Risque infectieux et protection de l organisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque infectieux et protection de l organisme"

Transcription

1 Risque infectieux et protection de l organisme 1 La menace microbienne Comment définir les microbes? Activité 1 Les micro-organismes qui nous entourent Q1. Observer la préparation du bacille de Koch ou bactérie responsable de la tuberculose. Re Réaliser ensuite un dessin d'observation de cette préparation. C Différents types de microorganismes sont présentés ci-dessous. Amibe dysentérique (x 1000) être vivant unicellulaire Champignon du citron (x 1000) provoque le pourrissement du fruit Colibacille intestinal (x6000) Staphylocoques dorés (x1000) bactéries en forme de grains vibrion (x50 000) une bactérie mobile virus de la grippe (x ) Q2. Calculer la taille réelle de ces micro-organismes. Re Noter des remarques d après les observations et les informations rapportées. I Q3. Formuler un problème qui naît de ces remarques. Ra Conclusions L'organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de microorganismes (bactéries et virus) issus de son environnement. - Effectuer un geste technique en observant au microscope quelques microorganismes - Observer des préparations microscopiques de bactéries - Déterminer la taille et du milieu des micro- organismes

2 Comment les microorganismes pathogènes sont-ils à l origine des maladies? Activité 2 Tétanos Le tétanos est peut-être la maladie la plus déroutante de toutes celles qui frappent l homme et les animaux. On en connaît le germe depuis 1884, elle reste toujours l une des plus terribles et des plus meurtrières des toxi-infections. En France, le nombre de cas de tétanos déclarés en 1992 a été de 55. Le microorganisme responsable L agent pathogène responsable est une bactérie, Plectridium tetani i, produisant une toxine. Le bacille tétanique se présente sous forme d un bâtonnet fin, à bouts arrondis de 3 à 4 mm de longueur sur 0,4 mm de largeur. Ses spores sont très résistantes. On les trouve dans la terre des jardins et des champs, fumier, poussière et boue des rues. Le pouvoir pathogène La présence dans le milieu ambiant (surtout la terre et les poussières) de spores ; leur pénétration dans les tissus par une blessure; l abaissement de la tension d oxygène dans le tissu cellulaire, permettent la germination des spores puis le développement du bacille. Le bacille tétanique reste toujours cantonné au point d impact. Son action est due tout entière à une toxine élaborée in situ et qui diffuse dans l organisme. La maladie La maladie se caractérise par une période d incubation silencieuse où rien ne trahit l envahissement de l organisme par la toxine. Elle dure 7 à 8 jours. Le tétanos se caractérise par des symptômes d ordre exclusivement moteur, constitués essentiellement par des contractures douloureuses des muscles avec des spasmes. La contracture des muscles de la joue marque le début du tétanos. Les contractures, d abord localisées, se généralisent : le corps décrit un arc de cercle à concavité postérieure. Tête et corps se renversent en arrière, tandis que bras et jambes sont en extension. Ces contractures évoluent par crises. La mort survient en un à deux jours, soit par asphyxie lente ou rapide, soit par syncope cardiaque. La toxine tétanique agit essentiellement sur le système nerveux central. Grippe La grippe est une maladie hautement contagieuse, à la fois banale et redoutable puisqu elle atteint un nombre considérable de sujets, le plus souvent de façon relativement bénigne. Elle peut aussi provoquer, chez des personnes âgées ou affaiblies, des affections graves, mêmes mortelles. Le microorganisme responsable Le virus de la grippe est le prototype du groupe Orthomyxoviridae, genre Influenzavirus. Il est constitué de particules sphériques ou filamenteuses d un diamètre de 100 nm à la surface desquelles on distingue de petits spicules, sortes de «piquants» donnant un aspect en oursin caractéristique. Le pouvoir pathogène Le virus se fixe sur les cellules dans lesquelles il est capable de se multiplier, il pénètre alors dans la cellule et y met en route son cycle de multiplication et perturbe son fonctionnement. La maladie La forme typique se caractérise par un début très brusque, marqué par une sensation de malaise général, de la fièvre, des maux de tête et des douleurs musculaires. La température dépasse 39 C et même souvent 40 C. La fièvre persiste 48 heures, puis la température diminue pour remonter parfois après une journée de répit. Dans les cas simples, la fièvre disparaît lentement en un temps variant de 3 à 6 jours. Le virus de la grippe est caractérisé par une capacité exceptionnelle à se modifier et à échapper ainsi aux défenses immunitaires, ce qui entraîne un comportement épidémiologique particulier : On peut contracter plusieurs fois la maladie puisqu il n y a pas une grippe, mais des grippes. Sa gravité peut provenir en particulier de complications. Épidémiologie La forme la plus spectaculaire d évolution de la grippe est la pandémie : il s agit d une épidémie qui se répand rapidement au monde entier par simple contact avec des personnes infectées et cause des maladies graves. Catastrophes naturelles, la pandémie de 1918 a fait des millions de morts dans le monde, celle de 1968 a causé morts pour la France seule. À partir de ces 2 textes, Q1. Construire un tableau comparatif de ces maladies qui contiendra le nom de la maladie, le type de microorganisme responsable, les symptômes, le pouvoir pathogène, le mode de transmission. I/C En vous servant des informations du tableau, Q2. Rédiger un texte qui résume les étapes communes du développement d'une maladie dans l'organisme I/C Q3. Formuler un problème qui naît de ce constat. Ra Conclusions Les micro-organismes se transmettent de différentes façons d un individu à l autre ou par des objets. Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c est la contamination. Après contamination, les microorganismes se multiplient au sein de l organisme : c est l infection. - Observer, recenser et organiser des informations afin de définir la contamination et l infection - S informer - Construire un tableau et rédiger un texte d interprétation - Formuler un problème - Définir bactérie et virus

3

4 Comment limiter les risques de transmission des agents infectieux? Activité 3 1. La lutte contre les microorganismes D après vos connaissances, Q1.Proposer des moyens simples pour combattre les microorganismes afin d éviter d être malade. Ra 2. L asepsie et l antisepsie L'asepsie Elle consiste à détruire les microbes ambiants, et donc à réaliser un milieu stérile, avant contamination possible d'une plaie stérile, par exemple. L'asepsie est acte préventif, pratiqué en bloc opératoire, avant toute intervention chirurgicale: ainsi on désinfecte les locaux ( avec de l'eau de Javel ), on impose au personnel une hygiène rigoureuse, le port de vêtements et l'utilisation d'instruments stériles, c'est à dire passés à l'autoclave (vapeur à 120 C pendant plus de 30 minutes) afin de détruire les microbes pathogènes. Louis PASTEUR, 1878 "[ ] Cette eau, cette éponge, cette charpie avec lesquelles vous lavez ou vous recouvrez une plaie y déposent des germes qui ont une facilité extrême de propagation dans les tissus.[ ] Si j'avais l'honneur d'être chirurgien, pénétré comme je le suis des dangers auxquels exposent les germes des microbes répandus à la surface de tous les objets, particulièrement dans les hôpitaux, non seulement je ne me servirais que d'instruments d'une propreté parfaite, mais après avoir nettoyé mes mains avec le plus grand soin [ ], je n'emploierais que des bandelettes, des éponges préalablement exposées dans un air porté à la température de 130 à 150 C. Je n'emploierais jamais qu'une eau qui aurait subi une température de 110 à 120 C. De cette manière, je n'aurais à craindre que les germes en suspension dans l'air autour du lit du malade". Extrait du discours de Pasteur devant l'académie des Sciences (1878). Antisepsie C'est une méthode curative, c'est à dire pratiquée après une infection microbienne: elle consiste à détruire les microbes qui se sont introduits dans une plaie. Pour cela on utilise des antiseptiques comme l'eau de Javel, l'eau oxygénée, l'alcool modifiée. Lire et comprendre les textes ci-dessus puis répondre aux questions posées. Q2. Exposer ce que l asepsie met en jeu pour nous protéger. I/Ra Révéler ce que l'antisepsie met en jeu pour nous protéger. I/Ra A l'époque de Pasteur les chirurgiens ne comprenaient pas pourquoi la plupart des malades opérés mourraient d'une infection généralisée. Q3. Etablir la liste des moyens que Pasteur propose pour limiter les risques de transmission de maladies au cours d une intervention chirurgicale. I/Ra Montrer si ce sont des méthodes d asepsie ou d antisepsie. Ra 3. L antibiothérapie En 1928, Alexander Fleming retrouve, en revenant de vacances, une culture de staphylocoques contaminée par un champignon appelé Pénicillium. De plus il constate que les staphylocoques semblent avoir disparu autour de la moisissure. Il réalise alors des expériences avec différentes souches de microbes. "Au cours du travail avec différents staphylocoques un certain nombre de cultures furent mises de côté et examinées de temps en temps. Lors de l'examen, ces cultures étaient exposées à l'air et ensemencées par différents micro-organismes. On remarqua qu'autour d'une grande colonie de champignons polluant les colonies de staphylocoques, une grande zone du milieu était devenue transparente et sans aucun doute en voie de dissolution". Extrait de "Compte-rendu de l'effet de la Pénicilline" devant le Medical Research Club par Alexander Fleming. (13 février 1929) Q4. Expliquer, a partir de ce texte, comment agissent les champignons. I/Ra Le document ci-contre est un antibiogramme. Pour réaliser un antibiogramme, on effectue dans un premier temps une culture microbienne sur un milieu nutritif dans une boite de Pétri. On laisse croître la culture. Puis, dans un deuxième temps on dépose sur le milieu des petits disques contenant un antibiotique spécifique et on remet en culture. Q5. Dire ce que vous observez autour des disques d'antibiotiques, et exprimer ce à quoi cela correspond. I/Ra Q6. Remarquer si il existe un ou (des) antibiotique(s) inefficace(s) contre ce microbe, si oui l (es) entourer en bleu. I/C Figure 1 : Photo d un antibiogramme. 4. L utilisation du préservatif Q7. Raconter le rôle du préservatif et préciser la barrière naturelle qu il renforce. ApC

5 Conclusions Ces risques sont limités par la pratique de l'asepsie et par l'utilisation de produits antiseptiques. Des antibiotiques appropriés permettent d'éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur les virus. L utilisation du préservatif permet de lutter contre la contamination par les microorganismes responsables des infections sexuellement transmissibles (IST) notamment celui du SIDA. - Observer, recenser et organiser des informations afin : - d expliquer l intérêt des antibiotiques, des antiseptiques et de l asepsie - de découvrir les méthodes de prévention et de lutte contre la contamination et/ou l infection - d établir les risques de contamination par le VIH

6 2 Le système immunitaire pour défendre l organisme Quels sont les acteurs de notre système de défense? Activité 4 Les cellules sanguines et la défense immunitaire Situation - Problème : Monsieur X ressent une grosse fatigue, a de la fièvre et des ganglions très gonflés à la gorge. Son médecin demande une analyse de sang, monsieur X va chercher ses résultats, qui concluent à une infection virale ou bactérienne. Monsieur X compare les résultats de son analyse sanguine avec les normes pour déterminer sur quoi le médecin biologiste s'est basé pour son diagnostic. Le problème c'est qu'il ne sait pas du tout à quoi correspondent ces noms barbares qu il peut lire sur son analyse sanguine. À l'aide des documents (Tab.1 ; Fig.2) et du matériel mis à disposition (frottis sanguin : microscope), Expliquer à monsieur X comment sa prise de sang a permis de diagnostiquer son infection. Construire la réponse sous la forme d'un texte illustré d'un dessin scientifique qui permettra l identification et la reconnaissance des différentes cellules sanguines. Supports de travail : Tableau 1 : récapitulatif des résultats sanguins de monsieur X, et ceux d un individu sain Cellules sanguines Individu sain Monsieur X Hématies (10 6 / mm 3 ) 4,5 à 5,8 4,7 Plaquettes (/ mm 3 ) à Leucocytes (/ mm 3 ) 4000 à Figure 2 : Observation de leucocytes et hématies sur un frottis sanguin Conclusions L'organisme reconnaît en permanence la présence d'éléments étrangers grâce à son système immunitaire. - Rechercher, extraire et organiser l information utile Extraire d un document papier, d un fait observé les informations utiles. - Réaliser, manipuler, mesurer, calculer, appliquer des consignes Utiliser une machine (microscope) - Raisonner, argumenter, pratiquer une démarche expérimentale ou technologique Confronter le résultat au résultat attendu, mettre en relation, déduire, valider ou invalider (la conjecture l hypothèse) - Présenter la démarche suivie, les résultats obtenus, communiquer Proposer une représentation adaptée (schéma, graphique, tableau, figure ). Exprimer les résultats (ordre des étapes, démarche ).

7 Comment l organisme réagit-il à une contamination? Activité 5 1. Une première réaction face à un élément étranger Des chercheurs ont effectué deux prélèvements sanguins sur deux hommes dont les groupes sont respectivement [A] et [B]. Ils ont obtenu 4 tubes de sang appelés A 1 et A 2, d une part ; B 1 et B 2, d autre part. Puis, ils décident de mélanger ces fractions de la manière suivante : - Ils mêlent une fraction de A 1 avec A 2 et observent que rien ne se passe ; de même s ils mêlent une fraction de B 1 et B 2. - Ils mélangent une fraction d A 1 avec celle B 1 ou une fraction de A 2 avec celle de B 2, ils constatent une coagulation rapide. En analysant ces expériences, Q1. Proposer une explication à ces observations d une coagulation ou non du sang lors du mélange des fractions de sang. Ra Révéler une propriété des éléments du sang qui permet une réaction. Ra 2. Une réaction rapide et non spécifique : la phagocytose Lors d'une infection bactérienne liée à une blessure par exemple, une réaction inflammatoire se développe. Les manifestations locales sont bien connues (rougeur et chaleur locale, tuméfaction, douleur). Ces manifestations sont le signe de la mise en place de la défense de l'organisme face à l'infection. En effet des cellules sanguines quittent le plasma au niveau de la blessure et assurent la destruction des intrus ou antigène, Figure 1 : Phagocytose d une bactérie (ba) par un globule blanc après les avoir reconnus, en les phagocytant. (gb) ou macrophage. Q3. A l'aide du texte, repérer les différents symptômes ressentis lors d'une infection microbienne. I Q4. Exprimer à quelle fonction biologique correspondent ces symptômes. Ra Q5.Nommer comment appelle-t-on un élément étranger dans l'organisme. I En vous servant des photographies ci-dessus et de la vidéo rapportant la phagocytose, Q6. Rédiger un texte présentant les différentes étapes de la phagocytose. C gb ba Conclusions L'organisme reconnaît en permanence la présence d'éléments étrangers grâce à son système immunitaire. Il réagit selon des modalités dont les effets sont plus ou moins rapides : - une réaction rapide (phagocytose) réalisée par certains leucocytes (les phagocytes) permet le plus souvent de stopper l infection. - Observer, recenser et organiser des informations afin de caractériser le phénomène de la phagocytose. - Analyse de courts textes relatifs à la reconnaissance et à la phagocytose et rédiger un texte de synthèse à partir d une séquence

8 Comment l organisme peut-il se défendre si l infection progresse? Rappel: Lors d une infection bactérienne ou virale, des cellules spécialisées se mettent en activité pour combattre les intrus. Activité 6 1. Les ganglions lymphatiques Chaque ganglion lymphatique contient plusieurs millions de lymphocytes. Après une infection, certains de ces lymphocytes vont s y multiplier en grand nombre de façon à pouvoir combattre l infection (Belin p.90). Grâce à cette information, repérer la localisation des organes en cause. Q1. Proposer un examen clinique facile qui permet à un médecin de repérer une infection. ApC 2. Un 1 er type de cellules et de molécules protectrices Le sérum est un liquide de coloration jaunâtre correspondant à la partie du sang débarrassé des éléments figurés que sont les hématies (globules rouges), les leucocytes (globules blancs), les thrombocytes (plaquettes) en suspension. Figure 1 : Mise en évidence d un 1 er type d immunité Figure 2 : Mise en évidence d un 2 ème type d immunité A partir des résultats de la série d expériences montrées dans la figure1, Q2. Déterminer et caractériser le composant du sang qui protège l organisme contre les bacilles diphtériques injectés. Ra Q3. Analyser comment ce composant du sang s active et définir la limite de son action. Ra Q4. Définir la notion de séropositivité. Ra A partir des résultats de la série d expériences montrées dans la figure2, Q5. Déterminer le nouveau composant du sang qui protège l organisme contre les bacilles de Koch. I Q6. Relever le résultat de cette expérience qui vous surprend Ra Q7. Formuler une hypothèse qui concerne le rôle des lymphocytes. Ra 3. Un 2 ème type de cellules protectrices Lors d une prise de sang, la formule sanguine indique une répartition des différents types de leucocytes (Tab 1) : Tableau 1 : Résultats d une analyse de sang Nombres de cellules (mm 3 ) Leucocytes Lymphocytes totaux Lymphocytes B Lymphocytes T Q8. Nommer le nouveau type de cellules de défense présenté. I Ces cellules reconnaissent les cellules infectées par un virus, cancéreuses ou étrangères. Elles entrent en contact avec ces cellules et perforent leur membrane grâce à une substance et moins de deux heures plus tard, celles-ci sont détruites. Elles seront ensuite éliminées par phagocytose. Q9. Schématiser les 3 étapes qui permettent la destruction, par un lymphocyte T, d une cellule infectée (Belin p.93). C

9 Conclusions D autres leucocytes, Les lymphocytes B sécrètent dans le sang des molécules nommées anticorps, capables de participer à la neutralisation des microorganismes et de favoriser la phagocytose. Chaque anticorps est spécifique d un antigène. Une personne est dite séropositive pour un anticorps déterminé lorsqu elle présente cet anticorps dans son sang. D autres leucocytes, les lymphocytes T, détruisent par contact les cellules infectées par un virus. - Formuler des hypothèses sur les modalités d action des lymphocytes. - Valider ou invalider ces hypothèses à partir d observations et d expériences - Analyser des schémas d expériences relatifs à l acquisition d immunités et élaborer un schéma récapitulatif

10 3 Le système immunitaire : aide et déficience. Qu est ce que la vaccination? Rappel: Lors de la réponse immunitaire l'organisme produit un grand nombre de cellules immunitaires qui sont spécifiques de l'agresseur rencontré. Activité 7 La connaissance du fonctionnement du système immunitaire permet des applications médicales. Certaines maladies comme la rubéole ou la rougeole peuvent entraîner des malformations du fœtus chez la femme enceinte. Pour prévenir ce risque, on pratique la vaccination. Cette année l épidémie de grippe H1N1 a touché la planète entière : le gouvernement a lancé une campagne de vaccination pour protéger la population. Comment agit la vaccination pour protéger un organisme contre une maladie? A l aide de l ensemble des connaissances et des documents 1 et 2 fournis, expliquer le principe de la vaccination et décrire comment l organisme réagit à cette vaccination. Document 2 : Graphes des sécrétions comparées d anticorps dans le cas d infections provoquées On injecte à un animal un antigène A avec lequel il n est jamais entré en contact avant (1 ère partie). On renouvelle l expérience 60 jours après avec le même antigène sur le même animal (2 ère partie). Document 1 : Extrait de la notice du vaccin Antigrippe Pandemrix Les aides ou «coup de pouces» Aides à la démarche de résolution : Aide 1 : Aide 2 : Apport de savoir-faire : Aide 1 : Aide 2 : Apport de connaissances : Aide 1 : Conclusions Certains lymphocytes sont le support de la mémoire immunitaire vis-à-vis d un antigène, ce qui permet aux réactions spécifiques d être plus rapides et plus efficaces lors de contacts ultérieurs avec cet antigène. La vaccination permet à l organisme d acquérir préventivement et durablement une mémoire immunitaire relative à un microorganisme déterminé grâce au maintien dans l organisme de nombreux leucocytes spécifiques. - Rechercher, extraire et organiser l information utile Extraire d un document papier, décrire de comportement d une grandeur - Présenter la démarche suivie, les résultats obtenus, communiquer Exprimer un résultat, une solution, une conclusion, par une phrase correcte (expression, sens, vocabulaire)

11

12 Comment l immunité peut-elle être déstabilisée? Rappel: L immunité permet à l organisme de se défendre contre ses agresseurs. Activité 8 Une déficience du système immunitaire : le sida Régulièrement, dans les média, nous sont fournies les informations sur l épidémie mondiale du SIDA, les Enfoirés, le Sidaction collectent des fonds pour aider la recherche, les malades. Les 2 millions de morts du SIDA (doc.2) ont succombé à des maladies opportunistes (doc.1) : infections pulmonaires dans la moitié des cas (tuberculose), cancers, attaque des centres nerveux, amaigrissement. Document 1 : Une maladie opportuniste : Le sarcome de Kaposi Document 2 : Carte mondiale de répartition du nombre de morts Pourquoi apparaissent de façon systématique de maladies opportunistes chez les personnes porteuses du VIH? A partir de l étude des documents 3 et 4, expliquer le mode d action du VIH, à l origine de l apparition des maladies opportunistes. Formuler la réponse sous forme de texte rédigé. Document 4 : Virus du SIDA (points bleutés) «bourgeonnant» à partir d un lymphocyte T4, cellule organisatrice de la réponse immunitaire. Document 3 : Variations de différents paramètres biologiques au cours d une infection par le virus du SIDA Les aides ou «coup de pouces» Aides à la démarche de résolution : Aide 1 Aide 2 Aide 3 Apport de savoir-faire : Aide 1 Apport de connaissances :

13 Conclusions Une immunodéficience acquise, le SIDA, peut perturber le système immunitaire. Le virus du SIDA pénètre dans certains lymphocytes dans lesquels il se multiplie, entraînant leur destruction. La protection immunitaire est alors très amoindrie ; des maladies immunitaires se développent. Un test de séropositivité permet de déterminer si une personne a été contaminée par le VIH. Cette personne peut transmettre le virus sans pourtant présenter la maladie. Le système immunitaire peut également fonctionner de façon excessive et donner lieu à des allergies. - Rechercher, extraire et organiser l information utile Extraire d un document papier, décrire de comportement d une grandeur - Présenter la démarche suivie, les résultats obtenus, communiquer Exprimer un résultat, une solution, une conclusion, par une phrase correcte (expression, sens, vocabulaire)

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Des moyens de protection contre les micro-organismes

Des moyens de protection contre les micro-organismes III1 Activité 4 Problème : Comment lutter contre les micro-organismes? Des moyens de protection contre les micro-organismes Mo.2 Att.1 Le vivant : organisation et fonctionnement du corps humain Découvrir

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme.

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Carte Nombre d épisodes confirmés de cas groupés survenus en France métropolitaine depuis le début de l épidémie par département de signalement

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Obj. cognitifs : Définir le système immunitaire. Une réaction rapide-la phagocytose, réalisée

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

TITRE : LA VACCINATION

TITRE : LA VACCINATION PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : LA VACCINATION classe : 3 durée : 40 minutes I - Choisir des objectifs dans les textes officiels. Dans

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Mis en ligne Page 1 20/04/2010 CHAPITRE 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Nous savons depuis la classe de 4 ème que toutes les cellules de l organisme proviennent des divisions successives de

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements?

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements? LA RECHERCHE SUR LE PSORIASIS INAUGURE UNE NOUVELLE ÈRE (*) (*) raduction d un article du docteur Wim Pollet paru dans le trimestriel Psoriant de l association belge de patients psoriasiques Psoriasis

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

TITRE : LE TABAC. Voir fiche distribuée aux élèves sur les pages suivantes

TITRE : LE TABAC. Voir fiche distribuée aux élèves sur les pages suivantes TITRE : LE TABAC... classe : 5 ème... durée : une heure la situation-problème Il est interdit aussi bien aux adultes qu'aux adolescents de fumer dans l'enceinte du collège par le décret n 1386 du 15 novembre

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition Fiche technique n 12 2 ème édition La rage féline La rage est une zoonose inéluctablement mortelle une fois les symptomes déclarés et touche de nombreuses espèces animales. Elle reste une préoccupation

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

Les parasites externes du chien

Les parasites externes du chien Les parasites externes du chien La puce La puce, doit-elle être considérée comme un parasite normal du chien? Non, elle vit à ses dépends, les femelles prélevant du sang sur le chien pour se nourrir. La

Plus en détail

Evaluation des compétences expérimentales en fin de 3 ème Risque infectieux et protection de l organisme Titre du sujet : L action des antibiotiques

Evaluation des compétences expérimentales en fin de 3 ème Risque infectieux et protection de l organisme Titre du sujet : L action des antibiotiques Situation initiale Fiche sujet Claude est atteint d une angine qui est une infection due à une bactérie, le Streptocoque. Le médecin lui prescrit un antibiotique pour qu il se débarrasse de ses maux de

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Le 4 juillet 2012. Addenda

Le 4 juillet 2012. Addenda Division de la santé publique et des soins de santé primaires Lutte contre les maladies transmissibles 300, rue Carlton, 4 e étage, Winnipeg (Manitoba) R3B 3M9 Tél. : 204 788-6737 Téléc. : 204 948-2040

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12 Fiche technique n 12 La rage féline La rage est une zoonose* due à un virus. Elle est présente quasiment dans le monde entier. Elle est inexorablement mortelle une fois les symptômes déclarés. La France

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Le 8 mai 2009 Mise à jour : le 18 septembre 2009 Le présent document

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée

Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée Fiche d information sur la vaccination destinée aux parents des enfants scolarisés en collège ou en lycée La France est confrontée à une pandémie grippale due à un virus de la famille A/H1N1 mais qui est

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Fiche médicale individuelle Questionnaire préalable à la vaccination A (H1N1) 2009 > Mineur (moins de 18 ans)

Fiche médicale individuelle Questionnaire préalable à la vaccination A (H1N1) 2009 > Mineur (moins de 18 ans) Fiche médicale individuelle Questionnaire préalable à la vaccination A (H1N1) 2009 > Mineur (moins de 18 ans) Mineur NOM : Prénom : Date naissance : Titulaire de l autorité parentale Nom, Prénom(s) et

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse 30 L enfant avant tout Rubéole : dépistage avant la grossesse Dix pour cent des femmes en âge de procréer n ont pas les anticorps pour les protéger contre l infection rubéolique. Selon l équipe de la division

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Maladies infectieuses - Oreillons 1/8 Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Certaines maladies infectieuses sont plus fréquentes à l âge d enfant qu à l âge adulte. C est pourquoi

Plus en détail