertes et autoconsommations. Concernant les voies thermochimiques, une partie de l énergie est

14 perdue sous forme de vapeur d eau (sauf en cas de condensation sur les gaz de combustion). On utilise alors le PCi pour caractériser le potentiel énergétique. La méthanisation concerne en général des matières humides, dont le PCi est très inférieur au PCs le PCi peut même être négatif. Lorsque l on considère des produits secs, comme les résidus de culture, la comparaison n est pas pertinente dans la mesure où la combustion détruit le potentiel humique. d ) Peut-on méthaniser les résidus de cultures sans dommages pour l environnement? Cette question s analyse de la même manière que l on analyse la possibilité d exporter la paille d un territoire donné. Certains sols ne tolèrent aucune exportation de paille pour quelque usage que ce soit. D autres sols supportent une exportation pour des usages comme la litière, l alimentation du bétail, et plusieurs études ont été réalisées pour définir le potentiel d exportation sous forme d énergie. Jusqu à présent, ces études n ont considéré que l exportation pour des conversions thermochimiques, sans retour au sol. Pourtant il est évident que la filière méthanisation offre d autres opportunités très larges. La méthanisation restitue aux sols 100% du carbone stable (c est-à-dire qui met plus d un an à se dégrader aux champs en conditions naturelles), et le quart ou le tiers du carbone rapidement biodégradable. Si l on considère le carbone stable, alors il n y a aucune limite agronomique à l utilisation de la totalité des résidus de culture pour la production de biogaz.

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

La méthanisation «à la ferme»

La méthanisation «à la ferme» Solagro Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Association Loi 1901 75 Voie du TOEC - 31076 TOULOUSE Cedex 3 0 (+33) 5 67 69 69 69 - Fax 0 (+33) 5 67 69 69 00 Email : solagro@solagro.asso.fr

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Salon Best 19 octobre 2013 Situation en Région wallonne Coût d achat du courant

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait!

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Actualisation janvier 2009 Processus de production de biogaz BIOMASSE Matière organique fraîche (déjections,

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine

Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine L expérience allemande de la méthanisation à la ferme : transposition au contexte français Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine d unités de méthanisation construites

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation

CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation Page 1 EXPO BIOGAZ 2013 1 LE CREDIT AGRICOLE ET LA METHANISATION 2 RETOUR D EXPERIENCE: UN PROJET DE METHANISATION A LA FERME Page 2 EXPO BIOGAZ

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Commission régionale de l économie agricole et du monde rural 17 Mai 2011 Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Ordre du jour COREAM 17 mai 2011 Volet agricole et forestier

Plus en détail

Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation

Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation Plan de la présentation Objectifs de la mission La biométhanisation

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Les METHAGRIS. du BLAVET

Les METHAGRIS. du BLAVET Les METHAGRIS du BLAVET Contexte sur le Pays de Pontivy Rencontre des porteurs de projets potentiels, organisée par NOV Agri Cogénération et Valorisation de la chaleur : Constat des difficultés de valorisation

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

22 au 24 avril 2013. Voyage d étude sur la méthanisation en Suède Compte-rendu. Pré-bilan. Avec le soutien de :

22 au 24 avril 2013. Voyage d étude sur la méthanisation en Suède Compte-rendu. Pré-bilan. Avec le soutien de : 22 au 24 avril 2013 Pré-bilan Voyage d étude sur la méthanisation en Suède Compte-rendu Avec le soutien de : TABLE DES MATIERES Présentation de la stratégie biométhane en Suède... 2 Présentation de la

Plus en détail

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Caen 1 Plan stratégique Elan 2020 : quatre priorités au service du développement durable Le logement Les universités Les PME L environnement

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène HYBSEN - HYdrogène en Bretagne pour le Stockage d ENergie Renouvelable Le stockage de l énergie: 2 ème pilier de la troisième révolution

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane. Page 0 sur 9

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane. Page 0 sur 9 Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Correction Session septembre 2014 Antilles - Guyane 26/11/2014 www.udppc.asso.fr Page 0 sur 9 LES EXPLOITATIONS AGRICOLES PIONNIERES DANS LES

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01.

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Maîtrise de l énergie et autonomie énergétique des exploitations agricoles françaises : état des lieux et perspectives d actions pour les pouvoirs publics Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Etude ayant bénéficié

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Agriculture et Energies Renouvelables

Agriculture et Energies Renouvelables Agriculture et Energies Renouvelables 1 Cours ADAPR 24 février 2011 Sylvain Boéchat, AGRIDEA Contenu: Politique énergétique: contexte et outils Production d Energies Renouvelables o L énergie solaire:

Plus en détail

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013 Sommaire du document 1. Naskeo en quelques chiffres 2. Les prestations proposées par Naskeo 3. Références Naskeo et projets en cours 4. Activités Narbonne

Plus en détail

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Bruno Labbé, Co-Propriétaire et Gestionnaire de projet Robert

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION Technologies émergeantes de biométhanisation de la biomasse végétale en Inde H.N. Chanakya, Centre for Sustainable Technologies (formerly ASTRA Centre), Indian Institute

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004 BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport Final Novembre 26 Visa 5/489/NOLL pour le compte du Ministère de la Région Wallonne DGTRE BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport final Novembre

Plus en détail

Atelier de l innovation

Atelier de l innovation Programme Jeudi 11 avril 2013 Aurillac En partenariat avec la Chambre de commerce et d industrie du Cantal Accompagner le développement du territoire : une ambition partagée par EDF et la Datar Être au

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

ENQUÊTE. Performances et recettes des. Unités de valorisation énergétique. des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13. Série Technique DT 40

ENQUÊTE. Performances et recettes des. Unités de valorisation énergétique. des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13. Série Technique DT 40 ENQUÊTE Performances et recettes des Unités de valorisation énergétique des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13 et Série Technique DT 40 Réalisé avec le soutien technique et financier de Oct.

Plus en détail

Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium www.efma.org

Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium www.efma.org Remerciements Ce dossier technique est pour une grande part la traduction de la brochure EFMA publiée en anglais Producing bioenergy and making the best of european land sous la direction de Christian

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

Comment? chez le particulier ou en collectivité

Comment? chez le particulier ou en collectivité Actions Citoyennes pour une Transition Energétique Solidaire par René CHAYLA Président d AC ACTEnergieS Comment? chez le particulier ou en collectivité 1 LA TRANSITION ENERGETIQUE EN PRATIQUE DIMINUER

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX ET CONTEXTES SOCIO ÉCONOMIQUE ET RÉGLEMENTAIRE DE LA COGÉNÉRATION GAZ, BIOGAZ ET BIOMASSE EN FRANCE

ÉTAT DES LIEUX ET CONTEXTES SOCIO ÉCONOMIQUE ET RÉGLEMENTAIRE DE LA COGÉNÉRATION GAZ, BIOGAZ ET BIOMASSE EN FRANCE ÉTAT DES LIEUX ET CONTEXTES SOCIO ÉCONOMIQUE ET RÉGLEMENTAIRE DE LA COGÉNÉRATION GAZ, BIOGAZ ET BIOMASSE EN FRANCE LES ATOUTS DE LA COGÉNÉRATION la cogénération représente : Environ 5,2 GW électriques

Plus en détail

Méthanor. Juin 2012. IDMidCaps

Méthanor. Juin 2012. IDMidCaps Méthanor Juin 2012 IDMidCaps Présentation synthétique METHANOR DESCRIPTION DE L ACTIVITE (détail en page 13) La société Méthanor a pour objectif de financer des unités de méthanisation agricoles. Son objectif

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE:

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: État de situation et opportunités Michel Lachance CQVB 7 décembre 2012 East Angus PLAN Contexte la biomasse : une source d énergie pour le Québec Systèmes de chauffage Chauffage

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Soleil, bois, biogaz Energies paysannes

Soleil, bois, biogaz Energies paysannes Soleil, bois, biogaz Energies paysannes Dossier Tel un serpent de mer, à chaque tension sur le prix de l énergie fossile resurgit le débat sur les énergies renouvelables. Plus encore qu hier, la question

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail

option pour le climat?

option pour le climat? Biosolides municipaux Quelle est la meilleure option pour le climat? Claude Villeneuve, professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil de l Université du Québec à Chicoutimi (Claude_Villeneuve@uqac.ca)

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE

LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE Novembre 2012 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : Étude réalisée APESA pour (coordinateur) le compte

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée COHERENCE ENERGIES Une intervention indépendante au cœur c de la transition énergétique des territoires COHERENCE ENERGIES 42 rue Agache 59840 PERENCHIES Tel. : 03 20 00 38 72 Email : contact@coherence-energies.fr

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Partie 3 - Substitution par les énergies renouvelables : analyse de bouclage sur l offre

Partie 3 - Substitution par les énergies renouvelables : analyse de bouclage sur l offre Partie 3 - Substitution par les énergies renouvelables : analyse de bouclage sur l offre Pour répondre à la demande résiduelle d énergie qui reste nécessaire après la réduction des besoins grâce à la mise

Plus en détail

INDUSTRIE DE LA DISTILLATION

INDUSTRIE DE LA DISTILLATION DEGRÉMONT INDUSTRY LIVRE BLANC INDUSTRIE DE LA DISTILLATION Le vrai coût du développement durable : est-il possible de réduire les rejets et de produire de l énergie verte tout en faisant du profit? Le

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

en collaboration avec Bilan énergétique de la région Aquitaine Année 2010 (version 2012)

en collaboration avec Bilan énergétique de la région Aquitaine Année 2010 (version 2012) en collaboration avec Bilan énergétique de la région Aquitaine en collaboration avec Date : 17/12/2012 Référence : Nombres de pages : 35 OR12ET01 Rédaction Rafaël BUNALES Responsable de l ORECCA Approbation

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Inspection générale des Finances N 2006-M-060-01 Conseil général des Mines N 01/2007 RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Établi par Maxence LANGLOIS-BERTHELOT Inspecteur

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets

La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets Conseil général des Mines Juillet 2000 Ministère de l Economie, des finances et de l industrie La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets Rapport de Henri Prévot Ingénieur général des

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui technique

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

L ÉNERGIE G ÉNÉRALITÉS R ÉGLEMENTATION L ES NOUVELLES SOURCES D ÉNERGIE 1. D ÉFINITION 1.1. L ÉNERGIE ÉOLIENNE

L ÉNERGIE G ÉNÉRALITÉS R ÉGLEMENTATION L ES NOUVELLES SOURCES D ÉNERGIE 1. D ÉFINITION 1.1. L ÉNERGIE ÉOLIENNE 160 161 G ÉNÉRALITÉS 1. D ÉFINITION 2.SITUATION ÉNERGÉTIQUE ACTUELLE 3.LES BONNES PRATIQUES EN ENTREPRISE U TILISATION RATIONNELLE R ÉGLEMENTATION DE L ÉNERGIE ET ÉNERGIES RENOUVELABLES L ES NOUVELLES

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Développement et applications du biogaz en Allemagne

Développement et applications du biogaz en Allemagne Développement et applications du biogaz en Allemagne Etat s lieux et perspectives en Europe Quel modèle développement pour la méthanisation s effluents d élevage? Vendredi 8 novembre 2009 Stuttgart Michael

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI.

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI. ECO-PROFIL http://fr.leonardo-energy.org/ Chauffage gaz contre chauffage électrique selon différents types de production électrique Septembre 2007 Par Sergio Ferreira 1 Email : saf@eurocopper.org Cet éco-profil

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 3 octobre 2013 portant avis sur le projet d arrêté fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations

Plus en détail