L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes"

Transcription

1 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes

2 Dans la production de dindes, la performance du lot dépend de nombreux facteurs, dont l environnement des animaux. C est pourquoi le contrôle de cet environnement a pris de l importance depuis quelques années. Une bonne performance finale de la bande peut être influencée en intervenant tôt dans le cycle de production, et cela doit être une priorité. Quand les dindonneaux prennent un bon départ (faible mortalité, bonne homogénéité et faible morbidité), ils développent des intestins sains grâce à une consommation régulière d aliment et d eau. Ceci permet à l oiseau de réaliser les gains génétiques que Hybrid Turkeys peut offrir chaque année. On peut obtenir une bonne performance de lot avec un équipement dernier cri ou un bâtiment plus ancien bien géré, mais si l on ne surveille pas les conditions environnementales pour connaître précisément la qualité de l air, on risque fort de compromettre la santé et la performance des animaux. Dans tous les élevages de dindes, on mesure, avec parfois un enregistrement, les niveaux de température pour mieux gérer les besoins en ventilation. Certains éleveurs ont constaté que la mesure du taux d humidité peut aussi faire une grande différence en matière de qualité de l air et des litières. Très peu d exploitants mesurent et font un suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) et du monoxyde de carbone (CO) dans les bâtiments d élevage de dindes. Cette fiche d information aborde les effets d un excès de dioxyde de carbone et souligne l intérêt d un suivi. Effets de niveaux excessifs de dioxyde de carbone Diverses études ont été entreprises pour prouver que des niveaux élevés de dioxyde de carbone peuvent affecter la performance de l oiseau. On a établi que des niveaux atteignant 2 5 ppm de dioxyde de carbone augmentent l incidence de la maladie du cœur rond. Un excès de dioxyde de carbone peut entraîner, chez les oiseaux, de l inactivité, une prise réduite d alimentation et un changement de métabolisme. À ces niveaux élevés, il peut aussi affecter la santé intestinale et la performance globale de la bande. La maladie du cœur rond Le Dr. David Frame, spécialiste en santé des volailles à l Université d État de l Utah, a étudié les effets du dioxyde de carbone sur la maladie du cœur rond. Il a montré que des niveaux supérieurs à 2 5 ppm de dioxyde de carbone étaient corrélés à l apparition de cardiomyopathie spontanée des dindes (STC : spontaneous turkey cardiomyopathy). Le dioxyde de carbone est formé par la combustion normale de carburant dans les systèmes de chauffage des couvoirs ainsi que par la respiration des oiseaux. Une faible ventilation, du fait d un renouvellement d air insuffisant et d une faible circulation, peut avoir comme conséquence des niveaux élevés de dioxyde de carbone et la formation de poches à plus haute teneur, ce qui augmente les risques liés aux niveaux élevés de dioxyde de carbone. Inactivité des oiseaux Les oiseaux de tous âges sont affectés par des niveaux élevés de dioxyde de carbone, mais particulièrement les dindonneaux. Ils deviennent léthargiques et inactifs. Ils commencent à se tasser, leur métabolisme baisse et leur prise d alimentation se réduit. Leur température corporelle baisse fortement, même si la température du bâtiment est adéquate. FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 2

3 L Importance du suivi du dioxyde de carbone (co 2 ) santé intestinale et performance globale de la bande Un article du Journal of applied poultry research a évalué les effets de l exposition à un taux excessif de dioxyde de carbone sur la mortalité de jeunes dindonneaux. On a constaté que des niveaux de 4 ppm de dioxyde de carbone réduisaient l activité de la thyroïde, ce qui diminuait le métabolisme de l oiseau. Dans cette situation, ils deviennent léthargiques et réduisent leur alimentation et leur consommation d eau. Ceci peut mener à un développement insuffisant des intestins et à un déséquilibre de la flore microbienne intestinale, entraînant une déstabilisation caecale aboutissant à de l entérite. en cas de déstabilisation caecale, les fèces deviennent humides et les conditions environnementales peuvent se détériorer. Ceci peut dégrader la performance du lot, avec un faible poids, un médiocre développement squelettique et une baisse d uniformité. L exposition à 4 ppm de dioxyde de carbone peut avoir comme conséquence un changement de métabolisme, un épuisement des réserves de glycogène, la réduction de la quantité de glucose dans le foie et une baisse du niveau d oxygène dans le sang. Une étude du Dr. Christensen a montré que tous les dindonneaux exposés à 4 ppm de dioxyde de carbone s assoupissent; il importe donc de maintenir les niveaux de dioxyde de carbone en-dessous de 4 ppm. Ceci est cohérent avec les résultats du Dr. Frame. Mesure La mesure des niveaux de dioxyde de carbone et d humidité peut être réalisée facilement et de manière relativement peu coûteuse. Les appareils commerciaux, tels que l extech SD8 (avec enregistrement), l extech CO25 ou l amprobe CO2-1, permettent de surveiller et d enregistrer les niveaux de dioxyde de carbone, de température et d humidité. niveaux recommandés dioxyde de carbone : Hybrid Turkey recommande de maintenir une valeur inférieure à 2 5 ppm. Humidité : Hybrid Turkey recommande de maintenir un taux d humidité de moins de 6%. ainsi il y aura peu d ammoniaque dans l air et les litières seront plus sèches. Exemple 1 Les graphiques ci-dessous montrent un exemple où l hygrométrie reste sous contrôle la plupart du temps, mais où le niveau de dioxyde de carbone est au-dessus de nos seuils recommandés. en pareil cas, il peut y avoir des problèmes de croissance. Exemple 1a Données d humidité relative :54:3 4:2:3 4:1:3 4:18:3 4:26:3 4:34:3 4:42:3 4:5:3 4:58:3 5:6:3 5:14:3 5:22:3 5:3:3 5:38:3 5:46:3 5:54:3 6:2:3 6:1:3 Exemple 1b Données de CO Seuil de 6% %Hr CO 2 (ppm) Seuil de 4 suggéré par les études Seuil de 2 5 suggéré par Hybrid Turkey 3:54:3 4:2:3 4:1:3 4:18:3 4:26:3 4:34:3 4:42:3 4:5:3 4:58:3 5:6:3 5:14:3 5:22:3 5:3:3 5:38:3 5:46:3 5:54:3 6:2:3 6:1:3 FICHE D INFORMATION L ImpOrTanCe DU SUIvI DU DIOxyDe De CarbOne (CO 2 ) 3

4 Exemple 2 Le graphique suivant montre les effets de divers niveaux de ventilation sur les taux de dioxyde de carbone et d humidité. Sur la gauche, avec deux ventilateurs 6,96 cm (environ 13 m 3 /h), il y a une grande variation des niveaux d humidité et de dioxyde de carbone. Avec deux ventilateurs 91,44 cm (environ 2 m 3 /h) (extrémité droite du graphique), on assure un bon renouvellement de l air et une dépression, de façon à mélanger l air efficacement au plafond et dans tout le bâtiment. Il est évident que l augmentation de la ventilation et de l apport d air améliore les niveaux de dioxyde de carbone et d humidité. Il est important de noter qu au cours de la période utilisant deux ventilateurs 91,44 cm, on a consommé moins de propane que dans la période utilisant deux ventilateurs 6,96 cm. Il est donc essentiel d assurer une bonne ventilation du couvoir, des camions de transport de dindonneaux et des bâtiments d élevage. Pour examiner la ventilation, il faut surveiller les niveaux de dioxyde de carbone. Exemple 2 Comparaison de régimes de ventilation ventilateurs de 6,96 cm, 5 s en marche, 19 s arrêtés 2 ventilateurs de 91,44 cm, 6 s en marche, 24 s arrêtés mise en place de dindonneaux 2 ventilateurs de 6,96 cm, 12 s en marche, 18 s arrêtés 8:31:9 9:31:9 1:31:9 11:31:9 12:31:9 13:31:9 14:31:9 15:31:9 16:31:9 17:31:9 18:31:9 19:31:9 2:31:9 21:31:9 22:31:9 23:31:9 :31:9 1:31:9 2:31:9 3:31:9 4:31:9 5:31:9 6:31:9 7:31:9 8:31:9 9:31:9 1:31:9 11:31:9 12:31:9 13:31:9 14:31:9 15:31:9 16:31:9 17:31:9 18:31:9 19:31:9 2:31:9 21:31:9 22:31:9 23:31:9 :31:9 1:31:9 2:31:9 3:31:9 4:31:9 5:31:9 6:31: humidité CO 2 régression linéaire du taux de CO 2 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 4

5 L avenir du suivi de l environnement Des études ont été entreprises pour évaluer les niveaux élevés de dioxyde de carbone par temps chaud ; l une d elles, par C. Bennett, a montré une corrélation entre des niveaux élevés de CO 2 et le stress dû à la chaleur. Il faudra réaliser d autres études sur le dioxyde de carbone pour comprendre les effets d un haut niveau dans les bâtiments commerciaux par temps froid. Il faudra aussi évaluer les niveaux de CO 2 pour mieux comprendre leurs effets sur l environnement de nos oiseaux. Il est important de surveiller dans le temps les niveaux de monoxyde de carbone (CO) pour veiller à ce qu ils ne restent pas longtemps élevés. Il a été indiqué qu un niveau supérieur à 25 ppm de monoxyde de carbone, pendant des périodes prolongées peut causer la maladie du cœur rond et une performance médiocre. Au moyen d un enregistreur de données tel que le LASCAR CO 2, on peut suivre les niveaux dans le temps. On voit dans l exemple ci-dessous que ce niveau peut dépasser nettement le seuil recommandé de 25 ppm ; pourtant, beaucoup d exploitants ne s en rendent pas compte. Suivi du monoxyde de carbone 9 monoxyde de carbone CO (ppm) Seuil: 25-3 ppm 1 18/1/212 17:46 18/1/212 2:21 18/1/212 22:56 19/1/212 1:31 19/1/212 4:6 19/1/212 6:41 19/1/212 9:16 19/1/212 11:51 19/1/212 14:26 19/1/212 17:1 19/1/212 19:36 19/1/212 22:11 2/1/212 17:46 2/1/212 :46 2/1/212 3:21 2/1/212 5:56 2/1/212 8:31 2/1/212 11:6 2/1/212 13:41 2/1/212 16:16 2/1/212 18:51 2/1/212 21:26 21/1/212 :1 21/1/212 2:36 21/1/212 5:11 21/1/212 7:46 21/1/212 1:21 21/1/212 12:56 21/1/212 15:31 21/1/212 18:6 21/1/212 2:41 21/1/212 23:16 22/1/212 1:51 22/1/212 4:26 22/1/212 7:1 22/1/212 9:36 22/1/212 12:11 22/1/212 14:46 22/1/212 17:21 22/1/212 19:56 22/1/212 22:31 23/1/212 1:6 23/1/212 3:41 23/1/212 6:16 23/1/212 8:51 23/1/212 11:26 FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 5

6 Conclusion Actuellement, les dindes commerciales gagnent plus vite plus de poids et assimilent plus efficacement leur alimentation. Il est essentiel de bien comprendre l impact de l environnement des oiseaux, y compris le dioxyde de carbone, pour que la dinde puisse atteindre pleinement son potentiel génétique. Hybrid Turkeys Sauf mention contraire, les informations contenues dans ce document demeurent la propriété de Hybrid Turkeys. Ce document ne peut être ni reproduit ni publié de quelque manière que ce soit sans l autorisation écrite préalable de Hybrid Turkeys. Pour ce faire, veuillez contacter préalablement le siège social de Hybrid Turkeys, à Kitchener, Ontario, Canada, au Limitation de responsabilité : Les appareils de mesure de l environnement tels que Extech CO25, Extech SD8, Amprobe CO2-1 et LASCAR CO2 mentionnés ci-dessus sont simplement cités à titre d exemples et ne sont approuvés en rien par Hybrid Turkey. FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) 6

Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage

Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage FICHE D INFORMATION Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une litière humide peut s avérer l une des conditions environnementales les

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc.

Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc. Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc. PLAN DE PRÉSENTATION Révision Principes de Base Apport en Oxygène Humidité Relative Autres Contaminants (NH 3, CO 2

Plus en détail

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) :

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : FICHE D INFORMATION Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : un nouvel outil pour évaluer la qualité de l eau info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une eau propre et saine est l un des facteurs

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

L élevage de dinde de chair

L élevage de dinde de chair ENVT, clinique aviaire L élevage de dinde de chair J.L. GUERIN Présentation Dinde = 2 è volaille produite dans le monde Origine : Amérique du Nord Sélection axée sur des critères de gain de poids et de

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2010-2011 Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2010-2011 Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil du Trésor, 2011

Plus en détail

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec.

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Chauffage des serres Le coût de chauffage est non négligeables pour les propriétaires 2 ieme plus grosse

Plus en détail

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 L impact sanitaire d un habitat dégradé ou inadéquat XX/XX/XX La santé environnementale dans les ARS = évaluer, prévenir et gérer les risques sanitaires associés

Plus en détail

Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys

Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Table des matières 3. Biosécurité La clé de la prévention sanitaire 5. Nettoyage et désinfection

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

Volume 12, n o 2, octobre 1998

Volume 12, n o 2, octobre 1998 Volume 12, n o 2, octobre 1998 L engagement de Kyoto Sur le plan environnemental, notre siècle prend fin sur de graves inquiétudes. Face à la dégradation de la qualité de l air, il devient de plus en plus

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... ...par un meilleur contrôle de la qualité de l air dans les systèmes de ventilation et de conditionnement d air (EN 13779) 1 Hannes Lütz Produktmanager CentraLine c/o Honeywell GmbH 06 I 2008 On parle

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Nous bâtissons une nation de diplômés Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Printemps 2011 PASSEPORT POUR MA RÉUSSITE RÉSULTATS DE FIN D ANNÉE DU PROGRAMME : 2009-2010 Passeport pour ma

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 CONTRÔLE TEMPÉRATURE DE MÉLANGE. Conduit de retour du système de chauffage. 1 m (40 po) minimun.

N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 CONTRÔLE TEMPÉRATURE DE MÉLANGE. Conduit de retour du système de chauffage. 1 m (40 po) minimun. N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 V e n t i l a t i o n d e s h a b i t a t i o n s P a r t i e 2 Installation de ventilation combinée à un système de chauffage à air pulsé RACCORDEMENT DU VRC AU

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Heike Erhorn-Klutting, Hans Erhorn, Fraunhofer-Institut fur Bauphysik Hicham Lahmidi, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Traduit de l Anglais

Plus en détail

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti

le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti le gaz carbonique (CO2) en tant qu'indicateur de la qualité de l'air David Francioli & Daniel Ramaciotti Ergonomes ERGOrama S.A. info@ergorama-sa.ch ERGOrama SA 1 Thèmes abordés Risques aigus et chroniques

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie.

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Philippe COUGNET Guide nature et apiculteur Dossier Miel Nous savons tous que le taux dʼhumidité du miel doit être inférieur à 18 %. Or, bien souvent,

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction Août 2005 F COMITE FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Coûts des régimes d assurance maladie I. Introduction 1. À sa cent quatrième session, le Comité financier a examiné trois questions

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7

Rapport action tuffeau. CAHIER n 7 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 7 Maison troglodyte Montsoreau Visite : 20 mars 2011, Figure 1 1 : Prise de vue

Plus en détail

Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr

Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr Complément d information sur les chiffres d émissions des films diffusés par Air Rhône-Alpes sur le site delair.air-rhonalpes.fr Version 3 du 14/11/2014 ------- FILM «déchets végétaux» Comparaison entre

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Programme Santé Travail Durable : Exemple du traitement d ambiance thermique de l usine de pâtes Nicolas 02/02/2012

Programme Santé Travail Durable : Exemple du traitement d ambiance thermique de l usine de pâtes Nicolas 02/02/2012 Programme Santé Travail Durable : Exemple du traitement d ambiance thermique de l usine de pâtes Nicolas Rapide historique de la collaboration avec la Carsat RA Vers un partage des valeurs du Développement

Plus en détail

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique Une énergie en évolution Fiche technique Edition mars 2011 sommaire Un fioul domestique p.2-3 plus respectueux de l environnement L élaboration p.4 La combustion p.5 Les caractéristiques p.6 La qualité

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés Les variétés LONGUES : prendre une longueur d avance Le vendredi 27 octobre 2000, Université Laval Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés André LACHANCE, agronome Maxi-Plant inc.

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100

Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 Détecteur multigaz portatif OLDHAM MX2100 ------ 0 OFF PPM CO 20.9 0 % O2 LIE CH4 10 : 15 : 54 1 Déroulement de la leçon L oxygène O 2 Le monoxyde de carbone CO Interprétation des tableaux d évaluation

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6 Climat des locaux Climat des locaux Page 1 sur 6 Dangers principaux Composition de l air / proportion d air frais L atmosphère qui nous entoure contient 21 % d oxygène, 78 % d azote, de petites quantités

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Atelier sur la qualité de l air intérieur

Atelier sur la qualité de l air intérieur Atelier sur la qualité de l air intérieur Évaluation des contaminants atmosphériques courants dans les systèmes de ventilation Dru Sahai Santé publique Ontario Atelier sur la qualité de l air intérieur

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent.

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Sentez-vous bien. Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Profitez de températures confortables, faites des économies d énergie, bénéficiez de la lumière naturelle et augmentez jusqu à 41% le

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE Chevalier Denis 1, Gerfault Vincent 1, Relandeau Claire 2 1 MG2MIX,

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain

«SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain BILAN 212 «SQUALES» Surveillance de la Qualité de l Air de l Environnement Souterrain Mars 213 Unité Innovation et développement durable EVOLUTION DES PARAMETRES ENTRE 24 ET 212 1. Le dioxyde d azote (NO

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries

Position de l ADC sur L utilisation des fluorures pour la prévention des caries L utilisation des fluorures pour la prévention des caries Introduction L Association dentaire canadienne appuie l utilisation judicieuse des fluorures en dentisterie comme l une des mesures préventives

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Rachida IDCHABANI 1 *, Mohamed ELGANAOUI 2, Mohamed GAROUM 1 1 Laboratoire d Energie, Matériaux et Environnement,

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Répartition individuelle des frais de chauffage. Guide d'information à l'usage des occupants

FICHE INFORMATION. Répartition individuelle des frais de chauffage. Guide d'information à l'usage des occupants FICHE INFORMATION Répartition individuelle des frais de chauffage Guide d'information à l'usage des occupants LE RÉPARTITEUR ÉLECTRONIQUE TECHEM Compter une énergie précieuse Vos répartiteurs de chauffage

Plus en détail

Lignes directrices recommandées concernant la qualité de l air intérieur dans les arénas du Nouveau-Brunswick

Lignes directrices recommandées concernant la qualité de l air intérieur dans les arénas du Nouveau-Brunswick Lignes directrices recommandées concernant la qualité de l air intérieur dans les arénas du Nouveau-Brunswick Bureau du médecin-hygiéniste en chef Ministère de la Santé ISBN 978-1- 4605-0752-0 10064-12-2014

Plus en détail

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE Rockwell Automation s engage à faire preuve de la gestion la plus stricte en matière d environnement mondial. Notre politique consiste à dépasser la stricte conformité réglementaire

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS

COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS Repose sur l étude : «Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie» Oulu, le 11 février 29 Matti Alasaarela Cabinet d architectes

Plus en détail

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre Bois énergie : évaluation environnementale 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre A la différence des combustibles fossiles (gaz, fioul, charbon, tourbe), le

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique 1. Introduction SchoolCO2web est un projet qui vise à permettre aux élèves de mieux appréhender le cycle du carbone et les fluctuations

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

1. Formaldéhyde et benzène 2. Confinement 3. Deux exemples de résultats d enquêtes 4. Comparaison au niveau national

1. Formaldéhyde et benzène 2. Confinement 3. Deux exemples de résultats d enquêtes 4. Comparaison au niveau national Bilan en Limousin I. La campagne pilote 1. Contexte et objectifs 2. Organisation en région 3. Méthodologie 4. Choix des sites 5. Gestion des résultats II. Résultats en Limousin 1. Formaldéhyde et benzène

Plus en détail

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été.

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Auteurs : Jacques Gilbert et Ulrike Koster, DuPont Building Innovations DuPont de Nemours

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur HG0750F01B Pag. 1/6 MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur LIMOTEC nv Bosstraat 21 B- 8570 VICHTE Tel +32 (0) 56 650 660 www.limotec.be HG0750F01B Pag. 2/6 Index 1. TOXICITE DU MONOXYDE DE

Plus en détail

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Etat des connaissances Loïc AUBREE 1 Les dépenses d énergie des ménages en La précarité énergétique : aspects généraux La précarité énergétique en La

Plus en détail

LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE.

LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE. LE NETTOYAGE LASER DES MOULES D INJECTION CAOUTCHOUC ET POLYMÈRES: LES AVANTAGES DE CETTE TECHNOLOGIE. QUE VOUS APPORTE UN INVESTISSEMENT DANS LA TECHNOLOGIE LASER? Depuis des années, les technologies

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB Marconi Résumé de la note explicative «CO 2 neutralité» Version du 16 avril 2009 STIB Société des Transport Intercommunaux de Bruxelles Direction générale

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

Qualité de l air ambiant. Économiser de l énergie par une meilleure qualité de l air ambiant grâce à des capteurs de CO 2.

Qualité de l air ambiant. Économiser de l énergie par une meilleure qualité de l air ambiant grâce à des capteurs de CO 2. Qualité de l air ambiant Économiser de l énergie par une meilleure qualité de l air ambiant grâce à des capteurs de CO 2 novateurs (ppm) 2000 Concentration en CO 2 Avec fenêtres fermées sans ventilation

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail