ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT"

Transcription

1 CHAPITRE 7 ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT Ce chapitre, dernier de la partie «Évolution», a pour objectif de donner aux élèves les informations scientifiques pour établir l existence d interdépendances entre les transformations de la Terre, celles des milieux de vie et celles du monde vivant au cours des temps géologiques. Les documents présentés en ouverture de ce chapitre sont des indices et des bases pour engager un dialogue avec les élèves sur le thème de la variation des milieux de vie et de l évolution, voire de la disparition de certaines espèces. Le choix s est porté sur les équidés et les dinosaures. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 83

2 QUE DOIVENT SAVOIR LES ÉLÈVES AVANT D ABORDER CE CHAPITRE? Les connaissances requises pour aborder ce chapitre sont celles qui lient milieux de vie et occupation du milieu, connaissances établies en cinquième et en quatrième. Il est indispensable de faire préciser aux élèves, et avant de s engager dans la 1 re activité, ce qu ils savent des transformations de la lithosphère en liaison avec la tectonique des plaques (classe de 4 e ). LE PROGRAMME OFFICIEL (Extrait du B.O. n 6 (vol 2) du 19 avril 2007, hors-série) Le programme présente les références au socle commun de connaissances et de compétences en caractères droits. Le reste du programme est en italique. Connaissances Les événements géologiques ayant affecté la surface de la Terre depuis son origine, il y a 4,6 milliards d années, ont modifié les milieux et les conditions de vie : les peuplements ont changé. La Terre a connu des transformations en relation avec l apparition de la vie et la diversification des organismes vivants. Réciproquement, l évolution des conditions planétaires (géographiques, environnementales) a influencé l évolution de la vie. La succession des formes vivantes et les transformations géologiques sont utilisées pour subdiviser les temps géologiques en ères et en périodes de durée variable. Capacités déclinées dans une situation d apprentissage Rechercher l information utile, l analyser, la trier, la synthétiser [Compétence 7] ; exploiter des textes, graphiques, schémas, vidéogrammes, afin de proposer une relation entre des événements survenus à la surface de la Terre et des changements dans le monde vivant. [Compétence 4 b2i domaine 4] Situer dans le temps sur une frise chronologique quelques repères jalonnant l histoire des organismes vivants, quelques repères d événements permettant de découper le temps géologique. [Compétence 5] Exemples d activités Prendre un exemple : changement du climat ou volcanisme ou régression marine ou météorite. Un «complément» au programme, publié le 30 mai 2008, est consultable sur le site ÉduSCOL à l adresse : LES THÈMES DE CONVERGENCE Ce chapitre peut être intégré au thème 3 «météorologie et climatologie». Les connaissances acquises dans ce chapitre apportent un point de vue inattendu dans le cadre de ce thème : des changements climatiques, paléogéographiques, survenus au cours des temps géologiques, ont pu provoquer l évolution d espèces et de groupes d êtres vivants, voire leur disparition. 84

3 LA PROGRESSION DANS LE CHAPITRE Les auteurs ont voulu mettre en place une démarche d investigation à partir d exemples simples. Cela doit permettre à l élève de s informer, de mettre en relation les données pour dégager les influences entre environnement et êtres vivants au cours des temps géologiques. Introduction et activité 1 : s informer/découvrir (50 minutes) Les échanges engagés en introduction se poursuivront simplement dans l activité 1 qui s appuie sur l évolution des équidés. Il s agit ici, dans le cadre d une démarche d investigation, d apports scientifiques, de connaissances que l élève doit s approprier pour découvrir comment l environnement a influencé l évolution des équidés. Activité 2 : s informer/découvrir (50 minutes) Cette activité conduit l élève à découvrir la notion de crise biologique liée à la modification de paramètres de l environnement, il y a 65 millions d années. La présentation des causes possibles de cette crise permet de cerner une caractéristique de la démarche scientifique : rechercher et débattre à partir de faits pour expliquer un phénomène, ici, la disparition du groupe des dinosaures. Activité 3 : raisonner et construire des connaissances (50 minutes) Les roches portent en elles les traces de l évolution de l atmosphère de la planète Terre. Cette activité propose des documents qui révèlent l apparition du dioxygène dans l atmosphère puis l évolution de sa composition depuis 4,5 milliards d années, sous l effet des êtres vivants. Activité 4 : s informer/découvrir (50 minutes) Il s agit de la synthèse du chapitre sous la forme d une frise qui met en place, sur un axe du temps, l évolution du nombre de familles d êtres vivants. Cette synthèse permet de mettre en évidence la manière dont l histoire de la Terre a été subdivisée. En classe, cette frise succincte peut être construite progressivement au cours des 3 chapitres qui composent cette partie. L ATELIER B2i Cette activité permet à l élève de construire ou de renforcer : une compétence informatique : «modifier la mise en forme des caractères et des paragraphes ; regrouper dans un même document plusieurs éléments, textes, images (C.3)» ; une compétence liée au programme de SVT : «mettre en relation des données sur l origine d une crise biologique». L élève doit produire un article de presse sur les causes de la crise permo-triasique. Cet article de presse doit être illustré. Le site : propose les ressources pour réaliser cette production que l élève pourra évaluer en se référant au document de positionnement «élève» du BO du 16 novembre Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 85

4 activité 1 Influence de l environnement sur l évolution des êtres vivants Objectifs visés L évocation de la pensée darwinienne, dans le chapitre précédent, suggère l idée que l évolution biologique est conditionnée par des modifications du milieu. Cette activité a pour but de vérifier ce lien de causalité en prenant l exemple de la lignée des équidés. Dans un premier temps, on établit une relation entre l évolution biologique et une modification de la végétation que l on explique, dans un deuxième temps, en s appuyant sur des notions construites en quatrième, par le mouvement relatif des plaques lithosphériques. Connaissances construites L évolution des conditions planétaires (géographiques, environnementales) a influencé l évolution de la vie. Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à la connaissance des caractéristiques du vivant et plus précisément à celle de l évolution. Les capacités et les compétences déclinées au cours de cette activité Comparer les caractères de 2 équidés fossiles et d un équidé actuel en utilisant les informations fournies par des textes et des dessins (document a). Formuler une hypothèse relative à la cause de l évolution des équidés préalablement constatée en utilisant les informations fournies par un texte (documents a et b). Vérifier la validité de l hypothèse formulée en utilisant les informations fournies par des cartes et des textes (document c). Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à mettre en œuvre la démarche scientifique, notamment saisir des informations, formuler une hypothèse puis la valider. 86

5 Réponses aux questions posées 1 : L évolution des équidés s est accompagnée de l augmentation de la taille, d un allongement et d un redressement de la patte, d une diminution du nombre de doigts. 2 : Ces modifications ont, sans doute, permis aux équidés d améliorer leur aptitude à la course. 3 : Le déplacement des plaques a eu pour conséquence le remplacement, dans le Wyoming en particulier, de la forêt par la steppe, milieu ouvert dans lequel l aptitude à la course est favorable à la survie de l espèce. Cette modification de l environnement, liée à un changement géographique, peut donc expliquer l évolution des équidés. Matériel et mise en œuvre Cette activité se prête bien à la mise en œuvre de la démarche d investigation. Le document a permet aux élèves de situer les 3 espèces dans le temps et, grâce aux légendes, de les comparer sans difficulté afin de décrire quelques caractéristiques de leur évolution. Le document b permet, d une part, de donner une signification aux évolutions précédemment constatées et, d autre part, d engager une réflexion sur la cause probable d une telle évolution. L hypothèse d un lien avec un changement environnemental, suggérée par ce même document, est validée par l exploitation du document c. On peut utilement favoriser la réflexion des élèves en les invitant, avant la présentation du document c, à réfléchir aux conséquences vérifiables de l hypothèse formulée. Ils sont ainsi amenés à la nécessité de connaître la répartition de la végétation mondiale à l époque où vivaient les équidés fossiles. On peut alors projeter, en utilisant le CD d accompagnement, la carte de la végétation du monde, il y a 55 millions d années. Sa lecture, comparée à la carte de la végétation mondiale actuelle, confirme la réalité d une modification de l environnement allant dans le sens de l hypothèse. On peut, à ce moment-là seulement, utiliser le document c du manuel pour finaliser la réflexion et donner les informations permettant de relier les modifications environnementales constatées au déplacement des plaque lithosphériques. Ressources (bibliomédiagraphie) Des ouvrages généraux pour le professeur V. Courtillot, La vie en catastrophes, Fayard, 1995 F. Lethiers, Évolution de la biosphère et événements géologiques, Éditions scientifiques GB, 1998 Dossier «Extinction, quand la vie faillit», La Recherche, n 409, juin 2007 Dossier «La météorite, les dinosaures et le plancton», La Recherche, n 293, décembre 1996 Les documents du manuel sont à projeter à partir du CD-Rom. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 87

6 activité 2 Influence de l environnement sur les disparitions massives d êtres vivants Objectifs visés Cette activité propose de rechercher l origine des crises biologiques en prenant l exemple de la crise crétacé tertiaire décrite dans le chapitre 5. L exposé des différentes causes possibles permet d introduire, ici, l idée essentielle du caractère relatif et souvent provisoire de l explication scientifique. Connaissances construites Les événements géologiques ayant affecté la surface de la Terre depuis son origine, il y a 4,6 milliards d années, ont modifié le milieu et les conditions de vie : les peuplements ont changé. Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à la connaissance des caractéristiques du vivant et plus précisément à celle de l évolution. Les capacités et les compétences déclinées au cours de cette activité Mettre en relation des informations tirées de documents variés (textes, cartes, modèles) dans le but d expliquer les modifications des peuplements à la fin de l ère secondaire (document a). Argumenter en faveur de l existence d un lien entre le volcanisme du Deccan et la crise biologique correspondante (document b). Rédiger une synthèse exposant les différentes causes possibles de la crise étudiée (documents a et b). Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue : à mettre en œuvre la démarche scientifique notamment saisir des informations, argumenter ; à comprendre qu un effet peut avoir plusieurs causes agissant simultanément, à percevoir qu il peut exister des causes non apparentes ou inconnues. 88

7 Réponses aux questions posées 1 : La chute d une météorite peut expliquer la disparition de nombreuses espèces végétales car elles sont privées de la lumière nécessaire à leur nutrition et leur croissance. La disparition des animaux peut s expliquer par la désorganisation des chaînes alimentaires, d une part ; par la détérioration des conditions de la respiration (augmentation de la température et du taux de dioxyde de carbone) d autre part. 2 : Le volcanisme du Deccan ayant eu des effets similaires sur l environnement, ce phénomène peut également expliquer la crise biologique datant de la même époque. 3 : La crise biologique qui s est déroulée il y a 65 millions d années peut donc avoir pour origine : la chute d une météorite ; le volcanisme du Deccan. Matériel et mise en œuvre Les acquis de l activité précédente permettent de formuler l hypothèse d un lien entre la crise biologique décrite dans le chapitre 5 et des modifications importantes des conditions de vie. Une réflexion sur les conséquences vérifiables de cette hypothèse, guidée par le professeur, amène les élèves à rechercher d éventuelles traces des phénomènes pouvant expliquer de telles modifications. La nature de ces phénomènes ne pouvant être, a priori, soupçonnée, on peut alors utiliser les documents du manuel pour les découvrir. Le document a révèle l existence de traces d une chute météoritique et fournit les informations permettant d établir un lien possible entre la survenue d un tel phénomène et les modifications des peuplements. De même, le document b révèle l existence de traces d un volcanisme intense et fournit des informations permettant d établir un lien possible entre la survenue de ce phénomène et les modifications des peuplements. Ressources (bibliomédiagraphie) Voir page 87 Les documents du manuel sont à projeter à partir du CD-Rom. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 89

8 activité 3 Influence des êtres vivants sur l évolution de l atmosphère Objectifs visés Cette activité a pour but de mettre en évidence l influence des êtres vivants sur l évolution de l atmosphère. La réflexion porte sur l apparition du dioxygène et l augmentation de son taux dans l atmosphère ainsi que sur la diminution du taux de dioxyde de carbone, au cours des temps géologiques. Connaissances construites La Terre a connu des transformations en relation avec l apparition de la vie et la diversification des êtres vivants. Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à la connaissance des caractéristiques du vivant et plus précisément à celle de l évolution. Les capacités et les compétences déclinées au cours de cette activité Expliquer l apparition du dioxygène en utilisant les informations tirées de divers documents (textes, schémas, photographies) (documents a, b et c). Expliquer la diminution du dioxyde de carbone en utilisant des informations tirées de divers documents (textes, graphiques, schémas, photographies) (document d). Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à mettre en œuvre la démarche scientifique notamment saisir des informations, les relier dans un but explicatif. 90

9 Réponses aux questions posées 1 : L apparition du dioxygène atmosphérique est le résultat de l apparition des stromatolites qui ont commencé à rejeter ce gaz. S accumulant, dans un premier temps dans la mer, le dioxygène est passé, dans un deuxième temps, dans l atmosphère. 2 : La diminution du taux de dioxyde de carbone est liée à la formation des océans qui ont dissous une grande quantité de ce gaz, et à l accumulation des coquilles calcaires dans les sédiments qui l ont ensuite piégé. 3 : L apparition des végétaux chlorophylliens explique l apparition du dioxygène atmosphérique ; la prolifération des animaux à coquilles explique la diminution du taux de dioxyde de carbone. Donc, les êtres vivants ont influencé la composition de l atmosphère. Matériel et mise en œuvre Le document a montre, grâce aux datations des échantillons fournis, que le dioxygène est probablement apparu dans les océans il y a environ 3,5 milliards d années et dans l atmosphère il y a environ 2 milliards d années. Ce constat débouche sur le problème de l origine de ce gaz, absent dans l atmosphère primitive, de son apparition dans les océans puis dans l atmosphère. Le document b permet de résoudre une partie du problème : c est l apparition des premiers végétaux chlorophylliens, marins, datée de la même époque qui explique l apparition du dioxygène dans les océans. Le document c permet de résoudre l autre partie du problème : le dioxygène n est apparu que plus tard dans l atmosphère car il a été «piégé» dans un premier temps dans diverses formations géologiques. Pour la deuxième partie de l activité, on peut, dans un premier temps, projeter seulement le graphique du document d. Sa lecture permet de décrire l évolution de l atmosphère. On focalise la réflexion sur la diminution du dioxyde de carbone. Les élèves sont alors invités à proposer des explications à une telle évolution. C est une lecture plus fine du même document qui permettra de rejeter l hypothèse d un lien avec l activité des stromatolites (hypothèse qui peut légitimement être formulée par les élèves compte tenu de la mobilisation des acquis relatifs à la biologie des végétaux chlorophylliens) puisque la diminution du dioxyde de carbone précède l apparition des stromatolites. On peut alors utiliser l ensemble du document d pour finaliser la réflexion. Ressources (bibliomédiagraphie) Voir page 87 Les documents du manuel sont à projeter à partir du CD-Rom. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 91

10 activité 4 Les grandes subdivisions de l histoire de la Terre Objectifs visés Les élèves découvrent, dans cette activité, comment ont été établies les coupures chronologiques de l histoire de la Terre. Connaissances construites La succession des formes vivantes et les transformations géologiques sont utilisées pour subdiviser les temps géologiques en ères et périodes de durée variable. Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à la connaissance des caractéristiques du vivant et plus précisément à celle de l évolution. Les capacités et les compétences déclinées au cours de cette activité Saisir des informations dans un graphique afin de préciser comment ont été établies les subdivisions de l histoire de la Terre. Dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences, cette activité contribue à comprendre le lien entre les phénomènes de la nature et le langage mathématique (le graphique) qui s y applique et aide à les décrire. 92

11 Réponses aux questions posées 1 : L événement marquant le passage de l ère primaire à l ère secondaire est une crise biologique. 2 : C est le début du plissement hercynien qui a servi pour marquer le passage du silurien au dévonien. 3 : Ce sont les crises biologiques et les événements géologiques majeurs, comme la formation des chaînes de montagnes, qui ont permis d établir les subdivisions de l histoire géologique de la Terre. Matériel et mise en œuvre Le graphique proposé fournit 3 types d informations : des informations relatives aux variations du nombre de familles d êtres vivants permettant de repérer les crises biologiques ; des informations concernant l apparition de quelques grands groupes ; des informations relatives à la formation des chaînes de montagnes. La lecture de ce document permet d atteindre l objectif de l activité, à savoir que les subdivisions de l histoire de la Terre coïncident avec les crises biologiques et/ ou des événements géologiques majeurs. Elle permet également de montrer qu il n existe pas, en revanche, de coïncidence entre les subdivisions et l apparition de nouvelles espèces, ce qui justifie le regroupement des ères tertiaire et quaternaire. Ressources (bibliomédiagraphie) Voir page 87 Les documents du manuel sont à projeter à partir du CD-Rom. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 93

12 exercices je vérifie mes connaissances 1 QCM 1 c ; 2 b ; 3 a et c. 2 Vocabulaire et rédaction 1 La diminution du dioxyde de carbone atmosphérique est en partie liée à l accumulation des sédiments calcaires. 2 L évolution des êtres vivants a subi l influence de l environnement. 3 Questions à réponses courtes 4 Compléter un schéma dioxyde de carbone dioxyde de carbone calcium 1 Les crises biologiques et la formation des chaînes de montagnes ont permis aux géologues de subdiviser l histoire de la Terre. 2 La disparition des dinosaures est probablement liée à une chute météoritique et/ou à une intense activité volcanique. sédiments calcaire 5 Compléter une frise ère primaire ère secondaire ère tertiaire ère quaternaire extinction des dinosaures apparition de l Homme actuel temps en millions d années j applique mes connaissances exercice guidé 6 Évolution des molaires des équidés 1 Les molaires du Mesohippus possèdent des crêtes et des tubercules alors que celles de l Eohippus ne possèdent que des tubercules et que celles du Merichippus ne possède plus que des crêtes. 2 Au cours de l évolution des équidés, les tubercules recouvrant les molaires ont progressivement été remplacés par des crêtes. 3 Le remplacement des molaires à tubercules ne pouvant mastiquer que les feuilles tendres par des molaires à crêtes permettant la mastication de l herbe, plus abrasive, peut être mis en relation avec le remplacement de la forêt, dont les arbres possèdent un feuillage tendre, par la savane dont l herbe est plus abrasive. 7 L évolution des molaires des proboscidiens 1 Le proboscidien le plus ancien est le paléomastodonte. 2 L évolution des molaires des deux proboscidiens étudiés s est accompagnée du remplacement des tubercules par des crêtes. 3 Le remplacement des molaires à tubercules ne pouvant mastiquer que des feuilles tendres par des molaires à crêtes pouvant mastiquer l herbe abrasive est en rapport avec le remplacement de la forêt, à feuillage tendre, par la savane, dont l herbe est abrasive. 94

13 8 Évolution de l atmosphère au carbonifère teneur en dioxyde de carbone en % actuel temps en millions d années 2 Au carbonifère, les végétaux terrestres apparaissent puis prolifèrent. 3 Au cours du carbonifère, le taux de dioxyde de carbone diminue sensiblement. 4 La diminution du taux de dioxyde de carbone est probablement liée à la prolifération des végétaux terrestres qui prélèvent ce gaz dans l air. 9 Une couche d argile significative 1 À la fin du secondaire et au tertiaire, les calcaires de Bidart sont constitués de fragments de carapaces de foraminifères. 2 Le dépôt d argile marque le passage de l ère secondaire à l ère tertiaire. 3 La présence de la couche d argile, qui ne contient pas de foraminifères, et l interruption de la sédimentation calcaire est en rapport avec la chute sensible du nombre de foraminifères pendant la crise biologique ayant affecté la Terre à la fin de l ère secondaire. 10 Les trapps 1 La mise en place des trapps a eu pour conséquence la survenue de crises biologiques. 2 Les limites des ères coïncident souvent avec les crises biologiques. Or, les crises biologiques coïncident avec la mise en place des trapps. Donc, la mise en place des trapps coïncide avec les limites des ères. 11 Une coupure controversée 1 La plus importante extinction d espèces s est produite à la fin de l ère primaire. 2 La coupure établie entre l ère primaire et l ère secondaire et celle établie entre l ère secondaire et tertiaire coïncident avec des crises biologiques. 3 Certains scientifiques pensent que la coupure établie entre l ère tertiaire et quaternaire n est pas justifiée probablement parce qu elle ne coïncide pas avec une crise biologique. 12 Brachiopodes et bivalves 1 À la fin de l ère primaire, le nombre de brachiopodes et de bivalves diminue fortement ; au cours de l ère tertiaire, le nombre de bivalves augmente. 2 La diminution du nombre de brachiopodes et de bivalves, animaux vivant fixés sur les côtes, est en rapport avec la fusion des continents ayant entraîné, à la fin de l ère primaire, une diminution de la longueur des côtes. L augmentation du nombre de bivalves, au cours de l ère secondaire, est en rapport avec le morcellement des continents ayant entraîné une augmentation de la longueur des côtes. Chapitre 7 Évolution biologique et environnement 95

14

15 CHAPITRE 8 LE RISQUE INFECTIEUX Les trois chapitres de cette partie du programme vont permettre aux élèves d acquérir les connaissances scientifiques pour comprendre : le risque infectieux et comment les moyens préventifs et curatifs mis au point par l Homme aident l organisme à résister à ces micro-organismes ; comment l organisme réagit pour se préserver des effets des micro-organismes pathogènes présents dans son environnement ; les causes de dérèglements du système immunitaire : sida et allergies. Ce premier chapitre conduit les élèves à découvrir, par étapes, le monde des micro-organismes qui nous entourent, les processus de la contamination et de l infection de l organisme. Les documents présentés en ouverture de ce chapitre sont des indices et des bases pour engager un dialogue avec les élèves à partir de leurs connaissances, leurs représentations sur les infections qui les atteignent, les «microbes» et le lien avec les antibiotiques. Chapitre 8 Le risque infectieux 97

16 QUE DOIVENT SAVOIR LES ÉLÈVES AVANT D ABORDER CE CHAPITRE? Les élèves ont eu connaissance (programme de 6 e ) du rôle des micro-organismes dans la transformation de matières premières animales ou végétales, en aliments nécessaires à l Homme. Il ne s agissait pas de microorganismes pathogènes mais ces connaissances, réactivées, doivent conforter l idée de l omniprésence des micro-organismes dans notre environnement. LE PROGRAMME OFFICIEL (Extrait du B.O. n 6 (vol 2) du 19 avril 2007, hors-série) Le programme présente les références au socle commun de connaissances et de compétences en caractères droits. Le reste du programme est en italique. Connaissances L organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de micro-organismes (bactéries, virus) issus de son environnement. Ils se transmettent de différentes façons d un individu à l autre ou par des objets. Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c est la contamination. Après contamination, les microorganismes se multiplient au sein de l organisme : c est l infection. Ces risques sont limités par la pratique de l asepsie et par l utilisation de produits antiseptiques. L utilisation du préservatif permet de lutter contre la contamination par les micro-organismes responsables des infections sexuellement transmissibles (IST) notamment celui du SIDA. [Compétence 6] Des antibiotiques appropriés permettent d éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur les virus. Capacités déclinées dans une situation d apprentissage Observer pour établir la diversité des micro-organismes. Manipuler : réaliser une préparation microscopique ; observer au microscope. Exploiter des textes, schémas, photographies afin de définir la contamination et l infection. [Compétence 5] Mobiliser ses connaissances en situation pour expliquer l intérêt des antibiotiques, des antiseptiques et de l asepsie. Exploiter des textes, schémas, vidéogrammes, photographies afin de découvrir les méthodes de prévention et de lutte contre la contamination et/ou l infection. [Compétence 4 B2i domaine 4] Situer dans le temps des découvertes scientifiques. [Compétence 5] Exemples d activités Réalisation de préparations microscopiques de microorganismes non pathogènes. Observation microscopique de quelques micro-organismes. Observations d images de cellules infectées par un virus. Recherche, à partir de documents, de modes de transmission de microorganismes. Recherche documentaire sur les infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes. [B2i] Recherche documentaire limitée sur quelques exemples de méthodes d antisepsie/d asepsie. Recherche des modalités de découverte des antibiotiques. [Histoire des Sciences] Lecture et interprétation d un antibiogramme. Un «complément» au programme, publié le 30 mai 2008, est consultable sur le site ÉduSCOL à l adresse : LES THÈMES DE CONVERGENCE Ce chapitre peut être intégré à deux thèmes de convergence : thème 5, «santé» : les connaissances acquises, ici, pourront participer à l atteinte de l objectif : «lutte contre les infections sexuellement transmissibles». thème 6, «sécurité» : les connaissances concernant le risque infectieux doivent participer à définir la notion de risque en matière de santé, pour soi et pour les autres, par exemple lorsque de simples règles d hygiène ne sont pas respectées. 98

17 LA PROGRESSION DANS LE CHAPITRE Les auteurs ont souhaité mettre en place une démarche d investigation s appuyant sur des observations pour comprendre la notion de «risque infectieux» pour l anticiper et le réduire. Introduction et activité 1 : s informer/découvrir (50 minutes) Pour prolonger les échanges de début de séance, à partir des documents des pages 140 et 141, les élèves vont pouvoir découvrir, par l observation directe (au microscope) ou à partir des documents du manuel, la grande variété des micro-organismes de notre environnement voire leur pathogénicité. Activité 2 : s informer/découvrir (50 minutes) Des informations sur les modes de transmission des micro-organismes sont données aux élèves. Ces informations renvoient très souvent à nos comportements et à la notion de risque et de responsabilité individuelle et collective dans la transmission des micro-organismes pathogènes. Activité 3 : raisonner et construire des connaissances (50 minutes) L activité demande aux élèves de mettre en relation des documents pour comprendre comment peut se faire la contamination par des micro-organismes. Activité 4 : raisonner et construire des connaissances (50 minutes) Cette activité propose une démarche analogue à celle de l activité 3. L objectif est double : construire la notion d infection et différencier contamination et infection. Activité 5 : s informer/découvrir (50 minutes) Les documents sur les moyens de limiter et de combattre l infection sont donnés. Certains de ces documents sont des évocations des étapes de l histoire de la médecine et des progrès dans le domaine de la lutte contre le risque infectieux. L ATELIER B2i Cette activité permet à l élève de construire ou de renforcer : une compétence informatique : «créer, produire, traiter, exploiter des données pour regrouper dans un même document plusieurs éléments, textes, images. (C.3)» ; une compétence liée au programme de SVT : «établir un recensement des IST». Le site : propose les ressources pour réaliser cette production que l élève pourra évaluer en se référant au document de positionnement «élève» du BO du 16 novembre Chapitre 8 Le risque infectieux 99

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme.

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Carte Nombre d épisodes confirmés de cas groupés survenus en France métropolitaine depuis le début de l épidémie par département de signalement

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

TITRE : LA VACCINATION

TITRE : LA VACCINATION PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : LA VACCINATION classe : 3 durée : 40 minutes I - Choisir des objectifs dans les textes officiels. Dans

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Mis en ligne Page 1 20/04/2010 CHAPITRE 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Nous savons depuis la classe de 4 ème que toutes les cellules de l organisme proviennent des divisions successives de

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010 Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE 1 1 CONTEXTE Horaires: 1 ère ES et L : 1h30 //1 ère S : 3h Permettre les réorientations

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Risque infectieux et protection de l organisme

Risque infectieux et protection de l organisme Risque infectieux et protection de l organisme 1 La menace microbienne Comment définir les microbes? Activité 1 Les micro-organismes qui nous entourent Q1. Observer la préparation du bacille de Koch ou

Plus en détail

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination.

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination. Encadrements administratifs Exposition à des dangers biologiques (PROCÉDURE PROCÉDURE) Date d 'entrée en vigueur : 11/12/15 Date de fin : Commentaire : Service émetteur : Capital humain Service du signataire

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) I) En consultant les divers

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée aux personnes employées dans les établissements où sont manipulées des denrées alimentaires Certificat médical

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles Chap 1 - De la lumière solaire à la matière organique : la photosynthèse L énergie

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Ressources. Production attendue

Ressources. Production attendue Thème du programme : la tectonique des plaques histoire d un modèle Etape 1 : Concevoir une stratégie pour résoudre une situation problème proposer une démarche d investigation Contre arguments de la théorie

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie Hygiène bucco-dentaire en gériatrie 1 ière journée régionale de formation et d information destinée aux EHPAD 30/11/2009 Hygiène bucco-dentaire - Marina Neveu Page 1 Introduction Le centre hospitalier

Plus en détail

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires»

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» 1 Contexte et justification du groupe de travail 1.1 Présentation de la Plateforme Re-Sources est une Plateforme pour la

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Buts protection du personnel protection des personnes en dehors du laboratoire protection de

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 202 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Corrigé et barème indicatifs 2VTSCOMEAG - cor / 2VTSCSMEAG - cor Plan/ forme

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique.

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. L L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. Figure 1 Mitochondries observées au microscope électronique à transmission Plus tard, cet ADN

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE ETUDE des CONNAISSANCES, ATTITUDES et PRATIQUES Auprès des Dentistes Privés de la Région de Rabat L. BAHIJE, A. BAHOUM, F. ZAOUI, W. RERHRHAYE 1 2 L orthopédie

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Mal de gorge? Toux sèche?

Mal de gorge? Toux sèche? Mal de gorge? Toux sèche? Junior-angin agit et soulage 2 solutions naturelles et efficaces adaptées aux enfants à partir de 1 an L hiver, le temps froid et humide favorise l apparition d infections, de

Plus en détail