DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)"

Transcription

1 DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP Maxeville LAXOU Cedex Références internes : Relation : Dossier :

2 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 I DONNEES RELATIVES AU SITE 3 I.1 Données météorologiques Généralités 1.2 Données nécessaires a la modélisation de la dispersion atmosphérique I.2 Données topographiques 7 I.3 Données relatives au poste d enrobage Fonctionnement 3.2 Emissions II DISPERSION DES REJETS DU SITE 9 II.1 Modélisation Présentation du logiciel utilisé 1.2 Détermination des concentrations de polluants dans l air inhalé II.2 Incertitudes de la modélisation 10 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Tableau 2 : Tableau 3 : Tableau 4 : Tableau 5 : Températures moyennes mensuelles ( C) Hauteurs moyennes mensuelles des précipitations (en mm) Production mensuelle (tonnes) Caractéristiques des sources Concentrations maximales dans l air LISTE DES FIGURES Figure 1 : Extrait de la carte IGN du secteur étudié Figure 2 : Distribution des forces de vents et Distribution des classes de stabilité Figure 3 : Rose des vents générale (années ) LISTE DES ANNEXES Annexe : Cartographies des résultats

3 2 INTRODUCTION Dans le cadre d une évaluation des risques sanitaires générés par un poste d enrobage exploité par la Société Vosgienne de Produits Routiers (SVPR), APAVE a été sollicité pour réaliser la modélisation des rejets atmosphériques de ce poste pour les paramètres suivants : Composés organiques volatils hors méthane (COVHM), Dioxyde de soufre (SOx), Dioxyde d azote (NOx), Monoxyde de carbone (CO), Poussières. Le présent rapport rend compte des résultats obtenus pour la modélisation de la dispersion atmosphérique de ces polluants.

4 3 I - DONNEES RELATIVES AU SITE L installation se situe dans le département des Vosges, sur la commune de Sainte-Marguerite, commune limitrophe de Saint-Dié-des-Vosges. La commune est située au confluent des vallées de la Meurthe et de la Fave, le relief y est peu marqué. Le poste d enrobage prend place dans une ballastière, en rive gauche de la Meurthe. L altitude moyenne du site est de l ordre de 362 mngf. I.1 Données météorologiques I Généralités Figure 1 : Extrait de la carte IGN du secteur étudié Le climat des Vosges est un climat montagnard / semi-continental. En hiver, le climat est très rude, les températures pouvant descendre régulièrement à -10 C. L'hiver vosgien est également long (de début novembre à fin mars). En été, les températures peuvent être élevées et les orages fréquents. La chaîne montagneuse vosgienne forme un véritable barrage pour les nuages, ce qui explique une assez grande différence pluviométrique entre Épinal et Saint-Dié-des-Vosges. Sur Saint Dié, le climat se présente comme une alternance de temps maussade (plafond nuageux, pluie, fraîcheur humide) et de temps clair (ciel dégagé, soleil en journée, fort refroidissement thermique nocturne). La topographie et les flux atmosphériques dominants génèrent un microclimat. Il est marqué par des vents descendant des reliefs méridionaux sensiblement plus chauds et plus forts à basse altitude, ainsi que par la rareté des brouillards de fond de vallée hivernaux en comparaison avec ceux de la vallée de la Meurthe en aval ou en amont. Les précipitations annuelles à 360 m d altitude (gare de Saint Dié) oscillent entre 800 mm et 950 mm d eau. Elles peuvent être plus que doublées sur les sommets, 500 mètres plus haut.

5 4 I Données nécessaires à la modélisation de la dispersion atmosphérique En l absence de station météorologique représentative du site, il a été demandé à METEO France la construction d un fichier de données trihoraires des températures, précipitations, direction et force des vents, pression et nébulosité (modèle AROME) pour trois années ( ). Arome, un modèle régional à maille fine : Arome constitue le troisième niveau de la "chaîne" de prévision numérique de Météo-France. Disposant d une maille de 2,5 km, son domaine est limité à la France métropolitaine. Arome est alimenté par Aladin qui se nourrit des simulations réalisées par Arpège. Arome ne remplace pas les autres modèles : il délivre des informations supplémentaires, "zoomées" sur l Hexagone et bien plus détaillées. Les données moyennes pour les années 2009 à 2011, issues de ce modèle sont les suivantes : Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année Tableau 1 : Températures moyennes mensuelles ( C) La croissance des températures est régulière de janvier à août puis décroît de façon tout aussi constante. La température moyenne annuelle est de 9.63 C, avec un minimum en janvier (de l ordre de 0 C) et un maximum en août (18,2 C). Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année Tableau 2 : Hauteurs moyennes mensuelles des précipitations (en mm) Les précipitations annuelles sont de l ordre de 1200 mm, avec une hauteur moyenne mensuelle la plus forte en décembre (209 mm) et la plus faible en avril (52 mm). Les mois d'été (mai à août) sont surtout arrosés par des orages alors qu'une partie des précipitations hivernales incombe à la neige. La dispersion des polluants atmosphériques est déterminée par la direction et la vitesse du vent, les températures de l air ambiant et du rejet, mais aussi par la stabilité atmosphérique. Cette stabilité, caractérisant l aptitude de l écoulement des basses couches de l atmosphère à diffuser un polluant, peut être divisée en 6 classes (1) couramment appelées «classes de Pasquill-Gilford». Ce paramètre est le plus complexe à déterminer car il n est généralement pas mesuré. Pour les besoins de cette étude, les classes de stabilité ont été déterminées par le pré-processeur météorologique de l US-EPA appelé PCRAMMET inclus dans le logiciel ISC-AERMOD View, à partir des données météorologiques de surface fournies le modèle Arome de Météo-France. (1) : La stabilité A correspond à une atmosphère très instable, donc en général favorable à la dispersion, à l opposé, la stabilité F est en rapport avec une atmosphère très stable et donc défavorable à la dispersion

6 5 La figure 2 présente la fréquence des différentes forces de vent et la fréquence des stabilités atmosphériques sur les données météorologiques étudiées. Figure 2 : Distribution des forces de vents et Distribution des classes de stabilité On constate que les vents les plus fréquents (près de 37 %) soufflent entre 0,5 et 2 m/s et dans une moindre mesure, entre 2 et 3,5 m/s (35 %). La vitesse moyenne est de 2,7 m/s (soit près de 9,7 km/h environ). Quant aux classes de stabilité, on constate que les classes D (atmosphère neutre) et F (atmosphère très stable) de Pasquill sont les plus fréquemment observées (plus de 30 et 25 %).

7 6 La figure 3, ci-après, présente la rose des vents générale pour le site de Sainte Marguerite (modèle Arome) pour les années Les intersections de la courbe avec les cercles fournissent les fréquences d apparition en fonction de la direction du vent. Les vents dominants soufflent principalement vers le nord-est. Figure 3 : Rose des vents générale (années )

8 7 I.2 Données topographiques La région de Saint-Dié-des-Vosges s étend principalement sur un bassin géologique d âge permien (alternance de couches de grès rouges et de nappes d'argiles). Les sommets environnants d'altitudes variables selon les massifs s établissent à 550 mètres au nord-est à moins de 400 mètres au sud-ouest. Afin de tenir compte de la situation du site dans une vallée (vallée de la Meurthe) bordée de massifs plus ou moins proches et sachant que le relief influence la dispersion atmosphérique des polluants, les données topographiques d un carré de 10 km de côté centré sur le site du poste d enrobage ont été prises en compte dans la modélisation (données IGN). I.3 Données relatives au poste d enrobage I Fonctionnement Le fonctionnement des postes d enrobage peut être très variable d une année à l autre. Ainsi, les temps d émission des polluants atmosphériques (issus du sécheur et de la chaudière) peuvent également varier considérablement. Concernant le poste de la SVPR, il a été cherché à définir une fabrication dite de référence pour construire un fichier horaire de fonctionnement du sécheur et de la chaudière. Pour cela, sur les trois années 2009 à 2011, ont été retenues les fabrications mensuelles les plus importantes. Cette hypothèse est majorante puisque est ainsi obtenue une fabrication annuelle de tonnes, soit environ 30 % de plus que la moyenne de fabrication des 3 dernières années : Année Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total Réf Tableau 3 : Production mensuelle (tonnes)

9 8 a) Cas du brûleur chaufferie Le ratio de consommation est de 6 kwh à la tonne produite, soit pour tonnes, une consommation de kwh PCS ou kwh PCI (ratio PCI/PCS de 0,903). La puissance mesurée du brûleur étant de 534 kw, on obtient une durée de fonctionnement de 1024 heures. Par ailleurs, la chaudière est en service 10 heures par jour lorsque la centrale fonctionne. Ceci nous conduit pour notre année de référence à 2330 heures de fonctionnement de la chaudière par an. Ainsi, le brûleur fonctionne 43 % du temps de fonctionnement de la chaudière (1024 / 2330). Pour simplifier on prendra 50 %, ce qui est majorant en terme d émissions. Pour la construction du fichier horaire de fonctionnement du brûleur, il est pris en compte que chaque jour de fonctionnement de la centrale, la chaudière est mise en route à 6 heures et on suppose que le brûleur fonctionne en continu 1 heure sur 2. b) Cas du sécheur On fixe le fonctionnement de la centrale à 150 tonnes par heure en moyenne. Pour la construction du fichier horaire de fonctionnement du sécheur, il est pris en compte la répartition des fabrications par jour du mois pris en référence. I Emissions Les rejets atmosphériques du sécheur et du brûleur chaufferie sont caractérisés à partir de campagnes ponctuelles : Intervention de septembre 2011 sur le sécheur (rapport VERITAS), Intervention d Avril 2012 sur le brûleur (rapport APAVE). Les données sont les suivantes : Sécheur Brûleur vitesse 12,1 m/s 5,77 m/s température 89 C 334 C Hauteur rejet 30,80 m 5,5 m NOx 0,400 g/s 0,017 g/s CO 0,187 g/s 0 g/s COVHM 0,094 g/s / SO2 9,2 mg/s / Poussières 0,077 g/s / Tableau 4 : Caractéristiques des sources

10 9 II DISPERSION DES REJETS DU SITE II.1 Modélisation II.1.1 Présentation du logiciel utilisé Le calcul des concentrations en polluant est effectué grâce à un outil de modélisation numérique de la dispersion atmosphérique, spécialement conçu pour ce type de problème, le logiciel ISC-AERMOD View. Celui-ci inclut les codes de modélisation de l Agence Américaine pour l Environnement (l US-EPA) : ISCST3 (Industrial Source Complex Short Term Model), ISC-PRIME (Industrial Source Complex Plume Rise Model Enhancement), AERMOD (AMS/EPA Regulatory Model) AERMOD-PRIME (AMS/EPA Regulatory Model Plume Rise Model Enhancement). Le code utilisé dans cette étude est ISCST3. C est un modèle à panache gaussien stationnaire qui peut être utilisé pour déterminer les niveaux de pollution de différentes sources d origine industrielle. II.1.2 Détermination des concentrations de polluants dans l air inhalé Cette étude a pour but de déterminer des ordres de grandeur des concentrations des polluants dans l air et de montrer l influence de la climatologie et du relief sur la pollution atmosphérique locale. Les concentrations sont présentées sous forme de cartographies. Ces dernières sont présentées à l annexe. Seuls les résultats sont explicités et récapitulés ci-après : Les concentrations maximales rencontrées et les points où ces concentrations se rencontrent sont donnés dans le tableau ci-dessous : Substance Concentration maximale Localisation dans l air NOx 0,05549 µg/m3 Point 1 CO 0,016 µg/m3 Point 2 COVHM 0,00828 µg/m3 Point 2 SO2 0,810 ng/m3 Point 2 Poussières 0,00678 µg/m3 Point 2 Tableau 5 : Concentrations maximales dans l air

11 10 Les points 1 et 2 ont les coordonnées suivantes : point1 : X=130 m Y = 75 m point2 : X=1915 m Y = 1607 m sachant que les coordonnées données ci-dessus sont placées dans un repère orthonormé (l'axe des Y parallèle au nord) et dont l'origine est placée sur le point de rejet du sécheur. Ainsi, le point 1 se trouve à 150 m du sécheur au NNE de ce dernier et le point 2 se trouve à 2500 m au NE du sécheur. A noter que le point où se rencontre la concentration maximale est identique pour le CO, les poussières, le SOX et les COHV car seul le sécheur émet ces polluants, à la différence des NOx émis à la fois par le sécheur et le brûleur chaufferie, ce dernier présentant un point de rejet très bas ne participant pas à la bonne diffusion du polluant d'où le point plus proche des sources d'émission. Les concentrations décroissent ensuite rapidement (se reporter aux graphes donnés en annexe). II.2 Incertitudes liées au logiciel Le modèle de dispersion atmosphérique ISCST3 est un modèle gaussien qui intègre des équations de la dynamique des écoulements en régime permanent (régime stationnaire selon les données météorologiques horaires : direction et force du vent). Nous n avons pas aujourd hui de donnée précise sur les incertitudes du modèle concernant les distances et les concentrations calculées. On peut cependant mentionner un article américain : Milton R. Beychok, «Error propagation in air dispersion modeling», Newport Beach, California, USA qui fait état d un rapport du Centre National de Recherche Amarillo, Université du Texas, «Tech Notes March/April 2000». Les travaux de recherche réalisés ont montré que le modèle ISCST de l US-EPA aurait tendance à surévaluer les concentrations de polluants sous le vent d un facteur 10 voire plus.

12 Annexe Cartographies des résultats Les cartographies représentent les concentrations entre la concentration maximale et 1/50 ème de la concentration maximale, les concentrations étant exprimées en µg/m 3 (sauf indication contraire).

13 Annexe Cartographie des concentrations en NOx (en µg/m 3 )

14 Annexe Cartographie des concentrations en CO (en ng/m 3 )

15 Annexe Cartographie des concentrations en poussières (en µg/m 3 )

16 Annexe Cartographie des concentrations en SOx (en ng/m 3 )

17 Annexe Cartographie des concentrations en COHVHM (en µg/m 3 )

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Mon auto-bilan Rapport de synthèse des consommations énergétiques Entreprise Confitures du Var Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Contrats analysés Contrat élec: Jaune Base Contrat Gaz:

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue Fresnel

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs RÉFÉRENCE : Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs Ce document a pour objet de décrire la méthode de détermination

Plus en détail

État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse)

État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse) État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse) Deux sites de mesures : 1. Mesures réalisées à Aucamville à l aide d une station fixe à proximité

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE 2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE Faits saillants Le régime hydrique de la rivière du Diable et de ses tributaires est de type «pluvio-nival», lequel se caractérise par l évènement de deux cycles

Plus en détail

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Christian GERINTE BARBANEL 26, villa Baudran 94742 Arcueil Cedex cgerinte@barbanel.fr Les nappes d eaux souterraines sont fréquemment

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain Fiche 7 du CARNET DE SANTE Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain 1 PRELIMINAIRES / CONSTAT... 2 2 CONCEPT DE L ANALYSE PRATIQUE DE «BON FONCTIONNEMENT»... 2

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 http:\\www.comples.org ETUDE ET MODELISATION DU POTENTIEL SOLAIRE ADEQUAT POUR L ESTIMATION DES ECLAIREMENTS INCIDENTS A GHARDAÏA M. HAMDANI 1, S.M.A.

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Extrait de la réglementation thermique RT2012

Extrait de la réglementation thermique RT2012 Extrait de la réglementation thermique RT2012 LES EXIGENCES Pour répondre à la RT 2012 il conviendra de respecter 3 exigences : - Bbio > Bbio max - Cep > Cep max - Tic > Tic de référence LE COEFFICIENT

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (BILAN G.E.S.) Loi Grenelle 2 Le Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (Bilan G.E.S.) Préambule L article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010 Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA1462-ID Avril 21 Contrat 6-8 : Evaluation de la qualité de l air en proximité trafic sur Thann 1 Conditions de diffusion

Plus en détail

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Ecocomparateur Coliposte Juillet 2012 INTRODUCTION LE E-COMMERCE PRÉSENTE UN AVANTAGE ENVIRONNEMENTAL PAR RAPPORT AU

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Mesures des teneurs en composés soufrés

Mesures des teneurs en composés soufrés Octobre 2007 Mesures des teneurs en composés soufrés sur la commune de la Motte Servolex de Mai à Septembre 2007. L Air de l Ain et des Pays de Savoie 430, Rue de la Belle Eau - Z.I des Landiers Nord -

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité et chauffage)

Plus en détail

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic A la demande du Conseil Général de la Seine-et-Marne, AIRPARIF a établi un bilan de la qualité de l air

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC)

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) ISDND Les Parrines Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) 1 Méthodologie Le modèle utilisé pour réaliser le bilan hydrique du site est MOBYDEC (Modèle Global de Bilan Hydrique de Décharge), développé

Plus en détail

2013, une année en demi-teinte. Bilan 2013 de la qualité de l air en Alsace

2013, une année en demi-teinte. Bilan 2013 de la qualité de l air en Alsace 2013, une année en demi-teinte la qualité de l air reste bonne mais certains indicateurs présentent une légère dégradation Les températures moyennes mensuelles ont été inférieures à la normale au cours

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Site audité : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte CLIENT : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte INTERLOCUTEUR : TELLIER Jean-François ADRESSE : CS 10039

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Introduction o Le e-commerce présente un avantage environnemental par rapport au commerce traditionnel La différence principale entre les

Plus en détail

Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec

Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec Tendance des niveaux de pollution atmosphérique du corridor Windsor-Québec Rapport préparé en réponse au BAPE dans le cadre de l évaluation environnementale d une usine de fabrication d engrais à Bécancour

Plus en détail

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Fiche logiciel LibreOffice Calc 3.x Tableur Niveau LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Un tableau croisé dynamique (appelé Pilote de données dans LibreOffice) est un tableau

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt

Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt 1 Instrumentation mise en œuvre Caméra thermographique : Fluke Ti20 2 Objet de l étude Les TGBT 1 et

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014

Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014 Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014 Référence : Version : 29/01/2015 Auteur : Fabrice Caïni 2

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 Les premières cartographies régionales d indicateurs réglementaires d ozone ont été réalisées pour l année 2012 à partir de la

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 2014 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 2015 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 2004 ET 2014 La RATP, soucieuse

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Pour le d un bâtiment, il existe quatre modes de fonctionnement. Ceux-ci se différencient par le «système» de production de chaleur prévu pour couvrir les besoins

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV THEME : Observer ondes et matière Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler I Présentation de l effet Doppler Ecouter les fichiers Audio

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012

Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Observatoire PDU 2006: simulations SIRANE Observatoire PDU Grenoble 2006: Simulations NO 2 SIRANE Scénarii 2012 Rédacteurs Relecteur Diffusion Date N et Version IRi Cf fiche de relecture Interne Avril

Plus en détail

Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie

Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Spécialité Energie et Environnement Puissances, énergies : que paye t-on lors de la recharge d un véhicule électrique? Thème Energie Objectifs de formation. EE2 : Valider

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

LA SPECIALITE ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

LA SPECIALITE ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable LA SPECIALITE ENERGIE ET ENVIRONNEMENT 1 ère STI2D CI5 : Efficacité énergétique active Cours - TD EE LA SPECIALITE ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES. MATHEMATIQUES (15 points)

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES. MATHEMATIQUES (15 points) BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Une automobile hybride est un véhicule disposant de deux types de motorisation : un moteur thermique et un moteur

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 213 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Février 214 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 213 La RATP, soucieuse de

Plus en détail

Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET

Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET Annexe 6 : Etude acoustique BEAUDET RAPPORT D ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT Projet de renouvellement urbain Commune du Cheylard (07) Chantier de démolition d immeubles d habitations Établi

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Conformément à l article 75 de la loi N 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement. Le 20 décembre 2012 Sommaire Présentation...

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 En les exprimant en variables réduites dans les repères (ϕ, ψ), et(ϕ, Λ), le facteur de puissance étant représentatif de l'efficacité,

Plus en détail

Estimation des quantités de gaz naturel livrées et non comptées pour les PCE à relevé semestriel

Estimation des quantités de gaz naturel livrées et non comptées pour les PCE à relevé semestriel Estimation des quantités de gaz naturel livrées et non comptées pour les PCE à relevé semestriel Date : 06 janvier 2009 Référence : Version 2 Ce document expose les règles appliquées par le Gestionnaire

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

Votre assurance de groupe

Votre assurance de groupe Votre assurance de groupe Informations pratiques concernant votre décompte de primes Depuis le 23 octobre, votre assurance de groupe est gérée dans un nouveau système informatique. Vous recevrez très prochainement

Plus en détail

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique?

Des mesures d ozone sur la façade Atlantique? La bordure littorale atlantique évoque instinctivement l air pur. Toutefois, comme les autres régions plus continentales, elle n est pas forcement épargnée par des pointes de pollution à l ozone. L alternance

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail