- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE"

Transcription

1 - MANIP COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base de vol» (distance parcourue) de l ordre du mètre! Elle est surtout un prétexte pour utiliser des détecteurs et des modules d électronique nucléaire dans la gamme de la nanoseconde 1. Principe Le principe de la mesure est illustré sur la figure suivante : PM PM HT Discri TAC Delay Discri start stop HT ADC Figure 1 : schéma de principe du dispositif. Les photons dont on veut mesurer la vitesse de propagation sont issus d une source radioactive de sodium 22 ( 22 Na) ; en fait, le 22 Na étant radioactif β +, il émet un positron qui va s annihiler avec un électron : cette annihilation produit deux photons γ 1 et γ 2, d énergie 511 kev chacun (la masse de l électron, en négligeant l impulsion du β + ), émis dans deux directions opposées. En disposant 2 photomultiplicateurs (PM) de part et d autre de cette source, on détecte le photon γ 1 au temps t 1 dans le PM1 en «coïncidence» avec le photon γ 2 au temps t 2 dans le PM2. En pratique, si la distance parcourue avant d atteindre les PM est différente, la différence de temps d arrivée des deux photons doit permettre de remonter à leur vitesse 2. Manipulation Déterminez la vitesse de la lumière (des photons de 511 kev) dans l air. Quelle incertitude associez vous à cette mesure? INSTRUMENTATION NUCLÉAIRE MARS 2005

2 ANNEXES 1. Liste (non exhaustive) du matériel disponible 1 Châssis NIM 2 scintillateurs plastiques rapides couplés à un photomultiplicateur XP2020 (HT : -2000V) High Voltage Power Supply (2 voies) 3002D CANBERA Oscilloscope Numerique 200 MHz (2voies) TDS 360 Tektronix Discriminateur CFD (4 voies) CF935 EG&G CTA Convertisseur Temps-Amplitude 457 ORTEC PC avec carte d acquisition et logiciel WIN-MCA OXFORD Câbles, connecteurs et bouchons 50Ω SHV, BNC et LEMO Boite à retard (Delay) 2058 CANBERA Source 22 Na 2. Procédure expérimentale (suggestions) Principe : Les signaux sortant des PM sont envoyés dans les discriminateurs à fraction constante (CFD), répondant par un signal logique chaque fois qu un photon à interagi dans le PM concerné. On retarde un des deux signaux (appelé STOP) dans la boîte à retards, d un temps t 0 arbitraire, afin d être sûr qu il arrive après l autre (appelé START). Le START et le STOP sont envoyés dans le Convertisseur Temps Amplitude (CTA), qui répond par un signal analogique dont l amplitude est proportionnelle à la différence de temps entre START et STOP. Ce signal analogique est ensuite envoyé a la carte d acquisition (ADC) du PC qui code (en binaire) l amplitude du signal et envoie cette information au logiciel WinMCA qui trace le spectre. En plaçant la source dans deux positions différentes dont on connaît les positions respectives, on doit pouvoir déterminer la vitesse de propagation des photons. En tenant compte des configurations possibles avec le matériel à disposition, estimez les différences de temps que vous devrez mesurer en vous basant sur la valeur de la vitesse de la lumière que vous connaissez (voir plus loin). Étalonnage : pour mesurer effectivement des temps, il est nécessaire d étalonner le système, c est-à-dire connaître la conversion temps - canal ADC ; pour cela, il «suffit» de prendre un START et un STOP venant du même PM et de faire varier le retard (delay) entre les deux. Par exemple, on utilise uniquement le signal venant du PM START ; plusieurs sorties étant disponibles après discrimination, une de ces sorties est envoyée vers le start du CTA, l autre vers le delay puis le stop du CTA. On obtient ainsi un même signal, plus ou moins retardé. On choisit une valeur de t 0 (de l ordre de la trentaine de ns, la gamme de conversion range du CTA peut être pris égal à 50 ou 100 ns), et on règle le bias level (valeur t=0 au dessus de laquelle le CTA convertit, voir notice) ainsi que le coarse gain et le fine gain (fixent la pente de conversion au dessus du bias level, l amplitude maximale possible en sortie du CTA étant 10 Volts) de façon à ce que la valeur t 0 tombe au milieu du spectre et à pouvoir coder des temps compris dans l intervalle souhaité (t 0 ±4 ns par exemple). Par exemple, si on a t 0 =34 ns et que la gamme de conversion est de 50 ns, pour observer des temps compris entre t 0-4ns et t 0 +4ns il faut fixer le bias level à 3 V et donner un gain de 5 à 6. Ce réglage permet d obtenir 10 V en sortie pour un temps d environ 40 ns. MANIP 2 INSTRUMENTATION NUCLÉAIRE 2/5

3 Grâce à la boîte à retards, faites pousser des 9 pics correspondant à un certain nombre de différences de temps sur toute la gamme préalablement définie. Le logiciel permet de repérer le centroïde d un pic, contenu dans une ROI (Region Of Interest). Il suffit alors de convertir les canaux en ns et de vérifier la linéarité du montage. Un conseil : Coder les spectres sur 512 canaux est un bon compromis entre la précision que l on obtient (largeur des pics, voir ci-dessous) et le temps de comptage (~10-15 mn) nécessaire pour obtenir des pics suffisamment définis. 3. Perturbations de la mesure Largeur des pics : avant de procéder à la mesure, il est bon d estimer les erreurs expérimentales. On peut rencontrer deux types d erreur : les erreurs aléatoires, ayant pour effet d élargir les pics, et les erreurs systématiques, ayant pour effet de déplacer les deux pics l un par rapport à l autre, et donc de fausser la valeur de la vitesse de la lumière mesurée. La largeur des pics obtenus pour l étalonnage donne une bonne idée de l erreur due à la partie terminale (logique et numérique) du montage : Delay, CTA et codage. On doit voir à l étroitesse des pics qu elle est négligeable. Les erreurs dues aux CFD sont aussi négligeables (c est l intérêt de la fraction constante de discriminer toujours au même temps, quelle que soit la hauteur du signal d entrée). Il faut donc juste veiller à régler les seuils (T), le Z et la largeur (W) aux mêmes valeurs pour les deux CFD. La largeur des pics est donc principalement due à la géométrie du montage et à la résolution des PM. La résolution en temps des PM est de 100 ps. C est la résolution en temps du processus de multiplication des électrons dans le tube, une fois qu un flash lumineux est arrivé sur l électrode en bas du plastique (scintillateur). Les erreurs dues à la géométrie sont multiples : la longueur de vol des β + avant l annihilation (~ 2 cm) conduit à une résolution de 4 cm sur la longueur de vol des photons ; L épaisseur e = 2 cm (voir fig 2) des plastiques conduit à une résolution de 2e sur la longueur de vol des photons ; la taille des plastiques (hauteur h = 8 cm et largeur l = 4 cm dans le plan perpendiculaire à la Figure 2) détermine l angle solide de détection ; le centre du pic correspond à deux photons émis horizontalement. Mais on voit sur la Figure 2 (traits pointillés) que si γ 1 et γ 2 sont émis avec un certain angle par rapport à l horizontale, l augmentation du temps de vol de γ 2 est plus grande que celle de γ 1 (pour une source située en S). De plus, à la différence de temps de vol s ajoute la différence de temps de propagation de la lumière dans les plastiques pour arriver jusqu'à la photo-cathode du photomultiplicateur. e D h θ γ 2 γ 1 S PM2 PM2 Figure 2 : schéma de principe de la mesure (envisager 2 positions de source S et S ). MANIP 2 INSTRUMENTATION NUCLÉAIRE 3/5

4 Les donnés suivantes doivent permettre de calculer les différentes contributions à l élargissement des pics : Scintillateurs plastiques : o Hauteur : o Largeur : o Epaisseur : h = 8 cm l = 4 cm e = 2 cm o Indice de réfraction : n = 1,58 Géométrie du montage : o Distance entre les PM : D = cm (à mesurer) ( à vérifier le cas échéant : les 2 scintillateurs plastiques doivent être à la même hauteur et la source sur une droite horizontale passant par leur milieu ) o Distance entre S et S : L = cm (à fixer et à mesurer) ( recommandation : choisissez 2 position S et S symétriques par rapport au centre de symétrie du système ) Vitesse de la lumière : c = m.s -1 ( cela peut servir de connaître a priori cette valeur que l on a l habitude d exprimer également sous la forme 3 ns.m -1 : un photon met 3 ns pour parcourir un mètre) Exemple de calcul de largeur : on calcule la demi-largeur du pic en calculant la différence de temps que donnerait la paire la plus «pathologique» possible (émise avec l angle maximum) par rapport à la différence de temps que donnerait une paire «normale» (détectée au milieu de chaque PM). Erreur due à l épaisseur des plastiques et à la distance de vol des β + : o t = (e + S) / c = ( ) / 0.3 = ns Différence de temps de vol due à l angle d émission θ : o γ 1 parcourt (D-L)/ (2 cosθ) au lieu de (D-L)/ 2 o γ 2 parcourt [(D-L)/ 2 + L]/ cosθ) au lieu de (D-L)/ 2 + L o t = L (1/cosθ -1) / c = ns Différence de temps due à la propagation de la lumière dans les plastiques : la lumière dans le PM2 doit par parcourir h/2 + tanθ (D-L) / 2 de plus que dans le PM1 : o t = n / c (h/2 + tanθ (D-L) / 2) = ns En postulant que les erreurs s ajoutent linéairement (hypothèse «pessimiste») et en ajoutant la résolution des PM on obtient une estimation de la demi-largeur totale des pics : t totale = t + t + t + t PM = 0.47 ns Pour L = 50 cm, les pics devraient être séparés de t = 2L/c = 3,33 ns. Avec une largeur à mihauteur de l ordre de 1 ns, on doit donc pouvoir séparer les pics, ce qui montre la faisabilité de la mesure avec un tel dispositif (ce qui n était pas évident a priori de mesurer la vitesse de la lumière sur un vol de 50 cm!). Remarque : l élargissement dû à la largeur des plastiques est négligeable, comme on pourra s en convaincre. MANIP 2 INSTRUMENTATION NUCLÉAIRE 4/5

5 Coïncidences fortuites : on doit s attendre à observer des coïncidences fortuites car deux coups qui ne sont pas dus à des photons de 511 kev corrélés peuvent arriver dans la fenêtre en temps du CTA A priori, ce bruit doit se repartir uniformément sur tout le spectre et ainsi ne pas perturber la mesure. Erreurs systématiques : la principale source d erreurs systématiques pouvant fausser la mesure de c est le mauvais alignement des différents éléments du montage. Notamment, un défaut d alignement de la source en hauteur par rapport au milieu des plastiques fausse sensiblement la mesure. En reprenant les calculs ci-dessus, on pourra prédire l erreur et comparer avec les résultats obtenus. S il vous reste du temps, refaites les mesures précédentes en déplaçant la source dans le plan vertical, vers le haut et/ou vers le bas de l axe horizontal passant par le milieu des scintillateurs plastiques. 4. Proposition de mode opératoire Relever la géométrie du montage (hauteur des PM, distance entre PM...) Vérifier que la haute tension appliquée au PM est de -2000V Observer à l oscilloscope les signaux issus des PM et estimer le bruit moyen Régler les seuils des CFD (seuils minimum mais au dessus du bruit, mêmes réglages pour les deux CFD) Régler la largeur des signaux logique à 20 ns Régler le CTA (bias, pente) et vérifier à l oscilloscope les réglages Etalonner et vérifier la linéarité Faire les mesures (comptage sur 30 min) et donner votre valeur de c avec l'incertitude que vous avez déterminée. 5. Pour information et illustration de la manipulation Figure 3 : évolution des mesures de la vitesse de la lumière au cours du XX ème siècle. MANIP 2 INSTRUMENTATION NUCLÉAIRE 5/5

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN)

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) 1/5 Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Objectifs : Reconnaître des signaux de nature analogique et des signaux de nature numérique Mettre en

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu :

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : TRANSMETTEURS EN INSTRUMENTATION Transmetteurs aux SIGNAUX ANALOGIQUES STANDARDS Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : Capteur Transmetteur Régulateur PROCESSUS Actionneur Signal

Plus en détail

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité.

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité. 3 ème A Fiche D1 - a proportionnalité 1. Rappels : *Exemples de situation de proportionnalité dans la vie courante : 1 ) le prix des fruits au kilo. + on achète de fruits + c est cher. e prix est proportionnel

Plus en détail

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 Fonctions La carte Mermoz est un système électronique qui se charge d enregistrer et de dater des mesures de tension. Elle peut être utilisée pour une large variété

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1 Caractéristiques : Volume de la chambre de mesure : 43,2 L Robuste, ergonomique, simple à utiliser et facilement décontaminable Mesure les photons gamma d énergie entre 50 kev et 2 MeV Quatre, voire six

Plus en détail

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1 INF6500 : Structures des ordinateurs Sylvain Martel - INF6500 1 Cours 5 : Interfaces analogiques Sylvain Martel - INF6500 2 L ordinateur moderne Sylvain Martel - INF6500 3 E/S - Analogique et numérique

Plus en détail

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits.

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits. PAGE : 1 I) Introduction : La croissance de la puissance des systèmes de traitement ainsi que les impératifs de productivité appellent dans tous les domaines de production industrielle un besoin d information

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique Site Internet : www.gecif.net Discipline : Génie Electrique Les Convertisseurs Analogique Numérique I Identification de la fonction C.A.N. On appelle Convertisseur Analogique Numérique (C.A.N.) tout dispositif

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Attention : vous devez faire valider vos montages par un professeur avant une mise sous tension.

Attention : vous devez faire valider vos montages par un professeur avant une mise sous tension. Objectif : transmettre une information par le port d un micro-ordinateur Transmission de l information - TP Matériel disponible : 2 micro-ordinateur ( PC & Mac ) durée : 3 séquences le matériel de test

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE SOMMAIRE 1 PRINCIPE 3 1.1 Etalonnage en rendement 3 1.2 Mesure d activité 4 1.3 Mesure d intensité d émission photonique

Plus en détail

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex 1 T P-i. oc i LAIVUTS 1 J-13 October SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG U. E. R de l'université Paris-Sud Institut National de

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

Système de Vidéosurveillance

Système de Vidéosurveillance Système de Vidéosurveillance Systèmes Electroniques Numériques Lycée Professionnel Louis Lumière Contenu Mise en situation... 2 Cahier des charges... 2 Appropriation du matériel... 3 Caméra vidéo... 3

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes)

Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) Travaux Pratiques de Physique vers. septembre 014 Calcul d erreur (ou Propagation des incertitudes) 1) Introduction Le mot "erreur" se réfère à quelque chose de juste ou de vrai. On parle d erreur sur

Plus en détail

Remis par P. Poulichet

Remis par P. Poulichet CCI PR-2001 TP introduction à Arduino Durée 8h00 Ile de France Novembre 2013 Remis par P. Poulichet Ce TP de 8 heures est une introduction au projet PR-2001 que vous aurez ensuite (72 heures jusqu au mois

Plus en détail

EMB7000 Introduction au systèmes embarqués. Les convertisseurs A/N et N/A

EMB7000 Introduction au systèmes embarqués. Les convertisseurs A/N et N/A EMB7000 Introduction au systèmes embarqués Les convertisseurs A/N et N/A Objectifs d apprentissage Étudier différents types de convertisseurs analogiquesnumériques et numériques analogiques Décrire les

Plus en détail

1 Préparation : asservissement de position

1 Préparation : asservissement de position EPU ELEC 3 Travaux Pratiques d Automatique n 4 Asservissement de position d un moteur Le but de cette manipulation est d étudier l asservissement de position d un moteur à courant continu. Le châssis comprend

Plus en détail

Evitement d obstacles

Evitement d obstacles Evitement d obstacles Version 1.0 POBTechnology Thème général Eviter les obstacles avec le robot POB Capacités Récupérer des données depuis un robot Analyser des données et les traiter pour éviter un obstacle

Plus en détail

ACQUISITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEES

ACQUISITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEES TD : CQUIITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEE 1 Introduction Dans de nombreuses applications pour mesurer : une déformation sur une pièce une force ou une masse ou détecter un choc, on utilise des capteurs

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

L oscilloscope. Principe de fonctionnement et mode d emploi. par. Jérôme CROS. Sommaire

L oscilloscope. Principe de fonctionnement et mode d emploi. par. Jérôme CROS. Sommaire Principe de fonctionnement et mode d emploi par Jérôme CROS Sommaire I - Introduction II - Principe de fonctionnement 1) Les oscillogrammes 2) Principe d un tube cathodique et méthode d affichage des traces

Plus en détail

PAR BULLAGE MESURES DEB BAMOBUL MESURE DE NIVEAU 758-01/1

PAR BULLAGE MESURES DEB BAMOBUL MESURE DE NIVEAU 758-01/1 BAMOBUL MESURE DE NIVEAU PAR BULLAGE MISE EN SERVICE MESURES 22, Rue de la Voie des Bans - Z.I. de la Gare - 95100 ARGENTEUIL Tél : (+33) 01 30 25 83 20 - Web : www.bamo.fr Fax : (+33) 01 34 10 16 05 -

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

TD E1 Systèmes électroniques non linéaires

TD E1 Systèmes électroniques non linéaires E E : ELN NL : s CNA basés sur les Cis : Datasheet AD75 Datasheet DAC8 : à intégration numérique : 4 : double rampe : 5 : SigmaDelta Intervenants Cours / s /TPs : Leymarie H. // Camps T.// Perisse T. Bibliographie

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Pour tous nombres a b c et d non nuls, le tableau ci-dessous représente une situation de proportionnalité. Dans ce cas on a :

Pour tous nombres a b c et d non nuls, le tableau ci-dessous représente une situation de proportionnalité. Dans ce cas on a : Proportionnalité I) Proportionnalité et produit en croix 1) Propriété Pour tous nombres a b c et d non nuls, le tableau ci-dessous représente une situation de proportionnalité. Dans ce cas on a : a b c

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Guide VDI Documents ressource 24/39

Guide VDI Documents ressource 24/39 Guide VDI Documents ressource 24/39 1 Câbler les paires en respectant la norme de câblage EIA/TIA 568, schéma de câblage A ou B. Les étiquettes sur chaque connecteur vous rappellent les codes couleurs

Plus en détail

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C CPC en temps réel pour la mesure de particules entre 0,004 et 3 µm Système portable, fonctionnement sur batterie Mesure de

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

1. PRESENTATION DU PROJET

1. PRESENTATION DU PROJET Bac STI2D Formation des enseignants Jean-François LIEBAUT Denis PENARD SIN 63 : Prototypage d un traitement de l information analogique et numérique (PSoC) 1. PRESENTATION DU PROJET Les systèmes d éclairage

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Filtre ADSL Travaux dirigés

Filtre ADSL Travaux dirigés Filtre ADSL Travaux dirigés Préambule Le terme ADSL signifie Asymmetric Digital Subscriber Line (dans les pays francophones ce terme est parfois remplacé par LNPA qui signifie Ligne Numérique à Paire Asymétrique).

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

NOTICE UTILISATION ACQUISITION CAVIAR

NOTICE UTILISATION ACQUISITION CAVIAR NOTICE UTILISATION ACQUISITION CAVIAR Lien MISE EN OEUVRE PAGE 2 à 17 CARACTERISTIQUES GENERALES PAGE 2, 3 CHRONOGRAMME de FONCTIONNEMENT PAGE 4 RESSOURCES MATERIEL PAGE 5 CABLAGE PAGE 6 à 9 MODULE DDM16

Plus en détail

12. Cours d introduction à l observation astronomique

12. Cours d introduction à l observation astronomique 12. Cours d introduction à l observation astronomique 12.1 Télescope VMC 260: présentation 12.2 Monture CGE 12.3 Mise en station de la monture CGE 12.4 Le détecteur CCD 12.4.1 Introduction 12.4.2 Fonctionnement

Plus en détail

Mode d emploi 559 938

Mode d emploi 559 938 06/05-W97-Iv/Sel Mode d emploi 559 938 Détecteur d énergie de rayonnement X (559 938) 1 Détecteur d énergie de rayonnement X 2 Porte-capteur 3 Ecran d atténuation 4 Cible d étalonnage 5 Tige avec filetage

Plus en détail

Notice d utilisation de l oscilloscope numérique Tektronix TDS 2002

Notice d utilisation de l oscilloscope numérique Tektronix TDS 2002 Notice d utilisation de l oscilloscope numérique Tektronix TDS 2002 Frédéric ROGER http://www.margo.ssi.free.fr Page 1/6 1/ Description 4 5 2 3 1 1/ Réglages verticaux 1.1 Les molettes permettent de positionner

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

RESULTATS de MESURES et PRECISION

RESULTATS de MESURES et PRECISION Licence de physique, parcours Physique appliquée aux Sciences de la Vie et de la Planète Année 2005-2006 RESULTATS de MESURES et PRECISION Fascicule à lire avant de commencer les Travaux Pratiques Sommaire

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

Fiche guide Formation des images

Fiche guide Formation des images Fiche guide Formation des images Cette fiche guide «Formation des images» vous sera utile pour les TP O1 et O2. Elle contient l essentiel de ce que vous devez savoir et savoir-faire. Vous n y aurez pas

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Voiture Jouet sur un plan incliné

Voiture Jouet sur un plan incliné Voiture Jouet sur un plan incliné Le but de l'expérience est d'explorer les notions élémentaires pour un corps en mouvement sur un plan incliné. On enregistrera puis on analysera les données relative à

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

DIXO 1000 EMAT - PIEZO

DIXO 1000 EMAT - PIEZO DIXO 1000 EMAT - PIEZO Système de contrôle par ultrasons haut de gamme, extrêmement compact : Dimensions : 224 188 37 mm ; Poids : 1,3 Kg ; 8 heures d autonomie de fonctionnement. Cet équipement a été

Plus en détail

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension.

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension. PosCon 3D La mesure de bords dans une nouvelle dimension. Une nouvelle dimension. PosCon 3D pour la mesure de position des bords d un objet, quelle que soit la distance. Très innovant, le détecteur de

Plus en détail

Force de tension d une corde

Force de tension d une corde Force de tension d une corde 1.a. Deux façons de répondre à la question : 25 images 1 seconde 1 image T T = 1/25 = 0,04 s. 25 images par seconde représente la fréquence de prise de vue. Or T = 1/f donc

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

VITESSE UTILISATION DES FORMULES 2. La distance est exprimée en heures, la vitesse en km/h, donc la durée est exprimée en h.

VITESSE UTILISATION DES FORMULES 2. La distance est exprimée en heures, la vitesse en km/h, donc la durée est exprimée en h. THEME : VITESSE UTILISATION DES FORMULES 2 Exercice 4 : La vitesse moyenne d'un cycliste est de 30 km.h -1 sur un parcours aller de 60 km. Au retour, la vitesse moyenne de ce même cycliste est de 20 km.h

Plus en détail

7.1 Visualisation des signaux à l oscilloscope :

7.1 Visualisation des signaux à l oscilloscope : Jeanniard Sébastien Lemaître Guillaume TP n 5 : Etude du signal composite dans un téléviseur 7.1 Visualisation des signaux à l oscilloscope : 7.1.1 Observation du signal vidéo en niveau de gris : Nous

Plus en détail

Cryptage physique de données optiques de seconde génération

Cryptage physique de données optiques de seconde génération Cryptage physique de données optiques de seconde génération M. Nourine, Y. K. Chembo, M. Peil & L. Larger Groupe Optoélectronique, Département d Optique P.M. Duffieux, Institut FEMTO-ST, UMR CNRS 6174

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale 1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale I. BUT - Utiliser un oscilloscope pour mesurer des fréquences et des tensions - Déterminer la fréquence d un émetteur à ultrasons (noté US)

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1 Géométrie plane (3,5 points)

MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1 Géométrie plane (3,5 points) MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1 Géométrie plane (3,5 points) L émission et la réception des appels par les portables imposent l utilisation d antennes placées sur des pylônes. Les faisceaux émis par

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

Etude d un phénomène périodique

Etude d un phénomène périodique Seconde Thème santé Activité n (expérimentale) Etude d un phénomène périodique Connaissances Compétences - Savoir identifier un signal périodique, en repérant l'un de ses motifs - Savoir déterminer la

Plus en détail

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence - Société & développement durable - Technologie - Communication 3.2.3 Acquisition et codage de l information 1 Introduction Anémomètre Capteur solaire Capteur à ultrasons Capteur de présence Capteur de

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail