Panorama de l astronomie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panorama de l astronomie"

Transcription

1 Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement et de l Espace, Orléans Tél

2 Plan du cours Rappel étoile : sphère de gaz, source d énergie=fusion nucléaire Evolution : étapes de fusion nucléaire, modérées par la gravitation Etapes finales : naine blanche, supernova, étoile à neutrons (pulsar), trou noir Fabrication des éléments chimiques

3 La structure interne du Soleil Noyau : génération d énergie par fusion nucléaire; libération de photons gamma (+ neutrinos) Noyau : fusion 4p 4 He+γ Zone de transport radiatif Zone de transport convectif Transport d énergie (initialement gamma) vers la surface : Rayonnement (absorption-émission ) : zone radiative, r<0,7 R S Convection (montée bulles de gaz chaud, expansion et refroi-dissement, redescente gaz froid) : zone convective,

4 Pourquoi cette étoile est-elle stable? Equilibre entre la gravitation (concentration de la matière au centre) et la pression (dispersion de la matière) Noyau : fusion 4p 4 He+γ Zone de transport radiatif Zone de transport convectif La pression à l intérieur de l étoile: haute température / forte pression. Température initialement engendrée par la gravitation, puis maintenue par la fusion nucléaire.

5 Energie nucléaire et stabilité des étoiles Energie de liaison / nucléon [MeV] L énergie de liaison d un nucléon (neutron, proton) augmente avec le nombre de nucléons (jusqu à N=56, fer): gain d énergie par la fusion d éléments légers en plus lourds (jusqu au fer) Pour rendre la fusion possible, il faut Nombre de nucléons rapprocher les protons ou noyaux à haute vitesse (franchir barrière coulombienne) La fusion ne peut avoir lieu que dans un milieu chaud - d autant plus chaud que les noyaux sont lourds (donc plus chargés) La libération d énergie par fusion est possible tant que le coeur de l étoile est constitué d éléments plus légers que le fer.

6 Fusion nucléaire et évolution des étoiles L équilibre gravitation - pression est maintenu grâce à la fusion nucléaire au cœur de l étoile. Une période d existence (plus ou moins) stable de l étoile correspond à une étape précise de fusion. Par exemple: séquence principale = fusion de H en He. A l épuisement de l élément en fusion la fusion s arrête et le cœur de l étoile se refroidit. La pression diminue, est dominée par la gravitation: contraction ou effondrement du cœur de l étoile. Echauffement pouvant éventuellement aboutir à une nouvelle étape de fusion. Effet collatéral: constitution d éléments chimiques de plus en plus lourds.

7 L évolution des étoiles

8 Etoiles sur la séquence principale Etoiles sur la séquence principale Phase la plus longue de la vie d une étoile Fusion 4H He (cœur nucléaire; T > 10 7 K) Paramètres clef : masse & composition chimique Température, rayon Luminosité L M α (observation : α=3 4) Durée de vie : τ = W/L M/L M 1-α (Soleil : env 10 milliards d années) Luminosité Température

9 Etoiles sur la séquence principale Modèle de l intérieur solaire actuel (Bahcall et al., d après P. Lantos, Le Soleil en Face, Masson)

10 Départ de la séquence principale Fin de l étape de fusion H He : cœur nucléaire composée de He, T<< 10 8 K; entouré d un gaz n ayant pas participé à la fusion Pas de possibilité de fusion (T< 10 8 K) : refroidissement cœur, contraction (gravitation) Échauffement cœur & environs, démarrage fusion 4H He dans coquille autour du cœur inerte démarrage fusion He (en C, O) au cœur si T 10 8 K Luminosité Température

11 Départ de la séquence principale Après épuisement de l H : géante rouge Contraction du noyau inerte de 4 He. Démarrage 4H 4 He dans coquille entourant le noyau. Augmentation T dans les couches extérieures de l étoile expansion : l étoile devient «géante». 4 He 4H 4 He Augmentation de la surface et des pertes radiatives; T diminue à la surface, couleur rouge («géante rouge»).

12 Départ de la séquence principale: le Soleil devenant géante rouge Séquence principale Géantes rouges Migration vers le haut (augmentation de la luminosité) et la droite (diminution de la température) dans le diagramme Hertzsprung- Russell.

13 Ejection des couches externes: la «nébuleuse planétaire» Cliché télescope spatial Hubble Géante rouge : dilatation de l étoile sous l effet de la coquille de fusion d H Ejection partie extérieure de l enveloppe (faiblement maintenue, car F M/r2) : «nébuleuse planétaire» Nébuleuse (plus ou moins) sphérique, env. 10% de la masse de l étoile Expansion, quelques dizaines de km/s Résidu : noyau de l étoile, composé d éléments lourds (He, C, O, )

14 Ejection des couches externes: la «nébuleuse planétaire» Cliché télescope spatial Hubble: Expulsion de l enveloppe de l étoile Des couches internes chaudes deviennent visibles: Déplacement du spectre vers le bleu Forte émission UV, ionisation du gaz expulsé recombinaison et fluorescence: aspect multi-colore des nébuleuses planétaires

15 Après l étape de la géante rouge Séquence principale? Géantes rouges Migration vers la gauche (spectre devient de plus en plus bleu), contraction de l étoile résiduelle (donc finalement migration vers les faibles luminosités (vers le bas) du diagramme Hertzsprung-Russell.

16 Cycles d évolution stellaire Peut-on toujours aboutir à une nouvelle étape de fusion par la compression du cœur de l étoile? On pourrait penser que oui, si toute compression et augmentation de pression était associée à l augmentation de la température (loi de gaz parfait). Mais la physique atomique nous montre que ce n est pas le cas: on ne peut pas rapprocher sans limite les particules (atomes, noyaux). Exemple: occupation des couches électroniques d un atome. Lorsque la distance entre atomes devient trop petite, la pression augmente SANS augmentation de température: dégénérescence du gaz (similaire à l état du solide).

17 Les naines blanches Equilibre gravitation - pression de dégénérescence des électrons: compact <10 4 km, forte masse volumique chaud (couches externes éjectées) faible luminosité (petite surface) Noyau dégénéré (à peu près isotherme, T 10 7 K acquise avant dégénérescence) + mince couche extérieure où T décroit à qq 10 4 K Réservoir d énergie : énergie thermique du noyau Durée de vie ~ milliards d années Vitesses des électrons dégénérés < c: M<1,44 M S (masse limite de Chandrasekhar). Pas d équilibre pour les astres dépassant cette limite. Luminosité Naines blanches Température

18 Cycles d évolution stellaire Principe : l étoile peut libérer de l énergie nucléaire jusqu à ce que son noyau soit constitué de 56 Fe. Problème : pour fusionner des noyaux de plus en plus lourds, il faut des T de plus en plus élevées (seuil fusion / barrière Coulomb). Schématiquement : stabilité pendant phase de fusion, production de nouveaux éléments chimiques Refroidissement (-> baisse pression) et contraction (domination de la gravitation) après épuisement du «combustible», chauffage et nouveau cycle de fusion (éléments chimiques plus lourds) ou dégénérescence des électrons (facteur déterminant : M) Limites à la séquence compression/chauffage/fusion : (a) dégénérescence du gaz (d abord électrons) - la pression croît (donc la résistance à la gravitation) sans augmentation de la température (b) cœur stellaire constitué de fer.

19 Etapes finales d une étoile de forte masse Energie de liaison / nucléon [MeV] Si le cœur de l étoile est constitué de fer: fin du cycle de stabilisation par la fusion nucléaire (pas de libération d énergie par l assemblage de noyaux atomiques plus lourds) Domination de la gravitation: effondrement du noyau sans chauffage (sans augmentation de la pression du gaz parfait): chute libre. Les couches externes suivent; rebondissement sur cœur condensé; éjection + onde de choc supernova Nombre de nucléons

20 Le devenir des couches externes: supernovae Les couches externes chutent & s échauffent De la matière composée de noyaux atomiques légers fusionne de façon explosive. Génération d une onde de choc qui pousse la matière dans l espace interstellaire Augmentation soudaine surface de l astre, matière très chaude / brillante - l astre peut devenir visible pour la première fois : phénomène appelé «supernova»

21 Le devenir des couches externes: supernovae Télescope spatial Hubble,

22 Le devenir des couches externes: supernovae 1984 Un exemple: SN 1987a html/general/aat.html 1984 : étoile avant l implosion 1987 : quelques jours après 1993 : anneau de matière éjectée entire_collection/pr d/

23 Le devenir des couches externes: supernovae La supernova 1987a en ondes radioélectriques : expansion de la coquille de matière.

24 Le devenir des couches externes: supernovae La nébuleuse du Crabe (constellation Taureau) Enveloppe stellaire éjectée lors d une explosion de supernova en 1054 (récits chinois) Éjection dans l espace des éléments lourds, produits par la fusion au cours de l existence de l étoile

25 Le devenir du noyau d une étoile de forte masse Toujours : établissement d équilibre si pression arrête contraction gravitationnelle. Quelle pression? Etoiles de très forte masse : pression de dégénérescence des électrons ne suffit pas pour équilibrer la gravitation. Implosion du cœur stellaire. Création d un cœur très compact. Etoile à neutrons: les protons et électrons se transforment en neutrons (processus qui n a lieu que sous très forte pression). Stabilité gravitation - pression de dégénéresence des neutrons. Réactions nucléaires: Désintégration beta (laboratoire terrestre) Désintégration beta inverse (gaz très dense): Transformation de p en n Objet compact, rotation rapide!! n " p + e # + $ e n + e " # p + $ e

26 20 km La nébuleuse et le pulsar du Crabe (cliché Kitt Peak, NOAO) À droite: clichés du pulsar (étoile à neutrons), pose env. 1 ms (on voit l apparition et la disparition du pulsar, période env. 33 ms)

27 Le devenir du noyau d une étoile de forte masse Toujours : établissement d équilibre si pression arrête contraction gravitationnelle. Quelle pression? Etoiles de très forte masse : pression de dégénérescence des électrons ne suffit pas pour équilibrer la gravitation. Implosion du cœur stellaire. Création d un cœur très compact. Si pression de dégénéresence des neutrons ne suffit pas pour équilibrer la gravitation: trou noir - objet si compact que même la lumière ne s en échappe pas. Analogie: énergie mécanique d une masse m lancée contre la gravitation du corps de masse M W = m 2 " 2 # GmM = cte. r Si W<0: objet n atteint pas l infini (ne s échappe pas du corps M) Vitesse de libération: W au moins = 0! Si M/r grand: υ L =c (même la lumière ne s échappe plus) - trou noir! " L 2 = 2GM r

28 Résumé: évolution des étoiles Etoile à neutrons trou noir Nuage de gaz froid Supernova Etoile (fusion... -> Fe) Contraction (gravitation) Naine blanche Contraction Etoile (fusion H -> He) Naine brune

29 La constitution de la matière au cours de l évolution des étoiles

30 Energie nucléaire et fabrication des noyaux Energie de liaison / Nucléon [MeV] 56 Fe = noyau le plus stable; fin de libération d énergie par fusion nucléaire Nombre de nucléons H, He dans l Univers proviennent des premiers instants (univers chaud/ dense, «big bang»). Les étoiles construisent, par fusion nucléaire, les noyaux jusqu au fer (56 nucléons). Départ : hydrogène. Noyaux lourds = «cendres» de la fusion nucléaire.

31 Energie nucléaire et fabrication des noyaux Fusion de 4 He T>10 8 K : 3( 4 He) 12 C + γ («triple alpha») : 4 He + 4 He + 95 kev 8 Be 8 Be + 4 He 12 C + γ (7,27 MeV) (Be instable, donc rare dans les étoiles). T > K : 12 C + 4 He 16 O + γ Etoile se compose de zones différents : - C, O (fusion au centre), - He (fusion coquille), - H (fusion coquille), - H (enveloppe inerte) C, O 4H 4 He 4 He C,O

32 Energie nucléaire et fabrication des noyaux De l hélium au fer Etoiles de forte masse (>(4-6) M S ): brèves périodes de fusion d éléments lourds, forte production de neutrinos 2 ( 12 C) 4 He, 20 Ne, 24 Mg (durée ~300 ans) 2 ( 16 O) 4 He, 28 Si, 32 S 2 ( 28 Si) 56 Ni 56 Fe (durée ~2 jours) Etoile constituée de différentes couches avec différentes compositions chimiques (voir exemple diapo précédente). Fin de la chaîne de libération d énergie par fusion lorsque noyau en 56 Fe Haute T (pour fusionner noyaux à forte charge) production de photons de très haute énergie Photo-désintégration des noyaux. Libération de neutrons. Collapse du cœur de l étoile, fusion explosive des noyaux légers restants, éjection des couches externes : supernova.

33 Les éléments chimiques: tableau de Mendeleïev

34 L origine des éléments plus lourds que le fer Big bang (A) + fusion stellaire (C) +??? (D) : d où viennent les éléments plus lourds que le Fe? la_physique/l_astrophysique_nucleaire/

35 L origine des éléments plus lourds que le fer Noyaux lourds : jusqu à Z=92, A=238 Fusion : exo-énergétique jusqu à A=56 (Fe, Ni) Peut produire A>56, mais faible probabilité de réaction (faible «section efficace»), répulsion coulombienne, photo-dissociation Constat : noyaux lourds contiennent de plus en plus de n. Libérées dans les phases explosives finales de l évolution stellaire. Capture des neutrons par les noyaux de Fe; fabrication de noyaux lourds sans barrière coulombienne. Les noyaux atomiques naturels Alonso & Finn, Fundamental University Physics

36 L origine des éléments plus lourds que le fer Capture d un neutron par un noyau : (Z,A)+n (Z,A+1)+γ Rappel: n libre instable; mais de plus en plus de n libérés lors des étapes de fusion de noyaux lourds. Deux classes de processus de capture: s («slow») : (Z,A)+n (Z,A+1) (Z+1, A+1) +n flux modéré de n, processus peut opérer dans géantes rouges dès que des réactions nucléaires dégagent des n. Produit noyaux avec nombres comparables de p et n. r («rapid») : (Z,A)+n (Z,A+1) +n (Z, A+2) requiert flux intense de n; processus explosif (qq secondes) lors des SN? Produit isotopes riches en n.

37 L origine des éléments plus lourds que le fer S-process Capture d un neutron lors d une faible irradiation neutronique, puis Série de captures de n (N N+1, Z=cte.) tant que l isotope formé est stable Désintégration β (N N-1, Z Z+1, A=cte.) quand isotope instable

38 Résumé: évolution des étoiles et formation des éléments chimiques Formation des étoiles : - contraction d un nuage froid, pourvu qu il soit suffisamment grand - chauffage, fragmentation, contraction des fragments - étoile (fusion H He) si T > 10 7 K - sinon : naine brune (fusion H 2 H), «planète» (dégénérescence) Evolution des étoiles : - séquence principale (fusion H, gros de la durée de vie), - fusions d éléments plus lourds ou naine blanche, - éjection des parties externes («enveloppe») - pour les étoiles de forte masse : supernova, étoile à neutrons, trou noir Formation des éléments chimiques : - à partir du H au noyau des étoiles - fusion jusqu à A=56 (Fe), réactions exoénergétiques - capture de neutrons pour A>56

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Résumé du 3 ème cours

Résumé du 3 ème cours Résumé du 3 ème cours Etoiles : masses gazeuses sphériques, équilibre hydrostatique différents types de pression : gaz parfait, pression du rayonnement, pression de dégénérescence Contraction sous l effet

Plus en détail

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS) VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE 1, 2, 3 Soleil!!! TITRE Rappels historiques - 1644 : Descartes imagine que le Soleil est une étoile comme les autres - Vers 1850, certains imaginent que le Soleil est constitué de charbon, mais sa durée

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Les étoiles. 2ème Partie

Les étoiles. 2ème Partie Université Lille 1 Licence Sciences de la Vie, de la Terre et de l Environnement UE Sciences de l'univers Introduction à l astronomie et à l'astrophysique Les étoiles 2ème Partie 1/25 Plan du cours I.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Le Soleil notre étoile Rudiments de physique stellaire

Le Soleil notre étoile Rudiments de physique stellaire Le Soleil notre étoile Rudiments de physique stellaire Roland Lehoucq CEA Saclay, Service d astrophysique Région de formation d étoiles LH95 du LMC (ESA/Hubble) Qu est-ce qu une étoile? Une grosse sphère

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

les éléments chimiques! les raies spectrales Josef Fraunhofer

les éléments chimiques! les raies spectrales Josef Fraunhofer les éléments chimiques évolution stellaire - le cycle de la matière La Terre dans l'univers 1 2 La Terre dans l'univers evolution Nucléosynthèse stellaire stellaire les raies spectrales - 1814 Josef Fraunhofer

Plus en détail

Les étoiles. Naissance, vie et mort

Les étoiles. Naissance, vie et mort Les étoiles Naissance, vie et mort Naissance : Les Piliers de la création On pensait qu il fallait une collision de galaxies pour avoir formation d étoiles, mais on sait maintenant que ce n est pas la

Plus en détail

GENERALITE CONVECTION

GENERALITE CONVECTION http://www.ff-sachsenhagen.de/images/webdesign/flamme.jpg GENERALITE CONVECTION n peu de physique de la transmission de la chaleur Hypothèse de travail : on est en régime stationnaire : la production de

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité énergie 1. Quelques rappels : puissance = durée Unité de la puissance : W (watt) Unité de l énergie : J (joule) Unité de la durée : s (seconde) Autres unités possibles : Production d électricité - la puissance

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle 1. Interaction gravitationnelle 1.1 Le système solaire Le système solaire est composé de l ensemble des astres autour du Soleil. Un étoile est une boule

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Chapitre III Le système Soleil-Terre-Lune I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Questions 1) Quel est le mouvement de la Terre sur elle-même et autour du soleil? Que représente la Terre pour

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

Petite promenade dans l Univers du chaud et du froid

Petite promenade dans l Univers du chaud et du froid Petite promenade dans l Univers du chaud et du froid Notre point de départ: la Terre et sa douceur Temp. moyenne: 16 C mais Temp. max: 58 C (air) (Libye, Vallée de la mort) Temp. min: -93 C La température

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

II. Vie et mort des étoiles : nucléosynthèse des éléments

II. Vie et mort des étoiles : nucléosynthèse des éléments II. Vie et mort des étoiles : nucléosynthèse des éléments Naissance d une étoile : 1) contraction gravitationnelle de matière «proto-étoile» ou étoile «T-Tauri» 2) contraction T nuage interstellaire hydrogène

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

Le Big-Bang, l hydrogène et l hélium

Le Big-Bang, l hydrogène et l hélium L ORIGINE DES ELEMENTS CHIMIQUES Tout ce qui nous entoure est constitué d atomes. Dans la nature, il existe 90 sortes d atomes chimiquement différents. On les appelle les éléments. Le Big-Bang, l hydrogène

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

VOYAGE AUX CONFINS DE L UNIVERSL

VOYAGE AUX CONFINS DE L UNIVERSL VOYAGE AUX CONFINS DE L UNIVERSL Fête de la Science 2005 Suzy Collin-Zahn LUTH, Observatoire de Paris-Meudon DECOUVRONS D ABORDD LES DISTANCES DANS L UNIVERS Quand on sort du systeme solaire, les distances

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Pourquoi une telle excitation?

Pourquoi une telle excitation? Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions

Plus en détail

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos LA COLLECTION w 1 w L atome 2 w La radioactivité 3 w L homme et les rayonnements 4 w L énergie 5 w L énergie nucléaire : fusion et fission 6 w Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 w Le cycle du

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile?

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? Sirius a une masse de,19 M A et une luminosité de 6, L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? astropixels.com/stars/sirius-01.html Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. Avec la

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum

Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum Une météorite exceptionnelle trouvée à Paris entre dans les collections du Muséum C est dans une manette, acquise aux enchères à l Hôtel Drouot en 2001, que M. J.-J. Corré trouve une roche noire, roulée

Plus en détail

S. Bourdreux L énergie des étoiles

S. Bourdreux L énergie des étoiles S. Bourdreux L énergie des étoiles Une étoile est une boule gazeuse dont la taille (plusieurs centaines de milliers de kilomètres) et la densité sont telles que la région centrale le cœur atteint la température

Plus en détail

Quelques mots sur l évolution stellaire et la matière dans

Quelques mots sur l évolution stellaire et la matière dans Quelques mots sur l évolution stellaire et la matière dans l Univers Loïc Villain LUTH, Paris-Meudon Observatory, France University of Alicante, Spain Loïc Villain (LUTH/DFA) November 2005 1 / 1 1 Sur

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mises en œuvre de ce qui est

Plus en détail

Information Technique

Information Technique Information Technique ATS-137-4 Fr Nouvelle amélioration de l apparence du verre Pilkington Energy Advantage Low-E Glass Pilkington Energy Advantage consiste d une couche très mince d un materiel polycristallin

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

La nature du Soleil et des étoiles

La nature du Soleil et des étoiles La nature du Soleil et des étoiles 1. Spéculations sur la nature du Soleil: avant la spectroscopie 2. Mesurer le Soleil: masse, luminosité 3. Soleil: durée de vie et source d énergie - idées du 19 ème

Plus en détail

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux Scénario de base Le gaz moléculaire se forme par

Plus en détail

Exercices de Cosmologie

Exercices de Cosmologie Master 1 & 2 Exercices de Cosmologie Distance angulaire 1/ Dans un univers Einstein de Sitter, exprimer la distance angulaire d un objet vu à l époque t, en fonction de z puis en fonction de t, l âge actuel

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Document 1: L'astronomie de l'invisible Les astronomes s'intéressent beaucoup aux rayonnements électromagnétiques appartenant aux domaines non visibles.

Plus en détail

III Présentation de l Univers

III Présentation de l Univers III Présentation de l Univers 3- L'élément chimique Exercices d'applications A- Entourer la (les) bonne(s) réponse(s) 1. Les éléments situés dans la 1 ère colonne de la classification : a) constituent

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Les très belles images du Soleil faites par Howard Eskildsen et que l on peut voir sur le site web du Alachua Astronomy Club

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail