Les rayons cosmiques primaires chargés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les rayons cosmiques primaires chargés"

Transcription

1 Les rayons cosmiques primaires chargés Historique de leur découverte Spectre en énergie Composition: abondance Electrons/positons Muons Antiprotons Processus d accélération Expériences Ballons (BESS) Satellites (PAMELA, AMS) Catherine Leluc 1 Rayons cosmiques chargés-1

2 Les rayons cosmiques primaires Les rayons cosmiques (CR) ne sont pas vraiment des rayons, mais des atomes ionisés - allant du proton aux actinides, mais en majorité des protons et des particules α (noyau 4 He) provenant de l espace voyageant pratiquement à la vitesse de la lumière frappant notre atmosphère provenant de toutes les directions. Provenant de l espace, nous arrivent aussi des particules neutres - photons et neutrinos échappant aux champs magnétiques de la Galaxie ( T) ce qui les rend particulièrement intéressants si on veut connaître leur origine. Toutes ces particules incidentes subissent des interactions en traversant notre atmosphère, et ce que nous trouvons au niveau du sol est constitué essentiellement de muons chargés ( 400/cm 2 ) et de neutrinos. Catherine Leluc 2 Rayons cosmiques chargés-1

3 Historique Les CR ont été découverts en 1912 par Victor Hess qui se demanda pourquoi une chambre à ionisation enregistrait des radiations alors qu elle n y était pas exposée. De plus, en montant en ballon jusqu à une altitude de 5000 m, il s aperçut que le signal observé augmentait avec l altitude. Il attribua ceci à une source de radiation entrant dans l atmosphère par dessus et en 1936 reçu le Prix Nobel pour sa découverte. Pendant les années 30, Compton a montré que ces rayons devaient avoir une charge électrique car ils sont sensibles au champ magnétique terrestre. En 1938, Pierre Auger, qui avait installé des détecteurs dans les Alpes, constata que deux détecteurs installés à plusieurs mètres l un de l autre signalaient l arrivée de particules exactement au même instant. Auger venait de découvrir les extensive air showers (EAS). Les particules qui atteignent la surface de la terre sont en fait des particules secondaires créés dans l intéraction de particules primaires avec les noyaux de l atmosphère. Auger estima d après ses observations les énergies des particules primaires à environ ev énergie 10 millions de fois plus grande que celle connue à cette époque!. On ne connaissait aucun processus susceptible d accélérer des particules jusqu à une telle énergie. Aujourd hui le record mondial est de ev soit 50 Joules. Catherine Leluc 3 Rayons cosmiques chargés-1

4 Historique Altitude (km) Diffe rence Diffe rence entre l ionisation observe e et celle au niveau de la mer. Catherine Leluc 4 Rayons cosmiques charge s-1

5 Historique La physique des particules a d ailleurs pris son origine dans l observation des rayons cosmiques avant que les accélérateurs de particules n existent. Parmi ces découvertes citons celles du positron en 1932, du µ en 1937, du π et des particules étranges K en 1947, Ξ et Σ en 1953 Catherine Leluc 5 Rayons cosmiques chargés-1

6 Définitions et formules L intensité directionnelle: I(θ, φ) = dn i ds.dt.dω en [#particules m 2.s.sr ] le flux de particules de type i: Φ i,ω = I i cosθdω où θ est l angle entre la particule et la direction d observation. le flux dans un plan unité pour une radiation isotropique: Φ i = 2π π/2 0 I i cosθsinθdθ = πi i Intensité des particules au-dessus d un seuil E o : I i (E > E o ) = E o I i (E)dE la concentration de particules: ρ i = dn i dv = 4π βc I i la densité d énergie: u Ei = Eρ i de = 4π E I i(e) βc de Pour l ensemble des rayons cosmiques incidents sur l atmosphère terrestre: I tot 0.3 particules.cm 2.sr 1.s 1 Φ tot 1 particule.cm 2.s 1 ρ tot cm 3 u cr 1 ev.cm 3 Catherine Leluc 6 Rayons cosmiques chargés-1

7 Définitions et formules Les unités d intensité différentielle s expriment en [m 2.s 1.sr 1.ɛ 1 ] où ɛ peut être soit: 1) une énergie, 2) une énergie par nucléon, 3) une rigidité magnétique,r R = pc [GV] Z e avec p l impulsion [GeV/c], Ze la charge électrique de la particule considérée. On a montré dans le chapitre de l environnement spacial (page 18) que le rayon de giration (rayon de Larmor) pour une particule de charge Ze dans un champ magnétique homogène est donné par r g = γ m v Z eb = p Z eb Ce qui donne R = r g B c. Suivant les unités utilisées, on a: p[gev /c] = 0.3ZB[T ] r g [m] r g [cm] = p Ze.B = pc Ze.B.c = E[eV ] 300.Z.B[G] r g [parsec] = E[P ev ] Z B[10 10 T ] avec 1 parsec= 3, m=3,26 années-lumière. Catherine Leluc 7 Rayons cosmiques chargés-1

8 Rayons cosmiques: Spectre en énergie Energie : > 12 ordres de grandeur, Intensité: > 30 ordres de grandeur Origine du genou pas claire Changement dans: mécanisme d accélération mécanisme de propagation composition élémentaire dans les caractéristiques d interation à cause d une nouvelle particule (γ: index spectral) Loi de puissance: E γ Φ E 2.7 E < ev Φ E ev< E < ev Φ E 2.8 E > ev? Catherine Leluc 8 Rayons cosmiques chargés-1

9 Rayons cosmiques: Origine Les CR proviennent principalement de régions hors du système solaire, mais sont surtout d origine galactique: Isotropie des directions d arrivée Non observation de la diminution du flux pendant une éclipse solaire. Détection d une anti-corrélation avec l activité solaire Le fait que le spectre en énergie s étende jusqu à des énergies de ev indique que certains de ces rayonnements sont d origine extra-galactique car le champ magnétique intergalactique de 3µG ne peut maintenir de telle particule de charge Z = 1 à l intérieur de notre galaxie r g = pc 0.3B = 1021 m 30kpc Catherine Leluc 9 Rayons cosmiques chargés-1

10 Rayons cosmiques: Spectre en énergie Energetic Solar Particles (ESP) proviennent des éruptions solaires: p qqs dizaines de MeV et anti-correlés avec l activité solaire. Anomalous Cosmics Rays (ACR) proviennent de l espace interstellaire en dehors de l héliopause (particles de basses énergies 100MeV /n, Z=1) résultant de particules neutres pénétrant dans l héliosphère, puis ionisées ensuite. Leur composition diffère des autres CR; plus d He que de p et beaucoup plus d O 2 que de C. Galactic Cosmic Rays (GCR), les plus abondants provenant de l extérieur du système solaire, mais principalement de notre galaxie. Ils sont en majorité produits et accélérés dans des explosions de supernovae. En-dessous de 2 GeV, CR sont affectés par l activité solaire. Catherine Leluc 10 Rayons cosmiques chargés-1

11 Composition des rayons cosmiques Spectre mesuré en dehors de l atmosphère. p et noyaux He sont les 2 composantes les plus importantes (p = 90%, He 9% ). Tous les éléments chimiques sont présents de l hydrogène jusqu à l Uranium. Les atomes atteignent l héliosphère totalement ionisés. La connaissance du flux absolu ainsi que la forme des spectres sont des informations indispensables pour pouvoir prédire avec précision le flux de neutrinos atmosphériques. Catherine Leluc 11 Rayons cosmiques chargés-1

12 Composition des rayons cosmiques Compilation des résultats à basse énergie jusqu à mid-2003 Résultats expérimentaux de RUNJOB/JACEE jusqu à 100 TeV Catherine Leluc 12 Rayons cosmiques chargés-1

13 Abondance relative des éléments La comparaison des compositions chimiques des CR et de celle des éléments du système solaire (spectres normalisés arbitrairement au Si) présente une certaine similitude et des différences: 1. Pics C,N,O et groupe Fe très abondants dans les spectres CR et solaire 2. Effet pair-impair dans la stabilité relative des noyaux dépendant du nombre atomique dans les spectres CR et solaire 3. H, He sous-abondance des CR 4. Li, Be, B sur-abondance des CR 5. Sc, T i, V, Cr, Mn sur-abondance des CR Les points 4. et 5. sont dus à la spallation. Les rayons primaires accélérés à la sourse doivent ensuite traverser le milieu interstellaire pour atteindre la Terre et lors de ce parcours il y a collisions avec le gaz interstellaire. Li, Be, B (pas produits dans la nucléosynthèse primordiale (excepté 7 Li)) sont des produits de spallation des noyaux de C,N,O très abondants. De mêmesc, T i, V, Cr, Mn proviennent de la spallation du F e. Catherine Leluc 13 Rayons cosmiques chargés-1

14 Abondance relative des éléments On peut extraire la quantité de matière traversée par les CR entre leur création et leur observation, ainsi que le temps passé dans la galaxie. Pour un système simple ne contenant que 2 espèces, les noyaux primaires (N p ) et les secondaires (N s ) dn p dx dn s dx = N p λ p = N s λ s + N pp ps λ p X: la quantité de matériel traversé exprimée en g/cm 2 (X = ρx) λ p,λ s : longueur d intéraction (libre parcours moyen pour des collisions inélastiques) P ps : probabilité de produire un noyau secondaire par spallation du noyau primaire. Avec comme conditions initiales: N p (0)=ctte et N s (0)= 0, la solution de ce système d équations est: N s (X) N p (X) = P psλ s λ s λ p [exp( X λ p X λ s ) 1] Catherine Leluc 14 Rayons cosmiques chargés-1

15 Abondance relative des éléments On peut appliquer cette équation au groupe C N O considéré comme espèce primaire. Il faut alors prendre pour λ p une valeur moyenne pour ce groupe primaire, de même λ s pour le groupe secondaire Li, Be, B. La section efficace totale moyenne pour le groupe (C-N-O) est 280 mbarns, ce qui donne λ p 6, 0g/cm 2. Pour le groupe (Li-Be-B), on a σ tot = 200mbarns et λ s 8, 4g/cm 2. Le rapport des abondances des éléments secondaires à primaires a été trouvé expérimentalement: N s /N p 0.25 et P ps = Mettant ces valeurs dans l équation précédente, on trouve que les éléments C-N-O doivent parcourir X 5 g.cm 2 afin de créer l abondance du rapport des éléments observés. Cette estimation est évidemment très simplifiée; on suppose dans cette équation de transfert que toutes les particules traversent la même quatité de matière. Mais des modèles de propagation comportant un système d équations couplées conduisent aux mêmes résultats, soit 5 < X < 10 g.cm 2. Catherine Leluc 15 Rayons cosmiques chargés-1

16 Abondance relative des éléments La valeur obtenue pour la quantité de matière traversée nous permet d évaluer la distance totale parcourue par les rayons cosmiques entre leur source et leur arrivée vers la Terre, dans l hypothèse où ils sont confinés dans notre galaxie. Si la densité de matière dans l espace intergalactique est négligeable par rapport à celle du milieu interstellaire autour de nous, l = X ρ N cm 1Mpc. avec ρ N gr.cm 3 1 proton par cm 3. Le temps de confinement t c : t c = l/c ans Comme l d 0.15 kpc - demie épaisseur de notre disque galactique, ceci implique que le confinement des rayons cosmiques est un processus dans lequel les particules sont prisonnières pour un très long temps avant de s échapper. Catherine Leluc 16 Rayons cosmiques chargés-1

17 Abondance relative des éléments Si on étudie ces phénomènes de spallation en fonction de l énergie, on observe une diminution du rapport secondaires/primaires. La quantité de matière traversée décroit quand l énergie augmente. Ceci suggère que CR de hautes énergies passent moins de temps dans la galaxie que ceux de basses énergies. CR sont accélérés avant que la propagation commence. Si, au contraire, accélération et propagation étaient simultanées, on devrait avoir un rapport CR secondaire/primaire constant ou même augmentant avec l énergie car certains mécanismes prennent plus de temps pour accélérer les particules de hautes énergies. Catherine Leluc 17 Rayons cosmiques chargés-1

18 Cosmic Rays: Electrons et Positrons Les e et e + sont une composante faible des rayons cosmiques ( 2%). ils forment une population distincte car ils n ont pas d interaction forte dans le milieu interstellaire et ont une petite masse. Ils sont ainsi affectés par plusieurs mécanismes qui n affectent pas les noyaux d énergies semblables: perte d énergie par rayonnement de freinage sur la matière interstellaire ( E, donc peu d électrons de haute énergie) perte d énergie par rayonnement synchrotronique dans le champ magnétique galactique effet Compton inverse sur les photons visibles et ceux du rayonnement à 2.73 K. En conséquence ces électrons arrivant sur terre ne sont pas des messagers venant de très loin; ils n ont guère parcouru que quelques centaines de parsecs depuis leurs sources. Catherine Leluc 18 Rayons cosmiques chargés-1

19 Cosmic Rays: Electrons et positrons Pour des énergies 10 GeV, on observe un spectre plus pentu que pour les protons N(E)dE = 700 E 3.3 departicules m 2 s 1 sr 1 En conséquence, Le rapport e/p diminue avec l énergie; il vaut 0,83% à 10 GeV, 0,24% à 100 GeV et tombe à 0,07% à 1 TeV. Le spectre des leptons (e ± ) est dominé par les e. Les e proviennent de 2 mécanismes, tandis que les e + ne proviennent que du 2ème. e de hautes énergies proviennent des sites primaires d accélération, en particulier des explosions de supernovae. des paires e + e de hautes énergies sont produites dans les collisions des hadrons cosmiques et des γ avec le gaz interstellaire via la chaîne de désintégration π ± µ ± e ± (en b) rapport e + /(e + + e )). Catherine Leluc 19 Rayons cosmiques chargés-1

20 Cosmic Rays: Electrons et positrons Influence de l activité solaire sur le spectre d electrons Catherine Leluc 20 Rayons cosmiques chargés-1

21 Cosmic Rays: Electrons et positrons AMS-01 data Pour mesurer le spectre des e + jusqu à 50 Gev/c dans AMS-01, on a identifié les positrons grâce à la conversion des photons de bremsstrahlung. Cela donne une signature à 3 traces dans le tracker, et dans 90% des cas, la trace du milieu correspond à la trace primaire pour ces énergies. Ce processus est supprimé par un facteur pour les protons par rapport aux positrons à cause leur masse. Catherine Leluc 21 Rayons cosmiques chargés-1

22 Cosmic Rays: Electrons et positrons Statique: 79 e +, 1015 e Au-dessus de 10 GeV: 26 e + pour AMS-01, 35 pour HEAT 1994/ Tout excess de positrons pourrait être du à une nouvelle physique. Catherine Leluc 22 Rayons cosmiques chargés-1

23 Antiprotons L interaction des protons et noyaux cosmiques dans le milieu interstellaire produit parfois des paires baryon-antibaryon p + p p + p + p + p p secondaires en très faible proportion dans le rayonnement cosmique. Le spectre en énergie de ces p secondaires peut se calculer: un maximum à 2 GeV avec une décroissance rapide du flux au-dessous et au-dessus de ce pic. Le rapport p/p à GeV. Catherine Leluc 23 Rayons cosmiques chargés-1

24 Antiprotons 1er p observé avec identification de sa masse en 1993 par BESS Mais ces p pourraient provenir d une physique nouvelle: 1) l annihilation de neutralino (particules supersymétriques pouvant constituer la matière cachée de l Univers) 2) produits d évaporation de trous noirs primordiaux. Ces p devraient modifier la forme du spectre attendu. Catherine Leluc 24 Rayons cosmiques chargés-1

25 Anti-noyaux La présence d antimatière d origine primordiale est mieux signée par l existence d antinoyaux. Les bornes supérieures les plus contraignantes sur la présence de l isotope 4 He ont été obtenues par l expérience de ballon BESS (He/He < 0, ) et AMS-01 (He/He < 1, ). Dans un futur proche, on espère atteindre une limite de 10 9 grâce en particulier à AMS-02. Catherine Leluc 25 Rayons cosmiques chargés-1

26 Flux attendu par AMS Catherine Leluc 26 Rayons cosmiques chargés-1

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie Julien/Renaud/Natalie Cascades/Gerbes Ensemble de particules crées par l interaction d'une particule incidente avec son milieu environnant. Electromagnétiques

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Thèse présentée par. Détermination du flux de muons atmosphériques avec le télescope à neutrinos ANTARES

Thèse présentée par. Détermination du flux de muons atmosphériques avec le télescope à neutrinos ANTARES UNIVERSITE PARIS CEA/IRFU/SPP APC DIDEROT (Paris 7) Thèse présentée par Claire Picq Détermination du flux de muons atmosphériques avec le télescope à neutrinos ANTARES Pour l obtention du titre de Docteur

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

COMMENT MESURER LES MARQUEURS GEOMORPHOLOGIQUES

COMMENT MESURER LES MARQUEURS GEOMORPHOLOGIQUES COMMENT MESURER LES MARQUEURS GEOMORPHOLOGIQUES GPS cinématique Théodolite N Trigonométrie de base Arzhannikova et al., 2010 Interpolation des points topographiques avec Surfer Rizza et al., in prep. COMMENT

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

La naissance du système solaire

La naissance du système solaire La naissance du système solaire Deux grandes étapes dans cet exposé : Comprendre comment se sont formés les éléments que nous connaissons. Comprendre comment s est constitué le système solaire. Le Monde

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN

Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN Morgan PIEZEL Lycée Camille Claudel TROYES Université de Technologie de Troyes Utilisation des heures A.P. en 1S Atelier

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC 1 Sommaire La physique des particules Constituants élémentaires Forces et interactions Fondements théoriques Zoom sur le LHC Le LHC Le fonctionnement des

Plus en détail

Figure 1. radiotélescope

Figure 1. radiotélescope O1 Activité 1 1) Replacez dans les cadre, sous le schéma, le type d'ondes correspondant :rayons X, infrarouge (IR), millimétrique ou micro-ondes (mm), rayons gamma (γ), visible (V), radio, ultraviolet

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Mesurer l âge de l univers

Mesurer l âge de l univers Mesurer l âge de l univers Objectif : Mesurer l âge de l univers à partir de la vitesse d expansion des galaxies Méthode : A partir d un échantillon réel de galaxies, évaluer par l effet Doppler la vitesse

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris riazuelo AT iap.fr Gap, 21 août 2014 Préc. Suiv. FS Fin Plan 1. Introduction (rapide!) à la

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Observation des systèmes binaires au TeV. François Brun Journées Rencontres Jeunes Chercheurs 30 Novembre 2009

Observation des systèmes binaires au TeV. François Brun Journées Rencontres Jeunes Chercheurs 30 Novembre 2009 Observation des systèmes binaires au TeV François Brun Journées Rencontres Jeunes Chercheurs 30 Novembre 2009 Les systèmes binaires Quatre systèmes binaires découverts au TeV LS 5039 LSI +61 303 PSR B1259

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier).

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier). ASTROPHYSIQUE EN DEUX MOTS Des trous noirs aussi petits que le noyau d un atome, mais aussi lourds qu une montagne pourraient avoir été créés dans les premières phases de l Univers. Dans les années soixantedix,

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS Paris 7 QA 421-422 1992 93 THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS EXAMEN, t 0 = mardi 7 septembre 1993, 8h 30 t = 4 heures Il n est pas totalement inutile de lire l énoncé : les questions sont en principe, et parfois

Plus en détail

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010 Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE Quelques repères historiques [1] électricité : Coulomb - Ampère 1827 Faraday-Maxwell 1861 [2] électron

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Où est passée l antimatière?

Où est passée l antimatière? Où est passée l antimatière? CNRS-IN2P3 et CEA-DSM-DAPNIA - T1 Lors du big-bang, à partir de l énergie disponible, il se crée autant de matière que d antimatière. Alors, où est passée l antimatière? Existe-t-il

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Atome et lumière Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. electron proton Hydrogène (H) Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Hélium (He) et l essentiel de l information que nous en recevons

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES P. Sogorb I. INTRODUCTION Les milliards d étoiles qui forment les galaxies, baignent dans un milieu interstellaire qui représente, dans le cas de notre Galaxie, 10

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules Les outils du physicien expérimentateur Ou la grande chasse aux particules Chapitre1 : La traque, oucomment faire sortirles particulesde leurcachette... Le principe du réveil-matin Question n 1: Comment

Plus en détail

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 PHYSIQUE GENERALE III Mécanique quantique Auteur Jacques WEYERS Lecteur Fabio MALTONI Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 Université catholique de Louvain, Faculté des Sciences Département

Plus en détail

Optimisation et caractérisation des performances d un telescope sous-marin à neutrinos pour le projet ANTARES

Optimisation et caractérisation des performances d un telescope sous-marin à neutrinos pour le projet ANTARES Optimisation et caractérisation des performances d un telescope sous-marin à neutrinos pour le projet ANTARES Fabrice Hubaut To cite this version: Fabrice Hubaut. Optimisation et caractérisation des performances

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1 Données : Champ de pesanteur terrestre : g = 9,81 N.kg -1 Constante de Planck : h = 6,62.10-34 SI Masse de l électron : m e- = 9,1.10-31 kg Charge élémentaire

Plus en détail

Quelques généralités et faits historiques sur les

Quelques généralités et faits historiques sur les Quelques généralités et faits historiques sur les phénomènes électriques L. Villain 1 Notion de charge électrique 1.1 Historiques et principaux faits La notion fondamentale à la base de la description

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes 2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes Dans notre étude des données de l expérience WA98, nous nous sommes principalement intéressés aux pions. Parmi les hadrons, ce sont les

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Géosciences 1: le système Terre. Histoire de l univers. La nucléosynthèse et la formation des planètes

Géosciences 1: le système Terre. Histoire de l univers. La nucléosynthèse et la formation des planètes Géosciences 1: le système Terre. Histoire de l univers La nucléosynthèse et la formation des planètes La structure interne de la Terre Eric Humler. Université de Nantes. Géosciences 1: le système Terre.

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile?

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? Sirius a une masse de,19 M A et une luminosité de 6, L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? astropixels.com/stars/sirius-01.html Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. Avec la

Plus en détail