Sommaire de la séquence 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire de la séquence 7"

Transcription

1 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux, l espèce humaine existe toujours sur la planète. Au cours d une vie, un être humain rencontre souvent des maladies (oreillons, varicelle, rougeole, otite ) auxquelles il fait parfois face seul, sans aide médicale. Aussi, on peut se poser le problème suivant : Comment notre organisme fait-il pour survivre, parfois sans aide, à ces nombreuses maladies qui existent? Tu dois toujours avoir en tête ce problème scientifique car c est lui que nous résoudrons au fur et à mesure du travail dans les séquences 7, 8 et 9. Alors si tu ne sais plus pourquoi tu fais un exercice, reviens lire ces quelques lignes. 3e partie : Risques infectieux et protection de l organisme t Séance 1 La contamination et l infection par les micro-organismes t Séance 2 La lutte contre la contamination et l infection Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants droit respectifs. Tous ces éléments font l objet d une protection par les dispositions du code français de la propriété intellectuelle ainsi que par les conventions internationales en vigueur. Ces contenus ne peuvent être utilisés qu à des fins strictement personnelles. Toute reproduction, utilisation collective à quelque titre que ce soit, tout usage commercial, ou toute mise à disposition de tiers d un cours ou d une œuvre intégrée à ceux-ci sont strictement interdits. Cned-2009

2 séance 1 Séquence 7 Séance 1 La contamination et l infection par les micro-organismes On a entendu parler dans les journaux de la grippe A. Cette maladie aurait pu toucher plus de 20 millions de Français vers la fin de l année Bien que peu dangereuse, la grippe est surveillée de près car son responsable peut se changer en un véritable micro-organisme 1 tueur comme ce fut le cas en 1918 avec une grippe qui décima plus de 20 millions de personnes à travers le monde. On connaît d autres micro-organismes dangereux comme celui qui mène au Sida je m interroge Comment les micro-organismes infectent-ils l organisme? Exercice 1 : [I Recenser et organiser des informations] Pour répondre à cette question, tu dois savoir quels sont les types de micro-organismes que nous rencontrons, où nous les rencontrons et s ils sont dangereux pour nous ou pas. Pour cela, étudie les documents qui suivent. 2 3 La maladie de Lyme C est une maladie estivale grave qui agit à de nombreux endroits dans l organisme. Elle est due à une bactérie 2 nommée Borrelia Burgdorferi (voir schéma 1) qui possède une paroi, un cytoplasme et un matériel génétique. Elle voyage dans un parasite animal : la tique femelle (voir schéma 2). 1. Micro-organisme : on peut employer l équivalent «microbe», ce sont des êtres vivants microscopiques qui ne sont pas visibles à l œil nu. 2. Bactérie : micro-organisme constitué par une cellule avec un matériel génétique diffus dans le cytoplasme et qui peut vivre dans un milieu sans dépendre d autres êtres vivants. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 5

3 Séquence 7 séance La tuberculose C est une maladie potentiellement mortelle qui touche les poumons chez l Homme. Elle est due à une bactérie nommée bacille de Koch (voir schéma 3) qui est constituée d une paroi, d un cytoplasme et d un seul chromosome. Elle se trouve dans l air sous des formes résistantes. Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les infections sexuellement transmissibles sont variées et liées à des virus 2 ou à des bactéries. Certaines sont mortelles, toutes entraînent des maladies. Les chlamydias (voir schéma 4) sont des genres de bactéries déclenchant des chlamydioses avec peu de symptômes mais des écoulements blanchâtres au bout de la verge ou des pertes vaginales. Le VIH (voir schéma 5) est un virus qui entraîne le déclenchement, au bout d un temps plus ou moins long, du Sida. Ces micro-organismes se trouvent chez les personnes atteintes. 1. MET : microscope électronique à transmission. 2. Virus : micro-organisme plus petit que les bactéries qui ne peut se développer que lorsqu il se trouve dans une cellule vivante. 6 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

4 séance 1 Séquence 7 Les micro-organismes de l Homme L être humain est une formidable réserve de bactéries (voir schéma 6) qui, non seulement, ne sont pas dangereuses pour lui, mais sont utiles pour de nombreuses fonctions (défense de l organisme, développement du tube digestif, dégradation de certains composés de l alimentation). Ces bactéries se trouvent sur la peau ou les muqueuses 1 mais en aucun cas dans le sang ou les organes (on dit que ces endroits sont stériles). 12 Les bactéries du yaourt Les bactéries du yaourt (lactobacilles et streptocoques, voir schéma 7) transforment le lait en yaourt. On en trouve 1 milliard dans un gramme de yaourt. Elles sont inoffensives pour l Homme. bacille coque à partir des documents fournis, montre, à l aide d un tableau, qu il existe une grande diversité de micro-organismes qui peuvent être caractérisés selon leur capacité ou non à rendre l Homme malade et qui peuvent être regroupés en deux groupes. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Muqueuses : couches de cellules qui tapissent les cavités de l organisme qui sont en contact avec l extérieur (bouche, estomac, anus, vagin ). L humidité y est constante. 2. MO : microscope optique. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 7

5 Séquence 7 séance 1 Exercice 2 : [I Recenser et organiser des informations] Nous savons donc que les humains rencontrent en permanence des micro-organismes (virus et bactéries par exemple) dont certains sont dangereux. Pourtant, ces rencontres ne se traduisent pas toujours par l apparition d une maladie. Ainsi, dans le cas de la grippe saisonnière, on estime que chaque année, 2,5 millions de personnes sont touchées en France (sur une population de 65 millions). On sait aussi que dans une même famille, toutes les personnes ne sont pas affectées. Cela implique que les micro-organismes doivent pénétrer l organisme pour le rendre malade. Comment le font-ils? Résumé d un article du journal Le Monde du mercredi 15 juillet 2009, page 4. Le virus de la grippe A n est pas très dangereux. Cependant il se propage rapidement. Il peut être transporté dans l air suite à une toux, un éternuement, une production de postillons. Il peut se transmettre lors d un contact rapproché (main serrée, baiser) avec une personne malade, ou en touchant des objets (poignée de porte) souillés. La transmission par l éternuement Lorsqu une personne atteinte d un rhume, d une grippe ou d une autre maladie respiratoire tousse ou éternue, il y a une projection dans l air environnant à très grande vitesse (jusqu à 900 km/h!) de particules qui contiennent de nombreux micro-organismes responsables de ces différentes maladies. Les personnes présentes aux alentours peuvent alors inhaler ces particules contagieuses. 8 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

6 séance 1 Séquence 7 La transmission par les aliments Il arrive régulièrement que les journaux relatent des cas d intoxications alimentaires. Les exemples sont connus comme celui de la listeria, bactérie à l origine d une grave maladie, la listériose, qui peut être fatale pour les personnes les plus fragiles. Ces bactéries se transmettent par l intermédiaire de la charcuterie, des formages au lait cru, des steaks hachés La transmission par l eau Dans les pays industrialisés, l eau potable est contrôlée et ne contient aucun microorganisme pathogène 1. Mais plus d un milliard de personnes sur la planète n ont pas accès à l eau potable et se trouvent confrontées à la présence de micro-organismes dangereux dans leurs eaux de consommation. Ces agents pathogènes se retrouvent dans l eau lorsque des malades souillent cette eau par leurs excréments par exemple. Parmi les micro-organismes les plus connus, on trouve les bactéries responsables du choléra (dont les épidémies dévastèrent régulièrement la France pendant de longs siècles) et les virus responsables de la poliomyélite (depuis 2000, plus aucun cas de poliomyélite n a été contracté en France). On estime que 8 millions de personnes meurent chaque année du fait de ces micro-organismes. 12 Le franchissement de la barrière cutanée La peau et les muqueuses sont les premiers remparts de l organisme contre la pénétration des micro-organismes. Quelques micro-organismes franchissent seuls cette barrière mais la plupart du temps, il suffit d une égratignure (voir schéma) ou d une piqûre pour créer une porte d entrée. Les IST passent par les muqueuses à l occasion des rapports sexuels non protégés. La contamination 2 par le sang La contamination peut aussi se faire par le sang lors des transfusions par exemple. Si le sang du donneur contient des micro-organismes pathogènes, ceux-ci sont injectés lors de la transfusion directement dans le sang du receveur. Le Sida et l hépatite B se transmettent parfois de la sorte. Cette contamination par le sang existe de façon problématique chez les toxicomanes lors d échanges de seringues souillées. Lors de tels échanges, le Sida mais aussi les hépatites peuvent se transmettre. 1. Pathogène : un micro-organisme pathogène est un organisme capable de provoquer une maladie chez un être vivant, que la maladie soit mortelle ou non. 2. Contamination : c est lorsque les micro-organismes pénètrent dans un être vivant après franchissement de la barrière cutanée (la peau ou une muqueuse chez l Homme). Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 9

7 Séquence 7 séance 1 à partir de l ensemble des informations qui précèdent, afin de faire connaître la diversité des modes de transmission des micro-organismes, établis un tableau de synthèse à deux colonnes. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour résoudre le problème, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 3 : [I Rechercher et organiser de l information] Lorsque le micro-organisme a réussi à pénétrer dans l organisme, il va pouvoir provoquer des symptômes de la maladie. Nous savons que dans de nombreux cas, la contamination intervient parfois plusieurs jours avant l apparition des symptômes. Dans le cas de la grippe, une personne atteinte (ou infectée) dans une famille est souvent guérie lorsque les autres tombent malades. Cela implique que les micro-organismes mettent un certain temps avant de rendre la personne malade. Comment font-ils pour nous rendre malade? Pour répondre à cette question, il faut comprendre ce qui se passe dans l organisme une fois que la contamination a eu lieu. Les documents qui suivent vont te permettre de comprendre comment les micro-organismes nous rendent malades. 10 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

8 séance 1 Séquence 7 Le cas des bactéries Une fois que les bactéries ont pénétré dans l organisme, elles se trouvent dans des conditions très favorables à leur multiplication du fait de la température (37 C), de l humidité et de la présence de nourriture abondante. Ainsi, une bactérie unique qui se multiplie (voir schéma 1) dans ces conditions toutes les 20 minutes, est à l origine d une population de bactéries d environ 69 milliards d individus après seulement 12 heures! On peut comprendre que cela puisse être à l origine des symptômes des maladies. La multiplication excessive des bactéries dans notre organisme peut entraîner une infection 1. Le cas des virus Une fois que les virus sont dans l organisme, ils vont pénétrer dans des cellules pour les utiliser dans le but de se multiplier. Un virus qui rentre donne rapidement environ 200 nouveaux virus et une cellule infectée meurt lorsque les virus s échappent. On peut comprendre que la mort des cellules perturbe le fonctionnement de l organisme. Sur le schéma, on a représenté le cycle de reproduction du virus du Sida. à l aide des documents ci-dessus, précise comment les micro-organismes sont à l origine d une infection. [Sélectionner des informations]1 Si tu éprouves des difficultés pour résoudre le problème, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Infection : c est lorsque les micro-organismes se multiplient dans le corps et provoquent des symptômes. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 11

9 Séquence 7 séance 1 j e retiens Les micro-organismes sont très nombreux autour de nous. On en trouve en grande quantité dans l air, l eau, le sol, les aliments, sur notre peau Si certains, dits pathogènes, font courir des risques de maladies à l Homme, la plupart sont inoffensifs et même utiles dans différents domaines. Par exemple, certaines bactéries aident à la transformation du lait en yaourt (exercice 1). Les micro-organismes pathogènes peuvent se transmettre de différentes façons mais les plus courantes sont les transmissions par l alimentation, l eau, l air ou lors des rapports sexuels non protégés (exercice 2). à la faveur d une lésion, si petite soit-elle, les micro-organismes franchissent les barrières naturelles de notre organisme (la peau et les muqueuses). On parle alors de contamination. Dans le cas des IST dont le Sida, la contamination peut se faire par le sang. Parfois, elle peut intervenir lors des transfusions (exercice 2). Les micro-organismes, une fois entrés dans l organisme, trouvent des conditions favorables à leur multiplication (exercice 3). Leur prolifération se fait dans l organisme pour les bactéries, dans les cellules pour les virus et peut atteindre un rythme impressionnant (une bactérie se multiplie toutes les 20 minutes). 12 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

10 séance 2 Séquence 7 Séance 2 La lutte contre la contamination et l infection Le vendredi 24 juillet 2009, 793 cas confirmés ou probables de la grippe A étaient recensés en France. Pour cette seule semaine de juillet, on avait enregistré 64 nouveaux cas. Et l on s attendait à une propagation rapide de la maladie qui aurait pu contaminer puis infecter plus de 20 millions de français jusqu à la fin de l année. je m interroge Comment limiter les risques de contamination et d infection? Exercice 4 : [Faire preuve de responsabilité en matière de santé] Pour répondre à cette question, tu vas devoir faire appel à tes connaissances personnelles dans un premier temps. D après ce que tu sais, tente d expliquer ce que tu fais dans la vie de tous les jours pour limiter les risques de contamination et d infection par la grippe et les infections respiratoires, rhumes, rhinopharyngites.... [Utiliser ses connaissances] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 5 : [I Recenser et organiser des informations] Aujourd hui, les moyens pour limiter les risques de contamination et d infection sont nombreux et variés. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 13

11 Séquence 7 séance 2 12 Les mesures d asepsie Dans les milieux hospitaliers et dans les lieux où l on utilise des instruments médicaux, il existe des règles d hygiène très strictes ou mesures d asepsie 1 qui permettent de limiter au maximum les risques de contamination lorsqu une incision ou une piqûre doit être pratiquée dans la peau. Aussi petite soit cette incision, des micro-organismes peuvent pénétrer. L asepsie est un mot qui signifie «sans vie» c est-à-dire que l on tente d éliminer tous les micro-organismes avant qu ils ne pénètrent dans l organisme. On utilise l eau de Javel pour décontaminer les salles d opération, on filtre l air qui entre dans la salle, on opère à basse température, on utilise des instruments stériles et l on porte des vêtements, des masques et des gants stériles Les mesures d antisepsie 2 Lorsqu une personne présente une plaie, celle-ci contient la plupart du temps des micro-organismes issus de l extérieur. Pour limiter les risques d infection, on pratique l antisepsie. Ce mot signifie «contre la vie» c est-à-dire que l on tente de tuer les microorganismes qui se trouvent dans la plaie. On utilise par exemple de l alcool à 70 ou de la bétadine. L utilisation du préservatif Dans le cas des IST (infections sexuellement transmissibles), il n existe qu un seul moyen d éviter les risques de contamination et ce moyen est le préservatif. L hygiène quotidienne Dans la vie courante, nous respectons des règles d hygiène pour limiter les risques de contamination et d infection. Comme nous sommes en permanence au contact de micro-organismes qui peuvent s avérer dangereux, on pratique des gestes simples. Par exemple, il est impératif de se laver les mains avec du savon pendant 30 secondes lorsque l on éternue, se mouche, tousse, lorsque l on est allé aux toilettes, avant et après les repas, après chaque sortie et retour à la maison. Dans le but d exprimer plus scientifiquement les moyens pour limiter la contamination et/ou l infection, relève, dans un tableau à trois colonnes, pour chacune des mesures relatées, l action qui réduit les risques de contamination et donc d infection par laquelle la contamination et l infection sont rendues difficiles. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Asepsie : ensemble des techniques préventives qui visent à détruire les microbes pour empêcher toute contamination. 2. Antisepsie : ensemble des techniques curatives qui visent à détruire les microbes qui peuvent être présents dans des plaies en utilisant des antiseptiques. 14 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

12 séance 2 Séquence 7 Exercice 6 : [I Recenser et organiser des informations] Chaque année, des millions de Français sont touchés par la grippe, d autres par des angines bactériennes ou virales si bien que les contaminations sont possibles malgré toutes les précautions prises. Comment aider l organisme à lutter contre une infection? 1 Une découverte fortuite Le bactériologiste anglais Alexander Fleming part en vacances en 1928 en oubliant des boîtes de cultures de bactéries nommées staphylocoques. À son retour, les boîtes de cultures sont envahies par des moisissures qu il nommera pénicillium. Mais ce qui retient son attention, c est que les bactéries sont détruites au contact de ces moisissures. Il émet alors l hypothèse que les moisissures ont produit une substance mortelle pour les bactéries et il la nomme pénicilline. Il venait de découvrir le premier antibiotique 1, celui qui est le plus utilisé au monde. Un antibiogramme Depuis la découverte de Fleming, d autres antibiotiques ont été découverts. Pour savoir lequel utiliser dans telle ou telle maladie, on réalise une culture de micro-organismes et on place sur la culture des disques imprégnés d antibiotiques variés. Celui qui détruit le plus les bactéries sera utilisé en priorité (voir schéma). On s apercevra rapidement que les antibiotiques n ont aucun effet sur les virus. 1. Antibiotique : substance qui est produite par des champignons, des bactéries ou dans des laboratoires et qui empêche la multiplication des microbes ou les détruit parfois. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 15

13 Séquence 7 séance 2 Des conseils pour bien utiliser les antibiotiques 1. Les données montrent que 7 fois sur 10, les maladies comme les rhinopharyngites ou les angines, ont pour cause des virus et non des bactéries. Or les antibiotiques n ont aucun effet sur les virus. 2. Souvent utilisés pour rien, surtout au moment de leur découverte et encore aujourd hui, les antibiotiques deviennent inefficaces car les bactéries acquièrent une résistance. Cela provoque parfois des maladies mortelles dans les hôpitaux et l on parle de maladies nosocomiales. 3. Un antibiotique agit sur une bactérie précise. Il ne faut jamais prendre un antibiotique précis pour lutter contre une autre maladie, même si elle paraît proche en apparence. 4. Un antibiotique est prescrit pour une durée déterminée qu il faut absolument respecter pour être certain que les bactéries sont toutes éliminées. 1- à partir de l aventure du docteur Fleming et des informations fournies, montre sur quoi et comment agissent les antibiotiques. [Organiser de l information] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 2- Quelles sont les règles à suivre pour utiliser les antibiotiques? [Organiser de l information] j e retiens Les risques de contamination et d infection peuvent être limités de différentes manières. Les règles d hygiène élémentaires (se laver les mains, utiliser un mouchoir en papier, se laver régulièrement ), l utilisation d antiseptiques en cas de plaies avec risque de contamination (alcool à 70, bétadine ), les règles d asepsie en milieu médical (aiguilles stériles, salles d opération décontaminées, vêtements, masques, gants ) visent toutes à limiter les contacts avec les micro-organismes ou à réduire les risques d infection en cas de contamination possible. Il est important de rappeler que le seul moyen efficace pour éviter les contaminations par les IST est le port du préservatif (exercices 1 et 2). Le premier antibiotique (la pénicilline) a été découvert en 1928 par Alexander Fleming. Ces médicaments tuent certaines bactéries ou empêchent leur prolifération et ils n ont aucun effet sur les virus. Aussi, il faut savoir les utiliser correctement en suivant les instructions du médecin (exercice 3). 16 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

14 séance 2 Séquence 7 Pour aller plus loin Exercice 7 : [Ré Récolter des informations par la recherche expérimentale] Le savon permet de lutter contre les contaminations. Notre peau est recouverte d une fine pellicule grasse nommée le sébum qui protège la peau. L inconvénient est que les saletés et les micro-organismes se fixent sur le sébum. Se laver avec du savon permet d éliminer ces éléments étrangers fixés par le sébum. L eau seule ne suffit pas parce qu elle glisse sur le sébum, les graisses et l eau ne se mélangeant pas. Quel peut bien être le rôle du savon sur la peau? Pour répondre à cette question, tu vas devoir réaliser des expériences simples et interpréter les résultats. Suite à des recherches sur Internet, une élève de la classe a trouvé un texte scientifique qui explique le rôle du savon. L action du savon sur le sébum Une partie de la molécule de savon est lipophile (qui «est attirée» par les graisses). Elle se fixe donc au sébum. Une autre partie de cette molécule de savon est hydrophile (qui «est attirée» par l eau). Lorsque l on se rince bien, l eau entraîne le savon qui entraîne le sébum sur lequel il s est fixé avec son contenu en saletés et en micro-organismes. Lors d une discussion en classe, un élève a proposé les expériences suivantes pour vérifier que le texte scientifique correspond bien à la réalité. Expérience A : verser dans un verre de l eau et deux cuillères à café d huile. Agiter. Expérience B : verser dans un autre verre le même mélange que dans l expérience A. Ajouter une dose de savon liquide. Agiter. à partir des résultats que tu vas obtenir en réalisant ces expériences, explique l importance du savon dans l hygiène corporelle en t aidant du texte et de tes connaissances. [C Construire de nouvelles connaissances] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 17

15 Séquence 7 ANNEXE «Besoin d aide?» Séance 1 Exercice 1 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois d abord lire l ensemble des documents. Tu dois te familiariser avec les micro-organismes (note sur une feuille leur nom, les endroits où on les trouve) puis : entoure en rouge ceux qui sont pathogènes, entoure en vert ceux qui ne sont pas dangereux. Réalise un tableau à double entrée associant chaque micro-organisme (en ligne) à son caractère pathogène (en colonne). Utilise les informations du tableau pour montrer qu il existe une grande variété de microorganismes. Exercice 2 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Relève pour chacun des moyens de transmission les micro-organismes concernés. Dans un tableau à deux colonnes, associe à chaque moyen de transmission les exemples de micro-organismes de l exercice. Exercice 3 : [I Rechercher et organiser de l information] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Relève, dans chacun des textes, les conditions de développement des deux types de microorganismes. 18 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

16 Séquence 7 Séance 2 Exercice 4 : [Faire preuve de responsabilité en matière de santé] Tu dois relire la séance 1 si tu ne l as plus en tête. Rappelle-toi éventuellement les bons gestes à faire (vus à la télévision) pour limiter la contamination par les maladies respiratoires. Dans une phrase, note toutes les attitudes à avoir face au risque épidémique. Si tu ne les connais pas, effectue une recherche sur Internet (tu peux utiliser des mots-clés comme règle d hygiène, grippe ). Exercice 5 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois lire l ensemble des documents. Relève, pour chaque mesure prise, la conséquence sur les micro-organismes impliqués dans une contamination et/ou une infection. Dans un tableau à trois colonnes, associe chaque mesure à sa conséquence sur les microorganismes. Le tableau peut ainsi prendre la forme suivante : Méthode employée Méthodes Résultats obtenus Asepsie Laver les surfaces à l eau de Javel Destruction des microbes déposés sur les surfaces Exercice 6 : [I Recenser et organiser des informations] 1- Tu dois : lire les documents, identifier le type de micro-organisme sur lequel agissent les antibiotiques, relever l action qu ont ces antibiotiques sur ces micro-organismes, relever, en lisant l antibiogramme, si tous les micro-organismes sont concernés par l action des antibiotiques. 2- Tu dois : lister les règles pour bien utiliser les antibiotiques, préciser le risque en cas de mauvaise utilisation. Exercice 7 : [Ré Récolter des informations par la recherche expérimentale] Tu dois : lire l ensemble des documents avant de tenter de répondre, réaliser les expériences indiquées, noter les résultats soit en les décrivant soit en les schématisant, relier chaque résultat aux informations du texte. Pour chaque résultat, explique, à l aide des informations, l effet sur le sébum : de l eau seule, de l eau savonneuse. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 19

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE Deuxième année, mai 2010 NIVEAU Des pilules contre tous les microbes? 2 e ANNÉE Aperçu Dans cette leçon, les élèves examineront la notion des bactéries

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée à d autres services d inspection que ceux de l AFSCA, qui effectuent des contrôles dans des établissements où sont

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention Santé et privation de liberté Informations pour personnes en détention Contenu Cette publication est disponible dans les langues suivantes : albanais allemand anglais arabe espagnol français italien portugais

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Santé et privation de liberté

Santé et privation de liberté Santé et privation de liberté Prévention et réduction de maladies transmissibles en privation de liberté Informations pour le personnel pénitentiaire Cette publication est disponible dans les langues suivantes

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

L hygiène corporelle. Nombre de séances : 5. Séance 1. Séance 2 Séance 3 et 4 Séance 5. Les bons gestes pour être propres

L hygiène corporelle. Nombre de séances : 5. Séance 1. Séance 2 Séance 3 et 4 Séance 5. Les bons gestes pour être propres CP L hygiène corporelle Instruction civique et morale 4 séances Compétences socle commun : - Appliquer des règles élémentaires d hygiène. Compétences BO : - Connaître et appliquer les principes élémentaires

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU SymbioVag INFORMATIONS IMPORTANTES SUR SymbioVag Nous sommes heureux de l intérêt que vous portez à SymbioVag, notre nouvel ovule vaginal probiotique.

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE?

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? Information pour les patients TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA TUBERCULOSE GÉNÉRALITÉS 1.1 Qu est-ce que la tuberculose? 1.2 La tuberculose est-elle toujours contagieuse?

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

INSECTICIDE BIO KILL

INSECTICIDE BIO KILL INSECTICIDE BIO KILL Contenu de l information : Pourquoi lutter contre les insectes? La lutte moderne contre les insectes Présentation du concept BIO KILL Quelle est la toxicité des insecticides? À propos

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Risque infectieux et protection de l organisme

Risque infectieux et protection de l organisme Risque infectieux et protection de l organisme 1 La menace microbienne Comment définir les microbes? Activité 1 Les micro-organismes qui nous entourent Q1. Observer la préparation du bacille de Koch ou

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès : une maladie très répandue En France, on estime qu environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès à

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE?

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? Attention! Ne frottez pas la plaie, tamponnez-la le plus possible. Le frottement est douloureux et peut aussi endommager encore plus les tissus. N utilisez jamais un tampon d

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

La vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne La vaginose bactérienne L infection vaginale la plus courante Les infections vaginales Dans la population féminine adulte, c est le motif de consultation le plus fréquent. La plupart des femmes auront

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT

ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 7 ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT Ce chapitre, dernier de la partie «Évolution», a pour objectif de donner aux élèves les informations scientifiques pour établir l existence d interdépendances

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Quand vous accueillez les enfants le matin, prenez le temps d observer leur état de santé général. Tâchez de vous assurer qu ils sont assez bien pour participer pleinement au programme et qu ils n ont

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN L'OZONE L'OZONE EST UN GAZ INCOLORE (À HAUTES CONCENTRATIONS, IL EST BLEUTÉ), D'ODEUR ACIDE, ODEUR ATYPIQUE QUI SE SENT APRÈS UN ORAGE ACCOMPAGNÉ D'ÉCLAIRS. LE SYMBOLE EST

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA INFORMATIONS SUR LE TEST DE DEPISTAGE Q. Quels examens médicaux doit-on faire pour détecter

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST

HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST GUIDE PRATIQUE N 3 HERPES GÉNITAL ET AUTRES IST ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès Herpès génital et au Quand on parle d Infections Sexuellement Transmissibles, on pense immédiatement au Sida.

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH

ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH ÊTES-VOUS SÛRS DE TOUT SAVOIR sur le VIH et le SIDA? ÉDITION 2014 FRANÇAIS SOMMAIRE SAVOIR PAGE 5 Qu est-ce que LE VIH? PAGE 6 Qu est-ce que LE SIDA? PAGE 7 Comment peut se transmettre le VIH? PAGE 8 Lors

Plus en détail

Le monde du vivant : les dents

Le monde du vivant : les dents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 L hygiène dentaire Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com SEANCE 4 Le différent rôle des dents SEANCE 3 Nos dents sontelles identiques? EANCE 2 Combien avonsnous

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail