Réunion publique/téléconférence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion publique/téléconférence"

Transcription

1 Réunion publique/téléconférence Dorval Cornwall Kingston Watertown Oswego Burlington Rochester Kingston/Oswego Téléconférence: (français) (anglais) Appeler entre 18h45-18h55 1

2 La régularisation du lac Ontario : Traité des eaux limitrophes de 1909 Établit la CMI Établit l ordre de préséance des parties concernées Ordonnance d approbation de la CMI de 1952 Approuve la construction de projets hydroélectriques qui permettent le contrôle des débits du lac Ontario Ordonnance supplémentaire de 1956 Définit des critères compatibles avec le Traité Plan 1958-D Établit une méthode de gestion des débits du lac Ontario 2

3 NIVEAUX D EAU Réel* Comparé à 19 sept 2013 Moyenne de sept** Année passée Lac Supérieur 183,47 m (601,94 pi.) -6 cm (-2 po.) 31 cm (12 po.) Lacs Michigan-Huron 176,03 m (577,53 pi.) -46 cm (-18 po.) 18 cm (7 po.) Lac Érié 174,12 m (571,26 pi.) -4 cm (-2 po.) 23 cm (9 po.) Lac Ontario 74,74 m (245,21 pi.) idem 24 cm (9 po.) Lac Saint-Laurent 73,20 m (240,55 pi.) 3 cm (1 po.) -12 cm (-5 po.) Lac Saint-Louis 21,0 m (68,90 pi.) -12 cm (-5 po.) 37 cm (15 po.) Port de Montréal 5,95 m (19,52 pi.) -23 cm (-9 po.) 65 cm (26 po.) * Données préliminaires ** Données historiques: Grands Lacs: ; fleuve Saint-Laurent : ; Montréal:

4 Facteurs environnementaux qui influencent les niveaux d eaux Facteurs naturels Débit du lac Érié (80 % des apports en moyenne) Vent Évaporation Précipitations Ruissellement Débit de la rivière des Outaouais, (qui varie beaucoup durant l année) Lac Saint-Laurent Chutes Niagara Lac Ontario Fleuve Saint-Laurent Montréal Facteur régularisé Débit au barrage Moses-Saunders Facteur naturel Infiltration des eaux souterraines

5 Apports totaux nets (m 3 /s) Apports mensuels totaux nets au lac Ontario J F M A M J J A S O N D Min Max Moy. ( ) Mois 5

6 6

7 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LACS MICHIGAN-HURON, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Maximum/Minimum ( ) Oct-12 Oct-13 Oct Jan-12 Feb-12 Mar-12 Jul-12 Aug-12 Sep-12 Jun-12 May-12 Apr-12 Nov-12 Dec-12 Jan-13 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Jun-13 May-13 Apr-13 Nov-13 Dec-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Jun-14 May-14 Apr-14 Nov-14 Dec Moyenne ( ) Enregistré Niveau de référence 5% 50% Jan-12 Apr-12 Feb-12 Mar-12 Jul-12 Jun-12 Aug-12 Sep-12 May-12 Oct-12 Nov-12 Dec-12 Jan-13 Apr-13 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Jun-13 Aug-13 Sep-13 May-13 Oct-13 Nov-13 Dec-13 Jan-14 Apr-14 Feb-14 Mar-14 Jul-14 Jun-14 Aug-14 Sep-14 May-14 Oct-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95%

13 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LAC ÉRIÉ, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Jan-12 Feb-12 Mar-12 Apr-12 May-12 Jun-12 Jul-12 Jun-13 Jul-13 Apr-13 May-13 Apr-14 May-14 Aug-12 Oct-12 Aug-13 Oct-13 Dec-12 Dec-13 Mar-13 Mar-14 Nov-12 Jan-13 Nov-13 Jan-14 Sep-12 Sep-13 Feb-13 Maximum/Minimum ( ) Feb-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov-14 Dec Enregistré Moyenne ( ) % % Niveau de référence 95% Apr-12 May-12 Jun-12 Jul-12 Aug-12 Sep-12 Apr-13 May-13 Jun-13 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Apr-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep Oct-12 Oct-13 Oct Jan-12 Mar-12 Feb-12 Nov-12 Jan-13 Dec-12 Mar-13 Feb-13 Nov-13 Jan-14 Dec-13 Mar-14 Feb-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

14 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) LAC ONTARIO, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU 75.7 Jun-12 May-12 Jun-13 May-13 Jun-14 May Apr-12 Jul-12 Aug-12 Apr-13 Jul-13 Maximum/Minimum ( ) Critère (h) Aug-13 Apr-14 Jul-14 Aug Mar-12 Sep-12 Mar-13 Sep-13 Mar-14 Sep Jan-12 Feb-12 Enregistré Moyenne ( ) Feb-13 Oct-12 Dec-12 Nov-12 Jan-13 Feb-14 Oct-13 Dec-13 Nov-13 Jan-14 5% Oct-14 Dec-14 Nov % Niveau de référence Jun-12 Jul-12 May-12 Critère (j) Jun-13 Jul-13 May-13 95% Jun-14 Jul-14 May Mar-12 Apr-12 Aug-12 Sep-12 Mar-13 Apr-13 Aug-13 Sep-13 Mar-14 Apr-14 Aug-14 Sep Jan-12 Feb-12 Oct-12 Jan-13 Feb-13 Nov-12 Dec-12 Oct-13 Jan-14 Feb-14 Nov-13 Dec-13 Oct-14 Nov-14 Dec-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

15 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) 22.6 LAC SAINT-LOUIS, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU May-12 May-13 May Apr-12 Maximum/Minimum ( ) Apr-13 Apr Jun-12 Jun-13 Jun Feb-12 Mar-12 Jul-12 Feb-13 Mar-13 Jul-13 Feb-14 Mar-14 Jul Jan-12 Aug-12 Sep-12 Nov-12 Oct-12 Dec-12 Jan-13 Aug-13 Sep-13 Nov-13 Oct-13 Dec-13 Jan-14 5% Aug-14 Sep-14 Nov-14 Oct-14 Dec Moyenne ( ) % Jan-12 Jan-13 Cote Feb-12 basse d'alerte de la Voie Maritime Feb-13 Mar-12 Apr-12 May-12 Jul-12 Jun-12 Enregistré Aug-12 Sep-12 Oct-12 Dec-12 Nov-12 Mar-13 Apr-13 May-13 Jul-13 Jun-13 Aug-13 Sep-13 Oct-13 Dec-13 Nov-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Apr-14 May-14 Jul-14 Jun-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Dec-14 Nov-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95%

16 MÈTRES (RIGL 1985) PIEDS (RIGL 1985) Feb-12 Jan-12 Mar-12 Apr-12 PORT DE MONTRÉAL, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU May-12 Jun-12 Jul-12 Nov-12 Aug-12 Dec-12 Oct-12 Sep-12 Feb-13 Jan-13 Maximum/Minimum ( ) Mar-13 Apr-13 May-13 Jun-13 Moyenne ( ) Jul-13 Nov-13 Aug-13 Dec-13 Oct-13 Sep-13 Feb-14 Jan-14 Mar-14 5% Apr-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Nov-14 Aug-14 Dec-14 Oct-14 Sep Enregistré 50% Apr-12 Apr-13 Apr Mar-12 Jan-12 Feb-12 Niveau de référence May-12 Jun-12 Nov-12 Jul-12 Oct-12 Aug-12 Sep-12 Mar-13 Dec-12 Jan-13 Feb-13 May-13 Jun-13 Nov-13 Jul-13 Oct-13 Aug-13 Sep-13 Mar-14 Dec-13 Jan-14 Feb-14 May-14 Jun-14 Nov-14 Jul-14 Oct-14 Aug-14 Sep-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D 95% Dec

17 Stratégie de régularisation proposée Le niveau du lac Ontario oscille autour des normales et est 2,7 cm au-dessus du niveau prescrit par le Plan 1958-D. Le Conseil a l intention de fixer les débits en conformité avec le Plan de régularisation 1958-D et de conserver l eau emmagasinée dans le lac Ontario. Des débits plus faibles ou plus forts que ceux prescrits par le Plan pourront être nécessaires pour pallier à des besoins critiques. 17

18 Réunion publique/téléconférence Dorval Cornwall Kingston Watertown Oswego Burlington Rochester Kingston/Oswego Téléconférence: (français) (anglais) Appeler entre 18h45-18h55 18

19 Information supplémentaire 19

20 20

21 21

22 22

23 MÈTRES (RIGL 1985) Sep-13 PIEDS (RIGL 1985) LAC SUPÉRIEUR, PRÉVISION MENSUELLE DE NIVEAU D'EAU Maximum/Minimum ( ) Jul-12 Oct-12 Nov-12 Aug-12 Sep-12 Dec-12 Jul-13 Oct-13 Nov-13 Aug-13 Sep-13 Dec-13 Jul-14 Oct-14 Nov-14 Aug-14 Sep-14 Dec Jan-12 Feb-12 Mar-12 Apr-12 Jun-12 May-12 Jun-12 Moyenne ( ) Jul-12 Aug-12 Sep-12 Oct-12 Nov-12 Jan-13 Feb-13 Mar-13 Apr-13 Jun-13 May-13 Jun-13 Jul-13 Aug-13 Oct-13 Nov-13 Jan-14 Feb-14 Mar-14 Apr-14 Jun-14 May-14 Jun-14 Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov Dec-12 Dec-13 Dec-14 Jan-12 Feb-12 Apr-12 May-12 May-13 Jan-13 Jan-14 Enregistré 5% Feb-13 Apr-13 Feb-14 Apr-14 May-14 Mar-12 Mar-13 Mar Niveau de référence 50% Jul-12 Aug-12 Sep-12 Oct-12 Nov-12 Dec-12 Jul-13 Aug-13 Sep-13 Oct-13 Nov-13 Dec-13 95% Jul-14 Aug-14 Sep-14 Oct-14 Nov-14 Dec Jan-12 Jun-12 Jan-13 Jun-13 Jan-14 Jun Feb-12 May-12 Mar-12 Apr-12 Feb-13 May-13 Mar-13 Apr-13 Feb-14 May-14 Mar-14 Apr-14 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

24 Précipitation (mm) 225 Précipitations mensuelles dans le bassin du lac Ontario J F M A M J J A S O N D Mois Min Max Moy. ( )

25 Débit sortant (m 3 /s) 8000 Débits mensuels du lac Érié J F M A M J J A S O N D Mois Min Max Moy. ( )

26 26

27 27

28 Résumé des Critères de la CMI (1956) a) Ne pas réduire le niveau minimal dans le port de Montréal au dessous du niveau qui aurait été atteint dans le passé avec des apports semblables (sans régularisation). b) En hiver, maintenir les débits aussi élevés que possible. c) Durant la débâcle, les débits dans le port de Montréal ne doivent pas être plus élevés que ceux non régularisés. d) Durant la crue de la rivière des Outaouais, les débits ne doivent pas être supérieurs à ceux non régularisés. e) Maintenir les débits minimums aussi élevés que possible. f) Maintenir les débits maximums aussi faibles que possible 28

29 Résumé des Critères de la CMI (suite) g) Réduire les niveaux extrêmes dans le lac Ontario. h) Maintenir la moyenne mensuelle maximale du niveau du lac Ontario sous 75,37 m (247,3 pi). i) Réduire la fréquence des niveaux moyens mensuels au-dessus de 75,07 m (246,3 pi) par rapport aux niveaux non régularisés. j) Durant la saison de navigation, maintenir le niveau mensuel moyen minimum au-dessus de 74,15 m (243,3 pi). k) Si les apports en eau sont plus élevés que par le passé, favoriser les riverains. Si les apports en eau sont plus faibles que par le passé, favoriser la navigation et la production d hydro-électricité. 29

30 Les ordonnances de la CMI précisent également : des niveaux minimums pour la navigation sur le lac Saint-Laurent; une vitesse d eau maximale dans le fleuve pour garantir une navigation sécuritaire; que le barrage Iroquois doit réduire les niveaux d eau élevés dans le lac Saint-Laurent. 30

CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour

CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour CENT DIX-HUITIÈME RAPPORT D ÉTAPE présenté à la COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE par le CONSEIL INTERNATIONAL DE CONTRÔLE DU FLEUVE SAINT-LAURENT pour la période DU 22 MARS AU 19 SEPTEMBRE 2012 19 SEPTEMBRE

Plus en détail

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS DIRECTIVE INTRODUCTION Au cours du siècle passé, la Commission

Plus en détail

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I Mini réseau hybride en Afrique Central Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I SOMMAIRE DONNEES SUR L AFRIQUE CENTRALE ENERGIE RENOUVELABLE EN AFRIQUE CENTRALE ETUDE

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Impact on revenue requirements no Description (000$)

Impact on revenue requirements no Description (000$) IMPACT OF THE CHANGE IN COST OF GAS ON THE REVENUE REQUIREMENT RESULTING FROM THE 2010 VOLUMES COMPONENTS: Transportation, load balancing and commodity 2010 RATE CASE Impact on revenue Line requirements

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ. En Corse

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ. En Corse CONDITIONS GENERALES DE LOCATION HERTZ En Corse ATTENTION : 1- En cas de non présentation du client (no show) ou en cas de non présentation des documents nécessaires à la location (permis de conduire,

Plus en détail

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com Conférence téléphonique mercredi 6 octobre 2010 11 heures 223, rue Saint honoré 75001 PARIS Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com THEMES DE LA CONFERENCE TELEPHONIQUE 1 ère

Plus en détail

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale

Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Session L usager partenaire de la viabilité hivernale Président : Yves ROBICHON CF AIPCR Modérateur : Didier GILOPPÉ Cerema Exemple de démarche Développement Durable, la Ville de Sherbrooke à partir d

Plus en détail

Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet

Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet Analyse empirique et modélisation de la dynamique de la topologie de l Internet Sergey Kirgizov Directrice de thèse: Clémence Magnien Complex Networks, LIP6, (UPMC, CNRS) Paris, 12 décembre 2014 Plan 1

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Rapport statistique De Mars - 2015

Rapport statistique De Mars - 2015 Rapport statistique MOTOCYCLETTES Le mois de mars a été marqué par une remontée significative des ventes en comparaison du même mois de 2014, soit 17 % ou plus de 1000 unités. La catégorie routière a été

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Marchés concernés Rejoignez la tendance Si vous êtes activement impliqué sur le marché des tôles

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES. Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS

LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES. Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS LE RÉSEAU INTERNATIONAL D IMPLANTATION D ENTREPRISES Philippe CHAMPEMOND Directeur Adjoint Erai Chine S IMPLANTER EN CHINE STRATEGIES & SOLUTIONS PEKIN TOKYO SHANGHAI NEW DELHI AHMEDABAD BANGALORE SHENZHEN

Plus en détail

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL

URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL URGENT: RAPPEL VOLONTAIRE DES SCALPELS DE SÉCURITÉ LESTÉS ANSELL SANDEL Le 13 novembre 2013 Cher client, La mission d est d améliorer la sécurité et le bien-être des professionnels de la santé et des patients

Plus en détail

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés

Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés Traitement des eaux usées de la ville de Venise par des systèmes décentralisés E. Tromellini (1), R. Moletta (2) (1) Magistrato alle Acque, S Marco 2949, 30314 Venise (Italie) elisabetta.tromellini@magisacque.it

Plus en détail

Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015. Préparés pour l Association des banquiers canadiens

Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015. Préparés pour l Association des banquiers canadiens Résultats de l enquête Ce que pensent les Canadiens de leurs banques Janvier 2015 Préparés pour l Association des banquiers canadiens Méthodologie 2014 Total 1 040 Région atlantique Québec Ontario Manitoba/Saskatchewan

Plus en détail

La mise en œuvre de Centres de services -

La mise en œuvre de Centres de services - Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. La mise en œuvre de Centres de services - Retour d expérience Crédit Agricole Corporate and Investment Bank Julien KOKOCINSKI

Plus en détail

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015

Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015. 18 juin 2015 Résultats annuels Exercice clos au 30 avril 2015 18 juin 2015 1 Alan Parker Président 2 Agenda i. Synthèse ii. iii. iv. Comptes annuels Les 4D Initiatives de croissance 3 Synthèse 4 Nouvelle Confiance

Plus en détail

Analyse, par le personnel de l Office, de la demande de modification du plan de mise en valeur du champ White Rose

Analyse, par le personnel de l Office, de la demande de modification du plan de mise en valeur du champ White Rose ANALYSE, PAR LE PERSONNEL DE L OFFICE, DE LA DEMANDE DE MODIFICATION DU PLAN DE MISE EN VALEUR AYANT TRAIT À L ACCROISSEMENT DU VOLUME DE PRODUCTION DU CHAMP WHITE ROSE ISBN n o 978-1-897101-26-1 Table

Plus en détail

Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14. Maroc Janvier 2010 Français. Passenger

Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14. Maroc Janvier 2010 Français. Passenger Manuel BSP Agences de voyages - Maroc Procédures Locales Chapitre 14 Maroc Janvier 2010 Français Passenger i CHAPITRE 14 PROCEDURES LOCALES PREAMBULE: Ce document (Chapitre 14) couvre les procédures opérationnelles

Plus en détail

Tendances du Marché Publicitaire

Tendances du Marché Publicitaire Tendances du Marché Publicitaire Rapport 2015/07 Compte-rendu mensuel de l évolution du marché suisse de la publicité Les points culminants en juillet 2 Pression publicitaire pour l ensemble du marché

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Skandia 1, 1, rue de la la Pépinière 75008 PARIS Tél : 01 58 22 27 00 Fax : 01 58 22 27 09 E-mail : servicepartenaires@skandia.fr

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de direction Commission mixte internationale Windsor (Ontario) Du 12 au 14 juin 2012

Compte rendu de la réunion de direction Commission mixte internationale Windsor (Ontario) Du 12 au 14 juin 2012 Compte rendu de la réunion de direction Commission mixte internationale Windsor (Ontario) Du 12 au 14 juin 2012 La Commission mixte internationale tient une réunion de direction dans son bureau régional

Plus en détail

L expertise pour conduire vos projets de géothermie

L expertise pour conduire vos projets de géothermie L expertise pour conduire vos projets de géothermie La solution apportée par est le spécialiste de la production de chaud et/ou froid utilisant la ressource du sol pour les installations de moyenne et

Plus en détail

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz L ANALYSE TECHNIQUE Initiation TradingCity.biz 1 Analyse Technique " L analyse technique est l étude de l évolution d un marché principalement sur base de graphique, dans le but de prévoir les futures

Plus en détail

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude Récupération calories pour le et la production d eau chau moins d émissions La récupération calories Pourqui récupérer s calories? Ou plutôt : pourquoi pas? Chaque compresseur à vis transforme 100 % l

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

SMART Manufacturing. Alcoa, Produits primaires mondiaux. Séminaire régional OSIsoft Montréal : 16 Septembre 2014

SMART Manufacturing. Alcoa, Produits primaires mondiaux. Séminaire régional OSIsoft Montréal : 16 Septembre 2014 SMART Manufacturing Alcoa, Produits primaires mondiaux Séminaire régional OSIsoft Montréal : 16 Septembre 2014 1 Survol du projet - SMART Manufacturing Bruno Longchamps, ing. Leader, Projet SMART Manufacturing

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015 Calendrier officiel des 2015-2016 Date des 2 premières Cours de jour : Mercredi 26 août 2015 Mardi 8 septembre 2015 du 1 e juin au 8 juillet ET du 3 au 5 août 2015 Cours de soir : Inscriptions les lundis

Plus en détail

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Le réseau Société Générale UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Alain Brunet Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Une utilisation massive et un impact important sur notre exploitation Une

Plus en détail

L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE.

L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE. L ENERGIE HYDRAULIQUE FICHE TECHNIQUE. I. PRINCIPE L énergie hydroélectrique nécessite un cours d eau ou une retenue d eau. La centrale exploite l énergie potentielle créée par le dénivelé de la chute

Plus en détail

Dates and deadlines 2013 2014

Dates and deadlines 2013 2014 (Version française à la page 3) Dates and deadlines 2013 2014 The following are proposed dates and deadlines for the annual renewal cycle. Clubs in BC and Alberta, please note: you may have deadlines preceding

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DES FILIÈRES AGRICOLES: L EXPERIENCE DU PROJET MISTOWA. Plan

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DES FILIÈRES AGRICOLES: L EXPERIENCE DU PROJET MISTOWA. Plan LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DES FILIÈRES AGRICOLES: L EXPERIENCE DU PROJET MISTOWA Plan Le Projet MISTOWA Activités et Outils Quelques résultats Leçons et recommandations MISTOWA En Bref

Plus en détail

Participation à une audience publique

Participation à une audience publique Participation à une audience publique Projets Énergie Est / Réseau principal Est Hiver 2015 1 Participation à une audience publique Bienvenue la présentation de l Office national de l énergie commencera

Plus en détail

Colloque sur la retraite et les placements au Québec

Colloque sur la retraite et les placements au Québec 20 novembre 2014 Colloque sur la retraite et les placements au Québec Denis Senécal, M.Sc. Premier vice-président & chef des placements, Titres à revenu fixe Stratégies de placement obligataire et solutions

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

L intégration d Internet dans sa stratégie marketing

L intégration d Internet dans sa stratégie marketing L intégration d Internet d dans sa stratégie marketing Inforum 5 octobre 2007 David Sadigh, Managing Partner dsadigh@ic-agency.com Leader indépendant dans le marketing interactif IC-Agency est une société

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Comptabilité énergétique

Comptabilité énergétique Comptabilité énergétique :: Willy Otto :: Product Manager :: 2 mars 28 Plan de l exposé :: Comptabilité énergétique - Quoi? Pourquoi? Qui? - En pratique - Exemples - Critères - La comptabilité énergétique

Plus en détail

Rivière Romaine, rivière d eaux vives. André Charest et Yann Troutet

Rivière Romaine, rivière d eaux vives. André Charest et Yann Troutet Rivière Romaine, rivière d eaux vives André Charest et Yann Troutet «Les transformations qui toucheront la Romaine n auront pas d effet notable sur l offre ni sur la pratique d activités de canotage et

Plus en détail

1- POWERNEXT GAS EN 2008 : UN LANCEMENT PROMETTEUR 2- LES CONDITIONS DE MARCHE EN 2008

1- POWERNEXT GAS EN 2008 : UN LANCEMENT PROMETTEUR 2- LES CONDITIONS DE MARCHE EN 2008 Powernext Day-Ahead Powernext Futures Powernext Gas Spot Powernext Gas Futures Bilan d activité des marchés 2008 1- POWERNEXT GAS EN 2008 : UN LANCEMENT PROMETTEUR POURQUOI LANCER UN MARCHE ORGANISE DU

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

L opportunité du mobile : Comment capter jusqu à 200 % du trafic perdu

L opportunité du mobile : Comment capter jusqu à 200 % du trafic perdu Juin 2014 Rapport BrightEdge sur la part du trafic mobile L opportunité du mobile : Comment capter jusqu à 200 % du trafic perdu Vous entendez sans doute dire depuis un certain temps que l optimisation

Plus en détail

Les dates SAS expliquées à ma fille

Les dates SAS expliquées à ma fille Les dates SAS expliquées à ma fille Eternel sujet de questionnements, les dates SAS ont un fonctionnement qui a tout pour surprendre. Petite série d explications avant qu il vous prenne l envie de passer

Plus en détail

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques Par Philippe PARENT Institution des Wateringues Par Philippe PARENT Institution

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel RAPPORT T1 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR PÉTROLE ET GAZ NATUREL Prix au détail moyens de l essence ordinaire et du diesel à l'échelle provinciale ($/L) Prix du gaz naturel en vigueur pour le commerce

Plus en détail

DynAmiser vos investissements

DynAmiser vos investissements DynAmiser vos investissements Aequam en quelques mots Jeune entreprise indépendante et innovante Agréée AMF n GP-10000038 Incubée par le Pôle Sponsorisée par Fondatrice de Savoir-faire / Innovation 5 associés

Plus en détail

NE TENTE PAS LA CHANCE

NE TENTE PAS LA CHANCE NE TENTE PAS LA CHANCE Ce que tu dois savoir au sujet de la sécurité près des barrages, des centrales hydroélectriques et des cours d eau à proximité. Énergie Yukon NE TENTE PAS LA CHANCE Le guide pour

Plus en détail

PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES

PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES OTTAVIANI SAS 21 rue Grignan BP 330 13177 Marseille CEDEX 20 Tel : +33 (0)4 91 33 02 55 Fax +33 (0)4 91 54 71 46 contact@groupassurenergies.com PROPOSITION D'ASSURANCE DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES 1.

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques Energies renouvelables Leader mondial en systèmes solaires thermiques Un choix de 3 collecteurs Tous nos collecteurs fonctionnent selon le système plug and play (branchez et ça marche) et sont disponibles

Plus en détail

CHAPITRE 10. Bibliographies. 10.1 Insérer une bibliographie. Références

CHAPITRE 10. Bibliographies. 10.1 Insérer une bibliographie. Références CHAPITRE 10 Bibliographies Dans ce chapitre, on va voir comment insérer une bibliographie en utilisant l outil BibT E X. On verra qu il y a deux manières d en insérer une dans un fichier. La seconde permet

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de Janvier 2012 Catalogue par thématiques Microsoft Office 2010 - http://tinyurl.com/formation-office2010 485 vidéos - 38 heures de formation Word, Excel, PowerPoint, Outlook, Access, Publisher,

Plus en détail

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement Revoir votre stratégie d investissement Investir dans les fonds communs de placement AGF INVESTMENTS Quels sont vos rêves sur le plan fi nancier? Nous avons tous des rêves différents qu il s agisse de

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité de l Ontario

Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité de l Ontario 333, rue Bay Bureau 1250 Toronto ON M5H 2R2 416 927-1641 téléphone 416 927-0541 télécopieur Note de service Destinataire : Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité

Plus en détail

Avril 2014 FC 154/4. Cent cinquante-quatrième session. Rome, 26-30 mai 2014. Rapport sur les placements 2013

Avril 2014 FC 154/4. Cent cinquante-quatrième session. Rome, 26-30 mai 2014. Rapport sur les placements 2013 Avril 2014 FC 154/4 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-quatrième session Rome, 26-30 mai 2014 Rapport sur les placements 2013 Pour toute question relative au contenu du présent document, prière de s'adresser

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Société Hydraulique d Etudes et de Missions d Assistance François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 196 Avenue Thiers

Société Hydraulique d Etudes et de Missions d Assistance François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 196 Avenue Thiers François COLLOMBAT Tél. 06.73.37.83.20 Fax 04.69.65.51.95 Page 1 sur 9 1. Le site de Moulin La Roche à COMMER en Mayenne : une nouvelle technologie dans un moulin réhabilité 2. La turbine VLH : Un concept

Plus en détail

LaFourchette.com IMC AWARD E-COMMERCE

LaFourchette.com IMC AWARD E-COMMERCE LaFourchette.com IMC AWARD E-COMMERCE Problématique & objectifs DEVENIR LE LEADER DE L INTERMÉDIATION DE RESTAURANTS EN EUROPE Mettre en relation les internautes et les restaurateurs Permettre aux premiers

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Le roseau et l avenir de l eau Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Stéphane TROESCH Journée Techn Eau 11/04/2012 Avancées et innovations en phytoépuration 2 Principe de fonctionnement

Plus en détail

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public.

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public. Section C CONSIGNES DE SÉCURITÉ ET AUTRES À L INTENTION DES PERSONNES NON MEMBRES DU PERSONNEL CN APPELÉES À TRAVAILLER SUR UNE EMPRISE FERROVIAIRE (L «EMPRISE CN») Introduction Le présent document décrit

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 RÉUNION SFAF PARIS, LE 21 FÉVRIER 2014

RÉSULTATS 2013 RÉUNION SFAF PARIS, LE 21 FÉVRIER 2014 RÉSULTATS 2013 RÉUNION SFAF PARIS, LE 21 FÉVRIER 2014 DES ALLIAGES, DES MINERAIS ET DES HOMMES. DES ALLIAGES, DES MINERAIS ET DES HOMMES. SOMMAIRE RÉSULTATS 2013 3 ACTIVITÉ DES BRANCHES 15 PERSPECTIVES

Plus en détail

Cours d analyse technique. Henri Janssen INVESTA

Cours d analyse technique. Henri Janssen INVESTA Cours d analyse technique Henri Janssen INVESTA hj@benetis.be www.geocities.com/easylink2000 Moyennes mobiles, sommaire Définitions et calcul des moyennes mobiles SMA, EMA, WMA Les moyennes mobiles et

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

Le marché hypothécaire en Suisse vue par une compagnie d'assurances. Wendelin Brand Directeur Chef du centre hypothécaire Winterthur

Le marché hypothécaire en Suisse vue par une compagnie d'assurances. Wendelin Brand Directeur Chef du centre hypothécaire Winterthur Le marché hypothécaire en Suisse vue par une compagnie d'assurances Wendelin Brand Directeur Chef du centre hypothécaire Winterthur 9 mai 2006 Le marché hypothécaire en Suisse 800 600 400 200 0 Mia. CHF

Plus en détail

Indicateur du Marché du Transport (Transport Market Monitor)

Indicateur du Marché du Transport (Transport Market Monitor) Indicateur du Marché du Transport (Transport Market Monitor) La récupération des prix du transport est encore loin Édition : 11 (Mai 2012) Ce document confidentiel est la propriété de Capgemini et TRANSPOREON

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT

RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 11-010 RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BÂTIMENTS CONTRE LES REFOULEMENTS D ÉGOUT Vu les articles 118, 119 et 120 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

Les informations sur l accessibilité et les conditions d accès pour les vélos sont disponibles sur eurostar.com.

Les informations sur l accessibilité et les conditions d accès pour les vélos sont disponibles sur eurostar.com. Performance qualité de service Eurostar Sommaire 1) Informations voyage et achat de billets 2) Ponctualité et annulations 3) Propreté 4) Satisfaction clients 5) Plaintes et compensation 6) Assistance 1)

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES

Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES Ecole Nationale du Génie de l Eau et de l Environnement de Strasbourg ANALYSE DES IMPACTS DES ETIAGES DE LA RIVIERE MONTMORENCY SUR LES USAGES DE LA RESSOURCE EN EAU Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

Activité en vulnérabilité, impacts et adaptation PACC 26. Rapport final présenté à Ouranos et aux différents acteurs du milieu

Activité en vulnérabilité, impacts et adaptation PACC 26. Rapport final présenté à Ouranos et aux différents acteurs du milieu Intégration de l impact des changements climatiques (CC) dans la détermination des crues maximales probables (CMP) afin d appuyer les usagers dans l évaluation de la sécurité des barrages Activité en vulnérabilité,

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Collectif en environnement. Mercier-Est

Collectif en environnement. Mercier-Est Collectif en environnement Mercier-Est Bilan des activités 2008-2009 Ce bilan rend compte du travail accompli par les membres du Collectif en environnement Mercier-Est pour la période du 1 er juin 2008

Plus en détail

Macroéconomie et Change Vers un durcissement de la politique de la Fed

Macroéconomie et Change Vers un durcissement de la politique de la Fed Semaine du 06/12 au 13/12/2013 Macroéconomie et Change Vers un durcissement de la politique de la Fed Electricité Pas de tendance marquée pour les prix de l électricité sur la courbe Pétrole Prix en baisse

Plus en détail

Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR. Graff B., CNR

Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR. Graff B., CNR Exploitation des lames d eau radar : Retour sur 5 ans d utilisation opérationnelle à la CNR Graff B., CNR 1 Plan de l exposé La CNR en bref Les besoins en prévision AEGIR Qualité des LE radar sur le bassin

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

EXPERIAN FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES.

EXPERIAN FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES. www.footfall.com + 33 1 55 12 10 00 EXPERIAN FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES. Vous ne pouvez pas augmenter votre rentabilité sans connaîtrevos clients sur le bout des doigts Comptez-les

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Les marchés à terme agricoles, le blé Meunier

Les marchés à terme agricoles, le blé Meunier Les marchés à terme agricoles, le blé Meunier Rouen, 19 Novembre 2010 NYSE Euronext. All Rights Reserved. Mention légale NYSE Euronext se rapporte à NYSE Euronext et à toute filiale, et les références

Plus en détail

TARIF DES DROITS DE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT 2015

TARIF DES DROITS DE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT 2015 TARIF DES DROITS DE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT 2015 DEFINITIONS 1. Les définitions qui suivent s appliquent au présent tarif. «cargaison» signifie les marchandises à bord d'un navire, qu'elles soient

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail