Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy"

Transcription

1 Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le calculateur TITAN est utilisé par deux équipes du laboratoire. L équipe «Troposphère» l utise dans le cadre de la thèse de doctorat de Dorothée Lesouef pour réaliser des simulation des écoulement atmosphérique à haute résolution au niveau de l île ainsi que la diffusion de traceurs passif pour simuler la dispersion de polluants. L équipe modélisation des cyclones l utilise également en en tests actuellement pour des simulation d analyse de cyclones en présence de relief avec le même modèle Méso-NH. Le modèle Méso-NH est un code parallélisé, il s agit d un outil complexe qui nécessite des supercalculateurs performants pour fonctionner dans de bonnes conditions. Les paragraphes suivants décrivent les travaux effectués avec le calculateur Titan et soulignent aussi les difficultés rencontrées. 1- Etude numérique des circulations locales à la Réunion : application au transport de polluants et à la dispersion du panache volcanique du Piton de La Fournaise Utilisation du modèle MesoNH sur TITAN Le modèle météorologique anélastique MesoNH a été installé sur le supercalculateur Titan. Ce modèle est utilisé pour simuler sur une large gamme d'échelle des écoulements atmosphériques réels ou académiques multidimensionnels. En particulier, cet outil numérique a permis d'effectuer une modélisation dynamique à mésoéchelle et à haute résolution (1 km) des écoulements atmosphériques dans les basses couches au niveau de La Réunion dans le but d'étudier l'action du relief et du rayonnement sur ceux-ci. Les simulations ont aussi été appliquées à la diffusion de traceurs passifs censés représenter la dispersion de polluants. Ce travail rentre dans le cadre des études préparatoires à la mise en place de la future station d'observation de l'opar (Observatoire de Physique de l Atmosphère de la Réunion) sur le site du Piton Maïdo à l'horizon 2010 et vise à documenter les différents types d'observation qui y seront effectués. Configuration numérique L'objectif a été de réaliser des simulations sur cas idéalisés en ne retenant que les forçages principaux à savoir le chauffage radiatif et le forçage par du vent synoptique d'ese représentatif de l'alizé. La méthode a donc consisté à imbriquer (en mode 1-way) deux modèles centrés sur La Réunion. Les modèles extérieur et intérieur avaient une résolution horizontale de 4 km et 1 km, couvraient une superficie de 320*320km 2 et 100*100km 2 respectivement (figure 1). 1

2 Figure 1: Schéma d'imbrication des modèles (échelle de couleurs relative à l'altitude du terrain) Le run a été lancé sur 8 des processeurs du calculateur TITAN et sa durée était de 48 heures (soit 8 segments temporels de 6 heures). Les pas de temps étaient de 20 s pour le modèle extérieur et de 5 s pour le modèle intérieur. Pour adapter le modèle à l étude de ces cas idéalisés, plusieurs paramètrisations ont été nécessaires, notamment l activation des schémas d advection (du second ordre défini positif, décentré en temps et en espace, de turbulence (d ordre 1,5 avec l énergie cinétique turbulente comme variable pronostique), de transfert radiatif, de surface, de condensation sous-maille etc. Le temps réel de calcul avec TITAN pour un segment de 6H était de 17H30 approximativement. A titre de comparaison, le temps réel de calcul avec le calculateur du centre de calcul IDRIS du CNRS (NEC SX8 de type vectoriel possédant 10 nœuds et 8 processeurs par noeud) dans la même configuration était de 4H (Tableau 1). TITAN BRODIE Temps CPU/point/pas de temps-modele 4km (µs) Temps CPU/point/pas de temps-modele 1km (µs) Temps CPU (s) Tableau 1: Comparaison des temps de calcul des calculateurs TITAN et BRODIE Principaux résultats obtenus Les résultats ont alors permis de mettre en évidence la modulation par le forçage radiatif de la séparation du flux d'alizé de part et d'autre de l'île (figure 2) et le développement plus favorable des brises côtières sur la côte ouest abritée du vent synoptique. Les expériences numériques ont aussi souligné l'impact des recirculations engendrées par le flux synoptique dans le sillage de l'île au NE sur les panaches qui sont alors rabattus sur la côte ouest, le rôle des plaines alluviales (par ex., la rivière des Galets) qui canalisent ces panaches en agissant comme des cheminées (figure 3) et la dispersion du panache volcanique susceptible d'induire une contamination jusqu'au Piton Maïdo (figure 4). Un traceur passif de couche limite et un traceur esquissant le cycle diurne de l'ozone ont été définis et ont permis de marquer de façon simple les masses d'air ayant transité dans les basses couches et dont la composition est susceptible d'avoir été influencée par la surface. Ainsi sur le sommet du Piton Maïdo, les expériences numériques ont révélé d une part l influence de la couche limite selon un cycle journalier et d autre part un cycle diurne inversé de l ozone (c est-à-dire présentant un minimum de concentration en journée à l inverse de la couche limite où l on observe en général un cycle de production diurne/destruction nocturne). Les brises thermiques peuvent expliquer ce phénomène : en effet, le jour sous l action de la brise montante, de l air des basses 2

3 couches arrive progressivement au sommet de la montagne, c est pourquoi au sommet du Piton Maïdo (figure 5), la teneur en traceur de couche limite augmente jusqu à des valeurs supérieures à 90% en journée. Cet air des basses couches étant moins concentré en ozone que l air au sommet, il se produit au sommet un phénomène de dilution qui provoque ainsi la baisse de la concentration du traceur ozone. La nuit, dès lors que la brise descendante est amorcée, la teneur du traceur de couche limite diminue tandis que celle du traceur ozone augmente pour retrouver sa valeur de fond. Figure 2: Séparation du flux des alizés. Représentation des lignes de courant à 20m au-dessus du sol sous l'effet de la convergence (à gauche) et de la divergence (à droite) thermiques (échelle de couleurs relative à l altitude du terrain). Figure 3: Coupes horizontales illustrant la répartition spatiale du panache de traceur issu de la ville de St Denis (simulation ALIZ5) 3

4 Figure 4: Coupe horizontale illustrant la répartition spatiale du panache issu du Piton de La Fournaise à 00:00 locales (simulation ALIZ5). Traceur CL % Traceur CL Traceur pseudo-o Heure locale Traceur O3 ppb Figure 5: Evolution temporelle des traceurs passifs de couche limite et pseudo-o3 au Piton Maïdo (simulation ALIZ0) Projets En vue de l'extension de cette étude, il est prévu d'effectuer et d'analyser une série de simulations à partir de cas réels basés sur une typologie de situations météorologiques. D'autre part, l'éruption récente du Piton de La Fournaise (Avril 2007) a montré que des panaches fortement chargés en dioxyde de soufre et autres gaz acides ainsi qu'en fines particules de lave et cendres volcaniques étaient susceptibles d'atteindre des zones habitées et d'y poser des problèmes de santé publique. C'est pourquoi nous avons engagé la modélisation de cet épisode de pollution à l'aide du modèle MésoNh afin d'approfondir l'étude des mécanismes de la diffusion du panache volcanique à l'origine des contaminations observées. Ceci devrait permettre d'abord de mettre au point un système numérique de modélisation de la dispersion de panaches de polluants et de déboucher à terme sur un système de prévision de dispersion de panache volcanique, voire d'alerte en cas d'éruption importante. 4

5 2- Modélisation des Cyclones. La qualité des prévisions d intensité cyclonique stagne depuis 20 ans, contrairement à celle de trajectoires. L'intensité est gouvernée par une large gamme d'échelles, contrairement à la trajectoire, et la prise en compte des phénomènes de petite échelle (de méso-échelle et même d'échelle aérologique) est nécessaire pour bien représenter les processus physiques la régissant. L utilisation du modèle non-hydrostatique Méso-NH est alors un outil indispensable pour la simulation de ces phénomènes, dont la capacité à simuler de façon réaliste un cyclone mature a pu être démontrée (Thèse de S. Jolivet, 2008) et dont les évolutions vers un modèle couplé sont en cours (Thèse de G. Samson en cours). Utilisation. Titan a été utilisé pour MésoNH (configuration à 3 domaines imbriqués avec toutes les différentes étapes de MésoNH). Il s'agissait, pour le moment, principalement de test d'utilisation cad vérification du bon fonctionnement de MésoNH (programme et outils dérivés comme les outils de compression et autre conversion), mise en place de script d utilisation et test de performance sur une simulation aussi réalisée sur le calculateur de Météo-France. Par conséquent, il n'y a pas encore vraiment de résultats scientifiques. Par contre, on a tout ce qu'il faut pour travailler maintenant sur les cyclones. Les difficultés ont été nombreuses lors des premiers essais. Il s agissait essentiellement des problèmes d'installation de MésoNH résolus par Delphine Ramalingom et Juan Escobar (Un ingénieur d un groupe aynat développé le modèle) et des problèmes de lenteur de connexion résolus par l'installation du PC ADSL à la DIRRE. Les performances sont assez décevantes pour l'utilisation de MésoNH mais au vu des performances théoriques de la machine et de "l'efficacité" du code MésoNH, ces performances décevantes sont normales! L'avantage c'est que la machine n'est pas surchargée et qu'une classe d'utilisation a été spécialement définie pour les longues simulations MesoNH. Projets En perspective des 2 ans à venir, l'utilisation va réellement commencer avec le travail de thèse de Guillaume Samson utilisant MésoNH couplé à un modèle simplifié d'océan (ce modèle va faire partie intégrante de MésoNH donc il ne devrait pas avoir de pb d'installation). Pour ma part, le début d'un travail sur la cyclogénèse et les changement d'intensité des cyclones donc des simulations à très fines échelles (1km voire inférieure). Et peut-être la venue d'un post-doctorant travaillant sur la microphysique dans les cyclones. A cela, la fin de thèse de Samuel Jolivet, qui peut être amené à utiliser dans les 6 mois le calculateur pour clore ces dernières études sur Dina et le relief de la Réunion. Beaucoup d'heures (de mois plutot!) de calcul sont prévues... peut être trop pour les performances de Titan. Il ne faudrait pas que le remplacement du calculateur ralentisse les travaux scientifiques à venir! Il faudrait donc probablement une période de "double" avec les deux calculateurs 5

Rapport 2014 et demande pour 2015. Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121

Rapport 2014 et demande pour 2015. Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121 Rapport 2014 et demande pour 2015 Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121 Rappel sur Méso-NH : Modélisation à moyenne échelle de l atmosphère

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Octobre 2006 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps par

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques?

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques? La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. Sommaire : I ) Influence de la climatologie : *VENT *TEMPERATURE *ENSOLEILLEMENT *PRESSION ATMOSPHERIQUE *HUMIDITE *PRECIPITATIONS II

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3.1 Caractéristiques météorologiques Les données de Météo France indiquent qu en 2003, la période de survenue des fortes chaleurs s'étend principalement

Plus en détail

Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif. Fonction postulée :

Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif. Fonction postulée : Oral Examen Professionnel PFI 7 Octobre 2008 Juan ESCOBAR, IR1 Expert en Calcul Intensif Fonction postulée : Chef de Projet sur le Support du Code Communautaire Méso-NH Service National Labellisé INSU

Plus en détail

Po.v.a, paroles d experts sur. L air (pur?) des Alpes. Pollution des Vallées Alpines

Po.v.a, paroles d experts sur. L air (pur?) des Alpes. Pollution des Vallées Alpines Po.v.a, paroles d experts sur L air (pur? des Alpes PO.V.A Pollution des Vallées Alpines Edito La qualité de l air s est-elle améliorée à Chamonix et dégradée à St-Jean-de-Maurienne pendant la fermeture

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION &

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & MESURES D URGENCE» JEUDI 22 MAI 2014 Episode de pollution en France Laurence Rouïl, Frédérik Meleux, Laure Malherbe, Laurent Letinois, Olivier Favez, Bertrand Bessagnet,

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Novembre 2005 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DONNÉES DE CADRAGE. La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise

ENVIRONNEMENT DONNÉES DE CADRAGE. La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise La pollution azotée dans l agglomération lyonnaise Évolution de la pollution moyenne (P50) en dioxyde d azote, pour trois types de regroupements de capteurs (proximité industrielle, proximité automobile

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA MES URE DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE DE L AUVERGN E MEMBRE A GRÉÉ DE LA FÉDÉRATION ATMO FRANCE

ASSOCIATION POUR LA MES URE DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE DE L AUVERGN E MEMBRE A GRÉÉ DE LA FÉDÉRATION ATMO FRANCE ASSOCIATION POUR LA MES URE DE LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE DE L AUVERGN E A t mo Auvergne MEMBRE A GRÉÉ DE LA FÉDÉRATION ATMO FRANCE Campagne de mesure de la qualité de l air à l aide du moyen mobile et

Plus en détail

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses V. Ducrocq, Caumont, O., Brenot, H., Jaubert, G., Walpersdorf, A. (CNRM, LGIT) Plan de la présentation Développement d un système

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Christian Seigneur Cerea Plan Dispersions lagrangienne et eulérienne Modèles gaussiens Modèles lagrangiens Modèles eulériens

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. www.ra2013.air-rhonealpes.fr

DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. www.ra2013.air-rhonealpes.fr DIAGNOSTIC ANNUEL RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 www.ra2013.air-rhonealpes.fr Préambule Grandes tendances Situation vis-à-vis de la réglementation Exposition des territoires et des populations Episodes de pollution

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

PHENOMENOLOGIE ET MODELISATION DES TRANSFERTS DE POLLUANTS DANS L ATMOSPHERE : APPLICATION AUX BESOINS DU CEA DE CADARACHE

PHENOMENOLOGIE ET MODELISATION DES TRANSFERTS DE POLLUANTS DANS L ATMOSPHERE : APPLICATION AUX BESOINS DU CEA DE CADARACHE PHENOMENOLOGIE ET MODELISATION DES TRANSFERTS DE POLLUANTS DANS L ATMOSPHERE : APPLICATION AUX BESOINS DU CEA DE CADARACHE Franck JOURDAIN (franck.jourdain@cea.fr) CEA Cadarache Département de Technologie

Plus en détail

LES REGLES DE VOL VFR

LES REGLES DE VOL VFR LES REGLES DE VOL VFR 1. DEFINITION : Un pilote effectue un vol selon les règles de vol à vue ou VFR (Visual Flight Rules), lorsqu'il maintient son avion dans une configuration propre au vol (attitude,

Plus en détail

Météorologie et modelisation météorologique

Météorologie et modelisation météorologique Météorologie et modelisation météorologique Observation et stations météo disponibles Modèles de meso-echelle sur le cluster de calcul Grilles de calcul et données Chaine opérationnelle au M.I.O Application:

Plus en détail

SPATIALISATION DE L OZONE EN MILIEU URBAIN ET PÉRIURBAIN

SPATIALISATION DE L OZONE EN MILIEU URBAIN ET PÉRIURBAIN SPATIALISATION DE L OZONE EN MILIEU URBAIN ET PÉRIURBAIN MARTIN N., ADNÈS C. Université de Nice-Sophia, équipe G.V.E. de l UMR Espace 7300 du CNRS, 98 bd Edouard Herriot, 06204 Nice cedex 3, France [nicolas.martin@unice.fr

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE

CETE. centre d Études techniques de l Équipement. de l Est CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE CETE de l Est centre d Études techniques de l Équipement CETE DE L EST PROJETS D AMÉNAGEMENT QUALITÉ DE L AIR ET SANTÉ PUBLIQUE LES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES La qualité de l air et son incidence sur la

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de 1 Objectifs de la protection incendie La protection incendie a pour objet de préserver des intérêts divers, tels que la

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

Introduction à la dynamique du climat

Introduction à la dynamique du climat Introduction à la dynamique du climat Didier Swingedouw didier.swingedouw@u-bordeaux1.fr http://dods.ipsl.jussieu.fr/dssce/public_html/gdpublic.html Qu est-ce que le climat? Définition du climat Larousse

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

La technologie Ultra Vision Rigol Une solution vers le Numérique

La technologie Ultra Vision Rigol Une solution vers le Numérique La technologie Ultra Vision Rigol Une solution vers le Numérique L es améliorations de la série d oscilloscopes DS4000 vers la série MSO en ajoutant 16 entrées numériques engendre la poursuite du développement

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Défaillances précoces

Défaillances précoces Dossier Technique Dossier Technique Fiabilité des micro-onduleurs Enphase Récapitulatif L'actuelle génération des micro-onduleurs onduleurs Enphase a un temps moyen entre défaillances (Mean Time Between

Plus en détail

Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015

Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015 Qualité de l air aux abords des voiries : l agglomération valentinoise à l horizon 2015 Rapport complémentaire à l évaluation de l exposition potentielle de la population de l agglomération de Valence

Plus en détail

QCM n 15. 3 - Le niveau de vol maximal pour un ULM sans réserves d'oxygène est le : A : FL125. B : FL175. C : FL145. D : FL195.

QCM n 15. 3 - Le niveau de vol maximal pour un ULM sans réserves d'oxygène est le : A : FL125. B : FL175. C : FL145. D : FL195. QCM n 15 1 - Accompagné d'un passager, vous faites une navigation entre deux aérodromes sur un ULM équipé d'une radio. Les documents qui doivent obligatoirement se trouver à bord sont: 1 - votre licence

Plus en détail

Juillet 2003. Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils -

Juillet 2003. Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils - Juillet 2003 Optimisation du réseau de surveillance du dioxyde de soufre (SO2) dans la région de l étang de Berre - Méthodes et Outils - RESUME La région de l étang de Berre et le golfe de Fos constituent

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI et sur les machines PETAFLOPIQUE de PRACE.

Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI et sur les machines PETAFLOPIQUE de PRACE. Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI et sur les machines PETAFLOPIQUE de PRACE. Rappel sur Méso-NH : Modélisation à moyenne échelle de l atmosphère En 1993, des équipes de modélisation

Plus en détail

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Avertissement Cet article

Plus en détail

L événement 2015/16 et l explication du phénomène

L événement 2015/16 et l explication du phénomène Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Meteorologie und Klimatologie MeteoSchweiz Abteilung Klima El Niño L événement 2015/16 et l explication du phénomène Août 2015 El Niño le phénomène

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France Gain sur les émissions

Plus en détail

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales Simulation numérique Conception de bancs d études Mesure Impression Gabel 02 32 82 39 39 - Conception : Nord-Ouest création 02 32 82 39 37 Technopôle du Madrillet 76801 Saint-Etienne-du-Rouvray Tél. 33

Plus en détail

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Bilan d'intervention Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Novembre 2009 COPARLY 3, allée des Sorbiers 69500 BRON

Plus en détail

Intégration des courants issus de l'océanographie opérationnelle (systèmes Mercator) dans le modèle de dérive Mothy (Météo France)

Intégration des courants issus de l'océanographie opérationnelle (systèmes Mercator) dans le modèle de dérive Mothy (Météo France) Intégration des courants issus de l'océanographie opérationnelle (systèmes Mercator) dans le modèle de dérive Mothy (Météo France) Stéphane Law Chune (1), Yann Drillet (1), Pierre Daniel (2) et Pierre

Plus en détail

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Sébastien Riette Météo-France CNRM/GMME Réunion des utilisateurs de Méso-NH, 13 et 14 octobre 2011 Les composantes du schéma de nuage d'arome

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Le but de cette phase est l intégration de l élève dans le milieu aéronautique et lui permettre d'acquérir les connaissances nécessaires à son premier vol.

Plus en détail

Habilitation à Diriger des Recherches

Habilitation à Diriger des Recherches Habilitation à Diriger des Recherches Contribution au développement d'une station d'observation de l'atmosphère à la Réunion et à l'étude de l'ozone troposphérique en région tropicale Jean-Luc BARAY 9

Plus en détail

Evaluation de la qualité de l air dans l agglomération d Oyonnax

Evaluation de la qualité de l air dans l agglomération d Oyonnax Evaluation de la qualité de l air dans l agglomération d Oyonnax www.air rhonealpes.fr TRAVAUX PRELIMINAIRES A L IMPLANTATION D UNE FUTURE STATION URBAINE DE FOND EN ZONE REGIONALE 2014 Siège social :

Plus en détail

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME TITRE L CTIVITE DE L PLNETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME Classe : quatrième Durée : 2 séances de 50 minutes La situation problème Document 1 : Photos prises le 15 avril 2010 dans un aéroport européen

Plus en détail

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Document 1: L'astronomie de l'invisible Les astronomes s'intéressent beaucoup aux rayonnements électromagnétiques appartenant aux domaines non visibles.

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne

Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne Annexe 2 Intercomparaison du 10 au 14 avril 2000 Contribution

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT CAMPAGNE DE MESURES DU 13/9/3 AU 25/9/3 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT ET JOURNEE EN VILLE SANS MA VOITURE DU 22 SEPTEMBRE 23 ATMO Champagne Ardenne - 2, esplanade Roland Garros

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

RAPPORT ACCIDENT. Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant. Aéronef

RAPPORT ACCIDENT. Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant. Aéronef www.bea.aero RAPPORT ACCIDENT Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées

Plus en détail

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 18/06/2012 QUALITAIR CORSE BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 Bilan PSQA 2010-2015 version 2012 Savelli Page blanche TABLE DES MATIERES Introduction... 1 1 Composition et financement de l association... 2

Plus en détail

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Master 2 Sciences, Technologies, Santé Mention Mécanique Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Parcours R&D en mécanique des fluides Parcours R&D en matériaux et structures Parcours Energétique

Plus en détail

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Précision mesuré Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Contenu Chaque exploitant d'installation photovoltaïque souhaite être informé au mieux sur la puissance

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE

ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR AU VOISINAGE DES GRANDS AXES ROUTIERS DU VAL-DE-MARNE Septembre 2007 Etude réalisée par : AIRPARIF Surveillance

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Contact : arnaud.evrard@uclouvain.be Architecture et climat : http://www-climat.arch.ucl.ac.be 1 > Plan de

Plus en détail

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles

Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Mesure du dioxyde de soufre et du fluor autour d'ags Oriolles Campagne 28 : Date : Novembre 28 Auteur : ATMO Poitou-Charentes (F. Caïni) Introduction Cette étude s inscrit dans le programme de surveillance

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

climat BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE

climat BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE QUALITÉ DE L AIR : QUELS RÉSULTATS EN 2014? air énergie climat Jacques PATRIS Président d atmo Nord Pas-de-Calais BILAN TERRITORIAL COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE VALENCIENNES METROPOLE La qualité de l

Plus en détail

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1 DES SATELLITES PEUVENT-ILS SERVIR DE BALANCE? Objectif : On se propose dans cette activité d étudier les lois du mouvement de satellites terrestres pour les utiliser ensuite pour chercher à en déduire

Plus en détail

Éco-conception du stationnement en milieu urbain

Éco-conception du stationnement en milieu urbain Chaire Eco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures Éco-conception du stationnement en milieu urbain Houda BOUJNAH, houda.boujnah@enpc.fr Fabien Leurent, fabien.leurent@enpc.fr Laboratoire

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

WAVE REDUCER ENERGY RECHERCHE

WAVE REDUCER ENERGY RECHERCHE RECHERCHE Plusieurs études ont été menées ces dernières années sur les structures conventionnelles (barrières immergées) utilisées dans le cadre de la protection de la côte (littoral). Ces études ont montré

Plus en détail

Prédiction spatiale et suivi temporel de la pollution atmosphérique Cas d étude : région parisienne, pollution par le NO2 *

Prédiction spatiale et suivi temporel de la pollution atmosphérique Cas d étude : région parisienne, pollution par le NO2 * Prédiction spatiale et suivi temporel de la pollution atmosphérique Cas d étude : région parisienne, pollution par le NO2 * Introduction J.P. Frangi, S. Jacquemoud, T. Minh, R. Fahrni, H. Lazar Laboratoire

Plus en détail

Modélisation de la pollution atmosphérique dans le quartier de la Croix-Rousse

Modélisation de la pollution atmosphérique dans le quartier de la Croix-Rousse LABORATOIRE de MECANIQUE des FLUIDES et d'acoustique UMR 559 Ecole Centrale de Lyon Université Claude Bernard - LYON I Centre National de la Recherche Scientifique Modélisation de la pollution atmosphérique

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

T-Touch, multifonctions Mode d emploi

T-Touch, multifonctions Mode d emploi 138_fr / 03.11 1/14 www.tissot.ch T-Touch, multifonctions Mode d emploi Aiguille des minutes Aiguille des heures Correction + / chrono Lunette tournante Activation / validation Afficheur numérique Correction

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail