Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium www.efma.org"

Transcription

1

2 Remerciements Ce dossier technique est pour une grande part la traduction de la brochure EFMA publiée en anglais Producing bioenergy and making the best of european land sous la direction de Christian Pallière, responsable Agriculture & Environnement à l EFMA. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium

3 Biomasse, énergie et fertilisation. Bilan énergétique et environnemental. Résumé L Union Européenne considère la biomasse comme une source majeure de production d énergies renouvelables. Les 4 millions d hectares de jachère peuvent être consacrés aux cultures destinées à la production de bioénergie. La fertilisation accroît la quantité de biomasse récoltée, ce qui améliore le bilan énergétique et environnemental de cette production. Les engrais minéraux permettent de fixer 4 à 6 fois plus d énergie sous forme de biomasse qu ils n en consomment aux stades de la production, du transport et de l épandage. Cette productivité est nécessaire afin d atteindre les objectifs ambitieux de l UE en énergie verte. - - Abstract The European Union considers biomass as a major future source for the production of renewable energy. Energy crops can be grown on the 4 mio. ha of set-aside land. Mineral fertilizers are very important for the production of bioenergy, as their use enables farmers to produce high biomass yields. These high yields help meet the ambitious targets for bio-energy set by the EU. Mineral fertilizers help produce 4 to 6 times more energy in the form of biomass compared to what is consumed while producing, transporting and applying the fertilizer. Mots clés : biomasse, bioénergie, écobilan, énergie verte, fertilisation raisonnée, gaz à effet de serre

4 Sommaire La biomasse productrice d énergie verte... page 03 Développement et avenir de la bioénergie... page 04 L UE affiche des objectifs ambitieux... page 04 La biomasse, quelles utilisations?... page 05 Les différentes formes de la bioénergie... page 06 Produire de la chaleur... page 06 Fournir de l électricité avec le biogaz... page 06 Produire des biocarburants liquides... page 07 Les bilans de la production de biomasse... page 08 Le bilan énergétique... page 08 Consommation d énergie pour produire du blé... page 08 La fertilisation améliore le rendement de la photosynthèse... page 10 Les biocarburants économisent l énergie fossile... page Le bilan gaz à effet de serre... page 12 Emissions de GES liées à la production de blé... page 13 La fertilisation permet de fixer davantage de CO 2... page 14 Les biocarburants réduisent l accumulation de GES... page 14 Conclusion : la fertilisation améliore les bilans... page 15 Bibliographie... page 16 Acronymes ADEME : Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie BTL : Biogaz To Liquid carburant de 2 ème génération EFMA : European Fertilizer Manufacturers Association GES : Gaz à Effet de Serre IFA : International Fertilizer Industry Association IFS : International Fertiliser Society IFP : Institut Français du Pétrole PAC : Politique Agricole Commune tep : tonne équivalent pétrole UE : Union Européenne UNEP : Programme des Nations Unies pour l environnement USA : Etats-Unis d Amérique Symboles chimiques C : Carbone C 6 H 12 O 6 : Glucose CH 4 : Gaz naturel CO 2 : Gaz carbonique CO(NH 2 ) 2 : Urée Ethyl tertio butyl ETBE : éther H : Hydrogène H 2 O : Eau H 2 SO 4 : Acide sulfurique HNO 3 : Acide nitrique K : Potassium O 2 : Oxygène N 2 : Diazote NH 3 : Ammoniac N 2 O : Protoxyde d azote P : Phosphore

5 La biomasse productrice d énergie verte La biomasse désigne d une façon très large toutes les matières premières organiques venant des plantes, des animaux et des humains. Les sources de biomasse qui produisent la bioénergie sont extrêmement diverses : déchets organiques, résidus de cultures et d exploitation forestière, cultures énergétiques pour produire de la chaleur, du biogaz, de l électricité ou des biocarburants. La biomasse tient une place majeure dans la production d énergies renouvelables. Contrairement à d autres sources d énergies renouvelables naturelles (éolien, solaire), la biomasse permet une production mieux maîtrisée d énergie car elle est moins dépendante de facteurs climatiques comme l intensité du vent ou les heures d ensoleillement et peut être facilement stockée. La fertilisation a un rôle capital à jouer pour la production de biomasse. Elle permet d accroître la productivité des cultures sur les surfaces agricoles limitées qui existent en Europe pour atteindre les objectifs ambitieux de production de bioénergie fixés par l UE. Le secteur de la bioénergie se développe très rapidement, à la fois au plan technique, industriel et commercial. Ainsi les estimations reprises dans ce dossier n ont qu une validité limitée dans le temps et pourront être revues à l avenir. la photosynthèse à l origine de la bioénergie La photosynthèse représente la principale source d énergie pour l homme. Elle permet aux plantes de transformer l énergie lumineuse en énergie chimique en consommant le gaz carbonique de l air. L énergie fossile (charbon, pétrole, gaz) est le résultat d une activité photosynthétique intense datant de plusieurs centaines de millions d années. La bioénergie consiste à produire cette énergie de façon renouvelable directement à partir des productions agricoles et forestières. En brûlant de la biomasse (par exemple bois, pailles ), on restitue de l énergie sous forme de chaleur. Au cours de cette réaction de combustion, le carbone organique C redevient du gaz carbonique CO 2. Le cycle est bouclé et, contrairement aux autres réactions de combustion, celle-ci n entraîne aucune accumulation supplémentaire de gaz à effet de serre dans l atmosphère. - - PHOTOSYNTHÈSE 6 CO H 2 O C 6 H 12 O 6 (glucose) + 6 O 2 6 CO H 2 O (C 6 H 12 O 6 ) X (cellulose) + 6 O 2 COMBUSTION

6 - - Développement et avenir de la bioénergie L UE affiche des objectifs ambitieux Plus personne ne met en doute aujourd hui le fait que les ressources d énergie fossile deviendront rares au cours du siècle présent. Le charbon est la seule ressource qui pourrait durer encore très longtemps. Pour le gaz, on parle couramment de 100 années de réserves, y compris au rythme actuel d augmentation de la consommation. Pour le pétrole, les instituts spécialisés s accordent à dire que le pic de production interviendra vers les années , pour décroître progressivement jusqu à un arrêt en En conséquence, pour faire face aux futurs besoins en énergie de la population mondiale, d autres ressources renouvelables et durables (éolien, hydraulique, solaire, biomasse) doivent être développées pour produire chaleur, électricité et carburants. Pour accélérer et soutenir les progrès nécessaires à court terme, l UE s est déjà fixée des objectifs de développement des énergies renouvelables pour 2010 : 12% d énergies renouvelables dans le total de l énergie primaire consommée. Trois quarts de cette énergie renouvelable devront venir de la biomasse, 5,75% d incorporation de biocarburants dans le total des carburants liquides consommés. En accord avec cette politique, plusieurs états membres dont la France, ont élaboré des programmes pour soutenir le développement, la production et l utilisation de la bioénergie par le biais d incitations (taxation réduite ou nulle sur les biocarburants, tarif de rachat de la bioélectricité ). Objectifs de production d énergies renouvelables de l UE. Livre Blanc de l UE, 1997 (En Millions de tonnes équivalent pétrole, Mtep) Types d énergies renouvelables Part en 1995 Objectif 2010 Part supplémentaire Biomasse (+201%) Hydroélectricité (+15.7%) Eolien (+1871%) Solaire thermique (+1438%) Solaire voltaïque (+13000%) Géothermie (+108%) TOTAL Des surfaces agricoles restreintes et les aléas de la ressource en eau dans certaines régions de l UE sont les principaux facteurs limitants de la production de cultures énergétiques. Sans compromettre la satisfaction des besoins alimentaires, 4 millions d hectares de jachère en Europe, peuvent être remis en culture. A l avenir, les négociations internationales sur le commerce et leur probable impact sur la Politique Agricole Commune (PAC) pourraient conduire à une diminution de certaines exportations européennes. Une surface supplémentaire pourrait devenir disponible pour la production de cultures énergétiques.

7 La biomasse, quelles utilisations? La biomasse peut être aisément stockée et transportée. Elle est disponible tout au long de l année et peut fournir de l énergie en fonction des besoins locaux. De plus, la biomasse est capable de fournir les trois types d énergie dont notre société a besoin : la chaleur, l électricité et le carburant pour le transport. La chaleur et l électricité peuvent aussi être produites par d autres énergies renouvelables (éolien, hydroélectricité, solaire et géothermie), alors que seule la biomasse offre une alternative à la production de carburants d origine fossile. Part de la biomasse dans la production de chaleur, d électricité et de carburants dans l UE ( ) Production de chaleur Gaz 47% Autres 15% Énergies renouvelables 9% Pétrole 29% Biomasse... 9% Solaire...0,07% Géothermie...0,09% Production d électricité Production de carburants pour le transport Énergies fossiles 52% Diesel 40% Énergies renouvelables 15% Nucléaire 33% Autres 5% Kérosène 14% Biocarburants 0,6% Essence 40% Hydroélectricité...13% Biomasse... 1% Eolien... 1% Géothermie... 0,2% Photovoltaïque...0,01% Biodiesel... 0,5% Bioéthanol... 0,1% Source : Jahrbuch - Erneuerbare Energien 02/ Plan biocarburants, la France rattrape son retard Depuis 1990, les émissions de gaz à effet de serre sont en forte augmentation dans les secteurs des transports et du bâtiment alors qu elles diminuent dans tous les autres secteurs. La France a décidé d aller au-delà de la directive européenne de 2003 en fixant des objectifs ambitieux d incorporation des biocarburants : 5,75% en valeur énergétique dès 2008, 7% en 2010 et 10% à l horizon L Etat a octroyé près de 4 millions de tonnes d agréments nouveaux dont 2.8 Mt pour le biodiesel et 1.0 Mt pour Émissions de GES en France en 2004, par secteur (entre parenthèses, l évolution depuis 1990). Énergie (production transformation) 13 % (-9%) Transports 26 % (+23%) Industrie 20 % (-22%) Bâtiment 19 % (+22%) Agriculture/ Sylviculture 19 % (-10%) Source : CITEPA Traitement des déchets 3 % (-8%) l ETBE et le bioéthanol. 21 usines nouvelles,dont 6 produisant du bioéthanol et 15 du biodiesel, seront construites dans 14 régions. En 2010 la France devrait consacrer 2 millions d hectares à la production de biocarburants ce qui réduirait ses émissions de 8 millions de tonnes équivalent CO 2 dans le secteur des transports.

8 Les différentes formes de la bioénergie L énergie fixée dans la biomasse peut, selon différents procédés, être transformée dans une forme utilisable, telle que de la chaleur, de l électricité ou des carburants liquides. Transformations de la biomasse en énergie Biomasse Résidus de cultures Bois et copeaux Biomasse sèche Chaudière Chaleur Effluents d élevage Déchets organiques Biogaz Cogénération Chaleur & Electricité Cultures énergétiques Bioéthanol Biodiesel Moteurs Transport Huile végétale - - Produire de la chaleur La biomasse sèche peut être brûlée dans des chaudières pour produire directement de la chaleur ou une combinaison de chaleur et d électricité par la cogénération. Selon le procédé retenu, l efficacité énergétique de la transformation peut être différente. Quand la chaleur est produite directement par incinération de biomasse, l efficacité énergétique est élevée (entre 80 et 90%). Efficacité de la transformation de la biomasse en énergie 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 15 % 15 % 60 % 60 % 85 % 40 % 25 % Électricité seule Chaleur seule Co-génération Pertes Chaleur Électricité L incinération de biomasse pour produire de la chaleur seule ou de la chaleur et de l électricité, est couramment utilisée. Le bois, la paille mais aussi certains déchets urbains sont les principaux types de biomasse aujourd hui brûlés. L incinération des céréales peut être une alternative attractive pour un agriculteur car la matière première est directement disponible sur la ferme. Fournir de l électricité avec le biogaz Le biogaz fournit de l énergie pour la production de chaleur et d électricité. On peut aussi l utiliser comme carburant dans les bus ou les voitures équipées de moteurs adaptés. Le biogaz est couramment produit et utilisé dans plusieurs pays européens. Il peut alimenter le réseau de distribution public de gaz ou être brûlé sur place pour produire de la chaleur et de l électricité. Le biogaz est une option intéressante pour le traitement des déchets urbains, des déchets végétaux et de certains effluents d élevage dans les régions avec de fortes densités animales.

9 Produire des biocarburants liquides Tous les types de biocarburants liquides (bioéthanol, biodiesel, huile végétale) peuvent être utilisés pour le transport routier. Les prix élevés de l essence et du diesel renforcent l attrait économique pour les biocarburants. Les filières de biocarburants Huile de colza Huile de tournesol Transestérification Ester d'huiles végétales ou biodiesel Mélange au gazole Betterave Canne à sucre Blé, maïs pomme de terre Amidon Sucres Fermentation Ethanol Mélange à l'essence Source IFP Le biodiesel et l huile végétale Ils sont produits à partir de l huile extraite des graines oléagineuses (colza, tournesol). Le développe ment rapide de la production de biodiesel est du à : des cultures de colza et de tournesol déjà bien maîtrisées par les agriculteurs, une incorporation du biodiesel dans le carburant actuellement distribué sans aucune modification des moteurs diesel. Le développement de la production de biodiesel à partir de colza (ou de tournesol) devrait atteindre un maximum dans les prochaines années du fait de contraintes agronomiques (nécessité de la rotation des cultures, adaptation limitée dans certaines régions). L extraction de l huile fournit des tourteaux riches en protéines qui sont valorisés pour l alimentation des animaux. La production de bioéthanol fournit des drèches de céréales riches en protéines. Le bioéthanol est autorisé jusqu à 5% en mélange dans les essences. Il peut aussi être utilisé en carburant de substitution (E85) dans des moteurs spécialement adaptés (voitures flex-fuel ). Le carburant de 2 ème génération ou BTL Il est en cours de développement. Presque tous les types de biomasse sont susceptibles d être utilisés comme source de BTL (utilisation des lignocelluloses par voies thermochimique et biotechnologique, transformation de plantes entières comme le maïs ou le miscanthus). Ce carburant est considéré par l industrie automobile comme la meilleure option à l horizon 2020, avec le moteur à hydrogène, car il fournit un carburant de haute qualité bien adapté aux exigences actuelles et futures de performance des moteurs. - - Le bioéthanol Le type de culture détermine pour une grande part l efficacité énergétique du processus de production et de transformation en bioéthanol. La meilleure efficacité est obtenue pour des cultures qui ont un rendement élevé en biomasse et qui sont riches en sucre comme la canne à sucre et la betterave. D autres cultures comme les céréales (blé, maïs ) contiennent principalement de l amidon qui doit d abord être converti en sucre avant de pouvoir produire le bioéthanol.

10 Les bilans de la production de biomasse Deux types de bilans sont présentés : à l échelle du champ en considérant le rendement de la culture, au niveau de la filière complète de production des biocarburants. Le bilan énergétique compare l énergie dépensée à l énergie fixée dans la biomasse puis à l énergie disponible dans les biocarburants. Le bilan gaz à effet de serre établit les mêmes comparaisons pour les émissions et la fixation des gaz à effet de serre. Bilan énergétique de la production de biomasse Le bilan énergétique de la production de biomasse est très positif. La fixation d énergie dans la biomasse récoltée est toujours beaucoup plus importante que l énergie mobilisée pour produire cette biomasse. tep/ha tep/ha tep/ha +1.9 tep/ha Énergie fixée La fixation d énergie dans la biomasse dépend de la culture, de la partie récoltée (graine ou racine) et de son rendement De l énergie est dépensée à toutes les étapes de la production agricole, pour l utilisation des tracteurs, la production des intrants tels que les semences et les engrais. -1 Blé (8.2 t/ha) Colza (4.0 t/ha) Betterave à sucre (57 t/ha) Énergie dépensée Source : essais plein champs Yara, Allemagne consommation d énergie pour produire du blé Environ 50% de l énergie dépensée pour produire du blé est utilisée pour fabriquer, transporter et épandre les engrais azotés. 52 % 8 % Fertilisant Azoté Production, transport et application de l azote Autres fertilisants P, K Production, transport et application Source : IFA Statistics UNEP, World Bank (World Ressources ) 40 % Autres intrants agricoles & travaux des champs Production* = 0.95 tep /t de N Transport** = 0.02 tep / t de N Epandage = 0.07 tep / t de N * Inclus l énergie dépensée pour l extraction et le transport de gaz naturel jusqu à l usine d engrais azotés ** Transport d engrais azotés depuis l usine sur une distance moyenne de 400km par bateau et par camion

11 L industrie des engrais économise l énergie La production d engrais azotés consomme de l énergie sous forme de gaz naturel. C est pourquoi la fertilisation représente souvent pour les cultures annuelles le premier poste de dépense énergétique devant le carburant pour les tracteurs. Cependant la tonne d azote (N) coûte moins d une tonne d équivalent pétrole à produire dans les usines les plus performantes. Les autres éléments fertilisants, phosphore et potassium issus d une activité extractive, ont un coût énergétique beaucoup plus modeste. L industrie européenne confrontée à un prix élevé de sa matière première, le gaz naturel importé, a réussi à améliorer sa compétitivité en optimisant l utilisation et la récupération de l énergie dans ses usines. Principe de fabrication des fertilisants azotés à partir de l ammoniac - - Les engrais azotés sont fabriqués à partir de l ammoniac NH 3, obtenu par la combinaison de l azote de l air N 2 et de l hydrogène H provenant du gaz naturel CH 4. Le gaz est à la fois une matière première et la source d énergie nécessaire pour obtenir la réaction de synthèse (procédé Haber-Bosch, prix Nobel 1918 et 1931). Les principaux engrais azotés sont tous obtenus à partir de l ammoniac. Les ammonitrates combinent 50% d azote venant de l ammoniac et 50% venant de l acide nitrique HNO 3. Cette forme est obtenue en brûlant l ammoniac avec récupération de la chaleur pour fournir une partie des besoins en énergie de l usine. C est pourquoi le coût énergétique de production des ammonitrates est plus faible que celui de l urée ou de la solution azotée. Énergie consommée pour produire des engrais 1,20 tep/t d'élément fertilisant 1,00 0,80 0,60 N 0,73 N 0,75 N 0,99 N 0,87 1 tonne équivalent pétrole = 1 tonne de gazole 0,40 0,20 0,00 Ammonitrate 33.5 Ammonitrate 27 Urée Solution azotée P2O5 0,10 TSP superphosphate K20 0,06 KCI chlorure de potasse Source : IFS, n

12 la fertilisation améliore le rendement de la photosynthèse Blé d hiver l efficacité énergétique dans la production du blé pour le bioéthanol La fertilisation permet aux cultures de réaliser leur potentiel maximum de croissance et de fixer ainsi davantage d énergie solaire en consommant du CO2 de l atmosphère. L efficacité énergétique due à la fertilisation azotée est démontrée dans une synthèse d essais au champ en Allemagne sur blé d hiver. Avec 170 kg d azote (N) apportés par hectare, le rendement du blé d hiver est de 8,2 tonnes comparé à 4,7 tonnes sans utilisation d engrais azoté. Ces 8,2 tonnes de grains correspondent à 3 tep (tonne équivalent pétrole) d énergie solaire capturée et fixée sous forme de biomasse avec l apport d azote, à comparer à 1.7 tep sans cet apport. Le supplément de 1.3 tep capturé et fixé, obtenu avec l apport d azote représente plus de 6 fois les 0.19 tep consommés pour produire, transporter et épandre l engrais azoté ,5 tep / ha Sans apport N kg N/ha 8.2 Synthèse d'essais, Yara Allemagne Énergie fixée dans le grain : 0.37 tep/t Énergie solaire supplémentaire fixée dans le grain Énergie solaire fixée dans le grain sans apport d'azote Carburant, autres intrants Engrais azoté (170 kg N/ ha) Rendement grain (t/ha) Colza d hiver a s apport N 4.7 l efficacité énergétique dans la production du colza pour le biodiesel. L apport d engrais azotés améliore également le +1.3 bilan énergétique pour la production de colza d hiver kg N/ha 8.2 Énergie solaire supplémentaire fixée dans le grain Pour un apport optimum d environ 220 kg d azote N/ha dans cette synthèse d essais, le rendement du colza d hiver est de 5,4 tonnes comparé à 2,2 tonnes sans utilisation d engrais azoté. Énergie solaire fixée dans le grain sans apport d'azote Le supplément de 1,8 tep capturé et fixé, obtenu avec l apport d azote représente plus de 7 fois les 0.24 tep dépensées pour les engrais azotés. Carburant, autres intrants Engrais azoté (170 kg N/ ha) Rendement grain (t/ha) ,5 tep / ha Sans apport N kg N/ha 5.4 Énergie solaire supplémentaire fixée dans la graine Énergie solaire fixée dans la graine sans apport d'azote Carburant, autres intrants Engrais azoté (220 kg N/ ha) Rendement grain (t/ha) èse d'essais, Yara Allemagne gie fixée dans le grain : 0.37 tep/t Synthèse d'essais, Yara Allemagne Énergie fixée dans la graine : 0.57 tep/t

13 les biocarburants économisent l énergie fossile Le rendement énergétique de la transformation du blé ou du colza en biocarburants n est pas de 100%. Une part de la récolte fournit aussi des tourteaux et des drèches destinés à l alimentation animale. Enfin, la transformation industrielle consomme aussi de l énergie pour produire les biocarburants. L écobilan complet réalisé en 2002 par Price WaterhouseCoopers à la demande du Ministère français de l Industrie et de l ADEME conclut qu on consomme deux fois moins d énergie fossile pour produire du bioéthanol que pour produire la même quantité, en valeur énergétique, d essence. Pour le biodiesel, il faut consommer trois fois moins d énergie fossile que pour produire l équivalent en gazole. L étude souligne que ces bilans pourront encore être améliorés tant au stade de la production agricole dans les prochaines années qu à celui de la transformation industrielle dans les nouvelles usines en cours de construction Énergie fossile consommée pour produire l énergie d une tonne équivalent pétrole (1 tep) sous forme de carburant en tep consommée pour 1 tep produite 1,2 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 Essence Bioéthanol Gazole Biodiesel Source : PriceWaterhouse Coopers 2002

14 Le bilan gaz à effet de serre (GES) de la production de biomasse Le bilan environnemental de la production agricole est aussi très positif. En captant l énergie solaire pour produire la biomasse grâce à la photosynthèse, les cultures fixent du gaz carbonique CO 2 pris dans l atmosphère pour fabriquer de la matière organique. La fixation de CO 2 est beaucoup plus importante que l émission de gaz à effet de serre liée à la production de la culture et aux intrants utilisés (en tonnes d équivalent CO 2 incluant l émission du sol en N 2 O). La transformation de la biomasse en énergie est pratiquement neutre pour l émission de gaz à effet de serre. Le gaz carbonique fixé par la photosynthèse pour produire de la biomasse est simplement relâché dans l atmosphère lors de la combustion (1 tonne de biomasse fixe 1.6 tonne de CO 2 ). Bilan gaz à effet de serre (GES) de quelques grandes cultures 25 t CO 2 /ha t éq. CO 2 /ha t éq. CO 2 /ha La fixation de CO 2 dépend de la culture, de la partie récoltée (graine ou racine) et de son rendement. CO 2 fixé t éq. CO 2 /ha L'émission de GES est liée à toutes les étapes de la production agricole, pour l utilisation des tracteurs, la production des intrants tels que les semences et les engrais. -5 Blé (8.2 t/ha) Colza (4.0 t/ha) Betterave à sucre (57.0 t/ha) Équivalent CO 2 émis (incl. N 2 O) Source : essais plein champs Yara, Allemagne Comptabilité des gaz à effet de serre en France Le protocole de Kyoto identifie six gaz à effet de serre (GES) : CO 2, CH 4, N 2 O, HFC, PFC, SF 6 Le CO 2 est le principal GES (74%), suivi du N 2 O (13%) et du CH 4 (11%). Les émissions totales de la France en 2004 s élevaient à 563 millions de tonnes eq CO 2 contre 567 millions de tonnes eq CO 2 en 1990 (soit 0.8%). Le pouvoir réchauffant global du N 2 O est 310 fois plus élevé que celui du CO 2. Inventaire des émissions de polluants atmosphériques en 2004 en eq. CO % CO 2 Source : CITEPA 10.5 % CH % N 2 O 2.7 % PFC + HFC + SF 6

15 émissions de gaz à effet de serre liées à la production du blé Une grande partie des émissions de GES (CO 2 et N 2 O) liées à la production de blé est due à la fertilisation azotée. C est pourquoi la fertilisation raisonnée de l azote est primordiale pour améliorer le bilan environnemental. Les autres émissions de GES sont dues au carburant consommé par les travaux des champs et la fabrication des autres intrants. Autres intrants & travaux des champs Autres fertilisants P, K Fertilisant azoté 2 % 24 % 74 % Le CO 2 et le protoxyde d azote N 2 O, des gaz à effet de serre à prendre en compte La production d ammoniac utilise du gaz naturel et entraîne une émission de CO 2. La fabrication d urée fixe du CO 2 pour former la molécule d urée CO(NH 2 ) 2 à partir de l ammoniac NH 3. Cependant après épandage, cette molécule est rapidement hydrolysée et relâche le CO 2 fixé (soit 1,6t CO 2 libérée par t de N d urée ; 0,8t CO 2 libérée par t de N de solution azotée). La production de l acide nitrique à partir de l ammoniac entraîne une émission de faibles quantités de N 2 O. Cependant ce gaz à effet de serre avec un pouvoir réchauffant équivalent à 310 kg de CO 2 par kg de N 2 O émis est très pénalisant. L industrie française des engrais a annoncé son engagement de poursuivre la réduction de ses émissions de N 2 O de 61% d ici 2012 dans le cadre des quotas d émission par rapport à la référence de 1990 (protocole de Kyoto). Dans les ammonitrates et les solutions azotées respectivement 50% et 25% de l azote provient de l acide nitrique. Les sols émettent du N 2 O au cours des processus biologiques de dénitrification/nitrification dans les mois qui suivent l apport d azote d origine minérale et organique. Faute de mesures précises un coefficient moyen d émission est généralement appliqué à la quantité d azote total apportée. Cependant l ajustement de la dose, son fractionnement ainsi que la forme de l azote choisie sont autant de facteurs qui permettent de réduire les émissions de ce gaz à effet de serre Émission de gaz à effet de serre liée à la production et à l utilisation d engrais (incluant N 2 O pour les azotés) t équivalent CO2/ t d'élément fertilisant N 6,9 N 6,4 N 7,9 N 7,7 Sources : IFS - N et Bouwman, Boumans 2002 éq. CO 2 à la production CO 2 relâché après épandage éq. CO 2 lié à l'émission des sols en N 2 O Ammonitrate 33,5 Ammonitrate 27 Urée Solution azotée P2O5 0,4 TSP superphosphate K20 0,3 KCI chlorure de potasse

16 la fertilisation permet de fixer davantage de CO 2 En prenant l exemple de la production de blé, on constate que le supplément de rendement obtenu avec un fertilisant azoté signifie une augmentation de la fixation de gaz carbonique. L utilisation d engrais azoté augmente aussi la quantité de résidus de récolte enfouis (racines, chaumes, paille). La formation d humus à partir de ces résidus permet la séquestration à plus long terme de carbone dans les sols. CO 2 fixé par 1 hectare de blé 30 t éq. CO2/ha t éq. CO t éq. CO CO 2 supplémentaire fixé dans la plante CO 2 fixé dans la plante sans apport d'azote Sans apport d'azote 9.4 t/ha kg N/ha 16.4 t/ha CO 2 émis par le carburant et autres intrants... éq. CO 2 incluant N 2 O émis par l'engrais azoté Rendement en biomasse (plante entière) Synthèse d'essais plein champs - YARA ; Allemagne les biocarburants réduisent l accumulation de gaz à effet de serre L utilisation de carburant d origine fossile rejette de grandes quantités de CO 2 qui vont s accumuler dans l atmosphère en aggravant l effet de serre (1 tonne de gazole rejette 3.4 tonnes de CO 2 ). L écobilan réalisé par Price Waterhouse Coopers prend en compte l ensemble des émissions de CO 2 et de N 2 O à l origine d une augmentation de l effet de serre, depuis la production jusqu à l utilisation des carburants. Contrairement aux carburants fossiles, le CO 2 issu de la combustion des biocarburants n est pas comptabilisé puisqu il a été auparavant fixé par la photosynthèse à partir de l atmosphère. Ainsi les carburants verts réduisent l accumulation de gaz à effet de serre par rapport aux carburants fossiles, respectivement de 75% et de 74% pour le bioéthanol et le biodiesel. Écobilan gaz à effet de serre des fillières de biocarburants 4,0 t éq. CO /t de carburant 2 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 Essence Bioéthanol Gazole Biodiesel Source : PriceWaterhouse Coopers 2002

17 CONCLUSION : la fertilisation améliore les bilans L utilisation de la biomasse pour produire de l énergie renouvelable économise des ressources fossiles et réduit l accumulation de gaz carbonique dans l atmosphère. En particulier, le bilan tant énergétique qu environnemental de la production de cultures dédiées aux biocarburants est positif. La fertilisation améliore la performance des bilans en permettant aux cultures de réaliser leur potentiel de croissance et d accroître leur rendement photosynthétique. Grâce à une fertilisation raisonnée, le gain d énergie fixée dans la récolte est six à sept fois plus élevé que la dépense consentie pour produire, transporter et épandre les engrais. Semées entre fin août et fin octobre, elles ont un cycle long de 9 à 10 mois et ne nécessitent pas d irrigation. Elles protègent les sols de l érosion en hiver et piègent le nitrate présent dans le sol. Alternées avec d autres cultures (tournesol, légumineuses, betterave ) elles contribuent à préserver la diversité des rotations et restituent de la matière organique aux sols grâce à l enfouissement des résidus de culture. Le recours à la biomasse et aux biocarburants trouve cependant ses limites dans la disponibilité des surfaces agricoles et de la ressource en eau. Sans concurrencer les débouchés alimentaires, la surface agricole actuellement en jachère pourra être remise en culture (en 2005, 4 millions d hectares sont en jachère dans l UE dont 1.3 million en France). Cette surface consacrée aux biocarburants permettrait de réduire de 18 millions de tonnes de CO 2 les émisions du secteur des transports dans l EU. L adoption par les agriculteurs des pratiques de raisonnement : plans de fertilisation, fractionnement des apports d azote, choix des formes, ajustement grâce aux outils de pilotage, permet de gagner en efficacité tout en préservant l environnement*. Les cultures énergétiques comme le colza et le blé d hiver sont bien adaptées aux climats tempérés et présentent des atouts pour l environnement. Pour atteindre l objectif d incorporation de 10% de carburants verts dans les carburants en 2015 fixé par le gouvernement français, il faut améliorer les rendements de la production de biomasse et de sa transformation en biocarburants. La généralisation des pratiques agricoles respectueuses de l environnement et le développement de l Agriculture Raisonnée en France devront y contribuer * Gagner en efficacité avec l azote minéral pour protéger l environnement - Dossier technique UNIFA

18 Bibliographie EFMA 2006 Producing bioenergy and making the best of european land UNIFA 2004 Dossier technique : Gagner en efficacité avec l azote minéral pour protéger l environnement IFS 2003 N 509 Energy consumption and greenhouse gas emissions in fertiliser production Bouwman, A.F., Boumans and Batjes 2002 Modeling global annual N 2 O and NO emissions from fertilized fields, Global Biogeochem. Cycles FAO - IFA 2003 Estimations des émissions gazeuses de NH 3, NO et N 2 O par les terres agricoles à l échelle mondiale Price Waterhouse Coopers 2002 Bilans énergétiques et gaz à effet de serre des filières de production de biocarburants en France Sites consultés : pour les inventaires d émission de GES pour le plan de réduction des GES en pour le dossier biocarburants Crédits photos : AGPM, K+S, Novamont, Proléa, Unifa, Yara Cette brochure est téléchargeable sur

19

20 DOSSIER TECHNIQUE Gagner en efficacité avec l azote minéral pour protéger l environnement Les plantes s alimentent dans le sol en azote minéral et le transforment en protéines, composants essentiels de la vie pour l homme et les animaux. Le cycle de l azote est complexe. L azote minéral destiné à la plante peut aussi être perdu sous certaines formes dans l air ou dans l eau. La fertilisation raisonnée consiste à maîtriser les quantités d azote fournies pour satisfaire au plus juste les besoins des cultures. Ce document montre l ensemble des progrès réalisés par les fabricants, les chercheurs, les prescripteurs et les agriculteurs dans les cinq étapes de la mise en oeuvre de la fertilisation afin de rendre l apport d azote minéral plus efficace pour protéger l environnement. Les fiches FERTI-pratiques remettent l agronomie et l économie au centre du raisonnement de la fertilisation. Elles proposent des réponses pratiques aux questions des agriculteurs sur la nutrition des plantes et la fertilité des sols pour une agriculture productive et durable. N hésitez pas à envoyer vos questions à Toutes les fiches sont téléchargeables sur FERTI-pratiques n 01 : Colza et céréales ; de vrais besoins en P et K FERTI-pratiques n 02 : Analyse de terre ; la comprendre et l utiliser Prochaine parution cet hiver : FERTI-pratiques n 03 : Soufre ; intérêt et synergie avec l azote Pour être certain de recevoir les prochaines fiches, inscrivez-vous sur UNIFA Le Diamant A Paris La Défense cedex Tél : Fax : Site Web : conception - réalisation :

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Groupe ROQUETTE. Usine de BEINHEIM. Chaufferie Biomasse

Groupe ROQUETTE. Usine de BEINHEIM. Chaufferie Biomasse Groupe ROQUETTE Usine de BEINHEIM Chaufferie Biomasse Congrès «Eco-technologies pour le futur» - Lille - 14 juin 2012 Plan de la présentation Le groupe ROQUETTE Notre site de BEINHEIM Nos motivations environnementales

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait!

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Actualisation janvier 2009 Processus de production de biogaz BIOMASSE Matière organique fraîche (déjections,

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE:

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: État de situation et opportunités Michel Lachance CQVB 7 décembre 2012 East Angus PLAN Contexte la biomasse : une source d énergie pour le Québec Systèmes de chauffage Chauffage

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

Série documentaire. Le monde du pétrole. Carburants du futur. Die Anfänge Die Welt des Erdöls, September 2006 5

Série documentaire. Le monde du pétrole. Carburants du futur. Die Anfänge Die Welt des Erdöls, September 2006 5 Série documentaire Le monde du pétrole Carburants du futur Die Anfänge Die Welt des Erdöls, September 2006 5 Quel carburant prendre à l avenir? Bioéthanol, gaz naturel, hydrogène, carburants synthétiques,

Plus en détail

Incitations financières véhicules 2014

Incitations financières véhicules 2014 Marque : Consommation de carburant C02 inférieures ou égales à 100 g/km de 101 à 120 g/km VOITURE Énergie : Essence Les déplacements Comprendre Incitations financières véhicules 2014 Pour des véhicules

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Mettre l écologie au cœur des consciences Fondée en juillet 2005 par Yann Arthus-Bertrand

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution?

Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution? C est correct. La scie mécanique fonctionne au biocarburant. Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution? Evelyne Thiffault David Paré Jacques Morissette Sébastien Dagnault Ressources naturelles

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

option pour le climat?

option pour le climat? Biosolides municipaux Quelle est la meilleure option pour le climat? Claude Villeneuve, professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil de l Université du Québec à Chicoutimi (Claude_Villeneuve@uqac.ca)

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

L énergie dans notre quotidien

L énergie dans notre quotidien 4 5 6 7 8 L énergie dans notre quotidien QUE SAIS-TU SUR L ÉNERGIE? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent. A. 1. Nous utilisons de plus

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone

La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone Jessica François, Mathieu Fortin et Anthony Dufour Journées CAQI les 8 et 9 avril 2014, Gembloux,

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS

GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS Bilan Carbone Entreprises et Collectivités GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS Version 6.1 Calcul des facteurs d émissions et sources bibliographiques utilisées Chapitre 2 Facteurs associés à la consommation

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Commission régionale de l économie agricole et du monde rural 17 Mai 2011 Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Ordre du jour COREAM 17 mai 2011 Volet agricole et forestier

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011

Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011 Energies renouvelables en Allemagne : succès et défis Jörg Mühlenhoff Agentur für Erneuerbare Energien Agence pour les Energies Renouvelables Paris, ENS, 14 avril 2011 L Agence pour les Energies Renouvelables

Plus en détail

RÉDUIRE LES GAZ À EFFET DE SERRE. SLC Sauvons Le Climat

RÉDUIRE LES GAZ À EFFET DE SERRE. SLC Sauvons Le Climat COMMENT(vraiment) RÉDUIRE LES GAZ À EFFET DE SERRE SLC Sauvons Le Climat SOMMAIRE LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE page 5 AMÉLIORER L EFFICACITÉ ÉCONOMIQUE DES ACTIONS DE RÉDUCTION DES ÉMISSIONS

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7 Septembre 2011 Méthode pour la réalisation des bilans d émissions de Gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n 2010788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité Que suis-je? Je détiens près de 60% des infrastructures J accueille aujourd hui plus de 60% de la population mondiale Je réunis l économie du savoir, des services, des finances sur mon territoire 1 Que

Plus en détail

La Belgique survivra au pétrole

La Belgique survivra au pétrole La Belgique survivra au pétrole > XAVIER DESGAIN Xavier Desgain est ingénieur agronome de formation. Conseiller communal, député wallon honoraire, il est actuellement conseiller politique chez Ecolo, en

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE

NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE CONSTATS ET ENJEUX CHAPITRE 1 - NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE GRANDEURS - CDDRA DE LA DRÔME DES COLLINES - - Juin 2011 POINT INFORMATION ENERGIE 44 RUE FAVENTINES, BP 1022, 26010 VALENCE CEDEX tél. 04

Plus en détail

sixième communication nationale de la france

sixième communication nationale de la france Octobre 2013 sixième communication nationale de la france à la convention-cadre des nations unies sur les changements climatiques Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe Le développement de la filière bois-énergie, s il est réalisé en harmonie avec les autres utilisations du bois, est une opportunité pour

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1)

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) Incorporées aux produits (2) LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) TABLEAU 1 TOTAUX Émissions de gaz à effet

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail