Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB"

Transcription

1 Comparaison des émissions de CO 2 par mode de transport en Région de Bruxelles-Capitale Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB 100% Papier recyclé Janvier 2008

2 Résumé Déplacer un passager sur un km sur le réseau de la STIB engendre des émissions de 53gCO 2 (en considérant un taux de remplissage de 22%). A titre de comparaison, une voiture moyenne en cycle urbain avec un taux de remplissage moyen de 1,4 passager (moyenne en RBC) est responsable de l émission de 141 gco 2 /km-passager, soit 166% en plus. Emissions de CO2 par km-passager (en cycle urbain) Moyenne STIB Bus Tram Métro Moyenne voiture 4 x 4 de luxe 141g CO2 / 53g CO2 / km-passager km-passager La moyenne des émissions par km-passager sur le réseau de la STIB est 30% plus basse que le véhicule le moins polluant sur un trajet urbain. Un 4x4 de luxe émet 10 fois plus de CO 2 par km-passager qu un déplacement en métro. Les trajets en transport en commun dans la RBC évitent l émission de plus de tonnes de CO 2 dans l atmosphère. En annexe, les résultats en gco 2 /km-passager ont été comparés avec ceux de la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) et ceux de Transport for London (TfL). Les ordres de grandeur sont comparables et les différences s expliquent essentiellement par l intensité carbone du fournisseur électrique (plus faible en France, plus élevée au Royaume-Uni). 1. Introduction L objectif de cette étude est d établir une comparaison des émissions de gaz à effet de serre (GES) par passager des différents modes de transport de passagers en Région de Bruxelles-Capitale (RBC). Les résultats de l étude permettront d objectiver les avantages de l utilisation des différents moyens de transport publics de la STIB dans le cadre de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. La comparaison tient uniquement compte des émissions directes de gaz à effet de serre lors de la consommation de carburants et des émissions de gaz à effet de serre résultant de la production électrique. Les facteurs d émissions pour les combustibles utilisés sont ceux recommandés par le Groupe d experts Intergouvernemental sur l Evolution du Climat (GIEC). Les facteurs d émissions pour l électricité proviennent du rapport environnemental du fournisseur d électricité de la STIB.

3 2. Comparaison des émissions de CO2 par mode 2.1. Introduction et hypothèses La comparaison des émissions de CO 2 par mode de transport se fera par km parcouru par passager (gco 2 /km-passager) et par déplacement moyen (=voyage). En moyenne un déplacement avec la STIB est de 4,3 km Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) Métro et trams Les métros et les trams n émettent pas directement de GES. Toutefois, ces modes de déplacement utilisent une quantité d énergie importante sous forme d électricité. Les émissions de CO 2 indirectes peuvent donc être obtenues grâce à la formule suivante : Emissions de CO 2 (en t CO 2 ) = données d activité (en kwh) * facteur d émission du producteur d électricité (en gco 2 /kwh) * 10-6 Les données d activité (DA) représentent la consommation d électricité. Selon le contrat conclu entre la STIB et son fournisseur d électricité Electrabel, ce-dernier s est engagé à fournir 18% d électricité à partir de sources d énergies renouvelables dès Dans son rapport d activité de 2006, Electrabel mentionne un taux d émission de CO 2 par kwh de 248gCO 2 /kwh en Belgique. Ce taux relativement faible s explique par l importance de l électricité nucléaire dans le parc de production d Electrabel Belgique (59% de la production totale en 2006). En raison de la fourniture d électricité verte à la STIB ce taux est réduit. La production d électricité par Electrabel à partir de source d électricité non renouvelable a un FE de 252 gco 2 /kwh. En prenant en compte le pourcentage d électricité verte acheté par la STIB on obtient donc un FE de 207 gco 2 /kwh. Toujours selon le rapport d activités 2006 de la STIB, le nombre de voyages en métro est de 122,5 millions et le nombre de voyages en tram est de 70,8 millions. Mode de Transport Electricité = FA (kwh) t CO 2 gco 2 /voyage = FA*FE*10-6 = t CO 2 *10 6 nombre voyages gco 2 /km pour 1 passager = g CO 2 /voyage 4,3 Métro ,5 Tram

4 2.2.2 Bus Les bus de la flotte de la STIB roulent avec deux types de carburant : gasoil ou gaz naturel. La formule pour calculer leurs émissions est similaire à celle employée pour le métro et le tram: Emissions de CO 2 (en t CO 2 ) = facteur d activité (en l ou en Nm3) * facteur d émission du producteur d électricité (en kgco 2 /l ou kgco 2 /Nm3) * 10-3 Les données d activité (DA) représentent la consommation de carburant. Pour le gasoil, les chiffres renseignés par le système de gestion SAP ( litres) et basé sur les commandes comprennent également les achats pour les véhicules de service et camions. Les chiffres détaillés par véhicule indiquent une consommation de litres pour le matériel de transport de passagers. Pour le gaz naturel, les DA sont de Nm3. Le FE pour le gasoil est de 2,67 kgco 2 /l. Le FE pour le gaz naturel est de 2,22 kgco 2 /Nm3. Le nombre de voyage en bus est de 76,1 millions. Comme nous ne disposons pas du nombre de voyage en bus par type de carburant, nous avons estimé les émissions par km-passager de la flotte totale. Dans la réalité un bus au gaz naturel émet environ 20% de CO 2 en moins qu un bus roulant au gasoil. Carburant Quantité t CO 2 = FA*FE*10-3 gco 2 /rit gco 2 /km pour 1 passager Gasoil litres Gas naturel Nm³ Total Agrégation Les véhicules transportant des passagers de la STIB sont responsables de l émission de tonnes de CO 2. Notons que comparé au nombre total d émission de CO 2 dû au transport en 2004 dans la RBC tonnes de CO 2 -, ce montant est faible. Les émissions des véhicules de la STIB représentent à peine 1,4% des émissions de GES de la RBC (4,4 millions de tonnes de CO2e au total).

5 Répartition des émissions de GES (en CO 2 e) en RBC en 2004 Transports (STIB exclus) Autres (domestique, entreprises,..) STIB Au total, 269,4 millions de voyages ont été effectués sur le réseau de la STIB. Les émissions par voyage sont donc de 229gCO 2. Transporter un voyageur sur un km sur le réseau de la STIB est en moyenne responsable de l émission de 53gCO 2. Emissions de CO 2 /km-passager Moyenne STIB Bus Tram Métro Ces émissions sont comparés avec ceux de la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) et ceux de Transport for London (TfL) en annexe Voitures individuelles La formule «classique» utilisée pour calculer les émissions de CO 2 des voitures individuelles est comparable à celle utilisée pour les bus. Emissions de CO 2 (en t CO 2 ) = facteur d activité (en l) * facteur d émission du producteur d électricité (en kgco 2 /l) * 10-3 Les données d activité (DA) représentent la consommation de carburant.

6 Le FE pour le diesel est de 2,67 kgco 2 /l. Celui pour l essence est de 2,42 kgco 2 /l. Pour le LPG, il est de 1,58 kgco 2 /l. Toutefois, peu de gens connaissant leur consommation exacte de carburant en litres, les calculateurs de CO 2 proposent souvent à l utilisateur de renseigner le modèle de leur véhicule et la distance parcourue. Il existe des bases de données publiques mentionnant les émissions de CO 2 par véhicule en gco 2 /km et CO 2 Logic peut développer des calculateurs selon cette formule de calcul 1. Les émissions renseignées dans ces bases de données sont les émissions en cycle mixte (moyenne cycle-urbain et cycle extra-urbain). En règle générale, une voiture émet 20% en plus que cette moyenne en cycle urbain. Par exemple un véhicule annoncé comme consommant 5 litres/100 km émettra aux alentours de 4,2 litres/100km en extra-urbain et de 6 litres/100 km en cycle urbain (donc en RBC, sur les trajets compétitifs avec la STIB). Selon la FEBIAC, les émissions de CO 2 des voitures nouvellement immatriculées en Belgique est de 155gCO 2 /km en 2004 et 180 gco 2 /km en La moyenne du parc de véhicule existant en 2007 se situe entre ces deux chiffres. Nous avons pris la valeur de 167gCO 2 /km. En ajoutant les 20% de consommation additionnelle en cycle urbain, on obtient donc un FE de 200gCO 2 /km pour une voiture moyenne. Finalement, afin de comparer les émissions par km-passager, les émissions de CO 2 par km d un véhicule doivent être divisées par le taux d occupation. En RBC, ce taux d occupation est de 1,42 (source : DG statistique, 1999). En divisant le FE obtenu cidessous par ce taux d occupation on obtient un taux d émission par km-passager de 141gCO 2. C est ce taux qui peut être comparé au 53gCO 2 /km-passager de la STIB. 2.4 Communication sur la comparaison avec la voiture Dans le graphique qui suit nous avons estimé ces facteurs d émissions en km-passager pour différents véhicules en cycle urbain. La moyenne des émissions par km-passager sur le réseau de la STIB est 30% plus basse que le véhicule le moins polluant sur un trajet urbain. Un 4x4 de luxe émet 10 fois plus de CO 2 par km-passager qu un déplacement en métro. Les trajets en transport en commun dans la RBC évitent l émission de plus de tonnes de CO 2 dans l atmosphère. Le tableau ci-dessous reprend ces chiffres pour différents modèles de voitures.

7 Emissions de CO 2 par km-passager (en cycle urbain) Moyenne STIB Bus Tram Métro Moyenne voiture Range Rover 4.2 V8 BMW Touring 530xi Citroën C8 hdi 2.0 VW Golf 1.9 tdi77 Renault Mégane 1.5 dci85 Toyota Prius Smart Fortw o 0.8cdi Une publicité comparative sur les émissions de CO2 pourrait ressembler à ceci : 141gCO2 / 53gCO2 / km-passager km-passager

8 Annexe 1 : comparaison avec Londres et Paris Les émissions sont plus élevées pour le métro londonien (LU = London underground) que pour la STIB, ce qui s explique par l intensité carbone du fournisseur d électricité. Les bus émettent 5% en plus, ce qui semblent essentiellement s expliquer par un taux de remplissage inférieur à 22%. Les émissions des transports publics électriques français sont très faibles vu la part importante(>80%) de l énergie nucléaire et de l hydroélectricité (10%) dans le parc de production électrique français. La RATP fait une différence entre les bus de Paris et les bus de banlieue, la moyenne est supérieure aux émissions des bus de la STIB. Remarque : le chiffre pris en compte pour la voiture ne semble pas tenir compte d un taux d occupation des véhicules (ou alors les voitures à Paris émettent 40% en plus que les voitures à Bruxelles, ce qui est peu probable vu les bonnes performances des constructeurs français en général en matière d émissions de GES).

VERSION DU 11 juin 2015

VERSION DU 11 juin 2015 DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE INFORMATION CO 2 DES PRESTATIONS DE TRANSPORT METHODOLOGIE GENERALE VERSION DU 11 juin 2015 1. METHODOLOGIE A. Comment est estimée l empreinte CO 2 de votre trajet? 1.

Plus en détail

Les voitures de société : état de la question en Belgique. Forum intersyndical. 25 NOVEMBRE 2008 Claire SCOHIER. Inter-Environnement Bruxelles

Les voitures de société : état de la question en Belgique. Forum intersyndical. 25 NOVEMBRE 2008 Claire SCOHIER. Inter-Environnement Bruxelles Les voitures de société : état de la question en Belgique Forum intersyndical 25 NOVEMBRE 2008 Claire SCOHIER Inter-Environnement Bruxelles Prémices d une mobilité non-soutenable depuis 50 : politique

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY

01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY 01-2014 Brochure ALD ELECTRIC PART OF ALD NEWMOBILITY 1 Brochure ALD electric INTRODUCTION Notre offre ALD electric se compose d une gamme très complète de véhicules électriques comprenant des hybrides

Plus en détail

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes. Synthèse des principaux résultats

Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes. Synthèse des principaux résultats Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes Synthèse des principaux résultats Dans le cadre du projet européen CO 2 NeutrAlp (www.co2neutralp.eu)

Plus en détail

La Belgique, pays du diesel? Automania.be

La Belgique, pays du diesel? Automania.be Automania.be L'intégration de véhicules hybrides et électriques dans les flottes des entreprises : une formule rentable Publié le 08.05.2014 Une étude sur le point critique entre conduire à l'essence,

Plus en détail

4 ème Orientation TRANSPORTS. THEMATIQUE 4: Des véhicules propres et économes. Fiche action n 4.4.1 STARBUS

4 ème Orientation TRANSPORTS. THEMATIQUE 4: Des véhicules propres et économes. Fiche action n 4.4.1 STARBUS 4 ème Orientation TRANSPORTS THEMATIQUE 4: Des véhicules propres et économes Fiche action n 4.4.1 STARBUS 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES Le développement d'un réseau de bus urbain "propre et économe" améliore

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Paris, le 30 septembre 2009 COMMUNIQUÉ Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Au 1 er octobre 2009, la norme Euro V entre en vigueur pour tous les véhicules utilitaires lourds

Plus en détail

1S20 Classe énergétique d un véhicule

1S20 Classe énergétique d un véhicule FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S20 Classe énergétique d un véhicule Type d'activité Exercice/évaluation Notions et contenus Énergie libérée lors de la combustion d un hydrocarbure ou d un

Plus en détail

Consommation de flotte (1989 2012)

Consommation de flotte (1989 2012) Bases et méthodologie de comparaison L Association des importateurs suisses d automobiles «auto-suisse» établit chaque année la consommation moyenne des voitures de tourisme vendues appelée consommation

Plus en détail

Il devrait être automatique

Il devrait être automatique Déplacements le covoiturage urbain 80% des conducteurs sont seuls dans leur voiture Il devrait être automatique Une utilisation excessive de la voiture engendre une augmentation de la pollution, des encombrements

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 Lectra S.A. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

CONSOMMATION ENERGETIQUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS «BILAN ET PERSPECTIVES»

CONSOMMATION ENERGETIQUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS «BILAN ET PERSPECTIVES» MINISTERE DE L ENERGIE AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION ET LA RATIONALISATION DE L UTILISATION DE L ENERGIE Séminaire sur l'efficacité énergétique dans le transport «Promotion des Carburants Propres»

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d ETAM Lingerie Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 4 I.1 Description de la personne morale concernée... 4 I.2 Année de reporting de l exercice

Plus en détail

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Ecocomparateur Coliposte Juillet 2012 INTRODUCTION LE E-COMMERCE PRÉSENTE UN AVANTAGE ENVIRONNEMENTAL PAR RAPPORT AU

Plus en détail

Projet DEC Soutenance Finale Renouvellement du parc automobile de Télécom Bretagne. Groupe 7. Lundi 12 Décembre 2011 Version 2.0

Projet DEC Soutenance Finale Renouvellement du parc automobile de Télécom Bretagne. Groupe 7. Lundi 12 Décembre 2011 Version 2.0 Soutenance Finale Renouvellement du parc automobile de Télécom Bretagne Vincent ATTOLODE Mehdi ERRAKI Gaëtan FAYON Alexandre HENON Quentin LALLEMENT Charlotte LEGER Botu SUN Chi ZHANG Tuteur : Frédéric

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

Impacts environnementaux SOMMAIRE. 1. données de cadrage environnementales (électricité. des équipements, transport, bâtiments )

Impacts environnementaux SOMMAIRE. 1. données de cadrage environnementales (électricité. des équipements, transport, bâtiments ) 1 Impacts environnementaux SOMMAIRE 1. données de cadrage environnementales (électricité des équipements, transport, bâtiments ) 2. rapide comparaison bureau classique / télécentre / travail à domicile

Plus en détail

Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux?

Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux? Pourquoi un fort intérêt de l industrie du pneumatique pour les nanomatériaux? Les faits nous interpellent! En 1950 il y avait 50 millions de véhicules sur terre En 2009 : il y a 800 millions de véhicules

Plus en détail

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Rhônalpénergie-Environnement est l un des 14 partenaires du projet européen Altermotive (www.alter-motive.org) qui vise à recenser

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Page 11 / 12 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Page 1 / 12 Sommaire 1. Description de la personne morale concernée...2 2. Année de reporting de l exercice et l année de référence...4 3. Les émissions

Plus en détail

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Réalisation du Bilan Carbone «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Octobre 2013 Bilan Carbone du Conseil Général du Cantal Page 1 sur 17 1 PRINCIPE... 3 2 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE ET DONNÉES

Plus en détail

Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services»

Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services» Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services» Le périmètre d'étude couvre l activité propre du Conseil Général de l Allier, incluant ses bâtiments (hôtel du département ; collèges ; bâtiments généraux

Plus en détail

Bonus Malus éco-fiscal

Bonus Malus éco-fiscal La Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon de juillet 29 prévoit notamment un objectif de Bonus Malus éco-fiscal s engager dans une réforme progressive de la fiscalité du transport routier

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Rapport de certification indépendant Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Nous avons planifié et effectué notre mission de certification

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Paris

Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Paris Décembre 2012 Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Paris Tremblay en «L autorisation Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

Bil i a l n Carbone 2011

Bil i a l n Carbone 2011 Bilan Carbone 2011 Le Groupe Chèque Déjeuner a décidé dès 2010 de se doter d un nouvel outil de pilotage de sa performance environnementale : Le Bilan Carbone, méthode gérée désormais par l Association

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4

E/ECE/324/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 25 janvier 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Les effets amont RAPPORTS & DOCUMENTS. Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Géraldine Ducos. Tome 2.

Les effets amont RAPPORTS & DOCUMENTS. Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Géraldine Ducos. Tome 2. Commissariat général à la stratégie et à la prospective Département Développement durable Février 2014 RAPPORTS & DOCUMENTS Les effets amont Contribution Géraldine Ducos Tome 2 Rapport «L évaluation socio-économique

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes 1/ Description de la personne morale concernée Raison sociale : CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONES ALPES

Plus en détail

Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone. Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013

Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone. Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013 Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013 Sommaire Nice Côte d Azur en quelques chiffres Nice Côte d Azur et qualité de l air Son

Plus en détail

LUBRIZOL FRANCE. Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

LUBRIZOL FRANCE. Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) LUBRIZOL FRANCE Bilan Réglementaire des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Bilan effectué en application du décret n 2011-289 du 11 juillet 2011 relatif au bilan de gaz à effet de serre et au plan

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

Dossier de Presse. ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques 30 JUIN 2015

Dossier de Presse. ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques 30 JUIN 2015 Dossier de Presse 30 JUIN 2015 ECO2 : une nouvelle signature pour des modèles plus respectueux de l environnement et plus économiques Depuis plus de 20 ans, le Groupe Renault est engagé en faveur d une

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 2030

Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 2030 Présentation des nouvelles perspectives de l évolution des transports en Belgique à l horizon 23 18 Septembree 212 Perspectives de l évolution de la demande de transport en Belgique à l horizon 23 Marie

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRESTATIONS DE TRANSPORTS

AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRESTATIONS DE TRANSPORTS AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRESTATIONS DE TRANSPORTS Le décret décret n 2011-1336 Le décret d application qui instaure l obligation de communication des émissions de CO2 des prestations de transport

Plus en détail

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE Réalisé par Okavango Energy selon les principes de la norme ISO 14064-1 le protocole GHG et la méthodologie du Bilan Carbone Rapport du 8 décembre 2015 Pernod SA

Plus en détail

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADIA Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES ADIA 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz présents

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité et chauffage)

Plus en détail

(Du 4 octobre 2004) En date du 11 mars 2002, le Conseil général a adopté le postulat n 521 du groupe Popecosol dont le texte est le suivant :

(Du 4 octobre 2004) En date du 11 mars 2002, le Conseil général a adopté le postulat n 521 du groupe Popecosol dont le texte est le suivant : Rapport d information du Conseil communal au Conseil général en réponse au postulat no 121 relatif aux aspects environnementaux de la procédure d acquisition et de suivi des véhicules utilisés par la Ville

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG CONTEXTE Par rapport à la formation d éco conseiller La mise en situation professionnelle dans le cadre de

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

@Risk. Résumé. Analyse du risque de blessures graves ou mortelles dans la circulation, en fonction de l âge et du mode de déplacement

@Risk. Résumé. Analyse du risque de blessures graves ou mortelles dans la circulation, en fonction de l âge et du mode de déplacement @Risk Résumé Analyse du risque de blessures graves ou mortelles dans la circulation, en fonction de l âge et du mode de déplacement Résumé @RISK Analyse du risque de blessures graves ou mortelles dans

Plus en détail

marche Un petit pas pour moi, un grand pas pour la qualité de l air Se déplacer autrement...

marche Un petit pas pour moi, un grand pas pour la qualité de l air Se déplacer autrement... 1 marche Un petit pas pour moi, un grand pas pour la qualité de l air En ville, près d 1 trajet sur 2 pourrait se faire à pieds! Les petits trajets motorisés sont les plus polluants, car réalisés avec

Plus en détail

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et impacts sur nos émissions de CO2 Introduction: Qu est-ce

Plus en détail

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ Question 1 : Soit la firme A dont vous possédez des actions. Sachant que l élasticité de la demande pour le produit

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre CCNUCC Logiciel d Inventaire de GES pour les Parties NAI Secteur des Déchets Aspects pratiques et Exercices Version 2, avril

Plus en détail

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Plus en détail

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie Page 1/6 Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Durée : 3 heures Impacts des matériaux et sources d énergie Objectif : Quantifier les impacts sur l environnement pour le choix

Plus en détail

Utiliser le tableur pour comparer le coût d utilisation de deux véhicules, diesel et essence

Utiliser le tableur pour comparer le coût d utilisation de deux véhicules, diesel et essence Utiliser le tableur pour comparer le coût d utilisation de deux véhicules, diesel et essence Ph. Morin Mai 2014 Table des matières 1 Enoncé 2 2 Données 2 3 Position du problème 2 4 Utilisation du tableur

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

Avantages et inconvénients des voitures hybrides

Avantages et inconvénients des voitures hybrides NIVEAU 7 Les voitures hybrides sont de plus en plus populaires. Dans la présente leçon, les élèves compareront les coûts et les avantages avec ceux des voitures à essence. Ils examineront aussi les répercussions

Plus en détail

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE

Plus en détail

HYDROGÈNE, PILES À COMBUSTIBLES ET TRANSPORT DU FUTUR

HYDROGÈNE, PILES À COMBUSTIBLES ET TRANSPORT DU FUTUR HYDROGÈNE, PILES À COMBUSTIBLES ET TRANSPORT DU FUTUR Anne FALANGA Pour faire face à la croissance des besoins énergétiques mondiaux (2 à 2.5% par an), tout en évitant d'accroître le réchauffement climatique,

Plus en détail

-et- RAPPORT BRIGITTE BLAIS CONSEILLÈRE EN COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

-et- RAPPORT BRIGITTE BLAIS CONSEILLÈRE EN COMMUNICATION SCIENTIFIQUE Page i C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL DOSSIER R-3748-2010 RÉGIE DE L'ÉNERGIE HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION PLAN D APPROVISIONNEMENT 2011-2020 HYDRO-QUÉBEC En sa qualité de Distributeur

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Exercices et corrections

Exercices et corrections Exercices et corrections Apprenez avec vos élèves à réaliser un Diagnostic de Performance Energétique. A utiliser avec les exemples d'ecoville ou avec un cas réel. Exercices L'énergie primaire est une

Plus en détail

CARBONE ARBONE THALYS - NOTE DE SYNTHESE -

CARBONE ARBONE THALYS - NOTE DE SYNTHESE - ACTUALISATION DU BILAN CARBONE ARBONE THALYS 2011 - NOTE DE SYNTHESE - Thalys actualisé le Bilan Carbone de son activité 2011. Ce travail vient renforcer les résultats obtenus lors de la première mesure

Plus en détail

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse PREFETE DE LA MEUSE FICHE DE SYNTHESE BILAN des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse Année 2013 Bilan Carbone de la Préfecture de la Meuse 1 1 Description de la personne morale

Plus en détail

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée PRÉSENTATION POWERPOINT Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée Mamadou Lamarana DIALLO et Zoumana BAMBA, Centre de Recherche Scientifique

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 Le nombre d accidents et de victimes de la route au plus bas en 2013 La Direction générale Statistique publie aujourd hui les derniers chiffres relatifs

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 Statistiques des accidents de la circulation 2014 La Direction générale Statistique Statistics Belgium publie aujourd'hui les chiffres les plus récents

Plus en détail

Les gaz à effet de serre Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les gaz à effet de serre Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les gaz à effet de serre Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

L Efficacité Energétique dans le transport «Promotion des Carburants et Véhicules Propres»

L Efficacité Energétique dans le transport «Promotion des Carburants et Véhicules Propres» L Efficacité Energétique dans le transport «Promotion des Carburants et Véhicules Propres» Séminaire APRUE PNUE Hôtel Hilton Alger 3/4 juin 2015 1 Expérience de la SNVI dans la production de Véhicules

Plus en détail

- Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année de reporting : 2014

- Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année de reporting : 2014 - Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Année

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2012-2013 1. Description de la personne morale concernée... 2 2. Année de reporting de l exercice et l année de référence... 3 3. Emissions

Plus en détail

La marche automobile au ralenti

La marche automobile au ralenti Niveaux : 5 e, 6 e et 7 e année La marche automobile au ralenti Matières scolaires : mathématiques, sciences de la nature, utilisation des technologies de l information et des communications Objectifs

Plus en détail

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi?

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi? Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie Les chiffres clés Et moi? Bilan Green IT mars 2011 Bilan Green IT mars 2011 Pourquoi un bilan Green IT? > CONTEXTE En France, la loi sur la Responsabilité

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD Remis à la Préfecture de région Provence- Alpes - Côte d Azur Décembre 2013 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Institut

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Introduction o Le e-commerce présente un avantage environnemental par rapport au commerce traditionnel La différence principale entre les

Plus en détail

THNS 2014 - Le transport vert et le moyen de transport en commun - exemple de la

THNS 2014 - Le transport vert et le moyen de transport en commun - exemple de la THNS 2014 - Le transport vert et le moyen de transport en commun - exemple de la zone principale de Shanghai Lu Ximing, Shanghai City Comprehensive Transportation Planning Institute Les moyens de transport

Plus en détail

D r Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004

D r Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004 Analyse Stratégie Ressources Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004 Dr Thomas Chaize Site : Courriel & Mailing gratuit : http:///mailing%20list/mailinglistfr.htm L objectif

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (BILAN G.E.S.) Loi Grenelle 2 Le Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (Bilan G.E.S.) Préambule L article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail