- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes"

Transcription

1 - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels participe l'équipe Contribution de l'équipe aux BdD spatiales Valorisation de la BdD Solar Orbiter/Solar Probe Plus Contexte : les relations Soleil-Terre Les projets Solar Orbiter et Solar Probe Plus Valorisation des BdD ondes de SO et SPP Les besoins de l'équipe Aide à l'archivage des BdD locales Aide à la valorisation des BdD 1

2 Le LPC2E et les Bases de données spatiales Programmes en opération ou dont les données sont en cours d'exploitation Cassini-Huygens (NASA/ESA/ASI) Lancement : 15/10/ Atterrissage de Huygens sur Titan le 14/01/2005 Instrument : PWA de l'expérience HASI CoI : M. Hamelin DEMETER (CNES) LPC2E : CU, diffusion des données Lancement en 2004 fin en 2010 PI : M. Parrot Archivage au CDPP. Programmes spatiaux bientôt en opération CLUSTER (ESA) Lancement 2000 extension 2014 Instrument WHISPER PI : J.L. Rauch Archivage au CAA. ROSETTA (ESA) Lancement : sortie hibernation début Arrivée à la comète mai Expérience : MIP (sonde à impédance mutuelle) PI : P. Henri Bepi Colombo (ESA/JAXA) Lancement : Arrivée Mercure en Expérience AM 2 P (Sonde à impédance mutuelle) PI : J.P Lebreton 2

3 Le LPC2E et les Bases de données spatiales Les programmes spatiaux en cours de réalisation au LPC2E TARANIS (CNES) - Responsabilité LPC2E : CU et diffusion des données Lancement : 2016 orbite quasi-polaire (700km). PI-mission : J.-L. Pinçon Expériences IMM (J.L. Pinçon), IME-HF (J.-L. Rauch) et MEXIC (J.L. Pinçon) Statut : Livraison au CNES de la charge utile : 2014 Solar Orbiter (ESA) Lancement : 2017 orbite nominale (0.28 UA) en Expérience RPW-SCM (Search Coil 3 axes BF-MF) PI : V. Krasnosselskikh (Co-Is : T. Dudok de Wit, M. Kretzschmar, J.L. Pinçon) Statut : Livraison de RPW à l'esa : 2015 Solar Probe Plus (NASA) Lancement : ère périhélie à 9.5 R s en Expérience SCM (Search Coil 3 axes BF-MF) PI : T. Dudok de Wit (Co-Is : V. Krasnosselskikh, M. Kretzschmar, J.L. Pinçon) Statut : Livraison de SCM à la NASA :

4 Les BdD nationales pour la relation Soleil-Terre Nançay RH Nançay RD BASS2000 solaire SOLAR ORBITER SOLAR PROBE PLUS MEDOC instruments au sol instruments sur satellite plasma CDPP DEMETER TARANIS CLUSTER SOLAR ORBITER 4

5 Evolution des BdD spatiales CLUSTER SOLAR ORBITER SOLAR PROBE PLUS pôle thématique avec outils à valeur ajoutée DEMETER TARANIS base de données (interopérabilité des bases) archivage de données & animation scientifique 5

6 Base de Données DEMETER DEMETER (Detection of Electro-Magnetic Emissions Transmitted from Earthquake Regions) Equipement de traitement et de gestion Capteur magnétiqu e vectoriel Sondes de Langmuir Analyseur plasma Capteur électrique Détecteur d'électrons DEMETER est un microsatellite sous responsabilité scientifique du LPC2E. Il a pour objectifs : l'étude les perturbations ionosphériques associées aux tremblements de Terre. L'étude des perturbations ionosphériques liées à l'activité humaine. Le LPC2E est responsable du centre de mission scientifique dont les fonctions sont : la programmation des instruments, les traitements de données de tous les instruments (y compris les données attitude et orbitographie du satellite), l archivage des données, la mise à disposition des données à la communauté scientifique. Centre mis en service en 2004, exploité jusqu en Toujours fonctionnel mais en phase de retrait de service (distribution des données assurée par un centre d archive pérenne de la communauté (CDPP)). 6

7 Base de Données TARANIS TARANIS (Tool for the Analysis of RAdiations from lightnings and Sprites) TARANIS est un projet de microsatellite sous responsabilité scientifique du LPC2E qui a pour objectif l'étude des phénomènes énergétiques se produisant au dessus des zones orageuses. Huit instruments scientifiques seront embarqués sur le satellite. Le LPC2E est responsable du centre de mission scientifique dont les fonctions sont : la programmation des instruments, les traitements de données de tous les instruments (y compris les données attitude et orbitographie du satellite), l archivage des données, la mise à disposition des données à la communauté scientifique. Lancement en 2016 Centre en cours de développement, mise en service en 2016 et exploitation jusqu en 2020 (voire plus). 7

8 Bases de Données DEMETER et TARANIS au LP2CE CARACTERISTIQUES BdD DEMETER Développement et maintenance assurés par un industriel (ALCATEL-CIT) : pas de compétences BdD au LPC2E. BD sous Oracle. Volume des fichiers de données 9 To. Volume des tables Oracle 8 Go (33 tables). Jusqu à 1,6 million d entrées pour certaines tables. 2 millions de fichiers gérés. Nombre d utilisateurs encore actifs : 50. Sélection de données selon instrument, période temporelle, zone géographique,..., combinaison de critères pour sélection fine. CARACTERISTIQUES BdD TARANIS Développement et maintenance assurés par un industriel (CAPGEMINI) : toujours pas de compétences BdD au LPC2E. BD sous PostgreSQL. Volume des fichiers de données 35 To. 6 millions de fichiers gérés (estimation). Nombre d utilisateurs prévu : > 60. Sélection de données selon instrument scientifique, période temporelle, région géographique, événement orageux,..., combinaison de critères pour sélection fine. Utilisation BdD DEMETER Nombre de connexions journalières à la base : 70 Volume moyen téléchargé par jour : 3 Go Taux de disponibilité : > 99% 8

9 Valeur ajoutée aux données CLUSTER par le LP2CE Le LPC2E est reconnu par la communauté spatiale internationale pour son savoir faire en matière de développement d'outils de traitement des données «ondes» CLUSTER (ESA) : 4 satellites pour l'étude des interactions entre le vent solaire et la magnétosphère terrestre. Apport du LPC2E Développement, validation et mise à la disposition de la communauté Cluster d'outils pour l analyse des processus non- linéaires (logiciel SWAN). Développement et mise à disposition de la communauté Cluster de la technique «k-filtering» pour les mesures multi-satellite. Développement d'une base de données «ondes» ou les données «brutes» sont complétées par des données traitées. Cette BdD ondes sert au CNES et à l ONERA pour calculer les coefficients de diffusion utilisés par les grosses simulations numériques de l'onera (code SALAMMBO). Développement de codes "tracé de rayons" 9

10 Valeur ajoutée aux données CLUSTER par le LP2CE Grande Valeur ajoutée aux données par rapport aux données prises seules Cluster coverage Intensité des champs électrique et magnétique Après application des outils d'analyse des ondes développés au LPC2E Mise en évidence de l'origine équatoriale des ondes dans les ceintures de radiations 10

11 Valorisation des bases de données ondes de SO et SPP Les relations Soleil-Terre Soleil Milieu interplanétaire Magnétosphère Ionosphère Thermosphère Terre Trou coronal Instabilités (couronne) Plasma (éjections matière coronale) Orages magnétiques Aurores Courants induits Éjection de matière coronale Régions actives (héliosphère) Ondes radio Rayonnement UV Rayonnement X Scintillations Courants ionosphériques Chauffage et dilatation Éruptions solaires Particules énergétiques Rayons cosmiques Radiations et particules 11

12 Valorisation des bases de données ondes de SO et SPP Les BdD impliquant le LPC2E Couronne solaire : R-H Nançay Milieu interplanétaire : Bépi-Colombo Solar Orbiter (SO) Solar Probe Plus (SPP) Magnétosphère : Cluster Ceintures de radiation : Cluster Ionosphère : DEMETER TARANIS. 12

13 Valorisation des bases de données ondes de SO et SPP Le travail sur les données d ondes effectué au LPC2E à pour objectif de mieux comprendre la chaîne d'événements qui font le lien entre les perturbations initiales observées à la surface du Soleil et celles observées au niveau de la Terre. Parmi les objectifs principaux des missions SO et SPP figurent les problèmes suivants : Le problème de l'accélération du vent solaire, Le programme du chauffage de la couronne solaire, Le problème de l accélération des rayons cosmiques d origine solaire, Pour tous ces problèmes, la connaissance des caractéristiques des ondes est considérée comme essentielle. Comme le montrent les travaux effectués au LPC2E dans le cas de Cluster sur les ceintures de radiation (BdD ondes de Cluster), la maximisation du retour scientifique des missions SO-SPP passera par la mise à disposition de la communauté internationale d'outils à valeur ajoutée tels que ceux développés par notre équipe. C'est précisément ce que nous nous proposons de faire. 13

14 Bilan Besoins de l'équipe sur les BdD Aide à l'archivage des BdD locales - Absence de compétences au LPC2E Solution : mise en commun d'un poste OSUC? Aide à la valorisation des BdD - Pérennisation des outils développés - Intégration de ces outils dans les BdD SO-SPP - Poursuite du développement de ces outils Solution : Mise en valeur des BdD SO-SPP priorité du CDPP poste CNAP sur une tâche de service SO5? 14

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace

Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace Karl-Ludwig Klein (ludwig.klein@obspm.fr) LESIA - UMR 8109 Observatoire de Paris, CNRS, Univ. P&M Curie, Paris-Diderot (F-92195 Meudon)

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE 1, 2, 3 Soleil!!! TITRE Rappels historiques - 1644 : Descartes imagine que le Soleil est une étoile comme les autres - Vers 1850, certains imaginent que le Soleil est constitué de charbon, mais sa durée

Plus en détail

Cycle de vie, processus de gestion

Cycle de vie, processus de gestion Les données scientifiques au CNES Cycle de vie, processus de gestion Danièle BOUCON Réunion PIN du 4 janvier 2013 Réunion PIN du 22 mars 2012 Outils CNES Contexte des données scientifiques au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques : Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques Nicole Vilmer LESIA Observatoire de Paris 3 ème journée ESEP Orléans 26 Mai 214 Le Soleil accélérateur de particules:

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Les outils CNES pour la pérennisation des données

Les outils CNES pour la pérennisation des données Les outils CNES Les outils CNES pour la pérennisation des données Béatrice LARZUL Danièle BOUCON Dominique HEULET Réunion PIN du 22 mars 2012 SOMMAIRE Introduction L atelier BEST de description des données

Plus en détail

Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat

Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat Bref historique du projet CIRCUS Janvier 2013 : Démarrage de la collaboraeon LESIA / Telecom- ParisTech sur le développement du récepteur

Plus en détail

CDPP (Centre de Données de Physique des Plasmas) MERCATOR (Océanographie opérationnelle) AVISO (Altimétrie)

CDPP (Centre de Données de Physique des Plasmas) MERCATOR (Océanographie opérationnelle) AVISO (Altimétrie) Migrations de catalogues au CNES CDPP (Centre de Données de Physique des Plasmas) MERCATOR (Océanographie opérationnelle) AVISO (Altimétrie) Migration CDPP CDPP : Centre de Données de la Physique des Plasmas

Plus en détail

Synthèse du séminaire

Synthèse du séminaire Synthèse du séminaire Jean-Loup Puget, Institut d Astrophysique Spatiale Président du CPS Séminaire de Prospective Scientifique La Rochelle 17-20 mars 2014 Jean-Loup Puget, Président du CPS 2 L évolution

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

ULYSSES. A la Découverte du Soleil

ULYSSES. A la Découverte du Soleil 1 ULYSSES A la Découverte du Soleil 2 SOMMAIRE La présentation de la mission... 4 Les découvertes d Ulysses... 7 La fiche technique... 9 L instrumentation... 10 La carte d identité du Soleil... 12 La coupe

Plus en détail

La fin d un long cycle solaire et le climat alors?

La fin d un long cycle solaire et le climat alors? La fin d un long cycle solaire et le climat alors? Thierry Dudok de Wit Laboratoire de Physique et Chimie de l Environnement et de l Espace Observatoire des Sciences de l Univers en région Centre Une fabuleuse

Plus en détail

Le Soleil: Sol... en latin Hélios en Grec est l étoile du système solaire. Diamètre : 1 392 000 km.

Le Soleil: Sol... en latin Hélios en Grec est l étoile du système solaire. Diamètre : 1 392 000 km. Le Soleil Le Soleil: Sol... en latin Hélios en Grec est l étoile du système solaire. Diamètre : 1 392 000 km. Position du soleil dans la galaxie. Centre galactique. 26 000 AL 150 000 000 km Le soleil

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION POLITIQUE SCIENTIFIQUE.

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION POLITIQUE SCIENTIFIQUE. SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION POLITIQUE SCIENTIFIQUE. Institut d'aéronomie spatiale de Belgique (IASB) Vacance d un emploi de Chef de travaux (classe SW2) de la carrière scientifique Vacance

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Listes de référence des

Listes de référence des Listes de référence des moyens et infrastructures entrant dans le cadre du Service d Observation SO1 moyens entrant dans le cadre du Service d Observation SO2 stations d observation entrant dans le cadre

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives Catherine Césarsky, Haut commissaire àl Energie Atomique 50 ans du CNES Ce colloque était destiné à présenter un tableau de

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Base de données en radioastronomie à Nançay - CENTRE DE DONNEES RADIO - LOFAR - PULSAR LPC2E/USN I.Cognard, LPC2E

Base de données en radioastronomie à Nançay - CENTRE DE DONNEES RADIO - LOFAR - PULSAR LPC2E/USN I.Cognard, LPC2E Base de données en radioastronomie à Nançay - CENTRE DE DONNEES RADIO - LOFAR - PULSAR LPC2E/USN I.Cognard, LPC2E G.Theureau, USR Nançay Plan Les instruments à Nançay Un centre de données Radio à Nançay

Plus en détail

Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données. Atelier Magnétosphères Comparées

Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données. Atelier Magnétosphères Comparées Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données Atelier Magnétosphères Comparées Meudon, Février 2015 Contexte Il existe beaucoup de données sol et spatiales disponibles à travers de nombreuses

Plus en détail

LES DEBRIS SPATIAUX. F.Alby. Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales

LES DEBRIS SPATIAUX. F.Alby. Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales LES DEBRIS SPATIAUX F.Alby Situation en orbite et risques Actions nécessaires Loi sur les Operations Spatiales SITUATION EN ORBITE depuis 1957: environ 5000 lancements plus de 220 fragmentations en orbite

Plus en détail

Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers

Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers 14 ème journée du réseau des acteurs en radioprotection Midi-Pyrénées Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers Françoise BEZERRA 28 Novembre 2014 Institut Universitaire

Plus en détail

Service d Observation du Soleil

Service d Observation du Soleil Laboratoire d Etudes Spatiales et d Instrumentation en Astrophysique Service d Observation du Soleil http://solaire.obspm.fr 1 - Introduction : qu est ce que le Soleil? Le Soleil est une étoile ordinaire

Plus en détail

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps Le but de ce Service est l'établissement et le maintien des repères spatio-temporels. Cette tâche traditionnelle de l'astronomie relève d'activités contractuelles

Plus en détail

La mission Cassini-Huygens

La mission Cassini-Huygens La mission Cassini-Huygens Une collaboration internationale La mission Cassini-Huygens est le fruit d une collaboration entre trois agences spatiales. Dix-sept pays ont contribué à l élaboration de cette

Plus en détail

Sur les vols en formation.

Sur les vols en formation. Sur les vols en formation. Grasse, 8 Février 2006 Plan de l exposé 1. Missions en cours et prévues 2. Le problème du mouvement relatif 2.1 Positionnement du problème 2.2 Les équations de Hill 2.2 Les changements

Plus en détail

Le 28 octobre 2003, nos divers observatoires enregistraient

Le 28 octobre 2003, nos divers observatoires enregistraient Vers une météorologie de l espace Fin octobre 2003 s est produite une série d éruptions solaires parmi les plus intenses de nos archives. Le flux de particules de la première s est dirigé vers notre planète

Plus en détail

Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT

Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT Jean-François BOTTOLLIER-DEPOIS jeanfrancois.bottollier@irsn.fr Les domaines d utilisation de la dosimétrie individuelle numérique

Plus en détail

SERB, un nano-satellite pour étudier le Soleil et la Terre

SERB, un nano-satellite pour étudier le Soleil et la Terre SERB, un nano-satellite pour étudier le Soleil et la Terre M. Meftah, A. Hauchecorne, P. Keckhut, A. Sarkissian, A. Irbah S. Dewitte (IRMB), O. Karatekin (ORB) 7 novembre 2013 --- Paris France 1 Objectifs

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

Gestion de données avec TALEND

Gestion de données avec TALEND Journée Bases de données OSUC Gestion de données avec TALEND Validation et insertion Aurore Hertout Chargée d études Géomatique & Expertise Spatiale Données thématiques : Nombreuses et variées Différents

Plus en détail

Un système générique pour l accès à des archives de données scientifiques : le SIPAD-NG. Dominique Heulet (CNES Toulouse)

Un système générique pour l accès à des archives de données scientifiques : le SIPAD-NG. Dominique Heulet (CNES Toulouse) Un système générique pour l accès à des archives de données scientifiques : le SIPAD-NG Système d Information, de Préservation et d Accès aux Données Nouvelle Génération Réunion Groupe PIN, 5 janvier 2008

Plus en détail

Perspectives en modélisation de l'ionosphère

Perspectives en modélisation de l'ionosphère Perspectives en modélisation de l'ionosphère Aurélie Marchaudon, Pierre-Louis Blelly, Maxime Grandin (*), Mikel Indurain, Baptiste Chide IRAP, CNRS et UPS (*) aussi à Sodankylä Geophysical Observatory,

Plus en détail

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience :

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience : Chapitre 5 : CHAMP MAGNETIQUE S 5 F 1) Mise en évidence : a) Expérience : Des petites aiguilles aimantées montées sur pivots sont disposées près d'un aimant droit. Chaque aiguille constitue un dipôle orienté.

Plus en détail

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Historique Septembre 2012 : Master "Espace et Application", Université franco-vietnamienne des Sciences et Technologies

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Conçois une sonde planétaire

Conçois une sonde planétaire ACTIVITÉ DE CLASSE Conçois une sonde planétaire Informations générales Niveau scolaire : Troisième cycle du primaire, Secondaire 1 à 5 Nombre d élèves par groupe : Trois à quatre Durée de l activité :

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

Quelques mesures dans l'univers

Quelques mesures dans l'univers Quelques mesures dans l'univers On propose ici une activité logicielle pour : observer la structure lacunaire de l'univers et manipuler les puissances de 10 observer la forme de notre galaxie, et la place

Plus en détail

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE :

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : 1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : La radioastronomie consiste en l étude d une partie du spectre électromagnétique*, les ondes radio, comprise entre 0,8mm et 15m de longueur d onde. 2) LA RADIOASTRONOMIE

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Météorologie de l Espace : du Soleil à la Terre CRASTE-LF/ Janvier 2017

Météorologie de l Espace : du Soleil à la Terre CRASTE-LF/ Janvier 2017 Météorologie de l Espace : du Soleil à la Terre CRASTE-LF/ Janvier 2017 Christine Amory-Mazaudier christine.amory@lpp.polytechnique.fr Staff Associate ICTP and Collaborator UPMC PLAN Emissions du Soleil

Plus en détail

SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES

SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES SEMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE 2014 APPEL A IDEES Afin de définir avec la communauté scientifique nationale les orientations à moyen terme des programmes scientifiques spatiaux français, le CNES

Plus en détail

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Réaliser une économie de 60 à 90% sur votre facture d

Plus en détail

Le modèle d'évaluation des coûts de l'archivage numérique au CINES. Olivier Rouchon CINES olivier.rouchon@cines.fr PIN Réunion plénière 14 Mars 2013

Le modèle d'évaluation des coûts de l'archivage numérique au CINES. Olivier Rouchon CINES olivier.rouchon@cines.fr PIN Réunion plénière 14 Mars 2013 Le modèle d'évaluation des coûts de l'archivage numérique au CINES Olivier Rouchon CINES olivier.rouchon@cines.fr PIN Réunion plénière 14 Mars 2013 Sommaire Le modèle économique Le type de services proposés

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace. Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse)

Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace. Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse) Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse) École d été e2φ, Toulouse, août 2012 Sommaire Un peu d histoire Le Soleil et son activité La magnétosphère

Plus en détail

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 http://nanosats.sciencesconf.org L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Les moyens de calcul scientifique du CNES architecture et outils

Les moyens de calcul scientifique du CNES architecture et outils Les moyens de calcul scientifique du CNES architecture et outils JOSY, 13 septembre 2007 Le CNES en bref... Le CNES est un EPIC. Il propose et met en oeuvre la politique spatiale de la France, au service

Plus en détail

CETP/LATMOS, 4 Avenue de Neptune, 94100 SAINT-MAUR, FRANCE,xiaoni.wang@latmos.ipsl.fr *

CETP/LATMOS, 4 Avenue de Neptune, 94100 SAINT-MAUR, FRANCE,xiaoni.wang@latmos.ipsl.fr * Observations par le satellite DEMETER des perturbations induites par l éclipse du 29 Mars 2006 dans l ionosphère supérieure. DEMETER observations of the topside ionospheric disturbances induced by the

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015 Quelques Nouvelles 1 er décembre 2015 Pluton et Charon révélées sur toutes leurs faces par New Horizons Une rotation complète de Pluton, un jour plutonien, soit 6,4 jours. À mesure que New Horizons se

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES LABORATOIRE LPCE THÈSE présentée par : Farida EL-LEMDANI MAZOUZ soutenue le : 30 Juin 2008 pour obtenir le grade de : Docteur de l Université

Plus en détail

Saturne: La planète aux anneaux

Saturne: La planète aux anneaux Saturne: La planète aux anneaux Dans l antiquité Saturne, dieu romain, correspondait au titan grec Kronos, père des dieux tel Jupiter (Zeus). Saturne était le dieu de l agriculture. Le symbole antique

Plus en détail

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Laurent Denis STATXPERT Journée technologique "Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production" FIGEAC,

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Processus d élaboration des images des satellites d observation de la Terre Philippe LIER CNES

Processus d élaboration des images des satellites d observation de la Terre Philippe LIER CNES Atelier DROIT et ESPACE Processus d élaboration des images des satellites d observation de la Terre Philippe LIER CNES Droit et Espace 22 septembre 2010 1 Cahier des charges Le produit image : Résolution,

Plus en détail

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL)

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) Base de Données AMMA-SAT K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) BDD AMMA-SAT : Les objectifs Le principe : Réunir l ensemble des données satellites utiles à AMMA dans une même base.

Plus en détail

Etude des ondes gravitationnelles : de l espace au cloud

Etude des ondes gravitationnelles : de l espace au cloud Etude des ondes gravitationnelles : de l espace au cloud Antoine Petiteau, Cécile Cavet Laboratoire APC, Université Paris Diderot, Université Sorbonne Paris Cité 5Novembre2015 Plan 1 2 3 4 Problématique

Plus en détail

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales Simulation numérique Conception de bancs d études Mesure Impression Gabel 02 32 82 39 39 - Conception : Nord-Ouest création 02 32 82 39 37 Technopôle du Madrillet 76801 Saint-Etienne-du-Rouvray Tél. 33

Plus en détail

ODS. Nouvelles Fonctions. Dream Report 4+ Designer Friendly Reporting

ODS. Nouvelles Fonctions. Dream Report 4+ Designer Friendly Reporting ODS Nouvelles Fonctions Dream Report 4+ Designer Friendly Reporting Rappel: Dream Report est un logiciel professionnel de rapport pour l Automation Connectivité Connection temps réelle vers les SCADAs,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

P : (poids) = action de la Terre F : = poussée des gaz. -g a =

P : (poids) = action de la Terre F : = poussée des gaz. -g a = EXECICE I : NEW HOIZONS(11 pts) Décollage le 19 janvier 2006 1.1- En considérant la masse de la fusée à peu près constante pendant les premières seconde du décollage, Montrer que l action des boosters

Plus en détail

Rapport au Comité Directeur du CDPP Bilan Avril 2013 Avril 2014 Perspectives et Enjeux

Rapport au Comité Directeur du CDPP Bilan Avril 2013 Avril 2014 Perspectives et Enjeux Page : 1 Rapport au Comité Directeur du CDPP Bilan Avril 2013 Avril 2014 Perspectives et Enjeux Rédigé par : le : 20/05/2014 Equipe CDPP Approuvé par : le : 20/05/2014 V. GENOT IRAP N. DUFOURG CNES - DCT/ME/EU

Plus en détail

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas L énergie solaire GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas Sommaire Introduction A quoi sert l énergie solaire? Les avantages de l énergie solaire Les inconvénients de l énergie solaire Depuis

Plus en détail

Les prolongements contemporains des recherches de Cassini I

Les prolongements contemporains des recherches de Cassini I Les prolongements contemporains des recherches de Cassini I 51 Les travaux de Jean-Dominique Cassini ont fait date dans l histoire de la science astronomique et ses contemporains et ses successeurs en

Plus en détail

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Informatique Scientifique Groupe Systèmes et Réseaux Division Informatique philippe.martinez@synchrotron-soleil.fr Historique du Synchrotron

Plus en détail

1 ère Journée ESEP. Présentation du labex ESEP Pierre Drossart. IAP, 26 mars 2013

1 ère Journée ESEP. Présentation du labex ESEP Pierre Drossart. IAP, 26 mars 2013 1 ère Journée ESEP Présentation du labex ESEP Pierre Drossart IAP, 26 mars 2013 Le LABEX ESEP Exploration Spatiale des Environnements Planétaires Un réseau thématique de laboratoires impliqués dans des

Plus en détail

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC OGMS- SA CubeSat QB50 Project Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC QB50 CubeSat : Projet Etudiants ObjecEf du projet CubeSat : Développer un pico- satellite

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I LE MAGNETISME... 3 I, 1 Propriétés du magnétisme... 3 I, 1, 1 Expériences avec des aimants naturels...

SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I LE MAGNETISME... 3 I, 1 Propriétés du magnétisme... 3 I, 1, 1 Expériences avec des aimants naturels... SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I LE MAGNETISME... 3 I, 1 Propriétés du magnétisme... 3 I, 1, 1 Expériences avec des aimants naturels... 3 I, 1, 2 Expérience en présence d un courant électrique... 5 I, 2 Le

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

ALFVEN. Mission Instrument R&T. Classe de mission L M Mini Micro. Cosmic Vision Mission d'opportunité Mars CV1 CV2.

ALFVEN. Mission Instrument R&T. Classe de mission L M Mini Micro. Cosmic Vision Mission d'opportunité Mars CV1 CV2. ALFVEN Mission Instrument R&T Classe de mission L M Mini Micro Cosmic Vision Mission d'opportunité Mars CV1 CV2 Date de lancement Objectifs Scientifiques La mission bi-satellitaire ALFVEN est l héritière

Plus en détail

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10

janv-10 janv-11 oct-10 juil-11 juil-10 avr-11 avr-10 13 Mars 2015 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-10 avr-10 juil-10 oct-10 janv-11 avr-11 juil-11 oct-11 janv-12 avr-12 juil-12 oct-12 janv-13 avr-13 juil-13 oct-13 janv-14

Plus en détail

1 Travail à effectuer par les élèves :

1 Travail à effectuer par les élèves : FICHE PÉDAGOGIQUE D UTILISATION DE Celestia EN CLASSE DE 4 e 1 Travail à effectuer par les élèves : Dans le programme actuel d optique de 4 e, les élèves étudient la structure du Système Solaire ainsi

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Département Optique Théorique et Appliquée (DOTA) Modélisation de dispositifs optroniques et Validations

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

Besoins Exemples pour 2 métiers :

Besoins Exemples pour 2 métiers : Annexe 3 : fiche service Stockage, sauvegarde et archivage de données informatiques du laboratoire Justification : infrastructure de base, service pour l'ensemble des équipes, projets et services Profil

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du 1 er juillet 2009 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 sur la protection contre le

Plus en détail

la population d objets autour de la Terre les solutions potentielles et la réglementation la population d objets autour de la Terre

la population d objets autour de la Terre les solutions potentielles et la réglementation la population d objets autour de la Terre 1 LES DEBRIS SPATIAUX F.ALBY (CNES-Toulouse) la population d objets autour de la Terre les risques en orbite et au sol les solutions potentielles et la réglementation ORDIMIP 31 mars 2011 1 la population

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Vers le pôle de données et services atmosphère

Vers le pôle de données et services atmosphère Vers le pôle de données et services atmosphère q Issu des réflexions du groupe de travail Cnes Insu sur les pôles : un pôle par compartiment du système terre q Un an de travail : Mise en place d un groupe

Plus en détail

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Carine POLEVIAK Dirigeante Christophe EPINAY Directeur achats Besoins et attentes des parties intéressées Définitions structurantes Enjeux liés aux parties

Plus en détail

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1.

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1. La mission Gaia Cartographie du ciel en 6D Carine Babusiaux GEPI Le successeur d Hipparcos Magnitude limite Limite de complétude Nombre d étoiles Programme d observation Système solaire Quasars Galaxies

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d édition de chaines

Plus en détail

L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique

L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique 10 décembre 2013 CIRCAF Niamey - Astrid Bonté Responsable des Affaires Internationales - EUTELSAT Le rôle du satellite Il répond

Plus en détail