Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février"

Transcription

1 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique, qui s était replié lors des deux mois précédents, a très légèrement progressé en février. La confiance des chefs d entreprise s est rétablie dans l industrie manufacturière, dans les services aux entreprises et, de manière un peu plus marquée, dans le commerce. En revanche, dans la construction, le climat des affaires a enregistré un troisième affaiblissement consécutif. Dans l industrie manufacturière, l évolution plus positive résulte principalement de l amélioration des perspectives de demande. Les chefs d entreprise opérant dans les services aux entreprises ont évalué la récente évolution de l activité comme étant favorable pour la saison, et ils prévoient également que la demande générale du marché se raffermisse à nouveau quelque peu. Par contre, leurs prévisions quant à leur activité propre se sont détériorées pour le deuxième mois d affilée. Dans le commerce, un accroissement de la demande est attendu au cours des trois prochains mois. À cet égard, les commerçants envisagent d augmenter leurs commandes auprès des fournisseurs. Dans la construction, le recul de l indicateur est surtout imputable à une vive contraction du nombre de nouvelles commandes et à un usage moins intensif du matériel. De plus, les perspectives de demande ont continué de se dégrader. À la suite des évolutions baissières des derniers mois, la courbe synthétique globale lissée qui reflète la tendance conjoncturelle sous-jacente est légèrement orientée à la baisse. Indicateurs conjoncturels Courbe synthétique brute Courbe synthétique lissée janvier février variation en variation en points points Industrie manufacturière -,5-9,4,, Services aux entreprises 3,9 4,9, -,6 Construction -2,2-4,9-2,7,6 Commerce -4,4-2,2 2,2 -,4 Courbe synthétique globale -8,8-8,3,5 -,3 Par rapport à la courbe brute, la courbe lissée affiche un retard de 2 mois pour la courbe globale et de 4 mois pour les branches d'activité. Source: BNB. Communication Banque nationale de Belgique s.a. boulevard de Berlaimont 4 BE - BRUXELLES tél Numéro d'entreprise: RPM Bruxelles

2 2 GRAPHIQUE - COURBES SYNTHETIQUES FÉVRIER 25 COURBE SYNTHETIQUE GLOBALE 2 NCS INDUSTRIE MANUFACTURIERE SERVICES AUX ENTREPRISES 2 NS NS CONSTRUCTION COMMERCE 2 NS77 2 NS Séries dessaisonalisées et lissées Séries dessaisonalisées Source: BNB Communication boulevard de Berlaimont 4 tél Numéro d'entreprise: Banque nationale de Belgique s.a. BE- BRUXELLES RPM Bruxelles

3 3 COURBES SYNTHETIQUES ET LEURS COMPOSANTES TABLEAU Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Courbe synthétique globale Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Nov. Déc. Jan. Fév. Sept. Oct. Nov. Déc. - 3,8 + 9,2-7,7-6, - 6,9-8,8-8,3-7,2-6,9-6,9-7,2 Courbe de l'industrie manufacturière - 34,3 + 6, -,8-7,3-9, -,5-9,4-8,3-8,3.. Appréciation du carnet de commandes total - 56, +, - 22,2-7,8-23, - 22,8-24,3-2,9-2,5.. Appréciation du niveau des stocks ² - 2,9 + 25, + 6,4 +,9 + 6, + 3,4 + 3, +,7 + 2,.. Prévisions de l'emploi - 36, + 8, - 9, - 8,3-7,4-6,5-5,8-8,2-8,.. Prévisions de la demande - 37, + 5, - 5,5 -, -,2-9,4-4,5-3,8-3,6.. Courbe des services aux entreprises - 4,7 + 34, +,6 + 4,5 + 6,5 + 3,9 + 4,9 + 5,6 + 5,.. Appréciation de l'activité exercée - 54,4 + 2, - 5,3 +, - 3,7-2,2-9,7-4,3-6,3.. Prévisions de l'activité - 32, + 5,7 + 23,4 + 9,4 + 9,6 + 7,8 + 5,6 + 5, + 4,7.. Prévisions de la demande du marché - 43, + 45, + 4,9 + 4, + 3,7 + 6, + 8,8 +, + 8,8.. Courbe de la construction - 39, + 24,3-7,7-9, - 9,5-2,2-4,9 -,8 -,2.. Evolution du carnet de commandes - 52, + 4, - 5, - 3, - 5, - 6,2 -, - 6,6-6,5.. Evolution du matériel utilisé - 9,4 + 24, + 2,2-4,5-3, -,9-5,8-5,8-5,5.. Appréciation du carnet de commandes - 74, + 3, - 24,6-2,4-9, - 26,3-25, - 22,7-2,5.. Prévisions de la demande - 39, + 2, - 3,4-8,6 -, - 4,4-7,8-2,3-2,.. Courbe du commerce - 28,6 + 6, -,8-3,9 -, - 4,4-2,2 -,6 -,.. Prévisions de l'emploi - 8,4 + 8, + 2,4-6,5-2,3-2,3-3,4-2,5-2,9.. Prévisions de la demande - 4, + 29, +,5-2,4-7,4-2,6-5,3-6,3-6,7.. Prévisions des commandes aux fournisseurs - 39, + 5, - 6,9-4,8-3,4-2,4-7,8-3,5-4,.. Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête. Pour le calcul de la courbe, le signe de cet indicateur est inversé. Communication boulevard de Berlaimont 4 tél Numéro d'entreprise: Banque nationale de Belgique s.a. BE- BRUXELLES RPM Bruxelles

4 4 AUTRES INDICATEURS DE L'ENQUÊTE SUR LA CONJONCTURE TABLEAU 2 Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Nov. Déc. Jan. Fév. Sept. Oct. Nov. Déc. Industrie manufacturière Evolution du rythme de production - 33, + 2, -, + 2,6-9,3 + 8,5-4,2 +,8 + 2,.. Evolution des commandes intérieures - 35, + 6, - 7,9-5,8 -,6-3,5-2,3-5,4-5,5.. Evolution des commandes extérieures - 44, + 3, - 3, -,6-2,5-3,2 -,2-5,5-6,9.. Appréciation du carnet de commandes étrangers - 6, +, - 23,8-9, - 25,6-24, - 28,3-9,4-9,8.. Evolution des prix - 2, + 24, +, - 6, - 5, - 9, - 2,4-7, - 7,5.. Prévisions des prix - 24, + 43, + 7, - 2,4-6,9-4,2 -, -,8-2,4.. Degré d'utilisation des capacités (en pct. des capacités de production totales) 7, 84,6 78, ,7 - Source : enquête trimestrielle sur les capacités de production Services aux entreprises Evolution de l'activité - 38, + 37, +,2 +,2-2,4 +,8 +,5 + 3,3 + 2,.. Evolution de l'emploi - 49,4 + 34, + 6,6 + 3,6 + 2,7 + 6,5 +,5 + 5,7 + 5,6.. Prévisions de l'emploi - 35, + 48, + 7, + 5, + 2,3 + 2,2 +,4 + 5,6 + 5,9.. Evolution des prix - 5,8 + 2, +,7 + 2,8 + 3, + 2,3-4,7 + 2,2 + 2,3.. Prévisions des prix - 3, + 3, + 6,2 + 3,8 +, -,5 + 3,6 + 6, + 5,3.. Construction Evolution de l'activité - 44, + 34,7-5, - 2, - 3, +,6-2, - 4,2-2,8.. Evolution de l'emploi - 38, + 22, - 5,4-2,9-8, - 8,8 -,7-6,3-7,.. Prévisions de l'emploi - 5, + 3, - 5,7-4,6-7,4 -,2-5,7-9, - 9,.. Evolution des prix - 27, + 32, -,8-4, -,7-3,2-2,4-6,4-5,5.. Prévisions des prix - 2,6 + 46, + 5,7-9,4-7,7 -,9-2,7-9,9-9,6.. Commerce Evolution des ventes - 46, + 37, +,7 -,2-24,2 + 3,8-5,9-4,8-7,7.. Appréciation portée sur les ventes - 4, + 28, - 8,3-2,4-36,2-2,3-23, - 9, - 2,4.. Appréciation du niveau des stocks ² - 2,9 + 32, + 2,2 + 2,9 + 8,8 + 6, +,3 + 6,5 + 7,3.. Evolution des prix - 2, + 5, + 2, -,8 -,2 -,2-2, - 4, - 6,4.. Prévisions des prix -, + 66,2 +,8 + 6,9 + 4, + 4,5 + 4,8 -, +,4.. Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête. Communication boulevard de Berlaimont 4 tél Numéro d'entreprise: Banque nationale de Belgique s.a. BE- BRUXELLES RPM Bruxelles

5 5 Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur les conditions de crédit - janvier 25 Méthodologie relative à l indicateur sur la perception de la contrainte de crédit par les entreprises Depuis février 24, la Banque nationale de Belgique (BNB) publie un nouvel indicateur dans le cadre de l'enquête trimestrielle sur les conditions de crédit qu'elle mène auprès des entreprises. Ce nouvel indicateur sur la perception de la contrainte de crédit présente le pourcentage d interprétations défavorables des entreprises sur les conditions de crédit actuelles. Sur le plan des propriétés statistiques, cet indicateur apparaît comme plus intéressant qu un indicateur qui aurait présenté le pourcentage d interprétations favorables ou le solde entre les appréciations favorables et défavorables. Le nouvel indicateur est, en outre, simple à interpréter, car sa croissance signifie que les entreprises considèrent que les conditions de crédit se durcissent et inversement. Enfin, il suit l approche du credit constraint indicator publié mensuellement depuis 23 par l institut allemand de recherche économique IFO. L'indicateur de perception de la contrainte de crédit compilé par la BNB est disponible, à une fréquence trimestrielle, depuis janvier 29. L indicateur de perception de la contrainte de crédit s est encore légèrement contracté en janvier Selon l enquête trimestrielle réalisée en janvier 25 sur l appréciation portée sur les conditions de crédit, les entreprises ont considéré que les conditions générales d accès au crédit bancaire s étaient encore quelque peu assouplies. Ainsi, l indicateur de perception de la contrainte de crédit est retombé de 3,6 % en octobre 24 à 3, % en janvier 25. Les résultats par branche d activité indiquent qu en comparaison du trimestre précédent, les conditions de crédit n ont été perçues comme moins restrictives que dans les services aux entreprises (6,2 %). À l inverse, dans l industrie manufacturière (9,3 %) et dans la construction (4,5 %), la perception de la contrainte de crédit a très légèrement progressé. Sur le plan de la taille des entreprises, un assouplissement des conditions de crédit a été ressenti par les moyennes et grandes entreprises (5 à 499 travailleurs). Les entreprises occupant moins de 5 travailleurs ainsi que celles comptant 5 travailleurs ou plus ont en revanche fait part d un durcissement des conditions d octroi du crédit bancaire. À l heure actuelle, ce sont les entreprises occupant entre 25 et 499 travailleurs qui perçoivent globalement les conditions de crédit comme le moins restrictives (3,5 %). GRAPHIQUE 2 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT - INDICATEUR GLOBAL Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit. Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes. Les résultats de l'enquête trimestrielle, menée auprès des entreprises, sur les conditions de crédit sont intégrés et commentés dans le communiqué trimestriel de l'observatoire du crédit aux sociétés non financières et ce, à l'instar des résultats belges de l'escb-bank Lending Survey (http://www.nbb.be/doc/dq/bls/fr/bls_home.htm). Communication Banque nationale de Belgique s.a. boulevard de Berlaimont 4 BRUXELLES tél N d'entreprise: RPM Bruxelles

6 6 GRAPHIQUE 3 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT - PAR BRANCHE D'ACTIVITÉ Industrie manufacturière Services au entreprises Construction Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit. Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes 6 GRAPHIQUE 4 - PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT - PAR TAILLE D'ENTREPRISES Petites Moyennes Grandes Très grandes Source: BNB - enquête trimestrielle sur les conditions de crédit. Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes. 2 Petites = -49 travailleurs; moyennes = travailleurs; grandes = travailleurs; très grandes = 5 travailleurs et plus. TABLEAU 3 INDICATEUR DE PERCEPTION DE LA CONTRAINTE DE CRÉDIT Indicateur global 2 24,2 9,8 6,8 3,6 3, Par branche d activité Industrie 6,9 5,6 2,8 8,9 9,3 Services aux entreprises 3,9 23,3 2,6 7,9 6,2 Construction 24, 2,4 6,2 4, 4,5 Par taille d entreprises 3 Petites 27, 2,3 8,5 3,2 5,2 Moyennes 5,8 4,8 3,4,3 7,9 Grandes,5 22,2 9,2 8,6 3,5 Très grandes 7,5 9,3 4,7 6,8 9,7 2 3 Pourcentage d'entreprises qui perçoivent les conditions de crédit actuelles comme contraignantes. Moyenne pondérée de l industrie manufacturière, des services aux entreprises et de la construction (critère de pondération: total des dettes contractées auprès des établissements de crédit). A l intérieur des branches d activité, les réponses des entreprises ne sont toutefois pas pondérées. Petites = -49 travailleurs; moyennes = travailleurs; grandes = travailleurs; très grandes = 5 travailleurs et plus. Communication Banque nationale de Belgique s.a. boulevard de Berlaimont 4 BE- Bruxelles tél N d'entreprise: RPM Bruxelles

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES Banque de France DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES MONETAIRES ET FINANCIERES DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7. Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7.1 Conséquences de la crise financière La

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 %

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 % Informations micro-économiques Dernières données enregistrées août 215 1. Chiffres-clés TABLEAU 1. NOMBRE DE PERSONNES 214-8 215-8 Variation Ayant au moins: - un contrat en cours 6.243.845 6.222.5 -,3

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 Août 2011 Tableau de bord des statistiques du tourisme 2010 1 I. AVANT PROPOS ---------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Circulaire NBB_2012_12 - Annexe 4

Circulaire NBB_2012_12 - Annexe 4 Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 35 88 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 46 ème édition Avril 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d Faillites à Schaerbeek et démographie d des sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d locale de Schaerbeek Guichet d Economie d Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne

Plus en détail

Les principaux atouts de Car Plan

Les principaux atouts de Car Plan Les principaux atouts de Car Plan 1 2 3 4 5 6 Le bonus-malus le plus bas pour les bons conducteurs de plus de 30 ans En cas d accident en tort, grâce à la Safety Card, pas d augmentation de votre prime

Plus en détail

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015 Calendrier officiel des 2015-2016 Date des 2 premières Cours de jour : Mercredi 26 août 2015 Mardi 8 septembre 2015 du 1 e juin au 8 juillet ET du 3 au 5 août 2015 Cours de soir : Inscriptions les lundis

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe 11 mars 2015 Didier REYNDERS Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes - 1 - Table des matières I. Situation économique

Plus en détail

La sécurité sociale de l'indépendant

La sécurité sociale de l'indépendant Allianz Prévoyance La sécurité sociale de l'indépendant Edition 2015 Tous les montants dans cette brochure sont exprimés en euros. 4 7 9 16 17 18 Cotisations de la sécurité sociale Incapacité de travail

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE 5 mai 2015 FAITS SAILLANTS La Société a connu un trimestre difficile. Pour le T1 2015, les produits, principalement touchés par des prix défavorables,

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*)

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA AVRIL 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) Date de publication : 1 er juin 2015 (*) : Le «Bulletin

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 30 ème édition Octobre 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés Salary Plan L assurance de groupe flexible pour salariés Une assurance de groupe : oui ou non? La question ne se pose plus. Mais choisissez la bonne formule. La pension complémentaire : plus que jamais

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties AG Life Equities World 5 100% en actions, répartition 1,75 % AG Life Opportunities World 5 Ce fonds investit dans plusieurs groupes d'actifs. 2,00 % AG Life Equities Euro 6 100% en actions européennes

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Les versements anticipés à l impôt des sociétés (ISoc)

Les versements anticipés à l impôt des sociétés (ISoc) Mise à jour : 05/03/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be Les versements anticipés à l impôt

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Baromètre ORI 2013 - Executive summary

Baromètre ORI 2013 - Executive summary Baromètre ORI 2013 - Executive summary Sondage sur le climat général du secteur des bureaux d'ingénierie et de consultance 1. Explication Dans cet executive summary, ORI, l'organisation professionnelle

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010 market monitor Des temps difficiles! Février 2010 Comment faire face? Perspectives contrastées sur le plan des faillites L es perspectives de l activité économique font état d un modeste rétablissement

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Hospit-All. L assurance soins de santé qui règle tout ou presque

Hospit-All. L assurance soins de santé qui règle tout ou presque L assurance soins de santé qui règle tout ou presque L assurance hospitalisation : un avantage concret pour vos salariés. Chiffres à l appui. Depuis plusieurs années, le vieillissement de la population

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de reprise d activité et d initiative locale) a été initié fin mars 2009 par Yves Jégo, secrétaire d Etat chargé de l Outre-mer

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PRÊT À TEMPÉRAMENT ÉTABLI PAR ACTE AUTHENTIQUE PRÊT À TEMPÉRAMENT D'APPLICATION À DATER DU 01.06.2006 CREDIMO S.A. Weversstraat 6-8-10 1730 ASSE Tél. +32(0)2 454

Plus en détail

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme IREDU-CNRS Ministère de la Culture et de la Communication Délégation aux Arts plastiques Magali Danner Gilles Galodé L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme Enquête

Plus en détail

Prévisions économiques 2014-2015 BUDGET ECONOMIQUE. Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques. Institut des Comptes nationaux

Prévisions économiques 2014-2015 BUDGET ECONOMIQUE. Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques. Institut des Comptes nationaux Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Institut des Comptes nationaux Prévisions économiques 2014-2015 Septembre 2014 Avenue des Arts 47-49 1000 Bruxelles E-mail : contact@plan.be http://www.plan.be

Plus en détail