a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)"

Transcription

1 VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale (PMS) a. Chemin évolutif de Hayashi b. La différence étoiles/naines brunes 4. La séquence s principale a. La ZAMS b. Evolution chimique & chemin évolutif 5. L évolution post-séquence principale a. Les étoiles massives b. Les étoiles de faible masse c. La phase AGB 6. Les phases ultimes T. Guillot VI- L'évolution stellaire 1

2 1. Polytropes

3 2. L initialisation L de la formation stellaire

4 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 4

5 La masse de Jeans + EOS isotherme: P=C s2 ρ T. Guillot VI- L'évolution stellaire 5

6 Le problème du support des nuages moléculaires La masse de gaz de densité >10 3 cm -3 dans la Galaxie: ~10 9 M Temps de chute libre: ~2x10 6 ans Il en résulte r un taux de formation d éd étoiles: ~500 M /an! Plus de ~100 fois le taux observé Conclusion: le gaz ne s effondre s pas en un temps de chute libre Quelle est la nature du support? 2 Hypothèses proposées: Le champ magnétique La turbulence T. Guillot VI- L'évolution stellaire 6

7 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 7

8 3. L él évolution pré-s -Séquence Principale

9 Les chemins évolutifs de Hayashi Avant l amorl amorçage age des réactions r de fusion de H L étoile est entièrement convective Structure homogène Le chemin d éd évolution est dit «chemin de Hayashi» (d apr après Hayashi (1961) La zone à droite du chemin de Hayashi dans un diagramme HR classique est une zone interdite à masse et composition donnée T. Guillot VI- L'évolution stellaire 9

10 Les chemins évolutifs de Hayashi Etoile entièrement convective + ~GP => polytrope n~3/2 logp = cte 3 2 log R 1 log M + (1+ n)logt 2 Lien avec la condition limite atmosphérique (T 0 =T eff ; P 0 =2/3 g/κ): κ = κ 0 P a T b P 0 = cte M R T 2 eff b 1/(a +1) logp 0 = cte 2 a +1 log R 1 a +1 log M b a +1 logt eff En utilisant la définition de la luminosité => logr=cte+1/2 logl -2logT eff Et en égalant les deux expressions P(T) pour P=P0 et T=Teff, on trouve: logt eff = A log L + B log M + cte A = 3 4 a 1 4 (4 + n)a + b + n ; B = 1 2a (4 + n)a + b + n n 3/2,a 1,b 3 A 0.05; B 0.2 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 10

11 Les naines brunes Pas de séquences principale de fusion de l hydrogl hydrogène Evolution similaire à une PMS stellaire M< M Noter la fusion du deutérium pour M>0.013 M Burrows et al T. Guillot VI- L'évolution stellaire 11

12 Les naines brunes Pas de séquences principale de fusion de l hydrogl hydrogène Evolution similaire à une PMS stellaire M< M Noter la fusion du deutérium pour M>0.013 M Chabrier & Baraffe 2000 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 12

13 4. La Séquence S Principale

14 La «ZAMS» Lorsque la fusion de l hydrogène apparaît: ε >> T S t τ nuc >> τ KH D où les modèles de ZAMS (Zero Age Main Sequence) composition homogène pas d évolution temporelle R M 0.6 M M R M 0.8 M M L M 3.2 M 20 M L M M 20 M Note importante: Pour M<1.2 M : CNO<PP => coeur radiatif Pour M>1.2 M : CNO>PP => coeur convectif T. Guillot VI- L'évolution stellaire 14

15 Evolution chimique & chemin évolutif Conséquence de la fusion de l hydrogl hydrogène: le coeur central devient plus dense étoile de masse solaire étoile de plusieurs masses solaires T. Guillot VI- L'évolution stellaire 15

16 Evolution chimique & chemin évolutif 1M 5M T. Guillot VI- L'évolution stellaire 16

17 Evolution chimique & chemin évolutif 1M 5M T. Guillot VI- L'évolution stellaire 17

18 5. L él évolution post- Séquence Principale

19 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 19

20 H brûle en couches Coeur d He isotherme Equilibre coeur isotherme/enveloppe radiative => limite de Schoenberg- Chandrasekhar Contraction du coeur d He Expansion de l enveloppe réactions He->C au centre He brûle en couches L => étoile convective Ascension du diagramme HR le long du chemin de Hayashi Les étoiles massives T. Guillot VI- L'évolution stellaire 20

21 Les étoiles massives T. Guillot VI- L'évolution stellaire 21

22 Les étoiles de faible masse (<2.3 M ) SP: Coeur convectif absent ou petit Electrons dégénérés au centre Séquence principale proche du chemin de Hayashi 1. H brûle en couches => coeur d He isotherme 2. Contraction du coeur T c, M c => T (enveloppe) => L enveloppe L devient convective 3. Ascension de la branche des géantesg 4. Quand la zone convective atteint la couche de fusion Premier dragage convectif µ, L (temporaire) 5. Flash(s) de l hélium: l lium: M c ~0.45M, T c ~10 8 K Dégénérescence => T c, ρ c ~cte Emballement thermique: L~10 11 L!!! pour quelques secondes 6. Branche asymptotique des géantesg 7. Pulses thermiques => NAINE BLANCHE ρc P dt dt ρε K T R c 2 > 0 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 22

23 Les étoiles de faible masse: le premier dragage T. Guillot VI- L'évolution stellaire 23

24 Les étoiles de faible masse: le flash de l héliuml lium T. Guillot VI- L'évolution stellaire 24

25 Les étoiles de faible masse: l effondrement du coeur T. Guillot VI- L'évolution stellaire 25

26 La phase AGB Arrivée e sur l AGB: après un second dragage convectif («dredge-up») (M>4M ) après le flash de l hélium & la branche horizontale (M<4M ) He brûle en couche; haute luminosité => expansion de l enveloppel Deux couches de fusion de H et He deviennent très s proches Situation instables Pulses thermiques La luminosité de fusion de l hélium peut atteindre qqs 10 5 L La perte de masse devient importante T. Guillot VI- L'évolution stellaire 26

27 La phase AGB T. Guillot VI- L'évolution stellaire 27

28 La phase AGB T. Guillot VI- L'évolution stellaire 28

29 La phase AGB T. Guillot VI- L'évolution stellaire 29

30 6. Les phases ultimes

31 Phases ultimes Réactions nucléaires chauffage du coeur épuisement du carburant contraction du coeur (<4-10 M ) nébuleuse planétaire (>4-10 M ) supernovae (type II) naine blanche étoile à neutrons trou noir (>~25 M ) T. Guillot VI- L'évolution stellaire 31

32 Phases ultimes T. Guillot VI- L'évolution stellaire 32

33 Supernovae de type II: une simulation T. Guillot VI- L'évolution stellaire 33

34 T. Guillot VI- L'évolution stellaire 34

35 Références Quelques unes des animations ont été empruntées es à Voir aussi Hansen, Kawaler, Trimble «Stellar Interiors» (1994, 2004) Kippenhahn, Weigert «Stellar evolution» (1992) T. Guillot VI- L'évolution stellaire 35

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Structure et Evolution des étoiles

Structure et Evolution des étoiles Structure et Evolution des étoiles Rayon = 0.697 10 6 km Luminosité = 3.826 10 26 W Notre Soleil Mesurable connaissant : - Sa distance d (mesure de parallaxe) - Son diamètre angulaire θ R = d tg θ/2 Mesurable

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Evolution stellaire Diagramme HR. Cours M1, Les objets de l'univers et leur observation

Evolution stellaire Diagramme HR. Cours M1, Les objets de l'univers et leur observation Evolution stellaire Diagramme HR Formation stellaire Nuages Moléculaires Géants Fonction de masse initiale IMF : on forme plus d'étoile de faible masse Initial Mass function: φ(m)dm Evolution stellaire

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE 1, 2, 3 Soleil!!! TITRE Rappels historiques - 1644 : Descartes imagine que le Soleil est une étoile comme les autres - Vers 1850, certains imaginent que le Soleil est constitué de charbon, mais sa durée

Plus en détail

S. Bourdreux L énergie des étoiles

S. Bourdreux L énergie des étoiles S. Bourdreux L énergie des étoiles Une étoile est une boule gazeuse dont la taille (plusieurs centaines de milliers de kilomètres) et la densité sont telles que la région centrale le cœur atteint la température

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

Evolution des étoiles... qu'il faut. Isabelle VAUGLIN Observatoire de Lyon

Evolution des étoiles... qu'il faut. Isabelle VAUGLIN Observatoire de Lyon Evolution des étoiles... le temps qu'il faut Isabelle VAUGLIN Observatoire de Lyon Formation des étoiles: Naissance dans une pouponnière QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image.

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

L'évolution des étoiles

L'évolution des étoiles Introduction 20 L'évolution des étoiles Nous avons vu au chapitre 18 que la luminosité des étoiles provient principalement des réactions nucléaires au centre de celles-ci. Ces réactions de fusion provoquent

Plus en détail

Modéliser l'évolution des galaxies

Modéliser l'évolution des galaxies Modéliser l'évolution des galaxies 1 Modélisation de l'évolution chimique des galaxies 2 Modélisation de l'évolution spectro-photométrique des galaxies Galaxies J1 - David Elbaz Modéliser l'évolution des

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Les ETOILES. Vie, moeurs et mort des étoiles.

Les ETOILES. Vie, moeurs et mort des étoiles. Les ETOILES Vie, moeurs et mort des étoiles. Présentation : Dans le ciel, comment différencier «étoile» et «planète» Une étoile, qu est-ce que c est? Les différentes classes d étoiles. Naissance d une

Plus en détail

Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire. I.

Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire. I. Quelques problèmes de dynamique des fluides stellaires: Convection dans les étoiles pulsantes Phases jeunes de l évolution stellaire I. Baraffe Quelques propriétés des intérieurs stellaires: Structure

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

» : quatre conférences

» : quatre conférences Cycle «Des planètes et des étoiles» : quatre conférences 1 Le système solaire - description 2 Formation du système solaire 3 Vie et mort des étoiles 4 La vie ailleurs http://cern.ch/soso/conferences 1

Plus en détail

Les objets étranges de l Univers

Les objets étranges de l Univers Quelques ordres de grandeur Les objets étranges de l Univers Par David Trudelle B. Sc. Le rayon de la Terre: 6300 km La masse du Soleil: 1,99 x 10 30 kg ou 1 990 000 000 000 000 000 000 000 000 000 kg

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mises en œuvre de ce qui est

Plus en détail

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris

Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB. Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Simulations hydrodynamiques relativistes de la phase émission rémanente dans les GRB Zakaria Meliani Séminaire au L.U.Th, Observatoire de Paris Janvier 2007 Les grandes lignes de la présentation Les propriétés

Plus en détail

Le Big-Bang, l hydrogène et l hélium

Le Big-Bang, l hydrogène et l hélium L ORIGINE DES ELEMENTS CHIMIQUES Tout ce qui nous entoure est constitué d atomes. Dans la nature, il existe 90 sortes d atomes chimiquement différents. On les appelle les éléments. Le Big-Bang, l hydrogène

Plus en détail

Cours d astrophysique II :

Cours d astrophysique II : Bienvenue au Cours d astrophysique II : Bases physiques de l astrophysique Semestre de printemps 2015 Dr. Pierre North Laboratoire d astrophysique Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Observatoire

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES Le ciel et la terre L'UNIVERS ET LE SYSTEME SOLAIRE. A. l Univers. 1. Unités spécifiques de longueurs

SCIENCES PHYSIQUES Le ciel et la terre L'UNIVERS ET LE SYSTEME SOLAIRE. A. l Univers. 1. Unités spécifiques de longueurs SCIENCES PHYSIQUES Le ciel et la terre L'UNIVERS ET LE SYSTEME SOLAIRE A. l Univers 1. Unités spécifiques de longueurs - Unité astronomique : 150 millions de km (distance moyenne Terre/Soleil) - Année

Plus en détail

ROCHES ET GEOCHIME. I : L univers. 1- Le problème de distance. Des unités appropriées à des distances impressionnantes :

ROCHES ET GEOCHIME. I : L univers. 1- Le problème de distance. Des unités appropriées à des distances impressionnantes : ROCHES ET GEOCHIME I : L univers 1- Le problème de distance Des unités appropriées à des distances impressionnantes : Unité astronomique : 1 u.a = distance Terre-Soleil = 150.10^6 Km Année lumière : 1

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE

LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE LA SPECTROSCOPIE LES SECRETS DE LA LUMIERE AUGUSTE COMTE 1857 On peut imaginer déterminer la forme des étoiles, leurs distances, leurs tailles et leurs mouvements, mais il n y a aucun moyen envisageable

Plus en détail

LE DIAGRAMME HR JP. Maratrey - juillet 2009

LE DIAGRAMME HR JP. Maratrey - juillet 2009 LE DIAGRAMME HR JP. Maratrey - juillet 2009 Le diagramme de Hertzsprung-Russell (Diagramme HR) est un graphe montrant la luminosité d'un ensemble d'étoiles en fonction de leur température. Ce type de diagramme

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

FORMATION DES ÉLÉMENTS CHIMIQUES DANS L'UNIVERS VIE ET MORT DES ÉTOILES

FORMATION DES ÉLÉMENTS CHIMIQUES DANS L'UNIVERS VIE ET MORT DES ÉTOILES NUCLÉOSYNTHÈSE FORMATION DES ÉLÉMENTS CHIMIQUES DANS L'UNIVERS VIE ET MORT DES ÉTOILES Gérard SCACCHI ALS 8/12/2011 1 ATOME REPRÉSENTATION SYMBOLIQUE DU NOYAU nombre de neutrons = A - Z nombre de nucléons

Plus en détail

I. Résumé de la vie du soleil. 1) Du big-bang à nos jours

I. Résumé de la vie du soleil. 1) Du big-bang à nos jours Introduction Nous savons que la terre est en perpétuelle évolution depuis sa naissance, il y a 4,55 millions. De plus, c est une planète qui, entre autre, a la particularité de pouvoir accueillir la vie,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos LA COLLECTION w 1 w L atome 2 w La radioactivité 3 w L homme et les rayonnements 4 w L énergie 5 w L énergie nucléaire : fusion et fission 6 w Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 w Le cycle du

Plus en détail

Plan. 1.Qu est-ce qu une étoile? 2.Naissance des étoiles 3.Vie et mort des étoiles, 3 scenari selon la masse 4.Une question embêtante...

Plan. 1.Qu est-ce qu une étoile? 2.Naissance des étoiles 3.Vie et mort des étoiles, 3 scenari selon la masse 4.Une question embêtante... Les étoiles sources d énergie Naissance, vie et mort des étoiles Rayonnement solaire Photosynthèse Energies fossiles stockage de l énergie solaire par les forêts Hydroélectricité Cycle d évaporation dont

Plus en détail

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux Scénario de base Le gaz moléculaire se forme par

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

L = 10 (MV-5)/-2.5. On obtient ainsi un diagramme couleurmagnitude 1 avec lequel on peut évaluer les

L = 10 (MV-5)/-2.5. On obtient ainsi un diagramme couleurmagnitude 1 avec lequel on peut évaluer les La détermination de la masse des étoiles est un des sujets les plus complexes de l'astronomie. De fait l'univers ne nous est accessible que par la lumière que nous pouvons recevoir dans nos instruments.

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

EVOLUTION DE L UNIVERS

EVOLUTION DE L UNIVERS EVOLUTION DE L UNIVERS 1. LE BIG BANG OU NAISSANCE DE L UNIVERS Au début de l'univers, il s'est produit une formidable explosion (le Big Bang). A l'instant 10-43 seconde après le Big Bang, l'univers est

Plus en détail

On utilise quatre types d'informations pour décrire une étoile :

On utilise quatre types d'informations pour décrire une étoile : Les Étoiles On utilise quatre types d'informations pour décrire une étoile : sa luminosité ou sa brillance sa couleur, sa température ou son type spectral son degré d'évolution ou classe de luminosité

Plus en détail

Réacteur et centrale

Réacteur et centrale FUSION Réacteur et centrale Fusion > Sections efficaces http://wwwppd.nrl.navy.mil/nrlformulary/index.html 22 Fusion > Taux de réaction D T 1E-20 1E-21 1E-22 1E-23 1E-24 1E-25 1E-26 1E-27 1 10 100

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

3. Spectres et types spectraux des étoiles. 3.1 Les spectres d étoiles

3. Spectres et types spectraux des étoiles. 3.1 Les spectres d étoiles 3. Spectres et types spectraux des étoiles 3.1 Les spectres d étoiles L apparence des spectres émis par les étoiles est complexe dans leur composition. Les spectres d étoiles ont une base vraiment intense

Plus en détail

Sciences9M2Ch Sciences 9 Chapitre 2 Section 2.2 cont d

Sciences9M2Ch Sciences 9 Chapitre 2 Section 2.2 cont d Sciences 9 Chapitre 2 Section 2.2 cont d Les propriétés des métaux, des non-métaux et des métalloïdes Les métaux : Les non-métaux : Les métalloïdes : Les métaux de transition : Decide si les groupes des

Plus en détail

DS n o 4 TS Du Big-Bang aux éléments chimiques

DS n o 4 TS Du Big-Bang aux éléments chimiques DS n o 4 TS1 211 Du Big-Bang aux éléments chimiques Tous les extraits encadrés sont tirés de «L Univers des étoiles» de L. Bottinelli et J. L. Berthier. 1. Remontons l écoulement du temps jusqu à l instant

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

La Formation Stellaire dans les galaxies

La Formation Stellaire dans les galaxies La Formation Stellaire dans les galaxies Un sujet important au cœur de nombreux travaux dans nos laboratoires. Samuel Boissier 1 Le moteur du cycle d'évolution des galaxies Milieu Inter Galactique Vents

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation.

Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. DRIA/SARA Etudes expérimentales des modes de combustion essence sous forte dilution et forte suralimentation. Journée François LACAS Le 22 novembre 2007 LANDRY Ludovic Directeur & Co-Directeur de thèse

Plus en détail

1)Qu'Est-ce qu'une étoile? Source :

1)Qu'Est-ce qu'une étoile? Source : DEBICKI Catherine, BOURDIER Gustave, GLUSZEK Pierre, FAGE Benoît MIRA Mona (élèves de 1 ère S2) La vie d'une étoile : Les étoiles ont toujours été l objet d études passionnantes, autant pour les intellectuels

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

L observation du ciel dans différentes longueurs d onde

L observation du ciel dans différentes longueurs d onde L observation du ciel dans différentes longueurs d onde Le spectre électromagnétique Visible En IR En X L astronomie γ Rayonnement qui transporte le plus d énergie < 1 Å Observé depuis l espace Sources

Plus en détail

Contexte et enjeux de l archivage numérique

Contexte et enjeux de l archivage numérique Contexte et enjeux de l archivage numérique Yannick Deshayes Laboratoire IMS, Université Bordeaux, IPB, UMR 5218 (CNRS) 351 Cours de la libération 33405 Talence Cedex email : yannick.deshayes@ims-bordeaux.fr

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Formation et Evolution. des galaxies. Françoise Combes. Observatoire de Paris. 21 Janvier 2012

Formation et Evolution. des galaxies. Françoise Combes. Observatoire de Paris. 21 Janvier 2012 Françoise Combes Formation et Evolution Observatoire de Paris des galaxies 21 Janvier 2012 De quoi sont faites les galaxies? Du gaz d hydrogène, avec un peu d hélium Des étoiles (~200 milliards) Une pincée

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Les objets astronomiques et leur observation

Les objets astronomiques et leur observation Les objets astronomiques et leur observation Option M1 Master Sciences, option Physique 20h cours + 8h TD S. Derrière B. Vollmer R. Ibata L astronomie L astronomie est essentiellement une science d observation

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1.

La mission Gaia. Cartographie du ciel en 6D. Le successeur d Hipparcos. Carine Babusiaux. Hipparcos GEPI. Limite de complétude. 1. La mission Gaia Cartographie du ciel en 6D Carine Babusiaux GEPI Le successeur d Hipparcos Magnitude limite Limite de complétude Nombre d étoiles Programme d observation Système solaire Quasars Galaxies

Plus en détail

Introduction à la physique stellaire GLST 202

Introduction à la physique stellaire GLST 202 Introduction à la physique stellaire GLST 202 E. Josselin Université Montpellier II E. Josselin Introduction à la physique stellaire 1/51 Outline 1 La Voie Lactée 2 Les lois du rayonnement 3 Le Soleil

Plus en détail

Chapitre 4 : Rayonnements et particules

Chapitre 4 : Rayonnements et particules 1. Définitions Chapitre 4 : Rayonnements et particules Un rayonnement (ou radiation) est l émission ou la transmission d'énergie transportée par une onde électromagnétique (ou OEM) ou une particule (proton,

Plus en détail

Chauffage IR des composites - application au procédé d'infusion de résine

Chauffage IR des composites - application au procédé d'infusion de résine Matériaux et structures composites : Caractérisation thermique et transferts dans les procédés de mise en forme et d assemblage. Vendredi 25 septembre 2009 Chauffage IR des composites - application au

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

La naissance du système solaire

La naissance du système solaire La naissance du système solaire Deux grandes étapes dans cet exposé : Comprendre comment se sont formés les éléments que nous connaissons. Comprendre comment s est constitué le système solaire. Le Monde

Plus en détail

«Conversion de la biomasse en

«Conversion de la biomasse en «Conversion de la biomasse en combustible par procédé plasma» (Décharge élémentaire stationnaire à la pression atmosphérique) Présentation d études préliminaires de laboratoire GFC-23 novembre 2007 Jocelyn

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa annuel - 61 Chapitre 7 : Chute d une bille dans un fluide I. Deux nouvelles forces : a) la Poussée d Archimède : Tout corps

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

Les Résidus stellaires. Etoiles à neutrons Pulsars

Les Résidus stellaires. Etoiles à neutrons Pulsars Les Résidus stellaires Etoiles à neutrons Pulsars Les étoiles à neutrons Qu est-ce que c est? Une étoile à neutrons est un résidu stellaire qui résulte de l effondrement gravitationnel d une étoile massive

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Chapitre 1. La Terre dans l Universl. 1-2 La composition chimique du système solaire

Chapitre 1. La Terre dans l Universl. 1-2 La composition chimique du système solaire Chapitre 1 La Terre dans l Universl 1-2 La composition chimique du système solaire Il n y aura pas cours le jeudi 12 octobre (la semaine prochaine) Le tableau de Mendeleiev Classer les éléments selon leur

Plus en détail

LES ÉTOILES. Version originale : G. Iafrate (a), M. Ramella (a) et V. Bologna (b) Traduction française : S. Derriere (c) (a)

LES ÉTOILES. Version originale : G. Iafrate (a), M. Ramella (a) et V. Bologna (b) Traduction française : S. Derriere (c) (a) LES ÉTOILES Version originale : G. Iafrate (a), M. Ramella (a) et V. Bologna (b) Traduction française : S. Derriere (c) (a) INAF Astronomical Observatory of Trieste (b) Istituto Comprensivo S. Giovanni

Plus en détail

Les objets astronomiques et leur observation radio

Les objets astronomiques et leur observation radio Les objets astronomiques et leur observation radio Corps noir Rappel: les mécanismes d émission radio Émission thermique -> électrons chauds Émission synchrotron -> électrons relativistes et champ magnétique

Plus en détail