Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy"

Transcription

1 Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le calculateur TITAN est utilisé par deux équipes du laboratoire. L équipe «Troposphère» l utise dans le cadre de la thèse de doctorat de Dorothée Lesouef pour réaliser des simulation des écoulement atmosphérique à haute résolution au niveau de l île ainsi que la diffusion de traceurs passif pour simuler la dispersion de polluants. L équipe modélisation des cyclones l utilise également en en tests actuellement pour des simulation d analyse de cyclones en présence de relief avec le même modèle Méso-NH. Le modèle Méso-NH est un code parallélisé, il s agit d un outil complexe qui nécessite des supercalculateurs performants pour fonctionner dans de bonnes conditions. Les paragraphes suivants décrivent les travaux effectués avec le calculateur Titan et soulignent aussi les difficultés rencontrées. 1- Etude numérique des circulations locales à la Réunion : application au transport de polluants et à la dispersion du panache volcanique du Piton de La Fournaise Utilisation du modèle MesoNH sur TITAN Le modèle météorologique anélastique MesoNH a été installé sur le supercalculateur Titan. Ce modèle est utilisé pour simuler sur une large gamme d'échelle des écoulements atmosphériques réels ou académiques multidimensionnels. En particulier, cet outil numérique a permis d'effectuer une modélisation dynamique à mésoéchelle et à haute résolution (1 km) des écoulements atmosphériques dans les basses couches au niveau de La Réunion dans le but d'étudier l'action du relief et du rayonnement sur ceux-ci. Les simulations ont aussi été appliquées à la diffusion de traceurs passifs censés représenter la dispersion de polluants. Ce travail rentre dans le cadre des études préparatoires à la mise en place de la future station d'observation de l'opar (Observatoire de Physique de l Atmosphère de la Réunion) sur le site du Piton Maïdo à l'horizon 2010 et vise à documenter les différents types d'observation qui y seront effectués. Configuration numérique L'objectif a été de réaliser des simulations sur cas idéalisés en ne retenant que les forçages principaux à savoir le chauffage radiatif et le forçage par du vent synoptique d'ese représentatif de l'alizé. La méthode a donc consisté à imbriquer (en mode 1-way) deux modèles centrés sur La Réunion. Les modèles extérieur et intérieur avaient une résolution horizontale de 4 km et 1 km, couvraient une superficie de 320*320km 2 et 100*100km 2 respectivement (figure 1). 1

2 Figure 1: Schéma d'imbrication des modèles (échelle de couleurs relative à l'altitude du terrain) Le run a été lancé sur 8 des processeurs du calculateur TITAN et sa durée était de 48 heures (soit 8 segments temporels de 6 heures). Les pas de temps étaient de 20 s pour le modèle extérieur et de 5 s pour le modèle intérieur. Pour adapter le modèle à l étude de ces cas idéalisés, plusieurs paramètrisations ont été nécessaires, notamment l activation des schémas d advection (du second ordre défini positif, décentré en temps et en espace, de turbulence (d ordre 1,5 avec l énergie cinétique turbulente comme variable pronostique), de transfert radiatif, de surface, de condensation sous-maille etc. Le temps réel de calcul avec TITAN pour un segment de 6H était de 17H30 approximativement. A titre de comparaison, le temps réel de calcul avec le calculateur du centre de calcul IDRIS du CNRS (NEC SX8 de type vectoriel possédant 10 nœuds et 8 processeurs par noeud) dans la même configuration était de 4H (Tableau 1). TITAN BRODIE Temps CPU/point/pas de temps-modele 4km (µs) Temps CPU/point/pas de temps-modele 1km (µs) Temps CPU (s) Tableau 1: Comparaison des temps de calcul des calculateurs TITAN et BRODIE Principaux résultats obtenus Les résultats ont alors permis de mettre en évidence la modulation par le forçage radiatif de la séparation du flux d'alizé de part et d'autre de l'île (figure 2) et le développement plus favorable des brises côtières sur la côte ouest abritée du vent synoptique. Les expériences numériques ont aussi souligné l'impact des recirculations engendrées par le flux synoptique dans le sillage de l'île au NE sur les panaches qui sont alors rabattus sur la côte ouest, le rôle des plaines alluviales (par ex., la rivière des Galets) qui canalisent ces panaches en agissant comme des cheminées (figure 3) et la dispersion du panache volcanique susceptible d'induire une contamination jusqu'au Piton Maïdo (figure 4). Un traceur passif de couche limite et un traceur esquissant le cycle diurne de l'ozone ont été définis et ont permis de marquer de façon simple les masses d'air ayant transité dans les basses couches et dont la composition est susceptible d'avoir été influencée par la surface. Ainsi sur le sommet du Piton Maïdo, les expériences numériques ont révélé d une part l influence de la couche limite selon un cycle journalier et d autre part un cycle diurne inversé de l ozone (c est-à-dire présentant un minimum de concentration en journée à l inverse de la couche limite où l on observe en général un cycle de production diurne/destruction nocturne). Les brises thermiques peuvent expliquer ce phénomène : en effet, le jour sous l action de la brise montante, de l air des basses 2

3 couches arrive progressivement au sommet de la montagne, c est pourquoi au sommet du Piton Maïdo (figure 5), la teneur en traceur de couche limite augmente jusqu à des valeurs supérieures à 90% en journée. Cet air des basses couches étant moins concentré en ozone que l air au sommet, il se produit au sommet un phénomène de dilution qui provoque ainsi la baisse de la concentration du traceur ozone. La nuit, dès lors que la brise descendante est amorcée, la teneur du traceur de couche limite diminue tandis que celle du traceur ozone augmente pour retrouver sa valeur de fond. Figure 2: Séparation du flux des alizés. Représentation des lignes de courant à 20m au-dessus du sol sous l'effet de la convergence (à gauche) et de la divergence (à droite) thermiques (échelle de couleurs relative à l altitude du terrain). Figure 3: Coupes horizontales illustrant la répartition spatiale du panache de traceur issu de la ville de St Denis (simulation ALIZ5) 3

4 Figure 4: Coupe horizontale illustrant la répartition spatiale du panache issu du Piton de La Fournaise à 00:00 locales (simulation ALIZ5). Traceur CL % Traceur CL Traceur pseudo-o Heure locale Traceur O3 ppb Figure 5: Evolution temporelle des traceurs passifs de couche limite et pseudo-o3 au Piton Maïdo (simulation ALIZ0) Projets En vue de l'extension de cette étude, il est prévu d'effectuer et d'analyser une série de simulations à partir de cas réels basés sur une typologie de situations météorologiques. D'autre part, l'éruption récente du Piton de La Fournaise (Avril 2007) a montré que des panaches fortement chargés en dioxyde de soufre et autres gaz acides ainsi qu'en fines particules de lave et cendres volcaniques étaient susceptibles d'atteindre des zones habitées et d'y poser des problèmes de santé publique. C'est pourquoi nous avons engagé la modélisation de cet épisode de pollution à l'aide du modèle MésoNh afin d'approfondir l'étude des mécanismes de la diffusion du panache volcanique à l'origine des contaminations observées. Ceci devrait permettre d'abord de mettre au point un système numérique de modélisation de la dispersion de panaches de polluants et de déboucher à terme sur un système de prévision de dispersion de panache volcanique, voire d'alerte en cas d'éruption importante. 4

5 2- Modélisation des Cyclones. La qualité des prévisions d intensité cyclonique stagne depuis 20 ans, contrairement à celle de trajectoires. L'intensité est gouvernée par une large gamme d'échelles, contrairement à la trajectoire, et la prise en compte des phénomènes de petite échelle (de méso-échelle et même d'échelle aérologique) est nécessaire pour bien représenter les processus physiques la régissant. L utilisation du modèle non-hydrostatique Méso-NH est alors un outil indispensable pour la simulation de ces phénomènes, dont la capacité à simuler de façon réaliste un cyclone mature a pu être démontrée (Thèse de S. Jolivet, 2008) et dont les évolutions vers un modèle couplé sont en cours (Thèse de G. Samson en cours). Utilisation. Titan a été utilisé pour MésoNH (configuration à 3 domaines imbriqués avec toutes les différentes étapes de MésoNH). Il s'agissait, pour le moment, principalement de test d'utilisation cad vérification du bon fonctionnement de MésoNH (programme et outils dérivés comme les outils de compression et autre conversion), mise en place de script d utilisation et test de performance sur une simulation aussi réalisée sur le calculateur de Météo-France. Par conséquent, il n'y a pas encore vraiment de résultats scientifiques. Par contre, on a tout ce qu'il faut pour travailler maintenant sur les cyclones. Les difficultés ont été nombreuses lors des premiers essais. Il s agissait essentiellement des problèmes d'installation de MésoNH résolus par Delphine Ramalingom et Juan Escobar (Un ingénieur d un groupe aynat développé le modèle) et des problèmes de lenteur de connexion résolus par l'installation du PC ADSL à la DIRRE. Les performances sont assez décevantes pour l'utilisation de MésoNH mais au vu des performances théoriques de la machine et de "l'efficacité" du code MésoNH, ces performances décevantes sont normales! L'avantage c'est que la machine n'est pas surchargée et qu'une classe d'utilisation a été spécialement définie pour les longues simulations MesoNH. Projets En perspective des 2 ans à venir, l'utilisation va réellement commencer avec le travail de thèse de Guillaume Samson utilisant MésoNH couplé à un modèle simplifié d'océan (ce modèle va faire partie intégrante de MésoNH donc il ne devrait pas avoir de pb d'installation). Pour ma part, le début d'un travail sur la cyclogénèse et les changement d'intensité des cyclones donc des simulations à très fines échelles (1km voire inférieure). Et peut-être la venue d'un post-doctorant travaillant sur la microphysique dans les cyclones. A cela, la fin de thèse de Samuel Jolivet, qui peut être amené à utiliser dans les 6 mois le calculateur pour clore ces dernières études sur Dina et le relief de la Réunion. Beaucoup d'heures (de mois plutot!) de calcul sont prévues... peut être trop pour les performances de Titan. Il ne faudrait pas que le remplacement du calculateur ralentisse les travaux scientifiques à venir! Il faudrait donc probablement une période de "double" avec les deux calculateurs 5

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

WAVE REDUCER ENERGY RECHERCHE

WAVE REDUCER ENERGY RECHERCHE RECHERCHE Plusieurs études ont été menées ces dernières années sur les structures conventionnelles (barrières immergées) utilisées dans le cadre de la protection de la côte (littoral). Ces études ont montré

Plus en détail

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003

3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3 Caractéristiques de la vague de chaleur d août 2003 3.1 Caractéristiques météorologiques Les données de Météo France indiquent qu en 2003, la période de survenue des fortes chaleurs s'étend principalement

Plus en détail

Rapport 2014 et demande pour 2015. Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121

Rapport 2014 et demande pour 2015. Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121 Rapport 2014 et demande pour 2015 Portage de Méso-NH sur Machines Massivement Parallèles du GENCI Projet 2015 : GENCI GEN1605 & CALMIP-P0121 Rappel sur Méso-NH : Modélisation à moyenne échelle de l atmosphère

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Octobre 2006 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps par

Plus en détail

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION &

SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & SÉMINAIRE LCSQA «ÉPISODES DE POLLUTION & MESURES D URGENCE» JEUDI 22 MAI 2014 Episode de pollution en France Laurence Rouïl, Frédérik Meleux, Laure Malherbe, Laurent Letinois, Olivier Favez, Bertrand Bessagnet,

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

Passage à l acte. Réalisation d un outil informatique de modélisation

Passage à l acte. Réalisation d un outil informatique de modélisation Passage à l acte des ménages m en matière de rénovation r énergétique Réalisation d un outil informatique de modélisation Avertissement Tous droits réservés. L information contenue dans ce document est

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement Hella KGaA Hueck & Co., Lippstadt 15 décembre 2002 1-5 Sonde lambda Rôle Des normes de plus en plus sévères sont prescrites pour les gaz d'échappement, contraignant l'industrie automobile à réduire les

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010

Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA10040602-ID Avril 2010 Evaluation des niveaux de pollution en proximité trafic dans la vallée de la Thur ASPA1462-ID Avril 21 Contrat 6-8 : Evaluation de la qualité de l air en proximité trafic sur Thann 1 Conditions de diffusion

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Rashyd ZAABOUL Sylvie Malardel, Patrick Lemoigne et Ryad El Khatib. CNRM - GMAP & GMME Toulouse

Rashyd ZAABOUL Sylvie Malardel, Patrick Lemoigne et Ryad El Khatib. CNRM - GMAP & GMME Toulouse Gestion des blocs NPROMA dans SURFEX Rashyd ZAABOUL Sylvie Malardel, Patrick Lemoigne et Ryad El Khatib CNRM - GMAP & GMME Toulouse Du 01 Juillet 2005 au 14 Août 2005 Pourquoi découper en sous domaines

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION T H E R M O P T I M PRISE EN MAIN EXEMPLE D'UNE INSTALLATION DE CONDITIONNEMENT D'AIR VERSIONS JAVA 1.3 ET SUPERIEURES R. GICQUEL SEPTEMBRE 2013 2 SOMMAIRE PRISE EN MAIN DE THERMOPTIM... 3 INSTALLATION

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Cadastre solaire SITG Genève

Cadastre solaire SITG Genève Cadastre solaire SITG Genève A) Proposition de classes de couleur et notice d explication pour le grand public Le cadastre solaire en quelques mots Le cadastre solaire du Canton de Genève a été élaboré

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE

PROGRAMME REGIONAL DE MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE PROGRAMME REGIONAL DE MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE Délégation Régionale de Martinique ETUDE DE FAISABILITE DES VEHICULES

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Simulation numérique de la pollution atmosphérique

Simulation numérique de la pollution atmosphérique Simulation numérique de la pollution atmosphérique Vivien Mallet 1,2 1 INRIA 2 CEREA, laboratoire commun ENPC - EDF R&D, université Paris-Est Maths en mouvement, université Paris-Descartes, juin 2013 V.

Plus en détail

Forum THNS 2012 Shanghai

Forum THNS 2012 Shanghai Forum THNS 2012 Shanghai Études sur les éléments et l aménagement d un hub de transports intégré Yang Lixin, Troisième Institut d inspection et de design du Groupe des chemins de fer Co., Ltd, Université

Plus en détail

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 http:\\www.comples.org ETUDE ET MODELISATION DU POTENTIEL SOLAIRE ADEQUAT POUR L ESTIMATION DES ECLAIREMENTS INCIDENTS A GHARDAÏA M. HAMDANI 1, S.M.A.

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Contact : arnaud.evrard@uclouvain.be Architecture et climat : http://www-climat.arch.ucl.ac.be 1 > Plan de

Plus en détail

État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse)

État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse) État de la qualité de l air aux abords de l autoroute sur la commune d Aucamville (périphérie nord de Toulouse) Deux sites de mesures : 1. Mesures réalisées à Aucamville à l aide d une station fixe à proximité

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses V. Ducrocq, Caumont, O., Brenot, H., Jaubert, G., Walpersdorf, A. (CNRM, LGIT) Plan de la présentation Développement d un système

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC 1. Introduction Le groupe Bertin est spécialisé dans la conception et la fourniture de systèmes innovants pour l industrie, la défense

Plus en détail

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage

C est, donc à la fois, un référentiel d apprentissage et de traçage METHODE FEDERALE 1 PREAMBULE Cette méthode a pour objectifs : - de définir la formation du coureur d orientation, du débutant jusqu au coureur de haut niveau. - de définir des niveaux de compétences et

Plus en détail

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007 Rapport d activité Mathieu Souchaud Juin 2007 Ce document fait la synthèse des réalisations accomplies durant les sept premiers mois de ma mission (de novembre 2006 à juin 2007) au sein de l équipe ScAlApplix

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d investissement (art. 5 Règ. FEDER) Progresser vers la transition énergétique et l'autonomie électrique OT4 : Soutenir

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

Introduction à Windows Workflow Foundation

Introduction à Windows Workflow Foundation Introduction à Windows Workflow Foundation Version 1.1 Auteur : Mathieu HOLLEBECQ Co-auteur : James RAVAILLE http://blogs.dotnet-france.com/jamesr 2 Introduction à Windows Workflow Foundation [07/01/2009]

Plus en détail

Une nouvelle configuration du système de prévision d'ensemble avec plus de résolution verticale.

Une nouvelle configuration du système de prévision d'ensemble avec plus de résolution verticale. Une nouvelle configuration du système de prévision d'ensemble avec plus de résolution verticale. Peter Houtekamer, Xingxiu Deng, Normand Gagnon, Bin He, Herschel Mitchell Dans le projet d'intercomparaison

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur la ville de Niort Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue Fresnel

Plus en détail

Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée -

Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée - Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée - Laboratoires impliqués dans le projet et contacts LISA (Isabelle Coll) CIRED

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Novembre 2005 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps

Plus en détail

Le sujet traite de l'étude des Amida-Kuji, jeu de hasard japonais.

Le sujet traite de l'étude des Amida-Kuji, jeu de hasard japonais. Amida-kuji Collège Mario Meunier Montbrison (42) Année 2012/2013 Elèves: AIRED A. (4ème 3) BAROU C. (4ème 2) BLANC A. (4ème 9) BOS T. (4ème 3) BRUYERE T. (4ème 9) CHAUMETTE C. (4ème 9) CHERMANNE M. (3ème

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE 1) a) Qu est-ce que l atmosphère? L atmosphère c est l enveloppe gazeuse qui entoure la Terre. b) Quelles sont les 4 couches de l atmosphère? 1 ) La troposphère qui se situe de

Plus en détail

Plan d action spécifique. Archivage

Plan d action spécifique. Archivage Plan d action spécifique Présenté dans le cadre de la 165 e réunion régulière du Conseil d administration (CAO-16514) Les 15, 16 et 17 août 2014 À Montréal Plan d action spécifique 1 Table des matières

Plus en détail

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Sébastien Riette Météo-France CNRM/GMME Réunion des utilisateurs de Méso-NH, 13 et 14 octobre 2011 Les composantes du schéma de nuage d'arome

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY

RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY RICA, Outil d'interrogation et traitements SAS via le Web. Jean-Marc Rousselle Laboratoire d'economie Forestière, UMR INRA-AgroParisTech, NANCY 2èmes journées de recherches en sciences sociales INRA SFER

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Par Amro Elakkad Les risques d'un projet sont un fait de la vie réelle et chaque directeur de projet doit les affronter. «Le risque

Plus en détail

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie MÉMOIRE TECHNIQUE COMBIOSOL Juillet 2011 Un bâtiment basse consommation d énergie ne se comporte pas comme les bâtiments traditionnels. Aussi, une modélisation

Plus en détail

L3 ASR Projet 1: DNS. Rapport de Projet

L3 ASR Projet 1: DNS. Rapport de Projet L3 ASR Projet 1: DNS Rapport de Projet Table des matières I. Maquette de travail...1 II. Configuration des machines...2 III. Type de zone...3 IV. Délégation de zone...3 V. Suffixes DNS...4 VI. Mise en

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Etude de la qualité de l air autour des accès de Stations de ski

Etude de la qualité de l air autour des accès de Stations de ski autour des accès de Stations de ski 2013 www.air-rhonealpes.fr Diffusion : Juillet 2014 Siège social : 3 allée des Sorbiers 69500 BRON Tel : 09 72 26 48 90 - Fax : 09 72 15 65 64 contact@air-rhonealpes.fr

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

Documentation. de l extension Joomla! UMR Management EXTENSION JOOMLA! UMR MANAGEMENT VERSION 2.0 UMR G-EAU

Documentation. de l extension Joomla! UMR Management EXTENSION JOOMLA! UMR MANAGEMENT VERSION 2.0 UMR G-EAU UMR G-EAU Documentation de l extension Joomla! UMR Management EXTENSION JOOMLA! UMR MANAGEMENT VERSION 2.0 30 JUILLET 2014 DAVID DORCHIES UMR-G-EAU 361 rue Jean-François Breton BP5095 34196 MONTPELLIER

Plus en détail

Programme Formation WUFI - AMOES AMOES. Programme Formation WUFI. Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation

Programme Formation WUFI - AMOES AMOES. Programme Formation WUFI. Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation AMOES Programme Formation WUFI Titre document Programme Formation WUFI Date 2014 Rédigé/Validé par Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation Tél : 01 41 32 22 11 Fax : 01

Plus en détail

Chapitre 1 : Diagnostics

Chapitre 1 : Diagnostics Chapitre 1 : Diagnostics I/ Pollutions atmosphériques 1) La qualité de l'air : «toxicité de l'air» 2) L'ozone stratosphérique : «trou d'ozone» 3) Effets radiatifs et changement climatique : «Gaz à effet

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

PLATEFORME REGIONALE D INNOVATION CISNA 2.0. Projets industriels-étudiants

PLATEFORME REGIONALE D INNOVATION CISNA 2.0. Projets industriels-étudiants Projets industriels-étudiants Etude du comportement d un concept de module avant de moto innovant Concept de Jean Bertrand BRUNEAU (JBB) Modèle de 27 pièces Identification des zones contraintes Propositions

Plus en détail

Epreuve E6 Parcours de professionnalisation. BTS SIO option SISR. Apprenti : Période : Deuxième année d alternance du 01/09/2012 au 31/08/2014

Epreuve E6 Parcours de professionnalisation. BTS SIO option SISR. Apprenti : Période : Deuxième année d alternance du 01/09/2012 au 31/08/2014 Epreuve E6 Parcours de professionnalisation BTS SIO option SISR Apprenti : Période : Deuxième année d alternance du 01/09/2012 au 31/08/2014 Situation : Portefeuille de compétences Besoin : Restructuration

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

Formation d images Exemples de l œil et de l appareil photographique

Formation d images Exemples de l œil et de l appareil photographique bserver «Couleurs et images» Activité n 3 (expérimentale) ormation d images Exemples de l œil et de l appareil photographique Connaissances Compétences - Accommodation du cristallin - onctionnement comparé

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3.

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. 1 sur 6 REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. OBJECTIF - PUBLIC - LOGICIEL - MATERIEL - METHODE - BIBLIOGRAPHIE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT - LE DOCUMENT

Plus en détail

Thème 3 : Marchés et prix

Thème 3 : Marchés et prix Thème 3 : Marchés et prix Séquence : Marché et prix Question 1 : Comment se forment les prix sur un marché? Détermination du contexte : Effectifs : 35 élèves Salles : grande salle dans laquelle les élèves

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE Check-List du Carnet de Voyages Chris2neuX PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE I. Appréciation des possibilités humaines II. Etude du terrain III. Etude prévisions météorologiques IV. Etude du terrain

Plus en détail

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Cadreur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Cadreur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Opérateur de prises de vue Version corrigée juin 2011 «Opérateur de prises de vue» APPELLATION(S) DU METIER Cadreur DEFINITION DU METIER L'opérateur de prises de vue assure - sous la responsabilité d'un

Plus en détail