PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS"

Transcription

1 PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1

2 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment les acquérir Les principales données à fournir à l outil de gestion par les gestionnaires sont les données du Bassin versant (cours d eau, STEP et autres sources ) ainsi que les données de salinités dans la lagune. Pour les données de salinités dans la lagune, il est possible de se référer aux données issues du FILMED ou du RSL. Cependant, les données du RSL sont seulement disponibles pour les trois mois d été, à quelques exceptions près. En ce qui concerne les données pour calculer les apports en nutriments du bassin versant, il faut tout d abord, recenser les principales sources d apport en azote et phosphore situées sur le bassin versant et rejetant directement leurs effluents dans la lagune. L estimation des charges azotées et phosphorées issues d une source identifiée sur le bassin versant, nécessite l utilisation de données de débits et de concentrations en azote et phosphore. Les principales sources d apports en azote et phosphore à la lagune sont : les cours d eau, les canaux de navigation ou d alimentation en eau d irrigation les stations d épuration, les eaux souterraines, les rejets d eaux usées industrielles si ces derniers ne sont pas raccordés à une STEP, les rejets de l assainissement autonome, les rejets des cabanes ne présentant pas de système d épuration, les apports de type accidentel, lors du dysfonctionnement éventuel des systèmes d épuration. Et les apports en azote et phosphore des zones agricoles qui s'effectuent par diverses voies (ruissellement de surface, écoulement hypodermique, infiltration). De manière à rendre les estimations plus précises, il pourrait être utile de prendre également en compte les apports de type événementiel (lors de précipitations exceptionnelles). 2

3 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR Il est à noter que des mesures régulières des paramètres physico-chimiques sont réalisées sur les différents cours d eau du bassin versant, notamment par les services techniques des Conseils Généraux. Néanmoins, de nombreux cours d eau méditerranéens étant intermittents, il apparaît souvent difficile d obtenir des mesures fiables de concentrations en nutriments ou encore de débits. L estimation des apports en nutriments par les canaux de navigation ou d alimentation en eau d irrigation peut être réalisée en utilisant les temps et les volumes d éclusages ou de pompages, couplés aux mesures de concentrations réalisées sur ces mêmes eaux. Concernant les stations d épuration, les mesures de concentrations et de débits peuvent être récoltées auprès des compagnies fermières d exploitation ou réalisées par des techniciens en sortie des infrastructures. Voici les principales sources auxquelles il est possible de se référer : Données des contrôles de la Police de l Eau : mesures de débits et de concentrations en azote et phosphore en sortie de stations d épuration qui peuvent être récoltées auprès de la DRE L-R (Service Qualité des Eaux Littorales) et de la DDAF, Données d autosurveillance des stations d épuration qui peuvent être obtenues auprès des SATESE de chaque département, Données du RSL concernant le suivi particulier de certaines stations d épuration à proximité des milieux lagunaires, Données acquises dans le cadre du Réseau de Contrôle de Surveillance (RCS) et du Réseau de Contrôle Opérationnel (RCO), plus axé sur les secteurs «à problèmes», réseaux qui ont été mis en place dans le cadre de la surveillance DCE, Ensemble des données disponibles au sein de l Agence de l Eau RM & C. 3

4 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR Il est à noter qu à l échelle du bassin Rhône-Méditerranée & Corse, le dispositif Disc eau (http://sandre.eaufrance.fr/disceau/) fait l inventaire des dispositifs de collecte des données sur l eau. Il répond à un besoin permanent de savoir qui fait quoi, où, quelles sont les données accessibles et sous quelle forme. Le Réseau Littoral Méditerranéen (RLM) quant à lui, favorise l'acquisition de données sur la base de méthodes validées, et encourage à l'échelle de la façade, la mise en œuvre de réseaux locaux ou régionaux (http://sierm.eaurmc.fr/rlm/). Au niveau national, le Système d Information sur l Eau (SIE) est un recueil de données sur l eau issues de différentes banques de données (http://www.eaufrance.fr/) : Banque HYDRO sur l hydrométrie des cours d eau, Banques de bassin sur la qualité des cours d eau, Banque Quadrige sur la qualité des eaux littorales, Banque BDMAP sur les données piscicoles, Banque ADES sur la piézométrie et la qualité des eaux souterraines, Gesteau sur les données de gestion intégrée de l eau, etc 4

5 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR II. Procédure de mise en forme des données à fournir Ouvrir le dossier «LOICZ_Demonstrateur» Ouvrir le dossier «Donnees_Exemple» puis «Donnees_Reference» Compléter les différents fichiers Excel présent dans le dossier «BV» et «Lagune» MODEL II.1 DONNÉES POUR LE «BASSIN VERSANT» ATMOSPHERE BV BASSIN APPORT_BV VERSANT Le gestionnaire doit fournir les données de débit des cours d eau, des STEP et des autres sources sous le format Excel. Le modèle interpole toutes les données, il n est donc pas obligé d'avoir des MER données Hebdomadaire (il faut au minimum LAGUNE une valeur à la date de début de simulation et une en fin de simulation). Cependant, il est préférable de saisir des données qui représentent au mieux les apports à la lagune lors de période sèche et de période de crues. Les débits sont en m 3 /s, les données en azote et phosphore sont en µmol/l (Cf. Fiche de renseignement en annexe). 5

6 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR II.1.1 Données pour le compartiment «Cours Eau» COURS D EAU Chaque onglet représente un cours d eau, il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomCoursEau1» par le nom du premier cours d eau (Exemple : remplacer «CE_Debit_NomCoursEau1» par «CE_Debit_Berre»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Voici le format du fichier Excel «CoursEau_Debit_Data» : FORMAT DU FICHIER EXCEL «COURSEAU_DEBIT_DATA» Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également un cours d eau, il faut donc remplacer «CE_NetP_NomCoursEau1» par «CE_NetP _Berre»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. 6

7 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR Pour le modèle, il préférable d'utiliser des données en NID (Azote inorganique dissous : NH4 + NO2 +NO3) et PID (Phosphore inorganique dissous : PO4). Par défaut, si aucunes données en NID et PID ne sont présentes, il faut utiliser des données en NT (Azote Total) et PT (Phosphore Total). II.1.2 Données pour le compartiment «STEP» Le même principe est utilisé pour renseigner les données de débit/azote/phosphore des STEP et des autres sources. STEP Chaque onglet représente une station d épuration (STEP), il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomStep1» par le nom de la première STEP (Exemple : remplacer «Step_Debit_NomStep1» par «Step_Debit_Bages»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également une STEP, il faut donc remplacer «Step_NetP_NomStep1» par «Step_NetP _Bages»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. II.1.3 Données pour le compartiment «Autres Sources» AUTRES SOURCES Chaque onglet représente une source tel que les eaux souterraines, il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomAutresSources1» par le nom de la première source (Exemple : remplacer «AutresSources_Debit_NomAutresSources1» par «AutresSources_Debit_EauSouterraine»). 7

8 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également une source, il faut donc remplacer «AutresSources_NetP_NomAutresSources1» par «AutresSources_NetP _EauSouterraine»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. II.2 DONNÉES POUR LE COMPARTIMENT «LAGUNE» LAGUNE Le gestionnaire doit fournir des données de salinités et de températures de la colonne d eau de la lagune. Le modèle interpole toutes les données, il n est donc pas obligé d'avoir des données à un pas de temps régulier. Cependant, il est préférables que ces données de salinités et de températures de la colonne d eau soient à un pas de temps hebdomadaire afin d apercevoir les variations de salinité au cours du temps. Les données de salinités sont selon la nouvelle convention exprimées sans unité et les données de température sont en C (Cf. Fiche de renseignement en annexe). Si vous possédez des données à un pas de temps horaires (plusieurs données par jour), il devient alors indispensable de réaliser une moyenne des salinités journalières car l outil de gestion ne permet de rentrer des données à un pas de temps inférieur au pas de temps journalier. Le fichier Excel est nommé «Lagune_Data», la première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne, la Salinité et la troisième colonne, la Température en C (pour le cas de deux boites, il faut multiplier les variables par deux). Pour un modèle à deux boites, il faut fournir les données de Salinités (Salinite_Boite1) et de Températures (Temperature_Boite1) de l'eau de la lagune pour la boite 1 et les données de Salinités (Salinite_Boite2) et de Températures (Temperature_Boite2) de l'eau de la lagune pour la boite 2. La boite 1 est la partie de la lagune en communication avec la mer via un chenal, un canal, un grau Voici le format du fichier Excel «Lagune_Data» : 8

9 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR FORMAT DU FICHIER EXCEL «LAGUNE_DATA» 9

10 SYMBOLES CHIMIQUES SYMBOLES CHIMIQUES Symboles chimiques N 2 NO 3- / N-NO 3- NO 2- / N-NO 2- NH 4+, NH 3 N organique NKj NT ou NGL NID PO4 3- P organique PT PID Noms courants : Azote gazeux : Nitrates / azote nitrique : Nitrites / azote nitreux : Ammonium, ammoniaque l ensemble étant l azote ammoniacal : Azote organique : Azote Kjeldahl : ammonium + azote organique : Azote total ou global : Azote inoragnique dissous : Phosphates, orthophosphates : Phosphore organique : Phosphore total : Phosphore inorganique dissous 10

11 FICHES DE RENSEIGNEMENT COMMUNES À TOUTES LES LAGUNES 11

12 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 12

13 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 13

14 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 14

15 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 15

16 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 16

17 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 17

18 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 18

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Équipements à mettre en place, contrôles à effectuer et procédures à respecter Guide méthodologique Novembre

Plus en détail

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs INSU Universités 30 25 Température ( C) + 2 C 20 15 10 5 0 78 82 86 90 94 98 02 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Salinité (PSU) + 3 78 82

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne Département Océanographie, Dynamique des Ecosystèmes UL- Laboratoire Environnement Ressourcess du Languedoc-Roussillon RST/LER/LR/14.07 Mars 2014 Réseau de Suivi Lagunaire du Languedoc-Roussillon Bilan

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia

etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia COMMISSION LOCALE DE L EAU CLE DOSSIER LA VALIDÉ PAR Biguglia Borgo Furiani Lucciana Murato Olmeta di Tuda Rutali Communauté d Agglomération de

Plus en détail

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau EAU POTABLE EAUX DE SURFACE EAUX SOUTERRAINES ASSAINISSEMENT Chaînes de mesure pour le cycle de l eau www.hydreka.com Débitmètres jusqu'à 10 ans HydrINS 2 Mini Afficheur SMS - GPRS avec Enregistreur intégré

Plus en détail

Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB)

Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB) Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB) L'arrêté interministériel du 21 juillet 2015 vient réviser celui du 22 juin 2007 concernant

Plus en détail

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP)

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Rapp. Comm. int. prot. eaux Léman contre pollut., Campagne 2010, 2011, 181-189. CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Campagne 2010 PAR Audrey

Plus en détail

Guide de prise en main

Guide de prise en main Logiciel BEA 4.0 Guide de prise en main Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr BEA 4.0 Guide de prise en main Sommaire

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

addrn Le Cycle de l eau L assainissement des eaux usées et pluviales Carene & Cap Atlantique Juillet 2008

addrn Le Cycle de l eau L assainissement des eaux usées et pluviales Carene & Cap Atlantique Juillet 2008 addrn Le Cycle de l eau L assainissement des eaux usées et pluviales Carene & Cap Atlantique Juillet 2008 agence pour le développement durable de la région nazairienne Sommaire 1. Enjeux 4 2. Cadre réglementaire

Plus en détail

R É S E A U X D A S S A I N I S S E M E N T E T S TATIONS D ÉPURATION : ÉCHANGE DES DONNEES DE L AUTOSURVEILLANCE

R É S E A U X D A S S A I N I S S E M E N T E T S TATIONS D ÉPURATION : ÉCHANGE DES DONNEES DE L AUTOSURVEILLANCE R É S E A U X D A S S A I N I S S E M E N T E T S TATIONS D ÉPURATION : ÉCHANGE DES DONNEES DE L AUTOSURVEILLANCE GUIDE DE RÉDACTION DU VOLET «ECHANGE DES DONNÉES» DU MANUEL D AUTOSURVEILLANCE VOLUME 1

Plus en détail

Retours d expérience du SATESE 37

Retours d expérience du SATESE 37 Les filières d épuration pour les petites collectivités Retours d expérience du SATESE 37 Syndicat d Assistance Technique pour l Epuration et le Suivi des Eaux d Indre et Loire Domaine d activité papillon

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens REJETS INDUSTRIELS AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU GRAND TROYES Enjeux et moyens Définition des eaux usées Eaux usées domestiques Eaux ménagères (lessives, cuisines non collectives, douches ) Eaux vannes

Plus en détail

L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés SCIENCES ET TECHNIQUES / COLLÈGE ET LYCÉE LIVRET PÉDAGOGIQUE

L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés SCIENCES ET TECHNIQUES / COLLÈGE ET LYCÉE LIVRET PÉDAGOGIQUE L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés LIVRET PÉDAGOGIQUE Préambule L assainissement se définit comme l ensemble des techniques de collecte, de transport et

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique.

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique. Document technique FNDAE n 34 Fonds national pour le développement des adductions d eau Le traitement du carbone et de l azote pour des stations d épuration de type boue activée confrontées à des fortes

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne Conseil général du Lot Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006 Rapport final Agence de l'eau Adour Garonne Avril 2007 SOMMAIRE 1. RAPPEL DU CONTEXTE ET OBJECTIFS DU

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

Nathalie BARRE Nathalie CHOKIER Sonia BERTRAND Gwenaëlle LEVIOL Virginie MAUCLERT. Structures porteuses partenaires:

Nathalie BARRE Nathalie CHOKIER Sonia BERTRAND Gwenaëlle LEVIOL Virginie MAUCLERT. Structures porteuses partenaires: RAPPORT D ACTIVITE 2011 PREVISIONNEL 2012 www.pole-lagunes.org Structures porteuses partenaires: Nathalie BARRE Nathalie CHOKIER Sonia BERTRAND Gwenaëlle LEVIOL Virginie MAUCLERT Mars 2012 SOMMAIRE Eléments

Plus en détail

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide)

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Sommaire Communiqué : le raccordement au réseau public d

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

Présentation : A. A. TOSSA

Présentation : A. A. TOSSA LA BANQUE DE DONNEES INTEGREE (BDI) DE LA DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE Un Outil pour la Gestion des ressources en eau Présentation : A. A. TOSSA 1- Le Service de la Banque de Données Intégrée (SBDI)

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net www.aprona.net Procédure de récupération des données piézométriques via le site Internet de l APRONA > www.aprona.net «Outils Nappe» La nappe en direct, l Accès aux données et la Carte interactive sont

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Une solution parfaitement adaptée

Une solution parfaitement adaptée INFORMATIONS ANALYSE EN CONTINU DES NITRATES NISE SC / NITRATAX SC NOUVEAU! ME SU RE DES N I T R AT ES EN LIGNE Une solution parfaitement adaptée Sondes de nitrate utilisant les technologies UV et électrodes

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Service public d assainissement collectif (SPAC) SOMMAIRE

Service public d assainissement collectif (SPAC) SOMMAIRE Service public d assainissement collectif (SPAC) Règlement du service Approuvé par délibération du conseil de communauté urbaine du 14 janvier 1981 Modifié par délibérations du conseil de communauté urbaine

Plus en détail

Rapport de présentation du SAGE des bassins versants de la lagune de Thau et de l étang d Ingril 1

Rapport de présentation du SAGE des bassins versants de la lagune de Thau et de l étang d Ingril 1 Rapport de présentation du SAGE des bassins versants de la lagune de Thau et de l étang d Ingril 1 Rapport de présentation du SAGE des bassins versants de la lagune de Thau et de l étang d Ingril 2 Contenu

Plus en détail

CONVENTION DE DEVERSEMENT DES EAUX USEES DE LA COMMUNE DE SAINT AVE DANS LE SYSTEME D ASSAINISSEMENT DE LA VILLE DE VANNES

CONVENTION DE DEVERSEMENT DES EAUX USEES DE LA COMMUNE DE SAINT AVE DANS LE SYSTEME D ASSAINISSEMENT DE LA VILLE DE VANNES CONVENTION DE DEVERSEMENT DES EAUX USEES DE LA COMMUNE DE SAINT AVE DANS LE SYSTEME D ASSAINISSEMENT DE LA VILLE DE VANNES Entre les soussignés Monsieur David ROBO, Maire de Vannes, agissant en cette qualité

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Elaboré par le Groupe Projet : ONEMA/BRGM / AE Adour Garonne / AE Rhône Méditerranée& Corse Office International de l Eau / Sandre.

Elaboré par le Groupe Projet : ONEMA/BRGM / AE Adour Garonne / AE Rhône Méditerranée& Corse Office International de l Eau / Sandre. Ce document provient du site http://sandre.eaufrance.fr, site la toile Eaufrance rassemblant les informations sur l eau et les milieux aquatiques. Note d utilisation du simplifié pour l acquisition s données

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE. METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément

DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE. METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément aux dispositions de la circulaire n' 86.228 du 28 juillet 1996 L'usage des documents

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de l Odet

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de l Odet Commission Locale de l Eau SAGE de l Odet Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de l Odet III- Enjeux, objectifs et actions 2. Plan d Aménagement et de Gestion des Eaux Novembre 2005 Le Schéma d

Plus en détail

Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques

Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques Dossier d enquête publique du projet de SAGE Tarn-amont Mars 2015 Pièce n o 1 Rapport de présentation Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques Pièce n o 3 Rapport environnemental

Plus en détail

Mise en œuvre de l autosurveillance des réseaux d assainissement du SIARC

Mise en œuvre de l autosurveillance des réseaux d assainissement du SIARC Mise en œuvre de l autosurveillance des réseaux d assainissement du SIARC Exploitation et Maintenance de l outil Présentation du 25 mars 2010 Par le BET SYSTEME INFORMATIQUE mis en œuvre dans le marché

Plus en détail

Stockage des Eaux Usées Traitées en vue de leur réutilisation

Stockage des Eaux Usées Traitées en vue de leur réutilisation Partenariat 2012 Domaine Ecotechnologies et Pollutions - Action 50 Performances des systèmes d assainissement collectif Stockage des Eaux Usées Traitées en vue de leur réutilisation Etat de l art Rapport

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Forum national de la qualité des eaux de baignade

Forum national de la qualité des eaux de baignade Cassis 7 juin 2011 Forum national de la qualité des eaux de baignade L apport des profils de vulnérabilité dans les modes de gestion L'expérience d Ensuès-la-Redonne Michel ILLAC Maire et Vice-Président

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001. Commission Locale de l Eau de la Mauldre

Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001. Commission Locale de l Eau de la Mauldre Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001 Commission Locale de l Eau de la Mauldre Département des Yvelines Région Ile de France Bassin Seine Normandie Août 2011 Approuvé par arrêté préfectoral

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans :

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Quels intérêts? Stéphanie BOULAY Direction des Rivières Ile-de-France Service Investissements Industries Ile-de-France SIARH - 3 décembre

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie PREFECTURE REGION NORD PAS DE CALAIS Direction Régionale de l Environnement Nord - Pas de Calais Service Eau, Milieux Aquatiques et Risques Naturels Cellule Réglementation et Gestion Territoriale de l'eau

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1)

Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1) Sinfotech Les fiches Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1) Cemagref 2007 Les savoir-faire Fiche accessible en ligne sur le site http://sinfotech.cemagref.fr/asp/index.asp

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

Bureau de la Commission Locale de l Eau. Olivet le 25 novembre 2014

Bureau de la Commission Locale de l Eau. Olivet le 25 novembre 2014 Bureau de la Commission Locale de l Eau Olivet le 25 novembre 2014 1. Portage du contrat territorial 2. Projets 2015 / Formations 2015 3. Points divers Ordre du jour 1. Portage du contrat territorial Portage

Plus en détail

Service Public d Assainissement Collectif RÈGLEMENT DU SERVICE. Institué le 24 JUIN 2004 par délibération du Conseil de Communauté

Service Public d Assainissement Collectif RÈGLEMENT DU SERVICE. Institué le 24 JUIN 2004 par délibération du Conseil de Communauté Service Public d Assainissement Collectif RÈGLEMENT DU SERVICE Institué le 24 JUIN 2004 par délibération du Conseil de Communauté REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT SOMMAIRE CHAPITRE I : DISPOSITIONS

Plus en détail

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 Cette page présente un résumé des derniers développements effectués dans le logiciel ProSimPlus HNO3. Ceux-ci correspondent à de nouvelles

Plus en détail

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés E. Tromellini (1), R. Moletta (2) (1) Magistrato alle Acque, S Marco 2949, 30314 Venise (Italie) elisabetta.tromellini@magisacque.it

Plus en détail

R E M E R C I E M E N T S

R E M E R C I E M E N T S R E M E R C I E M E N T S Nous tenons à remercier tous les services, collectivités et partenaires ayant contribué de près ou de loin à la réalisation de ce travail et notamment : Les membres du Comité

Plus en détail

Avis bureau Limitation d un rejet d EP dans l étier du Pouliguen et utilisation d une saline comme BT temporaire - Le Pouliguen

Avis bureau Limitation d un rejet d EP dans l étier du Pouliguen et utilisation d une saline comme BT temporaire - Le Pouliguen 2007: étude hydraulique SDAP Actuellement en révision de PLU avec intégration du zonage d assainissement pluvial Dossier concerne l aménagement d un sousbvafinlimiterlerejetdansl étier Article 1 : Protection

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

Données de référence pour la gestion des substances : zoom sur la documentation de l INERIS J.M. BRIGNON INERIS

Données de référence pour la gestion des substances : zoom sur la documentation de l INERIS J.M. BRIGNON INERIS Données de référence pour la gestion des substances : zoom sur la documentation de l INERIS J.M. BRIGNON INERIS PLAN DE L INTERVENTION Pourquoi des données de référence? Les fiches technico-économiques

Plus en détail

Evaluation. de la politique «Assainissement» de l agence de l eau Adour-Garonne. Synthèse et recommandations

Evaluation. de la politique «Assainissement» de l agence de l eau Adour-Garonne. Synthèse et recommandations Evaluation de la politique «Assainissement» de l agence de l eau Adour-Garonne Synthèse et recommandations ETABLISSEMENT PUBLIC DU MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Préambule Face à l objectif d atteinte

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

SOMMAIRE. Version de travail - CTSE du 28 Mai 2004 1

SOMMAIRE. Version de travail - CTSE du 28 Mai 2004 1 SOMMAIRE 1 DÉFINITION, PRINCIPES ET NOTIONS CLEFS... 3 1.1 LES USAGERS CONCERNÉS PAR LA RÉCUPÉRATION DES COÛTS... 3 1.2 LES COÛTS À PRENDRE EN COMPTE DANS LA RÉCUPÉRATION DES COÛTS... 4 1.3 LES SERVICES

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

RAPPORT INDICATEURS IAD

RAPPORT INDICATEURS IAD RAPPORT INDICATEURS IAD ESTIMER LES FUITES EN NITRATES EN SURFACE ET EN PROFONDEUR A L ECHELLE DE LA PARCELLE Claire Leroy Camille Ormancey Responsables : Romain Armand et David Houben Année: 2013/2014

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Lagunes d eaux usées. Travaux de curage et de traitement des boues

Lagunes d eaux usées. Travaux de curage et de traitement des boues DOSSIER DE PRESSE Lagunes d eaux usées Travaux de curage et de traitement des boues Dans le cadre de sa compétence Assainissement, la Communauté d Agglomération du Bassin d Aurillac réalise cet été une

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie Université Lille1 impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé J. Prygiel 1,2, G. Billon 2, E. Prygiel 2 1 Agence de l eau

Plus en détail

Glossaire DCE PREAMBULE

Glossaire DCE PREAMBULE Glossaire DCE PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l Eau (DCE), de nombreux documents sont produits. Ces documents devront être compréhensibles par tous les acteurs du

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail