PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS"

Transcription

1 PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1

2 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment les acquérir Les principales données à fournir à l outil de gestion par les gestionnaires sont les données du Bassin versant (cours d eau, STEP et autres sources ) ainsi que les données de salinités dans la lagune. Pour les données de salinités dans la lagune, il est possible de se référer aux données issues du FILMED ou du RSL. Cependant, les données du RSL sont seulement disponibles pour les trois mois d été, à quelques exceptions près. En ce qui concerne les données pour calculer les apports en nutriments du bassin versant, il faut tout d abord, recenser les principales sources d apport en azote et phosphore situées sur le bassin versant et rejetant directement leurs effluents dans la lagune. L estimation des charges azotées et phosphorées issues d une source identifiée sur le bassin versant, nécessite l utilisation de données de débits et de concentrations en azote et phosphore. Les principales sources d apports en azote et phosphore à la lagune sont : les cours d eau, les canaux de navigation ou d alimentation en eau d irrigation les stations d épuration, les eaux souterraines, les rejets d eaux usées industrielles si ces derniers ne sont pas raccordés à une STEP, les rejets de l assainissement autonome, les rejets des cabanes ne présentant pas de système d épuration, les apports de type accidentel, lors du dysfonctionnement éventuel des systèmes d épuration. Et les apports en azote et phosphore des zones agricoles qui s'effectuent par diverses voies (ruissellement de surface, écoulement hypodermique, infiltration). De manière à rendre les estimations plus précises, il pourrait être utile de prendre également en compte les apports de type événementiel (lors de précipitations exceptionnelles). 2

3 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR Il est à noter que des mesures régulières des paramètres physico-chimiques sont réalisées sur les différents cours d eau du bassin versant, notamment par les services techniques des Conseils Généraux. Néanmoins, de nombreux cours d eau méditerranéens étant intermittents, il apparaît souvent difficile d obtenir des mesures fiables de concentrations en nutriments ou encore de débits. L estimation des apports en nutriments par les canaux de navigation ou d alimentation en eau d irrigation peut être réalisée en utilisant les temps et les volumes d éclusages ou de pompages, couplés aux mesures de concentrations réalisées sur ces mêmes eaux. Concernant les stations d épuration, les mesures de concentrations et de débits peuvent être récoltées auprès des compagnies fermières d exploitation ou réalisées par des techniciens en sortie des infrastructures. Voici les principales sources auxquelles il est possible de se référer : Données des contrôles de la Police de l Eau : mesures de débits et de concentrations en azote et phosphore en sortie de stations d épuration qui peuvent être récoltées auprès de la DRE L-R (Service Qualité des Eaux Littorales) et de la DDAF, Données d autosurveillance des stations d épuration qui peuvent être obtenues auprès des SATESE de chaque département, Données du RSL concernant le suivi particulier de certaines stations d épuration à proximité des milieux lagunaires, Données acquises dans le cadre du Réseau de Contrôle de Surveillance (RCS) et du Réseau de Contrôle Opérationnel (RCO), plus axé sur les secteurs «à problèmes», réseaux qui ont été mis en place dans le cadre de la surveillance DCE, Ensemble des données disponibles au sein de l Agence de l Eau RM & C. 3

4 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR Il est à noter qu à l échelle du bassin Rhône-Méditerranée & Corse, le dispositif Disc eau (http://sandre.eaufrance.fr/disceau/) fait l inventaire des dispositifs de collecte des données sur l eau. Il répond à un besoin permanent de savoir qui fait quoi, où, quelles sont les données accessibles et sous quelle forme. Le Réseau Littoral Méditerranéen (RLM) quant à lui, favorise l'acquisition de données sur la base de méthodes validées, et encourage à l'échelle de la façade, la mise en œuvre de réseaux locaux ou régionaux (http://sierm.eaurmc.fr/rlm/). Au niveau national, le Système d Information sur l Eau (SIE) est un recueil de données sur l eau issues de différentes banques de données (http://www.eaufrance.fr/) : Banque HYDRO sur l hydrométrie des cours d eau, Banques de bassin sur la qualité des cours d eau, Banque Quadrige sur la qualité des eaux littorales, Banque BDMAP sur les données piscicoles, Banque ADES sur la piézométrie et la qualité des eaux souterraines, Gesteau sur les données de gestion intégrée de l eau, etc 4

5 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR II. Procédure de mise en forme des données à fournir Ouvrir le dossier «LOICZ_Demonstrateur» Ouvrir le dossier «Donnees_Exemple» puis «Donnees_Reference» Compléter les différents fichiers Excel présent dans le dossier «BV» et «Lagune» MODEL II.1 DONNÉES POUR LE «BASSIN VERSANT» ATMOSPHERE BV BASSIN APPORT_BV VERSANT Le gestionnaire doit fournir les données de débit des cours d eau, des STEP et des autres sources sous le format Excel. Le modèle interpole toutes les données, il n est donc pas obligé d'avoir des MER données Hebdomadaire (il faut au minimum LAGUNE une valeur à la date de début de simulation et une en fin de simulation). Cependant, il est préférable de saisir des données qui représentent au mieux les apports à la lagune lors de période sèche et de période de crues. Les débits sont en m 3 /s, les données en azote et phosphore sont en µmol/l (Cf. Fiche de renseignement en annexe). 5

6 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR II.1.1 Données pour le compartiment «Cours Eau» COURS D EAU Chaque onglet représente un cours d eau, il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomCoursEau1» par le nom du premier cours d eau (Exemple : remplacer «CE_Debit_NomCoursEau1» par «CE_Debit_Berre»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Voici le format du fichier Excel «CoursEau_Debit_Data» : FORMAT DU FICHIER EXCEL «COURSEAU_DEBIT_DATA» Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également un cours d eau, il faut donc remplacer «CE_NetP_NomCoursEau1» par «CE_NetP _Berre»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. 6

7 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR Pour le modèle, il préférable d'utiliser des données en NID (Azote inorganique dissous : NH4 + NO2 +NO3) et PID (Phosphore inorganique dissous : PO4). Par défaut, si aucunes données en NID et PID ne sont présentes, il faut utiliser des données en NT (Azote Total) et PT (Phosphore Total). II.1.2 Données pour le compartiment «STEP» Le même principe est utilisé pour renseigner les données de débit/azote/phosphore des STEP et des autres sources. STEP Chaque onglet représente une station d épuration (STEP), il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomStep1» par le nom de la première STEP (Exemple : remplacer «Step_Debit_NomStep1» par «Step_Debit_Bages»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également une STEP, il faut donc remplacer «Step_NetP_NomStep1» par «Step_NetP _Bages»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. II.1.3 Données pour le compartiment «Autres Sources» AUTRES SOURCES Chaque onglet représente une source tel que les eaux souterraines, il faut donc remplacer dans le fichier vierge «NomAutresSources1» par le nom de la première source (Exemple : remplacer «AutresSources_Debit_NomAutresSources1» par «AutresSources_Debit_EauSouterraine»). 7

8 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm et la deuxième colonne est le débit en m 3 /s. Pour les données en azote et phosphore, le même principe est utilisé : date / N / P et chaque onglet représente également une source, il faut donc remplacer «AutresSources_NetP_NomAutresSources1» par «AutresSources_NetP _EauSouterraine»). La première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne est la concentration en Azote (N) en µmol/l et la troisième colonne est la concentration en Phosphore (P) en µmol/l. II.2 DONNÉES POUR LE COMPARTIMENT «LAGUNE» LAGUNE Le gestionnaire doit fournir des données de salinités et de températures de la colonne d eau de la lagune. Le modèle interpole toutes les données, il n est donc pas obligé d'avoir des données à un pas de temps régulier. Cependant, il est préférables que ces données de salinités et de températures de la colonne d eau soient à un pas de temps hebdomadaire afin d apercevoir les variations de salinité au cours du temps. Les données de salinités sont selon la nouvelle convention exprimées sans unité et les données de température sont en C (Cf. Fiche de renseignement en annexe). Si vous possédez des données à un pas de temps horaires (plusieurs données par jour), il devient alors indispensable de réaliser une moyenne des salinités journalières car l outil de gestion ne permet de rentrer des données à un pas de temps inférieur au pas de temps journalier. Le fichier Excel est nommé «Lagune_Data», la première colonne du fichier Excel est la date au format jj/mm/aaaa hh:mm, la deuxième colonne, la Salinité et la troisième colonne, la Température en C (pour le cas de deux boites, il faut multiplier les variables par deux). Pour un modèle à deux boites, il faut fournir les données de Salinités (Salinite_Boite1) et de Températures (Temperature_Boite1) de l'eau de la lagune pour la boite 1 et les données de Salinités (Salinite_Boite2) et de Températures (Temperature_Boite2) de l'eau de la lagune pour la boite 2. La boite 1 est la partie de la lagune en communication avec la mer via un chenal, un canal, un grau Voici le format du fichier Excel «Lagune_Data» : 8

9 II. PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES À FOURNIR FORMAT DU FICHIER EXCEL «LAGUNE_DATA» 9

10 SYMBOLES CHIMIQUES SYMBOLES CHIMIQUES Symboles chimiques N 2 NO 3- / N-NO 3- NO 2- / N-NO 2- NH 4+, NH 3 N organique NKj NT ou NGL NID PO4 3- P organique PT PID Noms courants : Azote gazeux : Nitrates / azote nitrique : Nitrites / azote nitreux : Ammonium, ammoniaque l ensemble étant l azote ammoniacal : Azote organique : Azote Kjeldahl : ammonium + azote organique : Azote total ou global : Azote inoragnique dissous : Phosphates, orthophosphates : Phosphore organique : Phosphore total : Phosphore inorganique dissous 10

11 FICHES DE RENSEIGNEMENT COMMUNES À TOUTES LES LAGUNES 11

12 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 12

13 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 13

14 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 14

15 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 15

16 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 16

17 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 17

18 FICHE DE RENSEIGNEMENT Pour plus d informations Cépralmar Coordinateur du volet «aide à la gestion, assistance technique aux gestionnaires et valorisation des résultats» Tél. : Site internet : rsl.cepralmar.com 18

Le rejet des eaux usées

Le rejet des eaux usées 13 Eaux usées, contexte légal et réglementaire Les eaux usées, si elles étaient rejetées dans le milieu sans traitement, pollueraient gravement l environnement et la ressource en eau. En effet, certaines

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Ruisseau des Fonds de Forêt

Ruisseau des Fonds de Forêt Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l'eau (2000/60/CE) Plan de gestion 2016-2021 District hydrographique international de la Meuse : Fiche de caractérisation de la masse d'eau VE17R Ruisseau des Fonds

Plus en détail

Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring TUNISIE

Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring TUNISIE Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring TUNISIE Organismes ayant répondus à l enquête au 23 juillet 2009 - MARH BIRH 1 ère partie - MARH - Direction Générale des Ressources en Eau (DGRE)

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Fiche méthodologique INDICATEUR : QUALITÉ PHYSICO-CHIMIQUE GÉNÉRALE DES EAUX DE SURFACE (O 2 DISSOUS, DBO, AZOTE AMMONIACAL, ORTHOPHOSPHATES) THEME : EAU ET ENVIRONNEMENT AQUATIQUE 1 INTERET ET ELEMENTS

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs INSU Universités 30 25 Température ( C) + 2 C 20 15 10 5 0 78 82 86 90 94 98 02 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Salinité (PSU) + 3 78 82

Plus en détail

UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit

UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit UV UB 08_2015 Correction du TD N 6 : Modélisation pluie-débit Objectif : L objectif de ce TD est de caler un modèle pluie-débit évènementiel. C'est-à-dire, un modèle ou seulement quelques évènements bien

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine DHI Eau Environnement Santé Conférence francophone ESRI 30 septembre 2009 Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine Samia Mejdi DHI Eau Environnement

Plus en détail

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet PROCEDE MIXTE D EPURATION Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet L OPERATION Les objectifs augmenter les capacités hydraulique et organique de traitement du système d assainissement

Plus en détail

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Équipements à mettre en place, contrôles à effectuer et procédures à respecter Guide méthodologique Novembre

Plus en détail

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES Les modalités d attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération modifiée n 2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d administration de l agence

Plus en détail

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives l'eau L assainissement des petites collectivités rurales Enjeux et perspectives Plan Diagnostic du parc de STEP en Isère STEP de moins de 2 000 Eh : état des lieux Besoins et spécificités de l assainissement

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

V.1. Montants financiers des travaux engagés pendant le dernier exercice budgétaire, montant des subventions de collectivités ou d organismes publics

V.1. Montants financiers des travaux engagés pendant le dernier exercice budgétaire, montant des subventions de collectivités ou d organismes publics RAPPORT ANNUEL SUR LE PRI ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT Année 2013 Date de publication : Par PLANETA Christophe (Responsable Exploitation), et HOUILLON Christelle (Responsable Administrative

Plus en détail

(Station de traitement d Egaules)

(Station de traitement d Egaules) (Station de traitement d Egaules) SOMMAIRE I - DESCRIPTIF 3 1) assainissement syndical 3 2) assainissement collectif communal 4 a) station d épuration et réseau d Egaules 4 b) station d épuration de Viallard

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE 1 CONTEXTE Face aux effets des changements climatiques qui ont pour corollaires entre autres, l appauvrissement des sols,

Plus en détail

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 131 sur 138 Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 132 sur 138 Carte

Plus en détail

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date Séminaire Arceau Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective Intervenant le Grand Paris Service Date Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france

Plus en détail

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne Département Océanographie, Dynamique des Ecosystèmes UL- Laboratoire Environnement Ressourcess du Languedoc-Roussillon RST/LER/LR/14.07 Mars 2014 Réseau de Suivi Lagunaire du Languedoc-Roussillon Bilan

Plus en détail

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16- L EAU Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16.1 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE La commune est située en bordure de Seine dans sa limite nord. Le risque d inondation existe sur

Plus en détail

Mise à jour d'indicateurs du niveau d eutrophisation des milieux lagunaires méditerranéens

Mise à jour d'indicateurs du niveau d eutrophisation des milieux lagunaires méditerranéens Marché Public n 989051 Mise à jour d'indicateurs du niveau d eutrophisation des milieux lagunaires méditerranéens Rapport final Tome II Etabli le 15 août 2000 LABORATOIRE IFREMER DEL/ST DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Avant-propos. Le contrat pour les étangs du Narbonnais a été signé en avril 2005 pour une durée de cinq ans.

Avant-propos. Le contrat pour les étangs du Narbonnais a été signé en avril 2005 pour une durée de cinq ans. Avant-propos Le contrat pour les étangs du Narbonnais a été signé en avril 2005 pour une durée de cinq ans. Responsable de l animation du contrat, le Parc naturel régional a élaboré ce tableau de bord

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM Conf2006/65 1 FORMES DE L AZOTE Minéral Organique Soluble Volatil Etat d oxydation : - 3 à + 5 Conf2006/65 2 L AZOTE MINERAL

Plus en détail

Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire?

Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire? Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire? Jeudi 11 juillet 2013 CIS de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de missions Environnement ASCOMADE www.ascomade.org STEP de MONTREUX-CHATEAU

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Direction générale opérationnelle de l Agriculture, des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale opérationnelle de l Aménagement du Territoire, du Logement,

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

Marcel Roussel Rappel du calendrier

Marcel Roussel Rappel du calendrier Du SAGE Couesnon Le mot du Président La Commission Locale de l eau (CLE) a validé le 7 Avril 2011, la stratégie du SAGE (Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux) de notre bassin versant du Couesnon,

Plus en détail

Service Eau et Biodiversité Unité Usages de l Eau RECEPISSE DE DECLARATION

Service Eau et Biodiversité Unité Usages de l Eau RECEPISSE DE DECLARATION PRÉFET DE LA MAYENNE Direction départementale des Territoires Service Eau et Biodiversité Unité Usages de l Eau RECEPISSE DE DECLARATION Concernant le rejet des eaux usées et pluviales de l aire de service

Plus en détail

{Les eaux profondes {Les eaux de surface

{Les eaux profondes {Les eaux de surface F1 : Les différents types de pollution Une pollution est un phénomène ou élément perturbateur d un équilibre établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie. Nous trouvons les pollutions

Plus en détail

ADES : Accès aux Données des Eaux Souterraines. Banque nationale du SIE : Système d Information sur l Eau. Service EAU 04/02/2005

ADES : Accès aux Données des Eaux Souterraines. Banque nationale du SIE : Système d Information sur l Eau. Service EAU 04/02/2005 ADES : Accès aux Données des Eaux Souterraines Banque nationale du SIE : Système d Information sur l Eau 04/02/2005 Plan de la présentation > Le Système d Information sur l Eau (SIE) > Le Service d Administration

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec L eau faisant partie de notre patrimoine collectif, il importe d en assurer la pérennité et de favoriser l amélioration ou la

Plus en détail

Valorisation des données d autosurveillance

Valorisation des données d autosurveillance Valorisation des données d autosurveillance Utilisation des données pour définir des priorités d action 1 Quelle valorisation des données? Des besoins multiples Environnementaux :» connaître les déversements

Plus en détail

etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia

etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia etat des lieux - diagnostic du sage de l étang de Biguglia COMMISSION LOCALE DE L EAU CLE DOSSIER LA VALIDÉ PAR Biguglia Borgo Furiani Lucciana Murato Olmeta di Tuda Rutali Communauté d Agglomération de

Plus en détail

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau EAU POTABLE EAUX DE SURFACE EAUX SOUTERRAINES ASSAINISSEMENT Chaînes de mesure pour le cycle de l eau www.hydreka.com Débitmètres jusqu'à 10 ans HydrINS 2 Mini Afficheur SMS - GPRS avec Enregistreur intégré

Plus en détail

Tarifs du SILA 2015 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC)

Tarifs du SILA 2015 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) Tarifs du SILA 2015 TRAITEMENT DES DÉCHETS REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

L épuration par boues activées. Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin 2010 -

L épuration par boues activées. Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin 2010 - L épuration par boues activées Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin 2010 - L étude technico-économique SCOT Réflexion intercommunale SAGE SDAGE DCE PLU - Carte communale Programme de mesures Projet

Plus en détail

POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET. Principales prescriptions, opposition aux déclarations 1/34

POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET. Principales prescriptions, opposition aux déclarations 1/34 PRÉFECTURE DU LOIRET POLITIQUE DE L EAU DANS LE DÉPARTEMENT DU LOIRET Principales prescriptions, opposition aux déclarations Validé par le comité de pilotage stratégique de la MISEN du 16 février 2012

Plus en détail

SYSTEME INTEGRE DE GESTION DE L INFORMATION SUR L EAU

SYSTEME INTEGRE DE GESTION DE L INFORMATION SUR L EAU MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU ALGERIE SYSTEME INTEGRE DE GESTION DE L INFORMATION SUR L EAU R. BOUZAKARIA 1 LES OBJECTIFS Réorganiser le secteur en matière de gestion de l information Constituer le capital

Plus en détail

Commission Agriculture-Forêt -Rivière 17 octobre 2014

Commission Agriculture-Forêt -Rivière 17 octobre 2014 Commission Agriculture-Forêt -Rivière 17 octobre 2014 ORDRE DU JOUR : 1. Etat d avancement du Contrat de Rivière : Description des actions prioritaires et préparation des marchés Présentation du calendrier

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant

Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant Julie Blazy Vincent Hornsperger Johanna Lanoue Maëlle Lepoutre Edith Martin Renaud Rincent Jeudi 22 janvier 2009 Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant Le B.V du BV topographique

Plus en détail

Guide de prise en main

Guide de prise en main Logiciel BEA 4.0 Guide de prise en main Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr BEA 4.0 Guide de prise en main Sommaire

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

SAGE Argoat Trégor Goëlo

SAGE Argoat Trégor Goëlo GIP / ADT PAYS DE - Appui à la réalisation de l état des lieux et des usages - Détermination des manques et Diagnostic Commission Locale de l Eau Réunion du 9 Septembre Sommaire de la présentation SCE

Plus en détail

Analyses et services à destination des ICPE

Analyses et services à destination des ICPE Analyses et services > LE LABORATOIRE LCA > AUTOSURVEILLANCE DES REJETS AQUEUX > SURVEILLANCE DU MILIEU NATUREL > MESURES SUR SITE ET PRÉLÈVEMENTS > ASSISTANCE À L'EXPLOITATION D'UNITÉS DE TRAITEMENT DES

Plus en détail

Zonages spécifiques : Huit zones nodales du Marais poitevin concernées par les lâchers du complexe de Mervent. Barrage de. Barrage de.

Zonages spécifiques : Huit zones nodales du Marais poitevin concernées par les lâchers du complexe de Mervent. Barrage de. Barrage de. Barrage de Pierre Brune Ouvrage difficilement franchissable par l'auille Zone d'étude d DMB Zone d'étude lâchers du complexe de Mervent Périmètre du règlement d'eau unique du complexe de Mervent M e èr

Plus en détail

Orientations fondamentales et dispositions. 3 - Réduire la pollution organique

Orientations fondamentales et dispositions. 3 - Réduire la pollution organique Orientations fondamentales et dispositions 3 - Réduire la pollution organique SCHÉMA DIRECTEUR D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN LOIRE-BRETAGNE 2010-2015 31 32 SCHÉMA DIRECTEUR D AMÉNAGEMENT

Plus en détail

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net www.aprona.net Procédure de récupération des données piézométriques via le site Internet de l APRONA > www.aprona.net «Outils Nappe» La nappe en direct, l Accès aux données et la Carte interactive sont

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

FICHE N III-2.5 Surveillance de la qualité de l'eau

FICHE N III-2.5 Surveillance de la qualité de l'eau Plan qualité FICHE N III-2.5 Surveillance de la qualité de l'eau L objectif de cette fiche est de caractériser la pollution par les pesticides, qualitativement (type de molécules retrouvées) et quantitativement

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin de la Sèvre Nantaise Rapport de SYNTHESE

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin de la Sèvre Nantaise Rapport de SYNTHESE SOYONS SAGE POUR QUE L EAU VIVE Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin de la Sèvre Nantaise Rapport de SYNTHESE IIBSN, 185, boulevard Briand, 85036 La Roche-sur-Yon CEDEX T : 02 51 07 02

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens REJETS INDUSTRIELS AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU GRAND TROYES Enjeux et moyens Définition des eaux usées Eaux usées domestiques Eaux ménagères (lessives, cuisines non collectives, douches ) Eaux vannes

Plus en détail

Le protocole de surveillance FOGEM

Le protocole de surveillance FOGEM Le protocole de surveillance FOGEM Le matériel de mesure mise en œuvre Dans le cadre du programme Life SEL.LR (1996-2000), la DIREN LR a mis en place un comité du pilotage constitué par des représentants

Plus en détail

Instrumentation du bassin versant de la rivière au Saumon

Instrumentation du bassin versant de la rivière au Saumon Faculté de génie Département de génie civil Instrumentation du bassin versant de la rivière au Saumon Rédigé par Sophie Bérard et Mélanie Trudel Supervisé par Robert Leconte, ing., Ph.D. Ce rapport a été

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP)

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Rapp. Comm. int. prot. eaux Léman contre pollut., Campagne 2010, 2011, 181-189. CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Campagne 2010 PAR Audrey

Plus en détail

Aide méthodologique et travail. préparatoire à la réalisation d une. étude diagnostic d assainissement en. lien avec la notion de «point noir»

Aide méthodologique et travail. préparatoire à la réalisation d une. étude diagnostic d assainissement en. lien avec la notion de «point noir» Aide méthodologique et travail préparatoire à la réalisation d une étude diagnostic d assainissement en lien avec la notion de «point noir» sur le bassin versant de la Drôme Tuteur de Stage : Mme Valérie

Plus en détail

ASSAINISSEMENT COLLECTIF SUR LE BASSIN VERSANT DE LA VRILLE

ASSAINISSEMENT COLLECTIF SUR LE BASSIN VERSANT DE LA VRILLE ASSAINISSEMENT COLLECTIF SUR LE BASSIN VERSANT DE LA VRILLE Aoubid Scheherazade Tietz Laranjinha Marta Erika Vienot Thomas Perrot Martin 1 SOMMAIRE Introduction... 3 1 - Qu est ce que l assainissement

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif séminaire assainissement des eaux usées domestiques Assainissement Non Collectif Jacques LESAVRE lesavre.jacques@aesn..fr L assainissement non collectif (ANC): pourquoi? Directive européenne (91/271) du

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF

RAPPORT ANNUEL PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF L union de Coteba et Sogreah Coteba & Sogreah, same team, enhanced expertise COMMUNE DE CLOHARS-CARNOET PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF EXERCICE 2012 Rapport annuel relatif

Plus en détail

Impact des citernes sur l écrêtement des crues. Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech)

Impact des citernes sur l écrêtement des crues. Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech) Impact des citernes sur l écrêtement des crues Dimitri. XANTHOULIS (ULG AgroBioTech) Recensement 2001 en région r wallonne - 30% des logements wallons sont équipés de citerne d eau de pluie - L eau de

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND AVIGNON

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND AVIGNON MF 2022 Page 1/11 Annexe 7 Compatibilité du projet avec les plans, schémas et programmes mentionnés aux 4, 5, 16 à 23, 26 et 27 du tableau du I de l'article R. 122-17 ainsi qu'avec les mesures fixées par

Plus en détail

Le monitoring anguille

Le monitoring anguille Le monitoring anguille Le point sur les méthodes d évaluation de l échappement François GATEL 2 e édition des journées «poissons migrateurs en Rhône Méditerranée» 24 et 25 novembre 2011 1. Contexte et

Plus en détail

COMMUNE DE ROQUESERIERE

COMMUNE DE ROQUESERIERE Géologie Environnement Hydrologie -Hydrogéologie Département de la Haute Garonne COMMUNE DE ROQUESERIERE Schéma communal d assainissement Deuxième partie Avril 2011 Ref : SIGEH-SCA 10/09 Page 1/29 Sommaire

Plus en détail

Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB)

Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB) Cadre réglementaire relatif à la gestion des effluents par temps de pluie Christophe VENTURINI (MEDDE - DEB) L'arrêté interministériel du 21 juillet 2015 vient réviser celui du 22 juin 2007 concernant

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD Gestion des terres et des ressources en eau 1. Les présentes lignes directrices 1 ne constituent pas un manuel de gestion des ressources naturelles mais exposent certains problèmes décisifs et les concepts

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Le groupe de travail EPNAC

Le groupe de travail EPNAC Le groupe de travail EPNAC sur l Evaluation des Procédés Nouveaux d Assainissement des petites et moyennes Collectivités Léa Mercoiret Rencontres de l eau Loire-Bretagne 8 juin 2010 Plan Contexte Fonctionnement

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Guide. l assainissement. communes rurales. des. Préface de Jean Paul DELEVOYE, Président de l Association des Maires de France.

Guide. l assainissement. communes rurales. des. Préface de Jean Paul DELEVOYE, Président de l Association des Maires de France. Guide de l assainissement des communes rurales Préface de Jean Paul DELEVOYE, Président de l Association des Maires de France. Préface L assainissement des eaux, étape charnière entre l utilisation de

Plus en détail

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux visant la réduction des déversements de contaminants dans les ouvrages d assainissement Alain Rousseau, ing., M.Sc.A. Conseiller en recherche

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau...

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau... L essentiel Les activités humaines affectent fortement la des eaux en tout comme dans le. Si des améliorations sont réelles, le défi de la reconquête de la de l eau reste prégnant et des efforts doivent

Plus en détail