RAPPORT INDICATEURS IAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT INDICATEURS IAD"

Transcription

1 RAPPORT INDICATEURS IAD ESTIMER LES FUITES EN NITRATES EN SURFACE ET EN PROFONDEUR A L ECHELLE DE LA PARCELLE Claire Leroy Camille Ormancey Responsables : Romain Armand et David Houben Année: 2013/2014 Institut Polytechnique LaSalle Beauvais 19 rue Pierre Waguet Beauvais

2 TABLE DES MATIERES Table des illustrations... 3 Introduction Le cycle de l azote Synthèse bibliographique Différents indicateurs Les indicateurs simples : Indicateur CORPEN Indicateur BASCULE Indicateur Merlin Différents modèles Modèle Drainmod NIII Modèle Adapt Modèle CREAMS Modèle EPIC Modèle DAISY Différents outils Syst N Lysimétrie STICS LIXIM SYSTERRE INDIGO DAE-G Tableau de synthèse Liste des références bibliographiques

3 TABLE DES ILLUSTRATIONS Figure 1: Cycle de l'azote (Source: NCOLARDOT et al., 1996)... 5 Figure 2: Combinaison des 3 sous-indicateurs de Merlin (Source: AVELINE et al. 2009)... 8 Figure 3: Schéma du modèle EPIC (Source: Payraudeau, 2004)

4 INTRODUCTION La FAO dresse un portrait plutôt alarmant sur l activité agricole mondiale : Avec 37% de la surface émergée de la Terre, l agriculture est l activité humaine qui occupe la plus grande part des terres. De plus elle est la cause principale de la pollution des eaux par les nitrates, les pesticides et les phosphates et est la source majoritaire d émissions de gaz à effet de serre (méthane et oxyde nitreux. (HARRISON, 2002). Ce rapport pour la FAO de Harrison (2002) va jusqu à dire explicitement que ce sont l agriculture, la foresterie et la pêche qui sont les causes principales de perte de biodiversité dans le monde. Il faut savoir que 70% de l azote exportée par les eaux à l échelle des bassins versants provient des apports agricoles. L agriculture joue donc un rôle majeur dans la pollution diffuse de l eau par les nitrates. (TURPIN et al. 1997). En plus de ces différentes pollution, l agriculture est responsable, de part ses pratiques, de la dégradation des sols, la salinisation, la consommation excessive d'eau et la réduction de la diversité génétique des cultures et du bétail (HARRISON, 2002). Toutefois, les pratiques agricoles évoluent et le monde agricole tente d adopter des méthodes de production plus durable afin de limiter ses impacts négatifs sur l environnement. Il apparait aujourd hui évidant que l agriculture pourra même être amenée à résoudre certains problèmes notamment grâce au stockage de carbone dans le sol, en aidant à la filtration de l eau et en entretenant les paysages ruraux et la biodiversité. C est dans l optique de quantifier ces pertes et d en identifier les causes que des indicateurs, outils et modèles ont été conçus et ainsi de proposer aux agriculteurs des solutions. Notre travail ici, s inscrit dans cette problématique, qui est la volonté de réduire les pertes en nitrates dues à l activité agricole. Nous vous présenterons donc des outils, indicateurs et modèles permettant de fournir des éléments de réponses. Toutefois, au vu du nombre d outils, indicateurs et modèles existants, notre liste n est pas exhaustive et nous avons uniquement travaillé à l échelle de la parcelle. Avant de vous présenter ces outils, indicateurs et modèles nous allons faire un rappel sur le cycle de l azote. 4

5 1. LE CYCLE DE L AZOTE L azote est présent dans le sol sous plusieurs formes (JEGO, 2008): - L azote organique : Principale forme de stockage dans un sol agricole - L azote minéral : Ne représente que quelques dizaines de kilogramme par hectare en dehors des périodes d apports. - L azote gazeux Cet élément subit de nombreuses transformations quelles soient dues à des processus biologiques ou physico-chimmiques. (JEGO, 2008). La proportion et l intensité de ces deux types de processus dépendent des conditions du milieu, des apports de matière de matière organique et des pratiques agricoles (NICOLARDOT et al. 1996). Ces processus sont tous regroupés dans le cycle de l azote : FIGURE 1: CYCLE DE L'AZOTE (SOURCE: NCOLARDOT ET AL., 1996) Tous les processus du cycle de l azote contrôlent donc les quantités et les concentrations d azote présentes dans le sol à un moment donné. Le bilan azoté correspond à la somme des pertes gazeuses d azote dues à la dénitrification et la volatilisation, des pertes d azote par lixiviation et de l organisation de l azote minéral dans la matière organique du sol (BEAUDOIN et al. 2005). Les quantités les plus importantes d azote transférées dans le sol se font sous forme nitrique, l ion nitrate étant très soluble. (LIOT AUSTERNAUD, 2000). 5

6 2. SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE 2.1. DIFFERENTS INDICATEURS Nous présenterons ici des indicateurs présentés par LIOT AUSTERNAUD (2000). On distingue des indicateurs de pression de l activité agricole et les indicateurs de sensibilité du milieu LES INDI CAT EUR S SI MP L ES : - Mesure de reliquats : RAR (Reliquat Azote après Récolte), REH (Reliquat Entrée Hiver), RSH (Reliquat Sortie Hiver) Le RAR peut être dû à une fertilisation excédentaire, une variabilité interannuelle des rendements sur les sols superficiels, caillouteux ou hydromorphes et enfin certaines cultures présentent systématiquement un reliquat élevé du fait de leur enracinement superficiel ou de la fixation symbiotique de l azote par leurs racines. - Ecart entre objectif de rendement et rendement moyen sur 5 ans - % de légumineuse (/SAU) - Réserve utile du sol Plus la réserve utile d un sol est faible, plus des phénomènes de drainages et donc de fuites de nitrates peuvent se produire. - Enfouissement ou non des résidus de récolte et rapport C/N des résidus En fonction des résidus enfouies, le risque de lessivage n est pas le même. L enfouissement des résidus à rapport C/N faible augmente le risque de lessivage. - Quantité d azote minéralisable dans l année des apports organiques apportés pendant l interculture - Durée de l interculture : Lorsqu une interculture est en place, elle va permettre de retarder le début du drainage, et donc de limiter la perte en nitrates par lixiviation. - % de cultures intermédiaires (/SAU) La mise en place de cultures intermédiaires permet de diminuer le risque de lessivage. - Durée pendant laquelle le sol est nu (/ durée totale de la succession) La prise en compte de tous ces indicateurs de l activité agricole sur l environnement permet de mieux comprendre les interactions entre ces indicateurs et leurs impacts sur la qualité de l eau. Il est important de ne pas prendre qu un seul de ces indicateurs, car il ne pourrait pas être représentatif du risque d impact des activités agricoles. Des indicateurs agrégés, développé ci-desous, permettent de prendre en compte plusieurs de ces indicateurs simples et ainsi d évaluer correctement le risque de fuites de nitrates IN DI CAT EUR CORPEN Le solde CORPEN (Comité d Orientation pour la Réduction de la Pollution des Eaux par les Nitrates et les phosphates provenant d activités agricoles): permet de comparer les apports d azote 6

7 par fertilisation minérale et organique aux exportations dues aux cultures et fourrages. Il se calcule, à l échelle de la parcelle, de l exploitation ou d un système de culture, grâce à l utilisation de références nationales établies pour la production et la composition des effluents et pour les exportations par les cultures. Il permet notamment d identifier les exploitations qui présentent des risques de pollution diffuse importants et peut servir de référence dans la mise en place d un diagnostique. Le solde CORPEN est facile à réaliser et permet de visualiser le «risque de fuite» par l intermédiaire d un graphique. Il prend en compte les facteurs de variation de la pression suivants : La durée de l interculture, le rapport C/N des résidus, la gestion des résidus et l apport ou non de déjections animales en automne. Toutefois, il présente l inconvénient de ne pas prendre en compte les caractéristiques du milieu et les pratiques agricoles IN DI CAT EUR BASCULE BASCULE (Balance Azotée Spatialisée des systèmes de CULture de l Exploitation) : le but de cette méthode est de permettre aux agriculteurs d évaluer l impact de leurs pratiques sur la perte en nitrates dans les eaux souterraines due à la surfertilisation. Cet outil simple d utilisation, permet à tout agriculteur, qui connait ses pratiques, de calculer le solde des entrées et sorties d azote à l échelle de la parcelle mais aussi de l exploitation et du bassin versant. BASCULE fonctionne à l échelle temporelle pluriannuelle. Toutefois, il ne prend pas en compte d autres variables de pression exercée par les systèmes de culture comme la minéralisation, les apports organiques, la gestion des résidus etc IN DI CAT EUR M ERLI N Cet outil est présenté par AVELINE et al. (2009). L indicateur Merlin a été construit afin de répondre aux critères suivants : - L indicateur est compréhensible, l agriculteur peut visualiser et apprécier le résultat de ses actions. - Il est facile à prendre en main et à utiliser afin que l agriculteur puisse comprendre ce qu il doit faire après avoir fait son diagnostique. - Il permet l utilisation de références locales afin de prendre en compte des conditions climatiques et pédologiques pertinentes. Cet indicateur permet d estimer et classer les risques de pollution de l eau par les nitrates par l attribution d une note. Pour cela il prend en compte les pratiques des agriculteurs et permet de travailler sur période de cultures via un sous-indicateur EQUIF et d intercultures via le sous-indicateur IC. Il prend aussi en compte la sensibilité des sols au lessivage grâce au sous indicateur SENSIB. L indicateur Merlin ne quantifie pas avec précision le transfert de la pollution puisqu il vise à classer une série de situations. Les résultats sont exprimés par des classes de risque : classe 1 (Risques faibles), classe 2 (risque intermédiaire) et classe 3 (risque élevé). 7

8 Enfin l indicateur Merlin est en grande partie basé sur une représentation simplifiée des mécanismes responsables de pertes en nitrates. Ces mécanismes sont la pression causée par la fertilisation, les pratiques de gestion entre deux cultures et de la vulnérabilité liée au contexte pédoclimatique. FIGURE 2: COMBINAISON DES 3 SOUS-INDICATEURS DE MERLIN (SOURCE: AVELINE ET AL. 2009) 2.2. DIFFERENTS MODELES MODELE DRAINMO D NIII La référence utilisée ici est Srinivasulu et al. (2013). Ce modèle permet de travailler à l échelle du champ. Il simule la dynamique du carbone et de l azote dans les sols drainés. Il modélise l absorption des plantes, la minéralisation, l immobilisation, la nitrification, la dénitrification, la volatilisation de l azote sous forme d ammoniac, les pertes d azote par lixiviation et ruissellement de surface. Drainmod NIII permet aussi de prendre en compte les pratiques agricoles (la gestion des résidus végétaux, le labour ou encore l application d engrais et de fumier), le type de sol, les conditions climatiques, le système de drainage, le type de culture, le transport et la transformation de l azote, le taux de matière organique. La majorité de ces données sont mesurables sur le terrain, mais d autres doivent être obtenues via la littérature, l expertise locale ou étalonnage MODELE ADAP T La référence utilisée ici est Srinivasulu et al. (2013). ADAPT est un modèle de gestion journalier de nappes phréatiques, à l échelle de la parcelle. Il possède 4 composantes : l hydrologie, l érosion, et le transport des éléments nutritifs et pesticides. Le volet hydrologique du modèle se compose de la fonte des neiges, des eaux de ruissellement, du débit des macropores, de l évapotranspiration, de l infiltration, du drainage souterrain, de l irrigation 8

9 et de l infiltration profonde. ADAPT simule de la même manière la dynamique de l azote que le modèle DRAINMOD NIII (sauf pour la partie dépôt atmosphérique). Des modèles concernant le travail du sol sont aussi inclus dans ADAPT, ils permettent de prendre en compte la gestion des résidus de culture, l apport d engrais et de fumier MODELE CREAMS Ce modèle est décrit par Payraudeau (2004). Le modèle CREAMS (Chemicals Runoff and Erosion from Agricultural Management Systems) a pour but de prévoir l impact de changements des pratiques culturales sur la perte de sols, d azote, de phosphore et de pesticides dissous et particulaires à l échelle du champ. Au choix, il permet d obtenir une simulation en continu ou événementielle. CREAMS propose plusieurs modèles qui sont un modèle hydrologique et un modèle de qualité. Le premier permet de calculer le ruissellement, l infiltration, l évapotranspiration, l humidité du sol et la percolation selon des données de pluviométrie. Le deuxième modélise les processus chimiques (minéralisation, absorption par les plantes et dénitrification) et la quantité d azote perdue par ruissellement et percolation. Ce modèle demande des informations sur les caractéristiques physiques et l occupation du sol mais aussi des données issues de la littérature. Ces informations et données sont les pluies journalières ou horaires, les températures moyennes mensuelles, la radiation solaire moyenne journalière et les dates et quantités d apport d azote. Il utilise 19 paramètres hydrologiques et 29 paramètres nutriments. Il permet de travailler sur une échelle temporelle de plusieurs années MODELE EPIC Ce modèle est décrit par Payraudeau (2004). Le modèle EPIC (Erosion Productivity Impact Calculator) avait pour but à l origine d évaluer l impact de l érosion sur la productivité des sols mais suite à des modifications, il permet aujourd hui d étudier les pertes en nutriments (azote et phosphore) des sols. Ce modèle peut être appliqué sur une seule parcelle ou sur un ensemble de parcelles dont on suppose qu elles sont indépendantes du point de vue hydrologique. Il permet d obtenir une modélisation en continue. Sa partie hydrologique prend en compte l évapotranspiration, l infiltration, le ruissellement ainsi que le débit de pointe, qui est déterminé par la formule rationnelle ou par la méthode SCS TR-55. D autres processus sont suivis dans la partie qualité d EPIC. Ces processus sont la dénitrification, la minéralisation, l immobilisation, la nitrification, la volatilisation, la percolation, les écoulements de surface et de sub-surface, la remontée des nitrates vers la surface lors du phénomène d évaporation des sols et le transport de l azote organique sur le sédiment. EPIC utilise 47 paramètres culturaux, 80 paramètres sur le travail du sol et 67 paramètres sur la fertilisation. Les données requises sont 20 couches d information regroupant le sol, l occupation du sol et les caractéristiques physiques de la parcelle, des données climatiques journalières (pluie, températures, radiation solaire, humidité de 9

10 l air, vitesse du vent) ainsi que le type de pratiques agricoles. L utilisation du modèle EPIC nécessite de travailler avec un SIG. FIGURE 3: SCHEMA DU MODELE EPIC (SOURCE: PAYRAUDEAU, 2004) MODELE DAISY Ce modèle est décrit par Payraudeau (2004). Le modèle DAISY (Danish simulation model) permet de simuler la croissance des cultures, la dynamique de l eau et des masses d azote associées au sein des agro-environnements. Il ne permet qu une vision évènementielle. Son échelle de modélisation est au minimum de 1 à 4ha. Le modèle DAISY a été utilisé pour créer un indicateur régional de pression polluante par l azote en extrapolant les simulations à l échelle du champ. On peut scinder les modélisations de DAISY en deux catégories : hydrologie et qualité. Sa partie hydrologique prend en compte l accumulation de neige, l interception par la végétation, l évapotranspiration, l infiltration et la température du sol. Sa partie qualité prend en compte la minéralisation, la nitrification, la dénitrification, le mouvement de l azote dans la zone racinaire et la percolation de l azote. 10

11 Il utilise 26 paramètres sur la croissance des plantes et 28 sur l azote. Les données nécessaires sont l humidité du sol et la concentration en azote dans le sol. Le traitement des données nécessite l utilisation d un SIG DIFFERENTS OUTILS SYST N Dans cette partie, nous allons présenter l outil Syst N d après «Un outil d évaluation des fuites d azote vers l environnement à l échelle du système de culture : le logiciel Syst N» (Parnaudeau V. et al. 2012) et «Syst N, manuel de l utilisateur» (Parnaudeau V. et al. 2013). L outil Syst N est composé d un simulateur ( logicel) et d une base de données (Pertazote). Il a été conçu afin de facilité les diagnostics et les évaluations des pertes d azotes par les acteurs de l agriculture et de l environnement. En effet, les utilisateurs visés sont ceux préoccupés par la qualité de l air ou de l eau. Il a été réalisé par le RMT et Environnement dans le cadre du projet AZOSYSTEM qui regroupe l INRA, ACTA, Arvalis, Cetiom, CTIFL, IE, IFIP, ITAVI et ITB). Le simulateur est constitué d un modèle qui simule le fonctionnement de l agrosystème à l échelle pluriannuelle d une parcelle et calcule les pertes d azote sous trois forme : lixiviation et ruissellement des nitrates, volatilisation de l ammoniac et émission de N 2 O. Il est basé sur un modèle des flux d azote dans le système sol-plante-atmosphère. Afin d effectuer la simulation, l utilisateur saisie des données qui décrivent les pratiques culturales ainsi que le contexte pédoclimatique. Cela comprend la description du sol, l historique de la parcelle, la succession des cultures et les itinéraires techniques. Le simulateur donne accès à un bilan des pertes moyennes annuelles à la rotation, permettant d évaluer un impact général du système dans son milieu. De plus, il permet d avoir un aperçu de la dynamique des pertes. L outil intègre différents modèle existant venant de : AZOFERT pour la minéralisation de la matière organique et des résidus de récolte AZODYN pour l absorption d azote par les cultures STICS pour le bilan hydrique, ainsi que la lixiviation des nitrates NOE pour simuler les pertes de N 2 O par dénitrification LYSI MET RI E Afin de discuter l outil lysimétrie, nous avons utilisé l article «Suivi de la lixiviation du nitrate en plein champ par la technique lysimétrique: retour de huit années d expérience» (Deneufbourg M. et al. 2013) et le livre «Trente ans de lysimétrie en France ( )(une technique, un outil pour l'étude de l'environnement)» (Muller, J. C.1996) 11

12 La lysimétrie est une méthode permettant d établir un bilan complet des composés minéraux ou organiques sur une colonne verticale par la mesure directe des entrées et des sorties. C est une méthode qui permet des mesures fiables et non destructive. Le lysimètre est une cuve étanche rempli de sol à tester, ses côtés descendent à une profondeur allant en moyenne de 1 à 2 mètre. La face supérieure est exposée à l action des agents atmosphériques, tandis que la face inférieure, drainée permet de déterminer les caractéristique de la solution évacuée par drainage. Le lysimètre peut être installé en parcelle cultivée sans gène pour les pratiques agricole. Dans toutes les mesures de lysimétrie, deux paramètres sont fondamentaux : le volume d eau drainé (exprimé en litre ou en m 3.ha -1 ou en mm) et la concentration des eaux qui percolent (mg.l -1 ). La lysimétrie constitue un outil efficace pour l évaluation et la gestion de l azote à l échelle parcellaire. Cependant cette méthode à un coût élevé et oblige à des expérimentations de longue durée. Malgré cela elle permet une excellente valorisation des résultats STICS Les explications qui suivent on été écrite avec l aide de «Predicting soil water and mineral nitrogen contents with the STICS model for estimating nitrate leaching under agricultural» (Jégo, G. et al. 2012) et de la «Notice concepts et formalismes» (Brisson N. 2012). STICS est développé à l institut national de la recherche agronomique (INRA) depuis C est un modèle de simulation dynamique sol-culture fonctionnant à l échelle journalière et parcellaire, il simule donc les conséquences des variations du milieu et du système de culture sur la production et l environnement. Il permet de prédire la dynamique de la teneur du sol en eau et en azote minéral. Il est utilisé pour simuler le drainage et la concentration en nitrate (dans l eau de drainage). Cela permet de quantifier et d évaluer la variabilité du lessivage des nitrates dans les eaux souterraines. Le modèle STICS est organisé en modules qui font appel à de sous modules traitant de mécanismes spécifiques. L un traite l écophysiologie des parties ariennes des plantes, un autre du fonctionnement du sol en interaction avec les parties souterraines des plantes (croissance racinaire, bilan hydrique, bilan azoté, transfert eau, nitrates, chaleur). Le dernier module est un module de gestion des interactions entre les techniques culturales et le système sol-culture. Plus de 200 variables de sorties peuvent être simulés par jour, comme l eau du sol et concentration de nitrate dans chaque couche, de l eau de la culture et de l azote d absorption, le drainage de l eau, le lessivage des nitrates. Les points forts de STICS sont sa capacité à s adapter à différentes cultures, sa capacité à simuler des conditions pédoclimatiques variées, la facilité d accès aux variables d entrée, sa possibilité d ajouter de nouveaux paramètres. 12

13 LIXIM La description suivante a été faite avec «Nitrate leaching in intensive agriculture in Northern France: Effect of farming practices, soils and crop rotations» (Beaudoin, N. et al. 2005) et de la «Quantification et prédiction de la minéralisation nette de l'azote du sol in situ, sous divers pédoclimats et systèmes de culture français» (Brisson N. 2012). Le programme LIXIM permet la simulation de l évolution de la teneur en eau et en azote minérale de plusieurs couches de sol. Il calcule la minéralisation nette de l azote au champ seulement dans le cas de sol nu. Il est composé de deux sous-modèles : un de transport de l eau et de l azote minéral, et un second de minéralisation de l azote du sol (dépendant de la température et de l humidité du sol) ; tous cela à une échelle journalière. Il est nécessaire de connaitre diverse données d entrée sur les couches de sol : l épaisseur (cm), la densité apparente (densité de terre fine en g.cm -3 ), l humidité à la capacité au champ (ϴ cc, %), l humidité au point de flétrissement (ϴ PF, %), la teneur en eau (%) et en azote minérale (kg N.ha - 1 ). Les données climatiques journalières comme la température du sol, de l air, la pluviométrie sont aussi nécessaire. En finalité, LIXIM calcule deux paramètres : l évapotranspiration potentielle réellement évaporée ainsi que la vitesse de minéralisation réelle et potentielle ; ce qui permet d obtenir une estimation de la minéralisation réelle au champ homologue à la minéralisation nette apparente de l azote organique. Cependant, le programme comporte quelques limites. En effet, la dénitrification est considéré négligeable, la lixiviation calculée est sujette à l erreur et le sous modèle de transport d eau et nitrate ne semble pas adapté à toutes les situations SYSTERRE Grâce à la fiche outil disponible sur «plage évaluation», nous avons pu comprendre le fonctionnement de l outil SYSTERRE crée et financé par ARVALIS, utilisable depuis Cet outil permet le calcul de divers indicateurs qui évalue les performances techniques, économique et environnementales des productions végétales sur des exploitations en grande culture ou en polyculture-élevage. Cela peut être réalisé à plusieurs échelles en allant du sol à l exploitation. De plus, l outil prend en compte les trois piliers du développement durable : environnement, social et économique. Relatif aux indicateurs, l outil en prend 20 en compte dont : ha/uth, pression NPK (kg/ha), rendements, coût de production, balance azotée globale, émission de gaz à effet de serre, fixation CO2 par les plantes L utilisateur doit disposer d une connexion internet pour utilisé l outil qui se présente sous la forme d une interface de saisie de données qui calcule et exporte des données calculées. La saisie des informations peut se faire selon les souhaits de l utilisateur : description annuelle détaillé de toutes les parcelles, par espèce, par pratiques. 13

14 Concernant le temps de réalisation, la collecte et la saisie prend 5h par lors de la première utilisation, puis 2 heure pour l actualisation annuelle. La saisie réalisé, il y a une restitution instantanée du tableau de bord des indicateurs. En revanche, le plan d action est à réalisé en relation avec un technicien. Au niveau des points forts, l outil permet une analyse exhaustive de durabilité, utilise un panel d indicateurs couramment utilisé dans la communauté technique et scientifique. De plus, permet l accès aux bases de données Arvalis, le module de calcul est standardisé et automatique, utilisation d un fichier Excel simple, mise en place d une journée de formation ainsi que des tutorats, puis enfin, un outil de dialogue technicien/agriculteur. Relatif aux points faibles, l outil manque de référence sur certains systèmes de cultures/production. Mais aussi, le diagnostic ne prend pas en compte le stockage de la production INDIGO Cette partie à été rédigé en utilisant comme référence la fiche outil disponible sur «plage évaluation», nous avons-nous permettant d expliquer l outil INDIGO crée par l INRA et l université de Lorraine. Cet outil permet d évaluer les impacts environnementaux des systèmes de cultures par les agronomes, techniciens, étudiant, chercheurs... Il concerne les exploitations en grandes cultures, la polyculture-élevage et l élevage possédant des surfaces en prairie. Les échelles sont différentes selon les mesures souhaité : pour le temporelle, les mesure sont annuelle pour l azote et au cycle cultural pour le reste ; pour le spatial, l échelle est à la parcelle ou à l exploitation. La principale utilisation de l outil relate des indicateurs azote et phytosanitaires. L outil est gratuit pour des applications en Recherche & Développement et en enseignement ; la licence est payante pour des prestations de service. En moyenne, la collecte des données dure ½ journée, comme la saisie des données et la restitution/élaboration du plan d action. La restitution de l outil est visuelle, par des radars et des graphiques. INDIGO prend en compte 8 indicateurs : assolement, succession culturales, matière organique, phosphore, azote, phytosanitaire, irrigation et énergie. Ils sont évalué par le principe su «scoring» allant de 0 (impact inacceptable) à 10 (impact faible voire nulle) ; dont 7 correspond à la valeur acceptable. Chaque indicateurs possèdent des méthodes de calcule différents, l indicateur azote (I N ) est construit grâce à trois modules qui découlent du calcul des pertes par lessivages NO 3, des pertes par émissions de N 2 O et des pertes par volatilisation de NH 3. Les pertes de références correspondant aux trois modules sont basées sur la qualité de l eau (50 mg NO 3 /L), sur des valeurs de seuil de retombées atmosphériques (20 kg/ha) et les pertes de référence pour les émissions de N 2 O (3 kg N 2 O-N / ha). 14

15 Dans l INDIGO, les indicateurs sont sensibles aux pratiques agricoles à l échelle de la parcelle pour permettre une analyse détaillée des pratiques, le milieu est prit en compte dans l évaluation des impacts, les indicateurs isolé peuvent être calculé, puis l exportation des résultats en figues Excel permet une bonne visualisation et donc une bonne valorisation, sont les points forts de l outil. Cependant, les thématiques spécifiques à l élevage ne sont pas prisent en compte ainsi que les processus hydrologiques au niveau du bassin DAE-G La fiche outil disponible sur «plage évaluation» nous a permis de présenter l outil : Diagnostic Agri-Environnemental Géographique crée par Agro-transfert, l INRA, la Chambre d Agriculture de Picardie, L institut LaSalle Beauvais et Peri. Cet outil permet d évaluer les risques d impact des pratiques agricoles sur l environnement, à l échelle de la parcelle et de l exploitation agricole. Il généralement utilisé pour effectuer des plan d action sur des territoires à enjeu environnemental, comme la pollution des eaux d un bassin versant ; ou même pour le management environnemental auprès d agriculteurs (pouvant découler sur la certification ISO 14001). L outil nécessite d avoir un accès internet puisque la saisi des données ainsi que les résultats se font par internet. La durée de récolte des données est d environ 1 journée, la saisie des informations est de 1 à 2 jours, tandis que la restitution/élaboration du plan d action est d une demijournée. L étude se réalise à différentes échelle : de la parcelle à l exploitation pour l échelle spatial et de la campagne culturale pour le temps. Concernant les thématiques environnementales, elles sont abordées par des indicateurs. Ils sont évalués en fonction des pratiques, de la sensibilité du milieu et des risques d impact, le tout par des classes (très faible, faible, moyen, fort, très fort). Parmi les thématiques, on trouve : l eau, l air, le sol, la biodiversité, les nuisances, l énergie, les déchets et l insertion paysagère. Si nous prenons l exemple sur l eau : pollution et consommation, les sous-parties sont les risque de pollution diffuse des eaux par les nitrates, risque de pollution diffuse des eaux par les produits phytosanitaires, risque de pollution ponctuelle des eaux par les produits dangereux et le risque lié à la consommation en eau. Les paramètres composants ses sous parties, sont ainsi mis dans des classes grâce à toutes les données saisies. Relatif aux résultats, ils sont visible dès la fin de la saisie, sont à la fois sous forme cartographique et sous forme de tableau de croisement Pratique x milieu. Pour les documents de restitution, ça peut être un document de restitution complet qui regroupe les résultats d indicateurs et des éléments méthodologique pour aider à l interprétation des résultats, ou alors un document synthétique présentant les problèmes les plus important de l agriculteur. 15

16 Pour les atouts du DAE-G, nous pouvons dire qu il réalise des diagnostics multi-thématiques pour évaluer les risques d impacts environnementaux des exploitations, prend en compte la sensibilité du milieu, rend des résultats cartographiques, l exportation des données est possible. 16

17 3. TABLEAU DE SYNTHESE Nom Phénomène étudié Paramètres pris en compte Force Faiblesse COPREN Identification des exploitations présentant des risques de pollution diffuse importants - durée de l interculture - le rapport C/N des résidus - la gestion des résidus - apport ou non de déjections animales en automne - référence à des diagnostics plus complexe - facile d utilisation - résultats : graphique - utilisation référence national : manque de précision - non prise en compte des caractéristiques du milieu et des pratiques agricoles BASCULE Evaluation de l impact des pratiques sur la perte en nitrates dans les eaux souterraines due à la surfertilisation Pratiques agricoles - utilisation possible par l agriculteur - évaluation direct des ses pratiques - données faciles d accès Non prise en compte d autres variables de pression exercée par les systèmes de culture MERLIN Estimation et la classification des risques de pollution de l eau par les nitrates - pratiques des agriculteurs - sensibilité des sols au lessivage - accessible par l agriculteur - facile d utilisation - référence locale Ne quantifie pas avec précision les transfert de pollution Drainmod NIII Modélisation : - absorption des plantes - minéralisation - immobilisation - nitrification - dénitrification - volatilisation de l azote(nh 3 ) - pertes d azote par lixiviation et ruissellement de surface. - pratiques agricoles - type de sol - conditions climatiques - système de drainage - type de culture - transport et transformation de l azote - taux de matière organique Données mesurable sur le terrain Certaines données sont obtenues par la littérature, l expertise locale ou l étalonnage. 17

18 Nom Phénomène étudié Paramètres pris en compte Force Faiblesse Adapt Gestion journalier de nappes phréatiques - fonte des neiges - eaux de ruissellement - débit des macropores - évapotranspiration - infiltration - drainage souterrain - irrigation - infiltration profonde. - - CREAMS prévoit l impact de changements des pratiques culturales sur la perte de sols, d azote, de phosphore et de pesticides dissous et particulaires par plusieurs sousmodèle - caractéristiques physiques - occupation du sol - pluviométrie - - partie des données disponible dans la littérature - beaucoup de paramètre EPIC étude des pertes en nutriments (azote et phosphore) des sols. - le sol - occupation du sol - caractéristiques physiques - données climatiques journalières - type de pratiques agricoles - - utilisation d un SIG - beaucoup de paramètre DAISY simulation de la croissance des cultures, de la dynamique de l eau et des masses d azote - humidité du sol - concentration en azote dans le sol Permet d extrapoler à l échelle régionale - utilisation d un SIG - beaucoup de paramètre 18

19 Nom Phénomène étudié Paramètres pris en compte Force Faiblesse Syst N diagnostics et évaluations des pertes d azotes - description du sol - historique de la parcelle - succession des cultures - itinéraires techniques Logiciel Semble complexe d utilisation Lysimétrie évaluation et gestion de l azote - volume d eau drainé - concentration des eaux qui percolent Excellente valorisation des résultats - coût élevé - expérimentation longue STICS - prédiction de la dynamique de la teneur du sol en eau et en azote minéral - simulation du drainage et la concentration en nitrate - quantification et évaluation de la variabilité du lessivage des nitrates dans les eaux souterraines De part sa complexité, nous n avons pas identifié précisément paramètres prisent en compte pour cet outil - logiciel - adaptation à différentes cultures - facilité d accès aux variables d entrée - possibilité d ajouter de nouveaux paramètres Semble complexe d utilisation LIXIM - simulation de l évolution de la teneur en eau et en azote minérale - estimation de la minéralisation réelle - Epaisseur - densité apparente - humidité à la capacité au champ - humidité au point de flétrissement - teneur en eau et en azote minérale - données climatiques journalières - - seulement dans le cas de sol nu - dénitrification considéré négligeable - transport d eau et nitrate ne semble pas adapté à toutes les situations 19

20 Nom Phénomène étudié Paramètres pris en compte Force Faiblesse SYSTERRE Evaluation des performances techniques, économique et environnementales des productions végétales Prise en compte de 20 indicateurs - restitution instantanée - analyse exhaustive de durabilité - indicateurs couramment - calcul standardisé et automatique - utilisation d un fichier Excel simple - outil de dialogue technicien/agriculte ur - journée de formation, tutorats - manque de référence sur certains systèmes de cultures - non prise en compte du stockage de la production INDIGO Evaluation des impacts environnementaux des systèmes de cultures ( 8 indicateurs dont azote) Pour l indicateur azote : - pertes par lessivages NO 3 - pertes par émissions de N 2 O - pertes par volatilisation de NH 3. - prise en compte du milieu - indicateurs isolé peuvent être calculé - Excel : bonne visualisation - élevage pas prisent en compte + processus hydrologiques au niveau du bassin DAE-G - évaluation risques d impact des pratiques agricoles sur l environnement - réalisation plan d action sur des territoires à enjeu environnemental (pollution des eaux) Eléments relatifs à : - eau - air - sol - biodiversité - nuisances - Energie - Déchets - insertion paysagère - visibilité cartographique - code couleur visuel - accès internet - prise en compte du milieu - perte d information due aux classes Nous avons sélectionné l indicateur Bascule puisqu il est facile d utilisation. En effet, un agriculteur peut connaitre l impact de ses pratiques agricoles sur les pertes en nitrates, et ainsi de pouvoir rendre ses pratiques plus durables. Cet indicateur a l avantage de n utiliser que des données accessible par l agriculteur. 20

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES. Par Sarah Pomerleau

LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES. Par Sarah Pomerleau LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES Par Sarah Pomerleau Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable en vue de l obtention du grade de maître

Plus en détail

GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL

GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL Par L INSTITUT DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT EN AGROENVIRONNEMENT

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant.

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Département SAD Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Complémentarité d une analyse des contraintes d organisation du travail au sein de l exploitation

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE STR/P8077/janvier 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 PRESENTATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles

CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles CarrotAge, un logiciel pour la fouille de données agricoles F. Le Ber (engees & loria) J.-F. Mari (loria) M. Benoît, C. Mignolet et C. Schott (inra sad) Conférence STIC et Environnement, Rouen, 19-20 juin

Plus en détail

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Jean-François DEJOUX CESBIO & Luc CHAMPOLIVIER CETIOM Télédétection en agriculture : nouveau

Plus en détail

1 X 2 3 4 5 6. 1 085 762 Durée du projet 48 mois

1 X 2 3 4 5 6. 1 085 762 Durée du projet 48 mois Acronyme Titre du projet Proposal title Axe(s) thématique(s) Type de recherche ESCAPADE Evaluation de Scénarios sur la Cascade de l'azote dans les Paysages Agricoles et modelisation territoriale Assessing

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1

Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1 Innovations Agronomiques 20 (2012), 79-100 Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1 Petit M.-S. 1, Reau R. 2, Dumas M. 2,

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN L'azote est un facteur important dans la fertilisation du maïs. Un manque d'azote peut occasionner une baisse de rendement, alors qu'un excès représente un risque de contamination de l'air et de l'eau,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Institut National de la Recherche Agronomique Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique Centre INRA de LILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Réalisation, Fourniture

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se PHYTOREM S.A. L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se Le BAMBOU-ASSAINISSEMENT Le Procédé Sol EFFLUENTS EXPORTATION VERS LA TIGE Chaume ou tige Pollution organique et minérale

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

Conversion à l agriculture biologique

Conversion à l agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE Conversion à l agriculture biologique Défis pour le futur REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

Un modèle bioéconomique d exploitation pour étudier l impact du climat et les stratégies d adaptation Application au bassin arachidier sénégalais

Un modèle bioéconomique d exploitation pour étudier l impact du climat et les stratégies d adaptation Application au bassin arachidier sénégalais Un modèle bioéconomique d exploitation pour étudier l impact du climat et les stratégies d adaptation Application au bassin arachidier sénégalais Aymeric Ricome, Philipe Quirion, Françoise Gérard 2 ème

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Programme Agroforesterie 2006/08. Groupe de Travail GT1

Programme Agroforesterie 2006/08. Groupe de Travail GT1 Mission DAR Année et N du projet : 2005 N 321 Programme Agroforesterie 2006/08 Groupe de Travail GT1 Outils d aide à la décision en agroforesterie Responsable de groupe : Christian Dupraz (INRA) R 1.2

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2

Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2 Innovations Agronomiques (2009) 4, 1521 Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2 1 : INRASAD, Domaine horticole du mas

Plus en détail

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Le roseau et l avenir de l eau Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Stéphane TROESCH Journée Techn Eau 11/04/2012 Avancées et innovations en phytoépuration 2 Principe de fonctionnement

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie Conférence de presse Arvalis, Cetiom, InVivo AgroSolutions Paris, le 25 octobre 2013 Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie 1- Pourquoi un partenariat?

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail