Sommaire de la séquence 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire de la séquence 8"

Transcription

1 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos barrières naturelles (la peau et les muqueuses), de se multiplier dans notre organisme et de déclencher, pour certains, des maladies. Nous savons également que le plus souvent l organisme réagit avec succès face aux maladies qui l entourent ce qui signifie qu il possède un système de protection efficace. Aussi, on peut se poser le problème suivant : Comment l organisme réagit-il contre les micro-organismes pathogènes? Tu dois toujours avoir en tête ce problème scientifique car c est lui que nous résoudrons au fur et à mesure du travail dans les séances 1 et 2 de cette séquence 8. Alors si tu ne sais plus pourquoi tu fais un exercice, reviens lire ces quelques lignes. t Séance 1 La réaction de l organisme face à une infection t Séance 2 La réaction lente et la mémoire immunitaire Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants droit respectifs. Tous ces éléments font l objet d une protection par les dispositions du code français de la propriété intellectuelle ainsi que par les conventions internationales en vigueur. Ces contenus ne peuvent être utilisés qu à des fins strictement personnelles. Toute reproduction, utilisation collective à quelque titre que ce soit, tout usage commercial, ou toute mise à disposition de tiers d un cours ou d une œuvre intégrée à ceux-ci sont strictement interdits. Cned-2009

2 séance 1 Séquence 8 Séance 1 La réaction de l organisme face à une infection Nous avons tous été malades plusieurs fois au cours de notre vie. Nous savons, avec l expérience, dire que nous sommes infectés par une maladie, parce que nous repérons des effets sur notre organisme. Ces effets ne nous inquiètent pas s ils ne persistent pas car ils signifient que le système de défense de notre organisme réagit. je m interroge Comment le système de défense réagit-il à une infection? Exercice 1 : [I - Rechercher, extraire et organiser de l information] Une façon de savoir comment le système de défense réagit lors d une infection est de tenter de repérer les manifestations qu elle entraîne sur l organisme. Des élèves de troisième ont discuté en classe de ce qu ils savent des manifestations d une infection. Ils cherchaient à se souvenir de ce qui se passe lorsqu ils sont malades. Leur discussion est reproduite ci-dessous. Amandine : «Manifestation, ça veut dire comment on remarque une infection?» Jérémy : «Oui, c est ce qu on voit.» Axel : «Ma petite sœur a une grippe, elle a de la température, des frissons, des courbatures.» Amandine : «Elle éternue aussi, non?» Axel : «Elle a usé des paquets de mouchoirs, c est sûr!» Jérémy : «C est pour la grippe mais je sais que pour les angines que j ai eues, j avais mal à la gorge et mes ganglions 1 étaient gonflés.» Amandine : «Les quoi?» Jérémy : «Les ganglions, ce sont les trucs qui deviennent gros dans le cou.» Le professeur : «Ce que tu nommes les trucs sont en fait des organes de notre système de défense. Vous n avez pas pensé encore aux blessures. Je vous rappelle qu elles sont aussi des portes d entrée des micro-organismes.» Amandine : Moi, un jour, une des égratignures de mon petit frère contenait du pus, c est dégoutant!» Axel : «Le pus, c est peut-être une infection qui commence?» Jérémy : «Pour ça, il faudrait regarder dedans au microscope, ça serait intéressant!» À l issue de ce travail en classe, Amandine a fait des recherches personnelles sur Internet. Le résultat de ses recherches est reproduit dans les pages qui suivent. 1. Ganglions lymphatiques : structures plus ou moins sphériques situées dans l organisme et qui sont le lieu majeur de l activation des lymphocytes B et T. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 21

3 Séquence 8 séance 1 Inflammation d une plaie La moindre égratignure représente dans la peau une immense porte d entrée pour les micro-organismes. Si la plaie n est pas désinfectée, elle devient rouge, gonflée et douloureuse et un peu de pus se forme (voir photographie). On parle d inflammation 2. C est une réaction immédiate. Dans le pus, on retrouve des micro-organismes, des leucocytes 3 particuliers qui contiennent parfois des micro-organismes. Inflammation d une plaie ( photographie T. Tougeron) La température : Lorsque l organisme est infecté, on remarque une augmentation de notre température qui peut être plus ou moins élevée selon le type de micro-organisme présent dans notre organisme (voir schéma). En ce qui concerne les angines d origine bactérienne, la fièvre est parfois élevée et peut atteindre 39 ou 40 C). Cette élévation de température intervient après plusieurs jours. Le gonflement des ganglions : Lorsque nous sommes malades, le médecin pratique souvent la palpation des ganglions pour savoir si nous réagissons à une infection. Nous savons bien qu en cas d angine bactérienne, les ganglions du cou deviennent enflés et nous gênent lors de la déglutition. Les ganglions appartiennent au réseau lymphatique, ils abritent des lymphocytes qui sont des leucocytes particuliers. La réaction intervient après plusieurs jours. Pour voir des lymphocytes dans un ganglion, tu peux te rendre à l adresse suivante et lire le texte qui accompagne la photographie : 2. Inflammation : ensemble des réactions qui se produisent sur le lieu irrité ou perturbé par un agent pathogène qui a pu nous contaminer. Elle se caractérise par la chaleur, la douleur, la rougeur et la tuméfaction. 3. leucocyte : également appelé globule blanc. 22 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

4 séance 1 Séquence 8 Les organes du système immunitaire de l Homme Ganglions du cou Ganglions des aisselles Thymus (n'existe plus chez l'adulte) Rate (stockage des leucocytes) Ganglions abdominaux Ganglions de l'aine Moelle rouge des os (formation des cellules immunitaires) Les cellules sanguines : Le sang comme toutes les parties de notre organisme, est constitué de cellules (voir schéma). On peut remarquer des modifications dans ces cellules lors d une infection, modifications qui apparaissent au bout de plusieurs jours. Dans certains cas, le médecin demande des analyses sanguines pour détecter une infection dont le diagnostique est difficile ou délicat. Les résultats sont fournis dans le tableau cidessous pour une angine bactérienne. Frottis sanguin (sang étalé), (MO 4 ) Pour voir du sang au microscope, tu peux te rendre à l adresse suivante : puis agrandir l image. Leucocytes Globule rouge 7,5 µm 4. MO : microscope optique Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 23

5 Séquence 8 séance 1 Résultats d une analyse de sang chez un sujet en bonne santé et chez un sujet malade : Cellules du sang (10 9 /L) Erythrocytes (appelés aussi globules rouges) Leucocytes dont : - phagocytes - lymphocytes Sujet sain Sujet malade (Angine bactérienne) à à 10 2 à 7,5 2 à 5,5 17 9,5 7 À partir des documents ci-dessus et éventuellement d une recherche complémentaire, réalise dans un tableau, une liste des signes attestant que l organisme réagit à une infection. Tu indiqueras également le lieu de la réaction, ce qui réagit et si la réaction est rapide ou lente. [Réaliser un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 2 : [I - Observation] Nous avons vu qu il existait deux réactions aux risques d infections. La première est rapide et fait intervenir les phagocytes (leucocytes intervenant dans la réaction rapide de l organisme face à une infection. On les appelle aussi cellules immunitaires). Comment se produit la réaction rapide? Pour répondre à ce problème, l observation d une goutte de pus semble indispensable. Si tu n as pas accès à Internet va voir le corrigé de la question 1. Pour observer des préparations microscopiques de goutte de pus, tu peux te rendre à l adresse suivante : et descendre dans la page jusqu au paragraphe 3-2 Examen après coloration pour voir des bactéries et des globules blancs puis jusqu au paragraphe 3-3 Examen après coloration spéciale pour voir la photographie A (le grossissement utilisé est proche de 1000). Tu peux grossir l image à l écran en cliquant dans le menu «Affichage» et en choisissant l onglet «Zoom» puis «Zoom avant». 24 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

6 séance 1 Séquence 8 1- Réalise un dessin d observation de la goutte de pus de la photographie A du site. [Communiquer par un dessin] 2- Dans le pus, on retrouve des micro-organismes, des leucocytes particuliers (les phagocytes) qui contiennent parfois des micro-organismes. Pour comprendre ce qui se produit dans le pus, des élèves ont réalisé des croquis pour comprendre comment les micro-organismes se retrouvent dans les phagocytes. Malheureusement, ils ont été mélangés. Le professeur aide les élèves à reconstituer l ordre logique. Pour cela, il leur donne un texte qui résume les étapes de cette réaction. Texte : Lorsqu un élément étranger (comme une bactérie) pénètre dans l organisme, il est rapidement détecté et sa présence entraîne la réponse suivante : - des cellules du sang viennent près du lieu d entrée de l élément étranger, ce sont des phagocytes, - les phagocytes se rapprochent de l élément étranger, - les phagocytes entourent l élément étranger, - les phagocytes intègrent cet élément et commencent à le digérer, - dans la majorité des cas, cette réaction est une réussite et se termine par la destruction complète et définitive de l élément étranger : l infection est stoppée. D après le texte et les croquis, tente de retrouver l ordre logique et donne un titre à chaque étape [Organiser de l information]. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 25

7 Séquence 8 séance 1 Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 3 : [I - Observation] Lors d une discussion de classe, après rappel de ce qui se produit dans la réaction rapide, certains élèves se demandent alors pourquoi les ganglions gonflent. Ils estiment que la réaction rapide doit être suffisante puisqu elle entraîne la destruction des micro-organismes. Que se passe-t-il donc dans les ganglions? Pour répondre à cette question, une observation du contenu des ganglions est logique. Les élèves se souviennent donc que les ganglions gonflent au bout de quelques jours (relire dans l exercice 1 : Le gonflement des ganglions) et qu ils contiennent en temps normal plusieurs millions de lymphocytes (leucocytes particuliers intervenant dans une réaction lente de l organisme face à une infection). L inflammation douloureuse et localisée de certains ganglions quand nous sommes malades doit trouver une explication. Des élèves émettent l idée que les lymphocytes doivent se multiplier dans les ganglions comme le montrent les analyses de sang (revoir dans l exercice 1 le tableau des résultats d une analyse de sang chez un sujet en bonne santé et chez un sujet malade) et que cette multiplication doit être à l origine du gonflement. Pour le vérifier, ils proposent d observer l intérieur d un ganglion. Ganglions lymphatiques Ganglion sain (MO, 220) Ganglion gonflé suite à une infection (MO, 220) 1- Réalise un schéma à partir de l observation d un ganglion sain et d un ganglion infecté. [Observer au microscope] 26 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

8 séance 1 Séquence 8 Pour comprendre pourquoi les lymphocytes se multiplient dans les ganglions, les élèves préconisent, lors d une discussion en classe d observer de près les lymphocytes dans des ganglions infectés pour voir s ils n agissent pas comme les phagocytes. Le professeur fournit alors une image obtenue à l aide d un microscope très puissant et explique qu il n y a pas de destruction des micro-organismes par des lymphocytes B 5 dans les ganglions. Pour voir une image identique à ce qui se passe pour les lymphocytes dans les ganglions, tu peux te rendre à l adresse suivante : et voir la photographie qui montre un globule blanc particulier en présence de bactéries Shigella (les bactéries sont représentées en jaune et le leucocyte en marron clair). 2- Réalise un schéma à partir de l observation de ce leucocyte au microscope électronique. [Observer au microscope] Si tu n as pas accès à Internet va voir le corrigé. Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence. 5. Lymphocyte B : nom donné à ces cellules immunitaires particulières. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 27

9 Séquence 8 séance 1 Exercice 4 : [C - Exploiter des résultats] La rencontre d un lymphocyte B avec des micro-organismes ne se traduit pas par une phagocytose mais par un accolement entre les lymphocytes B et les bactéries. Quel est l intérêt de la rencontre du micro-organisme et du lymphocyte B? Lors d une discussion en classe, certains élèves émettent l idée que cet accolement doit permettre la reconnaissance du micro-organisme. Afin de les aider dans leurs recherches, le professeur fournit des résultats d expériences. Expériences d injection de bactéries à des souris et prélèvements des lymphocytes dans les ganglions Lot de souris 1 Traitement Injection de la bactérie X (foncé) Étape intermédiaire Prélèvement de lymphocytes dans les ganglions Lymphocytes produits Lot de souris 2 Injection de la bactérie Y (clair) Prélèvement de lymphocytes dans les ganglions Lot de souris 3 Injection des bactéries X et Y Prélèvement de lymphocytes dans les ganglions 28 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

10 séance 1 Séquence 8 Le professeur décrit alors le fonctionnement de la reconnaissance des micro-organismes par les lymphocytes B. Un lymphocyte reconnaît un micro-organisme par la présence à sa surface de parties spécifiques nommées antigènes 6. La rencontre provoque la multiplication des lymphocytes, ce qui permettra l élimination de l élément étranger. Reconnaissance des micro-organismes par les lymphocytes B Antigène Bactérie Lymphocyte B 1- D après les résultats fournis dans le tableau, explique pourquoi on peut dire qu il existe une reconnaissance précise des micro-organismes par des lymphocytes B précis. [Exploiter des résultats] 2- À l aide des éléments fournis par le professeur, explique comment se fait la reconnaissance des micro-organismes. Quels sont les lymphocytes qui se multiplient dans les ganglions? [Exploiter des résultats] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence. 6. Antigène : Elément étranger à l organisme capable de provoquer une réponse spécifique du système immunitaire, c est-à-dire la production d anticorps spécifiques de l antigène. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 29

11 Séquence 8 séance 1 j e retiens Le système de protection de l organisme, le système immunitaire 7, réagit à une infection par un micro-organisme pathogène. Il est formé d organes comme les ganglions qui «gonflent» lors d une infection et de cellules (les leucocytes ou globules blancs) qui sont présentes dans le sang en plus grande quantité. On peut distinguer deux types de réactions en fonction de leur vitesse de mise en œuvre. La première est rapide et fait intervenir les phagocytes. La seconde, plus lente, fait intervenir les lymphocytes B (exercice 1). La réaction rapide se manifeste suite à une réaction inflammatoire (rougeur, douleur, gonflement ). Attirés sur le lieu d entrée des micro-organismes, des leucocytes sortent des vaisseaux sanguins dans la lymphe 8 et, au contact de ces éléments étrangers, se transforment en phagocytes qui absorbent et digèrent «les ennemis». Cette réaction immunitaire rapide est appelée la phagocytose. Elle est souvent suffisante (exercice 2). La seconde réaction de l organisme, plus lente, se produit au bout de plusieurs jours et débute dans les ganglions lymphatiques. Des lymphocytes B spécifiques de l antigène à combattre sont sélectionnés et se multiplient rapidement, ce qui permettra l élimination des micro-organismes responsables (exercices 3, 4 et 5). 7. Système immunitaire : Ensemble de cellules et d organes qui permet aux Vertébrés de produire une réponse adaptée à l invasion des micro-organismes, les protégeant contre les effets de l infection et, dans certains cas, leur conférant une protection plus ou moins longue contre une nouvelle infection. 8. Lymphe : liquide baignant l ensemble des espaces qui existent entre les cellules de l organisme. La lymphe entre en contact avec le sang au niveau des ganglions. 30 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

12 séance 2 Séquence 8 Séance 2 La réaction lente et la mémoire immunitaire Nous savons que la réaction lente est parfois nécessaire pour permettre de combattre l infection persistante. Pour la phagocytose, le rôle des phagocytes est non spécifique, ils avalent tout ce qui est étranger à l organisme. Pour les lymphocytes B, la multiplication d une catégorie spécifique d un antigène précis doit aboutir à la destruction des intrus mais pour l instant, nous ne l avons pas encore repérée. je m interrogecomment les lymphocytes B interviennent-ils dans l élimination d éléments étrangers? Exercice 5 : [I - Rechercher et extraire et de l information] Pour répondre à ce problème, tu vas devoir faire appel à tes connaissances récemment acquises. Les expériences historiques de Von Behring sont représentées ci-dessous. Expérience 1 Traitement Étape intermédiaire Résultats Injection de toxine diphtérique (produit libéré par les bactéries) Attente de 3 à 4 jours Mort Expérience 2 Injection de toxine diphtérique et de sérum d un animal guéri de la diphtérie Attente de 3 à 4 jours Survie, bonne santé Expérience 3 Injection de toxine tétanique (produit libéré par les bactéries) et de sérum d un animal guéri de la diphtérie Attente de 3 à 4 jours Mort Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 31

13 Séquence 8 séance 2 À partir des expériences historiques, décris ce que montrent les résultats obtenus par Von Behring. [Exploiter des résultats] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence. Exercice 6 : [C - Exploiter des résultats] Dans le cas des expériences de Von Behring, la toxine bactérienne est un antigène et les éléments présents dans le sérum des animaux qui ont survécu sont des anticorps 9. Les progrès des techniques ont permis de voir des anticorps à l aide de microscopes très puissants. Ils ont une forme de Y (voir schéma ci-dessous) et ils ont la particularité de ne se fixer que sur un antigène spécifique. La liaison neutralise l élément étranger qui peut alors être éliminé (par phagocytose). Dans les ganglions, les lymphocytes B qui se sont multipliés suite à la rencontre avec le micro-organisme, vont se modifier et ils vont produire et sécréter des anticorps spécifiques des antigènes présents sur la bactérie ou le virus. Anticorps (la forme est caractéristique en Y) Un anticorps observé au MET 10 ( ) Lorsque nous sommes malades, nous produisons des anticorps contre cette maladie. Dans le cas de la grippe, la protection est de courte durée car le virus se modifie chaque année. En revanche, pour la varicelle, qui ne se modifie pas, la protection dure toute la vie. Comment expliquer cela? Pour répondre à ce problème, tu vas devoir étudier des résultats d expériences. 9. Anticorps : molécule sécrétée dans le sang par les lymphocytes B devenus producteurs suite à la rencontre avec un antigène. 10. MET : microscope électronique à transmission 32 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

14 séance 2 Séquence 8 Le tableau ci-dessous présente des résultats d expériences de mesures des quantités d anticorps produits lors de contacts répétés avec le même antigène. Mesures de la quantité d anticorps produits lors de contacts successifs avec le même antigène Nombre de jours entre l injection et la mesure Quantité d anticorps dans le sang (unités arbitraires/ml de sang) Injection 1 de l antigène Injection 2 de l antigène À l aide des résultats d expériences, tente d expliquer pourquoi la protection contre la varicelle dure toute la vie alors que celle contre la grippe ne dure pas. [Utiliser des informations issues d un tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence Exercice 7 : [C - Exploiter des résultats] Nous savons qu un individu qui contracte la varicelle dans son enfance est immunisé à vie contre cette maladie parce qu il est séropositif, c est-à-dire qu il possède dans son sang des anticorps spécifiques de la varicelle. Nous savons aussi que les lymphocytes B sont le support d une mémoire immunitaire 11. Comment cette immunité peut-elle être entretenue dans le temps? Pour répondre à ce problème, tu dois étudier des graphiques et les relier à tes connaissances. Les documents qui suivent vont te permettre de répondre à la question posée. Mais avant, tu vas devoir étudier les deux graphiques et le tableau pour expliquer le maintien de l immunité sur le long terme. 11. Mémoire immunitaire : capacité que possède le système immunitaire à réagir plus rapidement lors d un second contact avec un même antigène grâce à la présence des lymphocytes mémoires. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 33

15 Séquence 8 séance 2 Le graphique 1 ci-dessous fournit des renseignements sur ce qui se produit au cours d un seul contact avec un antigène. La protection est de courte durée. Légende : Contact avec l antigène : Personne séronégative : Personne séropositive : Le graphique 2 ci-dessous présente les résultats pour des contacts répétés avec le même antigène. La protection est prolongée de manière très importante. Légende : Contacts avec l antigène : 34 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

16 séance 2 Séquence 8 Le tableau ci-dessous présente des données sur les lymphocytes B naïfs et les lymphocytes B mémoire. Comparaison des caractéristiques des lymphocytes B naïfs et mémoires Caractéristiques des lymphocytes Lymphocytes B naïfs (qui n ont jamais rencontré d antigènes) Lymphocytes B mémoires (qui ont déjà rencontré des antigènes) Temps d attente avant la multiplication des lymphocytes suite à une 4 à 7 jours 1 à 3 jours contamination Délai pour obtenir une réponse maximale 6 à 8 jours 3 à 5 jours Durée de vie des cellules Plusieurs jours Plusieurs années Moment de l intervention des cellules Premier contact avec l antigène Deuxième rencontre et les suivantes avec le même antigène Après étude des graphiques et du tableau, tu dois expliquer comment l immunité acquise contre un antigène peut se maintenir longtemps dans l organisme. [Utiliser des informations issues de graphiques et de tableau] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence Exercice 8 : [I - Rechercher et extraire de l information] Mis à part les lymphocytes B, on connaît une autre catégorie de cellules immunitaires nommée lymphocytes T. On peut se demander à quoi ils peuvent servir. Ont-ils le même rôle que les lymphocytes B? Des recherches ont été menées par des élèves. Voici leurs résultats. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 35

17 Séquence 8 séance 2 Le mode d action des lymphocytes T : Les virus pénètrent dans les cellules pour se multiplier. Ils sont ainsi à l abri des anticorps qui circulent dans le sang. Mode d action des lymphocytes T sur une cellule infectée par un virus. Les deux schémas représentent l avant (à gauche) et l après (à droite) de la rencontre. À l aide des données fournies, décris par un texte court, l action des lymphocytes T. [Exploiter des résultats] Si tu éprouves des difficultés pour répondre à la question, reporte-toi à l annexe «besoin d aide?» en fin de séquence Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

18 Séquence 8 j e retiens La prolifération des lymphocytes B spécifiques de l antigène détecté entraîne la production des anticorps spécifiques qui circulent dans le sang. En rencontrant les antigènes des micro-organismes, ils se fixent sur eux et cela permet aux phagocytes d éliminer l ensemble (voir schémas ci-dessous). Il existe une mémoire des infections passées, la mémoire immunitaire, qui dépend des lymphocytes B. Un individu qui possède dans son sang des anticorps contre la grippe par exemple est dit séropositif pour cette maladie. Nous sommes tous séropositifs de certaines maladies (grippe, angine ). La mémoire immunitaire fait intervenir des lymphocytes B mémoires qui agissent plus rapidement lors des contacts successifs avec le même antigène. La persistance de la réponse est liée à la durée de vie des cellules mémoires et à la production accrue des anticorps (exercice 7). Il existe aussi des lymphocytes T «tueurs» qui détruisent par contact les cellules infectées par des virus (exercice 8). Schéma : le rôle des phagocytes. Les phagocytes entrent en action lorsque la liaison entre les anticorps et les antigènes a eu lieu (Voir schéma). Ils agissent en phagocytant l ensemble. Liaison entre les antigènes et les anticorps (neutralisation) Phagocytose du complexe antigène/anticorps formé Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 37

19 Séquence 8 ANNEXE «Besoin d aide?» Séance 1 Exercice 1 : [I - Rechercher, extraire et organiser de l information] Tu dois lire l ensemble des documents avant de tenter de répondre. Pour chacune des manifestations d infection présentées, tu dois relever : - les signes indicateurs d une réaction, - le lieu de la réaction, - l acteur de la réaction (qu est-ce qui réagit?), - et la vitesse de la réaction. Tu dois réaliser si nécessaire une recherche complémentaire. Réalise un tableau à double entrée associant chaque manifestation (en ligne) aux signes, lieux, acteurs et vitesse de la réaction (en colonne). Exercice 2 : [I - Observation] Tu dois lire l ensemble des documents avant de tenter de répondre. 1- Tu dois réaliser un dessin en t aidant de la fiche méthodologique «Réalisation d un dessin d observation» (en annexe à la fin du livret). 2- Lis le texte et tente d associer à une description une image en te souvenant que les microorganismes sont hors du phagocyte puis doivent se retrouver dedans. Le titre de chaque croquis doit reprendre les éléments de description du texte en associant un croquis avec un mot précis de la description. Exercice 3 : [I - Observation] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Tu dois réaliser un dessin en t aidant de la fiche méthodologique «Réalisation d un dessin d observation». Exercice 4 : [C - Exploiter des résultats] Tu dois lire les documents avant de commencer à répondre. Il faut étudier les expériences ligne par ligne. Les résultats doivent être décrits sans explication dans un premier temps. 1- À partir de ces descriptions, mises en relation avec les données issues de la discussion de classe, montre que la reconnaissance se traduit par la multiplication d une sorte précise de lymphocytes. 2- Exploite les données fournies par le professeur pour décrire plus précisément la façon dont les micro-organismes sont reconnus par les lymphocytes B. Il faut décrire les formes des éléments de reconnaissance. 38 Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e

20 Séquence 8 Séance 2 Exercice 5 : [I - Rechercher et extraire et de l information] Tu dois relire la séance 1 si tu ne l as plus en tête. Tu dois décrire les résultats obtenus pour chaque ligne du tableau. Tu dois comparer ensuite les différences de traitement pour l expérience 1 et l expérience 2 et tenter d exprimer ce qui fait la survie des animaux. Tu dois comparer les traitements entre les expériences 2 et 3 et tenter d exprimer la raison de la mort des animaux. Dégage de ces études, l information importante qui concerne le sérum. Exercice 6 : [C - Exploiter des résultats] Tu dois lire l ensemble des documents. Tu dois décrire ce qui se produit pour une seule injection - pour la durée de la réaction, - pour la quantité d anticorps produits. Tu dois décrire ce qui se produit pour l injection 2 - pour la durée de la réaction, - pour la quantité d anticorps produits. Tu dois comparer les deux descriptions et te souvenir du rôle de reconnaissance des lymphocytes B pour expliquer le cas de la grippe et celui de la varicelle. Exercice 7 : [C - Exploiter des résultats] Tu dois observer les graphiques. Tu dois expliquer ce que montrent les graphiques 1 et 2 : - pour la durée de la réaction, - pour la quantité d anticorps produits. Tu dois décrire le tableau en comparant les deux types de lymphocytes. Toutes ces descriptions doivent être liées entre elles pour montrer l importance de la mémoire immunitaire pour une protection longue et efficace. Exercice 8 : [I - Rechercher et extraire de l information] Tu dois bien lire le texte pour comprendre que les virus sont à l abri des anticorps. Tu dois décrire les schémas. Tu dois comparer et te souvenir du but ultime de la réaction immunitaire. Cned, Sciences de la vie et de la Terre 3e 39

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

Risque infectieux et protection de l organisme

Risque infectieux et protection de l organisme Risque infectieux et protection de l organisme 1 La menace microbienne Comment définir les microbes? Activité 1 Les micro-organismes qui nous entourent Q1. Observer la préparation du bacille de Koch ou

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Circuit comportant plusieurs boucles

Circuit comportant plusieurs boucles Sommaire de la séquence 3 Séance 1 Qu est-ce qu un circuit comportant des dérivations? A Les acquis du primaire B Activités expérimentales C Exercices d application Séance 2 Court-circuit dans un circuit

Plus en détail

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux par Chloé Journo, Jean-François Madre, Gérard Vidal,

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir

Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir Si vous avez étudié le chapitre précédent, vous connaissez l incroyable vérité: nous respirons des microbes,

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

La carte de mon réseau social

La carte de mon réseau social La carte de mon réseau social Avant de commencer Un réseau social, c est quoi? Dans ta vie, tu es entouré de plusieurs personnes. Certaines personnes sont très proches de toi, d autres le sont moins. Toutes

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

A C T I V I T É S CE QUE JE CONNAIS CONTEXTE PROFESSIONNEL. Quel est l élément essentiel du poste informatique? ...

A C T I V I T É S CE QUE JE CONNAIS CONTEXTE PROFESSIONNEL. Quel est l élément essentiel du poste informatique? ... L informatique est devenue un outil indispensable dans les entreprises, et ce, quel que soit l emploi occupé. Aujourd hui, il est essentiel d en connaître les bases. A C T I V I T É S 1. DÉCOUVRIR SON

Plus en détail

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation.

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation. Je veux : Faire acquérir une connaissance : «les chromosomes sont constitués d A.D.N.» Développer des capacités : «Je ne sais pas lesquelles mais j ai envie de faire un TP, chose peu courante en 3 ème.»

Plus en détail

Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé :

Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé : Atelier n 4 : La carie 1. Matériel utilisé : Dents en plâtre. Papier aluminium. Terre. Acide Instruments pour nettoyer les dents. 2. La carie : Tu viens de voir dans la partie précédente, l importance

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

J ai cinq sens JE FAIS LE POINT. Exercice

J ai cinq sens JE FAIS LE POINT. Exercice C est mon corps J ai cinq sens 4 5 6 > Comment es-tu renseigné sur ce qui t entoure? Que peux-tu répondre à cette question? Dessine ou note tes réponses sur ton cahier de sciences. > Comment donner la

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT

ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 7 ÉVOLUTION BIOLOGIQUE ET ENVIRONNEMENT Ce chapitre, dernier de la partie «Évolution», a pour objectif de donner aux élèves les informations scientifiques pour établir l existence d interdépendances

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE?

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? Attention! Ne frottez pas la plaie, tamponnez-la le plus possible. Le frottement est douloureux et peut aussi endommager encore plus les tissus. N utilisez jamais un tampon d

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Tension continue et tension alternative périodique

Tension continue et tension alternative périodique Sommaire de la séquence 9 Tension continue et tension alternative périodique t Séance 1 Différentes tensions électriques et variations d une tension électrique Les générateurs électriques fournissent-ils

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE?

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? Information pour les patients TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA TUBERCULOSE GÉNÉRALITÉS 1.1 Qu est-ce que la tuberculose? 1.2 La tuberculose est-elle toujours contagieuse?

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Qu est-ce que Picasa? ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Organiser, traiter et partager ses photos avec Picasa C est un logiciel de gestion de photos gratuit proposé

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants.

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants. Project Nr. 543248-LLP-1-2013-1-IT-KA2-KA2MP Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants Niveau A2 Pour com m uniquer

Plus en détail

Papa, pourquoi je ne peux pas manger la même nourriture que toi?

Papa, pourquoi je ne peux pas manger la même nourriture que toi? 1 Papa, pourquoi je ne peux pas manger la même nourriture que toi? Un livret pour les enfants qui sont PCU par Gerda Lundberg, Association PCU de Suède 2 Traduit de l anglais Mme Yvonne Miller Berlie (A.P.E.P.)

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Mes premiers diaporamas avec Open Office Impress?

Mes premiers diaporamas avec Open Office Impress? Mes premiers diaporamas avec Open Office Impress? Courage! Tu vas y arriver 1 Sommaire I. Les bons gestes avant de lancer Open Office (page 3) II. Créer un dossier Open Office. (page 4) III. Les 5 zones

Plus en détail

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE Deuxième année, mai 2010 NIVEAU Des pilules contre tous les microbes? 2 e ANNÉE Aperçu Dans cette leçon, les élèves examineront la notion des bactéries

Plus en détail

Les bases de données. Se familiariser avec Base. Figure 1.1A Ouvre le fichier dont tu as besoin. Lance OpenOffice Base.

Les bases de données. Se familiariser avec Base. Figure 1.1A Ouvre le fichier dont tu as besoin. Lance OpenOffice Base. Exercice 1. 1 Se familiariser avec Base Figure 1.1A Ouvre le fichier dont tu as besoin. Données de l élève Lance OpenOffice Base. Ouvre le fichier nommé 6A Base de données clients (Figure 1.1A). Clique

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Ton étonnant système immunitaire. Comment il protège ton corps

Ton étonnant système immunitaire. Comment il protège ton corps Ton étonnant système immunitaire Comment il protège ton corps Ton étonnant système immunitaire Comment il protège ton corps Ecrit par la Société Japonaise d Immunologie (JSI) Illustré par Tomoko Ishikawa

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e LES PUISSANCES EN 4 E Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e PARCOURS SUR LES PUISSANCES : 2 ACTIVITÉS Situation sur les bactéries issue de la SVT Travail en 2 parties

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible:

Plus en détail

1. Visualiser la «carte» de mon réseau social

1. Visualiser la «carte» de mon réseau social 1. Visualiser la «carte» de mon réseau social Chaque point représente un ami Les traits sont tracés entre deux amis de votre réseau qui sont aussi amis entre eux Vous n êtes pas sur la carte, puisque vous

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail