Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax"

Transcription

1 Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1

2 Introduction 2

3 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et basse 2 périodes (Nuit / Jour) Station Météo (pour aération) Très simple à utiliser et à installer Aucune influence disponible 3

4 Micro régulateurs Applications : - Pour une gestion climatique plus précise et plus flexible que les thermostats : - Pilotage centralisé des organes climatiques (Chauffage, aération, écran ) - 2 périodes paramétrables + période auxiliaire - Possède quelques influences climatiques pour une gestion plus précise de la température et de l humidité - Pilotage possible sans supervision ; Supervision PC ; Pilotage avec Pocket PC si supervision - Génère des économie en comparaison à une régulation de type thermostat - Sondes électroniques disponibles 4

5 Micro régulateurs Applications : - Pilotage centralisé des organes climatiques (Chauffage, aération, écran, air chaud ) - 2 compartiments maximum avec tous les organes climatique en standard - Régulation précise de la température et de l humidité - 2 périodes paramétrables + période auxiliaire - Possède des influences climatiques programmables - Facile à utiliser grâce à un menu texte (Supervision non disponible) - Ektron connectable - Station météo complète 5

6 Ordinateur climatique central Applications : - Gestion climatique avancée - Jusqu à 14 compartiments avec tous les organes climatiques existants. - Gestion de chaufferies complexes (Open Buffer ) - Régulation climatique/chaufferie fiable et précise - 4 périodes paramétrables + 2 périodes auxiliaires - Possède des influences climatiques + programmables - Supervision Synopta recommandée + Pocket PC - Sonde électronique Ektron (précision de mesure), sonde infra rouge - Température d intégration - Prévision météo (Avec Supervision) 6

7 Ordinateur central avancé Applications : - Régulation sur base PC industriel (Windows embarqué) - Aucune limite de régulation grâce au système de boîtiers déportés. - Gestion de chaufferies très complexes, gestion avancée de l énergie (Open Buffer ) - Régulation Multi-période (255) - Possède des influences climatiques très sophistiquées et programmables - Supervision Synopta disponible + Pocket PC - Sonde électronique Ektron + les nouvelles sondes existantes (Sensor Tom) - Bénéficie de toutes les avancées en matière de technologie - Prévision météo (Avec Supervision) Régulation à partir de contrôleurs intelligents et de modèles climatiques et énergétiques 7

8 8

9 Exemple MTI Objectif: Grâce à un modèle énergétique et des prévisions météo, l ordinateur climatique pilote les organes régulant pour atteindre les consignes de moyenne de température sur 6 jours. 9

10 Régulateur Micro régulateur Ordinateur central Ordinateur central / contrôleur intelligent CLIMA 100 CLIMA 300 CLIMA 350 CLIMA 400 CLIMA 500 MULTIMA 10

11 11

12 Gagner du temps et en performance grâce à la supervision 12

13 13

14 14

15 15

16 Annexes 16

17 Température d intégration Température d intégration Objet : Concept de la Température d Intégration température d intégration Somme de rayonnement Somme de rayonnement sur les 3 derniers jours 17

18 Température d intégration Température d intégration Définition La Température d intégration peut être définie comme la capacité de la plante ou de la culture à tolérer des déviations de température (sans conséquence négative) dans la mesure où elles sont compensées sur une certaine période. 18

19 Température d intégration Définition Température d intégration température maximum température ambiante Température de référence Amplitude température minimum t 19

20 Température d intégration Température d intégration Possibilité d économiser : Lorsque les valeurs limites de la culture sont connues (Minimum et Maximum), la température d intégration peut être utilisée pour économiser de l énergie Les économies dépendent : Des températures minimum et maximum permises momentanément (amplitude) L intégrateur de température (excès ou manque en degré heure) 20

21 23 Température d intégration Régulation Normale de température Chauffage Aération 21

22 Température d intégration 23 Température d intégration Amplitude = marge Chauffage Aération 22

23 23 Température d intégration Trop froid (somme de température négative) Chauffage Aération 23

24 23 Température d intégration Trop chaud (Somme de température positive) Chauffage Aération 24

25 Température d intégration Intégration et somme de rayonnement Pour une croissance équilibrée de la plante, il faut affiner le développement de la production des assimilas Par exemple Plus de lumière => température plus élevée Moins de lumière => température plus basse 25

26 Somme de rayonnement rayonnement W/m 2 radiation Radiation trend during the day Rayonnement jour Température d intégration uur Somme de rayonnement J/cm 2 radiation sum Radiation sum during the day Somme de rayonnement jour uur 26

27 Donnée: 1 heure de rayonnement 100 W/m 2 Calcul: Formule: J/cm 2 = t = 1x 60 x 60 = 3600 sec Température d intégration Calcul de la somme de rayonnement t x W/m Soit : 3600 x = 36 J/cm 2 27

28 Radiation sum (J/cm 2 ) Somme de rayonnement moyenne Température d intégration Choix possible sur 1, 2 ou 3 jours 1 jour = 24 heures, 2 = 48 heures, 3 = 72 heures 24 hrs 24 hrs 24 hrs 72 hrs 48 hrs 24 hrs 15 hrs 24 hrs 28

29 Radiation sum (J/cm 2 ) Température intégration Somme de rayonnement moyenne Coefficient pondérateur Le coefficient pondérateur est réglable de 1 à 3 1 = toutes les heures sont équivalentes 2 = le poids de la première est le double du poids de la dernière heure 3 = le poids de la première heure est le triple du poids de la dernière heure 24 hrs 24 hrs 24 hrs 72 hrs 48 hrs 24 hrs hrs 24 hrs 29

30 Temp. ( o C) Rad..sum (J/cm 2 ) Température d intégration Température d intégration sur plusieurs jours Influence de la somme de rayonnement moyenne sur la température de référence Somme de rayonnement des 3 derniers jours + aujourd hui Fin trajet somme rayonnement Som. Ray. 3 derniers jours+ Aujourd hui Début trajet somme rayonnement Influence maxi Somme Rayonnement Influence Som. Rayonnement moyenne Température de référence Début des 24 heures actuelles Heure 30

31 Temperature ( o C) Température d intégration Température d intégration Influence température chauffage et aération Déviation Degré-hrs Fin influence température d aération Début influence température d aération Influene ( o C hrs) 0 degr. hrs Début influence température chauffage Fin influence température chauffage Aération Chauffage maximum influence maximum influence Température aération (maximum) Influence Som. Ray. sur temp. Réf. Température de référence Température chauffage (minimum) periode 1 periode 2 periode 3 periode 4 Début des 24 heures actuelles Heure 31

32 Température d intégration Conclusion : Entre 5% et 10% d économie d énergie voire 40% en hiver sur certaines périodes. Les économies dépendent directement de la tolérance de la culture aux écarts de température (Amplitude de culture). Attention à ne pas perdre le gain énergétique par une baisse de production ou de qualité. Le risque de maladies augmente. Surveiller la température moyenne à l aide d outils statistiques. Faire coïncider outil de production et produit 32

33 Humidité Humidité Objectif: Nomenclature et concepts liés à la gestion de l humidité Sujets Influences humidité définitions diagramme de Mollier condensation EKTRON BUTRON 33

34 Humidité Influences Humidité Aération Possède sa propre consigne de niveau d humidité Chauffage Zone en relation avec la valeur d humidité de l aération Écran Possède sa propre consigne de niveau d humidité Fogging Possède sa propre consigne de niveau d humidité Extracteurs Zone en relation avec la valeur d humidité de l aération 34

35 Humidité Définitions HA = Humidité absolue Quantité en grammes/m 3 d air HS = humidité de saturation Quantité maximum en grammes/m 3 d air HR = Humidité relative Humidité absolue / Humidité de saturation AH/SH Déficit hydrique Humidité de saturation Humidité absolue HS - HA 35

36 h= Temperatuur ( C) (hpa) 15 AH absolute humidity (g/m 3 ) 90 Humidité RH relative humidity (%) h (kj/kg) AV VV Hum. deficit (HD) at 20 C 80% RH calculation : HD = SH - AH = 15-11,8 = 3,2

37 Humidité Point de rosé Température ( C) - DP température à laquelle arrive la condensation Dépend de HR dans la serre température Problèmes plantes humides condensation 37

38 Humidité Comment calculer le point de rosée HR humidité relative (%) Température ( C) A A 22 C - 80% RH DP 18,4 C - 100% RH DP Température de point de rosée 38

39 Humidité Pression de vapeur Pression (kpa) - P Différence de pression de vapeur (Pe) est la force qui conduit à l évaporation des plantes Pression de vapeur d eau interne - Pi Pression de vapeur d eau de la serre - Ps résistance des stomates - SmΩ Une plante transpire si la résistance des stomates est inférieure à Pi - Ps 39

40 RV relative humidity (%) h (kj/kg) h= AV absolute humidity (g/m 3 ) AV VV Vapour pressure (Pe) at 20 C 80% RH calculation : Pe = Ps - Pa - HmΩ= = 4 Ps Pa Temperatuur ( C) (hpa) Humidité

41 Utilisation de la mesure d humidité extérieure Humidité HR humidité relative (%) Temperatuur ( C) C A = 15 C - 40% B = 15 C - 80% 15 A B C = 20 C - 80% = humidity removal 41

42 Humidité 42 L air extérieur contient en été au moins deux fois plus de vapeur d eau qu en hiver December November October Humidity content 3 )(g/m 6 4 August July June May April March February January September

43 Comment économiser avec nos systèmes actuels? Sur le chauffage Le Minimum Tuyau: consomme énormément d énergie. En utilisant les influences du rayonnement et de l humidité pour diminuer ou augmenter le minimum tuyau, vous réalisez quelques économies. La consigne de chauffage: En utilisant les influences du rayonnement pour diminuer la consigne chauffage Le décalage des périodes évite une demande simultanée des compartiments. Démarrez les demandes à 10/15 min d intervalle de façon à répartir la demande de chaleur. 43

44 Comment économiser avec nos systèmes actuels? Sur l aération Comme pour le chauffage, utilisez les influences du vent et autres influences extérieures pour diminuer la position mini aération Bande P côté abrité : Valeur En été 3-5 Valeur En hiver 5-7 Influence du vent : Début = 2 m/s ; Fin = 12 m/s Influence Temp. Ext. Début = 2 C ; Fin 10 C sous la Temp. aération Bande P côté Vent : Idem Abrité avec 1-2 unités plus haut 44

45 Comment économiser avec nos systèmes actuels? Sur la gestion de l humidité: Contrôler l humidité coûte énormément d énergie. 1. Ouverture de l aération par petite étapes (5-8% d ouverture sont suffisants pour évacuer l humidité) 2. Si cela ne suffit pas, augmenter le mini tuyau. (Attention il faut créer une différence de température de 20 à 30 C pour avoir une influence sur l humidité) 45

46 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie 46

47 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Mesures climatiques imprécises? Les sondes humides/sèches demande beaucoup d attention pour conserver leur précision (changement fréquent de la mèche, vérification du niveau d eau, changement du filtre et nettoyage régulier des sondes) Un manque de maintenance de ces sondes conduira à : des mesures d humidité non fiables Engendre des actions de contrôle inutiles pour diminuer l humidité. Jusqu à 15% de gaspi sur la consommation énergétique totale. 47

48 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Une Solution : Ektron II (Mesure électronique de l humidité par sonde Vaisala) 48

49 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Le contrôle de l humidité consomme beaucoup d énergie : Un pilotage fin de l aération et du chauffage avec une mesure de l humidité extérieure vous aide à économiser l énergie. Par exemple, les effets de l aération et du chauffage peuvent être minimisée lorsque l humidité extérieure est haute Une Solution : Butron (Mesure électronique de l humidité extérieure) 49

50 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Distribution irrégulière de température et de CO 2? Une circulation d air insuffisante provoque une répartition horizontale irrégulière de la température Croissance irrégulière des plantes Distribution CO2 en dessous de l optimum Risque de maladies Essayer d obtenir une température optimum au endroits froid de la serre, coûte beaucoup d énergie 50

51 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Une Solution : Les brasseurs d air à variation de vitesse La température optimum est atteinte sur une plus large surface 51

52 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Mesurer le rayonnement nocturne? Les déperditions thermiques sont plus importantes par nuit dégagée que par nuit nuageuse En mesurant ce rayonnement nocturne, il est possible d influencer la température de fermeture des écrans pour anticiper les déperditions Pyrgeometer 52

53 Quelques outils simples pour réduire les coûts d énergie Mesurer la température exacte de la plante. Par journée ensoleillée, il est parfois inutile de chauffer le volume total de la serre. Un mélange entre la température d air et une température Infra Rouge peut permettre de réaliser quelques économie. En effet, parfois la plante est plus chaude que l air ambiant grâce au rayonnement. Caméra Infra Rouge 53

54 Merci pour votre attention Des questions? Member of 54

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

AIDE A LA THERMOREGULATION

AIDE A LA THERMOREGULATION AIDE A LA THERMOREGULATION THERMOREGULATION MODE MAN AUTO TEMP C O M PAT I B L E C TEMP MODE MAN AUTO SOMMAIRE I INTRODUCTION...3 I.1 LA THERMOREGULATION...3 I.2 UTILITE DE LA THERMOREGULATION...3 I.3

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

Guide d utilisation pour le logiciel Parking Controller Config. Version 1.0.1 2006/01/10

Guide d utilisation pour le logiciel Parking Controller Config. Version 1.0.1 2006/01/10 Guide d utilisation pour le logiciel Parking Controller Config Version 1.0.1 2006/01/10 Table des matières Table des matières... 2 Table des figures...2 Introduction... 3 Introduction... 3 Pré requis...

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (196-198) & (27-21) POUR LA RÉGION D AVIGNON T. BOULARD, H. FATNASSI, M. TCHAMITCHIAN Financement par la mission

Plus en détail

LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires

LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires LUCHT LHZ fabricant de radiateurs à pierres réfractaires La solution pour tous les endroits difficiles Les radiateurs électriques à pierres réfractaires LHZ ont été conçus en utilisant une technologie

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation.

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation. Par Franck NEYERS, enseignant technologie laitière et fromagère, ENILIA-ENSMIC de Surgères Bilan hydrique sur une tour de séchage Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de 1 Tubes Vortex Il existe une gamme complète de tubes Vortex permettant de trouver une réponse à chaque problème de refroidissement localisé. La capacité de refroidissement des tubes Vortex est prévue pour

Plus en détail

Système de gestion de façades bioclimatiques pour les petits bâtiments tertiaires et la maison individuelle haut de gamme. Principaux bénéfices :

Système de gestion de façades bioclimatiques pour les petits bâtiments tertiaires et la maison individuelle haut de gamme. Principaux bénéfices : Système de gestion de façades bioclimatiques pour les petits bâtiments tertiaires et la maison individuelle haut de gamme Présentation : Animeo Solo IB permet de piloter automatiquement jusqu à 800 protections

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com Comment tbien utiliser les vitrages d aujourd hui d h Les multiples capacités de calibration des performances LucJoubert consultant SeniorenVitrages Luc Joubert, consultant Senior en Vitrages, Synergia

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC 24 Juin 2015 TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC Afin de répondre aux attentes des locataires et aux enjeux de l environnement, en collaboration avec les membres du Conseil de Concertation

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

La bi-énergie résidentielle

La bi-énergie résidentielle La bi-énergie résidentielle Guide du client Table des matières La bi-énergie résidentielle, un choix avantageux! 1 Le système de chauffage bi-énergie 3 Le compteur électromécanique à double registre 6

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

AIR CONDITIONNÉ AUTOMATIQUE

AIR CONDITIONNÉ AUTOMATIQUE 1 10 2 3 4 A. TABLEAU DE COMMANDE CONDUCTEUR 1 - Régulation de confort automatique Un appui sur cette commande, confirmé par l affichage du voyant A/C et de AUTO sur l afficheur, permet de gérer automatiquement

Plus en détail

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie LES PLAISIRS de L EAU conjuguer confort et économies d énergie Profitez des plaisirs de l eau tout en diminuant votre consommation CONJUGUER CONFORT ET ÉCONOMIES D ÉNERGIE IL EXISTE UN MOYEN TRÈS SIMPLE

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 30 FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Fiche d opérations standardisée

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

Technique d étanchéité

Technique d étanchéité ISO-CONNECT Vario SD ISO-CONNECT Vario SD facilite la vie sur le chantier. Les confusions entre les films à l intérieur (pare-vapeur) et à l extérieur (par-pluie) appartiennent au passé. La membrane multifonction

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ArchiWIZARD de RayCREATIS Version 2.7.0 du 05/07/2013 Logiciel évalué conforme à la RT

Plus en détail

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires L efficacité énergétique Présentation ETS5 16 octobre 2014 Lyon / 10h Les Enjeux Enjeux du bâtiment de demain Le Bâtiment

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Bâtiments et société à 2000 watts

Bâtiments et société à 2000 watts Bâtiments et société à 2000 watts Francine Wegmüller 7 novembre 2012 Table des matières 1. 2. 3. 2 Bâtiments et société à 2000 watts Les énergies renouvelables dans le bâtiment Conclusions 1. Bâtiments

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

Régulation pneumatique de la pression ambiante. Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité.

Régulation pneumatique de la pression ambiante. Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité. Régulation pneumatique de la pression ambiante Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité. La régulation de la pression ambiante par SAUTER une fiabilité

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS France ZI Les Chanoux 62 rue Louis Ampère 93330 Neuilly-sur-Marne Tel: 01 48

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

DILUTION DES MILIEUX HAUTEMENT CONCENTRÉS EN PARTICULES SYSTÈME DE DILUTION VKL

DILUTION DES MILIEUX HAUTEMENT CONCENTRÉS EN PARTICULES SYSTÈME DE DILUTION VKL FICHE PRODUIT - Les concepts de base relatant de la production et des caractéristiques d un aérosol ou de poudres de test sont définis et décrits par des normes. Les caractéristiques de base d un aérosol

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18

PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr www.pce-instruments.com/french COMFORT CONTROL

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Bienvenue dans votre logement BBC

Bienvenue dans votre logement BBC Bienvenue dans votre logement Ce guide est là pour vous aider à bien utiliser votre appartement. Conservez le précieusement, afin de pouvoir le consulter en cas de doute. SOMMAIRE les points clés L isolation

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013 Thermographie aérienne SAINT ORENS DE GAMEVILLE 19 sept. 2013 Les enjeux De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France (42,5% de l énergie finale

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Chaudière à condensation + CESC

Chaudière à condensation + CESC Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version du 01/07/2015 Chaudière à condensation + CESC Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Guide du monteur. Dépannage des installations Instruments de mesure. Refrigeration and Air Conditioning Controls

Guide du monteur. Dépannage des installations Instruments de mesure. Refrigeration and Air Conditioning Controls Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur Dépannage des installations Instruments de mesure R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Classification

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

N NC 14 TACn2: Réseau didactique

N NC 14 TACn2: Réseau didactique EOe2 Réseau didactique rév1 C 14 TACn2: Réseau didactique Ce réseau de ventilateur est un réseau théorique, et n a pour seul but que d illustrer les fonctionnalités présentes dans la Technologie exploitée

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

Ensemble pour l étude d une régulation de température

Ensemble pour l étude d une régulation de température ENSP Montrouge N. 205 Ensemble pour l étude d une régulation de température L ensemble est constitué des éléments suivants : - élément A : un boîtier contenant un bloc de cuivre, muni d une thermistance,

Plus en détail

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen Index 1) Technologies solaires 2) Les avantages de l énergie solaire thermique 3) La production

Plus en détail

Intégration d un apport solaire à une installation existante

Intégration d un apport solaire à une installation existante Intégration d un apport solaire à une installation existante Dans le cas d une installation déjà existante il existe plusieurs possibilités de connecter un appoint solaire, certaines étant plus ou moins

Plus en détail

L évolution du climat

L évolution du climat LIVING ENVIRONMENT SYSTEMS L évolution du climat Le premier système VRF hybride au monde pour le refroidissement et le chauffage simultanés avec récupération de la chaleur CATALOGUE PRODUITS POUR LE DÉCIDEUR

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

INDICATEURS / THERMOSTATS / REGULATEURS

INDICATEURS / THERMOSTATS / REGULATEURS INDICATEURS / THERMOSTATS / REGULATEURS PAGE 3 : N320 Indicateur de température simple entrée NTC10k ou Pt100 ou Pt1000 ou thermocouple J/K/T PAGE 4 : N321 Indicateur de température, 1 relais, entrée NTC10k

Plus en détail

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent.

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Sentez-vous bien. Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Profitez de températures confortables, faites des économies d énergie, bénéficiez de la lumière naturelle et augmentez jusqu à 41% le

Plus en détail

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement 2 2 3 3 régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation famille : Heating type : Regulator TF 313 environnement TF 313 1 0 1 sélection

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION Michel Senécal, agr. Centre de services horticoles du MAPAQ Laval Octobre 2006 Le semis des fleurs annuelles est une opération délicate où

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Les objectifs d'apprentissage : Être familiarisés avec les différents types de systèmes de chauffage à l électricité, Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1 N 1 climate solution for sustainable BUILDINGS F1-1 Du point de vue écologique comme architectural, un plafond SAPP ceiling est le système de climatisation qui s impose pour les projets les plus divers.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 AVERTISSEMENT Ces diapositives constituent le support d une conférence Ils ne peuvent être dissociés du discours des conférenciers des JNL de Besançon (2012) Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 1

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Dans le monde du trading il y a une règle d or «il faut toujours agir dans le sens de la tendance

Dans le monde du trading il y a une règle d or «il faut toujours agir dans le sens de la tendance Avant de se lancer dans le trading d options binaires, il faut comprendre les outils d analyse technique, afin d acquérir les outils nécessaires pour choisir le type d option que l on doit trader. Avoir

Plus en détail

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP Thermographie aérienne de la commune d Andenne Projet coordonné par le BEP Auteurs: Marie Wénin Yann Goulem Cartographie réalisée par Déperditions de chaleur par les toitures Qu est ce que la thermographie

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité et chauffage)

Plus en détail