FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION"

Transcription

1 LE SERVICE D INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SID, Mars 2009 DE LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION D UN FONDS D ARCHIVES D UNE ALLIANCE FRANÇAISE. SOMMAIRE Les objectifs... p1 Facteurs de détérioration internes p2 Facteurs de détérioration externes p3 Les conditions climatiques... p3 L humidité... p4 La lumière... p4 La pollution atmosphérique... p4 Les micro-organismes... p5 Les animaux... p6 Dégradation par l homme... p7 Savoir ranger et conditionner... p8 La conservation d un fonds d Archives est l ensemble de techniques, méthodes et procédés destinés à assurer la sauvegarde matérielle des documents. Il s agit d actions pour maintenir hors de toute altération les documents d archives. OBJECTIF DE LA CONSERVATION D ARCHIVES : TRANSMISSION D UN PATRIMOINE AUX GENERATIONS FUTURES Sensible aux enjeux de la connaissance, de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine, les institutions ont développé ces dernières années la notion de patrimoine. L'une des missions essentielle des services d'archives est de rendre accessible et de communiquer les documents dont ils ont la garde, afin que le patrimoine reste vivant et puisse faire l'objet de recherches et d'enrichissement. Une autre mission toute aussi importante est de conserver les documents confiés au service, afin que le patrimoine puisse être transmis intact aux générations futures. L'avenir d une Alliance française ne saurait s'envisager sans la connaissance de son passé et la préservation de sa mémoire. La conservation préventive est, dans ses applications les plus simples, à la portée de toutes les Alliances françaises.

2 CONSERVATION D UN FONDS D ARCHIVES COMPRENDRE LE BUT ET LA MANIERE Définition Archives Au sein d'une institution, il s agit du service chargé du contrôle des archives définitives, de leur conservation, du tri, du classement, de l'inventaire et de leur communication. Exemple de détérioration de documents papiers archivés. Copyright UNESCO, 2000 C O N S E I L Créez un tableau de conservation : Ce document institutionnel décrit les dossiers d'une administration et indique pour chacun, leur délai d'utilité administrative ou juridique, leur délai de versement, et fixe leur destination finale ainsi que les modalités de tri à leur appliquer. DEUX GRANDS OBJECTIFS : Retarder le phénomène de vieillissement des documents d archives des Alliances françaises et empêcher les détériorations, en créant et maintenant des conditions optimales pour la conservation des documents. Des choix, des contraintes et des contradictions pour la protection du patrimoine des Alliances françaises. Faire des choix : étudier les priorités (traitement de tel objet, de tel fonds), analyser les mesures à prendre en cas de catastrophe... Imposer des contraintes : normes climatiques, partis pris architecturaux, règles de restauration. La préservation : une stratégie Pour une bonne conservation d un fonds d Archives, il faut mener une véritable politique de préservation prenant en compte de manière globale tous les paramètres naturels, matériels et humains. Il faut intégrer la conservation préventive à la vie de l institution et au traitement matériel des documents. Ainsi, le SID de la Fondation de l Alliance française déploie ce système de gestion du document pour ses archives, car dans un tel organisme, la richesse du fonds d archives participe à la richesse de la mémoire de l institution. On pourrait également prévoir, dans quelques années, de monnayer la consultation de ces précieuses archives. SID Page 2 sur 8

3 SID Page 3 sur 8 Les facteurs de détérioration des Archives Les facteurs internes Ils sont : Spécifiques à chaque matériau : modifications physico-chimiques Objets composites : interaction des matériaux entre eux (Ex : l agrafe rouille les documents ). Ces facteurs sont aggravés par l interaction de facteurs externes comme l influence de l environnement. Les facteurs externes Les conditions climatiques La température Attention au chauffage Conditionnement La température joue un rôle important dans le déclenchement et la rapidité des réactions chimiques : plus elle est élevée, plus les réactions sont rapides. Les chocs thermiques sont très nocifs pour les documents. De plus la température élevée influx sur l humidité de l air. - Par radiateurs : Risque d assèchement pendant la période de chauffage. - A air pulsé : Risque d assèchement, mais dans un temps très court. - Par rampes à gaz : Peut provoquer une hausse de l humidité (vapeur d eau des gaz). - Ne pas provoquer de températures inutilement élevées. - Ne pas provoquer de variations brutales d humidité. - Ne pas provoquer d amplitudes de variations trop importantes selon les périodes. - Prévoir humidification et hygrostat.

4 SID Page 3 sur 8 L humidité L humidité relative est le facteur le plus important pour la conservation de documents. Il faut maitriser quelques concepts tels que : humidité absolue, humidité saturante, humidité relative L humidité absolue : l air ambiant n est généralement pas totalement sec, il absorbe une certaine quantité de vapeur d eau qui varie fortement en fonction de sa température. L humidité saturante : l'eau s'évapore dans l'atmosphère jusqu'à ce qu une proportion maximale de vapeur d'eau soit atteinte dans l'air. L humidité saturante c est la capacité maximale d'absorption de la vapeur d'eau dans l'air à une température donnée. Plus l'air est chaud, plus sa capacité à retenir la vapeur d'eau est grande. A l'inverse, plus l air ne se refroidit, plus sa capacité à retenir l'eau diminue. L'humidité relative c est le rapport entre ces deux données. Plus le taux d hygrométrie est grand, plus l air est humide, et plus les documents encourent un danger de détérioration. La lumière La lumière est nuisible dans les archives. Il s agit du dégât le plus insidieux et le plus irréparable. L'exposition à la lumière déclenche une série complexe de réactions photochimiques : modification des molécules, effacement des pigments, jaunissement du papier... La pollution atmosphérique La composition de l air Les sources de pollution sont nombreuses, tant naturelles que liées aux activités humaines. Dans l air il y a : - De la vapeur d eau - De l azote, de l oxygène et quelques autres gaz - Des poussières sous forme de particules plus ou moins fines, en plus ou moins grande concentration - Des composants inorganiques (sable, sel, ciment, etc.) des composants organiques (charbon, spores, graines, pollens, etc.) - Des polluants atmosphériques : dioxyde de soufre, oxyde d'azote, ozone.

5 SID Page 5 sur 8 Les méfaits de la pollution atmosphérique Tous les polluants cités sont des réactifs chimiques très puissants qui peuvent provoquer des réactions d'altération des documents ou intervenir, en les accélérant, dans des réactions déjà en cours. D'ailleurs on pourra observer des phénomènes d acidification et d oxydation des documents. Les micro-organismes Les micro-organismes Dans l air que nous respirons se trouve une microfaune invisible : bactéries, champignons microscopiques, spores. Ils peuvent se développer lorsque les conditions sont favorables (humidité et chaleur élevées), il faut alors éviter la germination des spores. Ce qu'il faut faire en cas de contamination 1 ère étape - Isoler le plus vite possible les objets contaminés. - Abaisser le taux d'hygrométrie en dessous de 60% - Dépoussiérer à l'aspirateur et désinfecter les locaux (avec des gants jetables) - Dépoussiérer les objets avec un aspirateur à filtre absolu - Désinfection en autoclave à l'oxyde d'éthylène (en dernier recours) 2 ème étape - Etablir un diagnostic complet - Evaluer l ampleur des dégâts - Comprendre les raisons de l infection - Evaluer les risques d extension Ces mesures permettent de réduire une fragilisation importante pouvant aller de l apparition de taches colorées indélébiles à la disparition totale du document. Contamination par champignon 2006 ABC BOIS Contamination par bactérie 2006 Bibliothèque et Archives Canada

6 SID Page 6 sur 8 Les animaux et les insectes Papier, cuir, parchemin, bois et colles d'origine animale ou végétale sont autant d'aliments pour au moins soixante-dix espèces d'insectes appartenant à plusieurs ordres et familles. Les facteurs favorables à la prolifération d insectes et d animaux : chaleur, humidité, obscurité, tranquillité, présence d éléments nourriciers. Les dégradations provoquées par l homme Deux facteurs humains - La restauration inconsidérée - La manipulation et l'utilisation Ces deux causes peuvent provoquer des dommages pourtant faciles à éviter par des mesures simples et peu coûteuses. La restauration inconsidérée Toutes les réparations de fortune et toutes restaurations non conservatives peuvent engendrer des dommages qui n'apparaissent qu'à moyen ou à long terme, très difficiles, parfois même impossibles à corriger. Ces réparations doivent être effectuées par un spécialiste compétent, après un diagnostic précis et selon un protocole décrit dans une fiche détaillée d'intervention. Il est important d éviter la colle et le scotch. Les pièces collées sur les objets peuvent occasionner des dommages locaux, créés par l'action néfaste de la colle et du papier utilisés. Dans une même logique, il ne faut pas utiliser d'autocollant pour réparer des documents. Les dommages dus à la colle peuvent être rapides. En effet une colle chimiquement instable réagit avec le matériau sur lequel elle est appliquée et entraîne une altération locale mais aussi indirecte lorsqu il est nécessaire de décoller les éléments collés. Cette opération peut s'avérer très difficile et endommager l'objet. Pour finir les documents partant en Archives doivent être dégrafés, et les trombones doivent être ôtés. Ces précautions éviteront d abimer, plier, colorer, et déchirer les documents.

7 SID Page 7 sur 8 Les dommages causés par les manipulations/utilisations L action de toucher, tenir, transporter avec les mains des documents d archives, sans précaution, peuvent altérer la qualité de l ouvrage. Il faut savoir manipuler un document, avec une certaine méthode, afin de mieux le maintenir en état. Quelques remarques - Le geste d'extraire un document ou un objet d'une étagère, d'une vitrine, ou celui de le ranger peuvent être source de dommages, s'ils sont exécutés avec maladresse et sans précaution. - La plupart des objets et certains types de documents sont particulièrement sensibles aux pressions (pile de documents) et aux chocs. - Tout transport à l'intérieur et à l'extérieur du service doit être entouré de toutes les précautions nécessaires. Les dégradations dues à l'homme peuvent être minimisées. Toute politique de conservation préventive doit être axée sur la diminution des interventions sur l objet. Afin d'assurer une bonne condition physique du document, il est impératif d accorder une attention particulière aux méthodes de manipulation de chaque ouvrage. Il est nécessaire de ne pas négliger la saisie du document, son transport, son utilisation, pour préserver l état physique irréprochable du document. - Les manipulations dues aux photocopies, endommagent et fragilisent les documents. A ceci s ajoute des dégâts chimiques dus à la décharge lumineuse, à la chaleur, au dégagement d'ozone

8 Savoir ranger et conditionner SID Page 8 sur 8 S'il faut d'abord avoir une connaissance approfondie des facteurs de dégradation des documents, il est tout aussi nécessaire de savoir mettre en œuvre un programme de conditionnement cohérent, afin d'exclure ou de minimiser les risques de dégradation. Le rangement et le conditionnement des documents d archives de votre alliance, lorsqu'ils sont faits correctement, participent pour une large part à la conservation préventive. Le rangement et le conditionnement doivent se faire dans du mobilier et des contenants adaptés aux caractéristiques des objets (matières, dimensions ), ainsi qu à leurs fragilités. Ces contenants doivent protéger le document, dans son format à plat, à l abri de la lumière, de la poussière et de toute autre condition pouvant l altérer. Les risques sont les suivants : Risques de migration des produits de l'altération chimique de ces matériaux vers les objets avec lesquels ils sont en contact Exemple de contenant neutre sans coloration Risques d'accélération des processus de dégradation et de vieillissement naturel. Pour conclure L'environnement idéal pour les collections de bibliothèque est un environnement où la température et l'humidité relative sont contrôlées, où des polluants sont absents, où une bonne ventilation de l'air est assurée, où la lumière est contrôlée, où les moisissures, insectes, rongeurs sont absents, où des bonnes pratiques de maintenance et de sécurité (feu, eau, vol) existent SERVICE D INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SID Hélène Simonnet 101 bd Raspail Paris Cedex 06 Tél: +33 (0) / Fax: +33 (0) Courriel: / Skype : h.simonnet_fondationaf Site: fondation-alliancefr.org

ARCHIVES DIPLOMATIQUES PRESERVATION ET CONSERVATION

ARCHIVES DIPLOMATIQUES PRESERVATION ET CONSERVATION PRESERVATION ET CONSERVATION 1. Anticiper les dégradations Prévenir : tel est le maître-mot qui doit dicter nos actions lorsqu il faut préserver l état matériel d un document et allonger ainsi sa durée

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques?

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques? La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. Sommaire : I ) Influence de la climatologie : *VENT *TEMPERATURE *ENSOLEILLEMENT *PRESSION ATMOSPHERIQUE *HUMIDITE *PRECIPITATIONS II

Plus en détail

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité 1 Origine et cheminement de l humidité Définir le confort 2 1) Origine de l humidité dans l habitat: Production

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS Les moisissures dans les bâtiments Qu est-ce que la moisissure? Les moisissures dans l environnement Champignons microscopiques à croissance

Plus en détail

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LES BALAIS ESSUIE-VITRES LA BATTERIE LA CONTREFAÇON L ÉCHAPPEMENT L ÉCLAIRAGE LE FILTRE À PARTICULES LE FREINAGE LA GAMME PEUGEOT DE PIÈCES D ORIGINE LES LUBRIFIANTS

Plus en détail

Le Papier, un Patrimoine fragile. Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques

Le Papier, un Patrimoine fragile. Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques Le Papier, un Patrimoine fragile Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques Les papiers Chiffon de lin vergé De 1336 à nos jours Fabrication artisanale Pâte

Plus en détail

Paris, le 2 décembre 2004. La Directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales)

Paris, le 2 décembre 2004. La Directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales) Paris, le 2 décembre 2004 La Directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales) Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils généraux

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

protection du bois - Alternatives à l'utilisation

protection du bois - Alternatives à l'utilisation Développement de méthodes non biocides de protection du bois - Alternatives à l'utilisation des biocides classiques? Philippe GERARDIN, LERMAB, Faculté des Sciences et Technique, Vandoeuvre Site internet:

Plus en détail

COMPOSITION DE L AIR

COMPOSITION DE L AIR COMPOSITION DE L AIR NOTIONS DE PRESSION ATMOSPHERIQUE I- De quoi est composé l air? Activité 1 : Expérience de LAVOISIER. Activité 2 : L air qui nous entoure (livre p14) Je retiens : L air est un mélange

Plus en détail

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Calcul du vase pour des installations de chauffage central Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Notions de base pour le

Plus en détail

GEO FICHE TECHNIQUE N 1. Chauffage et hygrométrie dans les édifices anciens. 28 Avenue Daumesnil 75012 PARIS

GEO FICHE TECHNIQUE N 1. Chauffage et hygrométrie dans les édifices anciens. 28 Avenue Daumesnil 75012 PARIS GEO 28 Avenue Daumesnil 75012 PARIS FICHE TECHNIQUE N 1 Chauffage et hygrométrie dans les édifices anciens Nos églises ont souvent été construites il y a plusieurs centaines d années mais ces édifices

Plus en détail

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC)

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Management & Projets scientifiques Satillieu 28 septembre- 02 Octobre 2009 1 Gérard Rousset Processus de contamination zones à

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

«L ensemble de nos projets sont gérés de manière totalement intégrée.»

«L ensemble de nos projets sont gérés de manière totalement intégrée.» «L ensemble de nos projets sont gérés de manière totalement intégrée.» Philippe Michel BELFOR (France) MESURES D URGENCE Tout savoir sur les mesures conservatoires Évitez l aggravation des dégâts Comment

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS RELIÉS

CONSERVATION DES DOCUMENTS RELIÉS ANATOMIE DU LIVRE Pour obtenir une définition des éléments constituants des reliures et des livres, veuillez consulter la capsule archivistique intitulée Anatomie du livre. CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES En

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

FICHE 1: LA CONSERVATION PREVENTIVE

FICHE 1: LA CONSERVATION PREVENTIVE FICHE 1: LA CONSERVATION PREVENTIVE La conservation préventiveest l ensemble des actions indirectes qui consiste à prévenir les dégradations des collections par le contrôle de l environnement, des conditions

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. BOIS. Franc, D ingénierie et Laminés

GUIDE D ENTRETIEN. BOIS. Franc, D ingénierie et Laminés GUIDE D ENTRETIEN BOIS. Franc, D ingénierie et Laminés La responsabilité de l installateur et du propriétaire Avant l installation, il est de la responsabilité du propriétaire et/ou de l installateur et/ou

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Ventiler pour refroidir les céréales stockées

Ventiler pour refroidir les céréales stockées 10 QUALITÉ Ventiler pour refroidir les céréales stockées Une conduite à moduler avec le climat La ventilation est la meilleure méthode pour refroidir les céréales stockées et, donc, conserver leurs qualités

Plus en détail

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6 Climat des locaux Climat des locaux Page 1 sur 6 Dangers principaux Composition de l air / proportion d air frais L atmosphère qui nous entoure contient 21 % d oxygène, 78 % d azote, de petites quantités

Plus en détail

Projet. Politique de conservation du patrimoine archivistique. Service du greffe (Avril 2012)

Projet. Politique de conservation du patrimoine archivistique. Service du greffe (Avril 2012) Projet Politique de conservation du patrimoine archivistique Service du greffe (Avril 2012) Ensemble des documents, quel que soit leur date, leur nature ou leur support, réunis (élaborés ou reçus) par

Plus en détail

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Documentation technique Été 2009 Informations générales sur la matière première et le procédé Informations générales sur le produit Homologation technique européenne

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS

BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS 24h/24 @ indice en ligne www.atmo-poitou-charentes.org BILAN DE LA JOURNEE SANS VOITURE sur l'agglomération de POITIERS Association Régionale pour la mesure de la Qualité de l'air en Poitou-Charentes Rue

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver des documents numériques CONSERVER DES DOCUMENTS NUMÉRIQUES Conseils pratiques pour la gestion et la conservation de votre information numérique Méthodes de

Plus en détail

8. Réglage du système

8. Réglage du système 8. Réglage du système Réglage du système Comme est conçu pour satisfaire différents environnements, il est important de régler le système correctement. Dans le cas contraire, les performances de l appareil

Plus en détail

Source : Document INRS Les Dossiers INRS «Etiquetage des substances et préparations chimiques dangereuses»

Source : Document INRS Les Dossiers INRS «Etiquetage des substances et préparations chimiques dangereuses» Source : Document INRS Les Dossiers INRS «Etiquetage des substances et préparations chimiques dangereuses» Nature des risques particuliers attribués aux substances et préparations dangereuses (phrases

Plus en détail

Phrases R et S. Phrases R : Nature des risques particuliers attribués aux substances et préparations dangereuses

Phrases R et S. Phrases R : Nature des risques particuliers attribués aux substances et préparations dangereuses Phrases R et S Phrases R : Nature des risques particuliers attribués aux substances et préparations dangereuses R1 Explosif à l'état sec R2 Risque d'explosion par le choc, la friction, le feu ou d'autres

Plus en détail

DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE 1ER OCTOBRE 2014 DE LA MONTÉRÉGIE

DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE 1ER OCTOBRE 2014 DE LA MONTÉRÉGIE DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA MONTÉRÉGIE 1ER OCTOBRE 2014 2 Introduction Les préoccupations des gestionnaires Les conséquences possibles Des risques à la santé et au bien-être Le guide

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie MAZOUTMASSUIR.BE Utilisation rationnelle de l'énergie Légende: Chacun devrait considérer qu'il est de son devoir d'utiliser l'énergie de la façon la plus rationnelle possible. Ceci favorise non seulement

Plus en détail

Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé

Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé Collège Adrien Cerneau, Sainte-Marie. Réalisé par les professeurs de SVT: Mme MALBOS, Mme TURPIN-ALIBHAYE, Mme MAK-SO-FAT I Profil de l action Public ciblé:

Plus en détail

FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS

FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS Objectifs: - déterminer les sources de pollution de l air de la maison et les conséquences sur la santé et la salubrité. - déterminer sur les températures

Plus en détail

Herrebout-Vermander N.V. S.A.

Herrebout-Vermander N.V. S.A. Pag. 1/5 Herrebout-Vermander N.V. S.A. Kuurne, mai 2002 rev. Janvier 2005 Le parquetteur est parti, et qu'est-ce qu'on fait maintenant Félicitations avec votre nouveau Le parquet est un revêtement de sol

Plus en détail

SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE

SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE SYSTÈME DE PURIFICATION D AIR AVEC AROMATHÉRAPIE La poussière de notre maison Il est reconnu que l air de nos maisons est rempli de poussière, de pollen, de moisissures et de milliers d autres particules

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Groupe conservation Brassards jaunes

FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Groupe conservation Brassards jaunes FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Brassards jaunes No Nom Prénom Conservation ZONE DE SAUVETAGE IDENTIFIER ET CATEGORISER LE MATERIEL ZONE DE TRIAGE -> SECHAGE A L AIR ZONE DE TRAITEMENT

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Source : Qualité de l air intérieur CSRSE (2008)

Source : Qualité de l air intérieur CSRSE (2008) page 1/7 Source : Qualité de l air intérieur CSRSE (2008) Résumé & Détails: GreenFacts (2008) Contexte - La pollution de l'air tant intérieur qu extérieur est une préoccupation de santé majeure car elle

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes Les emballages permettent de prolonger la durée de conservation des denrées alimentaires. Leur rôle est, entre autres, de maintenir

Plus en détail

Dans la série PRÉSERVATION PHYSIQUE DES DOCUMENTS D ARCHIVES

Dans la série PRÉSERVATION PHYSIQUE DES DOCUMENTS D ARCHIVES Dans la série PRÉSERVATION PHYSIQUE DES DOCUMENTS D ARCHIVES 1. LA PROTECTION PHYSIQUE Le plus tôt possible après l arrivée de nouveaux documents dans un centre d archives, trois opérations peuvent être

Plus en détail

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION T.P. Microbiologie appliquée Objectifs Pré-requis «Action des levures sur la farine» être capable de justifier la composition des aliments en tant que milieu nutritif Mme ROIG être capable de mettre en

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques >> Agathe MULOT Gaëlle HAROUARD Régisseurs des collections 03 90 58 55 76 agathe.mulot@pair-archeologie.fr gaelle.harouard@pair-archeologie.fr Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Plus en détail

PASTILLES DPD1 (comparateur)

PASTILLES DPD1 (comparateur) 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE 1.1 - Identificateurs de produit Nom commercial Type de produit : reactif chlore pastilles DPD1 : Substance 1.2 - Utilisations identifiées / utilisations

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE)

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) AIR CARE Gamme XES EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) Les chambres froides Positives 1 L IONISATIONDE L OXYGENE : UN PROCESSUS NATUREL L air est naturellement porteur d ions négatifs

Plus en détail

KITCHEN ADVANCED PURIFICATION SOLUTIONS

KITCHEN ADVANCED PURIFICATION SOLUTIONS KITCHEN ADVANCED PURIFICATION SOLUTIONS CUISINES UNE SOLUTION POUR ÉLIMINER LES GRAISSES ET RÉDUIRE LES ODEURS DANS LES CONDUITS DE VENTILATION DE CUISINES ÉLIMINATION DES GRAISSES EN CONTINU RÉDUCTION

Plus en détail

Le piano étant un instrument fragile, il est très important de l entretenir régulièrement et de le maintenir sous certaines conditions climatiques.

Le piano étant un instrument fragile, il est très important de l entretenir régulièrement et de le maintenir sous certaines conditions climatiques. Les conseils et les solutions en résumé - L hygrométrie, le taux d humidité, de la pièce doit être comprise entre 50 et 60 % (utilisez un humidificateur, un déshumidificateur, un hygromètre, les appareils

Plus en détail

CHAPITRE 3: COULEURS ET ART

CHAPITRE 3: COULEURS ET ART CHAPITRE 3: COULEURS ET ART I- pigments, couleurs et colorants dans le domaine des arts En peinture, l analyse d un tableau fournit des informations précieuses sur les pigments utilisés par le peintre

Plus en détail

S3.4 La prévention des risques professionnels

S3.4 La prévention des risques professionnels CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL RÉPARATION DES CARROSSERIES Classe de seconde Document professeur SAVOIRS ASSOCIÉS DÉVELOPPÉS Savoirs S3.4.1 Les enjeux sociaux des accidents du travail. S3.4.2 Le processus

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011

Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 Ateliers-conférences sur le séchage du bois (17 e édition) CLIMATOLOGIE ET LE SÉCHAGE Par Aziz Laghdir, Ph.D. Julie Lessard, ing. f. Mai 2011 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1) Introduction 2) Propriétés de l

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

COMMENT ECONOMISER DE

COMMENT ECONOMISER DE COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE EN CUISINE CE QUE LES RESTAURATEURS DOIVENT SAVOIR RESTAURATEURS : Les astuces pour consommer moins d énergie Depuis plusieurs dizaines d années, le monde a pris conscience

Plus en détail

La sécurité en chimie

La sécurité en chimie La sécurité en chimie 1 - Les pictogrammes de danger 2 - Les consignes de sécurité 2 - Que faire en cas d accident 3 - Lire une étiquette de produit chimique 4 - Les phrases de Risque 5 - Combinaison des

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Référence : FDS-LEVURE Page 1 sur 5 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Dénomination commerciale : Utilisation : Œnologie Fournisseur : Œnologie IMMELE SAS - 10,

Plus en détail

1. Les oxydes d'azote (NO x )

1. Les oxydes d'azote (NO x ) 1. Les oxydes d'azote (NO x ) Les NO x regroupent le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2 ), ils sont formés dans toutes les combustions fossiles, à haute température et par association de

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES

INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES De façon non exhaustive, chaque dossier étant examiné de manière spécifique, les principaux critères de mise en œuvre sont ainsi définis : NETTOYAGE

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

La restauration de documents archivistiques

La restauration de documents archivistiques La restauration de documents archivistiques Toutes nos publications sont disponibles : - En téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL : www.cpcp.be/etudes-et-prospectives - En version papier,

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Catégories d'environnement d'exploitation

Catégories d'environnement d'exploitation standard technique note technique Environnement d'exploitation du matériel Liste des mots-clés environnement industriel Objet Cette note donne la définition des catégories d'environnement à travers la

Plus en détail

L isolation des pavillons

L isolation des pavillons L isolation des pavillons Réalisé par Mathilde et Maxime 1 Que connaissez-vous comme type d isolation. Donnez une définition. Nous connaissons deux types d isolant : - les isolants thermiques - les isolants

Plus en détail

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE

Fiche de Sécurité. Oxygène. Version : 3.01 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Page :1/5 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE N FDS WAG-..-097A-02 Nom du produit Formule chimique O2 Identification de la société Westfalen France Sarl Z.I. Carrefour de l Europe

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE Pensez à vérifier la date de validité des cartouches filtrantes NF EN 511 (froid) Les équipements de protection individuelle contre

Plus en détail