EPAIS BROUILLARD SUR DAVOS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPAIS BROUILLARD SUR DAVOS"

Transcription

1 EPAIS BROUILLARD SUR DAVOS Février N 222 L INDICATEUR AVANCE EST PRESENTE DANS UN ENCART JOINT Comme tous les ans, quelque 2500 personnalités du monde économique et politique se sont rassemblées à Davos fin janvier pour débattre de la première vraie crise économique mondiale. Concrètement, la 39 e édition du World Economic Forum (WEF) qui avait pour thème «anticiper le monde de l après crise» a été dominée par l inquiétude. Le séisme financier des derniers mois a mis fin à certaines certitudes et a dévoilé la fragilité des idées et des valeurs défendues depuis près de quatre décennies. Cette crise, qui a trouvé sa source dans la finance avec des pertes évaluées à 5000 milliards de dollars, avait déjà cours lors du Davos. L abondance de liquidités, les nombreux déséquilibres ou des taux d intérêt trop bas avaient été dénoncés. C est cette crise qui s est étendue à l économie et à la politique, accentuant la fin d un cycle de cinq années de croissance mondiale exceptionnelle amplifiée par un choc pétrolier avant un contrechoc intervenu en l espace de six mois. La crise a soulevé des questions fondamentales sur la mondialisation censée réduire les risques. Au lieu de cela, elle a permis une extension des problèmes américains à l ensemble de la planète. Le manque de discipline des institutions financières occidentales et les déséquilibres à l origine de la crise ont été évoqués par la Chine qui critique les Etats-Unis et par la Russie qui condamne la Chine. Une séance de travail a porté sur le retour de la puissance publique. C est la totalité des agents économiques qui a réduit au minimum ses dépenses. L espoir d un découplage des économies selon lequel la croissance des pays industrialisés serait tirée par celle du monde émergent a explosé. Ce sont les différents Etats qui ont joué un rôle important pour répondre à la crise à un moment où la confiance mondiale s est écroulée. Aussi, les plans de relance se sont multipliés, tout en restant nationaux et prenant des modalités très différentes d une économie à l autre. Si une solution globale a été écartée, la crainte la plus exprimée a été celle du protectionnisme qui érode la compétitivité mondiale. Tous les participants sont tombés d accord sur le fait qu en prédisant pour une stagnation mondiale pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le FMI était optimiste. Le Forum craint une récession mondiale tout en espérant que les sommes énormes débloquées dans chaque pays empêcheront le monde de s enliser dans la crise. En tête des principaux risques identifiés, l accroissement des déficits publics dans de nombreux pays comme les Etats- Unis, le Royaume-Uni, mais aussi en France et dans la zone euro. A ces faiblesses, s ajoute le risque d un ralentissement prononcé de l économie chinoise. Le Forum de Davos, dominé par les débats sur l avenir du capitalisme, a été moins people que d habitude et beaucoup plus sérieux. Les participants ont partagé leurs interrogations. La complexité croissante des problèmes a balayé en quelques mois l assurance des décideurs. Chacun a proposé des pistes pour sortir de la crise : relance du cycle de Doha de l OMC, charte pour un «nouvel ordre économique mondial». Sur les remèdes à la crise financière, certains tentent d apporter des solutions telles que la nationalisation, les structures de défaisance ou les dispositifs de garantie. Mais les initiatives non coordonnées déployées par les Etats pour sauver leurs systèmes bancaires risquent de se résumer à une solution en termes de bad banks ou encore de good banks, une proposition qui isole les mauvaises créances dans des structures de cantonnement de façon que les banques puissent être recapitalisées et reprennent leur activité normale de crédit aux entreprises et aux ménages sans qu il soit besoin de nationaliser. Si la crise a monopolisé les débats avec des thèmes portant sur le futur de l industrie bancaire, la régulation financière ou la réglementation mondiale du secteur financier, plus de trente sujets essentiels, du changement climatique à l énergie ou au libre échange, ont animé les séminaires. Pourtant à Davos, l inquiétude était de voir un recul de la mondialisation à un moment où il est nécessaire de définir une coopération planétaire renouvelée. Cette 39 e édition du Forum économique mondial à la recherche de nouvelles valeurs pour le capitalisme n a proposé aucune solution efficace en dépit de la présence d une certaine élite économique mondiale. Cette Dossier du mois page 6 BILAN ECONOMIQUE année, les participants ne sont pas repartis avec le même optimisme qu à l issue des précédents forums. Les doutes et les craintes se sont multipliés, sachant que la vulnérabilité de la mondialisation restera très certainement le phénomène économique majeur des années à venir. La grande vague de mondialisation et de spéculation s épuise. Il faut réinventer le monde de l après-crise. Mais il n en reste pas moins que Davos n est qu une source d influence pour les décisions, c est vers la prochaine réunion du G20 qui rassemble pays industrialisés et pays émergents que les regards doivent désormais se tourner. Conjoncture n 222 Février - 1 -

2 Environnement international Le PIB agrégé des 34 pays pour lesquels l information est disponible (y compris la Chine) est en repli de 5 % l an au dernier trimestre, retrouvant son niveau d un an auparavant, et la chute devrait se poursuivre au premier trimestre. L indice de la production industrielle mondiale a retrouvé ses niveaux du début du printemps Les exportations chinoises ont chuté, mais aussi les importations, de sorte que l excédent commercial s approche des 500 milliards de dollars en taux annuel. Par ce biais, la Chine exerce un effet dépressif net sur la conjoncture internationale. des taux hypothécaires (moins 100 points de base depuis novembre pour le taux fixe conventionnel) ainsi que la diminutiones prix resolvabilisent les ménages pour l achat d un bien immobilier E T A T S - U N I S H o u s i n g i n d e x a f f o r d a b i l i t y M i l l i o n s d e $ l' a n 2002 C H I N E E x c é d e n t c o m m e r c i a l Aux Etats-Unis, le PIB en volume s est replié au rythme de 3,8 % l an au dernier trimestre après avoir fléchi de 0,5 % précédemment. La croissance, en moyenne annuelle, est ressortie à 1,3 % après 2 % en, un rythme d expansion le plus faible depuis Pour redynamiser l économie, il est prévu d accroître les dépenses directes de l Etat fédéral en biens et services et les dépenses de transferts à destination des ménages, des états et collectivités locales. D autre part, la charge fiscale pesant sur les ménages et les entreprises devrait diminuer. Le plan de relance voté par le Congrès se traduit par une augmentation ex ante du déficit du budget fédéral de 787 milliards de dollars sur la période Ce plan de relance risque de rester sans effet si le système bancaire est incapable de soutenir la reprise. D où l importance du plan de stabilité financière annoncé par T. Geithner, mais ce plan qui reste vague n a pas été bien accueilli par les marchés. Le recul de l activité américaine trouve sa source dans une violente contraction de la demande interne privée que n ont pas suffi à compenser un effet positif sur les stocks, une légère progression de la dépense publique et une amélioration modeste de la demande extérieure nette en volume. Les ventes au détail ont augmenté de 1,1 % en janvier, mais l indice de confiance des ménages a rechuté en février. L investissement résidentiel s est replié de 20,8 % en. Les mises en chantier de logements, avec un bas niveau à en janvier, ont été divisées par quatre environ depuis leur point haut du début 2006, mais quelques signes d amélioration apparaissent. La baisse des permis de construire a été moins prononcée en janvier ( en rythme annuel en janvier). Les ventes de logements dans l ancien ont rebondi en décembre et les stocks ont baissé. La baisse Conjoncture n 222 Février 60 En décembre, l indicateur de capacité des ménages à contracter un prêt pour un achat immobilier a dépassé ses plus hauts niveaux de 1992 et ses records de 1971 à Le taux d épargne s est redressé à 3,6 % en décembre alors qu il était pratiquement nul au début. Le Japon s enfonce dans la récession. La production industrielle a chuté de 9,6 % en décembre par rapport au mois précédent, ce qui la ramène sur ses niveaux de Les exportations, libellées en yen, sont en repli de 38 % depuis leur point haut de l été dernier et viennent de retrouver leur niveau de l automne La chute des marchés à l exportation et la hausse du yen expliquent le phénomène. Cependant, le déficit commercial est plus que compensé par les excédents d invisibles de sorte que la balance courante demeure largement positive. En Europe, les baisses de la production industrielle en décembre en Allemagne, en Italie, en Espagne en France et au Royaume-Uni sont impressionnantes. Dans la zone euro, la confiance des chefs d entreprise et des consommateurs s est encore dégradée en janvier. La défiance touche l ensemble des secteurs économiques. Les différentes composantes de l activité tournent au ralenti, la demande intérieure hors stocks affichant une quasi-stagnation, mais les carnets de commandes ont cessé de s effondrer, restant cependant très dégradés. Le taux de marge des sociétés non financières a commencé à s infléchir. Aussi, les entreprises ont privilégié fin les possibilités d adaptation flexible de la main d œuvre (réduction des effectifs intérimaires, recours au chômage partiel pour faire face à la détérioration de l activité. L investissement et l emploi risquent de pâtir des contraintes de financement des entreprises. Si les actions et fonds propres comptent pour environ 51 % de l ensemble des ressources, les prêts représentent 33 % dans le total de l actif, dont 22 % sont des prêts à long terme. L Allemagne, principal fournisseur de biens d équipement dans le monde, connaît depuis quelques mois une chute spectaculaire de ses carnets de commandes, aussi bien sur le marché intérieur qu à l étranger (près de 30 % en novembre sur un an).

3 Conjoncture française La croissance française, avec une contraction du PIB en volume de 4,6 % au quatrième trimestre, s inscrit à 0,7 % sur l ensemble de l année après 2,1 % en et 2,4 % en Dans la zone euro, le PIB a également augmenté de 0,7 % après 2,6 % en. La Grande Bretagne ne fait pas mieux que la France, alors qu en la progression du PIB y avait été de 3 %. L Allemagne affiche une hausse de 1,2 % après 2,6 % en malgré une brutale dégradation fin. (en volume) en % PIB Variations de stocks Consommation privée FBCF totale ménages productif adm.publiques Exp. de biens et services Imp.de biens et services 3ème tri. 0,4 0,0 0,2-0,8-2,5 0,3-2,8 4,1 4,5 4ème tri -4,6-3,6 1,8-4,5-1,4-6,0-6,3-14,1-8,7 0,7-0,2 1,3 0,4-1,1 1,5-1,2 1,1 2,0 La contraction de l activité au quatrième trimestre est la plus forte enregistrée depuis 1974, après le premier choc pétrolier. La France, aidée par le plan de relance, notamment par des financements bancaires et de marché suffisants, doit maintenir ses capacités industrielles pour réagir à la récession. L enquête de janvier dans l industrie indique une nette chute du taux d utilisation des capacités de production dans le secteur manufacturier qui se situe au-dessous de sa moyenne tendancielle à 83,9 %. entreprises continuent à s améliorer légèrement. Les stocks de produits finis sont très supérieurs à leur tendance de long terme et les carnets de commandes continuent à se dégarnir. La production industrielle a reculé de 11,1 % en un an, un record depuis la création de la série statistique en P R O D U C T I O N I N D U S T R I E L L E ( h o r s B T P) C V S = A l l e m a g n e Z o n e e u r o F r a n c e Les indices reviennent à leurs niveaux d il y a dix ou quinze ans, exception faite pour l Allemagne où la production retrouve ses niveaux d il y a quatre ans. Les investissements en logement ont baissé de 1,4 % l an au quatrième trimestre. Et, la chute de la consommation de ciment en janvier témoigne du retournement à la baisse de la construction. Le déficit commercial s est alourdi en à 55,7 milliards d euros. La chute des exportations n a pas permis une amélioration malgré l affaiblissement de la demande interne et le recul des prix des matières premières énergétiques. Par ailleurs fin, les exportations françaises se sont contractées plus rapidement que celles de la zone euro. En décembre, la part des exportations françaises dans les exportations de la zone euro n était plus que de 12,8 %. T a u x d' u t i l i s a t i o n d e s c a p a c i t é s d e p r o d u c t i o n E n % I n d u s t r i e m a n u f a c t u r i è r e ( m o y ) % Aussi, les chefs d entreprise prévoient une baisse de 12 % - au lieu de 3 % en octobre - de leurs investissements en valeur dans l industrie manufacturière en après une diminution de 1% en. Cette révision souligne la gravité de la crise économique mondiale. Les faillites d entreprises ont augmenté de plus de 15 % en à environ , mais entreprises ont été créées pendant la même période. Si devrait enregistrer plus de faillites, le pic historique de en 1993 ne devrait pas être atteint. Dans l industrie, le climat des affaires s est à nouveau dégradé en février, mais les trésoreries des grandes La réalité du ralentissement ne fait pas de doute, dû à la contribution négative du commerce extérieur, mais surtout au mouvement de déstockage qui aurait pesé à hauteur de 0,9 point sur l activité. La consommation des ménages aurait résisté et augmenté au rythme de 1,8 % l an au quatrième trimestre, même si les dépenses en produits manufacturés ont baissé de 0,9 % en décembre et de 1,7 % en glissement annuel après plusieurs années d expansion au rythme de 2 à 3 % l an. Une baisse du taux d épargne en fin d année aurait soutenu la demande. Bien qu à un niveau bas, la confiance des ménages a poursuivi sa lente remontée, retrouvant son point de mai. L inflation a ralenti à 0,7 % en janvier contre 3,6 % l été dernier. Si le cours du baril se stabilise aux environs de 45 dollars, la hausse des prix en moyenne en serait de 0,6 % après 2,8 % en, favorisant le pouvoir d achat. Mais les ménages restent pessimistes sur l évolution de leur niveau de vie, craignant une forte progression du chômage. La baisse du taux de chômage a été interrompue en décembre, le nombre de demandeurs d emploi s inscrivent à 2,54 millions contre 2,35 un an auparavant. Conjoncture n 222 Février - 3 -

4 Changes Sur le marché des changes, les mouvements entre les grandes devises directrices tendent à corriger les anomalies. Le difficile retour à l équilibre de la balance commerciale de la zone euro en décembre malgré la chute du prix du pétrole et la récession témoigne d un problème de compétitivité qui pèse sur l euro. La monnaie unique est aussi fragilisée par la chute des monnaies de l Est. La parité euro dollar a enfoncé le seuil de 1,30 dollar pour un euro (1,26 le 18 février) 1.60 P A R I T E E U R O - D O L L A R euro =... $ Par ailleurs, un autre risque pèse sur la devise japonaise. Le désordre, sans inclure la Chine, qui continue d agiter les devises des pays émergents, en particulier le won qui est fragilisé par le déficit commercial coréen, peut entraîner le yen à la baisse $ =... won C O U R S D U W O N FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB La livre sterling oscille autour de 1,42 dollar. Contre l euro, la livre s est légèrement redressée après la décision de la Banque d Angleterre de baisser son taux directeur s échangeant à 0,88 livre contre un euro. Le yen, qui était une valeur refuge en dépit de mauvais fondamentaux, amorce peut-être une nouvelle phase, moins favorable. Le dollar s apprécie contre la devise nippone, s échangeant à 93,8 yens (le 18 février) contre 1 dollar. Le Japon connaît une forte récession et les rapatriements de capitaux risquent de se tarir. Le G7 vient de réaffirmer son souhait de voir le yuan chinois s apprécier. Le rouble et les monnaies des pays d Europe centrale continuent de baisser, déstabilisant encore plus la compétitivité de la Slovaquie dont la couronne a fusionné avec l euro au 1 er janvier. La couronne tchèque affiche une dévalorisation de 17 % depuis août dernier et le leu roumain a cédé 18 % de sa valeur. De même, le forint hongrois ou le zloty polonais ont reflué à un bas niveau. Ces mouvements fragilisent les banques occidentales engagées à l Est. L inquiétude pousse les cours de l or à la hausse. Le métal précieux s approche des 1000 dollars l once. Taux d intérêt % La Réserve fédérale a décidé le 28 janvier dernier de maintenir son principal taux directeur, l objectif sur les fonds fédéraux, dans une fourchette de 0 à 0,25 %. A cette décision attendue s ajoute la décision d élargir son arsenal anticrise. Elle est prête à acheter des bons du Trésor à long terme pour financer le déficit budgétaire appelé à se creuser, mais ferait courir le risque d une résurgence de l inflation. La Banque centrale européenne, le 5 février a laissé inchangé son taux directeur à 2 % alors que la Banque d Angleterre a réduit le sien d un demi-point à 1 %. La Banque du Japon, en plus de sa politique de taux zéro, va racheter de la dette d entreprise pour faire face à la récession. Elle doit aussi acquérir d ici avril 2010 jusqu à 1000 milliards de yens d actions détenues par les banques. Contrairement aux Etats-Unis, au Japon ou à la Grande-Bretagne, la BCE n a pas jugé approprié une politique proche de taux zéro, tout en n excluant pas une baisse des taux en mars. La liquidité bancaire revient sur le marché, un signe d amélioration du marché interbancaire, même si le degré d intervention de la banque centrale reste anormalement élevé. Les taux à trois mois continuent de refluer. L euro dollar est à 1,25 %. L euro sterling se rapproche de la ligne des 2 % et l euro euro est à 2 %. L euro franc suisse est stabilisé à 0,45 %. L euro yen se maintient à 0,8 %. 0 FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB Conjoncture n 222 Février E U R O - D E V I S E S A 3 M O I S E u r o - e u r o E u r o - l i v r e E u r o - d o l l a r Néanmoins, le système bancaire n est pas encore revenu dans un fonctionnement totalement normalisé. La profitabilité des principales banques de la zone euro s est nettement réduite depuis le début de la crise. Selon les estimations de la BCE, le ROE moyen (return on equity) atteignait 8,7 % au premier semestre

5 et serait même devenu négatif au second semestre contre 12,6 % en et 16,7 % en Cette détérioration tient surtout à la dépréciation des actifs détenus par les banques. Sur le marché obligataire malgré la crainte diffuse sur les perspectives d inflation en lien avec l ampleur des plans de relance annoncés par les différents gouvernements et le mouvement de détérioration des finances publiques qui paraît rapide, les taux longs à dix ans sans risque, après quelques tensions, se détendent mais dans une moindre mesure que les taux courts. Le taux des emprunts d Etat américains est repassé sous le seuil des 3 % (2,76 % le 18 février). Les rendements obligataires se sont aussi légèrement détendus dans la zone euro. Le taux 10 ans français est revenu à 3,56 %, le taux allemand à 3,0 % et le taux pour l ensemble de la zone euro à 3,64 % à la date du 18 février E M P R U N T S D' E T A T A 1 0 A N S Z o n e e u r o A l l e m a g n e 2.0 E t a t s - U n i s 1.5 FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB Le marché obligataire a commencé à se détendre après la conférence de la BCE qui a conforté les anticipations d une baisse des taux et le fait qu une sortie d un pays de la zone euro est impensable. Par ailleurs, les plans de relance toujours plus importants et la crise économique qui touche de plein fouet l économie européenne bénéficient aux emprunts obligataires même s ils sont pénalisés par l importance des émissions obligataires. En ce qui concerne la Grèce, l Irlande, le Portugal ou l Espagne les marché, les spreads intra- zone (écart entre les taux d intérêt des différents pays de l UEM et ceux de l Allemagne) ont cessé de se détendre. Les problèmes de liquidité renforcent l aversion au risque. Les courbes de taux de chaque côté de l Atlantique se pentifient ce qui est positif pour les comptes des institutions bancaires. La hausse des rendements est plus forte sur la partie longue que sur la partie courte et moyenne. La partie courte de la courbe est sensible à la politique monétaire et aux anticipations sur les taux directeurs. En Allemagne, les rendements à 2 ans ont enregistré une forte détente à 1,25 % le 18 février et le bund à 10 ans est revenu à 3 %. La courbe de la zone euro est semblable à la courbe des taux américaine, les taux européens affichant un écart positif compris entre 60 et 100 points de base sur toutes les échéances allant de 3 mois à dix ans. Les opérateurs sont convaincus que la reprise économique est conditionnée par le retour à la bonne santé du système bancaire. La décrue, certes lente mais réelle, des taux corporate ainsi que le reflux des taux hypothécaires pourrait prochainement accélérer du fait de l intervention des banques centrales. Les marchés boursiers Sur les marchés boursiers, la volatilité demeure vive et s accroît comme l atteste le Vix à la clôture du SP JAN I N D I C E D E V O L A T I L I T E I M P L I C I T E D U S P V i x à l a c l ô t u r e FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB L indice agrégé en dollar des 39 places en expression dollar reste sous la ligne des 100 (base 100 au 1 er janvier 2002). La réticence des marchés d actions à repartir de l avant peut surprendre alors que la situation continue de s améliorer sur les marchés interbancaires, mais les mauvais résultats bancaires ainsi que le flot de mauvais indices en provenance de la sphère dite réelle confirment l effondrement de l activité en fin d année. L inquiétude croît quant aux perspectives de reprise économique. A New York, le Dow Jones est repassé sous les 8000 points. Wall Street est partagé sur l issue du plan de relance américain. A Tokyo, la baisse du nikkei reflète la dégradation de l économie japonaise. En Europe, le scepticisme a ramené les indices boursiers vers leurs plus bas niveaux B O U R S E D E P A R I S ( C A C = ) I N D I C E B O U R S I E R M O N D I A L P L A C E S e n $ ( = ) JAN APR JUL OCT JAN APR JUL OCT JAN FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC JAN FEB A Paris, le CAC 40 oscille autour des 3000 points, doutant des perspectives de. Conjoncture n 222 Février - 5 -

6 Le dossier du mois BILAN ECONOMIQUE Une crise financière historique qui fait vaciller l économie mondiale En l espace de quelques mois, la crise financière née aux Etats-Unis avec les subprimes, des prêts immobiliers accordés à des ménages modestes, s est étendue à l Europe, à l Asie et aux pays émergents, touchant l ensemble des secteurs de l activité et rayant de la carte des établissements parmi les plus prestigieux. La mise en faillite de Lehman Brothers à la mi-septembre, en bloquant les financements interbancaires mondiaux, a conduit à un état défiance entre les acteurs du système financier. Les dirigeants des principales puissances de la planète et leurs grands argentiers se sont mobilisés, montrant leur capacité à agir conjointement pour éviter un krach mondial. Ainsi, la résistance du capitalisme mondial a été ébranlée par cette première crise de la mondialisation, interrompant la période d expansion tirée par les Etats-Unis et les pays émergents, notamment la Chine. Le PIB mondial reste néanmoins en expansion avec un taux de croissance estimé à 3,3 % en. Mais le rythme qui était encore de 4,5 % l an au premier trimestre a connu une décélération à 1,1 % l an ces derniers mois, loin des 5 % de ces dernières années. Le déclenchement de la crise financière pendant l été, l augmentation du prix du pétrole et la flambée des matières premières alimentaires ont mué la crise financière en une crise économique majeure dont aucun pays ne reste à l écart. Ce franc ralentissement a concerné en premier les économies développées. La croissance américaine, qui a bénéficié d éléments de soutien, a été limitée à 1,3 % en. L expansion de l Union européenne à vingt-cinq est estimée à 1,3 %, avec seulement 0,9 % de croissance dans les pays de la zone euro, confrontés à une succession de chocs. Le Japon est entré en récession. Même les pays émergents ne peuvent éviter un fléchissement de leur activité. La croissance chinoise a ralenti à 9 %, son plus bas niveau depuis sept ans. L année restera une année de rupture pour la finance et l économie mondiales, mais également pour l ensemble des cours des matières premières. Des chocs et contre-chocs sur les cours des matières premières à une correction de l inflation L année a marqué le premier recul des cours des matières premières, après six ans d augmentation consécutive. Le choc à la hausse (+50 % au premier semestre ) comme le contre-choc intervenu en l espace de six mois ont été tous deux d une ampleur supérieure à celle observée lors des deux précédents chocs pétroliers de 1973 et 1979 et du contre-choc de Le cours du baril de Brent, qui a inscrit un record à la hausse à 145 dollars le 3 juillet, est retombé à 34,7 dollars fin décembre du fait de la crise mondiale. Mais c est également la plupart des matières premières qui ont été précipitées à la baisse en relation avec la vive contraction du commerce mondial. Au premier semestre, les craintes d une inflation alimentée par la flambée des prix des matières premières énergétiques et agricoles ont été dissipées sous l effet du séisme financier qui a provoqué un effondrement des cours des matières premières et même des menaces déflationnistes. Si les taux d inflation, en moyenne, masquent la baisse sur la fin de l année (3,9 % aux Etats-Unis, 3,3 % dans la zone euro, 3,6 % au Royaume-Uni et 2,8 % en France ou en Allemagne), les glissements annuels des prix à la consommation sont tombés fin décembre à 0,1 % aux Etats-Unis, 1,6 % dans la zone euro et à 1 % en France. L Europe confrontée à une série de chocs Face à la crise financière exportée des Etats-Unis, l Europe, qui avait connu une croissance du PIB proche de 3 % en, a affiché une progression de 1 % de son activité et même de 0,8 % si l on ne prend en compte que les six grands pays industrialisés de la zone euro. Dans toutes les économies, le climat des affaires s est détérioré dans l ensemble des secteurs. La consommation privée a été pénalisée par les pertes de pouvoir d achat, en dépit du recul de l inflation en fin d année. Dans ce contexte, l appréciation continue de l euro a fortement handicapé les exportateurs européens. Les entreprises ont revu progressivement à la baisse leurs dépenses d investissement. L Allemagne, avec une croissance de 1,2 % en, a été affectée aussi durement que ses partenaires en fin d année du fait de sa forte exposition à l extérieur. Le Royaume-Uni a mis fin à sa longue période de croissance. La dynamique qui s était instaurée, comme aux Etats-Unis, entre endettement croissant des ménages, essor de l immobilier et forte progression des dépenses de consommation, stimulée en partie par des effets de richesse, est aujourd hui brisée. Le retournement du marché de l immobilier, qui s est amorcé dès le deuxième semestre 2006, a concerné aussi un grand nombre de pays de la zone euro et en particulier l Espagne et l Irlande. La croissance française n échappe pas au ralentissement A l instar de l économie européenne, la croissance française est entrée également en récession industrielle au second semestre. Avec une augmentation du PIB, en volume, de 0,7 % en, elle est demeurée proche de la moyenne de la zone euro, connaissant également une brutale dégradation du climat des affaires fin. La dépense des ménages, qu elle soit destinée à l investissement logement ou à la consommation, compensait partiellement le handicap de compétitivité permanent depuis la fin des années 1990 : elle s est affaiblie. Ce recul, dû à un moindre pouvoir d achat, s est transmis aux entreprises via un processus de déstockage et l amorce d un retournement de l investissement productif. La croissance française est en panne de relais à une demande des ménages déprimée. Par ailleurs, la baisse d activité dans le secteur de la construction a été violente. Ces tendances se traduisent par un retournement de l emploi, parti initialement des postes d intérimaires et qui va en s amplifiant Conjoncture n 222 Février

7 Des plans de relance pour relancer l économie mondiale Des milliards de dollars ont été promis en par les gouvernements de la planète pour financer des plans de sauvetage du système financier et de relance de l économie. Ils adoptent des modalités très différentes d une économie à l autre, certains privilégiant les dépenses directes des gouvernements sous forme d investissements publics, d autres soutenant le revenu des ménages via des baisses de TVA ou des allègements fiscaux et sociaux. Parmi les cinq principaux pays européens, les montants sont équivalents à 1,3 % -1,4 % du PIB dans le cas de l Allemagne et à 0,4 % en Italie. En France, après la mise en œuvre à partir d octobre d un plan de soutien au secteur bancaire, un plan de relance de l activité de 26 milliards d euros est décidé, orienté en premier lieu vers le soutien à la trésorerie des entreprises. Un changement de cap des politiques monétaires La dérive des prix à la consommation, puis le recul de l inflation dans le sillage du contre-choc intervenu sur les cours des matières premières ont profondément influencé l orientation des décisions de politique monétaire. Si la Réserve fédérale américaine et la Banque d Angleterre ont baissé de manière inédite leurs taux directeurs, les autres banques centrales, notamment dans les économies émergentes, ont augmenté leurs taux durant la première partie de l année, avant de les abaisser précipitamment face à l ampleur de la crise financière et devant l urgence à assurer la liquidité du marché interbancaire. Le taux des fonds fédéraux s inscrit désormais dans une fourchette étroite comprise entre 0 et 0,25 % contre 4,25 % en début d année. La Banque d Angleterre a ramené le taux repo de 5,5 % à 2 % fin, puis 1,5 % au tout début. Après une dernière hausse, à contretemps au regard de l évolution macroéconomique, à 4,25 % en juillet, le taux d appel d offres de la BCE a été ramené à 2,5 % et à 2 % le 15 janvier. Les banques centrales ont aussi mis en œuvre un vaste arsenal de mesures, telles que l acquisition directe de papiers commerciaux corporate par la Fed, afin d éviter l assèchement complet du canal du crédit. Pour sa part, la BCE a notamment élargi la gamme des actifs admis en garantie et allongé la maturité moyenne des opérations de refinancement. Des rendements obligataires rythmés par les fluctuations de l aversion pour le risque Les rendements des titres d Etat ont été successivement tirés à la hausse par le spectre inflationniste, puis aspirés à la baisse par la crise financière. Le taux sur les emprunts d Etat à dix ans aux Etats-Unis, qui avait gagné 25 points de base en dépit d un recul de 225 points de base du taux des fonds fédéraux, est tombé de 4,3 % en juillet à 2,2 % fin décembre. Le dix ans européen a clôturé à 3,5 % et le dix ans britannique à 3,1 % contre des taux respectivement de 4,9 % et 5,3 % en juillet, bien qu au sein même de la zone euro, les écarts de rémunération des titres d Etat se soient accentués. Ce recul des rendements des titres d Etat s est accompagné d une remontée à des niveaux exubérants des taux sur les obligations corporate sur quelque qualité de signature que ce soit. Les entreprises françaises sont restées relativement épargnées par le crédit crunch, mais dans certains pays européens, le crédit devient plus rare et plus cher. Le marché des changes a connu des ruptures de tendance La première partie de l année a vu une poursuite des tendances de. La dépréciation du dollar s est opérée visà-vis de la plupart des devises aux exceptions de la livre sterling, du won coréen et du rand sud-africain. Le taux de change de l euro contre le dollar a atteint un sommet à 1 euro pour 1,59 dollar le 22 juillet, inscrivant un nouveau record, puis retombant à 1,25 dollar fin octobre avant de se réapprécier quelque peu. Le Royaume-Uni a connu un effondrement historique de sa devise qui a perdu contre l euro et le dollar respectivement 22 % et 27 % sur l année. Au second semestre, les dépréciations des devises des économies émergentes contre le dollar ont amplifié le désordre du système monétaire mondial. Le yuan a interrompu son mouvement de lente appréciation amorcé à l été La chute du real brésilien a été forte (-31 %). Celle du rouble a été endiguée par les relèvements successifs des taux directeurs de la banque centrale russe. Cependant, le yen et le franc suisse ont bénéficié de leur statut de monnaie refuge, se réappréciant fin. Des chutes boursières et un dégonflement des bulles sur les places émergentes En l espace de quelques mois, la crise financière a précipité les marchés boursiers dans une chute brutale assortie d une volatilité historique, illustrée par des krachs suivis d envolées. En un an, les Bourses mondiales ont perdu 40 %, 60 % parfois 80 % de leur valeur, faisant fondre la capitalisation boursière mondiale de plus de milliards de dollars. Paris a perdu 42,7 %, New York 33,8 %, Londres 31,3 %, Francfort 40,4 %, Tokyo 42,1 % ou Shanghai 69,7 %. La chute a été particulièrement prononcée sur les places des économies émergentes. Les baisses rapides et violentes de taux directeurs partout dans le monde, à l exception de la Russie, ont été sans réel effet sur les marchés boursiers, ceux-ci restant déprimés par la peur d une récession mondiale. L année ne pourra éviter la récession En dépit d une forte mobilisation la crise économique, ne pourra être évitée, les mécanismes de soutien de l activité n intervenant qu en seconde partie de l année. Aussi, s ouvre une phase de recherche d un nouveau modèle de croissance soutenable, mais aussi d un nouveau dispositif général de régulation bancaire et financière. Le 2 avril, les pays leaders de la planète se retrouveront pour analyser les dérives de l innovation financière et relancer la gouvernance économique mondiale. Certains changements toucheront directement au fonctionnement de l Europe. La crise met sous pression les dogmes du traité de Maastricht : les efforts de relance contribuent à creuser les déficits publics au-delà du seuil des 3 % fixé par le Pacte de stabilité et de croissance. Conjoncture n 222 Février - 7 -

8 STATISTIQUES ECONOMIQUES ET MONETAIRES ECONOMIE Période Valeur ou Variation en % sur Indice 1 mois 12 mois Prix à la consommation Janv ,4-0,4 0,7 Production industrielle (hors BTP CVS) Déc ,6-1,8-11,1 Consommation prod. manufacturés (CVS) Déc-08 21,8-0,9-1,7 Commerce extérieur (FAB-FAB CVS) Exportations Déc-08 31,3-2,3-6,7 Importations Déc-08 33,8 0,8-9,0 Demandeurs d emploi (CVS) Nov ,5-9,0-13,2 Taux d épargne des ménages : 4ème tri : 16,0 %(p) Taux d épargne financière : 4ème tri : 6,1 %(p). BANQUE DE FRANCE (encours en milliards d'euros) Décembre Taux de croissance annuel M3 1889,4 5,5 Dépôts à vue 482,3-3,6 Comptes sur livret 485,9 11,0 Dépôts à terme > à 2 ans 259,8-6,3 Dépôts à terme < à 2 ans 184,4 44,4 Décembre Taux de croissance annuel Crédits au secteur privé 1839,2 6,2 Crédits des étab. de crédit aux sociétés non 781,5 9,5 financières Crédits des étab. de crédit aux ménages 928,9 6,7 TAUX ET CHANGES (en moyenne) TAUX COURTS (à 3 mois) 11/08 12/08 01/09 18/02/09 (p) 2010 (e) Etats-Unis (euro dollar 3 mois) 3,08 2,52 1,52 1,25 3,14 2,0 2,2 Japon (Gen-Saki) 0,91 0,92 0,74 0,63 0,94 0,9 1,2 Euribor 4,24 3,27 2,48 1,90 4,63 2,4 2,0 Royaume-Uni (libor) 4,45 3,17 2,34 2,07 5,51 2,3 2,0 TAUX LONGS 11/08 12/08 01/09 18/02/09 (p) 2010 (e) Etats-Unis 3,48 2,40 2,46 2,76 3,64 3,7 4,7 Japon 1,47 1,31 1,25 1,25 1,49 1,2 1,5 Zone euro 3,97 3,58 3,68 3,64 4,27 3,6 4,3 Allemagne 3,55 3,06 3,08 3,00 4,00 3,1 3,9 France 3,93 3,53 3,62 3,56 4,23 3,4 4,1 Royaume-Uni 4,09 3,33 3,36 3,40 4,49 3,6 4,1 CHANGES 11/08 12/08 01/09 18/02/09 (p) 2010 (e) $/euro 0,785 0,742 0,754 0,794 0,683 0,79 0,79 $/yen 96,9 91,2 90,2 93,8 103, euro/$ 1,273 1,350 1,327 1,260 1,47 1,27 1,27 euro/ 0,831 0,908 0,920 0,885 0,797 0,90 0,95 Documents reçus ou envoyés COE-REXECODE Les plans de relance et de soutien du secteur bancaire Févier COE - REXECODE L économie américaine Février BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Adoption de l euro par la Slovaquie Janvier Rédigé le 19 février CONJONCTURE, édité par la Direction Gestion-Finance de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel rue Cardinet PARIS Responsable de la publication : Dominique-Marie DUVERGER - Tél :

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE FRAPPE FORT POUR RELANCER L ACTIVITE EN ZONE EURO. prochainement et à la marche vers l union bancaire.

LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE FRAPPE FORT POUR RELANCER L ACTIVITE EN ZONE EURO. prochainement et à la marche vers l union bancaire. La Banque centrale européenne (BCE), dont les initiatives ont d ores et déjà permis de sauver la zone euro, ne cesse d adopter de nouvelles mesures de politique monétaire pour relancer la croissance. Celles

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession

L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession Olivier Redoulès* En 2008, l économie mondiale a basculé dans la récession. La crise financière a débuté en 2007 aux États-Unis sur le marché

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE Rapport adressé à Monsieur le Président de la République et au Parlement par Christian Noyer, gouverneur Sommaire La Banque de France a fait appel à des métiers

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2011 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Sommaire Executive Summary 3 1 Evolution

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

En direct des Marchés

En direct des Marchés Bruxelles, le mercredi 8 juillet 2015 Madame, Monsieur, La réunion de la dernière chance hier est donc devenue celle de l avant-dernière chance et il faudra attendre dimanche pour connaitre la véritable

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Contexte pétrolier 2010 et tendances

Contexte pétrolier 2010 et tendances Contexte pétrolier 21 et tendances L incertitude du contexte économique, en particulier dans les pays occidentaux, est à l origine d une fluctuation marquée du prix du pétrole en 21 : minimum de 67 $/b

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail