L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes"

Transcription

1 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes

2 Dans la production de dindes, la performance du lot dépend de nombreux facteurs, dont l environnement des animaux. C est pourquoi le contrôle de cet environnement a pris de l importance depuis quelques années. Une bonne performance finale de la bande peut être influencée en intervenant tôt dans le cycle de production, et cela doit être une priorité. Quand les dindonneaux prennent un bon départ (faible mortalité, bonne homogénéité et faible morbidité), ils développent des intestins sains grâce à une consommation régulière d aliment et d eau. Ceci permet à l oiseau de réaliser les gains génétiques que Hybrid Turkeys peut offrir chaque année. On peut obtenir une bonne performance de lot avec un équipement dernier cri ou un bâtiment plus ancien bien géré, mais si l on ne surveille pas les conditions environnementales pour connaître précisément la qualité de l air, on risque fort de compromettre la santé et la performance des animaux. Dans tous les élevages de dindes, on mesure, avec parfois un enregistrement, les niveaux de température pour mieux gérer les besoins en ventilation. Certains éleveurs ont constaté que la mesure du taux d humidité peut aussi faire une grande différence en matière de qualité de l air et des litières. Très peu d exploitants mesurent et font un suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) et du monoxyde de carbone (CO) dans les bâtiments d élevage de dindes. Cette fiche d information aborde les effets d un excès de dioxyde de carbone et souligne l intérêt d un suivi. Effets de niveaux excessifs de dioxyde de carbone Diverses études ont été entreprises pour prouver que des niveaux élevés de dioxyde de carbone peuvent affecter la performance de l oiseau. On a établi que des niveaux atteignant 2 5 ppm de dioxyde de carbone augmentent l incidence de la maladie du cœur rond. Un excès de dioxyde de carbone peut entraîner, chez les oiseaux, de l inactivité, une prise réduite d alimentation et un changement de métabolisme. À ces niveaux élevés, il peut aussi affecter la santé intestinale et la performance globale de la bande. La maladie du cœur rond Le Dr. David Frame, spécialiste en santé des volailles à l Université d État de l Utah, a étudié les effets du dioxyde de carbone sur la maladie du cœur rond. Il a montré que des niveaux supérieurs à 2 5 ppm de dioxyde de carbone étaient corrélés à l apparition de cardiomyopathie spontanée des dindes (STC : spontaneous turkey cardiomyopathy). Le dioxyde de carbone est formé par la combustion normale de carburant dans les systèmes de chauffage des couvoirs ainsi que par la respiration des oiseaux. Une faible ventilation, du fait d un renouvellement d air insuffisant et d une faible circulation, peut avoir comme conséquence des niveaux élevés de dioxyde de carbone et la formation de poches à plus haute teneur, ce qui augmente les risques liés aux niveaux élevés de dioxyde de carbone. Inactivité des oiseaux Les oiseaux de tous âges sont affectés par des niveaux élevés de dioxyde de carbone, mais particulièrement les dindonneaux. Ils deviennent léthargiques et inactifs. Ils commencent à se tasser, leur métabolisme baisse et leur prise d alimentation se réduit. Leur température corporelle baisse fortement, même si la température du bâtiment est adéquate. FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 2

3 L Importance du suivi du dioxyde de carbone (co 2 ) santé intestinale et performance globale de la bande Un article du Journal of applied poultry research a évalué les effets de l exposition à un taux excessif de dioxyde de carbone sur la mortalité de jeunes dindonneaux. On a constaté que des niveaux de 4 ppm de dioxyde de carbone réduisaient l activité de la thyroïde, ce qui diminuait le métabolisme de l oiseau. Dans cette situation, ils deviennent léthargiques et réduisent leur alimentation et leur consommation d eau. Ceci peut mener à un développement insuffisant des intestins et à un déséquilibre de la flore microbienne intestinale, entraînant une déstabilisation caecale aboutissant à de l entérite. en cas de déstabilisation caecale, les fèces deviennent humides et les conditions environnementales peuvent se détériorer. Ceci peut dégrader la performance du lot, avec un faible poids, un médiocre développement squelettique et une baisse d uniformité. L exposition à 4 ppm de dioxyde de carbone peut avoir comme conséquence un changement de métabolisme, un épuisement des réserves de glycogène, la réduction de la quantité de glucose dans le foie et une baisse du niveau d oxygène dans le sang. Une étude du Dr. Christensen a montré que tous les dindonneaux exposés à 4 ppm de dioxyde de carbone s assoupissent; il importe donc de maintenir les niveaux de dioxyde de carbone en-dessous de 4 ppm. Ceci est cohérent avec les résultats du Dr. Frame. Mesure La mesure des niveaux de dioxyde de carbone et d humidité peut être réalisée facilement et de manière relativement peu coûteuse. Les appareils commerciaux, tels que l extech SD8 (avec enregistrement), l extech CO25 ou l amprobe CO2-1, permettent de surveiller et d enregistrer les niveaux de dioxyde de carbone, de température et d humidité. niveaux recommandés dioxyde de carbone : Hybrid Turkey recommande de maintenir une valeur inférieure à 2 5 ppm. Humidité : Hybrid Turkey recommande de maintenir un taux d humidité de moins de 6%. ainsi il y aura peu d ammoniaque dans l air et les litières seront plus sèches. Exemple 1 Les graphiques ci-dessous montrent un exemple où l hygrométrie reste sous contrôle la plupart du temps, mais où le niveau de dioxyde de carbone est au-dessus de nos seuils recommandés. en pareil cas, il peut y avoir des problèmes de croissance. Exemple 1a Données d humidité relative :54:3 4:2:3 4:1:3 4:18:3 4:26:3 4:34:3 4:42:3 4:5:3 4:58:3 5:6:3 5:14:3 5:22:3 5:3:3 5:38:3 5:46:3 5:54:3 6:2:3 6:1:3 Exemple 1b Données de CO Seuil de 6% %Hr CO 2 (ppm) Seuil de 4 suggéré par les études Seuil de 2 5 suggéré par Hybrid Turkey 3:54:3 4:2:3 4:1:3 4:18:3 4:26:3 4:34:3 4:42:3 4:5:3 4:58:3 5:6:3 5:14:3 5:22:3 5:3:3 5:38:3 5:46:3 5:54:3 6:2:3 6:1:3 FICHE D INFORMATION L ImpOrTanCe DU SUIvI DU DIOxyDe De CarbOne (CO 2 ) 3

4 Exemple 2 Le graphique suivant montre les effets de divers niveaux de ventilation sur les taux de dioxyde de carbone et d humidité. Sur la gauche, avec deux ventilateurs 6,96 cm (environ 13 m 3 /h), il y a une grande variation des niveaux d humidité et de dioxyde de carbone. Avec deux ventilateurs 91,44 cm (environ 2 m 3 /h) (extrémité droite du graphique), on assure un bon renouvellement de l air et une dépression, de façon à mélanger l air efficacement au plafond et dans tout le bâtiment. Il est évident que l augmentation de la ventilation et de l apport d air améliore les niveaux de dioxyde de carbone et d humidité. Il est important de noter qu au cours de la période utilisant deux ventilateurs 91,44 cm, on a consommé moins de propane que dans la période utilisant deux ventilateurs 6,96 cm. Il est donc essentiel d assurer une bonne ventilation du couvoir, des camions de transport de dindonneaux et des bâtiments d élevage. Pour examiner la ventilation, il faut surveiller les niveaux de dioxyde de carbone. Exemple 2 Comparaison de régimes de ventilation ventilateurs de 6,96 cm, 5 s en marche, 19 s arrêtés 2 ventilateurs de 91,44 cm, 6 s en marche, 24 s arrêtés mise en place de dindonneaux 2 ventilateurs de 6,96 cm, 12 s en marche, 18 s arrêtés 8:31:9 9:31:9 1:31:9 11:31:9 12:31:9 13:31:9 14:31:9 15:31:9 16:31:9 17:31:9 18:31:9 19:31:9 2:31:9 21:31:9 22:31:9 23:31:9 :31:9 1:31:9 2:31:9 3:31:9 4:31:9 5:31:9 6:31:9 7:31:9 8:31:9 9:31:9 1:31:9 11:31:9 12:31:9 13:31:9 14:31:9 15:31:9 16:31:9 17:31:9 18:31:9 19:31:9 2:31:9 21:31:9 22:31:9 23:31:9 :31:9 1:31:9 2:31:9 3:31:9 4:31:9 5:31:9 6:31: humidité CO 2 régression linéaire du taux de CO 2 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 4

5 L avenir du suivi de l environnement Des études ont été entreprises pour évaluer les niveaux élevés de dioxyde de carbone par temps chaud ; l une d elles, par C. Bennett, a montré une corrélation entre des niveaux élevés de CO 2 et le stress dû à la chaleur. Il faudra réaliser d autres études sur le dioxyde de carbone pour comprendre les effets d un haut niveau dans les bâtiments commerciaux par temps froid. Il faudra aussi évaluer les niveaux de CO 2 pour mieux comprendre leurs effets sur l environnement de nos oiseaux. Il est important de surveiller dans le temps les niveaux de monoxyde de carbone (CO) pour veiller à ce qu ils ne restent pas longtemps élevés. Il a été indiqué qu un niveau supérieur à 25 ppm de monoxyde de carbone, pendant des périodes prolongées peut causer la maladie du cœur rond et une performance médiocre. Au moyen d un enregistreur de données tel que le LASCAR CO 2, on peut suivre les niveaux dans le temps. On voit dans l exemple ci-dessous que ce niveau peut dépasser nettement le seuil recommandé de 25 ppm ; pourtant, beaucoup d exploitants ne s en rendent pas compte. Suivi du monoxyde de carbone 9 monoxyde de carbone CO (ppm) Seuil: 25-3 ppm 1 18/1/212 17:46 18/1/212 2:21 18/1/212 22:56 19/1/212 1:31 19/1/212 4:6 19/1/212 6:41 19/1/212 9:16 19/1/212 11:51 19/1/212 14:26 19/1/212 17:1 19/1/212 19:36 19/1/212 22:11 2/1/212 17:46 2/1/212 :46 2/1/212 3:21 2/1/212 5:56 2/1/212 8:31 2/1/212 11:6 2/1/212 13:41 2/1/212 16:16 2/1/212 18:51 2/1/212 21:26 21/1/212 :1 21/1/212 2:36 21/1/212 5:11 21/1/212 7:46 21/1/212 1:21 21/1/212 12:56 21/1/212 15:31 21/1/212 18:6 21/1/212 2:41 21/1/212 23:16 22/1/212 1:51 22/1/212 4:26 22/1/212 7:1 22/1/212 9:36 22/1/212 12:11 22/1/212 14:46 22/1/212 17:21 22/1/212 19:56 22/1/212 22:31 23/1/212 1:6 23/1/212 3:41 23/1/212 6:16 23/1/212 8:51 23/1/212 11:26 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 5

6 Conclusion Actuellement, les dindes commerciales gagnent plus vite plus de poids et assimilent plus efficacement leur alimentation. Il est essentiel de bien comprendre l impact de l environnement des oiseaux, y compris le dioxyde de carbone, pour que la dinde puisse atteindre pleinement son potentiel génétique. Hybrid Turkeys Sauf mention contraire, les informations contenues dans ce document demeurent la propriété de Hybrid Turkeys. Ce document ne peut être ni reproduit ni publié de quelque manière que ce soit sans l autorisation écrite préalable de Hybrid Turkeys. Pour ce faire, veuillez contacter préalablement le siège social de Hybrid Turkeys, à Kitchener, Ontario, Canada, au Limitation de responsabilité : Les appareils de mesure de l environnement tels que Extech CO25, Extech SD8, Amprobe CO2-1 et LASCAR CO2 mentionnés ci-dessus sont simplement cités à titre d exemples et ne sont approuvés en rien par Hybrid Turkey. FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 6

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

L élevage de dinde de chair

L élevage de dinde de chair ENVT, clinique aviaire L élevage de dinde de chair J.L. GUERIN Présentation Dinde = 2 è volaille produite dans le monde Origine : Amérique du Nord Sélection axée sur des critères de gain de poids et de

Plus en détail

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 L impact sanitaire d un habitat dégradé ou inadéquat XX/XX/XX La santé environnementale dans les ARS = évaluer, prévenir et gérer les risques sanitaires associés

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... ...par un meilleur contrôle de la qualité de l air dans les systèmes de ventilation et de conditionnement d air (EN 13779) 1 Hannes Lütz Produktmanager CentraLine c/o Honeywell GmbH 06 I 2008 On parle

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation Ventilation Alimentation Gamme Porc Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. Le porc est la viande la plus produite et la plus consommée au monde. Les projets qui se développent tendent vers

Plus en détail

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6 Climat des locaux Climat des locaux Page 1 sur 6 Dangers principaux Composition de l air / proportion d air frais L atmosphère qui nous entoure contient 21 % d oxygène, 78 % d azote, de petites quantités

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti Ergonomes ERGOrama S.A. info@ergorama-sa.ch ERGOrama SA 1 Thèmes abordés Risques aigus et chroniques

Plus en détail

Décembre 2014 Gestion du plumage chez les poules pondeuses de type chair : un guide pratique

Décembre 2014 Gestion du plumage chez les poules pondeuses de type chair : un guide pratique RÉSUMÉ Décembre 2014 Gestion du plumage chez les poules pondeuses de type chair : un guide pratique Dr. Vanessa Kretzschmar-McCluskey, Responsable de l équipe de transfert technique au niveau mondial,

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase.

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase. Guide de dépannage pour gâteaux GÂTEAUX AIDE-MÉMOIRE Un excès de graisse dans les moules provoque un affaisement du pourtour du gâteau. Plus haute est la température de cuisson, plus haut le gâteau bombera.

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec.

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Chauffage des serres Le coût de chauffage est non négligeables pour les propriétaires 2 ieme plus grosse

Plus en détail

LES AVERTISSEURS DE MONOXYDE DE CARBONE

LES AVERTISSEURS DE MONOXYDE DE CARBONE Service régional de prévention incendie MRC de La Nouvelle-Beauce 700, Notre-Dame Nord, Bureau B Sainte-Marie, (Québec) G6E 2K9 Téléphone: (418) 387-3444 Télécopieur: (418) 387-7060 preventionincendie@nouvellebeauce.com

Plus en détail

guide pour mieux comprendre le prédiabète

guide pour mieux comprendre le prédiabète guide pour mieux comprendre le prédiabète diabète prédiabète normal PRÉDIABÈTE Dans ce dépliant, quand nous disons sucre dans le sang (glucose), nous parlons du type de sucre qui se trouve dans notre corps.

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Comment se préparer à des épreuves d endurance

Comment se préparer à des épreuves d endurance Comment se préparer à des épreuves d endurance Ce guide est destiné à des athlètes participant à des épreuves d endurance telles que marathons, triathlons, cyclisme, VTT, crosscountry et ski de fond. Quel

Plus en détail

LE CONFORT DES PERSONNES

LE CONFORT DES PERSONNES QU EST-CE QU UN SYSTÈME D AIR SPÉCIALISÉ LE PROCESSUS ET LES BESOINS DU CLIENT Qu il s agisse de tissage, de tricot ou de touffetage, l ingénieur d air doit bien comprendre le processus. Il faut déterminer

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Guy Durivage, ing., M. Sc., RMAAQ Collaborateur : Marcel Frenette, dta, RMAAQ La présente présentation couvre globalement

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés Les variétés LONGUES : prendre une longueur d avance Le vendredi 27 octobre 2000, Université Laval Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés André LACHANCE, agronome Maxi-Plant inc.

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011 IFSI 1ère année promotion 2008 2011 NP Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 7 Maison troglodyte Montsoreau Visite : 20 mars 2011, Figure 1 1 : Prise de vue

Plus en détail

L histoire de la ventilation des logements s écrit avec l amélioration thermique des bâtiments.

L histoire de la ventilation des logements s écrit avec l amélioration thermique des bâtiments. LA PLACE DE LA VENTILATION DANS L'EXISTANT Concilier la performance énergétique et la Qualité de l'air Intérieur LES FICHES THEMATIQUES L histoire de la ventilation des logements s écrit avec l amélioration

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

otre maison MESURER L HUMIDITÉ DANS VOTRE MAISON AVEZ-VOUS UN PROBLÈME D HUMIDITÉ? Avez-vous un problème d humidité? Problèmes d humidité

otre maison MESURER L HUMIDITÉ DANS VOTRE MAISON AVEZ-VOUS UN PROBLÈME D HUMIDITÉ? Avez-vous un problème d humidité? Problèmes d humidité V otre maison MESURER L HUMIDITÉ DANS VOTRE MAISON CF1 AVEZ-VOUS UN PROBLÈME D HUMIDITÉ? Les faits sur l humidité Par humidité, on entend la quantité de vapeur d eau qui se trouve dans l air. Vous, les

Plus en détail

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 ------ 0 OFF PPM CO 20.9 0 % O2 LIE CH4 10 : 15 : 54 1 Déroulement de la leçon L oxygène O 2 Le monoxyde de carbone CO Interprétation des tableaux d évaluation

Plus en détail

Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr

Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr Version 3 du 14/11/2014 ------- FILM «déchets végétaux» Comparaison entre

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Protection de l opérateur

Protection de l opérateur Global engineering Trusted solutions Protection de l opérateur Homologation CE Sécurité inégalée Confort total Engineered by Clemco Protection de l opérateur une protection complète, un confort complet

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Décembre 2014 Série technique 14-102 Évaluation du rendement d une thermopompe à air pour climat froid INTRODUCTION La plupart des Canadiens connaissent la technologie des thermopompes

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Systèmes de chauffage

Systèmes de chauffage Systèmes de chauffage Des températures optimales dans chaque poulailler Systèmes de chauffage pour une température optimale dans le bâtiment Les températures optimales ont une grande influence sur la santé

Plus en détail

3 Les nouveaux bourgs

3 Les nouveaux bourgs 3 Les nouveaux bourgs 33 HABITER L EAU 331 principe Habiter l humidité Ce projet révèle et qualifie une relation invisible mais néanmoins obligée entre l espace intérieur et l humidité. Il cherche à transformer

Plus en détail

Mesurer l humidité dans votre maison. Tableau 1 Problèmes d humidité

Mesurer l humidité dans votre maison. Tableau 1 Problèmes d humidité sçíêé=ã~áëçå CF 1 iéë=ñ~áíë=ëìê äûüìãáçáí Par humidité, on entend la quantité de vapeur d eau qui se trouve dans l air. Les membres de votre famille et vous, de même que vos animaux de compagnie produisez

Plus en détail

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 Document 20131 1. INTRODUCTION Les travaux sur l étude de mortalité dans les rentes individuelles se sont poursuivis. Cette

Plus en détail

Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie?

Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie? Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie? L ELECTRICITE Le lave-linge Un lavage à 30 C consomme 3 fois moins d énergie qu un lavage à 90 C Les basses températures suffisent la plupart du

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2010-2011 Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2010-2011 Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil du Trésor, 2011

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur HG0750F01B Pag. 1/6 MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur LIMOTEC nv Bosstraat 21 B- 8570 VICHTE Tel +32 (0) 56 650 660 www.limotec.be HG0750F01B Pag. 2/6 Index 1. TOXICITE DU MONOXYDE DE

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Contrôleur et enregistreur de données de CO 2. Modèle CO220

MANUEL D UTILISATION. Contrôleur et enregistreur de données de CO 2. Modèle CO220 MANUEL D UTILISATION Contrôleur et enregistreur de données de CO 2 Modèle CO220 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition de cet appareil de mesure du dioxyde de carbone, modèle CO220.

Plus en détail

Mesurer l'humidité dans votre maison

Mesurer l'humidité dans votre maison Page 1 sur 6 Imprimer cette page Fermer cette fenêtre Le feuillet d information suivant fait partie de la série générale Votre maison. Mesurer l'humidité dans votre maison Les faits sur l'humidité Par

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014 sur des installations bois énergie Jean-Pierre TACHET, Conseiller technique du CIBE, animateur de la commission «REX» Comité Interprofessionnel

Plus en détail

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Livre blanc Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Renforcement de la sécurité des cuisines par le biais de la surveillance stratégique des gaz Les cuisines

Plus en détail

SUNAMCO_problemes peinture_fr 04_j_Layout 1 12-10-23 2:30 PM Page 1

SUNAMCO_problemes peinture_fr 04_j_Layout 1 12-10-23 2:30 PM Page 1 SUNAMCO_problemes peinture_fr 04_j_Layout 1 12-10-23 2:30 PM Page 1 Guide de peinture Problèmes, causes et solutions 360, 6e Rue, Daveluyville (Québec) G0Z 1C0 Canada Sans frais : 1 866 815-4080 Téléc.

Plus en détail

Documentation & Informations.

Documentation & Informations. Documentation & Informations. Nos chaudières peuvent être raccordées sur le différents types de chauffage, il est aussi possible de les coupler avec d autres chaudières. Pour tout renseignement, n hésitez

Plus en détail

Vous devez tenir compte du temps

Vous devez tenir compte du temps LA SUEUR CHAUDE La Procédure De Respect Des Pratiques De Sécurité FA6 Vous devez tenir compte du temps lorsque vous planiez un projet et lorsqu en travaillant au site. L extrême chaleur ou vent peut causer

Plus en détail

!"#$$#$$% &!'()%'*+,-./%01%,2+-3% -4./3-1*3% !"#$%&!'(#&!# )#*%"+,-%""($(",#&(#'.#$.-/%"#0+%'%1-2!(#,34(#+56"('(,##7#

!#$$#$$% &!'()%'*+,-./%01%,2+-3% -4./3-1*3% !#$%&!'(#&!# )#*%+,-%($(,#&(#'.#$.-/%#0+%'%1-2!(#,34(#+56('(,##7# &!'()%'*+,-./%01%,2+-3% -4./3-1*3% Module de formation Réseau Chênelet Construction!"#$%&!'(#&!# )#*%"+,-%""($(",#&(#'.#$.-/%"#0+%'%1-2!(#,34(#+56"('(,##7# F1: Protéger l'habitant durablement Q1: Résistance

Plus en détail

Prévention de l intoxication au CO. un tueur silencieux chez vous

Prévention de l intoxication au CO. un tueur silencieux chez vous Prévention de l intoxication au CO un tueur silencieux chez vous Prévention de l intoxication au CO CO un tueur silencieux chez vous 3 1. Qu est-ce que le CO? CO? Le CO est un gaz très dangereux pouvant

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques LA VENTILATION EN TOITURE Inventaire des solutions techniques Rappels sur les principes de la ventilation statique Effet cheminée Effet vent Sortie Entrée d air D après Institut de l Élevage Importance

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

Cette déclaration, relative à un produit écologique et harmonisée au plan international, est destinée à servir de guide à l acheteur de papier.

Cette déclaration, relative à un produit écologique et harmonisée au plan international, est destinée à servir de guide à l acheteur de papier. Le papier joue un rôle clé dans les communications humaines et le papier est plus utilisé que jamais. La production de papier est principalement orientée vers les matières premières renouvelables et biodégradables

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Un avertisseur de monoxyde de carbone peut sauver des vies

Un avertisseur de monoxyde de carbone peut sauver des vies Un avertisseur de monoxyde de carbone peut sauver des vies Protégezvous! Le monoxyde de carbone est un gaz toxique présent dans votre maison il peut tuer rapidement INODORE INCOLORE SANS SAVEUR Pourquoi

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur

Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Trop chaud! Les maladies liées à la chaleur Les sports et les loisirs apportent de nombreux avantages aux enfants et peuvent être une manière amusante et agréable de faire de l activité physique. Cependant,

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

le gaz naturel... en toute sécurité

le gaz naturel... en toute sécurité le gaz naturel... en toute sécurité 1 CONTENU Une énergie présente 3 Une source d énergie sécuritaire 4 Gaz Métro : une équipe à votre service 5 Une énergie propre 6-7 Les bases de la prévention 8-9 Vous

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Contrôlez l air sec. Soyez confortable à longueur d année grâce aux humidificateurs pour toute la maison d Aprilaire

Contrôlez l air sec. Soyez confortable à longueur d année grâce aux humidificateurs pour toute la maison d Aprilaire Contrôlez l air sec Soyez confortable à longueur d année grâce aux humidificateurs pour toute la maison d Aprilaire Est-ce que vous contrôlez la sécheresse de l air de votre maison? L air sec peut être

Plus en détail

LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE.

LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE. LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE. QUE VOUS APPORTE UN INVESTISSEMENT DANS LA TECHNOLOGIE LASER? Depuis des années, les technologies

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie.

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Philippe COUGNET Guide nature et apiculteur Dossier Miel Nous savons tous que le taux dʼhumidité du miel doit être inférieur à 18 %. Or, bien souvent,

Plus en détail

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n

Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n Conseil général du 27 juin 2014 Annexe 1 à la délibération n BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2013 Assemblée départementale du 27 juin 2014 1 / 13 1 / 13 SOMMAIRE Contexte et éléments de méthode...3

Plus en détail

J aime aller vite dans les virages! Le saviez-vous?

J aime aller vite dans les virages! Le saviez-vous? La vitesse et ses limites Pour certains, rouler vite est source de plaisir ou synonyme de liberté. Pour d autres, cela permet de ne2pas gaspiller du temps. Cependant, la vitesse peut être un piège mortel.

Plus en détail

FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS

FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS FACTEURS D HYGIENE ET DE CONFORT DES LOGEMENTS Objectifs: - déterminer les sources de pollution de l air de la maison et les conséquences sur la santé et la salubrité. - déterminer sur les températures

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie Basés sur le changement de phase d un matériau à base de

Plus en détail

Nos maisons ont un petit...

Nos maisons ont un petit... Nos maisons ont un petit... 3 Une maison + à votre taille Les éléments en bois massif lamellé-cloué des maisons MB-MA sont fabriqués sur mesure à partir des plans de votre habitation et ce, pour des dimensions

Plus en détail