Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution?"

Transcription

1 C est correct. La scie mécanique fonctionne au biocarburant. Biomasse forestière et bioénergie: Danger ou solution? Evelyne Thiffault David Paré Jacques Morissette Sébastien Dagnault Ressources naturelles Canada Service canadien des forêts

2 Biomasse forestière Parties ou produits d arbre non-utilisés par les industries traditionnelles du bois Plantation dédiée à la production de biomasse Forêt sous aménagement Résidus primaires Bois de chauffage Résidus secondaires Résidus tertiaires Résidus de coupe finale Résidus d éclaircie Souches Résidus industriels : Écorce Sciures et rabotures Liqueur noire Résidus de : Construction Démolition Empaquetage Source: Röser et al. 2008

3 Intérêt pour la biomasse forestière résiduelle Sciage Bioénergie -nouveaux débouchés pour l industrie -sécurité énergétique -lutte aux changements climatiques pâte Source: Groupement forestier de l est du lac Témiscouata

4 Est-ce une source d énergie verte? Est-ce que la récolte de biomasse respecte les critères d aménagement forestier durable? Photo: Jacques Morissette

5 3.2 Gt C/an Groupe intergouvernemental d experts sur le climat: 450ppm: seuil critique Keeling and Whorf, 2005

6 «Un aménagement forestier durable visant à maintenir ou accroître les stocks de carbone tout en produisant d une manière soutenue du bois, de la fibre ou de l énergie, va générer les plus grands bénéfices durables en matière d atténuation.» GIEC 2007 ch 9: Forestry, AR4, Groupe III

7 En plus de dégrader les écosystèmes, l exploitation forestière est une importante source d émissions de gaz à effet de serre (GES);..

8 La beauté de la substitution Une cuillère de bois: 17 g CO 2 empêche l émission de Une cuillère de plastique: 200 g CO 2 Une cuillère de métal: 460 g CO 2 UK forestry commission 2008

9 Superficie nécessaire pour produire de l énergie Hydro San José, California hectares 1 million d habitants 740 MW Nucléaire Gaz naturel Solaire Charbon Vent Biomasse Source: Science 329:

10 100 Energy potential from biomass United States 120 Energie des carburants fossiles Quads (quadrillions of BTU) Energie captée par les plantes terrestres Energie dans les plantes agricoles et forestières 0 Source: Pimentel and Pimentel 2008

11 Changement dans les émissions de CO2 créé par les biocarburants par rapport aux combustibles fossiles (exclut changements dans l utilisation des terres) ETHANOL BIODIESEL

12 Conversion d écosystèmes naturels pour produire des biocarburants La dette de Carbone Temps pour repayer la dette Source: Fargione et al. 2008, Science

13 Laissées sur le site forestier, les branches vont se décomposer et émettre du CO 2 Masse de branches restante CO 2 Temps depuis le début de la décomposition

14 Si on les brûle pour produire de l énergie, les branches vont émettre le CO 2 immédiatement MAIS: Pour produire une unité d énergie, la biomasse forestière émet plus de CO 2 que les combustibles fossiles

15 Ça prend 4 ans pour que les émissions de CO 2 associées aux branches deviennent inférieures aux émissions associées au gaz naturel Émissions totales (kg CO 2 / MWh) Charbon Huile et diesel Gaz naturel Souches Branches Émissions directes de la chaîne de production de biomasse forestière Années depuis le début de la production Source: Repo et al. 2010

16 Source: GIEC Les prochains 50 ans sont critiques

17 Quelle est la meilleure utilisation de la biomasse? 1 tonne métrique anhydre 1700 kwh électricité 400L Ethanol = 2465 kwh 5000 kwh TRANSPORT- TAUX de DISTANCE PARCOURUE: Pour la même biomasse, la voiture électrique fait presque deux fois plus de distance que la voiture à l éthanol. (Campbell 2009, Science)

18 Matière organique et éléments nutritifs On ne fait pas d omelette sans casser des œufs

19 Quelle est l empreinte écologique de l utilisation de la biomasse forestière?

20 Perception du public: CECI EST UNE FORÊT AMÉNAGÉE CECI EST UNE FORÊT NON -AMÉNAGÉE DES QUESTIONS?

21 Quels sont les risques à la productivité des sites qu il faut éviter? Risques Compactage et orniérage Erosion Perte d éléments nutritifs Perte de matière organique

22 Quels types de site sont sensibles à ces risques? Types de site Compactage et orniérage Erosion Perte d éléments Nutritifs Sol organique X X Sol mince X X Pente forte Sol à texture grossière Drainage excessif Sol pauvre et acide X X X Perte de matière organique X X

23 Projet: Relier les types de site aux informations spatiales disponibles pour le territoire forestier Étude pour l Abitibi-Témiscamingue Sites sensibles à la récolte de biomasse: Tourbières, particulièrement les tourbières ombrotrophes Sols minces Pentes fortes Sols secs Sols grossiers Sols pauvres, particulièrement en calcium et magnésium

24 Cartographie des sites sensibles à la récolte de biomasse Source: Jacques Morissette et Evelyne Thiffault

25 Modèle BiOS (Biomass Opportunity Supply) FPInnovations - FERIC

26 Projet: Validation avec dispositifs de recherche déjà en place au Canada ans depuis la récolte Réponses aux traitements de récolte: Nutrition foliaire Croissance Réserves d éléments nutritifs du sol

27 Dispositifs en Ontario Peuplements de 15 ans 350 Croissance des derniers verticilles (cm) Pin gris Épinette noire Quantité de matière organique sur le site (t/ha) Pin gris Tronc entier Pin gris Arbre entier Pin gris Scalpage Épinette noire Tronc entier Épinette noire Arbre entier Épinette noire Scalpage

28 Dispositif en Nouvelle Ecosse Peuplements de 20 ans Coupe par arbre entier Coupe par tronc entier Épinette rouge Dickey Lake West Brooke West River Épinette de Norvège Épinette rouge Épinette noire Épinette rouge Épinette de Norvège Épinette rouge

29

30

31 Microsite Présence /qualité Microclimat Humidité (air) Température (air) Contenu en eau (sol) Température (sol) Fertilité N. Thiffault, adapté de Sutherland et Foreman (1995)

32 Projet: Gestion des résidus de coupe et remise en production des sites 4 régions: Kamouraska Estrie Lac St-Jean Abitibi 4 espèces: Peuplier hybride Épinette noire Pin gris Épinette blanche Traitements: Témoin 20 kg de résidus 40 kg de résidus 80 kg de résidus Paillis de plastique Fertilisation Herbicide

33

34 Project: 0 kg 20 kg 40 kg 80 kg

35

36 Espèces reboisées Grille de décision Récolte/valorisation des résidus Méthodes d atténuation Maintien sur le site Conditions édaphiques

37 Projet: Réseau de suivi des effets à long terme de la récolte de biomasse forestière Combler les connaissances pour les conditions de site non représentées dans les dispositifs actuels Réponses aux traitements de récolte: Nutrition foliaire Croissance Réserves d éléments nutritifs du sol

38 Moraine de décrépitude Tourbière Sol sableux Sol très mince Sacré-Coeur Région à forte précipitation acide Forêt Montmorency Forêt mélangée Forêt feuillue Région à forte précipitation acide

39

40

41

42

43 Volume de débris grossiers au sol (>3 cm) 120 Moyenne de DLG_VOL_m3hA m3 / ha 60 Traitement Récolte de résidus Témoin Abitibi Chartierville Chibougamau Site

44 Volume de débris fins au sol (<=3 cm) 35 Moyenne de DLF_VOL_m3ha m3 / ha traitement Récolte de résidus Témoin Abitibi Chartierville Chibougamau Site

45 Est-ce une source d énergie verte? Est-ce que la récolte de biomasse respecte les critères d aménagement forestier durable? Photo: Jacques Morissette

46 Le pétrole gicle à Saint-Augustin Le Soleil, 26 novembre 2009 Président de Junex, Jean-Yves Lavoie montre un échantillon de l'étonnante découverte faite dans le sol du parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures : du pétrole léger de belle qualité.

47 Comprendre les enjeux environnementaux de la récolte de biomasse forestière Requis par: Public (poursuites aux États-Unis) Organismes de certification (FSC - Quebec) Marchés internationaux (UE)

48 Même science, deux perceptions différentes: Récolte de biomasse résiduelle: NON! Nouvelle-Écosse OUI! Finlande Va nuire au projet de rétablissement de la grande forêt acadienne Permet l indépendance énergétique par rapport à la Russie

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière

LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA. biomasse forestière LA RECHERCHE AU CENTRE DE FORESTERIE DES LAURENTIDES DE RESSOURCES NATURELLES CANADA La biomasse forestière Mention de source De haut en bas et de gauche à droite Page 1 J. Morissette (RNCan) Page 2 N.

Plus en détail

Table of Contents 1 Aperçu... 3 1.1.1 Description informelle... 3 1.1.2 Métadonnées des spécifications de contenu informationnel... 3 1.1.

Table of Contents 1 Aperçu... 3 1.1.1 Description informelle... 3 1.1.2 Métadonnées des spécifications de contenu informationnel... 3 1.1. Données de gestion de l Outil cartographique d inventaire de la biomasse Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Table of Contents 1 Aperçu...

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées

Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Créer des solutions pour le secteur forestier Opportunités de valorisation des bois de trituration des forêts privées Établissement de centres de mise en copeaux pour le bois de trituration Serge Constantineau,

Plus en détail

ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL

ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ PROJET DE BIOÉNERGIE FORESTIÈRE RAPPORT FINAL JUILLET 2007 Table des matières Liste des tableaux... iv Liste des figures...vii Liste des annexes...viii 1 Introduction... 1 2 Résumé

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone

La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone La production énergétique à partir de la biomasse forestière : le devenir des nutriments et du carbone Jessica François, Mathieu Fortin et Anthony Dufour Journées CAQI les 8 et 9 avril 2014, Gembloux,

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Blandine Antoine Élodie Renaud LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Sommaire Préface... 11 Introduction... 15 I. LA PRODUCTION D ÉNERGIE Introduction à la production d énergie... 31 Thème 1 Énergies Fossiles...

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE:

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: État de situation et opportunités Michel Lachance CQVB 7 décembre 2012 East Angus PLAN Contexte la biomasse : une source d énergie pour le Québec Systèmes de chauffage Chauffage

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction. produits certifiés

Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction. produits certifiés Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction produits certifiés Une nouvelle marque de produits éco-conçus et responsables Fabrication 100% française Une vraie fabrication française

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre 056-061 Gires 29/10/08 11:00 Page 56 ÉNERGIE ET MATÉRIAUX : QUELQUES NOUVEAUX REGARDS Le captage et le stockage géologique de CO 2 : une des solutions pour lutter contre le changement climatique L utilisation

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques Gatineau, le 8 août 2001 Monsieur Jean Pierre Lefebvre, ing. Ministère de l'environnement du Québec 675, boul. René Lévesque Est, 9 ième étage, boîte 30 Québec (Québec) G1R 5V7 Objet: Écogeste, Programme

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe Le développement de la filière bois-énergie, s il est réalisé en harmonie avec les autres utilisations du bois, est une opportunité pour

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière Guyane Bilan carbone et gestion forestière Séminaire organisé dans le cadre du projet CARPAGG «le carbone en forêt et en prairies issues de déforestation en Guyane, 1 octobre 2013» Le contexte de la forêt

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Année de référence : 2011 Alpha Santé Document {auxilia} Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectif du rapport 3 2. Méthodologie

Plus en détail

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises Rendez-vous de l énergie Agents socio-économiques, Côte-Nord 23 février 2011 Patrick Déry, B.Sc., M.Sc. physicien, spécialiste en énergétique

Plus en détail

Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium www.efma.org

Remerciements. EFMA European Fertilizer Manufacturers Association Av E. Van Nieuwenhuyse, 4 B-1160 Brussels-Belgium www.efma.org Remerciements Ce dossier technique est pour une grande part la traduction de la brochure EFMA publiée en anglais Producing bioenergy and making the best of european land sous la direction de Christian

Plus en détail

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit:

L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme suit: 4. ÉLÉMENTS ÉCONOMIQUES 4.1. Description des usines Contexte L'aire commune 073-01 contribue directement à l'approvisionnement de dix (10) usines de transformation du bois. Ces usines se décrivent comme

Plus en détail

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits?

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Claire Cornillier, claire.cornillier@fcba.fr Estelle Vial, estelle.vial@fcba.fr Conférence-Débat

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité Que suis-je? Je détiens près de 60% des infrastructures J accueille aujourd hui plus de 60% de la population mondiale Je réunis l économie du savoir, des services, des finances sur mon territoire 1 Que

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

Biomasse : un monde d innovations à notre portée

Biomasse : un monde d innovations à notre portée Biomasse : un monde d innovations à notre portée Source : http://www.dico-ecolo.com/fond-2.html Innofibre oeuvre principalement dans les domaines suivants : Agricoles Recherche, Développement et Innnovations

Plus en détail

option pour le climat?

option pour le climat? Biosolides municipaux Quelle est la meilleure option pour le climat? Claude Villeneuve, professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil de l Université du Québec à Chicoutimi (Claude_Villeneuve@uqac.ca)

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière

Estimation des stocks de carbone à l échelle d une concession forestière Estimation des stocks de carbone Exemple des concessions forestières de Bétou et Missa - Congo 595 948 ha Février 2010 FICHE D IDENTITÉ DES CONCESSIONS BÉTOU ET MISSA Unités Forestières d Aménagement situées

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Quotas d émission de CO 2

Quotas d émission de CO 2 CPCU BERCY Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE Quotas d émission de CO 2 Septembre 2014 CPCU/DDAE/ Bercy/ Quotas d émission de CO 2 DOCUMENT REDIGE PAR CPCU 185 rue de Bercy 75012 PARIS

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1)

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) Incorporées aux produits (2) LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) TABLEAU 1 TOTAUX Émissions de gaz à effet

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Comment? chez le particulier ou en collectivité

Comment? chez le particulier ou en collectivité Actions Citoyennes pour une Transition Energétique Solidaire par René CHAYLA Président d AC ACTEnergieS Comment? chez le particulier ou en collectivité 1 LA TRANSITION ENERGETIQUE EN PRATIQUE DIMINUER

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Récolte de biomasse forestière et chauffage Aperçu de la situation au Québec. Eugène Gagné, ing.f.

Récolte de biomasse forestière et chauffage Aperçu de la situation au Québec. Eugène Gagné, ing.f. Récolte de biomasse forestière et chauffage Aperçu de la situation au Québec Eugène Gagné, ing.f. Plan de la présentation Accès à la ressource Récolte o Les coopératives forestières o Aperçu chez les autres

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

Présentation du nouveau programme de remboursement de taxes foncières. novembre 2014

Présentation du nouveau programme de remboursement de taxes foncières. novembre 2014 Présentation du nouveau programme de remboursement de taxes foncières novembre 2014 Progamme de remboursement de taxes foncières 1. Contexte général; 2. Résumé de l ancien programme; 3. Présentation du

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui technique

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

Piegeage et stockage du CO 2

Piegeage et stockage du CO 2 Piegeage et stockage du CO 2 Résumé du rapport spécial du GIEC, le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Un résumé réalisé par: LE PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE (PSC)

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant Priorité n 1 en Europe Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 2010 CO2 et Energie les données du

Plus en détail

Atelier de formation sur les Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN)

Atelier de formation sur les Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) Atelier de formation sur les Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) Pépinière A Ligne de base et données concernant les CPDN Intervention d un pays: Cas de la CPDN du Maroc Abdelkarim

Plus en détail

Lisez la conscience tranquille

Lisez la conscience tranquille Lisez la conscience tranquille Une étude sur l impact environnemental Analyse du cycle de vie menée à bien par l institut de recherche Innventia et commandée par l association professionnelle Sveriges

Plus en détail

1 Le chauffage des serres agricoles

1 Le chauffage des serres agricoles 1 Le chauffage des serres agricoles 1.1 Introduction Les serres offrent aux maraîchers et aux horticulteurs la possibilité de maîtriser le climat (température, humidité et lumière) et de produire, au moment

Plus en détail