DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)"

Transcription

1 DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP Maxeville LAXOU Cedex Références internes : Relation : Dossier :

2 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 I DONNEES RELATIVES AU SITE 3 I.1 Données météorologiques Généralités 1.2 Données nécessaires a la modélisation de la dispersion atmosphérique I.2 Données topographiques 7 I.3 Données relatives au poste d enrobage Fonctionnement 3.2 Emissions II DISPERSION DES REJETS DU SITE 9 II.1 Modélisation Présentation du logiciel utilisé 1.2 Détermination des concentrations de polluants dans l air inhalé II.2 Incertitudes de la modélisation 10 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Tableau 2 : Tableau 3 : Tableau 4 : Tableau 5 : Températures moyennes mensuelles ( C) Hauteurs moyennes mensuelles des précipitations (en mm) Production mensuelle (tonnes) Caractéristiques des sources Concentrations maximales dans l air LISTE DES FIGURES Figure 1 : Extrait de la carte IGN du secteur étudié Figure 2 : Distribution des forces de vents et Distribution des classes de stabilité Figure 3 : Rose des vents générale (années ) LISTE DES ANNEXES Annexe : Cartographies des résultats

3 2 INTRODUCTION Dans le cadre d une évaluation des risques sanitaires générés par un poste d enrobage exploité par la Société Vosgienne de Produits Routiers (SVPR), APAVE a été sollicité pour réaliser la modélisation des rejets atmosphériques de ce poste pour les paramètres suivants : Composés organiques volatils hors méthane (COVHM), Dioxyde de soufre (SOx), Dioxyde d azote (NOx), Monoxyde de carbone (CO), Poussières. Le présent rapport rend compte des résultats obtenus pour la modélisation de la dispersion atmosphérique de ces polluants.

4 3 I - DONNEES RELATIVES AU SITE L installation se situe dans le département des Vosges, sur la commune de Sainte-Marguerite, commune limitrophe de Saint-Dié-des-Vosges. La commune est située au confluent des vallées de la Meurthe et de la Fave, le relief y est peu marqué. Le poste d enrobage prend place dans une ballastière, en rive gauche de la Meurthe. L altitude moyenne du site est de l ordre de 362 mngf. I.1 Données météorologiques I Généralités Figure 1 : Extrait de la carte IGN du secteur étudié Le climat des Vosges est un climat montagnard / semi-continental. En hiver, le climat est très rude, les températures pouvant descendre régulièrement à -10 C. L'hiver vosgien est également long (de début novembre à fin mars). En été, les températures peuvent être élevées et les orages fréquents. La chaîne montagneuse vosgienne forme un véritable barrage pour les nuages, ce qui explique une assez grande différence pluviométrique entre Épinal et Saint-Dié-des-Vosges. Sur Saint Dié, le climat se présente comme une alternance de temps maussade (plafond nuageux, pluie, fraîcheur humide) et de temps clair (ciel dégagé, soleil en journée, fort refroidissement thermique nocturne). La topographie et les flux atmosphériques dominants génèrent un microclimat. Il est marqué par des vents descendant des reliefs méridionaux sensiblement plus chauds et plus forts à basse altitude, ainsi que par la rareté des brouillards de fond de vallée hivernaux en comparaison avec ceux de la vallée de la Meurthe en aval ou en amont. Les précipitations annuelles à 360 m d altitude (gare de Saint Dié) oscillent entre 800 mm et 950 mm d eau. Elles peuvent être plus que doublées sur les sommets, 500 mètres plus haut.

5 4 I Données nécessaires à la modélisation de la dispersion atmosphérique En l absence de station météorologique représentative du site, il a été demandé à METEO France la construction d un fichier de données trihoraires des températures, précipitations, direction et force des vents, pression et nébulosité (modèle AROME) pour trois années ( ). Arome, un modèle régional à maille fine : Arome constitue le troisième niveau de la "chaîne" de prévision numérique de Météo-France. Disposant d une maille de 2,5 km, son domaine est limité à la France métropolitaine. Arome est alimenté par Aladin qui se nourrit des simulations réalisées par Arpège. Arome ne remplace pas les autres modèles : il délivre des informations supplémentaires, "zoomées" sur l Hexagone et bien plus détaillées. Les données moyennes pour les années 2009 à 2011, issues de ce modèle sont les suivantes : Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année Tableau 1 : Températures moyennes mensuelles ( C) La croissance des températures est régulière de janvier à août puis décroît de façon tout aussi constante. La température moyenne annuelle est de 9.63 C, avec un minimum en janvier (de l ordre de 0 C) et un maximum en août (18,2 C). Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année Tableau 2 : Hauteurs moyennes mensuelles des précipitations (en mm) Les précipitations annuelles sont de l ordre de 1200 mm, avec une hauteur moyenne mensuelle la plus forte en décembre (209 mm) et la plus faible en avril (52 mm). Les mois d'été (mai à août) sont surtout arrosés par des orages alors qu'une partie des précipitations hivernales incombe à la neige. La dispersion des polluants atmosphériques est déterminée par la direction et la vitesse du vent, les températures de l air ambiant et du rejet, mais aussi par la stabilité atmosphérique. Cette stabilité, caractérisant l aptitude de l écoulement des basses couches de l atmosphère à diffuser un polluant, peut être divisée en 6 classes (1) couramment appelées «classes de Pasquill-Gilford». Ce paramètre est le plus complexe à déterminer car il n est généralement pas mesuré. Pour les besoins de cette étude, les classes de stabilité ont été déterminées par le pré-processeur météorologique de l US-EPA appelé PCRAMMET inclus dans le logiciel ISC-AERMOD View, à partir des données météorologiques de surface fournies le modèle Arome de Météo-France. (1) : La stabilité A correspond à une atmosphère très instable, donc en général favorable à la dispersion, à l opposé, la stabilité F est en rapport avec une atmosphère très stable et donc défavorable à la dispersion

6 5 La figure 2 présente la fréquence des différentes forces de vent et la fréquence des stabilités atmosphériques sur les données météorologiques étudiées. Figure 2 : Distribution des forces de vents et Distribution des classes de stabilité On constate que les vents les plus fréquents (près de 37 %) soufflent entre 0,5 et 2 m/s et dans une moindre mesure, entre 2 et 3,5 m/s (35 %). La vitesse moyenne est de 2,7 m/s (soit près de 9,7 km/h environ). Quant aux classes de stabilité, on constate que les classes D (atmosphère neutre) et F (atmosphère très stable) de Pasquill sont les plus fréquemment observées (plus de 30 et 25 %).

7 6 La figure 3, ci-après, présente la rose des vents générale pour le site de Sainte Marguerite (modèle Arome) pour les années Les intersections de la courbe avec les cercles fournissent les fréquences d apparition en fonction de la direction du vent. Les vents dominants soufflent principalement vers le nord-est. Figure 3 : Rose des vents générale (années )

8 7 I.2 Données topographiques La région de Saint-Dié-des-Vosges s étend principalement sur un bassin géologique d âge permien (alternance de couches de grès rouges et de nappes d'argiles). Les sommets environnants d'altitudes variables selon les massifs s établissent à 550 mètres au nord-est à moins de 400 mètres au sud-ouest. Afin de tenir compte de la situation du site dans une vallée (vallée de la Meurthe) bordée de massifs plus ou moins proches et sachant que le relief influence la dispersion atmosphérique des polluants, les données topographiques d un carré de 10 km de côté centré sur le site du poste d enrobage ont été prises en compte dans la modélisation (données IGN). I.3 Données relatives au poste d enrobage I Fonctionnement Le fonctionnement des postes d enrobage peut être très variable d une année à l autre. Ainsi, les temps d émission des polluants atmosphériques (issus du sécheur et de la chaudière) peuvent également varier considérablement. Concernant le poste de la SVPR, il a été cherché à définir une fabrication dite de référence pour construire un fichier horaire de fonctionnement du sécheur et de la chaudière. Pour cela, sur les trois années 2009 à 2011, ont été retenues les fabrications mensuelles les plus importantes. Cette hypothèse est majorante puisque est ainsi obtenue une fabrication annuelle de tonnes, soit environ 30 % de plus que la moyenne de fabrication des 3 dernières années : Année Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total Réf Tableau 3 : Production mensuelle (tonnes)

9 8 a) Cas du brûleur chaufferie Le ratio de consommation est de 6 kwh à la tonne produite, soit pour tonnes, une consommation de kwh PCS ou kwh PCI (ratio PCI/PCS de 0,903). La puissance mesurée du brûleur étant de 534 kw, on obtient une durée de fonctionnement de 1024 heures. Par ailleurs, la chaudière est en service 10 heures par jour lorsque la centrale fonctionne. Ceci nous conduit pour notre année de référence à 2330 heures de fonctionnement de la chaudière par an. Ainsi, le brûleur fonctionne 43 % du temps de fonctionnement de la chaudière (1024 / 2330). Pour simplifier on prendra 50 %, ce qui est majorant en terme d émissions. Pour la construction du fichier horaire de fonctionnement du brûleur, il est pris en compte que chaque jour de fonctionnement de la centrale, la chaudière est mise en route à 6 heures et on suppose que le brûleur fonctionne en continu 1 heure sur 2. b) Cas du sécheur On fixe le fonctionnement de la centrale à 150 tonnes par heure en moyenne. Pour la construction du fichier horaire de fonctionnement du sécheur, il est pris en compte la répartition des fabrications par jour du mois pris en référence. I Emissions Les rejets atmosphériques du sécheur et du brûleur chaufferie sont caractérisés à partir de campagnes ponctuelles : Intervention de septembre 2011 sur le sécheur (rapport VERITAS), Intervention d Avril 2012 sur le brûleur (rapport APAVE). Les données sont les suivantes : Sécheur Brûleur vitesse 12,1 m/s 5,77 m/s température 89 C 334 C Hauteur rejet 30,80 m 5,5 m NOx 0,400 g/s 0,017 g/s CO 0,187 g/s 0 g/s COVHM 0,094 g/s / SO2 9,2 mg/s / Poussières 0,077 g/s / Tableau 4 : Caractéristiques des sources

10 9 II DISPERSION DES REJETS DU SITE II.1 Modélisation II.1.1 Présentation du logiciel utilisé Le calcul des concentrations en polluant est effectué grâce à un outil de modélisation numérique de la dispersion atmosphérique, spécialement conçu pour ce type de problème, le logiciel ISC-AERMOD View. Celui-ci inclut les codes de modélisation de l Agence Américaine pour l Environnement (l US-EPA) : ISCST3 (Industrial Source Complex Short Term Model), ISC-PRIME (Industrial Source Complex Plume Rise Model Enhancement), AERMOD (AMS/EPA Regulatory Model) AERMOD-PRIME (AMS/EPA Regulatory Model Plume Rise Model Enhancement). Le code utilisé dans cette étude est ISCST3. C est un modèle à panache gaussien stationnaire qui peut être utilisé pour déterminer les niveaux de pollution de différentes sources d origine industrielle. II.1.2 Détermination des concentrations de polluants dans l air inhalé Cette étude a pour but de déterminer des ordres de grandeur des concentrations des polluants dans l air et de montrer l influence de la climatologie et du relief sur la pollution atmosphérique locale. Les concentrations sont présentées sous forme de cartographies. Ces dernières sont présentées à l annexe. Seuls les résultats sont explicités et récapitulés ci-après : Les concentrations maximales rencontrées et les points où ces concentrations se rencontrent sont donnés dans le tableau ci-dessous : Substance Concentration maximale Localisation dans l air NOx 0,05549 µg/m3 Point 1 CO 0,016 µg/m3 Point 2 COVHM 0,00828 µg/m3 Point 2 SO2 0,810 ng/m3 Point 2 Poussières 0,00678 µg/m3 Point 2 Tableau 5 : Concentrations maximales dans l air

11 10 Les points 1 et 2 ont les coordonnées suivantes : point1 : X=130 m Y = 75 m point2 : X=1915 m Y = 1607 m sachant que les coordonnées données ci-dessus sont placées dans un repère orthonormé (l'axe des Y parallèle au nord) et dont l'origine est placée sur le point de rejet du sécheur. Ainsi, le point 1 se trouve à 150 m du sécheur au NNE de ce dernier et le point 2 se trouve à 2500 m au NE du sécheur. A noter que le point où se rencontre la concentration maximale est identique pour le CO, les poussières, le SOX et les COHV car seul le sécheur émet ces polluants, à la différence des NOx émis à la fois par le sécheur et le brûleur chaufferie, ce dernier présentant un point de rejet très bas ne participant pas à la bonne diffusion du polluant d'où le point plus proche des sources d'émission. Les concentrations décroissent ensuite rapidement (se reporter aux graphes donnés en annexe). II.2 Incertitudes liées au logiciel Le modèle de dispersion atmosphérique ISCST3 est un modèle gaussien qui intègre des équations de la dynamique des écoulements en régime permanent (régime stationnaire selon les données météorologiques horaires : direction et force du vent). Nous n avons pas aujourd hui de donnée précise sur les incertitudes du modèle concernant les distances et les concentrations calculées. On peut cependant mentionner un article américain : Milton R. Beychok, «Error propagation in air dispersion modeling», Newport Beach, California, USA qui fait état d un rapport du Centre National de Recherche Amarillo, Université du Texas, «Tech Notes March/April 2000». Les travaux de recherche réalisés ont montré que le modèle ISCST de l US-EPA aurait tendance à surévaluer les concentrations de polluants sous le vent d un facteur 10 voire plus.

12 Annexe Cartographies des résultats Les cartographies représentent les concentrations entre la concentration maximale et 1/50 ème de la concentration maximale, les concentrations étant exprimées en µg/m 3 (sauf indication contraire).

13 Annexe Cartographie des concentrations en NOx (en µg/m 3 )

14 Annexe Cartographie des concentrations en CO (en ng/m 3 )

15 Annexe Cartographie des concentrations en poussières (en µg/m 3 )

16 Annexe Cartographie des concentrations en SOx (en ng/m 3 )

17 Annexe Cartographie des concentrations en COHVHM (en µg/m 3 )

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

Caractérisation de la qualité de l air sur la commune d Ostwald

Caractérisation de la qualité de l air sur la commune d Ostwald Caractérisation de la qualité de l air sur la commune d Ostwald campagne de mesure réalisée à l aide de tubes passifs entre le 16 janvier et le 13 février 2001 Juin 2001 ASPA 01060602-I-D Association pour

Plus en détail

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse Départements Bioressources et Surveillance de la Qualité de l Air Direction des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques 19.7.27 Direction de l Air, du Bruit et de l Efficacité Energétique

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DONNÉES DE CADRAGE. La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise

ENVIRONNEMENT DONNÉES DE CADRAGE. La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise Évolution de la pollution moyenne (P50) en dioxyde d azote, pour trois types de regroupements de capteurs (proximité industrielle, proximité automobile

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques?

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques? La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. Sommaire : I ) Influence de la climatologie : *VENT *TEMPERATURE *ENSOLEILLEMENT *PRESSION ATMOSPHERIQUE *HUMIDITE *PRECIPITATIONS II

Plus en détail

Rapport d étude. Simulation de la dispersion des polluants en proximité de la chaufferie Dalkia RESONOR. Lille - Fives

Rapport d étude. Simulation de la dispersion des polluants en proximité de la chaufferie Dalkia RESONOR. Lille - Fives Rapport d étude Simulation de la dispersion des polluants en proximité de la chaufferie Dalkia RESONOR Lille - Fives Sources linéaires : émissions de NOx En kg/jour, base 2008 86-511 16-86 5-16 4-5 3-4

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

Extrait de la réglementation thermique RT2012

Extrait de la réglementation thermique RT2012 Extrait de la réglementation thermique RT2012 LES EXIGENCES Pour répondre à la RT 2012 il conviendra de respecter 3 exigences : - Bbio > Bbio max - Cep > Cep max - Tic > Tic de référence LE COEFFICIENT

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT CAMPAGNE DE MESURES DU 13/9/3 AU 25/9/3 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT ET JOURNEE EN VILLE SANS MA VOITURE DU 22 SEPTEMBRE 23 ATMO Champagne Ardenne - 2, esplanade Roland Garros

Plus en détail

Diagnostic de qualité de l air

Diagnostic de qualité de l air Diagnostic de qualité de l air Mesure de particules (PM10 - PM2,5) en air intérieur, chez un particulier, à proximité du chantier de travaux pour la rénovation du tunnel de la Croix-Rousse (Lyon 1 er )

Plus en détail

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3.1 Caractéristiques météorologiques Les données de Météo France indiquent qu en 2003, la période de survenue des fortes chaleurs s'étend principalement

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION Ce document présente : les principales caractéristiques cycliques de la consommation d électricité en France, les différents

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Observatoire PDU 2006: simulations SIRANE Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Rédacteurs Relecteur Diffusion Date N et Version IRi Cf fiche de relecture Interne Avril

Plus en détail

N 2. Missions : Mars 2013

N 2. Missions : Mars 2013 N 2 La problématique air-énergie énergie-climat liée au transport routier en Aquitaine Mars 2013 Les résultats présentés dans ce document sont le fruit d une collaboration entre le CETE Sud-Ouest, la DREAL

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

TROISIEME COMMUNICATION NATIONALE

TROISIEME COMMUNICATION NATIONALE TROISIEME COMMUNICATION NATIONALE DE LA PRINCIPAUTE DE MONACO CONVENTION CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Novembre 2001 INTRODUCTION La Principauté de Monaco a adhéré à la Convention-cadre

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur l agglomération mulhousienne

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur l agglomération mulhousienne Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur l agglomération mulhousienne Simulation état 2007 Septembre 2008 Conditions de diffusion des données : Diffusion libre pour une réutilisation ultérieure

Plus en détail

Étude d'impact : Air - Évaluation des risques sanitaires Projet

Étude d'impact : Air - Évaluation des risques sanitaires Projet Dossier réalisé par KIETUDES 139 Rue des Arts 59100 ROUBAIX tél : 03.20.70.08.39 fax : 03.20.28.48.69 Étude d'impact : Air Évaluation des risques sanitaires Projet ZAC de l Ange Gardien QUESNOY SUR DEULE

Plus en détail

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION &

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & MESURES D URGENCE» JEUDI 22 MAI 2014 Episode de pollution en France Laurence Rouïl, Frédérik Meleux, Laure Malherbe, Laurent Letinois, Olivier Favez, Bertrand Bessagnet,

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Po.v.a, paroles d experts sur. L air (pur?) des Alpes. Pollution des Vallées Alpines

Po.v.a, paroles d experts sur. L air (pur?) des Alpes. Pollution des Vallées Alpines Po.v.a, paroles d experts sur L air (pur? des Alpes PO.V.A Pollution des Vallées Alpines Edito La qualité de l air s est-elle améliorée à Chamonix et dégradée à St-Jean-de-Maurienne pendant la fermeture

Plus en détail

SURVEILLANCE DES MÉTAUX DANS L AIR AUTOUR DE L USINE D INCINÉRATION D ORDURES MÉNAGÈRES À SAINT-OUEN. Septembre 2010

SURVEILLANCE DES MÉTAUX DANS L AIR AUTOUR DE L USINE D INCINÉRATION D ORDURES MÉNAGÈRES À SAINT-OUEN. Septembre 2010 SURVEILLANCE DES MÉTAUX DANS L AIR AUTOUR DE L USINE D INCINÉRATION D ORDURES MÉNAGÈRES À SAINT-OUEN Septembre 2010 Surveillance de la Qualité de l Air en Île-de-France Surveillance des métaux dans l air

Plus en détail

DE MESURES TEMPORAIRES

DE MESURES TEMPORAIRES CAMPAGNE DE MESURES TEMPORAIRES Du 05 février au 31 mars 2004 FUVEAU LA BARQUE Date de publication : août 2004 Référence dossier : DR/YCM/RA/08.04/01 Surveillance de la qualité de l air de l Est des Bouches-du-Rhône,

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

d établir des propositions d optimisation du dispositif actuel de surveillance de la qualité de l air sur la zone de l Ardoise ;

d établir des propositions d optimisation du dispositif actuel de surveillance de la qualité de l air sur la zone de l Ardoise ; ZONE INDUSTRIELLE DE L ARDOISE (30) Environnement de FERROPEM Etudes préalables à la redéfinition du dispositif de surveillance de la qualité de l air I - CONTEXTE En 1997, les sociétés Ugine et FERROPEM

Plus en détail

DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. www.ra2013.air-rhonealpes.fr

DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. www.ra2013.air-rhonealpes.fr DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 www.ra2013.air-rhonealpes.fr Préambule Grandes tendances Situation vis-à-vis de la réglementation Exposition des territoires et des populations Episodes de pollution

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Christian Seigneur Cerea Plan Dispersions lagrangienne et eulérienne Modèles gaussiens Modèles lagrangiens Modèles eulériens

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Surveillance des métaux dans l air autour de la raffinerie située à Grandpuits Airparif Décembre 2009 Page 1 sur 26

Surveillance des métaux dans l air autour de la raffinerie située à Grandpuits Airparif Décembre 2009 Page 1 sur 26 Page 1 sur 26 Surveillance de la Qualité de l Air en Île-de-France Surveillance des métaux dans l air autour de la raffinerie de Grandpuits Décembre 2009 Etude réalisée par : Airparif, association de surveillance

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR?

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR? 1800 CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS, QUEL CLIMAT FUTUR? PARIS-MONTSOURIS, LA MÉMOIRE DU CLIMAT PARISIEN Depuis 1872, différents paramètres

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

2014 : Qualité de l air meilleure qu en 2013 dans le Var mais encore des zones exposées aux dépassements

2014 : Qualité de l air meilleure qu en 2013 dans le Var mais encore des zones exposées aux dépassements 2014 : Qualité de l air meilleure qu en 2013 dans le Var mais encore des zones exposées aux dépassements 2014, des conditions propices à une meilleure qualité de l air Depuis les 10 dernières années, les

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE CETE de l Est centre d Études techniques de l Équipement CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE LES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES La qualité de l air et son incidence sur la

Plus en détail

ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE

ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE Septembre 2007 Etude réalisée par : AIRPARIF Surveillance

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PREDIM 21 novembre, 2013 Objectif du projet AIRCITY Le Projet AIRCITY visait à développer un prototype de simulation 3D à haute résolution de la qualité de

Plus en détail

ENERGETIQUE DU BATIMENT

ENERGETIQUE DU BATIMENT LP MIE Module UE2 2B-CEE Energétique du bâtiment I. INTRODUCTION : ENERGETIQUE DU BATIMENT Prenons l exemple d un bâtiment en hiver pour lequel on souhaiterait obtenir une température intérieure de 18

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

DE MESURES TEMPORAIRES

DE MESURES TEMPORAIRES CAMPAGNE DE MESURES TEMPORAIRES Juin 23 PARTICULES ET METAUX LOURDS SUR LE SITE DE L ESCALETTE (MARSEILLE) Photographie du site 1 - Escalette Date de publication : novembre 23 Référence dossier : 2-6 -

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET B I L A N D E BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PLACOPLATRE ANNEE 2011 G A Z A E F F E T PRESTATAIRE : CITEPA 7, Cité Paradis 75010 Paris Tél : 01 44 83 68 83 Octobre 2012 D E S E R R E TABLE

Plus en détail

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Bilan d'intervention Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Novembre 2009 COPARLY 3, allée des Sorbiers 69500 BRON

Plus en détail

Caractérisation de la Qualité de l Air en Vallée de Seine

Caractérisation de la Qualité de l Air en Vallée de Seine Surveillance de la Qualité de l'air en Ile-de-France Caractérisation de la Qualité de l Air en Vallée de Seine Rapport FINAL Novembre 2004 Etude réalisée par : AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DU BIOCLIMATISME. Thomas Jusselme / exndo - ingénierie d éco-conception - 04 78 39 44 28 - www.exndo.com

LES FONDAMENTAUX DU BIOCLIMATISME. Thomas Jusselme / exndo - ingénierie d éco-conception - 04 78 39 44 28 - www.exndo.com LES FONDAMENTAUX DU BIOCLIMATISME PLAN DE COURS 1.Définition 2.Le contexte géographique 3.Le confort 4.L architecture 5.Etudes de cas BIOCLIMATISME : DÉFINITION DÉFINITION Le bioclimatisme consiste à trouver

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Julien GALINEAU Air Lorraine 30/04/2012 1 Contexte et objectif du présent rapport... 2 2 Méthode de détermination des consommations de

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

SOLTHERM. Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM. Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE CHEZ SOI Raison 1 Le chauffe-eau

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Introduction o Le e-commerce présente un avantage environnemental par rapport au commerce traditionnel La différence principale entre les

Plus en détail

Pompe à chaleur Daikin Altherma bi-bloc basse température

Pompe à chaleur Daikin Altherma bi-bloc basse température Pompe à chaleur Daikin Altherma bi-bloc basse température Construction neuve bien isolée Surface chauffée de 150m2 Distribution par chauffage au sol Déperditions de 7kW Rapport du simulateur Daikin Altherma

Plus en détail

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France Gain sur les émissions

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMARCHES & RÉSULTATS L IMPACT DU VENT RENTABILITÉ DES ÉCRANS THERMIQUES GUILLAUME PROULX-GOBEIL MARCO GIROUARD GILLES CADOTTE

Plus en détail

Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015

Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015 Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015 Rapport complémentaire à l évaluation de l exposition potentielle de la population de l agglomération de Valence

Plus en détail

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION NIVEAUX SONORES ÉMIS DANS L ENVIRONNEMENT EN RÉFÉRENCE À L ARRÊTÉ DU 23 JANVIER

Plus en détail

Les villes face au changement climatique

Les villes face au changement climatique Petit-déjeuner de presse 2 juillet 2015 Les villes face au changement climatique Contacts presse Météo-France Anne Orliac 01 77 94 71 36 Sarah Bardis 01 77 94 71 32 presse@meteo.fr @meteofrance Contact

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Juillet 2003. Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils -

Juillet 2003. Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils - Juillet 2003 Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils - RESUME La région de l étang de Berre et le golfe de Fos constituent

Plus en détail

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Campagne 28 : Date : Novembre 28 Auteur : ATMO Poitou-Charentes (F. Caïni) Introduction Cette étude s inscrit dans le programme de surveillance

Plus en détail

Qualité de l air HAUTES-ALPES. Bilanannuel. www.airpaca.org

Qualité de l air HAUTES-ALPES. Bilanannuel. www.airpaca.org Qualité de l air HAUTES-ALPES Bilanannuel 2011 www.airpaca.org TABLE DES MATIERES 1. DESCRIPTIF DU TERRITOIRE... 4 2. STRATEGIE DE SURVEILLANCE... 5 3. LA POLLUTION PHOTOCHIMIQUE... 6 4. LE DIOXYDE D

Plus en détail

INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION DE RÉELLES ÉCONOMIES D ÉNERGIE UN CONFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE

INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION DE RÉELLES ÉCONOMIES D ÉNERGIE UN CONFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE INNOVENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ À NDENSATION DE RÉELLES ÉNOMIES D ÉNERGIE UN NFORT D AVANCE UN VRAI PLUS POUR LA PLANÈTE LE PROGRÈS UTILE 5 LES 6 POINTS-CLÉS DU PROGRÈS TECHNIQUE Corps de chauffe en aluminium

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Ecocomparateur Coliposte Juillet 2012 INTRODUCTION LE E-COMMERCE PRÉSENTE UN AVANTAGE ENVIRONNEMENTAL PAR RAPPORT AU

Plus en détail

Caractérisation de la Qualité de l Air

Caractérisation de la Qualité de l Air Juin 28 Caractérisation de la Qualité de l Air à Saint-Gervais-les-Bains en 27 - Rapport Final -. L Air de l Ain et des Pays de Savoie 43, Rue de la Belle Eau - Z.I des Landiers Nord - 73 CHAMBERY Tél.

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Evaluation de la qualité de l air sur la zone industrielle de Sarralbe-Willerwald et ses environs en 2008

RAPPORT D ETUDE. Evaluation de la qualité de l air sur la zone industrielle de Sarralbe-Willerwald et ses environs en 2008 RAPPORT D ETUDE Evaluation de la qualité de l air sur la zone industrielle de Sarralbe-Willerwald et ses environs en 2008 Date de publication : 03/02/2010 Référence: 2008/04/01-2009/01/06_Willerwald_LM-TP_RC

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

pompes à chaleur LA GAMME pompes à chaleur TOUTE L ÉNERGIE DE LA TERRE, DE L EAU ET DE L AIR Économies

pompes à chaleur LA GAMME pompes à chaleur TOUTE L ÉNERGIE DE LA TERRE, DE L EAU ET DE L AIR Économies LA GAMME dimensions et poids H = hauteur, L = largeur, P = profondeur AÉROTHERMIE 6 à 16 kw 11 à 16 kw 18 à 22 kw 3,6 à 4,1 3,7 à 4,1 3,4 à 3,5 R 410 A R 404 A R 290 Température extérieure minimum de fonctionnement

Plus en détail

vosges di Moreno Beggio

vosges di Moreno Beggio vosges di Moreno Beggio tél. +39-444-387119 r.a. Division catalyseurs magnétiques téléfax +39-444-264228 Via Roma, 133 mail : estero@vosges-italia.it 36040 - TORRI DI QUARTESOLO - http://www.vosges-italia.it

Plus en détail

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 CARTOGRAPHIE DES CHAMPS DE CONCENTRATION EN DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) ET EN BENZENE (C 6 H 6 ) - INTERPOLATION PAR KRIGEAGE ORDINAIRE MONOVARIABLE

Plus en détail

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA

Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Prévoir les bonnes journées : Les prévisions d'émagramme NOAA Pour commencer Ce que je veux savoir pour aller voler Emagramme : définition, altitude, température, trucs et vocabulaire, humidité, rapport

Plus en détail

climat BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE

climat BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE QUALITÉ DE L AIR : QUELS RÉSULTATS EN 2014? air énergie climat Jacques PATRIS Président d atmo Nord Pas-de-Calais BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE La qualité de l

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

Fréjus / Saint-Raphaël Draguignan

Fréjus / Saint-Raphaël Draguignan Campagnes de mesures temporaires Laboratoire mobile régional Camionnette Airmaraix - tubes à diffusion passive NO 2 Première évaluation de la qualité de l air Fréjus / Saint-Raphaël Draguignan Du 8 janvier

Plus en détail

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION

CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION CARACTÉRISATION DE LA QUALITÉ DE L'AIR À PROXIMITÉ DES VOIES À GRANDE CIRCULATION Modélisation de la pollution atmosphérique à proximité des axes routiers les plus importants d Île-de-France : croisement

Plus en détail