Réunion publique/téléconférence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion publique/téléconférence"

Transcription

1 Réunion publique/téléconférence Dorval Cornwall Kingston Watertown Oswego Burlington Rochester Kingston/Oswego Téléconférence: (français) (anglais) Appeler entre 18h45-18h55 1

2 La régularisation du lac Ontario : Traité des eaux limitrophes de 1909 Établit la CMI Établit l ordre de préséance des parties concernées Ordonnance d approbation de la CMI de 1952 Approuve la construction de projets hydroélectriques qui permettent le contrôle des débits du lac Ontario Ordonnance supplémentaire de 1956 Définit des critères compatibles avec le Traité Plan 1958-D Établit une méthode de gestion des débits du lac Ontario 2

3 NIVEAUX D EAU Réel* Comparé à 19 sept 2013 Moyenne de sept** Année passée Lac Supérieur 183,47 m (601,94 pi.) -6 cm (-2 po.) 31 cm (12 po.) Lacs Michigan-Huron 176,03 m (577,53 pi.) -46 cm (-18 po.) 18 cm (7 po.) Lac Érié 174,12 m (571,26 pi.) -4 cm (-2 po.) 23 cm (9 po.) Lac Ontario 74,74 m (245,21 pi.) idem 24 cm (9 po.) Lac Saint-Laurent 73,20 m (240,55 pi.) 3 cm (1 po.) -12 cm (-5 po.) Lac Saint-Louis 21,0 m (68,90 pi.) -12 cm (-5 po.) 37 cm (15 po.) Port de Montréal 5,95 m (19,52 pi.) -23 cm (-9 po.) 65 cm (26 po.) * Données préliminaires ** Données historiques: Grands Lacs: ; fleuve Saint-Laurent : ; Montréal:

4 Facteurs environnementaux qui influencent les niveaux d eaux Facteurs naturels Débit du lac Érié (80 % des apports en moyenne) Vent Évaporation Précipitations Ruissellement Débit de la rivière des Outaouais, (qui varie beaucoup durant l année) Lac Saint-Laurent Chutes Niagara Lac Ontario Fleuve Saint-Laurent Montréal Facteur régularisé Débit au barrage Moses-Saunders Facteur naturel Infiltration des eaux souterraines

5 Apports totaux nets (m 3 /s) Apports mensuels totaux nets au lac Ontario J F M A M J J A S O N D Min Max Moy. ( ) Mois 5

6 6

7 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LACS MICHIGAN-HURON, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Maximum/Minimum ( ) Oct-12 Oct-13 Oct Jan-12 Feb-12 Mar-12 Jul-12 Aug-12 Sep-12 Jun-12 May-12 Apr-12 Nov-12 Dec-12 Jan-13 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Jun-13 May-13 Apr-13 Nov-13 Dec-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Jun-14 May-14 Apr-14 Nov-14 Dec Moyenne ( ) Enregistré Niveau de référence 5% 50% Jan-12 Apr-12 Feb-12 Mar-12 Jul-12 Jun-12 Aug-12 Sep-12 May-12 Oct-12 Nov-12 Dec-12 Jan-13 Apr-13 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Jun-13 Aug-13 Sep-13 May-13 Oct-13 Nov-13 Dec-13 Jan-14 Apr-14 Feb-14 Mar-14 Jul-14 Jun-14 Aug-14 Sep-14 May-14 Oct-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95%

13 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LAC ÉRIÉ, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Jan-12 Feb-12 Mar-12 Apr-12 May-12 Jun-12 Jul-12 Jun-13 Jul-13 Apr-13 May-13 Apr-14 May-14 Aug-12 Oct-12 Aug-13 Oct-13 Dec-12 Dec-13 Mar-13 Mar-14 Nov-12 Jan-13 Nov-13 Jan-14 Sep-12 Sep-13 Feb-13 Maximum/Minimum ( ) Feb-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov-14 Dec Enregistré Moyenne ( ) % % Niveau de référence 95% Apr-12 May-12 Jun-12 Jul-12 Aug-12 Sep-12 Apr-13 May-13 Jun-13 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Apr-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep Oct-12 Oct-13 Oct Jan-12 Mar-12 Feb-12 Nov-12 Jan-13 Dec-12 Mar-13 Feb-13 Nov-13 Jan-14 Dec-13 Mar-14 Feb-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

14 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LAC ONTARIO, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU 75.7 Jun-12 May-12 Jun-13 May-13 Jun-14 May Apr-12 Jul-12 Aug-12 Apr-13 Jul-13 Maximum/Minimum ( ) Critère (h) Aug-13 Apr-14 Jul-14 Aug Mar-12 Sep-12 Mar-13 Sep-13 Mar-14 Sep Jan-12 Feb-12 Enregistré Moyenne ( ) Feb-13 Oct-12 Dec-12 Nov-12 Jan-13 Feb-14 Oct-13 Dec-13 Nov-13 Jan-14 5% Oct-14 Dec-14 Nov % Niveau de référence Jun-12 Jul-12 May-12 Critère (j) Jun-13 Jul-13 May-13 95% Jun-14 Jul-14 May Mar-12 Apr-12 Aug-12 Sep-12 Mar-13 Apr-13 Aug-13 Sep-13 Mar-14 Apr-14 Aug-14 Sep Jan-12 Feb-12 Oct-12 Jan-13 Feb-13 Nov-12 Dec-12 Oct-13 Jan-14 Feb-14 Nov-13 Dec-13 Oct-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

15 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) 22.6 LAC SAINT-LOUIS, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU May-12 May-13 May Apr-12 Maximum/Minimum ( ) Apr-13 Apr Jun-12 Jun-13 Jun Feb-12 Mar-12 Jul-12 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Feb-14 Mar-14 Jul Jan-12 Aug-12 Sep-12 Nov-12 Oct-12 Dec-12 Jan-13 Aug-13 Sep-13 Nov-13 Oct-13 Dec-13 Jan-14 5% Aug-14 Sep-14 Nov-14 Oct-14 Dec Moyenne ( ) % Jan-12 Jan-13 Cote Feb-12 basse d'alerte de la Voie Maritime Feb-13 Mar-12 Apr-12 May-12 Jul-12 Jun-12 Enregistré Aug-12 Sep-12 Oct-12 Dec-12 Nov-12 Mar-13 Apr-13 May-13 Jul-13 Jun-13 Aug-13 Sep-13 Oct-13 Dec-13 Nov-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Apr-14 May-14 Jul-14 Jun-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Dec-14 Nov-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95%

16 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) Feb-12 Jan-12 Mar-12 Apr-12 PORT DE MONTRÉAL, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU May-12 Jun-12 Jul-12 Nov-12 Aug-12 Dec-12 Oct-12 Sep-12 Feb-13 Jan-13 Maximum/Minimum ( ) Mar-13 Apr-13 May-13 Jun-13 Moyenne ( ) Jul-13 Nov-13 Aug-13 Dec-13 Oct-13 Sep-13 Feb-14 Jan-14 Mar-14 5% Apr-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Nov-14 Aug-14 Dec-14 Oct-14 Sep Enregistré 50% Apr-12 Apr-13 Apr Mar-12 Jan-12 Feb-12 Niveau de référence May-12 Jun-12 Nov-12 Jul-12 Oct-12 Aug-12 Sep-12 Mar-13 Dec-12 Jan-13 Feb-13 May-13 Jun-13 Nov-13 Jul-13 Oct-13 Aug-13 Sep-13 Mar-14 Dec-13 Jan-14 Feb-14 May-14 Jun-14 Nov-14 Jul-14 Oct-14 Aug-14 Sep-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95% Dec

17 Stratégie de régularisation proposée Le niveau du lac Ontario oscille autour des normales et est 2,7 cm au-dessus du niveau prescrit par le Plan 1958-D. Le Conseil a l intention de fixer les débits en conformité avec le Plan de régularisation 1958-D et de conserver l eau emmagasinée dans le lac Ontario. Des débits plus faibles ou plus forts que ceux prescrits par le Plan pourront être nécessaires pour pallier à des besoins critiques. 17

18 Réunion publique/téléconférence Dorval Cornwall Kingston Watertown Oswego Burlington Rochester Kingston/Oswego Téléconférence: (français) (anglais) Appeler entre 18h45-18h55 18

19 Information supplémentaire 19

20 20

21 21

22 22

23 MÈTRES (RIGL 1985) Sep-13 PIEDS (RIGL 1985) LAC SUPÉRIEUR, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Maximum/Minimum ( ) Jul-12 Oct-12 Nov-12 Aug-12 Sep-12 Dec-12 Jul-13 Oct-13 Nov-13 Aug-13 Sep-13 Dec-13 Jul-14 Oct-14 Nov-14 Aug-14 Sep-14 Dec Jan-12 Feb-12 Mar-12 Apr-12 Jun-12 May-12 Jun-12 Moyenne ( ) Jul-12 Aug-12 Sep-12 Oct-12 Nov-12 Jan-13 Feb-13 Mar-13 Apr-13 Jun-13 May-13 Jun-13 Jul-13 Aug-13 Oct-13 Nov-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Apr-14 Jun-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov Dec-12 Dec-13 Dec-14 Jan-12 Feb-12 Apr-12 May-12 May-13 Jan-13 Jan-14 Enregistré 5% Feb-13 Apr-13 Feb-14 Apr-14 May-14 Mar-12 Mar-13 Mar Niveau de référence 50% Jul-12 Aug-12 Sep-12 Oct-12 Nov-12 Dec-12 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Oct-13 Nov-13 Dec-13 95% Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov-14 Dec Jan-12 Jun-12 Jan-13 Jun-13 Jan-14 Jun Feb-12 May-12 Mar-12 Apr-12 Feb-13 May-13 Mar-13 Apr-13 Feb-14 May-14 Mar-14 Apr-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

24 Précipitation (mm) 225 Précipitations mensuelles dans le bassin du lac Ontario J F M A M J J A S O N D Mois Min Max Moy. ( )

25 Débit sortant (m 3 /s) 8000 Débits mensuels du lac Érié J F M A M J J A S O N D Mois Min Max Moy. ( )

26 26

27 27

28 Résumé des Critères de la CMI (1956) a) Ne pas réduire le niveau minimal dans le port de Montréal au dessous du niveau qui aurait été atteint dans le passé avec des apports semblables (sans régularisation). b) En hiver, maintenir les débits aussi élevés que possible. c) Durant la débâcle, les débits dans le port de Montréal ne doivent pas être plus élevés que ceux non régularisés. d) Durant la crue de la rivière des Outaouais, les débits ne doivent pas être supérieurs à ceux non régularisés. e) Maintenir les débits minimums aussi élevés que possible. f) Maintenir les débits maximums aussi faibles que possible 28

29 Résumé des Critères de la CMI (suite) g) Réduire les niveaux extrêmes dans le lac Ontario. h) Maintenir la moyenne mensuelle maximale du niveau du lac Ontario sous 75,37 m (247,3 pi). i) Réduire la fréquence des niveaux moyens mensuels au-dessus de 75,07 m (246,3 pi) par rapport aux niveaux non régularisés. j) Durant la saison de navigation, maintenir le niveau mensuel moyen minimum au-dessus de 74,15 m (243,3 pi). k) Si les apports en eau sont plus élevés que par le passé, favoriser les riverains. Si les apports en eau sont plus faibles que par le passé, favoriser la navigation et la production d hydro-électricité. 29

30 Les ordonnances de la CMI précisent également : des niveaux minimums pour la navigation sur le lac Saint-Laurent; une vitesse d eau maximale dans le fleuve pour garantir une navigation sécuritaire; que le barrage Iroquois doit réduire les niveaux d eau élevés dans le lac Saint-Laurent. 30

CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour

CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour la période DU 22 MARS AU 19 SEPTEMBRE 2012 19 SEPTEMBRE

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine DHI Eau Environnement Santé Conférence francophone ESRI 30 septembre 2009 Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine Samia Mejdi DHI Eau Environnement

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

Le Secteur de la Finance sur Live Search. Thierry Adler Consultant Finance 15-10 - 2008

Le Secteur de la Finance sur Live Search. Thierry Adler Consultant Finance 15-10 - 2008 Le Secteur de la Finance sur Live Search Thierry Adler Consultant Finance 15-10 - 2008 Rachat de crédit Assurance vie Crédit auto Crédit immobilier Assurance auto Crédit moto Assurance habitation Bourse

Plus en détail

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS DIRECTIVE INTRODUCTION Au cours du siècle passé, la Commission

Plus en détail

La vulnérabilité de l Afrique subsaharienne à la crise financière: le cas du commerce

La vulnérabilité de l Afrique subsaharienne à la crise financière: le cas du commerce La vulnérabilité de l Afrique subsaharienne à la crise financière: le cas du commerce Nicolas Berman (Graduate Institute, Geneva) Philippe Martin (Sciences-Po, Paris and CEPR) Lyon, 12 novembre, journées

Plus en détail

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion RUISSELLEMENT/ÉROSION Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires par ruissellement et érosion GARDONS NOTRE EAU PROPRE TOPPS prowadis vise à réduire

Plus en détail

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I Mini réseau hybride en Afrique Central Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I SOMMAIRE DONNEES SUR L AFRIQUE CENTRALE ENERGIE RENOUVELABLE EN AFRIQUE CENTRALE ETUDE

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Aperçu général. 4. Placements à court terme.

Aperçu général. 4. Placements à court terme. Aperçu général 1. Introduction. Objectifs du cours 2. Le contexte macro-économique 3. Notions de gestion de trésorerie 4. Les placements à court terme 5. Les emprunts à court terme 6. Les emprunts à long

Plus en détail

Le café tombe à son plus bas niveau en un an en dépit de la prévision d un déficit mondial pour 2014/15

Le café tombe à son plus bas niveau en un an en dépit de la prévision d un déficit mondial pour 2014/15 Le café tombe à son plus bas niveau en un an en dépit de la prévision d un déficit mondial pour 2014/15 Février a vu la poursuite de la tendance à la baisse du marché du café de des derniers mois. Le prix

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue

Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue F Rapport sur le marché du café Mars 2015 Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue En mars 2015, le marché du café a chuté pour le cinquième mois consécutif, pendant

Plus en détail

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café continuent d'enregistrer une chute progressive pendant que les spéculations sur la récolte brésilienne de 2015/16

Plus en détail

Groupe d étude international sur le lac Ontario et dfe fleuve Saint-Laurent

Groupe d étude international sur le lac Ontario et dfe fleuve Saint-Laurent Groupe d étude international sur le lac Ontario et dfe fleuve Saint-Laurent ÉTATS-UNIS Eugene Stakhiv, codirecteur Sandra LeBarron Peter Loucks Frank Quinn Frank Sciremammano, Jr. James Snyder Dan Barletta

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Impact on revenue requirements no Description (000$)

Impact on revenue requirements no Description (000$) IMPACT OF THE CHANGE IN COST OF GAS ON THE REVENUE REQUIREMENT RESULTING FROM THE 2010 VOLUMES COMPONENTS: Transportation, load balancing and commodity 2010 RATE CASE Impact on revenue Line requirements

Plus en détail

La conservation et l Annexe: Un point de vue de l aval. - Présentation lors de la conférence du Conseil des maires des Grands-Lacs

La conservation et l Annexe: Un point de vue de l aval. - Présentation lors de la conférence du Conseil des maires des Grands-Lacs La conservation et l Annexe: Un point de vue de l aval - Présentation lors de la conférence du Conseil des maires des Grands-Lacs Par Harvey Mead le 26 mai 2005 Bienvenue à Québec: L eau salée à l Île

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

DATES DES SALONS 2015

DATES DES SALONS 2015 Rapport statistique MOTOCYCLETTES Les ventes de novembre accusent un recul combiné de 90 unités, ou -6,5 % en comparaison du même mois de 2013. La catégorie routière a eu le plus d impact sur ce volume

Plus en détail

Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet

Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet Sergey Kirgizov Directrice de thèse: Clémence Magnien Complex Networks, LIP6, (UPMC, CNRS) Paris, 12 décembre 2014 Plan 1

Plus en détail

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com Conférence téléphonique mercredi 6 octobre 2010 11 heures 223, rue Saint honoré 75001 PARIS Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com THEMES DE LA CONFERENCE TELEPHONIQUE 1 ère

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ. En Corse

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ. En Corse CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ En Corse ATTENTION : 1- En cas de non présentation du client (no show) ou en cas de non présentation des documents nécessaires à la location (permis de conduire,

Plus en détail

Le secteur de l Hôtel sur adcenter : Bilan, dynamique et perspectives

Le secteur de l Hôtel sur adcenter : Bilan, dynamique et perspectives Le secteur de l Hôtel sur adcenter : Bilan, dynamique et perspectives Evolution des clics adcenter par produits touristiques L Hôtel : 2 ème sous-secteur de l e-tourisme en volume de clics depuis Février

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Président : Yves ROBICHON CF AIPCR Modérateur : Didier GILOPPÉ Cerema Exemple de démarche Développement Durable, la Ville de Sherbrooke à partir d

Plus en détail

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U U S Y S T E M E S E T R E S E A U T I C P L A N D E C O U R S R I M E S T R E D E P R I N T E M P S 2 0 1 3 A la fin de chaque trimestre, un contrôle de compétences est organisé sous la forme 26 mars 28

Plus en détail

Formation des prix de marché du gaz

Formation des prix de marché du gaz Formation des prix de marché du gaz Mise en évidence des facteurs influençant le prix de marché du gaz : cas du marché court terme britannique. Confrontation des facteurs d offres et de demande 1 Déterminants

Plus en détail

POUR UNE COLLABORATION RENOUVELÉE DANS LES GRANDS LACS ET LE SAINT-LAURENT

POUR UNE COLLABORATION RENOUVELÉE DANS LES GRANDS LACS ET LE SAINT-LAURENT POUR UNE COLLABORATION RENOUVELÉE DANS LES GRANDS LACS ET LE SAINT-LAURENT UN PLAN DE GESTION ADAPTATIVE FACE AUX NIVEAUX D EAU EXTRÊMES Répartition des rôles et responsabilités et tâches proposées RÉDIGÉ

Plus en détail

COMMENT DÉVELOPPER UNE CULTURE DE LA DONNÉE ET DES WEB ANALYTICS

COMMENT DÉVELOPPER UNE CULTURE DE LA DONNÉE ET DES WEB ANALYTICS COMMENT DÉVELOPPER UNE CULTURE DE LA DONNÉE ET DES WEB ANALYTICS Nicolas Prigent Business & Dévelopment on New Media Euromaster/Michelin Thomas Faivre-Duboz Directeur Associé Converteo Notre partenaire

Plus en détail

! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//( 0!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! (

!  #  $ % !&'( ) ** !&'!* ! * $! %! +,-.//( 0!1*! *  2 *3 4 4 '   #! ( ! "#$%$"&! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//(!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! ( 5! * " " ( 5 *6 $ 6! 6 (! *6 6 ( " #!$ 6 * " ( 5 "!&' # 7* (8( #! 3 ( '()* +$" $+%,-)./%! +) $ % * $%!) *!&1!) **1!

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation 1 2 3 4 5 6 Résultats Avancement de l'intégration Banque de Financement et d investissement Banque Privée et Gestion d'actifs Banque de Détail La révolution Internet 1 Une nouvelle

Plus en détail

Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015

Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015 Direction de la Bassée et de l Hydrologie Email : hydrologie@seinegrandslacs.fr Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015 Au 1er mars, les quatre lacs totalisaient un volume de 586.2

Plus en détail

ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF

ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF Banque Nationale de Données pour l'hydrométrie et l'hydrologie Données extraites le 15/05/2009 CARACTERISTIQUES GENERALES D'UNE STATION Généralités Cours

Plus en détail

Le Règlement sur l évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Le Règlement sur l évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées Point de référence Distance minimale du point de référence (en pieds) Système étanche Système non étanche Puits tubulaire scellé 50 50 Autre puits 50 100 Lac ou cours d eau À l extérieur de la rive 50

Plus en détail

Vitodens 200 6-24 kw 24 kw. Vitocell 100-W (500 l)

Vitodens 200 6-24 kw 24 kw. Vitocell 100-W (500 l) 2 x Vitosol 200-T SP2 2m² Surface totale brute:5,76 m² Azimut: 0 Incl.: 40 160 Litre/Jour 45 C Vitodens 200 6-24 kw 24 kw Vitocell 100-W (500 l) Résultats de la simulation annuelle Puissance installée:

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

Présentation des travaux de la. Fabien Spindler, Catherine Pierre-Radenac, David Cachera. Commission Développement Durable 10 avril 2013-1

Présentation des travaux de la. Fabien Spindler, Catherine Pierre-Radenac, David Cachera. Commission Développement Durable 10 avril 2013-1 Présentation des travaux de la Fabien Spindler, Catherine Pierre-Radenac, David Cachera 10 avril 2013-1 Contexte GT DD constitué à la rentrée 2009 Rapport présentant un état des lieux et des propositions

Plus en détail

Ressources en eau et les comptes de l'eau a Maurice

Ressources en eau et les comptes de l'eau a Maurice Ressources en eau et les comptes de l'eau a Maurice Atelier sur les comptes en Eau et des statistiques pour l'afrique du Nord pays francophones, Rabat, Maroc (11 au 13 Septembre 2012) Présenté par: D.

Plus en détail

La modélisation du climat dans les mers intérieures du Canada : baie d Hudson et golfe du Saint-Laurent

La modélisation du climat dans les mers intérieures du Canada : baie d Hudson et golfe du Saint-Laurent La modélisation du climat dans les mers intérieures du Canada : baie d Hudson et golfe du Saint-Laurent Philippe Gachon et François J. Saucier PÊCHES ET OCÉANS CANADA Les modèles climatiques : du global

Plus en détail

SUIVI DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES

SUIVI DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES SUIVI DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES Comment respecter les conditions de suivi des consommations énergétiques reprises dans votre permis d environnement? POURQUOI? Vous êtes gestionnaire d un bâtiment

Plus en détail

REVISION PRIX A LA POMPE ESSENCE ET DIESEL

REVISION PRIX A LA POMPE ESSENCE ET DIESEL REVISION PRIX A LA POMPE ESSENCE ET DIESEL Petroleum Pricing Committee 1 Mars 2013 Le Petroleum Pricing Commitee (PPC) s est réuni ce vendredi 1 mars 2013 et a pris note des facteurs suivant:- La courbe

Plus en détail

Copyright 2010 Yazaki Corp. All rights reserved (Ver.9.00) 11th October 2010

Copyright 2010 Yazaki Corp. All rights reserved (Ver.9.00) 11th October 2010 Profil de la société Profil de la Société YAZAKI TUNISIE Copyright 2010 Yazaki Corp. All rights reserved (Ver.9.00) 11th October 2010 La Tunisie La Tunisie est située à la jonction des bassins oriental

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d Révision quinquennale du plan et des règlements r d urbanismed Consultation publique Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d et d intd intégration architecturale Règlement de construction

Plus en détail

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006 Séminaire modélisation des hydrosystèmes APR VMC 2006 Schéma méthodologique simplifié Scénarios climatiques 2020 I 2040 Modélisation des hydrosystèmes Impact sur la ressource Impact en sur eau la ressource

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

CONSEIL SPÉCIALISÉ oléo-protéagineux fourrages séchés plantes textiles. 14 mars 2013 Observation de la situation mondiale du lin

CONSEIL SPÉCIALISÉ oléo-protéagineux fourrages séchés plantes textiles. 14 mars 2013 Observation de la situation mondiale du lin CONSEIL SPÉCIALISÉ oléo-protéagineux fourrages séchés plantes textiles 14 mars 213 Observation de la situation mondiale du lin 1 Sommaire Les fibres naturelles Quelques généralités sur le lin textile Le

Plus en détail

Rapport statistique De Mars - 2015

Rapport statistique De Mars - 2015 Rapport statistique MOTOCYCLETTES Le mois de mars a été marqué par une remontée significative des ventes en comparaison du même mois de 2014, soit 17 % ou plus de 1000 unités. La catégorie routière a été

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Marchés concernés Rejoignez la tendance Si vous êtes activement impliqué sur le marché des tôles

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

465 866 véhicules vendus en 2014, soit +8,9 % Année historique, dernier record en 2007 avec 458 323 véhicules vendus 18ème mois consécutif de

465 866 véhicules vendus en 2014, soit +8,9 % Année historique, dernier record en 2007 avec 458 323 véhicules vendus 18ème mois consécutif de 465 866 véhicules vendus en 2014, soit +8,9 % Année historique, dernier record en 2007 avec 458 323 véhicules vendus 18ème mois consécutif de croissance pour Volvo Cars Le top 3 monde par marché: Chine

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

Adrem Flash. E-newsletter 18 juin 2013. Investissements publicitaires - Avril 2013

Adrem Flash. E-newsletter 18 juin 2013. Investissements publicitaires - Avril 2013 (keur) (keur) Adrem Flash ONMEDIA Les investissements publicitaires de la période janvier-avril 2013 s élèvent à plus de 1.1 milliard d euros, soit 3% de moins que l an dernier. Évolution du total des

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE LA FACTURE Taux au 1 er novembre 2015 - Zone Sud

ÉLÉMENTS DE LA FACTURE Taux au 1 er novembre 2015 - Zone Sud ÉLÉMENTS DE LA FACTURE - Zone Sud Tarif D 3 (Service à débit stable) - Volume mensuel de 53 700 m³ Services de fourniture du gaz naturel, de gaz de compression et de transport de Gaz Métro GAZ NATUREL

Plus en détail

LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES. Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS

LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES. Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS PEKIN TOKYO SHANGHAI NEW DELHI AHMEDABAD BANGALORE SHENZHEN

Plus en détail

Analyse, par le personnel de l Office, de la demande de modification du plan de mise en valeur du champ White Rose

Analyse, par le personnel de l Office, de la demande de modification du plan de mise en valeur du champ White Rose ANALYSE, PAR LE PERSONNEL DE L OFFICE, DE LA DEMANDE DE MODIFICATION DU PLAN DE MISE EN VALEUR AYANT TRAIT À L ACCROISSEMENT DU VOLUME DE PRODUCTION DU CHAMP WHITE ROSE ISBN n o 978-1-897101-26-1 Table

Plus en détail

MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI. Numéro 19, Juin 2014

MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI. Numéro 19, Juin 2014 MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI Numéro 19, Juin 2014 FAITS SAILLANTS 172 sites demeurent ouverts, correspondants à 28,134 ménages ou 103,565 individus déplacés. Une diminution de 33,978 ménages

Plus en détail

Le secteur Automobile sur Bing avec Microsoft adcenter

Le secteur Automobile sur Bing avec Microsoft adcenter Le secteur Automobile sur Bing avec Microsoft adcenter Typologies d annonceurs couvertes par l étude Constructeurs automobiles (français et étrangers) Distributeurs spécialisés, mandataires et centrales

Plus en détail

SAQ - Section Genevoise

SAQ - Section Genevoise Mon CV Diplôme d ingénieur en 1964 1967-1983 Responsable R+D parties électromagnétiques 1983-1989 Responsable Qualité 1989-1993 Responsable Achats (Out sourcing) 1993-1998 Responsable du processus «Order

Plus en détail

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL Le 13 novembre 2013 Cher client, La mission d est d améliorer la sécurité et le bien-être des professionnels de la santé et des patients

Plus en détail

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés E. Tromellini (1), R. Moletta (2) (1) Magistrato alle Acque, S Marco 2949, 30314 Venise (Italie) elisabetta.tromellini@magisacque.it

Plus en détail

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude Récupération calories pour le et la production d eau chau moins d émissions La récupération calories Pourqui récupérer s calories? Ou plutôt : pourquoi pas? Chaque compresseur à vis transforme 100 % l

Plus en détail

Rapport d étude. Date 17/06/2008 Référence affaire A408023/01 Version 2

Rapport d étude. Date 17/06/2008 Référence affaire A408023/01 Version 2 Estimation des coûts de raccordement au réseau EDF des équipements en micro-centrales dans le cadre du projet de reconstruction des barrages de l Aisne Rapport d étude Date 17/06/2008 Référence affaire

Plus en détail

MARCHES DE SERVICES DE 20 000 A 49 999

MARCHES DE SERVICES DE 20 000 A 49 999 MARCHES DE SERVICES DE 20 000 A 49 999 060837 MPAF 060839 MA30 000019 AOO FÊTES DE FIN D'ANNEE 2006 Lot 5 : Montage et Démontage des châlets FÊTES DE FIN D'ANNEE 2006 Spectacle laser Entretien des grands

Plus en détail

Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015. Préparés pour l Association des banquiers canadiens

Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015. Préparés pour l Association des banquiers canadiens Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015 Préparés pour l Association des banquiers canadiens Méthodologie 2014 Total 1 040 Région atlantique Québec Ontario Manitoba/Saskatchewan

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI Dr Max MILLIEN PLAN DE LA PRESENTATION Coup d œil sur les menaces et catastrophes naturelles en Haïti Vulnérabilité d Haïti par rapport

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

SWISS transporte davantage de passagers en avril

SWISS transporte davantage de passagers en avril Communiqué de presse Aéroport de Zurich, le 10 mai Statistiques de trafic SWISS transporte davantage de passagers en avril Swiss International Air Lines a transporté 1 378 264 passagers au mois d avril

Plus en détail

LOIS PUBLIEES EN 2008 S/No Intitulé de la loi publiée No de la Loi. Date de la Loi. No du JO

LOIS PUBLIEES EN 2008 S/No Intitulé de la loi publiée No de la Loi. Date de la Loi. No du JO S/No Intitulé de la loi publiée No de la Loi Date de la Loi No du JO Date du JO 1 Loi portant régime des travaux communautaires au Rwanda 53/2007 17-Nov-07 2 15-Jan-08 2 Loi autorisant la ratification

Plus en détail

Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14. Maroc Janvier 2010 Français. Passenger

Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14. Maroc Janvier 2010 Français. Passenger Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14 Maroc Janvier 2010 Français Passenger i CHAPITRE 14 PROCEDURES LOCALES PREAMBULE: Ce document (Chapitre 14) couvre les procédures opérationnelles

Plus en détail

MARCHE GLOBAL DE LA GLYCERINE 2007-2009

MARCHE GLOBAL DE LA GLYCERINE 2007-2009 MARCHE GLOBAL DE LA GLYCERINE 2007-2009 A. Pourquoi les prix de la glycérine ont augmenté aussi rapidement? B. Comment évolueront les prix de la glycérine d ici à 2009? HB International SAS 26 bis rue

Plus en détail

La mise en œuvre de Centres de services -

La mise en œuvre de Centres de services - Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. La mise en œuvre de Centres de services - Retour d expérience Crédit Agricole Corporate and Investment Bank Julien KOKOCINSKI

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes 26 Mai 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Si le montant de dette des pays PIG est relativement

Plus en détail

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015 Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015 18 juin 2015 1 Alan Parker Président 2 Agenda i. Synthèse ii. iii. iv. Comptes annuels Les 4D Initiatives de croissance 3 Synthèse 4 Nouvelle Confiance

Plus en détail

Tendances du Marché Publicitaire

Tendances du Marché Publicitaire Tendances du Marché Publicitaire Rapport 2015/07 Compte-rendu mensuel de l évolution du marché suisse de la publicité Les points culminants en juillet 2 Pression publicitaire pour l ensemble du marché

Plus en détail

La vice-présidente du comité exécutif ouvre et préside la séance. Il est constaté le quorum et la suffisance des avis de convocation.

La vice-présidente du comité exécutif ouvre et préside la séance. Il est constaté le quorum et la suffisance des avis de convocation. De la séance du Comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Québec, tenue par conférence téléphonique au siège social de la CMQ au 1130, route de l'église à Québec, arrondissement de Sainte-Foy-Sillery,

Plus en détail

5½ À partir de 1475$ /MOIS

5½ À partir de 1475$ /MOIS 5½ 1475$ TYPE A : 1500 pi 2 TYPE B : 1250 pi 2 4½ 1350$ TYPE C : 1230 pi 2 4½ 1350$ TYPE D : 1200 pi 2 4½ 1350$ TYPE E : 1500 pi 2 5½ 1475$ 3½ 1100$ TYPE F : 800 pi 2 3½ 1100$ TYPE G : 850 pi 2 TYPE H

Plus en détail

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET TRANSPORT MARITIME SUR LE SAINT-LAURENT ÉTUDE EXPLORATOIRE D OPTIONS D ADAPTATION

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET TRANSPORT MARITIME SUR LE SAINT-LAURENT ÉTUDE EXPLORATOIRE D OPTIONS D ADAPTATION CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET TRANSPORT MARITIME SUR LE SAINT-LAURENT ÉTUDE EXPLORATOIRE D OPTIONS D ADAPTATION AVERTISSEMENT Ce document se veut une étude exploratoire face au sujet traité. Les opinions

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa 1 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SOUSS MASSA - AGADIR 2 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGION DU SOUSS MASSA ET DRAA 5 provinces et préfectures 30.000 km2 1,9 Millions

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA VILLE DE VILLE-MARIE

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA VILLE DE VILLE-MARIE PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA VILLE DE VILLE-MARIE 19 mai 2015 À une séance régulière du conseil municipal tenue au lieu habituel des délibérations le mardi 19 mai 2015, à 20

Plus en détail

L expertise pour conduire vos projets de géothermie

L expertise pour conduire vos projets de géothermie L expertise pour conduire vos projets de géothermie La solution apportée par est le spécialiste de la production de chaud et/ou froid utilisant la ressource du sol pour les installations de moyenne et

Plus en détail

CALENDRIER LE DÉJEUNER SUR L'HERBE 2013

CALENDRIER LE DÉJEUNER SUR L'HERBE 2013 CALENDRIER LE DÉJEUNER SUR L'HERBE 2013 Concertation Conception Plans maquettes prototypes Construction en plein air At.cuisine At.graphisme Exposition plans prototypes Communication Valorisation sur supports

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA NAVIGATION DE PLAISANCE AU QUÉBEC

ÉTUDE SUR LA NAVIGATION DE PLAISANCE AU QUÉBEC ÉTUDE SUR LA NAVIGATION DE PLAISANCE AU QUÉBEC Direction des politiques et de l'économique Pêches et Océans Canada, région r du Mars 2004 Plan de la présentation 1. Au 2. Région de Montréal : 2.1 Montréal

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

XBRL France. Groupe Solvabilité II 27 janvier 2015

XBRL France. Groupe Solvabilité II 27 janvier 2015 XBRL France Groupe Solvabilité II 27 janvier 2015 Ordre du jour Coopération avec XBRL Belgique et XBRL Europe Situation pour les taxonomies Réunion ACPR du 4 février Remises préparatoires Questions non

Plus en détail

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta L ensemble des documents, sauf mention contraire, est issu de l IRD (Institut pour la Recherche et le Développement) Doc. 1

Plus en détail

Tendances du Marché Publicitaire

Tendances du Marché Publicitaire Tendances du Marché Publicitaire Rapport 2015/09 Compte-rendu mensuel de l évolution du marché suisse de la publicité Les points culminants en septembre 2 Pression publicitaire pour l ensemble du marché

Plus en détail

Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance

Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance Le nouveau mode de paiement de la prime d assurance Présentation à 11 juin 2010 à Montréal 1 Partie 1 Nouveau mode de paiement de la prime d assurance 0. Historique 1. Solution général 2. Décision de classification

Plus en détail

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz L ANALYSE TECHNIQUE Initiation TradingCity.biz 1 Analyse Technique " L analyse technique est l étude de l évolution d un marché principalement sur base de graphique, dans le but de prévoir les futures

Plus en détail