Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS Projet Exploratoire PALEOSTOCK"

Transcription

1 Des traitements thermiques de matériaux lithiques du paléolithique destinés à faciliter leur taille, aux prétraitements adaptés à leur usage en stockage thermique haute température.

2 Contexte «Stockage» ANDASOL Sevilla Spain MWe 7h.5 TES t Sun x C 50 MWe Sun x C MWe GEMASOLAR Granada Spain MWe 15h TES 2050 : 10% de l électricité mondiale, besoin de 9 à 21 Mt/an de TESM

3 Contexte «Stockage» 133 Mm 3 déchets 417 km² surface polluée > 100 usines abandonnées (P. Marr 2007) German chemical process For gun powder actuel 0.8 Mt Alternatives : Matériaux recyclés (déchets inertés) Matériaux naturels (roches) CSP en 2015 : 10% 9 à 21 Mt/an de besoins en TESM!!!

4 Contexte «Stockage-Paléolithique» Matériaux naturels Traitement thermique

5 Contexte «Paléolithique» Pyrotechnologies au Paléolithique: BP BP Sud de l Afrique et Ouest de l Europe Traitements intentionnels de silex au feu pour permettre ou faciliter la taille. parfaite maîtrise des combustibles et foyers ainsi que de la réactivité des roches Observées depuis 1908 mais Techniques employées : Mercieca 2008 Mécanismes en jeu : Schmidt et al Travaux très récents, trop disciplinaires et embryonnaires

6 PARTENAIRES PROMES UPR 8521 Perpignan HNHP UMR 7194 Tautavel Stockage de l énergie Matériaux céramiques énergétiques Thermique, thermophysique, Paléolithique Matériaux lithiques, paléocombustion, CEMHTI UPR 3079 Orléans Structure et réactivité des matériaux, évolution des matériaux sous traitements thermiques, caractérisations, SPE UMR 6134 Combustions : mécanismes, modélisations, expérimentations, caractérisations,

7 OBJECTIFS Des traitements thermiques de matériaux lithiques du paléolithique destinés à faciliter leur taille, aux prétraitements adaptés à leur usage en stockage thermique haute température. Premier objectif : amorcer la collaboration effective des 4 laboratoires CNRS créer une communauté de recherche pluridisciplinaire complémentaire Première année destinée à établir les bases indispensables à la conception d un projet de recherche à venir plus approfondi (type DEFI-fédérateur ou ANR). Deux objectifs principaux : (1) compréhension et validation des techniques de traitement thermique des matériaux lithiques du paléolithique destinées à faciliter leur taille, (2) exploitation des roches en tant que matériaux de stockage haute température dans les procédés solaires thermodynamiques à concentration.

8 VERROUS A LEVER (1) manque de données structurales et thermophysiques en T des matériaux lithiques (ML), (2) manque de corrélation entre les ML traités découverts et les connaissances des foyers et essences utilisés, (3) mauvaise définition actuelle des protocoles et conditions de traitements des ML au paléolithique et leur besoin indispensable aujourd hui pour le stockage HT,

9 VERROUS A LEVER (4) manque d outils de modélisation intégrant les conditions réelles de traitement (mécanismes, atmosphères, propriétés dynamiques, ) nécessaires à la validation des protocoles hypothétiques du paléolithique et à la conception de protocoles potentiels pour les matériaux de stockage HT, (5) manque d expérimentations instrumentées en conditions réelles et contrôlées dans les deux cas. Projet exploratoire : poser les bases préliminaires des travaux nécessaires à la levée de chacun de ces verrous par un travail concerté permettant de tenir compte de l ensemble des apports disciplinaires.

10 PERSPECTIVES Perspectives : (1) Communauté interdisciplinaire complétée, (2) Préparation Programme interdisciplinaire 3-4 ans, (3) Développement de la thématique des pyro-technologies Paléolithiques, (4) Développement du stockage thermique haute température sur matériaux naturels.

11 structuration et avancement T1 identifier 4 ou 5 typologies de matériaux lithiques représentatifs du sujet et approvisionner un échantillonnage, T2 définir les propriétés structurales et thermophysiques à caractériser en température, commencer à caractériser les échantillons de (T1) dès que disponibles, T3 compléter les bibliographies concernant les ML traités et les foyers, engager l étude synoptique, T4 sur la base des foyers et essences concernés, définir des expérimentations (instrumentation, protocoles de traitement de ML), T5 sur les mêmes bases qu en (T4), définir les principes de modélisation adaptés, T6 étudier dans le principe, la transposition des traitements des ML aux prétraitements propres aux stockages thermiques, Les résultats de ces différentes tâches doivent pouvoir servir de base préliminaire crédible pour un projet de plus grande envergure (type DEFI-fédérateur ou ANR).

12 matériaux lithiques sélectionnés Paléo Sélection, échantillonnage, répartition, caractérisations (1) silex miocène de Narbonne Sigean (2) silex lutetien de St Martin de Londres (3) silex en galet (bédoulien) des Costières du Gard (4) silex oligocène de Forcalquier (5) silex barrémien de Chateauneuf du Pape Selon : leur nature, leurs propriétés reconnues, leurs usages et importances scientifiques Juillet 2013 : Sélections et échantillonnage Septembre 2013 : Partage entre labos

13 matériaux lithiques sélectionnés CSP Programme CSP for Africa EUROSUNMED ( ) Egypte, Maroc, Algérie quartzite, granite, basalte

14 caractérisations en cours Microscopies Calorimétrie en T, DSC DRX en T Dilatométrie Conductivité thermique en T Propriétés optiques en T Identification et étude des mécanismes Acquisition des données thermophysiques et structurales en T pour modélisations Thermomécanique (module d Young en T) : GEMH Limoges

15 caractérisations en cours Diffraction des rayons X à température ambiante Silex essentiellement composé de quartz α quelques soit leur provenance Faible présence de Moganite et de calcite (surface extérieur du silex)

16 caractérisations en cours Diffraction des rayons X en T Silex Salinelles Pas de modification lors du chauffage (1000 C) Transitions allotropiques Formation de cristobalite au refroidissement

17 Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS caractérisations en cours Etude en température par spectroscopie d émission infrarouge d un Silex (Salinelles) Trois cycles de chauffage C y c le 1 (3 7 3 K ) C y c le 1 (4 8 4 K ) C y c le 1 (5 9 5 K ) C y c le 1 (6 9 4 K ) C y c le 3 (3 9 7 K ) C y c le 3 (4 8 7 K ) C y c le 3 (6 1 0 K ) C y c le 3 (7 0 1 K ) (c m -1 ) (c m -1 ) C y c le 2 (3 6 9 K ) C y c le 2 (4 8 5 K ) C y c le 2 (5 9 7 K ) C y c le 2 (7 0 1 K ) Stable en température et sur 3 cycles de chauffage jusqu à 700K. Silice (bas nombres d ondes) : Structure en faible évolution (c m -1 )

18 Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS caractérisations en cours Transformation de silanole (SiOH) en nouvelles liaisons Si-O-Si entre 200 et 350 C T 590 K C y c le 1 C y c le 2 C y c le 3 C y c le (c m -1 ) seule évolution notable : désorption des OH avec les cycles (bande autour de 3000 cm -1 )

19 combustion, traitements Recensement des types de combustibles : ligno cellulosiques, ossements, charbon Conditions de combustion : climat, sous sol, disponibilité combustible, Typologies de foyers : ouverts, fermés, aménagés Techniques de chauffe : sous foyer, sous protection thermique, directes Conséquences : niveaux de T, puissances de chauffe, durées, atmosphères, Tout ceci variable dans l espace (Afrique du Sud, Chine Europe de l Ouest) Et dans le temps de BP à BP.

20 Écart de Température Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement ENRS modélisations en cours Propriétés Conditions Interactions 1 0,9 0,8 0,7 DT/DTo 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0, temps (s)

21 conclusions et perspectives Communauté pluridisciplinaire formée et en partie complétée, Bibliographies rassemblées et partagées (synthèses en cours), Sélection et échantillonnage des matériaux effectués, Caractérisations (longues) en cours, Etudes mécanistiques et modélisations en cours, Chantier de fouille et d expérimentation à Tautavel (été 2014) Traitement des matériaux naturels pour le stockage HT

22 Merci de votre attention

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI , portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI PROMES (UPR 8521 CNRS) Université de Perpignan France 29 juin 2011 1 Contexte 2 3 4 Sommaire Contexte 1 Contexte 2 3 4 Laboratoire

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE LE CHOIX DU BON SYSTÈME LA GEOTHERMIE SUR BOUCLE FERMEE est à ce jour le système utilisant les Énergies renouvelables pour le chauffage

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith Le monitoring Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith André Servais, Stadtwerke St-Vith SITUATION DE DEPART 5 biens fonciers: o Puissance totale installée: o Consommation annuelle: 4.950 kw / 12 chaudières

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

L Energie Positive. -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE

L Energie Positive. -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE L Energie Positive -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE Sommaire Edito 3 I- La nouvelle mobilité 4 II- O SiToiT, bouquet de solutions à Energie Positive 7 III - La Cité de l Energie Positive, l école des bons

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

MACHINES A CYCLE ORGANIQUE DE RANKINE INGENIERIE DES ENERGIES RENOUVELABLES

MACHINES A CYCLE ORGANIQUE DE RANKINE INGENIERIE DES ENERGIES RENOUVELABLES MACHINES A CYCLE ORGANIQUE DE RANKINE INGENIERIE DES ENERGIES RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE Sommaire ACTIVITE ET METIERS 1 PRODUITS ET SERVICES 2 CONCEPTION, FABRICATION ET CONSTRUCTION DE CENTRALES

Plus en détail

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La gestion opérationnelle de la météosensibilité La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La société METNEXT METNEXT en bref Notre métier : L assistance aux entreprises

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Energies Renouvelables: un moteur principal du développement durable en Algérie

Energies Renouvelables: un moteur principal du développement durable en Algérie Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

GRR EEM Réseau Matériaux

GRR EEM Réseau Matériaux GRR EEM Réseau LOMC GPM AMME LECAP SMS PBS ESITPA 100n m CRISMAT CIMAP... CRT A&S UMS = Le Havre + Caen IRMA = Rouen + Caen METSA = Rouen + Caen LABEX = Rouen + Caen 1 Réseau 2013 : 7 Laboratoires et CRT

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

Mike Lane, The Baltimore Sun (2003)

Mike Lane, The Baltimore Sun (2003) Mike Lane, The Baltimore Sun (2003) 1 Les gaz rares peuvent-ils permettre de surveiller les sites de séquestration géologique de CO 2? Stéphane LAFORTUNE Institut de Physique du Globe de Paris Bilan radiatif

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides.

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. HMX la reine du chauffage au bois. HMX la technique de chauffage optimale pour un chauffage écologique. Chaudière modulante à bûches de bois. Puissance

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

Journée d information sur les appels à propositions 2010. Théme 5 ENERGIE

Journée d information sur les appels à propositions 2010. Théme 5 ENERGIE Journée d information sur les appels à propositions 2010 Théme 5 ENERGIE Lundi 29 Juin 2009 CNRS, Montpellier Christelle Bedes (Remplaçante d Armelle De Bohan) Introduction Futur appel sur l énergie pour

Plus en détail

Pratique du chauffage

Pratique du chauffage Pratique du chauffage EN 26 FICHES-OUTILS Jack Bossard Jean Hrabovsky Philippe Ménard Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-057799-6 PRÉFACE Au nom de l AICVF, Association

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

Enjeux du stockage de l énergie

Enjeux du stockage de l énergie Enjeux du stockage de l énergie S. PINCEMIN Doc/Ing Etudes & Recherche - Pôle Energies Renouvelables CleanTuesday -Nice 7 juin 2011 Plan de la présentation 1- Le CSTB en bref 2- Le contexte énergétique

Plus en détail

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Présentation du projet de ressourcement DEAR Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Quelques mots sur l Institut Carnot STAR Institut Carnot STAR Périmètre scientifique

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux Activité : Etude des transfert énergétiques dans la cafetière Nespresso Problématique : On calcule la puissance électrique consommée, on détermine l énergie

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention science de l ingénieur. spécialité énergétique et environnement - E 2

Master. en sciences et technologies mention science de l ingénieur. spécialité énergétique et environnement - E 2 Master en sciences et technologies mention science de l ingénieur spécialité énergétique et environnement - E 2 master sciences de l ingénieur Master sciences de l ingénieur Spécialité énergétique et environnement

Plus en détail

<< easylife.dedietrich-thermique.fr >> Wingo EASYLIFE

<< easylife.dedietrich-thermique.fr >> Wingo EASYLIFE Chaudière fioul à condensation Wingo EASYLIFE La condensation fi oul à prix gagnant! >> Un maximum d économies >> Le confort accessible >> Idéale pour la rénovation

Plus en détail

Programme consultant expert (PCE)

Programme consultant expert (PCE) Programme consultant expert (PCE) Bénéficiez par le biais du PCE de l expertise d un consultant sénior et/ou d un jeune chercheur expérimenté Ce programme s adresse aux entreprises de la filière chimie

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains 1 Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains Juliette PROMELLE (GDF SUEZ) 2 ème Congrès Français des Pompes à Chaleur 10 installations instrumentées 2 Objectif : mesurer la performance de pompes

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008 Robert Guichet Conférence DERBI Juin 2008 Plan de l exposé 1) Introduction le bâtiment et l énergie les enjeux 2) Le projet Monitoring THPE les partenaires la réglementation l indicateur de performance

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation TopGas pour montage mural

Chaudière à gaz à condensation TopGas pour montage mural Chaudière à gaz à condensation TopGas pour montage mural Un rendement énergétique amélioré de 15 % grâce à une technique moderne de condensation au gaz. TopGas (10-60). Vos avantages. Les chaudières murales

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Master CSMP Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Cohabilitation : Université Montpellier 2 - ENS Chimie de Montpellier - CEA.INSTN Partenaires complémentaires

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n ÉCONOMIES D ÉNERGIE EAU CHAUDE À VOLONTÉ ULTRA COMPACTE ET ULTRA LÉGÈRE LE MEILLEUR INVESTISSEMENT EN CONDENSATION L E SSE NTI E L DE LA CON DE

Plus en détail

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX 08/ENS/24 BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF Lot n 2 : Achat et installation de matériel pour l enseignement

Plus en détail

De champs électromagnétiques

De champs électromagnétiques Les Seuls radiateurs électriques à inertie sèche sans rayonnements électromagnétiques De confort De champs électromagnétiques Développé par Notre démarche La plupart des radiateurs électriques émettent

Plus en détail