La fusion nucléaire. Le confinement magnétique GYMNASE AUGUSTE PICCARD. Baillod Antoine 3M7 29/10/2012. Sous la direction de Laurent Locatelli

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fusion nucléaire. Le confinement magnétique GYMNASE AUGUSTE PICCARD. Baillod Antoine 3M7 29/10/2012. Sous la direction de Laurent Locatelli"

Transcription

1 GYMNASE AUGUSTE PICCARD La fusion nucléaire Le confinement magnétique Tokamak JET (http://www.isgtw.org/feature/small-sun-earth) Baillod Antoine 3M7 29/10/2012 Sous la direction de Laurent Locatelli

2 RÉSUMÉ Comment faire pour produire suffisamment d énergie pour les 9 milliards d habitants sur Terre annoncés fin 2050? Le pétrole s épuise, les énergies actuelles polluent trop l environnement. Les énergies renouvelables coûtent cher, et tous les pays ne peuvent assumer le budget nécessaire. Dans ce contexte de recherche d une nouvelle source d énergie abondante et non polluante, se trouve la fusion nucléaire. En effet, la fusion nucléaire serait une source d énergie immense et non polluante. Qu est-ce que la fusion nucléaire? Où et comment se produit la fusion nucléaire à l état naturel, et quelles sont les possibilités étudiées aujourd hui pour reproduire cette phénoménale source d énergie sur Terre? Comment les particules d un plasma sont-elles confinées dans un tokamak? Toutes ces questions font partie de la problématique de ce travail de maturité, et y trouvent leurs réponses. La fusion nucléaire est un phénomène qui consiste à la réunion de deux noyaux atomique en un seul noyau instable. Ce noyau éjecte ensuite au moins une particule ou un photon à haute vitesse, et donc avec une grande énergie, pour se désexciter. Cette énergie fait briller les étoiles, comme je le développerai dans la suite du travail. Et c est aussi une énergie que l homme souhaite maitriser par divers moyens sur terre. Plusieurs méthodes sont étudiées, telles que la fusion inertielle ou la fusion par confinement magnétique, avec notamment l étude des tokamaks, pour exploiter cette énergie sur Terre. Le tokamak est une machine en forme de tore qui utilise un confinement magnétique pour empêcher la disruption du plasma. À l aide de diverses méthodes de chauffage, un plasma est chauffé à plus de 150 millions de degrés kelvins en son sein, température à laquelle les réactions de fusion nucléaire se produisent. Pour conserver ce plasma et l empêcher de se disperser, il est utilisé plusieurs champs magnétiques. Le plus grand projet d étude des tokamaks se trouve à Cadarache, en France. Il s appelle ITER, et réunit de nombreux pays dans cette recherche de la fusion nucléaire maitrisée. À l aide de ces informations et des connaissances acquises lors de mon travail de maturité, j ai finalement tenté de réaliser une simulation numérique étudiant la position d une particule à l intérieur d un tokamak en fonction du temps. Pour ce faire, j ai utilisé les données du futur réacteur ITER, et l ai programmé à l aide du langage de programmation fortran. Malheureusement, les résultats obtenus n ont pas été concluants. En effet, j ai observé que la particule présente dans le tokamak se fait éjecter hors de celui-ci très rapidement. Plusieurs explications sont possibles. Une faute de calcul, un mauvais choix des constantes de départ, ou encore des approximations trop inexactes peuvent en être la cause. J ai aussi interviewé deux personnes, l une pour la fusion nucléaire, l autre ayant un peu plus de peine à y croire. Ces interviews figurent en annexe. Leurs avis m ont permis de prendre du recul par rapport à cette fusion nucléaire, et de prendre en compte un avis plus global. En effet, en plus du plan purement technique, nous avons parlé du plan économique, de la sûreté de la fusion nucléaire et de sa rentabilité. Tout ceci m a permis de me forger mon propre avis par rapport à la fusion nucléaire. Je pense donc que la fusion nucléaire sera un jour possible sur Terre, mais elle risque d être trop onéreuse. En effet le prix des installations, de leur entretien, et du stockage des déchets est énorme. 2

3 SOMMAIRE Résumé Introduction Choix du sujet Problématique Méthodologie Principe de la fusion nucléaire Principe général Les 4 forces fondamentales La barrière Coulombienne L interaction forte L effet tunnel La radioactivité La fusion à l état naturel La création d une étoile La fusion de l hydrogène, ou réaction proton-proton La pression de radiation Vie et mort de l étoile La fusion nucléaire sur terre La fusion par confinement magnétique La structure du plasma Le chauffage du plasma Le confinement magnétique Configuration fermée de type tokamak Difficultés rencontrées Extraction de l energie La fusion inertielle Principe d une installation laser Difficultés rencontrées

4 4.3 Combustibles Simulation numérique Introduction Calculs Calculs des Coordonnées des champs magnétiques Recherche de la position et de la vitesse après un pas de temps Programmation Résultats Discussion Conclusion Bibliographie Livres Sites internet References Annexes Annexe 1 Programme «tokamak» Annexe 2 - Interview de m. y. depeursinge Annexe 3 - interview M. m. gardon Remerciements

5 1 INTRODUCTION 1.1 CHOIX DU SUJET La problématique concernant la pollution de l environnement est très présente à notre époque. Nous polluons de plus en plus notre environnement avec des énergies fossiles, et la demande en énergie ne fait qu augmenter. De plus, nous arrivons bientôt à l épuisement des stocks planétaires de pétrole. Quelles énergies pourrait-on utiliser pour donner à une population grandissante assez de ressources pour pouvoir s éclairer, se chauffer, cuisiner, vivre, sans pour autant polluer la planète à outrance? Une telle énergie existe-t-elle? Ces questions, tout le monde se les pose, et la fusion nucléaire est l une des réponses que l ont peut y apporter. De nombreuses recherches sont en cours sur ce sujet. La création d ITER, en France à Cadarache, en est l une des plus ambitieuses. Enormément d investissements, venant de la communauté internationale, sont concentrés sur ce projet. La fusion est donc au cœur de l actualité scientifique, avec des enjeux politiques, et économiques et surtout, un défi technique, en particulier en ce qui concerne la fusion par confinement magnétique. L une des méthodes les plus prometteuses pour produire cette fusion par confinement magnétique est le tokamak. Il pourrait être la solution à tous les problèmes environnementaux ; en effet, il est sensé être une source d énergie fiable, abondante et non polluante. Cependant, des voix s élèvent contre la fusion nucléaire. Certains pensent que c est dangereux, d autres que trop d investissements sont concentrés sur ce domaine de recherche au détriment des autres. Certains pensent que c est irréalisable, ou encore qu elle est autant polluante que la fission nucléaire. Qui dit vrai? La fusion sera-t-elle un jour réalisable dans une dimension industrielle? C est pour ces raisons que j ai décidé d orienter mon travail de maturité sur la fusion nucléaire, et en particulier les tokamaks. Nos investissements sont-ils justifiés? La fusion pourra-t-elle remplacer nos énergie polluantes dans le cours du XXIème siècle? 5

6 1.2 PROBLÉMATIQUE Il nous faudra en premier comprendre comment fonctionne la fusion nucléaire. À l état naturel, les étoiles recourent à ce phénomène continuellement pour produire leur énergie. Comment se produit une réaction de fusion nucléaire à l état naturel? En second lieu, il faudra étudier comment recréer cette fusion nucléaire sur Terre. Quelles sont les solutions possibles pour pouvoir produire de l énergie à partir de la fusion nucléaire sur Terre? On verra qu une des solutions les plus élaborée à ce jour est la fusion par confinement magnétique, utilisée dans les tokamaks. Nous serons alors au cœur du sujet : les tokamaks. Comment fonctionne un tokamak? On verra que pour produire une fusion nucléaire dans un tokamak, il faut chauffer un plasma à plus de 150 millions de degrés kelvins. Quelles sont les méthodes de chauffage possibles? Une température de 150 millions de kelvins est énorme ; le plasma sera donc très agité. Quel type de champ magnétique faut-il utiliser pour confiner un plasma d une telle température? Finalement, à l aide d une simulation numérique, nous observerons l évolution de la position d une particule dans un tokamak en fonction du temps. Nous pourrons ainsi vérifier théoriquement si une particule du plasma reste bel et bien dans un tokamak avec une méthode de confinement magnétique. Le confinement d une particule est-il vraiment assuré par un confinement magnétique? Après avoir compris le fonctionnement d un tokamak, nous aurons une vue d ensemble plus claire à propos de la possibilité, de tirer profit de la fusion nucléaire à l échelle industrielle dans un futur proche. Les avis contre la fusion seront alors plus faciles à comprendre. Quels sont les avis contre la fusion nucléaire, et lesquels sont fondés? 1.3 MÉTHODOLOGIE Pour rédiger mon travail de maturité, je me suis tout d abord renseigné sur la théorie de la fusion dans les différentes bibliothèques à ma disposition. Beaucoup d ouvrages sont soit très compliqués, soit en anglais, soit les deux, et il m a fallu chercher et trier pour trouver des livres d un bon niveau de vulgarisation. Internet reste lui aussi une source d informations intéressante, malgré une réputation parfois négative. J ai aussi visité la maison des énergies à Fessenheim, ainsi que la centrale à fission nucléaire de Goesgen, pour pouvoir me familiariser avec la physique nucléaire. Toutes ces sources d informations m ont permis de me renseigner sur les possibilités de fusion nucléaire sur Terre, et c est après cette période de renseignements que j ai décidé d orienter mon travail de maturité sur les tokamaks. 6

7 2 PRINCIPE DE LA FUSION NUCLÉAIRE 2.1 PRINCIPE GÉNÉRAL 1 Dans ce chapitre, nous allons rapidement énoncer les principes de base de la fusion nucléaire. Elle se produit lorsque deux noyaux se rejoignent, et se mêlent l un à l autre. Il est alors dit qu ils ont fusionné, pour former ensuite un noyau plus lourd, radioactif et très instable. Pour devenir plus stable, ce noyau va éjecter une ou plusieurs particules à grande vitesse, ou de la lumière, comme nous le verrons dans le chapitre dédié à la radioactivité 2 Cette énergie cinétique est récupérable, et transformable en électricité selon les mêmes principes que les centrales à fission que nous connaissons aujourd hui (alternateur entraîné par une turbine à vapeur). Ci-dessous un exemple de réaction de fusion nucléaire : (ici, une réaction deutérium (!!)-tritium (!!))!!!!!!!!"!!!!"#$%&#! La réaction donne un noyau d hélium 4 (!"), un neutron n et de l énergie. En orange : les protons En gris : les neutrons Figure 1 : Réaction deutérium tritium. (référence [1]) Ce qui n est pas clairement explicité dans cette formule, est le fait que la fusion donne d abord un noyau d hélium 5, radioactif, qui se désintègre presque instantanément en un noyau d hélium 4, le neutron et l énergie cinétique associée à ceux-ci. Nous y reviendrons dans le chapitre dédié à l extraction de l énergie 3. 1 D après [2], [A], [C], [E] 2 Cf. chapitre 2.2 La radioactivité. Pp Cf. chapitre Extraction de l énergie. Pp.22 7

8 2.1.1 LES 4 FORCES FONDAMENTALES Notre Univers existe notamment grâce à quatre forces fondamentales, aussi appelées interactions fondamentales : La gravitation : c est la force qui explique pourquoi deux corps ayant une masse s attirent. Elle a une portée infinie, bien que son effet devient négligeable lorsque les masses en question deviennent infinitésimales, ou lorsque la distance devient grande. La force électromagnétique : c est à elle que l on doit l électricité et le magnétisme. Elle a une portée infinie. L interaction forte : explique la cohésion des noyaux atomiques, et donc l existence de la matière. Elle a une portée d environ!"!!" [m], soit d un femtomètre. L interaction faible : permet d expliquer une certaine forme de radioactivité (Beta). Elle a une portée de!"!!" [m], soit d un attomètre. Dans ce travail, nous n allons considérer que les rôles de l interaction forte et la force électromagnétique. En effet, au niveau atomique, la force gravitationnelle est insignifiante, et par souci de vulgarisation, nous n allons pas aborder l interaction faible dans ce travail (nous ne développons pas les théories qui permettent d expliquer la radioactivité à l aide de l interaction faible) LA BARRIÈRE COULOMBIENNE 4 Comme nous l avons vu dans le chapitre dédié au principe général 5, les noyaux de deux atomes doivent se rencontrer pour fusionner. Or, la force électromagnétique agît sur les deux noyaux, et s oppose à ce rapprochement. Effectivement, le noyau d un atome est constitué de protons (positivement chargés) et de neutrons (neutre). Le noyau est donc positivement chargé, et, lorsque deux noyaux se rapprochent, ils subissent une force de répulsion électrique, dont la norme est donnée par!!!!!!!!! [1] où k est une constante!!!!!!!!"!!!!!!!,!!!!et!!! sont les charges électriques des deux noyaux en [C], et d est la distance les séparant en [m]. On voit très clairement que plus la distance devient petite, plus la force grandit. On peut calculer, à titre d exemple, la force ressentie par deux corps chargés lorsqu ils se trouvent à un micromètre (!!!!!!!"!!!!!) l un de l autre. Prenons la réaction Deutérium-Tritium (D-T). Le deutérium et le tritium sont deux isotopes de l hydrogène, ayant respectivement un neutron et un proton, et deux neutrons et un proton. Nous avons :!!!!!!!!!"#!!"!!".!!!!!!!!"!!!!!!"#!!"!!"!!!!"!!!!!!!!"!!"!!"!!! Une force élevée pour les deux noyaux et, lorsque les charges vont encore se rapprocher, elle va encore augmenter. Il faut donc fournir une très grande énergie cinétique aux noyaux pour qu elles puissent se rapprocher. Cette «barrière électromagnétique» est appelée la barrière coulombienne.il faut que les corps chargés franchissent cette barrière coulombienne afin de subir l interaction forte, et ainsi fusionner. Pour cela, il faut les chauffer (comme dans les tokamaks), et/ou leur faire subir une grosse pression (comme dans les étoiles). 4 D après [1] 5 Cf. Chapitre 2.1 Principe général. Pp.7 8

9 2.1.3 L INTERACTION FORTE Comment les noyaux restent-ils ensemble? Effectivement, les noyaux sont composés de protons et de neutrons, et les protons ont tendance à se repousser. Le noyau, uniquement à cause de la force électromagnétique (force de Coulomb 6 ), ne devrait pas rester soudé. Pourtant, les protons et les neutrons du noyau restent ensemble, ce qui montre qu une autre force existe à l échelle nucléaire : l interaction forte. Son domaine d action est de l ordre du femtomètre, soit!"!!"!!!. Puis, plus les particules se rapprochent, plus elle devient faible. De plus, elle est attractive, et s oppose donc à la force de Coulomb. On comprend que dès que deux noyaux sont assez proches pour que l interaction forte puisse faire effet, la force de Coulomb est surpassée et les deux noyaux fusionnent. Selon la mécanique classique,il faudrait une énergie phénoménale pour que les deux noyaux puissent se rapprocher à un femtomètre l un de l autre. Par contre, dans la mécanique quantique, un phénomène appelé «effet tunnel» permet d obtenir le même résultat avec une énergie plus faible L EFFET TUNNEL 7 L effet tunnel est un phénomène physique décrivant la probabilité qu a une particule de se «téléporter». Prenons l exemple suivant pour se le représenter 8 : Imaginons vouloir lancer une balle de tennis de l autre coté d un mur assez élevé. Pour y arriver, il faut la lancer assez fort pour qu elle puisse passer par dessus le mur. Il se présente alors deux cas : Soit nous l avons lancée assez fortement, et elle passe par dessus le mur. Soit au contraire, nous ne l avons pas lancée assez fortement, et elle retombe de notre coté du mur. Maintenant, imaginons le même cas, mais avec le noyau d un atome. En physique quantique, nous ne pouvons pas définir avec exactitude la position du noyau à un moment donné comme nous pourrions le faire avec notre balle de tennis. Nous parlons alors de probabilité de présence, et la position du noyau est représentée par un nuage. Dans notre exemple, c est comme si nous voulions lancer un ensemble de balles de l autre côté du mur. À nouveau, il se présente deux cas : Soit plus de 50% des balles de tennis ont rebondi sur le mur et reviennent vers nous. Nous considérons alors que les balles ne sont pas passées de l autre coté du mur. Soit plus de 50% des balles de tennis passent le mur, et nous considérons que les balles sont passées. Dans le cas de notre noyau d atome lancé contre le «mur» (ici la barrière coulombienne), le nuage (représentant le noyau) va se scinder en deux, et si plus de 50% de ce nuage reste de notre coté de la barrière coulombienne, le noyau ne passe pas et est repoussé. Par contre, si notre nuage passe à plus de 50% de l autre coté du mur, on dit alors que la totalité du nuage a passé le mur. La partie du nuage restée 6 Cf. Chapitre La Barrière Coulombienne. Pp.8 7 D après [G] 8 Exemple tiré de [G] 9

10 de l autre coté du mur se serait «téléportée» de l autre coté de la barrière, comme si elle passait à travers un tunnel, d où le nom d effet tunnel. Nous voyons dans le graphique suivant la différence entre une particule suivant un chemin dit «classique» et une particule suivant un chemin «quantique», et qui bénéficie donc de l effet tunnel. Dans le deuxième cas, on voit clairement que moins d énergie est nécessaire à la particule pour passer la barrière coulombienne. Figure 2 : Représentation graphique de l effet tunnel. (référence [2]) Après avoir passé cette barrière coulombienne, les noyaux sont soumis à l interaction forte 9 (en rouge sur la figure 2, domaine où l interaction forte agit), ils vont pouvoir se rapprocher, se rencontrer et fusionner en un nouvel atome. 9 Cf. chapitre L interaction forte. Pp. 9 10

11 2.2 LA RADIOACTIVITÉ Dans la nature, il existe des noyaux dit instables. La caractéristique d un noyau instable est qu il a un excès de protons ou de neutrons, ou les deux. Un tel noyau a alors tendance à se transformer en un autre noyau, stable ou non, en désintégrant un ou plusieurs protons ou neutrons. La désintégration de ces composants produit des rayonnements. Ces rayonnements sont des particules émises avec une grande énergie. C est ce qu on appelle la radioactivité. Il existe différents types de radioactivité, que nous allons énoncer ci-dessous : La radioactivité alpha : Le noyau cherche à devenir plus stable en émettant un noyau d hélium, c est à dire deux protons et deux neutrons, appelé particule alpha. La radioactivité Beta : Le noyau cherche à devenir plus stable en transformant un de ses protons en neutron ou l inverse, en émettant un électron ou un positron. Ce phénomène se produit grâce à l interaction faible. C est cette forme de radioactivité que nous rencontrons dans la désintégration du tritium, potentiel combustible pour la fusion nucléaire. En effet, le tritium émet un électron lorsqu il se désintègre en hélium 3. La radioactivité gamma : Il se produit souvent après une désintégration alpha ou beta. En effet, le noyau se retrouve avec trop d énergie, et pour se désexciter, il émet un rayonnement gamma, c est à dire un photon de haute énergie. La radioactivité est naturelle, et l homme la crée aussi artificiellement dans le but de produire de l électricité, dans les centrales à fission nucléaire. En effet, les émissions radioactives transportent l énergie produite sous forme cinétique lors d une fission nucléaire. Et il se passe la même chose lors d une fusion nucléaire. Cette énergie est donc récupérable, et transformable en électricité. 11

12 3. LA FUSION À L ÉTAT NATUREL 10 Les étoiles sont les seuls éléments connus de l univers où la fusion nucléaire se produit naturellement. Leur énergie est produite par ce phénomène physique. Il est donc essentiel d étudier le phénomène naturel avant d essayer de le reproduire sur Terre. 3.1 LA CRÉATION D UNE ÉTOILE À la création de l Univers, une grande quantité d hydrogène, qui est l atome le plus simple et le plus léger a été créée. De grands nuages d hydrogène se sont alors formés dans l Univers sous l effet de la gravitation. Petit à petit, ils se sont resserrés sur eux-mêmes, ce qui a pour effet d augmenter la pression, et donc la température à l intérieur du nuage. Lorsque la température du nuage dépasse les dix millions de kelvins, les noyaux d hydrogène ont assez d énergie pour pouvoir fusionner. Le nuage devient alors une étoile. Pendant tout le processus de fusion de l hydrogène, des rayons gammas et des photons à haute énergie sont émis. Ces émissions engendrent une pression radiative 11, qui va à l encontre de la force de gravitation. Lorsque les deux forces se compensent, l étoile atteint un équilibre qui est assuré jusqu à ce que la quasi totalité de l hydrogène ait fusionné. 3.2 LA FUSION DE L HYDROGÈNE, OU RÉACTION PROTON-PROTON Une fois atteint les dix millions de kelvins, l hydrogène fusionne selon les réactions suivantes (réf [3]), appelées réactions proton-proton :!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Avec H l hydrogène, He l hélium,!! un positron (c est un électron avec une charge électrique positive), v un neutrino et y un rayon gamma. On voit ici que des rayonnements gamma sont produits. Ce sont eux qui sont responsables de la pression radiative, empêchant l étoile de s effondrer sur elle-même sous l effet de la gravitation. 10 D après [2] 11 Cf. chapitre 3.3 La pression de radiation, pp.13 12

13 Figure 3 : Réactions de l hydrogène. (référence [3]) Pour se rendre compte du nombre de réactions à l intérieur du Soleil, nous pouvons, à l aide de la très connue formule!!!!!!, estimer que le Soleil transforme chaque seconde 600 millions de tonnes d hydrogène en 595,5 millions de tonnes d hélium 12, le reste étant transformé en positrons (antiélectron, c est à dire un électron avec une charge positive) et photons. 3.3 LA PRESSION DE RADIATION La pression de radiation est une pression exercée sur une surface par un rayonnement électromagnétique. Dans le cas d une étoile, les rayonnements gammas émis lors des réactions de fusion sont des rayonnements électromagnétiques, et produisent donc une pression de radiation qui se calcule de la manière suivante [F]:!!!!!!!!! Où Pr est la pression de radiation en pascal [Pa],! la constante de Stefan-Boltzmann :!!!!!"!!"!!!!!!!!!!!, T la température absolue du rayonnement en Kelvins [K] et c la vitesse de la lumière :!!!!!"!!!!!. On remarque que la pression radiative augmente à la puissance quatrième de la température, d où son importance à l intérieur des étoiles. 12 Tiré de [4], pp

14 3.4 VIE ET MORT DE L ÉTOILE Lorsqu une étoile a épuisé tout son combustible, les réactions de fusion de l hydrogène s arrêtent ; la pression de radiation diminue. La force de gravitation reprend alors le dessus et l étoile s effondre à nouveau sur elle-même. Deux cas se différencient en fonction de la masse de l étoile. La limite entre les deux cas se situe aux environs de la masse du Soleil. L étoile a une masse égale ou plus petite que celle du Soleil. Sa masse ne sera alors pas suffisamment grande pour permettre la fusion d atomes plus lourds, l astre va donc mourir. L étoile a une masse plus grande que celle du Soleil. Elle va s effondrer, jusqu à ce que la température soit suffisamment élevée (par augmentation de la pression) pour que les réactions de fusion de l hélium s amorcent. Il y a alors un nouvel équilibre qui se crée, et qui dure jusqu à ce que la réaction de fusion de l hélium se termine. Alors le processus se répète (effondrement de l étoile, hausse de la température suite à l augmentation de la pression, atteinte d un nouvel équilibre) pour amorcer la fusion d atomes plus lourds et ainsi de suite. En conclusion, plus la masse de l étoile est grande, plus elle aura une force gravitationnelle importante. Ainsi sa pression et donc sa température seront plus grandes, ce qui permettra la fusion d atomes plus lourds. En définitive, l étoile crée de nouveaux éléments de plus en plus lourds. «On assiste ainsi successivement à la combustion de l'hélium qui forme du carbone :(Z = 6) ; à celle du carbone qui donne du néon (Z = 10), du sodium (Z =11) et du magnésium (Z = 12) ; puis à celle du néon qui va donner de l'oxygène (Z = 8) ; de l'oxygène qui va donner du silicium (Z = 14) ; enfin du silicium qui nous amène au fer (Z = 26 )»13. Au delà d un numéro atomique supérieur au fer, aucune réaction n est énergétiquement rentable, et toutes les réactions s arrêtent. On assiste alors à la mort de l étoile. On comprend qu une réaction de fusion nucléaire entre des noyaux lourds demande plus d énergie et de pression qu une réaction entre noyaux légers. En effet, plus le noyau est lourd, plus il contient de protons et plus sa charge électrique est grande. Ainsi, la barrière coulombienne 14 devient plus importante. C est pourquoi il est envisagé la fusion de noyaux légers sur Terre. 13 Tiré de [D] 14 Cf. Chapitre la barrière coulombienne. Pp 8 14

15 4. LA FUSION NUCLÉAIRE SUR TERRE 15 Comme nous l avons vu dans le chapitre dédié au principe général 16, les réactions de fusion nucléaire fournissent énormément d énergie, par éjection de particules à grande vitesse, C est pourquoi de nombreuses recherches sont faites pour recréer ce phénomène physique sur Terre, et ainsi produire de l électricité. En effet, la fusion nucléaire serait une source d énergie propre et abondante, et résoudrait beaucoup de problèmes, comme le dit M. Yves Depeursinge dans son interview : «Moi je suis convaincu que si on arrive à mettre au point cette source d énergie [la fusion nucléaire], effectivement nous aurions une source d énergie quasi infinie, sans danger majeur. Prenons le problème de l eau. Il y a de l eau sur Terre, sauf majoritairement salée. On peut la déssaliniser, mais il faut de l électricité. Il suffirait de quelques centrales à fusion nucléaire au bord de la mer pour assurer un approvisionnement gigantesque en eau douce!» 17 Plusieurs possibilités sont étudiées, qui utilisent deux façons distinctes de recréer la fusion nucléaire. L une est la fusion par confinement magnétique, l autre est la fusion dite inertielle. 4.1 LA FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Pour pouvoir fusionner, les noyaux doivent avoir une grande énergie 18 cinétique. Sur Terre, nous ne pouvons pas atteindre la pression que subissent les atomes à l intérieur d une étoile, et qui leur permet de fusionner. Il nous faut donc une température plus élevée, environ dix fois plus élevée que celle à l intérieur du soleil, soit 100 à 150 millions de kelvins. À de telles températures, les électrons sont arrachés aux atomes qui sont alors ionisés. On a alors un mélange d ions et d électrons appelé plasma. Différentes méthodes ont alors été développées pour produire un plasma LA STRUCTURE DU PLASMA Le plasma est considéré comme le 4ème état de la matière après l état solide, liquide et gazeux. Il est obtenu en chauffant la matière à des températures extrêmement élevées. En effet, plus on chauffe de la matière, plus les électrons composant les atomes de la matière sont excités et bougent vite. À une température suffisante, les électrons se détachent du noyau de l atome. Les atomes sont alors ionisés et le mélange ions-électrons constitue précisément ce qu on appelle un plasma. Il faut préciser que le noyau ne se sépare pas sous l effet de la chaleur et garde sa cohésion, grâce à l action de l interaction forte 19. Un plasma est donc de la matière partiellement ou totalement ionisée. Les noyaux des atomes «flottent» dans un «bain» d électrons. La charge du plasma est globalement neutre, mais des particules positives (noyaux des atomes) et négatives (électrons des atomes) se déplacent librement en son sein. On remarque alors une propriété du plasma importante : puisqu il est ionisé, il devient conducteur d électricité. 15 D après [A], [B], [C] 16 Cf. Chapitre 2.1 Principe général. Pp.7 17 Cf. Annexe 2. Interview de M. Y. Depeursinge. Pp Cf. Chapitre 2.1.2, La barrière Coulombienne. Pp.8 19 Cf. Chapitre L interaction forte. Pp.9 15

16 4.1.2 LE CHAUFFAGE DU PLASMA 20 Une première difficulté à l obtention de la fusion nucléaire sur Terre apparaît lorsqu on veut chauffer un gaz à plus de 100 millions de degrés kelvins. Comment atteindre une telle température? CHAUFFAGE OHMIQUE 21 Le but de cette méthode de chauffage est de chauffer le plasma en le faisant parcourir par un très fort courant électrique. Pour créer ce courant électrique, on utilise la loi d induction de Faraday. Elle nous dit que la variation du flux d un champ magnétique produit une tension induite :!!!"!!!!!!!!! où!!"# est la tension induite et!!!!! la dérivée du flux du champ magnétique en fonction du temps. Il est donc possible, à l aide d un champ magnétique extérieur variable, de créer un courant induit dans le plasma. En effet, par la loi d Ohm :!!"#!!!"#!! (où!!"# le courant induit et R la résistance opposée au courant). Or, le plasma a une résistance non nulle, et la résistance qu il oppose au courant va le chauffer par effet Joule. De ce fait, une puissance thermique est produite :!!"!!!!! (où!!" est une puissance thermique, R la résistance qui s oppose au courant I). Cette puissance thermique vaut donc, après simplification :!!"!!!!!!!!!!"#! Mais cette méthode de chauffage a des limites. En effet, plus le plasma se chauffe, moins sa résistance est grande, et donc la puissance thermique produite diminue. Aux alentours de 20 millions de kelvins, la chaleur produite est négligeable, et d autres méthodes de chauffage doivent prendre le relais CHAUFFAGE PAR INJECTION DE PARTICULES NEUTRES Une autre méthode de chauffage est l injection de particules ayant une très grande énergie cinétique dans le plasma. Pour accélérer les particules, il est nécessaire qu elles portent une charge. À l extérieur du plasma, la particule passe entre deux plaques ayant des tensions électriques différentes produisant un champ électrique!. La particule subit donc une force électrique! qui l accélère. On a!!!!! Le problème est que la particule chargée est déviée de sa trajectoire par les puissants champs magnétiques destinés à confiner le plasma 22, et ne peut donc jamais atteindre celui-ci. Il faut donc enlever la charge de la particule, en utilisant un neutralisateur. 20 D après [2] 21 D après [1] 22 Cf. Chapitre La force de Lorentz. Pp.17 16

17 Un neutralisateur est un gaz à faible pression où les particules peuvent récupérer leurs électrons, et donc obtenir une charge neutre. Ce gaz doit nécessairement être à basse pression, afin de ne pas trop ralentir les particules. Puisque le gaz est à faible pression, toutes les particules accélérées ne peuvent pas être neutralisées. Celles portant encore une charge se font alors dévier par les champs magnétiques confinant le plasma. Finalement, les particules neutres peuvent entrer dans le plasma, afin de lui transmettre leur grande énergie cinétique, ce qui va le chauffer CHAUFFAGE PAR ONDE Cette méthode de chauffage est semblable à celle des micro-ondes. En produisant des ondes électromagnétiques qui traversent le plasma, celui-ci est excité et gagne de l énergie, ce qui augmente sa température LE CONFINEMENT MAGNÉTIQUE 23 Grâce à ces trois méthodes de chauffage, les 150 millions de degrés nécessaires à la fusion nucléaire peuvent être atteints. Mais, aucun matériau ne peut supporter une telle température. Il faut donc trouver un moyen de confiner le plasma. En effet le plasma, pour qu il puisse être exploité, doit rester confiné un certain temps sans toucher les parois de la machine, sinon il risque d être refroidi. On utilise alors les propriétés du plasma et des champs magnétiques puissants afin de le confiner LA FORCE DE LORENTZ Une particule chargée en mouvement, lorsqu elle entre dans un champ magnétique, subit une force appelée force de Lorentz. Cette force s applique perpendiculairement au champ magnétique et à la vitesse de la particule.!!"#$%&!!!!!!! Où q la charge de la particule en coulomb [C], v sa vitesse en mètre par seconde [m/s] et B le champ magnétique dans lequel pénètre la particule en Tesla [T]. Une particule q ayant une vitesse v, lorsqu elle rentre dans un champ magnétique B (zone violette sur la figure 4), se fera dévier de la manière suivante : 23 D après [1] 17

18 Figure 4: trajectoire d une particule dans un champ magnétique. (référence [6]) Imaginons maintenant que la vitesse! de la particule ne soit pas parfaitement perpendiculaire au champ magnétique!. Nous pouvons la décomposer en une partie perpendiculaire!! et une partie parallèle!! au champ magnétique. La composante perpendiculaire se fait dévier par la force de Lorentz, et la particule suit un mouvement circulaire uniforme. Quant à la composante parallèle, elle n est pas influencée par le champ magnétique, et la particule continue son chemin selon un mouvement rectiligne uniforme. La combinaison des deux mouvements donne donc un mouvement hélicoïdal, le long de la ligne de champ magnétique, comme nous le voyons dans la figure 5. C est précisément ce que les particules du plasma sont sensées faire. Figure 5 : trajectoire hélicoïdale d une particule pénétrant dans un champ magnétique (référence [7]) 18

19 On comprend alors qu une configuration fermée en forme de tore (anneau) est la mieux adaptée pour confiner le plasma. Mais cette configuration a un défaut : les particules, en tournant, subissent un effet centrifuge qui, combiné au fait que le champ magnétique est légèrement plus intense au centre du tore, les fait dévier vers les extrémités du tore jusqu à qu elles touchent les bords. Pour éviter cette situation, il est nécessaire d ajouter un deuxième champ magnétique, appelé champ poloïdal, faisant des cercles autour du tore, et qui empêche le plasma d en toucher les bords. On obtient un champ du type suivant : Figure 6 : En haut à gauche champ toroïdal, en haut à droite champ poloïdal et en bas champ magnétique final. (référence [8]) En rouge : bobines externes, formant le champ toroïdal. En bleu, les lignes du champ magnétique. En jaune, le plasma. Dans la figure en haut à droite, on remarque qu aucune bobine n est nécessaire pour produire le champ magnétique poloïdal. En effet ce champ magnétique est créé par le courant circulant dans le plasma, luimême induit par un autre champ magnétique extérieur CONFIGURATION FERMÉE DE TYPE TOKAMAK 24 Les deux russes Igor Tamm et Andreï Sakharov, au début des années 1950, inventent le tokamak. C est est un réacteur expérimental de fusion nucléaire par confinement magnétique. Le mot tokamak vient de la langue russe : «!"#"$%&'()&* +&,-#&.,&/)$!)0,$ +&!12+&,$» : toroïdalnaïa kamera s magnitnymi katushkam. En français, chambre toroïdale avec bobines magnétiques D après [2] 25 D après [F] 19

20 Dans un tokamak, le plasma est confiné par la combinaison d un champ toroïdal et d un champ poloïdal 26, dans une chambre à vide, dans le but de créer de l électricité par fusion nucléaire. Le plus grand projet de tokamak est ITER, en construction en France, à Cadarache. Dans un tokamak, le champ poloïdal est créé par un courant circulant à travers le plasma. Ce courant est généré par un champ magnétique externe, comme pour le chauffage ohmique. Selon la loi d ampère :!!!!!!!!!!!"#$%& où!! est le «chemin» enlaçant les courants!!"#$%&, B est le champ magnétique engendré par les courants!!"#$%&,!! la perméabilité du vide (!!!!"!!"!!!!"!!!!!!!!!!!), et!!"#$%& sont les courants passant dans le chemin!. L avantage de cette méthode est qu elle ne nécessite pas de bobine extérieure supplémentaire, ce qui simplifie grandement la machine. L inconvénient est, que pour créer les courants!!"#$%&, il faut une variation du champ magnétique extérieur. Le champ externe ne fait alors qu augmenter. Comme nous ne pouvons pas faire de champ magnétique infini, le tokamak doit s arrêter à un certain moment, et ne peut pas fonctionner de manière continue. Pour remédier à cet inconvénient, un autre domaine de recherche existe, celui des stellarators. Dans un stellarator, le champ poloïdal est créé par des bobines. Ainsi, une utilisation continue de la machine devient possible. Par contre, la machine est nettement plus complexe, comme on peut le voir sur le schéma suivant : Figure 7: Schéma d un stellarator. (référence [9]) En bleu : les bobines, et orange : le plasma. 26 Cf. Chapitre La force de Lorentz. Pp 17 20

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant

La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant La fusion thermonucléaire: une promesse d énergie inépuisable Iter : la voie, le chainon manquant Une centaine de kilos d un combustible inépuisable permettra, dès la seconde moitié du 21e siècle, de produire

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Conférence du 19 mai 2006 rue Jean Goujon, 19h certitudes et incertitudes sur la fusion nucléaire - rôle d ITER

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Fusion par confinement magnétique : défis liés aux instabilités et à la turbulence plasma

Fusion par confinement magnétique : défis liés aux instabilités et à la turbulence plasma Fusion par confinement magnétique : défis liés aux instabilités et à la turbulence plasma Etienne GRAVIER Conférences Énergie / Plasmas - École des Mines - 23 mai 2014 Équipe Plasmas Chauds Institut Jean

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

ITER et la fusion. R. A. Pitts. ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France

ITER et la fusion. R. A. Pitts. ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France ITER et la fusion R. A. Pitts ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France This report was prepared as an account of work by or for the ITER Organization. The Members of the Organization

Plus en détail

ITER : LE CHEMIN VERS LES RÉACTEURS DE FUSION

ITER : LE CHEMIN VERS LES RÉACTEURS DE FUSION Fiche N 16 Ind. 6 du 17 mars 2014 GASN ASSOCIATION DES RETRAITÉS DU GROUPE CEA GROUPE ARGUMENTAIRE SUR LE NUCLÉAIRE ITER : LE CHEMIN VERS LES RÉACTEURS DE FUSION Grâce aux études de recherche et de développement

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 DS S THÈME OBSERVER/COHÉSION DE LA MATIÈRE/ Page / NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 a) Établir la formule de Lewis du cyanure d hydrogène Configurations électroniques

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile?

Sirius a une masse de 2,19 M A et une luminosité de 26,2 L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? Sirius a une masse de,19 M A et une luminosité de 6, L A. Quelle est la durée de vie de cette étoile? astropixels.com/stars/sirius-01.html Apprenez comment résoudre ce problème dans ce chapitre. Avec la

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE

INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE I) PRINCIPE Considérons l'énergie de liaison par nucléons pour différents noyaux (Fig. I.1). En examinant la figure I-1, nous constatons que deux types de réactions

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées /

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées / / Dossier Pédagogique / / exposition / / le Soleil et ses énergies / / Observation du Soleil / / Le solarscope / Utilisation Observation du soleil avec le solarscope (par temps beau!). Placez correctement

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

Energie, puissance et production d énergie

Energie, puissance et production d énergie Energie, puissance et production d énergie Le skateur Un skateur part, à l arrêt du haut de la rampe d un skate parc de hauteur 5 m. La masse du skateur est de 50 kg (on prendra g=10 pour l accélération

Plus en détail

Réacteur et centrale

Réacteur et centrale FUSION Réacteur et centrale Fusion > Sections efficaces http://wwwppd.nrl.navy.mil/nrlformulary/index.html 22 Fusion > Taux de réaction D T 1E-20 1E-21 1E-22 1E-23 1E-24 1E-25 1E-26 1E-27 1 10 100

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS Par Silicium 628 La physique décrit la matière et l espace, leurs propriétés et leurs comportements. Les propriétés mesurables sont nommées GRANDEURS PHYSIQUES.

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi?

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi? 1. La molécule d eau L eau est composée d oxygène et d hydrogène. Elle possède des propriétés extraordinaires qui ont permis en particulier le développement de la vie sur la Terre : c est par exemple l

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

1 Comment construire la maquette du jouet le plus cher du monde (ITER est un tokamak) Planche 1 vous avez tout le matériel que vous devez vous procurer. Les tore en polystyrène se trouvent dans les magasins

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

I N S A de RENNES Année universitaire 2006/2007. DEVOIR SURVEILLE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENT 3 ème ANNEE TRONC COMMUN ( 6 pages)

I N S A de RENNES Année universitaire 2006/2007. DEVOIR SURVEILLE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENT 3 ème ANNEE TRONC COMMUN ( 6 pages) I N S A de RENNES Année universitaire 2006/2007 DEVOIR SURVEILLE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENT 3 ème ANNEE TRONC COMMUN ( 6 pages) 3 ème année département STPI Date du D.S. : mardi 12 juin 2007 Document

Plus en détail

Énergie solaire et habitat

Énergie solaire et habitat 1 Énergie solaire et habitat LES MODES D EXPLOITATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE DANS L HABITAT Énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil

Plus en détail

Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée

Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée Réactions de fusion nucléaire dans les étoiles Historique Chapitre 9 : fusion nucléaire dans les étoiles et fusion nucléaire contrôlée On comprit aussi dans les années 1930 que la production d énergie

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Informations supplémentaires relative à l énergie solaire

Informations supplémentaires relative à l énergie solaire Informations supplémentaires relative à l énergie solaire Éducation relative à l environnement Alain Comeau Sylvain Dumas Julien Savoie Rémi St-Coeur L énergie solaire L énergie solaire est l énergie du

Plus en détail

Un exemple de recherche en simulation numérique appliquée à l étude des plasmas dans les tokamaks (projet ITER)

Un exemple de recherche en simulation numérique appliquée à l étude des plasmas dans les tokamaks (projet ITER) Un exemple de recherche en simulation numérique appliquée à l étude des plasmas dans les tokamaks (projet ITER) Virginie Grandgirard Institut de Recherche sur la Fusion Magnétique CEA Cadarache 1 Plan

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mises en œuvre de ce qui est

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail