Passons aux épreuves pratiques : Après avoir défini le terme «Fossile», nous passons à leur observation à la loupe binoculaire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Passons aux épreuves pratiques : Après avoir défini le terme «Fossile», nous passons à leur observation à la loupe binoculaire."

Transcription

1 Du Saucats au Lissandre : Une histoire d eau Projet mené par des cinquièmes du Collège Paul Emile Victor de Branne. Dès notre arrivée, nous découvrons un musée et tentons de définir le terme «Réserve» avec l aide de l animatrice qui nous propose un ensemble de mots parmi lesquels nous devons choisir ceux qui nous paraissent justes. Passons aux épreuves pratiques : Après avoir défini le terme «Fossile», nous passons à leur observation à la loupe binoculaire.

2 Nous écoutons les consignes pour réussir notre observation à la loupe binoculaire des fossiles de la réserve Nous disposons de plusieurs échantillons issus des roches de la réserve. Nous devons les observer puis les identifier grâce à une clé de détermination.

3 Il y a des coquilles, des dents, des ossements et des graines. Après les avoir identifiés, nous les dessinons.

4 L observation à la loupe terminée, nous profitons des vitrines du musée pour observer la diversité des fossiles retrouvés dans la réserve.

5 Nous passons dans la deuxième salle où nous allons appliquer le principe d actualisme.

6 Il faut choisir des fossiles dans chacune des caisses représentant des strates de roches sédimentaires présentes à Saucats. Il faut identifier le fossile autrement dit trouver son nom.

7 Puis trouver son plus proche parent actuel : c'est-à-dire une espèce actuelle qui lui ressemble énormément. Enfin on cherche où se cousin proche vit actuellement et on applique le principe d actualisme en faisant correspondre ce milieu actuel au paysage ancien datant de l âge du fossile initial. Facile!

8 Allons prendre l air et observons les roches du sous-sol de Saucats, là où on a trouvé tous ces fossiles. Un endroit où on observe les roches du sous-sol est un affleurement. Voici l affleurement de Bernachon. Nous différencions les strates. Nous décrivons leur couleur et leur contenu. Grâce à ces informations, nous déterminons le milieu dans lequel la roche s est formée.

9 Puis en remontant, nous étudions les propriétés des roches comme la perméabilité, ce qui nous permet de mettre en évidence la nappe souterraine. Photographie du sol composé de matière minérale et organique.

10 Le Saucats Nous avons observé une larve de Potamophylax qui vit dans des morceaux de bois creux accrochés à la végétation au bord de la rivière. Si on vient l embêter, elle sort sa tête

11 Nous pêchons dans le Saucats à l aide d épuisettes pour récolter de petits êtres vivants. Nous pourrons par la suite les identifier.

12 Nous tentons de capturer le plus d êtres vivants en cherchant dans les végétaux au bord du Saucats, le long des arbres ou au fond de la rivière.

13 Voilà le résultat de notre récolte : nous avons triés les êtres vivants par espèce dans des boîtes différentes afin de les identifier.

14 Nous observons de plus près et identifions les êtres vivants récoltés, grâce à une clé de détermination. Nous choisissons un être vivant et tentons de le dessiner. La diversité des êtres vivants récoltés nous informe sur la qualité de l eau du Saucats.

15 Pour pousser plus loin notre étude de la qualité de ce cours d eau, nous prélevons de l eau dans le Saucats et nous testons différents facteurs et la présence d éventuels polluants. Nous disposons de réactifs afin de mettre en évidence ces polluants.

16 Nous cherchons la présence de nitrites, de nitrates et de phosphates : polluants liés à l activité humaine. Nous mesurons aussi le ph, la température et la quantité de dioxygène dissous. Pour chaque réactif, il y a une «recette» à suivre c'est-à-dire un protocole. Après avoir étudié le Saucats, nous nous intéressons au Lissandre : rivière qui traverse Branne

17 Nous ne sommes plus au sein d une réserve mais dans le centre de Branne. Ce milieu n est pas protégé. Le bord du Lissandre est jonché de déchets.

18 Il y a une évacuation qui se déverse directement dans le Lissandre L Homme jette ses déchets dans la rivière.

19 Pourtant, nous pouvons observer diverses espèces végétales.

20 Pour déterminer la qualité du Lissandre, nous disposons du même matériel que pour l étude du Saucats et nous effectuons les mêmes tests et les mêmes mesures. Nous utilisons une console de mesure pour connaître la température, le ph et la quantité de dioxygène.

21 Nous notons nos résultats afin de les comparer à ceux du Saucats. Nous évaluons bonne la qualité de l eau du Lissandre, tout comme pour le Saucats. L environnement du Lissandre donne une image négative du cours d eau mais n impacte pas ou peu la qualité de l eau. Cependant ses observations nous font réfléchir sur l importance de la préservation des milieux même urbains.

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Champ disciplinaire : Les sciences expérimentales Domaine : la matière

Plus en détail

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Arrivés au bord de l eau, vous pouvez faire des mesures de température, de ph. Ce sont des mesures ponctuelles qui donne la qualité de la rivière à un instant précis.

Plus en détail

Tous les mots surlignés en jaune ren voient à des liens (images, animations, vidéos...)sur le web.

Tous les mots surlignés en jaune ren voient à des liens (images, animations, vidéos...)sur le web. Tous les mots surlignés en jaune ren voient à des liens (images, animations, vidéos...)sur le web. Chapitre 1 : Respiration et occupation des milieux de vie Problème : En quoi consiste la respiration?

Plus en détail

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION L eau de la Vologne est-elle de bonne qualité? Les élèves du lycée Jean LURCART ont commencé leurs études sur des bases de données, les conditions climatiques actuelles ne permettant pas de réaliser une

Plus en détail

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias)

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) La présence de certaines roches dans le sous-sol peut permettre de reconstituer le milieu dans lequel celles-ci se sont

Plus en détail

!"#$%&'#()"'*+%*,% "-./"0*-*/,%#12")/+% 3*,4#1+%56*$&.1)*/7*%5*%81"/5% 9:4/%-.,14&4'*%

!#$%&'#()'*+%*,% -./0*-*/,%#12)/+% 3*,4#1+%56*$&.1)*/7*%5*%81/5% 9:4/%-.,14&4'*% !"#$%&'#()"'*+%*,% "-./"0*-*/,%#12")/+% 3*,4#1+%56*$&.1)*/7*%5*%81"/5% 9:4/%-.,14&4'*%!"#$%&'()*&+,-+.+*/'*0"%+1234++ 5'%67%"+/*&8#"%&/%+,%+6(+9*::-&(-'#+,%+6;%(-+,%+6(+ "#

Plus en détail

Vue de l espace, la terre ressemble à une sphère bleue car elle est presque totalement recouverte d eau : on l appelle donc «la planète bleue».

Vue de l espace, la terre ressemble à une sphère bleue car elle est presque totalement recouverte d eau : on l appelle donc «la planète bleue». 1 L Eau Vue de l espace, la terre ressemble à une sphère bleue car elle est presque totalement recouverte d eau : on l appelle donc «la planète bleue». Parmi toute cette eau, seule une petite partie n

Plus en détail

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie.

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. PREAMBULE Le CPIE Pays gersois propose aux classes de primaire un projet pédagogique en 3 phases. L objectif général est : Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. A l intérieur de chaque phase,

Plus en détail

Réhabiliter la mare du collège Stockfeld : une histoire d eau géniale! Les enseignants :

Réhabiliter la mare du collège Stockfeld : une histoire d eau géniale! Les enseignants : Réhabiliter la mare du collège Stockfeld : une histoire d eau géniale! Les enseignants : Cailleux Irène (Maths) July Denis (Arts plastiques) Kandel Christophe (Physique-Chimie) Leismann David (Technologie)

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps?

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? C.I n 1 : JE DECOUVRE LES CARACTERISTIQUES DE NOTRE ENVIRONNEMENT Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? Séquence n 1 :

Plus en détail

«Le sol en question» Enquête auprès des adhérents et inscrits à la newsletter Plante & Cité, et groupes de travail AITF. Réalisée en juin-juillet 2009

«Le sol en question» Enquête auprès des adhérents et inscrits à la newsletter Plante & Cité, et groupes de travail AITF. Réalisée en juin-juillet 2009 «Le sol en question» Enquête auprès des adhérents et inscrits à la newsletter Plante & Cité, et groupes de travail AITF Réalisée en juin-juillet 2009 Résumé des retours d enquête «le sol en question» Questionnaire

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 Les roches sédimentaires sont des témoins de leur époque de formation. Tu as vu que les produits érodés peuvent rester sur place ou être transportés par différents agents, ce

Plus en détail

L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des

L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des outils d'observationet de surveillance. A partir de ces

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques. du parc naturel de la Vallée de l attert

Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques. du parc naturel de la Vallée de l attert Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques du parc naturel de la Vallée de l attert Sommaire Introduction 4 Les activités à faire en classe 5 1. Les chauves-souris, un monde renversant! 5 2.

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.)

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) classe : 5 ème durée : 55 minutes Contexte : La partie «digestion des aliments et le devenir des Nutriments» commence avec la mise en place de cette tâche. En introduction

Plus en détail

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES #jaimelageol Accompagnement à la visite du Jardin de Roches Terminale S Livret ELEVES Bienvenue dans le Jardin de Roches du Centre Beautour. Cet espace dédié à la géologie présente les roches du soussol

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

III/ La gestion de la qualité de l eau. Une eau potable est une eau que l on peut boire sans risque pour la santé.

III/ La gestion de la qualité de l eau. Une eau potable est une eau que l on peut boire sans risque pour la santé. 1. Qu appelle-t-on une eau potable? III/ La gestion de la qualité de l eau. Une eau potable est une eau que l on peut boire sans risque pour la santé. Afin de définir précisément une eau potable, des normes

Plus en détail

Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie

Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie Lycée Education au développement durable Sciences de la vie et de la terre Géographie Physique - chimie Association Petite Camargue Alsacienne Centre d Initiation à la Nature et à l Environnement 1, rue

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Restauration de l habitat pour salmonidés dans la rivière Aboujagane

Restauration de l habitat pour salmonidés dans la rivière Aboujagane Restauration de l habitat pour salmonidés dans la rivière Aboujagane -Projet F201-026 - Rapport Final Préparé pour : Fond en Fiducie de la Faune du Nouveau-Brunswick Rédigé par : Julie Cormier, Chargée

Plus en détail

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Schéma Paysager Routier Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Itinéraire Lille / Tourcoing Schéma paysager routier 2 Schéma paysager routier Itinéraire

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Le trajet et la qualité de l eau.

Le trajet et la qualité de l eau. SCIENCES La matière Cm Le trajet et la qualité de l eau. Séances : Objectif(s) : Compétence(s) : 1 Recueillir les conceptions et connaissances initiales des élèves. Participer à un travail de groupe. Comprendre

Plus en détail

Défi technologie GS Paul Langevin Abidjan. CP vert Christelle Joubert

Défi technologie GS Paul Langevin Abidjan. CP vert Christelle Joubert Défi technologie GS Paul Langevin Abidjan CP vert Christelle Joubert Cahier des charges - 1 -Fonctions : Faire descendre un bonhomme " Playmobil " d'une hauteur quelconque avec une arrivée au sol en douceur.

Plus en détail

le verre Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable

le verre Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable technique le verre PRÉNOM : 1 / L INGRÉDIENT PRINCIPAL DU VERRE Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable 2 / LA RECETTE DU VERRE Ces matières sont-elles à l état

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail

{Les eaux profondes {Les eaux de surface

{Les eaux profondes {Les eaux de surface F1 : Les différents types de pollution Une pollution est un phénomène ou élément perturbateur d un équilibre établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie. Nous trouvons les pollutions

Plus en détail

Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement

Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement i N N La gestion différenciée, une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement Votre commune s est engagée dans une démarche

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

Le recyclage de la matière constituant les êtres vivants.

Le recyclage de la matière constituant les êtres vivants. Chapitre 4 : Le recyclage de la matière constituant les êtres vivants. Lorsque les êtres vivants meurent, la matière organique qui les constitue tombe sur le sol. (ex : feuilles mortes ) Que devient la

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION VEGETALE

UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION VEGETALE DOCUMENT D AIDE A LA PREPARATION DE LA CLASSE Plan de Rénovation de l Enseignement des Sciences et de la Technologie à L Ecole au cycle 3 UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES Atelier pour l Envirothon 18 Novembre 2006 Dans l Histoire Les énergies renouvelables ont été les premières à être utilisées par l homme La biomasse Le vent L

Plus en détail

Quels sont nos besoins en énergie?

Quels sont nos besoins en énergie? Quels sont nos besoins en énergie? 1) Qu est-ce ce que l énergie? A quoi sert-elle? 2) Dessine plusieurs énergies utilisées dans la vie quotidienne en nommant chacune d entre elles. Pour bien comprendre...

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Sommaire. Un carnet d enquêteur à quoi ça sert? Le mot de l Inspecteur Galémys. Séance 0 Lancer l enquête, ça y est c est parti!

Sommaire. Un carnet d enquêteur à quoi ça sert? Le mot de l Inspecteur Galémys. Séance 0 Lancer l enquête, ça y est c est parti! 1 Sommaire Un carnet d enquêteur à quoi ça sert? Le mot de l Inspecteur Galémys Séance 0 Lancer l enquête, ça y est c est parti! Séance 1 Dossier technique et témoignages, de précieuses informations...

Plus en détail

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel : 05 49 69 01 44

C.P.I.E de Gâtine Poitevine à Coutières Tel : 05 49 69 01 44 LES ATELIERS Lecture de paysage Le paysage, un livre ouvert sur les spécificités d une région Observer un paysage et les éléments qui le composent Réaliser un croquis de paysage Identifier les activités

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

LE MONDE VEGETAL. Initiation à la détermination des arbres

LE MONDE VEGETAL. Initiation à la détermination des arbres LA PREMIERE ACCROCHE 1. L'approche sensorielle LE MONDE VEGETAL 2. Les arbres en hiver LE MONDE VEGETAL 3. Les arbres CM1 / CM2 ou journée Immersion sensorielle et ludique dans un milieu naturel (forêt,

Plus en détail

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec L eau faisant partie de notre patrimoine collectif, il importe d en assurer la pérennité et de favoriser l amélioration ou la

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Créer sa première base de données Access Partie 4/4 - Création d un état

Créer sa première base de données Access Partie 4/4 - Création d un état - le 19/02/2013 Créer sa première base de données Access Partie 4/4 - Création d un état Ce tutoriel est la suite de l article sur la création d une table, l article sur la création d une requête et l

Plus en détail

Désherber autrement dans le Grand Lyon

Désherber autrement dans le Grand Lyon Désherber autrement dans le Grand Lyon Mauvaises herbes? Et si l'herbe n'était ni mauvaise, ni sale? Pourquoi desherber? Quand on évoque les mauvaises herbes, pas besoin d être botaniste pour imaginer

Plus en détail

Introduction à Windows XP

Introduction à Windows XP Introduction à Windows XP Apprenez les fonctions de base du système d'exploitation Windows XP en un tour de main! Niveau : Débutant Version du logiciel : WinXP Service Pack 1 & 2 Date de modification :

Plus en détail

LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE. Le serpent des mers crétacées

LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE. Le serpent des mers crétacées En marge de l exposition «Mons sous le soleil du Crétacé» LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE Le serpent des mers crétacées Il y a quelques 100 millions d'années, régnait sur la

Plus en détail

Chapitre 12. Le développement durable

Chapitre 12. Le développement durable Chapitre 12. Le développement durable 197 1. L eau 200 A. Les feuillées 200 B. l intendance 200 2. Les déchets 200 3. La biodiversité 201 4. L énergie 202 5. Le voisinage 202 6. Être un exemple 202 197

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Ecoquiz. Ayez le réflexe "éco-citoyen" quiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoqu

Ecoquiz. Ayez le réflexe éco-citoyen quiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoqu Ecoquiz Ayez le réflexe "éco-citoyen" quiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoquiz ecoqu l'energie l'air les déchets La faune et la flore l'eau À l ère d une société

Plus en détail

L IMPERMÉABILISATION

L IMPERMÉABILISATION Comment réduire notre impact à l échelle d un lot? En débranchant vos gouttières du drains de fondations ou du drains menant directement au fossé, et en dirigeant l eau vers un milieu perméable, une plus

Plus en détail

Installation et configuration de base de l active Directory

Installation et configuration de base de l active Directory SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO Installation et configuration de base de l active Directory Description: Ce projet a pour but d installer l active directory et de créer une redondance en cas de

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs

BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs INFRA 2013 BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs Paul Gardon ing. Normalisateur 2 décembre 2013 Titre professionnel

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Direction générale opérationnelle de l Agriculture, des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale opérationnelle de l Aménagement du Territoire, du Logement,

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION LES STANDS DES PARTENAIRES DE FAMILLES DE FRANCE Les partenaires de Familles de

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Comment se connecter au dossier partagé?

Comment se connecter au dossier partagé? Comment se connecter au dossier partagé? Physique Strasbourg Ingénierie 4 avril 2013 Table des matières 1 But du tutoriel 1 2 Client FTP : Filezilla 2 2.1 Téléchargement et installation du client de partage......................

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Exposition - Médiathèque de Besse. Tout public

Exposition - Médiathèque de Besse. Tout public L i v r e t d e v i s i t e Exposition - Médiathèque de Besse Tout public PANNEAU 1 Fiche d identité de la Réserve naturelle PANNEAU 2 Milieux naturels et paysages Carte de la Réserve naturelle de Chastreix-Sancy

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Formation MONOGRAPHIE. Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique

Formation MONOGRAPHIE. Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique Association Toxicologie-Chimie ANNEE 20 Formation MONOGRAPHIE Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique Steven Arod. (Genève, Suisse) Promotion ATC 20 L industrie moderne, qui est née à

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

RENOVATION DE FAUX-PLAFONDS «SUR SITE»

RENOVATION DE FAUX-PLAFONDS «SUR SITE» 1 RENOVATION DE FAUX-PLAFONDS «SUR SITE» Adresse juridique : 9, chaussée Jules César Bât. 1, porte 120 ZAC Des Beaux Soleils 95520 Osny France Adresse postale : 9, chaussée Jules César BP 60526 Osny 95528

Plus en détail

Feuille de route encadrant permis piéton passager

Feuille de route encadrant permis piéton passager Feuille de route encadrant permis piéton passager Bonjour et tout d abord merci d accompagner un groupe pour ce permis piéton. L objectif de ce parcours est de savoir si les élèves sont capables de se

Plus en détail

BONY Simon IR1. Services Réseaux TP1. BONY Simon

BONY Simon IR1. Services Réseaux TP1. BONY Simon Services Réseaux TP1 BONY Simon 09 novembre 2011 1 Table des matières Introduction... 3 A Préliminaire... 4 B Configuration du client... 5 B.1 /etc/hosts et /etc/resolv.conf... 5 B.2 Tests de configuration...

Plus en détail

Qu est-ce qu un milieu humide?

Qu est-ce qu un milieu humide? Qu est-ce qu un milieu humide? Sur notre planète, il existe deux grands milieux : le milieu terrestre et le milieu aquatique. Les milieux humides s avèrent être un compromis entre les deux. C est ce qui

Plus en détail

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES 1 Rappel du connu : Classification simplifiée des animaux en 5 classes. Description de l activité Matériel Organisation Liens interdisciplinaires 2 Mise en situation : "Vous

Plus en détail

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne Science et technologie Parc national du Canada du Gros-Morne Programmes de sensibilisation des étudiants Projet de surveillance des cours d eau. Les écosystèmes d eau douce constituent une part importante

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

UNIVERSITE HASSIBA BEN BOUALI

UNIVERSITE HASSIBA BEN BOUALI UNIVERSITE HASSIBA BEN BOUALI Séminaire EAU Environnement 9 1 Décembre 29 REHABILITATION DE LA DECHARGE CONTROLE DE MEKNASSA (W.Chlef) Achour Taieb 1, Rezoug 2 Fatima Zohra, Hamimeche 2 Halima 1 Maitre-assistant

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

Les plastiques c'est aussi bio!

Les plastiques c'est aussi bio! Collège Plan du Loup 35 allée Alban Vistel 69110 St Foy Lès Lyon Coudeville Emeric Contamin Paul 3 2 Les plastiques c'est aussi bio! Voyage dans le monde des bio-plastiques Information importante avant

Plus en détail

géométrique et u n = 3(2) n. Cela donne au total :

géométrique et u n = 3(2) n. Cela donne au total : Leçon N 2 : Les suites Rappels importants Il y a deux façons de décrire une suite On nous donne la fonction qui permet de fabriquer ces termes : u n = f (n), n N. Exemple : u n = n² n N, cela donne 0 ;

Plus en détail

Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête.

Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête. 1 Education au Développement Durable Les déchets, je mène l enquête. Un programme d animation pour une sensibilisation efficace sur le tri, le recyclage et le compostage des déchets. Contact : SYVEDAC

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

Travaux dirigés de traitement d images de Télédétection

Travaux dirigés de traitement d images de Télédétection Travaux dirigés de traitement d images de Télédétection L objectif principal de ce TD consiste à introduire la notion de données multitemporelles afin d effectuer une classification de l occupation du

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

Formation sur Word (2)

Formation sur Word (2) Création et gestion d un tableau Word... 2 Barre d outils Words... 2 Sous-menu Tableau... 3 Insérer un tableau... 4 Création d un tableau avec somme... 6 Exemple d utilisation d un tableau pour une mise

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE THEME : LE JARDINAGE ECOLOGIQUE Mercredi 17 octobre 2012 Salle Faro 20h30 Contact Catherine LAFEUILLE, directrice de l Agenda 21 local Mairie de Massy 1, av. du Général

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail