nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos"

Transcription

1 LA COLLECTION w 1 w L atome 2 w La radioactivité 3 w L homme et les rayonnements 4 w L énergie 5 w L énergie nucléaire : fusion et fission 6 w Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 w Le cycle du combustible nucléaire 8 w La microélectronique 9 w Le laser 10 w L imagerie médicale 11 w L astrophysique nucléaire DE LA RECHERCHE À L INDUSTRIE 11 > L astrophysique nucléaire PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE LES ÉTOILES LE SOLEIL LES SUPERNOVAE LA RADIOACTIVITÉ COSMIQUE VUE PAR LE SATELLITE INTEGRAL Commissariat à l Énergie Atomique, 2003 Direction de la communication Bâtiment 31-33, rue Siège de la Fédération Gif-sur-Yvette cedex Paris Cedex 15 ISSN

2 2 w SOMMAIRE w INTRODUCTION 3 L astrophysique nucléaire a pour vocation d expliquer l origine, l évolution et l abondance des éléments dans l Univers. ESA/Soho - Hubble/AURA/STScI/Nasa - PhotoDisc L astrophysique nucléaire PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE 4 Qu est-ce qu une réaction nucléaire de fusion? 5 Table de Mendeleïev et table d abondance 6 et 7 D où vient l énergie? 8 Les différents types de nucléosynthèse 8 LES ÉTOILES 9 Qu est-ce qu une étoile? 10 Pourquoi les étoiles brillent-elles? 10 La naissance des étoiles 12 La vie des étoiles 13 La mort des étoiles 13 LE SOLEIL 15 De quoi est fait le Soleil? 16 Le Soleil modélisé 16 Espérance de vie du Soleil et des étoiles 19 LES SUPERNOVAE 20 Qu est-ce qu une supernova? 21 Les différents types de supernovae 21 Les supernovae thermonucléaires et gravitationnelles 22 PhotoDisc Les supernovae à l origine des éléments lourds 23 Les supernovae à l origine du rayonnement cosmique 24 LA RADIOACTIVITÉ COSMIQUE VUE PAR LE SATELLITE INTEGRAL 25 Amas globulaire. Nuage éclairé de l intérieur. Conception et réalisation: Spécifique - Photo de couverture: Digital Vision - Illustrations: YUVANOE - Impression: Imprimerie de Montligeon - 11/2003 D. Malin/Anglo-Australian Observatory introduction traite de la position et de l obser- L astronomie vation des objets qui peuplent notre Univers: des planètes jusqu aux galaxies. C est la plus ancienne des sciences. L astrophysique étudie les propriétés physiques de ces objets. Elle date du début du XX e siècle. L astrophysique nucléaire est le mariage de la physique nucléaire, science de laboratoire et de l infiniment petit, et de l astrophysique, science du lointain et de l infiniment grand, et a pour vocation d expliquer l origine, l évolution et l abondance des éléments dans l Univers. Elle est née en 1938 avec les travaux de Hans Bethe, physicien américain, prix Nobel de physique en 1967, sur les réactions nucléaires qui peuvent avoir lieu au centre des étoiles. Elle explique d où provient l énergie formidable des étoiles et du Soleil et permet de comprendre comment elles naissent, vivent et meurent. La matière qui nous entoure et nous constitue est faite de quatre-vingt-douze éléments chimiques que nous retrouvons jusqu aux confins de l Univers. L astrophysique nucléaire explique l origine de ces éléments chimiques par la nucléosynthèse, c est-à-dire la synthèse des noyaux d atomes dans différents sites astrophysiques comme les étoiles. L astrophysique nucléaire apporte des réponses à des questions fondamentales: Notre Soleil et les étoiles en général brillent parce que des réactions nucléaires ont lieu en leur centre. Les étoiles enchaînent des cycles de réactions nucléaires. La nucléosynthèse dans les étoiles permet ainsi d expliquer l origine et l abondance des éléments indispensables à la vie comme le carbone, l oxygène, l azote et le fer. Les explosions d étoiles, sous la forme de supernovae, diffusent les noyaux formés par la nucléosynthèse dans l espace et expliquent la formation des éléments chimiques les plus lourds comme l or, le platine ou le plomb. L astrophysique nucléaire est une science encore en pleine expansion.

3 4 w PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE 5 IL EXISTE UN LIEN ÉTROIT ENTRE MICROCOSME NUCLÉAIRE ET MACROCOSME ASTRONOMIQUE. Principe de la nucléosynthèse La nucléosynthèse est la formation des noyaux atomiques dans les différents sites astrophysiques. Elle est intimement liée à la physique nucléaire. QU EST-CE QU UNE RÉACTION NUCLÉAIRE DE FUSION? La réaction nucléaire de fusion donne naissance, à partir de deux noyaux d atomes légers, à un noyau plus lourd. Elle s accompagne d une forte libération d énergie. La fusion est difficile à obtenir car deux forces différentes et opposées interviennent dans son mécanisme: l interaction nucléaire forte, qui lie les neutrons et les protons dans le noyau. Très intense, elle n agit qu à très faible distance, pas plus loin que le rayon du noyau; l interaction électromagnétique à laquelle sont soumises toutes les particules chargées, qui agit à longue distance. Elle empêche les noyaux des atomes, chargés positivement, de s approcher assez près les uns des autres. Elle crée en quelque sorte une barrière répulsive. Pour arriver à franchir cette barrière et se rapprocher suffisamment pour fusionner, les noyaux doivent se trouver dans un état d agitation très L ATOME Digital Vision La matière est constituée d atomes comprenant un noyau et des électrons qui tournent autour, en orbite. Le noyau de l atome est un assemblage de protons et de neutrons concentrés dans un très petit volume. Les neutrons sont électriquement neutres, les protons sont de charge électrique positive (e +). Les électrons ont une charge électrique négative (e -). Pour assurer la neutralité électrique de l atome, le nombre de protons doit être exactement égal au nombre d électrons en orbite. Les protons et les neutrons ont quasiment la même masse. Elle est mille fois supérieure à celle de l électron. Un élément chimique est défini par son nombre de protons (par exemple, l élément oxygène possède 8 protons). Des atomes d un élément chimique comportant un nombre différent de neutrons sont des isotopes de cet élément. Par exemple, dans la famille de l hydrogène, l hydrogène lui-même est composé d un proton unique, alors que le deutérium est constitué d un proton et d un neutron, et le tritium d un proton et de deux neutrons. Le deutérium et le tritium sont deux isotopes de l hydrogène (voir aussi le livret L atome). Représentation du nuage électronique de l atome de l oxygène Noyau atomique constitué de 8 protons + 8 neutrons Nuage électronique 8 électrons

4 6 w PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE w PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE 7 Abondance relative (Si = 10 6 ) Période 1 1 H 1, Li Be 2 6,941 9, Na Mg 22, , Table d abondance des éléments Table de Mendeleïv K 39, Ca 40, Rb Sr 85,468 87,62 * Le nom et le symbole de ces éléments sont provisoires. Li H He 21 Sc 44, La 138,906 O C Ne N Mg Si Be B Y 88, Cs Ba 132, , Fr Ra (223) 226, Ac à 227,028 à F 22 Ti 47,88 40 Zr 91, Ce 140, Hf 178, Rf 90 Th 232,038 A Na 59 Pr (261,11) 91 Pa B 140, ,036 P 23 Ar Ca V 50, Nb 92, Nd 144,24 73 Ta 180, Db 262,11 C 238,029 Ti 24 Cr 51, Mo 95,94 61 Pm (145) 93 Np 74 W 183,85 Fe Ni 25 Mn 54, Tc (98) 26 Fe 55, Ru 101, Re Os 186, ,2 Zn Ge Kr Kr Se 27 Co 58, Rh 102, Ir 192,22 28 Ni 58,69 46 Pd 106,42 78 Pt 195,08 Sn 29 Cu 63, Ag 107, Au 196,967 Th U Nombre de nucléons (protons + neutrons) dans le noyau Te 30 Zn 65,39 48 Cd 112, Hg 200,59 92 U 94 Pu 96 Cm 98 Cf 100 Fm 102 No 237, Sm 150, Sg 263,12 (244) 63 Eu 151, Bh 264,12 95 Am (243) 64 Gd 157,25 (247) 65 Tb 108 Hs 265,13 97 Bk 158,925 (247) 66 Dy 162, Mt 268 (251) 99 Es D 67 Ho 164, Uun* 269 (252) 68 Er 167,26 (257) 69 Tm 101 Md 168, Uuu* 272 (258) Ba 2 He 4, B C N O F Ne 10,811 12,011 14, , , , Al 26, Ga 69, In 114,82 81 Tl 204, Sn Sb 118, ,75 82 Pb 207,2 Dy 14 Si 28, Ge 72,61 Yb Hf 15 P 30, As 74, S 32, Se 78, Te 127, Bi Po 208,980 (209) Pb Pt Hg 17 Cl 35, Br 79,904 I 126, At (210) 18 Ar 39, Kr 83,80 54 Xe 131,29 86 Rn (222) LÉGENDE 277 Numéro atomique = nombre de protons = nombre d'électrons 1 Symbole H Masse atomique = nombre de protons 1, neutrons = nombre de nucléons dans le noyau Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de masse de l'isotope le plus stable. (259) 70 Yb 173, Uub* 71 Lu 103 Lr 174,967 (260) D'après Handbook of chemistry and physics, 74 st Ed. 1993, CRC Press et Pure and Applied Chemistry, 1997, 69, 2471 TABLE DE MENDELEÏEV ET TABLE D ABONDANCE La table périodique des éléments de Mendeleïev permet de classer et de nommer les différents éléments chimiques découverts à ce jour par nombre de protons dans le noyau, allant de 1 pour l hydrogène à 92 pour l uranium, et même plus pour des noyaux n existant pas à l état naturel et fabriqués en laboratoire. Elle spécifie les propriétés chimiques des éléments qui dépendent du nombre d électrons de l atome. La table des abondances des éléments dans le système solaire indique pour chaque élément de la table périodique, la quantité trouvée de cet élément dans le système solaire. Ces abondances ont comme base de référence l abondance d un élément, le silicium. Son abondance est arbitrairement donnée à Les abondances des autres éléments sont données relativement à l abondance du silicium en puissance de dix: 10-2 = un centième, 1, 10 2 = 100, 10 4 = 10000, 10 6 = (un million), 10 8 = cent millions, = dix milliards. Elle est élaborée à partir de mesures et d observations et est très précieuse pour les astrophysiciens. On y constate que: A les éléments les plus abondants sont l hydrogène H et l hélium He (un gramme de matière en contient 98 %). On trouve cette situation dans tout l Univers observable; B une carence importante apparaît entre l hélium He et le carbone C liée à la fragilité nucléaire des noyaux de lithium Li, de béryllium Be et de bore B; C les noyaux les plus abondants sont ensuite, le carbone C (avec 12 neutrons et protons), l oxygène O (16), le néon Ne (20), le magnésium Mg (24), le silicium Si (26), le fer Fe (56). Ce sont aussi les noyaux les plus stables de l Univers; D les noyaux plus lourds que le fer (Fe) sont beaucoup plus rares. Le fer est le noyau le plus stable de l Univers. PhotoDisc Un amas globulaire est une concentration de milliers d étoiles, liées par la gravitation. grand. C est le cas lorsqu ils sont portés à très haute température. La fusion, à l état naturel, existe donc dans les environnements extrêmement chauds que sont les étoiles, comme le Soleil. Au centre du Soleil, la température atteint 15 millions de degrés, température qui permet la fusion des noyaux les plus légers, comme ceux de l hydrogène (un proton) et de l hélium (deux protons et deux neutrons). Dans des étoiles plus massives que le Soleil, les températures en leur centre sont encore plus grandes. Elles permettent la fusion de noyaux plus lourds que l hydrogène. Ces réactions produisent des noyaux de carbone, d oxygène et de fer.

5 8 w PRINCIPE DE LA NUCLÉOSYNTHÈSE 9 LES ÉTOILES FONCTIONNENT SUR LE MODE DE LA FUSION THERMONUCLÉAIRE. D OÙ VIENT L ÉNERGIE? Le résultat de la fusion de l hydrogène dans le Soleil est le suivant: quatre noyaux d hydrogène forment un noyau d hélium (voir schéma p. 18). De l énergie est libérée. Dans cette réaction, la somme des masses des quatre noyaux d origine est supérieure à la masse du noyau final. En vertu de l équation d équivalence entre la masse et l énergie dite équation d Einstein, E = mc 2, la masse manquante, m, s est transformée en énergie, E. Où est passée l énergie? Elle a été émise essentiellement sous forme de lumière et de chaleur. Sous forme de lumière, cette énergie rayonnée suffit à faire briller le Soleil et, sous forme de chaleur, à entretenir la vie sur Terre (voir aussi le livret Énergie nucléaire: fusion et fission). Paradoxalement, la puissance émise dans l espace par le Soleil est très faible: 0,2 microwatt par gramme, soit fois moins que l énergie mise en jeu par un être humain, quelques milliwatts par gramme. LES DIFFÉRENTS TYPES DE NUCLÉOSYNTHÈSE Les synthèses des noyaux d atomes dans différents sites astrophysiques peuvent être définies de la façon suivante: Au cours des trois premières minutes de l existence de l Univers, a eu lieu la nucléosynthèse primordiale. Elle permet d expliquer l abondance de l hydrogène, de son isotope (voir encadré p. 5) le deutérium (1 proton, 1 neutron) et des deux isotopes stables de l hélium La fusion de l hydrogène dans le Soleil libère l énergie qui suffit à le faire briller et à entretenir la vie sur Terre. (l hélium 3 [2 protons, 1 neutron] et 4 [2 protons, 2 neutrons]). La formation de certains noyaux moins légers tels que le lithium (Li), le béryllium (Be) et le bore (B) s explique par des réactions de spallation. Au sein des étoiles, les réactions de fusion se produisent et transforment les noyaux d atomes. C est la nucléosynthèse stellaire. Pour les noyaux plus lourds que le fer, les réactions de fusion ne sont plus possibles, les éléments sont plus rares et leur synthèse est due à un autre type de réaction nucléaire: la capture de neutrons qui a lieu dans les Un noyau capture un ou plusieurs neutrons successivement. Il devient alors instable et se désintègre par réaction b durant laquelle un neutron se transforme en proton. On accède ainsi à un noyau plus lourd (un proton de plus). Elles se caractérisent par l action d un flux naturel de particules de haute énergie présent dans l espace, le rayonnement cosmique. Ce flux fait éclater des noyaux plus lourds, présents dans le milieu interstellaire (carbone, azote, etc.) et les noyaux produits (lithium, béryllium, bore) sont dispersés. supernovae. Ainsi tous les éléments chimiques de la table de Mendeleïev (voir p. 6) sont présents dans l Univers. Nasa/A. Schaller Les étoiles

6 10 w LES ÉTOILES w LES ÉTOILES 11 Les étoiles sont des réacteurs nucléaires célestes. Hubble/AURA/STScI/Nasa Un objectif de l astrophysique nucléaire est de comprendre comment naissent, vivent et meurent les étoiles. Amas globulaire. QU EST-CE QU UNE ÉTOILE? Les étoiles sont des boules de gaz à très haute température. Ce gaz est ionisé, c est-à-dire que les électrons électriquement chargés négativement sont totalement ou partiellement séparés des noyaux électriquement chargés positivement. On appelle aussi ce gaz, un plasma. À l œil nu ou au télescope, on ne voit que la surface lumineuse des astres. En astrophysique, de nombreuses découvertes ont été faites ces dernières années grâce à des télescopes au sol ou embarqués à bord de satellites. L ensemble du spectre électromagnétique est utilisé, depuis les ondes radio jusqu aux rayons X ou gamma (voir livret La radioactivité), chaque domaine spectral apportant des informations spécifiques: les rayons infrarouges nous apprennent où et comment les étoiles et les planètes se forment; la lumière visible renseigne sur les différentes réactions nucléaires qui se produisent au sein des étoiles tout au long de leur vie; les ondes radio, les rayons X et gamma révèlent les phénomènes parfois très violents qui adviennent à la fin de la vie d une étoile: supernovae, pulsars, étoiles à neutrons, trous noirs. L interprétation des données de tous ces rayonnements permet de déterminer l énergie produite par l étoile, la température à sa surface et sa composition chimique. Dans le gaz stellaire, l hydrogène et l hélium sont de loin les éléments chimiques les plus nombreux, suivis de l oxygène, du carbone et de l azote. Pour milliards d atomes d hydrogène, il y a 100 milliards d atomes d hélium et environ 1 milliard d atomes d oxygène. POURQUOI LES ÉTOILES BRILLENT-ELLES? Les étoiles sont habituellement des objets stables de l Univers. Une étoile est une énorme sphère de gaz chaud dont l équilibre est régi par deux effets opposés: d une part, la gravitation qui empêche le gaz D. Malin (AAO)/ROE/UKS Telescope Les étoiles naissent par lignée. de se disperser et tend à attirer les particules vers le centre; d autre part, la pression interne due à l agitation thermique du gaz qui s oppose à ce confinement. La gravitation dépend de la masse de l étoile et la pression de sa température. Le cœur de l étoile est extrêmement chaud (plusieurs millions de degrés) et sa surface plus froide (plusieurs milliers de degrés). La différence de température entraîne un flux de chaleur, donc d énergie, du centre vers la surface. C est cette chaleur qui est rayonnée par l étoile et fait que nous la voyons briller. D où vient l énergie de l étoile? Des réactions nucléaires de fusion qui ont lieu en son centre encore nommées réactions thermonucléaires. Parce que ces réactions génèrent de l énergie à partir de la matière que sont les noyaux qui composent l étoile (essentiellement de l hydrogène), ces noyaux sont appelés combustibles, par analogie à d autres formes d énergie. L étoile évolue en brûlant doucement son combustible (hydrogène). La chaleur engendrée par les réactions nucléaires empêche l effondrement de l étoile, la gravité empêche la dispersion. ÉTAPES NON-EXPLOSIVES DE FUSION THERMONUCLÉAIRE DANS UNE ÉTOILE DE 25 FOIS LA MASSE DU SOLEIL (25 M J *) COMBUSTIBLE TEMPÉRATURE PRODUITS DE FUSION DURÉE DE L ÉTAPE (matière première) (degrés) LES PLUS ABONDANTS Hydrogène 20 millions hélium, azote 7 millions d années Hélium 200 millions carbone, oxygène ans Carbone 800 millions oxygène, néon, magnésium 600 ans Néon 1,5 milliard oxygène, magnésium, silicium 1 an Oxygène 2 milliards silicium, soufre 6 mois Silicium 3,5 milliards fer, nickel 1 jour * Masse du Soleil = M J = 1, kg comparée à la masse de la Terre = kg, la masse du Soleil est fois plus élevée que celle de la Terre.

7 12 w LES ÉTOILES w LES ÉTOILES 13 Coupe d une étoile Coupe de la partie centrale d une étoile, ayant une masse 25 fois plus élevée que celle du Soleil (25 M J ), en passe d exploser (d après le physicien américain S. Woosley). Les étoiles brillent longtemps, car dans leur cœur les réactions thermonucléaires dégagent lentement leurs énormes quantités d énergie. LA NAISSANCE DES ÉTOILES À l intérieur des galaxies, les nébuleuses sont de gigantesques nuages de gaz et de poussières. La gravitation ou un événement extérieur peut conduire une partie de ces nuages à se contracter. La masse de gaz se concentre et les molécules de gaz s entrechoquent, la température monte jusqu à ce que la fusion de l hydrogène se produise. Une étoile est née. La naissance des étoiles est perçue par les astro- ÉVOLUTION DES ÉTOILES (DIAGRAMME COULEUR ET LUMINOSITÉ D HERZSPRUNG-RUSSELL) Luminosité (Soleil = 1) ,2 lhélium 3,7 M J lcarbone 0,2 M J loxygène 1,6 M J lnéon 0,06 M J lmagnésium 0,02 M J lsilicium-calcium 0,6 M J lcœur de fer 1,4 M J 7000 Super géantes rouges Géantes rouges 1,8 1,5 1,3 1 Séquence Soleil principale Naines blanches ,7 Température de surface (K) 0,5 0, ,008 0,08 0, Temps de séjour sur la séquence principale (milliards d années) Ce diagramme représente la luminosité d une étoile en fonction de la température à la surface de l étoile dans notre galaxie (la luminosité a pour base de référence la luminosité du Soleil = 1). On voit que les étoiles se regroupent en plusieurs régions: La bande centrale appelée séquence principale qui correspond aux étoiles dans la phase la plus longue de leur vie, celle où elles transforment l hydrogène en hélium en leur centre. En haut, à droite, on trouve les étoiles dans les phases de combustion nucléaires plus avancées: fusion de l hélium en carbone et oxygène, et fusion du carbone en éléments plus lourds, néon, magnésium et silicium. Ce sont des géantes rouges et des supergéantes rouges. En bas, à gauche, les naines blanches, phase finale des étoiles de petite masse comme notre Soleil. La supernova : une explosion très brillante marquant la mort d une étoile. physiciens grâce au rayonnement infrarouge émis par les étoiles au travers des nuages. LA VIE DES ÉTOILES Les étoiles sont des réacteurs nucléaires autocontrôlés. Qu une réaction nucléaire s emballe en leur cœur, alors celui-ci, gazeux et souple, se dilate légèrement, la température tombe et la réaction se modère. Et inversement, qu une réaction défaille, le cœur se contracte, la température monte et les réactions nucléaires redémarrent. L étoile perdure aussi longtemps que son cœur reste souple et gazeux. La vie d une étoile est une succession de contractions gravitationnelles et de cycles de combustion nucléaire. Une étoile en bon état de fonctionnement est une étoile qui brille, et si elle brille, elle brûle lentement. Le cycle du combustible dans les étoiles est particulièrement économique: les produits d un cycle de combustion servent de combustible au cycle suivant. Ainsi, l hélium, issu de la fusion de l hydrogène, brûle pour donner, par fusion thermonucléaire, le carbone et l oxygène, lesquels seront ultérieurement transformés en silicium. Au fur et à mesure, les FORS Team/VLT/ESO Vestige de la supernova de 1054 (nébuleuse du Crabe). durées des cycles raccourcissent considérablement, car le combustible devient de moins en moins énergétique. LA MORT DES ÉTOILES Les étoiles de petite masse, comme le Soleil, ne parviennent à brûler que l hydrogène et l hélium. Puis une partie de leur enveloppe est expulsée et elles deviennent des naines blanches, étoiles ayant épuisé leurs ressources nucléaires. Les étoiles plus massives, de dix à des centaines de fois plus grosses que le Soleil, ont des températures plus élevées en leur centre. La combustion nucléaire est plus rapide et va plus loin que la combustion de l hélium. Au-delà de la fusion du carbone, une forte perte

8 14 w LES ÉTOILES 15 L ESSENTIEL DE LA PHYSIQUE DU SOLEIL EST AUJOURD HUI COMPRIS. Il existe deux populations d étoiles dans notre galaxie. Le Soleil PhotoDisc Amas globulaire. d énergie, occasionnée par une émission importante de neutrinos engendrée par la chaleur, Particule électriquement neutre, de masse faible et qui interagit très peu avec la matière. épuise littéralement l étoile. La combustion thermonucléaire s arrête au fer, noyau le plus stable de l Univers, il est non combustible. Si bien que lorsque cet élément s accumule au cœur des étoiles massives, celles-ci sont condamnées. Leur cœur, ayant atteint une densité importante, se détend comme un ressort, engendrant une onde de choc qui balaie la matière qui l entoure. L implosion du cœur se double d une explosion de l étoile. Celle-ci, nommée supernova, émet une lumière vive, que les astrophysiciens perçoivent en observant la galaxie à laquelle appartient l étoile. Une étoile DigitalVision Supernova. à neutrons ou un trou noir reste au centre de la supernova. On constate que les étoiles de notre galaxie se répartissent en deux populations qui se distinguent par leur composition chimique et par leur répartition dans l espace: des étoiles qui renferment des éléments lourds, dans les mêmes proportions que le Soleil, des étoiles, pauvres en éléments plus lourds que l hélium (elles peuvent contenir mille fois moins de fer par exemple). Elles constituent les amas globulaires qui circulent autour de la galaxie. PhotoDisc

9 16 w LE SOLEIL Le Soleil est la plus proche et la mieux étudiée des étoiles. w LE SOLEIL 17 Structure interne du Soleil Le Soleil est l une des cent milliards d étoiles de notre galaxie mais c est l étoile la plus proche de nous à quelque cent cinquante millions de kilomètres, et donc la mieux observée. DE QUOI EST FAIT LE SOLEIL? Les proportions relatives des divers éléments chimiques du système solaire et du Soleil sont connues grâce à deux sources principales : L analyse du rayonnement émanant de la photosphère du Soleil. On ne peut observer La surface lumineuse de l étoile et seule partie observable. directement l intérieur du Soleil. On analyse la lumière visible, mais aussi les rayonnements non visibles à l œil nu : les ondes radio, l infrarouge, l ultraviolet, les rayons X et gamma. Tous ces rayonnements forment le spectre du Soleil. L analyse en laboratoire des météorites permet de déterminer la composition isotopique de la matière qui constitue le système solaire. Globalement, un gramme de matière du Soleil est composé de 0,70 g Composition en isotopes, éléments chimiques dont les atomes ont le même nombre de protons et un nombre différent de neutrons, par ex.: carbone 12 (6 protons et 6 neutrons) et carbone 14 (6 protons et 8 neutrons) sont deux isotopes du carbone. d hydrogène, de 0,28 g d hélium et de 0,02 g de tous les autres éléments chimiques de la table périodique de Mendeleïev (voir p. 6). Mais l observation ne suffit pas, elle doit s accompagner d études théoriques de physique. CEA/National Solar Observatory LE SOLEIL MODÉLISÉ Les chercheurs élaborent un modèle physique Conforme aux lois de la physique. du Soleil. Celui-ci permet de déterminer les paramètres physiques (densité, température, pression, composition chimique, bilan d énergie ) à toutes les profondeurs, depuis sa surface jusqu à son cœur. Les caractéristiques physiques calculées par le modèle de la surface observable du Soleil rayon, luminosité, température sont comparées et mises en conformité avec les caractéristiques correspondantes du Soleil réellement observées. D autres grandeurs permettent de vérifier que le modèle est bon: l une des plus pertinentes Les oscillations solaires représentent les mouvements superficiels à la surface du Soleil. En bleu, les zones qui se rapprochent de l observateur, en rouge celles qui s en éloignent. est le flux de neutrinos qui transporte l énergie du centre du Soleil vers sa surface et que les physiciens sont maintenant capables de détecter et d étudier. Ce flux est le témoin du bon fonctionnement du réacteur nucléaire solaire. De plus, le Soleil est une sphère gazeuse en perpétuels mouvements, il oscille. Ces oscillations sont étudiées notamment à l aide du satellite Golf, auquel a largement contribué le CEA. Ainsi lorsque le modèle est finement ajusté et est en accord avec les observations, les propriétés internes du Soleil peuvent être déduites. La même opération de modélisation (simulation numérique) peut être répétée sur des étoiles de masse et de composition initiales variées. La simulation numérique est l instrument privilégié de l étude de la nucléosynthèse dans le big-bang et les étoiles. LES NEUTRINOS SOLAIRES Le neutrino est une particule de la même famille que l électron, transportant de l énergie, sa masse est très faible. Les neutrinos sont produits lorsque les protons se transforment en neutrons. Le flux de neutrinos détecté sur Terre, plus faible que celui calculé, a longtemps préoccupé les astrophysiciens. Mais nous savons aujourd hui, grâce à des mesures précises effectuées par des détecteurs souterrains (expériences Gallex en Europe, Superkamiokande au Japon, SNO au Canada), que le déficit de neutrinos n est pas imputable au Soleil. Il s explique par le fait que ces particules oscillent entre trois états, et que les détecteurs, sensibles à seulement l un d entre eux, n en capturent qu un tiers. 0 Températures et densités au sein du Soleil Densité (g/cm 3 ) 0 0,07 1,3 2,0 Température ( K) millions Profondeur (km) Cœur de l étoile Trajet des photons (hors d échelle) Flux de rayonnement Force de pression (dirigée vers l extérieur) Force gravitationnelle (dirigée vers l intérieur) 7 millions 3 millions 1,5 million 6000 Neutrino

10 18 w LE SOLEIL w LE SOLEIL 19 Transformation de l hydrogène en hélium dans le Soleil Étape n 1 Deutérium e + Neutrino: ν Étape n 2 Deutérium Hélium 3 Rayonnement gamma Étape n 3 On peut reconstituer et suivre ainsi l évolution du Soleil de sa naissance jusqu au moment où son enveloppe se détachera et où subsistera un objet compact et dense: la naine blanche. ESPÉRANCE DE VIE DU SOLEIL ET DES ÉTOILES La fusion de l hydrogène est suffisante pour alimenter le Soleil durant la plus grande partie de sa vie lumineuse. Pour chiffrer son espérance de vie, il faut comparer ses réserves et sa consommation d énergie. Les calculs, pratiqués au moyen du modèle solaire, indiquent que la quantité d énergie nucléaire totale dont dispose le Soleil sera épuisée au bout de dix milliards d années Le Soleil, âgé de 4,6 milliards d années, est au milieu de sa vie. environ. Ce chiffre est deux fois supérieur à l âge des plus vieilles roches terrestres, lunaires et météoritiques (4,6 milliards d années). On estime que tous les corps du système solaire sont nés quasiment en même temps. Ainsi le Soleil, âgé de 4,6 milliards d années, est au milieu de sa vie. Hélium 3 Hélium 3 Hélium 4 CALCUL DE L ESPÉRANCE DE VIE DU SOLEIL Comme toute étoile, le Soleil est un gigantesque réacteur nucléaire. En son cœur, des réactions nucléaires de fusion ont lieu, au cours desquelles, l hydrogène est transformé en hélium en libérant de l énergie. La température au centre du Soleil est de quinze millions de degrés et la densité est de cent cinquante fois celle de l eau (150 g/cm 3 ). La transformation de l hydrogène en hélium est complexe, elle se déroule en trois étapes: Première étape: deux protons interagissent pour former du deutérium. Au cours de ce processus, un proton est transformé en neutron, en émettant un positron ou électron de charge positive et un neutrino, particule de la même famille que l électron transportant de l énergie, de masse très faible. Deuxième étape: un deutérium se combine avec un proton pour former de l hélium 3 en libérant de l énergie sous la forme d un rayonnement gamma (ou photon). Troisième étape: deux noyaux d hélium 3 fusionnent pour former l hélium 4 en éjectant deux protons. Lorsque le cœur solaire aura transformé tout son hydrogène en hélium, le Soleil se contractera sous l effet de l énergie de gravitation. La température en son centre augmentera jusqu à déclencher la fusion nucléaire de l hélium. Eso/ANTU/UT1 Plus de 10% de la masse du Soleil est convertie en hélium. On peut, en première approximation, considérer qu il est constitué, au départ, d hydrogène pur. Comme 0,7 % de la masse d hydrogène sera convertie en énergie par la formation des noyaux d hélium, la quantité d énergie nucléaire totale dont dispose le Soleil est E nuc = 0,1 x 0,007 x M J c 2 = 2, Mev. La durée de vie du Soleil est obtenue en divisant la réserve par la consommation. On obtient dix milliards d années, environ. Un électronvolt est une unité de mesure = 1, joules (1 MeV = 1 million d électronvolts). M J = masse solaire = 1, kg (voir p. 11). Mort d une étoile de type Soleil.

11 20 w LES SUPERNOVAE 21 SPECTACULAIRES MAIS RARES, CE SONT DES EXPLOSIONS CATACLYSMIQUES DE CERTAINS TYPES D ÉTOILES. Les supernovae De génération d étoiles en génération d étoiles, la galaxie s enrichit en éléments lourds. Les plus puissants moteurs de l évolution chimique des galaxies sont les supernovae. QU EST-CE QU UNE SUPERNOVA? Une supernova est une étoile qui explose après implosion, ou effondrement, de son cœur. Elle devient aussi brillante que des milliards d étoiles. Les supernovae sont les résultats d événements spectaculaires mais rares, leur fréquence est de l ordre de trois par siècle dans les galaxies semblables à la nôtre. Les supernovae sont importantes pour la compréhension de notre galaxie. En effet, elles chauffent le milieu interstellaire, elles y dispersent les éléments lourds et elles accélèrent les rayons cosmiques (voir p. 23 et 24). Les observations des supernovae sont basées sur leur courbe de lumière, c est-à-dire l évolution de leur luminosité au cours du temps, de leur luminosité maximale et de leur spectre, La comparaison de ces différentes données permet de classifier les supernovae. Le spectre est l analyse de la lumière émise, il permet de déterminer les éléments chimiques présents et leur abondance. LES DIFFÉRENTS TYPES DE SUPERNOVAE Dans un premier temps, la présence, ou non, d hydrogène dans le spectre permet de classifier les supernovae en deux types : I (absence d hydrogène) et II (présence d hydrogène). Mais à cette classification spectroscopique traditionnelle, s est substituée récemment une distinction physique caractérisant le mode d explosion: thermonucléaire ou gravitationnel. Explosion d une supernova Hubble/Aura/STScI/Nasa Étoile préexplosive Effondrement du cœur Interaction de l onde de choc avec l enveloppe en chute vers le cœur Éjection explosive de l enveloppe Enveloppe en expansion

12 22 w LES SUPERNOVAE w LES SUPERNOVAE 23 LES SUPERNOVAE THERMONUCLÉAIRES Lorsque deux étoiles cohabitent, elles gravitent l une autour de l autre, c est un système binaire. Les supernovae de type thermonucléaire surviennent dans les systèmes binaires lorsqu une des deux étoiles est une naine blanche. La matière de la première tombe sur la naine blanche, dont la masse atteint alors 1,4 fois celle du Soleil. Elle s effondre et explose. Toute la matière est dispersée dans l espace, il ne reste rien au centre de la supernova. LES SUPERNOVAE GRAVITATIONNELLES Une supernova de type gravitationnelle correspond à l explosion d une étoile en fin de vie. Elle explique la formation des éléments les plus lourds de l Univers. L énergie libérée en une journée correspond à celle de notre Soleil durant ces trois derniers millions d années. Elle éjecte d énormes quantités de gaz et de poussière. L implosion du cœur d une étoile massive, suivie immédiatement d une expulsion de l enveloppe, libère une fabuleuse énergie, essentiellement SN1987A, LA SUPERNOVA DU SIÈCLE L étude des supernovae nous renseigne sur les taux de formation d étoiles à toutes les phases d évolution de l Univers. sous forme de neutrinos. Seul un dix millième de l énergie totale se manifeste sous forme de lumière visible. Selon la masse initiale de l étoile qui explose, l implosion du cœur de fer d une étoile massive laisse subsister un objet dense que l on peut identifier à une étoile à neutrons ou à un trou noir. dans les couches externes de la supernova qui explose. C est le phénomène de nucléosynthèse explosive. Par exemple, les études ont permis de comprendre la production de l or dans l Univers par une succession de captures de neutrons et de désintégrations. Les deux variétés de supernovae ne produisent pas les éléments dans les mêmes proportions, ni n explosent au même rythme (une thermonucléaire pour cinq gravitationnelles). Les supernovae gravitationnelles produisent efficacement quantité d éléments entre le carbone et le calcium, l oxygène étant le plus abondant, alors que les supernovae thermonucléaires fournissent le fer et les éléments voisins. Selon les estimations, environ 50% du fer viendrait de ce type de supernovae. Hubble Heritage Team/W. Blair/D. Malin/Nasa Onde de choc engendrée par une supernova. Une supernova peut être visible à l œil nu, de la Terre, si elle explose dans le périmètre de notre galaxie ou dans les galaxies satellites, les nuages de Magellan. La dernière fois que cela est arrivé, c était le 24 février 1987 quand la supernova baptisée SN1987A est apparue dans le Grand nuage de Magellan. Elle a permis, en raison de sa proximité d effectuer une vaste moisson de résultats scientifiques. Les observatoires et les satellites du monde entier ont immédiatement pointé leurs instruments et leurs détecteurs dans sa direction. Plusieurs rayonnements émis ont pu être observés: la lumière visible, les ondes radio, l ultraviolet et l infrarouge. Mais, pour la première fois, un flux de neutrinos a pu être détecté et mesuré. C était une supernova gravitationnelle. Dr C. Burrows/ESA/STScI/Nasa LES SUPERNOVAE À L ORIGINE DES ÉLÉMENTS LOURDS Au centre de l étoile massive qui va devenir supernova, la densité est telle que le proton se transforme en neutrons en capturant un électron. Cette boule de neutrons d un diamètre d une trentaine de kilomètres restera après l explosion à l emplacement de la supernova, c est une étoile à neutrons. La matière qui est projetée dans l espace lors de l explosion est soumise à un très important flux de neutrons qui s échappe de l étoile à neutrons. Les noyaux les plus lourds de la nature (jusqu à l uranium) sont ainsi formés par capture rapide de neutrons par les noyaux issus de différentes phases de combustion de l étoile J. Hugues/Nasa/CXC/SOA Émission de rayons X de la supernova de Cassiopée.

13 24 w LES SUPERNOVAE 25 Cycle de vie des étoiles LE SATELLITE INTEGRAL OUVRE UN NOUVEL ÂGE D OR DE L ASTROPHYSIQUE NUCLÉAIRE. Naine blanche Géante rouge Naissance d une étoile Nébuleuse La radioactivité cosmique vue par le satellite Integral Supernova Étoile à neutrons Naine noire Pulsar Trou noir LES SUPERNOVAE À L ORIGINE DU RAYONNEMENT COSMIQUE Les ondes de choc produites par les supernovae brassent, agitent et échauffent le milieu interstellaire. Elles accélèrent sur leur passage des noyaux d atomes et des électrons et sont à l origine du rayonnement cosmique qui luimême, par les réactions nucléaires qu il induit sur son passage, est responsable de la genèse des noyaux légers, lithium, béryllium et bore. CEA

14 26 w LA RADIOACTIVITÉ COSMIQUE VUE PAR LE SATELLITE INTEGRAL w LA RADIOACTIVITÉ COSMIQUE VUE PAR LE SATELLITE INTEGRAL 27 Les vestiges chauds et radioactifs des explosions d étoiles émettent des rayonnements X et gamma. Ce sont eux que les astronomes observent, car la partie la plus énergétique du spectre électromagnétique, appelée gamma, apporte les indices les plus nets de la synthèse des noyaux d atomes dans l Univers. L étude de la radioactivité de la Voie lactée et des galaxies voisines par le satellite Integral (International Gamma-Ray Astrophysics laboratory) ouvre un nouvel âge d or de l astrophysique nucléaire. Ce satellite est le résultat d une collaboration européenne, sous l égide de l ESA (Agence spatiale européenne). Lancé en octobre 2002, au centre spatial de Baïkonour, au Kazakhstan, au moyen d une fusée Proton, le satellite est dans la phase d acquisition des données. L étude de la radioactivité des vestiges de supernovae et des vents stellaires, à l aide d Integral, devrait nous permettre de préciser nos modèles d étoiles et de mieux comprendre les processus dynamiques qui président à leur évaporation et à leur explosion. Le but de cette mission scientifique est de détecter, au sein des étoiles, les rayonnements gamma émis par les éléments radioactifs à vie courte tels que l aluminium 26, à vie moyenne comme le titane 44 et à vie longue tel le cobalt 56, essentiellement. Il permet également de repérer les lieux dans la galaxie où se situe l action la plus importante de nucléosynthèse. Leurs mesures devraient permettre une identification des isotopes émetteurs, une estimation de leur abondance et des conditions physiques du milieu d origine. Pour l étude des explosions d étoiles et de leurs vestiges radioactifs, le CEA recourt aux astronomies X et gamma. ÉVOLUTION NUCLÉAIRE Notre galaxie est encore en pleine évolution. Des indices de nucléosynthèse récente sont apportés par l observation de la radioactivité du disque de notre galaxie. La détection de la désintégration de l aluminium 26, dans différentes directions, a permis de tracer une carte de la galaxie. Il s agit d un noyau radioactif de 1 million d années de durée de vie, (alors que le disque galactique, lui, est de 10 milliards d années environ). Ainsi, la nucléosynthèse a été analysée afin d étudier, notamment, avec précision les mécanismes qui aboutissent à la formation de l aluminium 26. Le but de cette étude est de comprendre comment cet isotope peut être produit par les étoiles et éjecté dans le milieu interstellaire avant qu il ne se désintègre, c est-à-dire en moins d un million d années. Il apparaît que ses sources essentielles sont les étoiles massives Wolf-Rayet et les supernovae. CEA Spectromètre pendant les étalonnages scientifiques effectués au sol. CEA

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES P. Sogorb I. INTRODUCTION Les milliards d étoiles qui forment les galaxies, baignent dans un milieu interstellaire qui représente, dans le cas de notre Galaxie, 10

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS) VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail

QUASAR 95. Club d Astronomie de Valmondois RADIO ACTIVITE

QUASAR 95. Club d Astronomie de Valmondois RADIO ACTIVITE RADIO ACTIVITE Introduction La Radioactivité est un domaine de recherche où les scientifiques français se sont distingués, notamment avec la famille Curie (Pierre et Marie pour la découverte de la radioactivité

Plus en détail

Les rayons cosmiques primaires chargés

Les rayons cosmiques primaires chargés Les rayons cosmiques primaires chargés Historique de leur découverte Spectre en énergie Composition: abondance Electrons/positons Muons Antiprotons Processus d accélération Expériences Ballons (BESS) Satellites

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Conférence du 19 mai 2006 rue Jean Goujon, 19h certitudes et incertitudes sur la fusion nucléaire - rôle d ITER

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

La fusion nucléaire. Le confinement magnétique GYMNASE AUGUSTE PICCARD. Baillod Antoine 3M7 29/10/2012. Sous la direction de Laurent Locatelli

La fusion nucléaire. Le confinement magnétique GYMNASE AUGUSTE PICCARD. Baillod Antoine 3M7 29/10/2012. Sous la direction de Laurent Locatelli GYMNASE AUGUSTE PICCARD La fusion nucléaire Le confinement magnétique Tokamak JET (http://www.isgtw.org/feature/small-sun-earth) Baillod Antoine 3M7 29/10/2012 Sous la direction de Laurent Locatelli RÉSUMÉ

Plus en détail

La place de l homme dans l univers. par Trinh Xuan Thuan *

La place de l homme dans l univers. par Trinh Xuan Thuan * La place de l homme dans l univers par Trinh Xuan Thuan * Je voudrais présenter ce sujet en deux volets : le premier s intitulerait «le fantôme de Copernic», montrant comment l homme a rapetissé de plus

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Stabilité et Réactivité Nucléaire

Stabilité et Réactivité Nucléaire Chapitre 1 Stabilité et Réactivité Nucléaire Les expériences, maintes fois répétées, montraient chaque fois que les déflexions subies par les particules chargées en interaction avec les noyaux ne correspondaient

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée

Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée Réactions de fusion nucléaire dans les étoiles Historique Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée On comprit aussi dans les années 1930 que la production d énergie

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie?

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie? FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie? Type d'activité Activité avec démarche d investigation, étude documentaire (synthèse

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

L'ÉNERGIE ET LA MATIÈRE PETITE EXPLORATION DU MONDE DE LA PHYSIQUE

L'ÉNERGIE ET LA MATIÈRE PETITE EXPLORATION DU MONDE DE LA PHYSIQUE Partie 1 De quoi c'est fait? De quoi sommes nous faits? Qu'est-ce que la matière qui compose les objets qui nous entourent? D'où vient l'énergie qui nous chauffe et nous éclaire, qui déplace les objets

Plus en détail

Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir

Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris Confe rence de l IAP, 3 janvier 2012 Titre Plan Trous noirs E toiles Relativite Simulations Horizon Conclusion

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Structure et Evolution des étoiles

Structure et Evolution des étoiles Structure et Evolution des étoiles Rayon = 0.697 10 6 km Luminosité = 3.826 10 26 W Notre Soleil Mesurable connaissant : - Sa distance d (mesure de parallaxe) - Son diamètre angulaire θ R = d tg θ/2 Mesurable

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail