Sommaire de la séquence 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire de la séquence 7"

Transcription

1 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux, l espèce humaine existe toujours sur la planète. Au cours d une vie, un être humain rencontre souvent des maladies (oreillons, varicelle, rougeole, otite ) auxquelles il fait parfois face seul, sans aide médicale. Aussi, on peut se poser le problème suivant : Comment notre organisme fait-il pour survivre, parfois sans aide, à ces nombreuses maladies qui existent? Tu dois toujours avoir en tête ce problème scientifique car c est lui que nous résoudrons au fur et à mesure du travail dans les séquences 7, 8 et 9. Alors si tu ne sais plus pourquoi tu fais un exercice, reviens lire ces quelques lignes. 3e partie : Risques infectieux et protection de l organisme t Séance 1 La contamination et l infection par les micro-organismes t Séance 2 La lutte contre la contamination et l infection Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants droit respectifs. Tous ces éléments font l objet d une protection par les dispositions du code français de la propriété intellectuelle ainsi que par les conventions internationales en vigueur. Ces contenus ne peuvent être utilisés qu à des fins strictement personnelles. Toute reproduction, utilisation collective à quelque titre que ce soit, tout usage commercial, ou toute mise à disposition de tiers d un cours ou d une œuvre intégrée à ceux-ci sont strictement interdits. Cned-2009

2 séance 1 Séquence 7 Séance 1 La contamination et l infection par les micro-organismes On a entendu parler dans les journaux de la grippe A. Cette maladie aurait pu toucher plus de 20 millions de Français vers la fin de l année Bien que peu dangereuse, la grippe est surveillée de près car son responsable peut se changer en un véritable micro-organisme 1 tueur comme ce fut le cas en 1918 avec une grippe qui décima plus de 20 millions de personnes à travers le monde. On connaît d autres micro-organismes dangereux comme celui qui mène au Sida je m interroge Comment les micro-organismes infectent-ils l organisme? Exercice 1 : [I Recenser et organiser des informations] Pour répondre à cette question, tu dois savoir quels sont les types de micro-organismes que nous rencontrons, où nous les rencontrons et s ils sont dangereux pour nous ou pas. Pour cela, étudie les documents qui suivent. 2 3 La maladie de Lyme C est une maladie estivale grave qui agit à de nombreux endroits dans l organisme. Elle est due à une bactérie 2 nommée Borrelia Burgdorferi (voir schéma 1) qui possède une paroi, un cytoplasme et un matériel génétique. Elle voyage dans un parasite animal : la tique femelle (voir schéma 2). 1. Micro-organisme : on peut employer l équivalent «microbe», ce sont des êtres vivants microscopiques qui ne sont pas visibles à l œil nu. 2. Bactérie : micro-organisme constitué par une cellule avec un matériel génétique diffus dans le cytoplasme et qui peut vivre dans un milieu sans dépendre d autres êtres vivants. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 5

3 Séquence 7 séance La tuberculose C est une maladie potentiellement mortelle qui touche les poumons chez l Homme. Elle est due à une bactérie nommée bacille de Koch (voir schéma 3) qui est constituée d une paroi, d un cytoplasme et d un seul chromosome. Elle se trouve dans l air sous des formes résistantes. Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les infections sexuellement transmissibles sont variées et liées à des virus 2 ou à des bactéries. Certaines sont mortelles, toutes entraînent des maladies. Les chlamydias (voir schéma 4) sont des genres de bactéries déclenchant des chlamydioses avec peu de symptômes mais des écoulements blanchâtres au bout de la verge ou des pertes vaginales. Le VIH (voir schéma 5) est un virus qui entraîne le déclenchement, au bout d un temps plus ou moins long, du Sida. Ces micro-organismes se trouvent chez les personnes atteintes. 1. MET : microscope électronique à transmission. 2. Virus : micro-organisme plus petit que les bactéries qui ne peut se développer que lorsqu il se trouve dans une cellule vivante. 6 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

4 séance 1 Séquence 7 Les micro-organismes de l Homme L être humain est une formidable réserve de bactéries (voir schéma 6) qui, non seulement, ne sont pas dangereuses pour lui, mais sont utiles pour de nombreuses fonctions (défense de l organisme, développement du tube digestif, dégradation de certains composés de l alimentation). Ces bactéries se trouvent sur la peau ou les muqueuses 1 mais en aucun cas dans le sang ou les organes (on dit que ces endroits sont stériles). 12 Les bactéries du yaourt Les bactéries du yaourt (lactobacilles et streptocoques, voir schéma 7) transforment le lait en yaourt. On en trouve 1 milliard dans un gramme de yaourt. Elles sont inoffensives pour l Homme. bacille coque à partir des documents fournis, montre, à l aide d un tableau, qu il existe une grande diversité de micro-organismes qui peuvent être caractérisés selon leur capacité ou non à rendre l Homme malade et qui peuvent être regroupés en deux groupes. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Muqueuses : couches de cellules qui tapissent les cavités de l organisme qui sont en contact avec l extérieur (bouche, estomac, anus, vagin ). L humidité y est constante. 2. MO : microscope optique. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 7

5 Séquence 7 séance 1 Exercice 2 : [I Recenser et organiser des informations] Nous savons donc que les humains rencontrent en permanence des micro-organismes (virus et bactéries par exemple) dont certains sont dangereux. Pourtant, ces rencontres ne se traduisent pas toujours par l apparition d une maladie. Ainsi, dans le cas de la grippe saisonnière, on estime que chaque année, 2,5 millions de personnes sont touchées en France (sur une population de 65 millions). On sait aussi que dans une même famille, toutes les personnes ne sont pas affectées. Cela implique que les micro-organismes doivent pénétrer l organisme pour le rendre malade. Comment le font-ils? Résumé d un article du journal Le Monde du mercredi 15 juillet 2009, page 4. Le virus de la grippe A n est pas très dangereux. Cependant il se propage rapidement. Il peut être transporté dans l air suite à une toux, un éternuement, une production de postillons. Il peut se transmettre lors d un contact rapproché (main serrée, baiser) avec une personne malade, ou en touchant des objets (poignée de porte) souillés. La transmission par l éternuement Lorsqu une personne atteinte d un rhume, d une grippe ou d une autre maladie respiratoire tousse ou éternue, il y a une projection dans l air environnant à très grande vitesse (jusqu à 900 km/h!) de particules qui contiennent de nombreux micro-organismes responsables de ces différentes maladies. Les personnes présentes aux alentours peuvent alors inhaler ces particules contagieuses. 8 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

6 séance 1 Séquence 7 La transmission par les aliments Il arrive régulièrement que les journaux relatent des cas d intoxications alimentaires. Les exemples sont connus comme celui de la listeria, bactérie à l origine d une grave maladie, la listériose, qui peut être fatale pour les personnes les plus fragiles. Ces bactéries se transmettent par l intermédiaire de la charcuterie, des formages au lait cru, des steaks hachés La transmission par l eau Dans les pays industrialisés, l eau potable est contrôlée et ne contient aucun microorganisme pathogène 1. Mais plus d un milliard de personnes sur la planète n ont pas accès à l eau potable et se trouvent confrontées à la présence de micro-organismes dangereux dans leurs eaux de consommation. Ces agents pathogènes se retrouvent dans l eau lorsque des malades souillent cette eau par leurs excréments par exemple. Parmi les micro-organismes les plus connus, on trouve les bactéries responsables du choléra (dont les épidémies dévastèrent régulièrement la France pendant de longs siècles) et les virus responsables de la poliomyélite (depuis 2000, plus aucun cas de poliomyélite n a été contracté en France). On estime que 8 millions de personnes meurent chaque année du fait de ces micro-organismes. 12 Le franchissement de la barrière cutanée La peau et les muqueuses sont les premiers remparts de l organisme contre la pénétration des micro-organismes. Quelques micro-organismes franchissent seuls cette barrière mais la plupart du temps, il suffit d une égratignure (voir schéma) ou d une piqûre pour créer une porte d entrée. Les IST passent par les muqueuses à l occasion des rapports sexuels non protégés. La contamination 2 par le sang La contamination peut aussi se faire par le sang lors des transfusions par exemple. Si le sang du donneur contient des micro-organismes pathogènes, ceux-ci sont injectés lors de la transfusion directement dans le sang du receveur. Le Sida et l hépatite B se transmettent parfois de la sorte. Cette contamination par le sang existe de façon problématique chez les toxicomanes lors d échanges de seringues souillées. Lors de tels échanges, le Sida mais aussi les hépatites peuvent se transmettre. 1. Pathogène : un micro-organisme pathogène est un organisme capable de provoquer une maladie chez un être vivant, que la maladie soit mortelle ou non. 2. Contamination : c est lorsque les micro-organismes pénètrent dans un être vivant après franchissement de la barrière cutanée (la peau ou une muqueuse chez l Homme). Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 9

7 Séquence 7 séance 1 à partir de l ensemble des informations qui précèdent, afin de faire connaître la diversité des modes de transmission des micro-organismes, établis un tableau de synthèse à deux colonnes. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour résoudre le problème, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 3 : [I Rechercher et organiser de l information] Lorsque le micro-organisme a réussi à pénétrer dans l organisme, il va pouvoir provoquer des symptômes de la maladie. Nous savons que dans de nombreux cas, la contamination intervient parfois plusieurs jours avant l apparition des symptômes. Dans le cas de la grippe, une personne atteinte (ou infectée) dans une famille est souvent guérie lorsque les autres tombent malades. Cela implique que les micro-organismes mettent un certain temps avant de rendre la personne malade. Comment font-ils pour nous rendre malade? Pour répondre à cette question, il faut comprendre ce qui se passe dans l organisme une fois que la contamination a eu lieu. Les documents qui suivent vont te permettre de comprendre comment les micro-organismes nous rendent malades. 10 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

8 séance 1 Séquence 7 Le cas des bactéries Une fois que les bactéries ont pénétré dans l organisme, elles se trouvent dans des conditions très favorables à leur multiplication du fait de la température (37 C), de l humidité et de la présence de nourriture abondante. Ainsi, une bactérie unique qui se multiplie (voir schéma 1) dans ces conditions toutes les 20 minutes, est à l origine d une population de bactéries d environ 69 milliards d individus après seulement 12 heures! On peut comprendre que cela puisse être à l origine des symptômes des maladies. La multiplication excessive des bactéries dans notre organisme peut entraîner une infection 1. Le cas des virus Une fois que les virus sont dans l organisme, ils vont pénétrer dans des cellules pour les utiliser dans le but de se multiplier. Un virus qui rentre donne rapidement environ 200 nouveaux virus et une cellule infectée meurt lorsque les virus s échappent. On peut comprendre que la mort des cellules perturbe le fonctionnement de l organisme. Sur le schéma, on a représenté le cycle de reproduction du virus du Sida. à l aide des documents ci-dessus, précise comment les micro-organismes sont à l origine d une infection. [Sélectionner des informations]1 Si tu éprouves des difficultés pour résoudre le problème, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Infection : c est lorsque les micro-organismes se multiplient dans le corps et provoquent des symptômes. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 11

9 Séquence 7 séance 1 j e retiens Les micro-organismes sont très nombreux autour de nous. On en trouve en grande quantité dans l air, l eau, le sol, les aliments, sur notre peau Si certains, dits pathogènes, font courir des risques de maladies à l Homme, la plupart sont inoffensifs et même utiles dans différents domaines. Par exemple, certaines bactéries aident à la transformation du lait en yaourt (exercice 1). Les micro-organismes pathogènes peuvent se transmettre de différentes façons mais les plus courantes sont les transmissions par l alimentation, l eau, l air ou lors des rapports sexuels non protégés (exercice 2). à la faveur d une lésion, si petite soit-elle, les micro-organismes franchissent les barrières naturelles de notre organisme (la peau et les muqueuses). On parle alors de contamination. Dans le cas des IST dont le Sida, la contamination peut se faire par le sang. Parfois, elle peut intervenir lors des transfusions (exercice 2). Les micro-organismes, une fois entrés dans l organisme, trouvent des conditions favorables à leur multiplication (exercice 3). Leur prolifération se fait dans l organisme pour les bactéries, dans les cellules pour les virus et peut atteindre un rythme impressionnant (une bactérie se multiplie toutes les 20 minutes). 12 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

10 séance 2 Séquence 7 Séance 2 La lutte contre la contamination et l infection Le vendredi 24 juillet 2009, 793 cas confirmés ou probables de la grippe A étaient recensés en France. Pour cette seule semaine de juillet, on avait enregistré 64 nouveaux cas. Et l on s attendait à une propagation rapide de la maladie qui aurait pu contaminer puis infecter plus de 20 millions de français jusqu à la fin de l année. je m interroge Comment limiter les risques de contamination et d infection? Exercice 4 : [Faire preuve de responsabilité en matière de santé] Pour répondre à cette question, tu vas devoir faire appel à tes connaissances personnelles dans un premier temps. D après ce que tu sais, tente d expliquer ce que tu fais dans la vie de tous les jours pour limiter les risques de contamination et d infection par la grippe et les infections respiratoires, rhumes, rhinopharyngites.... [Utiliser ses connaissances] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 5 : [I Recenser et organiser des informations] Aujourd hui, les moyens pour limiter les risques de contamination et d infection sont nombreux et variés. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 13

11 Séquence 7 séance 2 12 Les mesures d asepsie Dans les milieux hospitaliers et dans les lieux où l on utilise des instruments médicaux, il existe des règles d hygiène très strictes ou mesures d asepsie 1 qui permettent de limiter au maximum les risques de contamination lorsqu une incision ou une piqûre doit être pratiquée dans la peau. Aussi petite soit cette incision, des micro-organismes peuvent pénétrer. L asepsie est un mot qui signifie «sans vie» c est-à-dire que l on tente d éliminer tous les micro-organismes avant qu ils ne pénètrent dans l organisme. On utilise l eau de Javel pour décontaminer les salles d opération, on filtre l air qui entre dans la salle, on opère à basse température, on utilise des instruments stériles et l on porte des vêtements, des masques et des gants stériles Les mesures d antisepsie 2 Lorsqu une personne présente une plaie, celle-ci contient la plupart du temps des micro-organismes issus de l extérieur. Pour limiter les risques d infection, on pratique l antisepsie. Ce mot signifie «contre la vie» c est-à-dire que l on tente de tuer les microorganismes qui se trouvent dans la plaie. On utilise par exemple de l alcool à 70 ou de la bétadine. L utilisation du préservatif Dans le cas des IST (infections sexuellement transmissibles), il n existe qu un seul moyen d éviter les risques de contamination et ce moyen est le préservatif. L hygiène quotidienne Dans la vie courante, nous respectons des règles d hygiène pour limiter les risques de contamination et d infection. Comme nous sommes en permanence au contact de micro-organismes qui peuvent s avérer dangereux, on pratique des gestes simples. Par exemple, il est impératif de se laver les mains avec du savon pendant 30 secondes lorsque l on éternue, se mouche, tousse, lorsque l on est allé aux toilettes, avant et après les repas, après chaque sortie et retour à la maison. Dans le but d exprimer plus scientifiquement les moyens pour limiter la contamination et/ou l infection, relève, dans un tableau à trois colonnes, pour chacune des mesures relatées, l action qui réduit les risques de contamination et donc d infection par laquelle la contamination et l infection sont rendues difficiles. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 1. Asepsie : ensemble des techniques préventives qui visent à détruire les microbes pour empêcher toute contamination. 2. Antisepsie : ensemble des techniques curatives qui visent à détruire les microbes qui peuvent être présents dans des plaies en utilisant des antiseptiques. 14 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

12 séance 2 Séquence 7 Exercice 6 : [I Recenser et organiser des informations] Chaque année, des millions de Français sont touchés par la grippe, d autres par des angines bactériennes ou virales si bien que les contaminations sont possibles malgré toutes les précautions prises. Comment aider l organisme à lutter contre une infection? 1 Une découverte fortuite Le bactériologiste anglais Alexander Fleming part en vacances en 1928 en oubliant des boîtes de cultures de bactéries nommées staphylocoques. À son retour, les boîtes de cultures sont envahies par des moisissures qu il nommera pénicillium. Mais ce qui retient son attention, c est que les bactéries sont détruites au contact de ces moisissures. Il émet alors l hypothèse que les moisissures ont produit une substance mortelle pour les bactéries et il la nomme pénicilline. Il venait de découvrir le premier antibiotique 1, celui qui est le plus utilisé au monde. Un antibiogramme Depuis la découverte de Fleming, d autres antibiotiques ont été découverts. Pour savoir lequel utiliser dans telle ou telle maladie, on réalise une culture de micro-organismes et on place sur la culture des disques imprégnés d antibiotiques variés. Celui qui détruit le plus les bactéries sera utilisé en priorité (voir schéma). On s apercevra rapidement que les antibiotiques n ont aucun effet sur les virus. 1. Antibiotique : substance qui est produite par des champignons, des bactéries ou dans des laboratoires et qui empêche la multiplication des microbes ou les détruit parfois. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 15

13 Séquence 7 séance 2 Des conseils pour bien utiliser les antibiotiques 1. Les données montrent que 7 fois sur 10, les maladies comme les rhinopharyngites ou les angines, ont pour cause des virus et non des bactéries. Or les antibiotiques n ont aucun effet sur les virus. 2. Souvent utilisés pour rien, surtout au moment de leur découverte et encore aujourd hui, les antibiotiques deviennent inefficaces car les bactéries acquièrent une résistance. Cela provoque parfois des maladies mortelles dans les hôpitaux et l on parle de maladies nosocomiales. 3. Un antibiotique agit sur une bactérie précise. Il ne faut jamais prendre un antibiotique précis pour lutter contre une autre maladie, même si elle paraît proche en apparence. 4. Un antibiotique est prescrit pour une durée déterminée qu il faut absolument respecter pour être certain que les bactéries sont toutes éliminées. 1- à partir de l aventure du docteur Fleming et des informations fournies, montre sur quoi et comment agissent les antibiotiques. [Organiser de l information] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. 2- Quelles sont les règles à suivre pour utiliser les antibiotiques? [Organiser de l information] j e retiens Les risques de contamination et d infection peuvent être limités de différentes manières. Les règles d hygiène élémentaires (se laver les mains, utiliser un mouchoir en papier, se laver régulièrement ), l utilisation d antiseptiques en cas de plaies avec risque de contamination (alcool à 70, bétadine ), les règles d asepsie en milieu médical (aiguilles stériles, salles d opération décontaminées, vêtements, masques, gants ) visent toutes à limiter les contacts avec les micro-organismes ou à réduire les risques d infection en cas de contamination possible. Il est important de rappeler que le seul moyen efficace pour éviter les contaminations par les IST est le port du préservatif (exercices 1 et 2). Le premier antibiotique (la pénicilline) a été découvert en 1928 par Alexander Fleming. Ces médicaments tuent certaines bactéries ou empêchent leur prolifération et ils n ont aucun effet sur les virus. Aussi, il faut savoir les utiliser correctement en suivant les instructions du médecin (exercice 3). 16 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

14 séance 2 Séquence 7 Pour aller plus loin Exercice 7 : [Ré Récolter des informations par la recherche expérimentale] Le savon permet de lutter contre les contaminations. Notre peau est recouverte d une fine pellicule grasse nommée le sébum qui protège la peau. L inconvénient est que les saletés et les micro-organismes se fixent sur le sébum. Se laver avec du savon permet d éliminer ces éléments étrangers fixés par le sébum. L eau seule ne suffit pas parce qu elle glisse sur le sébum, les graisses et l eau ne se mélangeant pas. Quel peut bien être le rôle du savon sur la peau? Pour répondre à cette question, tu vas devoir réaliser des expériences simples et interpréter les résultats. Suite à des recherches sur Internet, une élève de la classe a trouvé un texte scientifique qui explique le rôle du savon. L action du savon sur le sébum Une partie de la molécule de savon est lipophile (qui «est attirée» par les graisses). Elle se fixe donc au sébum. Une autre partie de cette molécule de savon est hydrophile (qui «est attirée» par l eau). Lorsque l on se rince bien, l eau entraîne le savon qui entraîne le sébum sur lequel il s est fixé avec son contenu en saletés et en micro-organismes. Lors d une discussion en classe, un élève a proposé les expériences suivantes pour vérifier que le texte scientifique correspond bien à la réalité. Expérience A : verser dans un verre de l eau et deux cuillères à café d huile. Agiter. Expérience B : verser dans un autre verre le même mélange que dans l expérience A. Ajouter une dose de savon liquide. Agiter. à partir des résultats que tu vas obtenir en réalisant ces expériences, explique l importance du savon dans l hygiène corporelle en t aidant du texte et de tes connaissances. [C Construire de nouvelles connaissances] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «Besoin d aide?» en fin de séquence. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 17

15 Séquence 7 ANNEXE «Besoin d aide?» Séance 1 Exercice 1 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois d abord lire l ensemble des documents. Tu dois te familiariser avec les micro-organismes (note sur une feuille leur nom, les endroits où on les trouve) puis : entoure en rouge ceux qui sont pathogènes, entoure en vert ceux qui ne sont pas dangereux. Réalise un tableau à double entrée associant chaque micro-organisme (en ligne) à son caractère pathogène (en colonne). Utilise les informations du tableau pour montrer qu il existe une grande variété de microorganismes. Exercice 2 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Relève pour chacun des moyens de transmission les micro-organismes concernés. Dans un tableau à deux colonnes, associe à chaque moyen de transmission les exemples de micro-organismes de l exercice. Exercice 3 : [I Rechercher et organiser de l information] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Relève, dans chacun des textes, les conditions de développement des deux types de microorganismes. 18 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

16 Séquence 7 Séance 2 Exercice 4 : [Faire preuve de responsabilité en matière de santé] Tu dois relire la séance 1 si tu ne l as plus en tête. Rappelle-toi éventuellement les bons gestes à faire (vus à la télévision) pour limiter la contamination par les maladies respiratoires. Dans une phrase, note toutes les attitudes à avoir face au risque épidémique. Si tu ne les connais pas, effectue une recherche sur Internet (tu peux utiliser des mots-clés comme règle d hygiène, grippe ). Exercice 5 : [I Recenser et organiser des informations] Tu dois lire l ensemble des documents. Relève, pour chaque mesure prise, la conséquence sur les micro-organismes impliqués dans une contamination et/ou une infection. Dans un tableau à trois colonnes, associe chaque mesure à sa conséquence sur les microorganismes. Le tableau peut ainsi prendre la forme suivante : Méthode employée Méthodes Résultats obtenus Asepsie Laver les surfaces à l eau de Javel Destruction des microbes déposés sur les surfaces Exercice 6 : [I Recenser et organiser des informations] 1- Tu dois : lire les documents, identifier le type de micro-organisme sur lequel agissent les antibiotiques, relever l action qu ont ces antibiotiques sur ces micro-organismes, relever, en lisant l antibiogramme, si tous les micro-organismes sont concernés par l action des antibiotiques. 2- Tu dois : lister les règles pour bien utiliser les antibiotiques, préciser le risque en cas de mauvaise utilisation. Exercice 7 : [Ré Récolter des informations par la recherche expérimentale] Tu dois : lire l ensemble des documents avant de tenter de répondre, réaliser les expériences indiquées, noter les résultats soit en les décrivant soit en les schématisant, relier chaque résultat aux informations du texte. Pour chaque résultat, explique, à l aide des informations, l effet sur le sébum : de l eau seule, de l eau savonneuse. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 19

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Des moyens de protection contre les micro-organismes

Des moyens de protection contre les micro-organismes III1 Activité 4 Problème : Comment lutter contre les micro-organismes? Des moyens de protection contre les micro-organismes Mo.2 Att.1 Le vivant : organisation et fonctionnement du corps humain Découvrir

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme.

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Carte Nombre d épisodes confirmés de cas groupés survenus en France métropolitaine depuis le début de l épidémie par département de signalement

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE!

Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! L utilisation inadaptée des antibiotiques entraîne la formation de bactéries antibiorésistantes. Chaque année, plus de 25 000 personnes en meurent dans l UE! Les antibiotiques ne sont pas des bonbons!

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

Hygiène des mains. École de lavage des mains de Max

Hygiène des mains. École de lavage des mains de Max Hygiène des mains École de lavage des mains de Max Max, du haut de ses neuf ans, est un petit garçon très actif. Il communique facilement son grand sourire très chaleureux aux personnes qu il croise dans

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES.

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. Y France 2006-642 016 778 RCS Nanterre - Réf. 313-06280-A SI VOUS ÊTES MALADE, PORTEZ UN MASQUE* POUR PROTÉGER VOS PROCHES.

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Début du jeu Juillet 2008 1

Début du jeu Juillet 2008 1 Réalisation du diaporama: Jacinthe Marchand, CSSS des Pays-d en-haut Renseignements tirés de La transmission du VIH : guide d évaluation du risque, 5e édition (2004) Société canadienne du sida, 80 pages.

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France 1/7 I - L application des mesures en collectivité joue un rôle

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

Evaluation des compétences expérimentales en fin de 3 ème Risque infectieux et protection de l organisme Titre du sujet : L action des antibiotiques

Evaluation des compétences expérimentales en fin de 3 ème Risque infectieux et protection de l organisme Titre du sujet : L action des antibiotiques Situation initiale Fiche sujet Claude est atteint d une angine qui est une infection due à une bactérie, le Streptocoque. Le médecin lui prescrit un antibiotique pour qu il se débarrasse de ses maux de

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée aux personnes employées dans les établissements où sont manipulées des denrées alimentaires Certificat médical

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène Combattre les virus 7 Conseils d hygiène Afin de vous protéger contre le rhume, la grippe et la gastroentérite, les 7 conseils d hygiène suivants peuvent vous aider à réduire le risque d infection. DG

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains est le meilleur moyen de freiner la propagation d infections Les germes à l école Des chercheurs de l Université de l Arizona ont constaté

Plus en détail

Des mains propres pour des enfants en bonne santé. Hygiène des mains

Des mains propres pour des enfants en bonne santé. Hygiène des mains Des mains propres pour des enfants en bonne santé Hygiène des mains Protégeons nos enfants À l'école, les enfants sont exposés aux maladies infectieuses comme la toux, le rhume, la grippe ou la diarrhée.

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE

PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE De manière générale, l'établissement d'accueil du jeune enfant n'est pas adapté pour l'accueil des enfants malades, aucun membre

Plus en détail

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Le 8 mai 2009 Mise à jour : le 18 septembre 2009 Le présent document

Plus en détail

Mycose vaginale. Juillet 2012. Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier

Mycose vaginale. Juillet 2012. Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier Mycose vaginale Juillet 2012 Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier Table des matières Introduction 5 I - Qu'est ce que c'est?

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

La vaccination des enfants

La vaccination des enfants FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La vaccination des enfants Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une mère qui tient son enfant pendant qu il est vacciné. 2. Un père portant son enfant vacciné

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination.

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination. Encadrements administratifs Exposition à des dangers biologiques (PROCÉDURE PROCÉDURE) Date d 'entrée en vigueur : 11/12/15 Date de fin : Commentaire : Service émetteur : Capital humain Service du signataire

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE Deuxième année, mai 2010 NIVEAU Des pilules contre tous les microbes? 2 e ANNÉE Aperçu Dans cette leçon, les élèves examineront la notion des bactéries

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée à d autres services d inspection que ceux de l AFSCA, qui effectuent des contrôles dans des établissements où sont

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Protocole de prévention et contrôle des infections

Protocole de prévention et contrôle des infections Protocole de prévention et contrôle des infections Point de services Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec 27 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. OBJECTIFS 1 3. RESPONSABILITÉ

Plus en détail

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses Société Française de Pédiatrie Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre la Direction générale de la santé, la

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Tu viens de voir que le système nerveux permet de s adapter à notre environnement, grâce à des réactions coordonnées par notre cerveau. Dans certains cas, le fonctionnement du

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES MODES DE TRANSMISSION DES VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES VIRUS RESPIRATOIRES SE TRANSMETTENT PAR :

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance??

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? Centre de la Petite Enfance Baliballon Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? La réponse dans les pages qui suivent En collaboration avec le CLSC-CHSLD «Comme la santé

Plus en détail

ARS AQUITAINE - IREPS AQUITAINE

ARS AQUITAINE - IREPS AQUITAINE ARS AQUITAINE - IREPS AQUITAINE Chaque année, selon l UNICEF, plus de 3.5 millions d enfants ne vivent pas assez pour fêter leur cinquième année à cause de la diarrhée et de la pneumonie. Cependant,

Plus en détail

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST?

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Fiche : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Quelques dates 98 : Identification d un premier cas de la maladie du SIDA 983 : Identification du virus VIH par l Institut Pasteur 987 : Première prescription

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 «Tu as vu Pierre, depuis son accident? Oui, son casque lui a sauvé la vie, mais il risque d être bloqué sur un fauteuil roulant. Mais comment est-ce arrivé? Eh bien, en fait,

Plus en détail

Le 4 juillet 2012. Addenda

Le 4 juillet 2012. Addenda Division de la santé publique et des soins de santé primaires Lutte contre les maladies transmissibles 300, rue Carlton, 4 e étage, Winnipeg (Manitoba) R3B 3M9 Tél. : 204 788-6737 Téléc. : 204 948-2040

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Nadège Mathilde Zoé - Robin Céliane - Grégory Chojnacki - Mus - Hance Marty Lacour - Depaepe

Nadège Mathilde Zoé - Robin Céliane - Grégory Chojnacki - Mus - Hance Marty Lacour - Depaepe Nadège Mathilde Zoé - Robin Céliane - Grégory Chojnacki - Mus - Hance Marty Lacour - Depaepe Guillemette Chapuisat (maître de conférences) Aurélie Bonacucina (professeur) Christian Marchal (professeur)

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Mis en ligne Page 1 20/04/2010 CHAPITRE 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Nous savons depuis la classe de 4 ème que toutes les cellules de l organisme proviennent des divisions successives de

Plus en détail