Manuel de gestion des parentaux ROSS308

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de gestion des parentaux ROSS308"

Transcription

1 Manuel de gestion des parentaux ROSS308

2 Ce Manuel L objectif de ce manuel est d assister le personnel de l exploitation et les multiplicateurs ROSS pour atteindre les plus hautes performances possibles et à mettre à profit tout le potentiel génétique de la souche. Il n a pas l ambition de fournir des informations définitives sur chacun des aspects de la gestion, mais souligne les caractéristiques essentielles qui, si négligées, peuvent considérablement réduire les performances des lots. Les techniques de gestion présentées dans ce manuel sont considérées comme les plus appropriées pour atteindre de bonnes performances tout en maintenant la santé et le bien être des animaux. A cet effet, une attention particulière a été accordée aux recommandations pour l élevage développées par le Département Britannique de l Environnement, de l Alimentation et des Affaires Rurales (DEFRA). Aviagen encourage également les propriétaires et gérants de parentaux Ross à travers le monde à adopter des procédures similaires dans ce domaine. Performance Les performances peuvent être considérablement influencées par plusieurs facteurs, notamment la gestion des lots, l état sanitaire et les conditions climatiques. Les données contenues dans ce manuel indiquent les niveaux de performances qui peuvent ëtre atteintes dans de bonnes conditions d environnement et de gestion. Toutes les tentatives ont été faites pour garantir la précision et la pertinence des informations présentées. Cependant, Aviagen ne sera pas tenu responsable des conséquences liées à l utilisation de ces informations dans la gestion des lots. Des variations peuvent se produire pour diverses raisons. Par exemple, la consommation alimentaire peut être considérablement affectée par la forme de l aliment, son niveau d énergie et la température du bâtiment. Ainsi, les données présentées dans ce manuel ne doivent-elles pas être perçues comme des prescriptions mais plutôt comme des «objectifs de performance». Services Techniques Pour plus d informations sur la gestion des parentaux Ross, veuillez vous adresser à votre Responsable Technique Local ou contactez le Département des Services Techniques à Aviagen Limited. Aviagen Limited Newbridge Midlothian EH28 8SZ Scotland UK tel +44 (0) fax +44 (0) Aviagen Incorporated Cummings Research Park 5015 Bradford Drive Huntsville Alabama USA tel fax March ROSS308 1

3 Introduction Aviagen produit une gamme de génotypes adaptés à plusieurs secteurs du marché du poulet de chair. Tous les produits Aviagen sont sélectionnés pour un ensemble équilibré de caractéristiques relatives aux parentaux et aux poulets de chair. La gamme de génotypes Ross permet aux utilisateurs de sélectionner le produit Ross qui satisfait au mieux les besoins particuliers de leur marché. Le poulet de chair Ross a une croissance rapide, une bonne efficacité alimentaire et une excellente viabilité. Ce dernier a été sélectionné pour être vigoureux avec de forts membres inférieurs et un système cardio-vasculaire robuste. Il a été aussi conçu de sorte à avoir un bon rendement de carcasse et une bonne production de viande, avec un faible nombre de sujet de sujets déclassés. Concernant les parentaux, tous les génotypes Ross sont sélectionnés pour produire un nombre optimal de poussins d un jour d âge vigoureux, en combinant la production d un nombre élevé d œufs avec une forte éclosabilité et une bonne fertilité. Ceci est atteint en accouplant des mâles ayant une croissance rapide, une grande efficience alimentaire et une importante production de viande avec des femelles à potentiel élevé de ponte et qui produisent des poussins ayant des qualités de poulets de chair spécifiques. Ce manuel résume les meilleures pratiques pour la gestion des reproducteurs Ross 308. Ross 308 est destiné aux producteurs qui exigent un nombre important de poussins de chair sexables à l aile qui vont être utilisés à des fins de production diverses. Le poulet de chair Ross 308 a une croissance rapide avec un indice de consommation exceptionnel et une production de viande importante. Par conséquent, il satisfait les besoins des producteurs qui exigent une certaine polyvalence pour produire une grande variété de produits avicoles (i.e. poulet entier, portions et autres produits). Les producteurs, à travers le monde, plébiscitent la souche Ross 308 car elle permet d assurer la valeur ajoutée à tous les aspects de leurs exploitations. UTILISATION DE CE MANUEL Trouver un sujet Des titres apparaissent sur la partie droite de ce manuel. Ces titres permettent aux lecteurs un accès immédiat aux sections et sujets par lesquels ils sont particulièrement intéressés. La liste des contenus présentée ici donne les titres de chaque section et sous-section. Vous trouverez également une liste des mots clés, classés par ordre alphabétique, à la fin de ce manuel Points Clés 3 Des points clés utiles ont été inclus et soulignent les principaux aspects d élevage et de gestion. Ils sont mis en evidence par un titre rouge et un symbole rouge dans la marge gauche le long du texte. Certains signes de danger ont été mis en relief en utilisant le signe «danger» et un texte en caractères gras Objectifs de performances Les objectifs de performances ont été reproduits dans un carnet séparé, inclus à l arrière de ce manuel RÉACTION 2

4 Section 1 Elevage Jours (0-15 Semaines) Exigences de gestion des mâles et des femelles 6-8 Elevage 8-13 Contrôle du poids et de l alimentation 14 Mesure du poids corporel et uniformité Contrôle de l alimentation pour la gestion du poids corporel Triage pour la gestion de l uniformité Section 2 Gestion avant la ponte Jours (15-30 Semaines) Gestion des femelles 105 jours (15 semaines) à la stimulation lumineuse Gestion des mâles 105 jours (15 semaines) à la stimulation lumineuse 25 Procédures de gestion GESTION DES FEMELLES EN PÉRIODE DE PRÉ-PIC DE PONTE DE LA STIMULATION LUMINEUSE Á 210 JOURS (30 SEMAINES) Gestion des mâles EN PÉRIODE DE PRÉ-PIC DE PONTE DE LA STIMULATION LUMINEUSE Á 210 JOURS (30 SEMAINES) Section 3 Gestion pendant la ponte Jours (30-64 Semaines) Gestion des femelles en période de ponte 210 à 448 jours (30-64 semaines) Gestion des mâles en période de ponte 210 à 448 jours (30-64 semaines) Section 4 Exigences Environnementales Spécifiques Bâtiments et environnement Nutrition Eclairage SOINS AUX ŒUFS A COUVER HYGIÈNE et santé Annexes

5 OBJECTIFS PAR AGE CRITIQUE Dans le but d atteindre le nombre maximum de poussins d un jour vigoureux, il est essentiel de comprendre les exigences des reproducteurs Ross à chacune des phases de leur vie. Les objectifs des parentaux par âge critique sont résumés ci-après AGE OBJECTIFS CLÉS 1-3 jours Développement de l appétit 3-28 jours Atteindre les poids corporels du standard à 7, 14, 21 et 28 jours 28 jours Triage. Objectif CV <12% à 28 jours pour permettre deux types de groupes jours Contrôle de la croissance à l intérieur de chaque population triée jours Stabiliser les populations pour permettre une évolution correcte de la croissance. 70 jours Redéfinir les poids corporels standards (si nécessaire) jours Atteindre une augmentation correcte de croissance 105 jours Augmenter les rations alimentaires pour stimuler la croissance, Redéfinir les poids corporels standards (si nécessaire) jours Réaliser une croissance correcte jours Effectuer une première augmentation de la durée de l éclairage jours Obtenir des gains de poids conformes pour favoriser l uniformité et la maturité sexuelle jours Augmenter les rations alimentaires en fonction de la ponte, des gains de poids vif et du poids des œufs 210 jours Contrôler le gain du poids corporel et des oeufs en réduisant à la réforme la quantité d aliment distribué, Gérer les mâles en observant leurs conditions. Retirer les mâles non fonctionnels pour maintenir les ratios de reproduction. 4

6 Section 1 Elevage Section 1 Elevage Jours (0-15 Semaines) page Contenu 6 Exigences de gestion des mâles et des femelles 8 Elevage 14 Contrôle du poids et de l alimentation 14 Mesure du poids corporel et uniformité 16 Contrôle de l alimentation pour la gestion du poids corporel 18 Triage pour la gestion de l uniformité ROSS308 5

7 EXIGENCES DE GESTION DES MALES ET DES FEMELLES Objectif Répondre aux besoins des parentaux mâles et femelles pour chaque phase de l élevage afin de les préparer à la maturité sexuelle. Principes Les parentales chair ROSS présentent la même croissance rapide et les mêmes caractéristiques d efficacité alimentaire que leur descendance. Amener les parents Ross jusqu à leur courbe de croissance cible permet aux mâles et aux femelles d atteindre une performance et un bien-être optimum durant leur vie Afin d atteindre les objectifs de la période d élevage, il faut élever les animaux de façon qu ils réalisent à chaque âge les poids corporels du standard, effectuer des pesées minutieuses d échantillons et réajuster les rations alimentaires. Un triage précis et approprié conduira à une bonne uniformité. Le diagramme 1 montre la manière dont les animaux croissent, par plusieurs phases, et illustre le développement des différents organes et tissus en fonction de l âge. A chaque phase de croissance, l éleveur doit tenir compte de l organe ou du tissu en cours de développement. Le diagramme 2 (page 7) indique des considérations de gestion importantes par âge et suit les phases de croissance du diagramme 1. Malgré les différences de poids corporels cibles entre les mâles et les femelles, les principes de gestion durant la période d élevage demeurent identiques. Bien que les mâles ne constituent qu un faible pourcentage du lot, ils représentent toutefois 50% de la valeur potentielle de l élevage et sont tout aussi importants que les femelles. Durant la période d élevage, la gestion des mâles nécessitera plus d efforts pour obtenir un résultat satisfaisant. Les éleveurs de parentaux ROSS réussissant le mieux élèvent les mâles et les femelles séparément du premier jour au mariage qui est effectué vers jours (20 22 semaines). Pour les élevages où la pratique traditionnelle consiste à mélanger mâles et femelles, la croissance et le développement varient selon leurs capacités concurrentielles pour la nourriture à l intérieur du lot. Bien que cette pratique puisse présenter de bons résultats, elle ne permet ni de contrôler la croissance et l uniformité des mâles et des femelles séparément, ni d atteindre le potentiel optimal de production de poussins. Si, pour des raisons organisationnelles, il s avère nécessaire de mélanger les deux sexes à un stade avancé de leur vie, ceci ne devrait en aucun cas avoir lieu avant 42 jours (6 semaines d âge), afin que les mâles puissent atteindre un développement squelettique adéquat. Dans les lots mixtes, le poids corporel des femelles par rapport au poids cible sera utilisé pour déterminer le niveau global de l alimentation du lot. DIAGRAMME 1: DEVELOPPEMENT PHYSIOLOGIQUE Maturité physique (arrët de la croissance physique) Maturité sexuelle Continuation du gain du poids Poids corporel (kg) Developpement immunitaire, cardiovasculaire, des plumes, et du squelette. développement du squelette et des plumes Taille du squelette definitive. Developpement des ovaires et des testicules Developpement rapide des muscles, tendons et ligaments Croissance accelerée et gain du poids > 98 jours: Augmentation rapide de la production d hormones sexuelles. Croissance rapide des ovaires et des testicules. Age (Jours) 6

8 ELEVAGE DE 0 À 28 JOURS ( 0 À 4 SEMAINES) Les objectifs physiologiques se trouvent dans les diagrammes 1 et 2 (pages 6 et 7). Objectifs Garantir un bon développement précoce de la taille du squelette, du système immunitaire, de la fonction cardiovasculaire, de l emplumement et de l appétit. Obtenir la meilleure uniformité possible. Principes Durant les premières phases de croissance, les poids corporels standards de Ross pourront être atteints seulement en administrant une ration alimentaire de bonne qualité ad-libitum dès le premier jour d âge. Les rations alimentaires doivent être notées quotidiennement afin de permettre une transition progressive de l alimentation ad-libitum à l alimentation rationnée. Les rations alimentaires ne doivent jamais être réduites. Afin d optimiser leurs performances, les animaux doivent avoir un poids corporel supérieur ou égal au poids corporel cible entre 7 et 14 jours. Les lots qui n arrivent pas à atteindre le poids cible à cet âge auront tendance à perdre leur uniformité. Par conséquent, les poids corporels sont difficiles à atteindre et l uniformité risquera d en ëtre détériorée. Pour garantir que les poussins atteignent leur poids cible, l aliment démarrage 1, en miettes, sera distribué pendant les premiers jours (2-3 semaines) (voir Nutrition, page 48). Une fois que les poussins dépassent de g le poids cible, l aliment démarrage 2 peut être introduit. Il faudra procéder à deux pesées des animaux par semaine afin de contrôler les résultats durant la période de transition du démarrage 1 au démarrage 2 et de localiser où les poids standards n ont pas été atteints. L une des méthodes utiles qui permet d avoir une indication précoce sur le développement de l appétit consiste à évaluer la proportion des poussins qui ont été alimentés en contrôlant le nombre de sujets ayant le jabot plein. A 3 jours d âge, 100% des poussins doivent avoir le jabot plein. Si les poussins ne connaissent pas une croissance normale vers le poids cible, alors on retardera l âge auquel la durée du jour constante devra être appliquée. L uniformité du lot pourra également être améliorée plus tard en introduisant de petites augmentations fréquentes des rations alimentaires, au lieu de procéder à des changements hebdomadaires. Des chutes de poids en dessous du poids standard, à n importe quelle phase durant le début de la période d élevage ou tout éventuel signe de défaut d appétit nécessitent une prise d action immédiate. Si une action est prise à ce stade, cela permettra d éviter d éventuelles difficultés qui pourraient être causées par une faible uniformité ou un faible développement des fonctions physiologiques essentielles. RÉACTION Diagram 2: ETAPES DE LA GESTION DU LOT Poids Vif Favoriser une croissance uniforme Procurer un environnement optimal: Distribution de l aliment Biosécurité Température, éclairage, ventilation Accès à une eau et un aliment conformes. Le démarrage et l élevage en sexes séparés est recommandé Favoriser une croissance uniforme Jouer sur le régime alimentaire pour atteindre l objectif de poids (Fréquentes petites augmentations de la ration) Développement musculaire Evaluation des mâles et des femelles Période importante pour la surveillance et la gestion Du poids vif et de l uniformité Favoriser une croissance rapide et uniforme : Espace à la mangeoire adéquat Fréquentes petites augmentations de ration alimentaire Suivre le programme d éclairage Evaluer l uniformité de poids du lot et sa condition afin de déterminer les modalités de stimulation lumineuse et alimentaire Gérer de près le ratio mâles / femelles Ajuster les quantités d aliment en fonction des conditions environnementales Contrôler le poids vif Maintenir le ratio males / femelles Contrôler la ponte journalière Contrôler la ration pour éviter une sur ou sous alimentation Eliminer les mâles peu développés, en surpoids ou inactifs Contrôler le poids vif (Alimenter pour la production) (Gérer le poids des femelles et des mâles séparément) Suivre le programme lumineux Transfert vers la Observer les signes d excès de cochage ferme de production Transition vers l aliment ponte Dépendant du type de bâtiment Assurer l alimentation nécessaire pour couvrir les besoins Semaines Jours

9 ELEVAGE DE 28 À 70 JOURS ( 4-10 SEMAINES) Les objectifs physiologiques sont détaillés dans les diagrammes 1 et 2 (pages 6 et 7) Objectif Amener l ensemble du lot au poids standard avant 70 jours d âge (10 semaines). Principes La période de 28 à 70 jours (4 à 10 semaines) est une période de croissance rapide et de développement des reproducteurs de type chair. Un bon contrôle du gain de poids en augmentant les quantités d aliments est essentiel. Durant cette phase, de petits changements dans les quantités consommées peuvent avoir des effets importants sur le poids corporel. Par conséquent, le contrôle du poids est important. Le programme d alimentation sert seulement à guider les quantités d aliments requises. Les changements des quantités d aliments nécessaires peuvent être calculés en fonction de l écart de poids par rapport à la courbe de poids objectif et la quantité d aliments actuellement allouée. Il peut s avérer nécessaire de trier les deux sexes durant cette période (cf. triage pour gérer l uniformité, P18). Les différentes colonies établies après triage doivent être gérées séparément afin de créer une population uniforme pour chaque sexe vers le 70e jour d âge (10 semaines). La période de jours (6-13 semaines) est cruciale pour le développement des mâles. Durant cette période, il y a un développement rapide des pattes (i.e. muscles, ligaments et os). Une déviation par rapport au profil de croissance cible peut causer des problèmes de viabilité et de performances des mâles adultes. Elevage de 70 à 105 jours (10-15 SEMAINES) Dans des situations où les animaux dépassent de plus de 100 g leur poids corporel cible, une nouvelle courbe de croissance doit être tracée, parallèle à la courbe standard (cf gestion après triage, p.20). Les animaux doivent atteindre la même croissance hebdomadaire que ceux conformes au standard. Pour les mâles, les organes sexuels commencent à se développer à partir de 70 jours (10 semaines). Le stress ou l interruption de croissance pendant cette période peut affecter le développement des testicules et réduire la fertilité des adultes ultérieurement Points Clés 3 Elever les mâles et les femelles séparément jusqu à l accouplement (18 23 semaines). 3 Atteindre les poids corporels cibles rapidement pour le succès de l Elevage.. 3 S assurer que les animaux atteignent les poids corporels cibles hebdomadairement. 3 Utiliser de petites augmentations régulières de la ration alimentaire pour permettre une bonne uniformité précoce. Objectif DÉMARRAGE Assurer une forte croissance depuis le premier jour d âge jusqu à 7 jours afin d atteindre le poids corporel cible vers le 14e jour (2 semaines) et s assurer que ce poids sera maintenu selon une courbe de croissance moyenne jusqu à 28 jours d âge (4 semaines). Permettre une installation réussie du lot dès le premier jour afin de développer l appétit, promouvoir la croissance des plumes, et l homogénéité. Principes Les objectifs physiologiques sont détaillés dans les diagrammes 1 et 2 (pages 6 et 7) Objectif Maintenir un profil de croissance et une uniformité du lot appropriés pendant la période de préparation pour la transition vers la maturité sexuelle. Les poussins doivent être installés à une température adéquate, avec une humidité relative satisfaisante, une bonne qualité d air, une bonne qualité d aliment et d eau de boisson et enfin une densité adéquate. Les hauts niveaux de performance durant la période de ponte dépendent de la réalisation des standards de gestion durant les premières phases de la vie des oiseaux. Principes La croissance Durant cette phase n est pas directement corrélée aux changements dans les rations alimentaires. Les animaux doivent être capables d atteindre la croissance cible. De petites augmentations dans les rations alimentaires peuvent être nécessaires (1-2 g/animal/jour). TRAITEMENT DES POUSSINS Le bien être durant la vie du lot peut être amélioré par certaines procédures mises en oeuvre au couvoir ou les premiers jours de vie des poussins. Cela comprend l ablation 8

10 de la crête et d un doigt des mâles reproducteurs et l épointage du bec. La nécessité de recours à ces procédures doit être revue fréquemment et les besoins requis à chaque lot. Gestion des poussins mâles au couvoir Pour éviter que les femelles ne soient blessées pendant l accouplement, il est généralement recommandé d enlever la griffe de l orteil arrière de chaque patte des mâles et de procéder à leur cautérisation au couvoir. La présence de mâles non écrêtés facilite l alimentation séparée par sexe. Ceci permettra également de maintenir la fertilité des lots âgés. Les mâles avec crête complète sont moins exposés au stress. Toutefois, ils peuvent être plus exposés au risque d être blessés par l équipement d élevage et lors des combats. L ablation de la crête et de l ergot des poussins mâles n est pas nécessaire. L épointage du bec L épointage du bec n est recommandé pour les mâles ou les femelles que s il y a une indication claire que le lot pourrait être affecté si cette opération n est pas réalisée. Exceptionnellement, le débeckage peut être fait à 4-5 jours d âge en utilisant un débeckeur de précision. Il est préférable de permettre aux poussins de s installer et de se nourrir avant cette opération, plutôt que de la faire au couvoir. Le débeckage demande un niveau de qualification élevé, de la concentration et de la précision ; il doit toujours être entrepris par un personnel formé. L objectif doit toujours être d enlever une longueur de bec minimum, réduisant ainsi tout risque de stress pour les poussins à court et à moyen termes. Il est important d enlever la même longueur de bec chez chaque poussin. niveau des poussins. Si le temps accordé à la température du sol pour atteindre la température du local est insuffisant, les poussins risquent d être «refroidis». Le comportement des poussins représente le meilleur indicateur de température. Les assistants doivent réagir rapidement aux changements de comportement chez les poussins. Une litière fraîche doit être étendue sur une épaisseur de 10 cm (4 in) excepté quand l alimentation au sol doit être pratiquée. Dans ce dernier cas, la profondeur de la litière ne doit pas dépasser 4 cm (1,5 in). Une litière trop épaisse peut créer des problèmes d affaissement et ainsi conduire à un enterrement accidentel des poussins. La hauter des abreuvoirs doite être ajustée en fonction du niveau de la litière. PRÉPARATION DE L ESPACE DE DÉMARRAGE Deux systèmes basiques de chauffage sont utilisés: - Le chauffage localisé (éleveuses, radiants) - Le chauffage d ambiance. Généralement le démarrage au centre du local conduit à une distribution plus uniforme des poussins. Ce principe s applique aussi bien au système à radiant qu au système à air chaud. Un chauffage localisé type, conçu pour 1000 poussins d un jour est illustré par le Diagramme 3. DIAGRAMME 3: Modèle de rond de démarrage (1000 poussins le jour 1) RÉACTION Des variations dans la taille du bec peuvent causer des problèmes d uniformité. RÉACTION Il faut assurer une stérilisation parfaite durant le Débecage pour éviter tout éventuel risque d infection Il est essentiel qu un personnel convenablement formé et utilisant des équipements adéquats soit employé pour le débeckage. Cette opération doit être conduite en liaison avec le vétérinaire - conseil. 6 Abreuvoirs en cloche 12 Abreuvoirs de démarrage 12 Plateaux d alimentation 25% Papier de couverture LA PRÉPARATION DES LOCAUX Il faut nettoyer et désinfecter les locaux et les équipements, installer à temps les couveuses et régler le niveau de températures souhaité 24 heures avant l arrivée des poussins (voir également Hygiène et Santé, page 60). Les températures doivent être contrôlées au Il est recommandé de placer les poussins issus du même lot de grand parentaux dans le même parquet. Ainsi, ceux issus de lots plus jeunes rattraperont les autres issus de lots plus âgés durant les premiers jours de leur vie (2-3 semaines). Ainsi, il semble important de réserver des espaces au triage des poussins avant leur arrivée du couvoir (voir triage pour la gestion de l uniformité, page 18). 9

11 Les poussins doivent être placés sous radiants immédiatement après leur arrivée. Les caisses à poussins pleines ne doivent jamais être entassées à l intérieur du bâtiment. Les caisses à poussins vides doivent être évacuées du bâtiment et détruites le plus tôt possible. Il faut veiller à mettre le même nombre de poussins sous chaque éleveuse ou radiant. A leur arrivée à la ferme, les poussins ont besoin d eau potable et de nourriture fraîche. Il a été démontré que les poussins qui ont accès à l eau et à la nourriture très tôt présentent une croissance précoce et une meilleure uniformité que ceux dont l alimentation a été retardée. L aliment ne doit pas rester plus d un jour dans les assiettes pour éviter tout problème de rancissement de l aliment. De petites quantités d aliment doivent être servies fréquemment (i.e. 5-6 fois par jour) pour encourager les poussins à s alimenter. Afin de favoriser une distribution homogène des poussins, la lumière proche des radiants doit être préalablement allumée, et l éclairage des rangées adjacentes doit se faire dans les 2 à 3 jours qui suivent. LES TEMPÉRATURES DE DÉMARRAGE DIAGRAMME 4: CHAUFFAGE LOCALISE - GRADIENTS DE TEMPERATURES Eleveuse Le comportement des poussins doit être attentivement observé en permanence durant la période de démarrage car il reste le meilleur indicateur de température appropriée (voir diagramme 5). Les thermomètres doivent être placés à la hauteur des poussins dans le local pour valider les systèmes automatisés. Une distribution non homogène des poussins est un signe de température incorrecte. DIAGRAMME 5: DISTRIBUTION DES POUSSINS SOUS LES ELEVEUSES Le local doit être chauffé à la température requise 24 heures avant l arrivée des poussins. Démarrage avec chauffage localisé La température initiale sous les radiants doit être située entre 29 et 31 c (88-91 F). Par la suite, cette température devra être réduite à raison de 0,2 à 0,3 c (0,4 0,6 F) par jour (voir tableau 1). La température initiale du bâtiment doit être à c (75-80 F). Cette température doit être réduite en parallèle avec celle sous les radiants pour atteindre une température finale du local de c (68-72 F) aux environs du 24-27e jour. Le diagramme 4 illustre les températures dans les conditions de chauffage par radiants ou éleveuses. TABLEAU 1: TEMPÉRATURES DE DÉMARRAGE CHAUFFAGE D AMBIANCE CHAUFFAGE LOCALISE Age Temp Age Temp en C (jours) en C (jours) Aire de vie 2m Local A B C Le comportement des poussins à l intérieur des gardes doit être surveillé. Les «ronds» doivent être élargis graduellement de 3 jours d âge à 5-7 jours jusqu à ce qu ils soient supprimés. Pour les premieres heures, l éclairage doit être continu, et ensuite selon le comportement des poussins, la durée du jour et l intensité lumineuse, l éclairage est contrôlé (voir éclairage, page 50). Le seul éclairage nécessaire du local sera en forme de cercles de lumière de 4 à 5 m. (13-16,5 pieds) de diamètre 10

12 pour une capacité de 1500 poussins. La lumière doit être brillante, 80 à 100 lux (7,4-9,3 foot candles). L éclairage du reste du local doit être assombri ou tamisé. La partie éclairée du local doit être étendue progressivement au bâtiment entier. Démarrage en chauffage d ambiance : En cas de système de chauffage en ambiance, la température au niveau des poussins doit être autour de 29 à 31 C (84-88 F). La température du local doit être réduite graduellement en fonction du comportement des poussins et de leur condition pour atteindre une température finale de C (70-72 F) aux environs de jours d âge (voir tableau 1, page 10). Il est moins facile d utiliser le comportement des poussins comme indicateur de température adéquate dans ce système que dans celui du démarrage avec radiants en raison de l absence de source de chaleur évidente (voir diagramme 6). Souvent, le bruit des poussins est utilisé comme seul signe de détresse. Selon les possibilités, les poussins vont se rassembler là où les températures sont les plus proches de leurs besoins. Le comportement des poussins doit être interprété avec beaucoup de précaution. DIAGRAMME 6: COMPORTEMENT TYPIQUE DES POUSSINS AU DÉMARRAGE PAR CHAUFFAGE D AMBIANCE À DIFFÉRENTES TEMPÉRATURES TRES HAUTE CORRECTE TROP BASSE quotidiennement. Si elle descend en dessous de 50% durant la première semaine, les poussins commenceront à se déshydrater, ce qui risque d affecter leur performance. Dans ce cas, il faut augmenter l humidité relative. Les faibles performances et les pertes d uniformité peuvent ëtre le résultat d une humidité relative trop faible la première semaine de vie. Si le local est pourvu de buses (i.e.brumisateurs) pour adoucir la température en climat chaud, ce matériel peut être utilisé pour augmenter l humidité relative durant le démarrage. Les poussins maintenus à des niveaux d humidité appropriés sont moins exposés à la déshydratation et ont généralement une meilleure uniformité. Au fur et à mesure que les poussins grandissent, leur exigence en humidité relative chute. Une forte humidité relative audelà de 28 jours peut avoir pour consequence une litière humide et ainsi mener aux problèmes qui y sont liés. Au fur et à mesure que le poids augmente, le niveau d humidité relative doit être contrôlé en utilisant la ventilation et le système de chauffage. INTERACTION ENTRE TEMPÉRATURE ET HUMIDITÉ RÉACTION Tous les animaux perdent de la chaleur par évaporation à travers leur peau et leur appareil respiratoire. A une humidité relative élevée, les pertes par évaporation sont moindres et la température interne de l animal augmente. La température ressentie par l animal dépend de l HR. Une HR élevée augmente la température apparente, alors qu une HR faible la réduit. Le profil de température donné en tableau 1 (page 10) suppose que l HR est autour de 60-70%. Le tableau 2 montre la température au thermomètre sec nécessaire pour atteindre la température voulue selon les niveaux d humidité relative. L information donnée au tableau 2 peut être utilisée dans des situations où l HR s écarte de la cible (60 70%). Humidité L humidité relative (HR) dans l éclosoir, à la fin du processus d incubation sera élevée (approximativement 80%). Les poulaillers avec système de chauffage d ambiance peuvent avoir un niveau d humidité aussi bas que 25%, surtout si l abreuvement se fait par pipettes. Les locaux ayant un équipement plus conventionnel (i.e. éleveuses ou radiants produisant de l humidité comme sousproduit de la combustion et des abreuvoirs cloche ayant une surface d eau ouverte) ont une humidité relative plus élevée qui dépasse souvent les 50%. Afin de limiter le choc de transfert des poussins de l éclosoir, l humidité relative durant les 3 premiers jours doit être d environ 70%. TABLEAU 2: TEMPÉRATURES REQUISES DU THERMOMÈTRE SEC POUR ATTEINDRE L ÉQUIVALENT DE TEMPÉRATURES CIBLES À DES HUMIDITÉS RELATIVES VARIABLES Age Conv. Température à HR % (jours) Temp C %Hr idéale Ordre L humidité relative de la poussinière doit être contrôlée 11

13 Si l humidité relative est en dehors des niveaux cibles, la température du local au niveau poussin peut être ajustée pour se conformer à celle donnée en tableau 2 (page 12). Le comportement du poussin doit être contrôlé à toutes les phases pour s assurer qu il est à la bonne température. RÉACTION Si l H.R. baisse en dessous de 5 0 % Durant le démarrage, il faut agir très rapidement pour la ramener à son niveau recommandé afin d éviter la déshydratation des poussins. Ventilation Les poussins doivent être maintenus à une température correcte avec un apport adéquat d air frais. Il est important d établir un système de ventilation minimale, durant les premiers jours, afin de réapprovisionner le local en oxygène et chasser le dioxyde de carbone et les gaz nocifs produits par les poussins ou par le système de chauffage. Les besoins minimums de ventilation sont donnés en Annexe 6 (page 78) (voir aussi Habitat et environnement, page 40). RÉACTION Un bruit de poussins excessif est un signe de température non appropriée Un air de mauvaise qualité dû à une ventilation insuffisante durant l élevage peut affecter les poumons des poussins, augmentant ainsi leur sensibilité face aux maladies respiratoires RÉACTION RÉACTION Si les poussins ont trop chaud durant les 1 0 premiers jours, leur démarrage sera affecté par une diminution de la prise alimentaire, leur croissance sera ralentie et leur emplumement sera inégal et lent. TEMPÉRATURE AMBIANTE ÉLEVÉE Sous des conditions de températures ambiantes élevées, l acclimatation permet aux poussins de bien se comporter à des températures (voir la définition ci dessous) supérieures à C (82-86 F), pourvu qu une attention particulière soit accordée à la densité, à la vitesse de l air/ventilation et à l humidité. Il est possible d utiliser des systèmes de refroidissement par évaporation, tels le pad cooling ou brumisateurs, des ventilateurs internes pour faire baisser la température du local (voir habitat et environnement, page 41). Dans les locaux semi-ouverts ou à rideaux en régions caractérisées par de fortes fluctuations diurnes, il peut arriver que les températures en élevage sortent de la fourchette de températures données en tableau 1 (page 10). Dans ce cas, il est permis de les réduire de 0,5 à 0,8 C par jour de 1 à 10 jours. Cependant de 11 à 21 jours la réduction journalière sera limitée à 0,3 C. TEMPÉRATURE «D OPÉRATION» La température d opération est définie comme le minimum de température du local plus 2/3 de la différence entre les températures minimale et maximale du local. Elle est importante lorsque les fluctuations de température par 24 heures sont importantes. exemple : - Température minimale du local: 16 C. - Température maximale du local: 28 C - Température d opération = [ (28-16) x 2 / 3 ] + 16 = 24 C DENSITÉ OU NOMBRE DE SUJET AU M2 DE 0 à 28 jours (0-4 semaines) L espace alloué aux animaux doit être étendu progressivement jusqu à atteindre une densité de 4-7 animaux /m2 au 28e jour (1,5-2,7 ft2/ oiseau). Voir tableau TABLEAU 3: DENSITÉS EN ELEVAGE Phase d élevage jours (0-20 semaines) mâles Femelles oiseau/m 2 oiseau/m Phase de production jours (20-64 semaines) mâles et Femelles oiseau/m ESPACE D ALIMENTATION ET D ABREUVEMENT Il faut accorder un espace de 5 cm (2 in) à chaque animal, ou prévoir une mangeoire pour poussins durant les premiers 2-3 jours. La première ration doit être distribuée dans des plateaux-mangeoires ou sur du papier, occupant jusqu à 25% de la surface totale. Les 5 cm d espace alloués à l alimentation sont valables jusqu à 35 jours; jusqu à 70 jours l espace doit être de 10 cm (4in) et enfin de 15 cm (5,5in), par la suite (voir tableau 4, page 13). L alimentation doit être donnée en miettes ou en farine durant les premiers 21 premiers jours (3 semaines) Il est important de contrôler la prise alimentaire des poussins. Pour ce faire, il est conseillé de se baser sur la palpation du jabot. 24 heures après la mise en place, plus de 80% des poussins doivent avoir le jabot plein, à 48 heures plus de 95% et au-delà de 72 heures, 100%. Si ces niveaux de remplissage de jabot ne sont pas atteints, il existe certainement un problème qui entrave l alimentation des poussins et 12

14 TABLEAU 4: ESPACE D ALIMENTATION Points Clés Femelles Age Espace de mangoire 3 Préparer les locaux et les équipements pour qu ils soient propres et désinfectés bien avant l arrivée des poussins jours (0-5 semaines) 5cm/femelle jours (5-10 semaines) 10cm/femelle 70 jours (10 semaines)-à la réforme 15cm/femelle Mâles Age Espace de mangoire 0-35 jours (0-5 semaines) 5cm/mâle jours (5-10 semaines) 10cm/mâle jours (10-20 semaines) 15cm/mâle jours (20-64 semaines) 18cm/mâle il est nécessaire d intervenir rapidement pour le résoudre. Si plusieurs circuits d alimentation sont utilisés,ils doivent foctionner en directions opposées. Le temps de remplissage peut être réduit en installant des trémies de recharge à mi longueur, contenant assez d aliment pour remplir une moitié de ligne. La hauteur de la mangeoire, le temps de distribution et le temps de consommation doivent être contrôlés de manière régulière au niveau de plusieurs points. L eau est essentielle à la croissance et au développement. Les poussins doivent avoir un accès illimité à l eau. Un espace d abreuvement adéquat pour 1000 poussins d un jour d âge est fourni par 5 à 6 abreuvoirs cloche mesurant chacun 40 cm (15.7 in) de diamètre, en plus de 10 à 15 mini-abreuvoirs de démarrage mesurant chacun cm ( in) de diamètre. Les abreuvoirs doivent avoir des positions stratégiques pour faire en sorte que les poussins ne se déplacent pas plus d un mètre pour accéder à l eau durant les 24 premières heures. L eau doit être propre et fraîche car il se peut que les bactéries se multiplient rapidement à la surface de l eau compte tenu de la température appliquée pendant la période de démarrage. Les abreuvoirs de démarrage seront remplacés progressivement à partir de 3 4 jours. A 21 jours l espace d abreuvement doit être comme suit : } 1.5cm/poussin Abreuvoirs circulaires 3 S assurer que les locaux atteignent une température et une humidité relative correctes 24 heures avant l arrivée des poussins. 3 S assurer que les poussins ont immédiatement accès à l eau fraîche et à la nourriture. 3 Utiliser le comportement des poussins comme indicateur de température de démarrage adéquate. 3 Distribuer fréquemment l aliment durant la période de démarrage. 3 Contrôler le remplissage du jabot pour s assurer de la bonne prise alimentaire. 3 Vérifier et ajuster les mangeoires et les abreuvoirs au moins deux fois par jours. 3 Vérifier l état et le comportement des poussins à des intervalles réguliers de la journée. 3 Si l épointage du bec s avère nécessaire, alors il doit être effectué par un personnel qualifié, compétent et correctement supervisé. Si on observe une anomalie dans le comportement des poussins ou si le taux de mortalité dépasse 1 % vers 7 jours d âge, tous les facteurs de gestion doivent être re -vérifiés et il faut d urgence faire appel à un vétérinaire. RÉACTION Pipettes Coupelles une / 8-12 poussins une / poussins TABLEAU 5: ESPACE ABREUVOIR Phase d élevage Phase de production Abreuvoirs circulaires 1.5 cm/sujet 2.5cm/sujet Pipettes une/8-12 sujets une / 6-10 sujets Coupelles une / sujets une / sujets Voir Tableau 5 Les pipettes ou les systèmes à coupelles, avec en plus des abreuvoirs de démarrage, peuvent être utilisées avec succès dès le premier jour. 13

15 CONTRÒLE DU POIDS CORPOREL ET DE L ALIMENTATION Objectifs Contrôler le développement corporel des reproducteurs durant la phase d élevage pour assurer un maximum de performance de reproduction -Atteindre et maintenir le poids corporel par âge cible et une bonne uniformité du lot grâce au contrôle précis du rationnement et de la distribution alimentaire. Objectif Avoir une mesure précise du poids corporel et de l hétérogénéité de chaque lot, afin que des décisions appropriées concernant les rations alimentaires puissent être prises. MESURE DU POIDS CORPOREL ET DE L UNIFORMITÉ individuellement. Tous les poussins sélectionnés dans un échantillon donné doivent être pesés pour éliminer tout biais de sélection. Si la parquet dépasse 1000 poussins, 2 pesées d échantillons doivent être effectuées à différents endroits du parc. Les poussins doivent être pesés le même jour chaque semaine et au même moment de la journée, de préférence 4 à 6 heures après la prise alimentaire. L objectif est d obtenir une représentation réelle de la croissance et du développement du lot grâce à un échantillonnage correct. Si on utilise des balances manuelles, les poids individuels doivent être enregistrés sur des fiches de pesées, au fur et à mesure que les poussins sont pesés (voir diagramme 7, page 15). Immédiatement après la pesée, les paramètres suivants doivent être calculés: - Le poids corporel moyen du lot; - La dispersion des poids. - Le coefficient de variation (voir plus loin) La pesée d échantillons La croissance et le développement du lot sont évalués et gérés en pesant des échantillons représentatifs de poussins et en comparant les poids corporels obtenu aux poids standards par âge cibles. Il est conseillé d utiliser des balances graduées tous les 20 g. Les balances manuelles demandent plus de travail, pour les enregistrements et calculs. Des balances électroniques sont disponibles, elles permettent d enregistrer les poids individuels et de calculer automatiquement les paramètres des lots. Les deux types de balances peuvent être utilisés pour des mesures répétitives effectuées sur un lot donné. Des systèmes de pesées automatiques placés dans le bâtiment donnent les poids journaliers. Toutefois, il est conseillé de les comparer régulièrement aux pesées manuelles. Tous les systèmes de mesure nécessitent un étalonnage et des poids standards doivent être toujours disponibles pour s assurer que les balances sont précises. Cet étalonnage doit être effectué au début et à la fin de chaque pesée d échantillon. Les pesées doivent être effectuées chaque semaine, à partir du premier jour. A 1, 7 et 14 jours la pesée peut être collective, par sujets à la fois. L échantillon total ne doit pas être inférieur à 5% du lot. Pour les lots présentant des problèmes de croissance notables, des pesées plus fréquentes sont nécessaires. COEFFICIENT DE VARIATION Le coefficient de variation (CV%) est une méthode mathématique pour exprimer l uniformité ou la régularité du lot. La méthode précise de calcul est la suivante: Déviation Standard Poids Moyen La déviation standard peut être calculée en utilisant un calculateur électronique ou à partir de la balance électroniqie. En l absence de calculateur électronique, évaluer le coefficient de variation (%). Ecart de poids x 100 Poids Moyen x F x 100 = CV% = CV% L écart du poids est défini comme la différence de poids entre le poussin le plus lourd et le poussin le plus léger du lot. F est une constante et dépend de la taille de l échantillon, comme montré dans le tableau 6 (page 16). Une seule méthode de calcul doit être utilisée chaque semaine, à compter du premier jour d âge. L échantillon total ne doit pas être inférieur à 5% du lot. A partir de 21 jours (3 semaines) d âge, des échantillons aléatoires doivent être pesés individuellement. Des groupes de 50 à 100 poussins par colonie doivent être capturés en utilisant des cadres de capture et pesés 14

16 DIAGRAMME 7: FICHE DE PESÉE - ROSS Diagramme D enregistrement Des Poids Ferme Souche Bâtiment Parquet Sexe Age Date Nombre de poids Poids moyen Poids Standard Uniformité % de l échantillon à + 10% de la moyenne Coefficient de variation % Poids en livres Poids Nombre d oiseaux en livres Nombre d oiseaux Commentaires 15

17 TABLEAU 6: TAILLE DE L ÉCHANTILLON ET VALEUR DE F TAILLE DE VALEUR DE F TAILLE DE VALEUR DE F L ÉCHANTILLON L ÉCHANTILLON Une seconde méthode de mesure de l homogénéité est exprimée en terme de pourcentage d animaux dont le poids se situe dans la fourchette plus 10% et moins 10% du poids moyen. Bien que cette méthode donne une indication précise sur le nombre d animaux qui ont un poids proche du poids moyen, elle ne tient pas compte du poussin le plus léger et du plus lourd, comme le coefficient de variation. Le tableau 7 illustre la relation approximative entre le CV% et ±10% du poids moyen chez les lots ayant une distribution de poids normale (i.e. en cloche). RÉACTION > TABLEAU 7: RELATION ENTRE LE CV% ET ±10% DU POIDS MOYEN CHEZ LES POPULATIONS AYANT UNE DISTRIBUTION DE POIDS NORMALE CV% % UNIFORMITÉ ±10% Si la pesée d échantillons présente des résultats incohérents avec les pesées antérieures et les prévisions, un second échantillon doit être pesé immédiatement pour vérification avant même de prendre la moindre décision concernant les rations alimentaires. Cela permettra d identifier les problèmes spécifiques, i.e. les erreurs des rations alimentaires, les échecs d abreuvement, l effectif de chaque parquet, la variation du nombre des oiseaux par enclos, les maladies, etc. Points Clés 3 Commencer la pesée d échantillons à un jour d âge et le poursuivre au moins chaque semaine durant la période d élevage; 3 Peser les animaux individuellement à partir de 3 semaines d âge. 3 Peser les animaux au même moment de la journée et le mëme jour chaque semaine; 3 Utiliser du matériel précis. 3 Calculer le poids corporel moyen et l uniformité du lot. Enregistrer les données et tracer un graphique de poids par âge; 3 Calculer les rations alimentaires sur la base des écarts des poids corporels moyens par rapport aux poids corporels cibles. Utiliser le programme alimentaire comme guide seulement. CONTRÔLE DE L ALIMENTATION POUR LA GESTION DU POIDS CORPOREL Objectifs Atteindre les poids corporels cibles durant toute la vie des reproducteurs chair. Assurer une croissance correcte et un développement permettant aux animaux d atteindre une maturité sexuelle uniforme et coordonnée, dans et entre les deux sexes. Minimiser les variations à l intérieur des lots et créer des lots faciles à gérer. Principes Les corrections de poids sont atteintes par le réajustement des rations alimentaires. La ration alimentaire peut être maintenue ou augmentée, mais elle ne doit aucunement être réduite durant la période d élevage. Une bonne distribution d aliment qui permette à tous les animaux d avoir accès à la nourriture en même temps est essentielle car il faut retenir que ces derniers sont rationnés (et non à volonté). Avoir une bonne uniformité est aussi important qu atteindre le poids corporel cible. L un des premiers indicateurs de problèmes durant la phase d élevage est souvent l hétérogénéité du lot. Un autre aspect important de la croissance uniforme est le bon développement squelettique. La maturité sexuelle dépend du développement corporel. Ainsi, les lots ayant un poids correct accompagné d un mauvais développement squelettique et corporel ne réagiront pas de la manière souhaitée aux stimulations lumineuses et aux augmentations des rations alimentaires. 16

18 RÉACTION Si les poids corporels cibles précoces ne sont pas atteints, les lots ne seront pas uniformes et auront un faible développement squelettique et un plumage déficient. Ces lots ne répondront pas aux stimulations de la manière prévue et auront peu de probabilité d atteindre leur potentiel de performance. Principes LE CONTRÔLE DES RATIONS ALIMENTAIRES Toutes les décisions concernant les rations alimentaires doivent être basées sur le poids corporel moyen en fonction du poids cible. Les rations alimentaires peuvent être maintenues ou augmentées, mais elles ne doivent jamais être réduites durant la période d élevage. Un matériel de pesée des rations précis est essentiel pour permettre des rations alimentaires par animal au gramme près. TABLEAU 8: ESPACE D ALIMENTATION PAR AGE age ESPACE D ALIMENTATION < 35 jours 5 cm/sujet jours 10 cm/sujet > 70 jours 15 cm/sujet Il faut allouer un espace d alimentation suffisant durant toute la période d élevage comme indiqué au tableau 8. Lorsque des mangeoires suspendues sont utilisées, il faut s assurer que les animaux ont un accès libre aux points d alimentation. Ces mangeoires doivent être espacées de façon à ne pas limiter leur accès. Pour maintenir une bonne homogénéité chez les jeunes lots, les animaux doivent être nourris à volonté («ad libitum») suffisamment longtemps jusqu à atteindre ou dépasser le poids standard correspondant à 14 jours d âge. Ensuite, il faut procéder à de petites augmentations régulières des rations alimentaires, comme le montre le tableau 9. TABLEAU 9: NOMBRE MAXIMAL DE JOURS AVEC UNE QUANTITÉ D ALIMENT CONSTANTE EN FONCTION DE L ÂGE AGE (jours) maximum (jours) Par exemple, entre 1 et 21 jours d âge, les animaux ne doivent pas être maintenus au même niveau d alimentation pendant plus de 4 jours. L allocation alimentaire quotidienne par animal doit être enregistrée afin de contrôler la consommation.la quantité d aliment allouée par parquet doit tenir compte aussi des variations d effectifs. Le système d alimentation doit permettre que chaque catégorie d animaux s alimente selon ses propres besoins. Le matériel d alimentation doit être capable de distribuer l aliment à chaque parc sans dépasser 3 minutes par parc. L alimentation au sol, comme alternative aux systèmes d alimentation conventionnels, peut offrir certains avantages, notamment la distribution rapide de l alimentation, l amélioration de l uniformité du lot, l amélioration de la qualité de la litière et la réduction des problèmes de pattes. Les aliments peuvent être distribués soit manuellement ou en utilisant un système d épandage. Comme pour tous les systèmes d alimentation, un système précis et fiable est nécessaire pour bien alimenter au sol. Si l alimentation au sol est pratiquée, il faut tenir compte des points suivants: - De 14 à 41 jours (2-6 semaines), l aire d alimentation au sol doit être étendue graduellement en utilisant une bonne qualité d aliments en granulés de 2,5 mm de diamètre et de 3 à 4 mm de long. - A partir de 42 jours (6 semaines); une bonne qualité d aliments en granulés de 4 mm de diamètre et de 5-7 mm de long. - Pendant les repas la lumière doit être plus intense (minimum 20 Lux). - La profondeur de la litière ne doit pas dépasser 4 cm (1,5 in) et doit être maintenue en bonne condition. - Les animaux doivent utiliser les mangeoires de production vers 140 jours d âge (20 semaines) afin de minimiser le stress dû au changement durant la ponte. Les grilles doivent être retirées des mangeoires durant les premiers jours qui suivent le passage de l alimentation au sol aux chaînes d alimentation. L idéal serait que les animaux soient alimentés chaque jour. Toutefois, ceci peut être difficile en raison de certains problèmes liés à la distribution de l aliment. Il se peut que la quantité d aliments nécessaire au maintien d un taux de croissance correct soit trop faible pour permettre une distribution uniforme des aliments par le système d alimentation. L aliment doit être distribué uniformémént afin de minimiser la compétition et favoriser l uniformité du lot. Les modes d alimentation alternée permettent de distribuer des quantités plus grandes d aliment les «jours d alimentation» suivis de «jours sans aliment». Les programmes les plus répandus sont donnés au tableau 10. TABLEAU 10: EXEMPLES DE PROGRAMMES D ALIMENTATION SEQUENTIELS PROGRAMME BESOINS ALIMENTAIRES PAR JOUR LUN mar mer jeu ven sam dim Jour avec aliment 8 - Sans Alimentation CHAQUE JOUR 6 et 1 5 et 2 4 et 3 17

19 Les signes d une distribution défectueuse des aliments apparaissent généralement entre 4 et 8 semaines d âge. Le passage à une alimentation fractionnée ne doit pas avoir lieu avant le triage. Ce passage doit se faire de manière progressive. La distribution de grains (sans salmonelle) ou d aliment en granulés les jours sans aliment est possible jusqu à 0,5 kg (1Lb) /100 animaux/jour). Il faut procéder à une réduction de la quantité d aliments pour que les produits ainsi distribués ne soient pas un additif. Le niveau de médication dans la ration, ex. coccidiostatique, doit être tel, que la prise quotidienne de chaque animal lui apporte la quantité voulue. Le retour à l alimentation quotidienne doit commencer progressivement à partir du 105e jour (15 semaines) pour être achevé vers 126 jours (18 semaines). Le passage vers l alimentation quotidienne doit être graduel avec une progression de 4 et 3, à 5 et 2, puis à 6 et 1 selon le programme approprié. d élevage, ce qui permettra d aboutir à une bonne uniformité du lot global en phase de ponte. Principes Un lot uniforme sera plus facile à gérer qu un lot hétérogène car la majorité des animaux seront physiologiquement similaires et répondront mieux aux changements d alimentation et d éclairage. Un lot uniforme réagira de manière prédictible aux augmentations des rations alimentaires et donnera de bons résultats. L uniformité du lot peut être optimisée en appliquant de hauts standards de gestion durant les 4 premières semaines. DIAGRAMME 8: UNIFORMITÉ ET DISTRIBUTION DU POIDS CORPOREL Poids moyen Points Clés 3 Contrôler le poids corporel par des réajustements des rations alimentaires; o Poids moyen 3 Ne jamais réduire les rations alimentaires durant la période d élevage. Ces rations doivent être maintenues ou augmentées; o Poids moyen 3 Utiliser un matériel de pesée précis; 3 Allouer un espace d alimentation par sujet adéquat; 3 Le temps de distribution de l aliment ne doit pas dépasser 3 minutes par parc; 3 Le passage de l alimentation quotidienne au programme alimentaire fractionné ne doit pas avoir lieu avant le triage; 3 Le passage à l alimentation quotidienne doit être progressif. Objectif triage pour une meilleure uniformité Diviser le lot en 2 ou 3 sous-populations de différents poids corporels à 28 jours (4 semaines) pour que chaque groupe reçoive un type de gestion différent durant la période o %CV = coefficient de variation A un jour d âge, les poids corporels du lot suivront une distribution normale (i.e. en forme de cloche), avec un faible coefficient de variation (voir diagramme 8). Comme les animaux croissent différemment à l intérieur du lot, leurs réactions différentes à la vaccination ou aux maladies, et leurs capacités variables de compétition sur les aliments feront en sorte que le % de CV augmente. Un nombre croissant de petits sujets tend à produire une distribution de poids biaisée. Les raisons sont nombreuses et peuvent inclure: - la qualité du poussin ; - la distribution des aliments ; - la qualité des aliments ; - la température ; - l humidité ; - la vaccination ; 18

20 - L épointage du bec ; - les maladies. La faible capacité de compétition des petits sujets peut aboutir à l émergence d une population de sujets lourds Afin d avoir un lot uniforme, les petits animaux doivent être identifiés et isolés. Tous les animaux sont ensuite alimentés pour atteindre le poids corporel cible vers 63 jours (9 semaines). Le but est d aboutir à un seul lot uniforme, plutôt que plusieurs petits lots homogènes. Si à l entrée en ponte l effectif de sujets par parquet doit être supérieur à l effectif par enclos d élevage, et que les oiseaux doivent être mélangés au transfert,il est important de viser un poids corporel commun à tous les parcs à l âge prévu du transfert. Procédures Le triage est conseillé à 28 jours (4 semaines), période à laquelle le coefficient de variation est de l ordre de 10 14%. Le triage n est pas toujours efficace lorsqu il est fait avant 4 semaines; s il est fait après 35 jours (5 semaines), le temps restant (jusqu à 9 semaines) pour rétablir l homogénéité devient trop court. Couramment le tri sera effectué quand le CV avoisine 12% ce but. Il doit être possible dans les cas marginaux (CV > 12) de pouvoir réaliser 3 parcs de femelles et 3 parcs de mâles. Pour réaliser à un bon triage, il est conseillé de procéder ainsi : - Dans les lots à trier, toutes les colonies doivent avoir subi une pesée d échantillons; - Toutes les pesées individuelles doivent être consolidées en une seule distribution; - Si le CV du lot est inférieur à 12% une répartition en 2 groupes est suffisante. Si le CV est supérieur à 12 il est nécessaire de répartir les sujets en 3 parquets. Dans ce cas un examen approfondi des conditions de démarrage de 0 à 4 semaines est impératif afin d améliorer les lots suivants. - Le %CV du lot doit être calculé. Des points de recoupement doivent être définis pour atteindre une densité cohérente en fonction du nombre de sujet par parquet. Le tableau 11 (page 20) indique les pourcentages typiques en populations de poids léger, moyen et lourd pour atteindre des populations avec des %CV inférieurs à 8 pour les triages en 2 ou 3 parquets. Des points de recoupement doivent être établis pour atteindre les pourcentages requis dans chaque colonie (voir diagramme 9) Les aspects pratiques pour le triage doivent être prévus avant même la mise en place du lot. Le plus simple est de disposer de parcs, ou éventuellement de poulaillers, laissés vides dans DIAGRAMME 9: UNIFORMITeĖ D UN LOT AVEC CV 12% AVANT TRIAGE LÉGERS MOYENS LOURDS % Estimé du lot - 25% % CV calculé des sujects légers -9.5% %CV calculé des sujects moyens - 6.0% % Estimé du lot - 8% % CV calculé des sujects lourds - 5.0% Distribution du poids du lot LÉGERS MOYENS LOURDS % CV ajusté 7.5% % du lot revisé 21% % CV ajusté 7.0% % du lot revisé 69% % CV ajusté 6.5% % du lot revisé 10% Point de coupure du poids corporel Point de coupure estimé du poids corporel 19

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

POULET DE CHAIR. Manuel de Gestion. An Aviagen Brand

POULET DE CHAIR. Manuel de Gestion. An Aviagen Brand POULET DE CHAIR Manuel de Gestion 2010 An Aviagen Brand Manuel L objectif de ce manuel est d assister les clients d Aviagen à atteindre les meilleures performances de ses oiseaux. Il n a pas l intention

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place ANNEXE IV : Réalisation de l analyse d hygiène 1 Introduction Une analyse de l hygiène est effectuée afin de vérifier que le nettoyage et la désinfection ont été réalisés de manière efficace. Le tableau

Plus en détail

Le chercheur responsable, en collaboration avec le personnel technique de

Le chercheur responsable, en collaboration avec le personnel technique de Direction des services vétérinaires Procédure normalisée de fonctionnement Objet : Gestion des colonies internes de souris Numéro : RE-1 Portée : Ceci est une directive de la Direction des services vétérinaires

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation Ventilation Alimentation Gamme Porc Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. Le porc est la viande la plus produite et la plus consommée au monde. Les projets qui se développent tendent vers

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

Les Producteurs de poulet du Canada. Programme de soins aux animaux. Manuel

Les Producteurs de poulet du Canada. Programme de soins aux animaux. Manuel Les Producteurs de poulet du Canada Programme de soins aux animaux Manuel Les Producteurs de poulet du Canada 2009 Voici la version 2009 du Programme de soins aux animaux. Nous vous demandons de bien lire

Plus en détail

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes.

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. Bâtiments d élevage : Pourquoi? Aspects climatiques : Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. - le porc est sensible aux brusques changements du climat, - surexposition au soleil : déshydratation

Plus en détail

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2.

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2. 2012-2 Michael Rader Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH Gestion de : surveillance, visualisation, Partie 2: visualisation et évaluation des données de consommation Le premier volet du présent

Plus en détail

Octagon 20 Eco Incubateur. Guide d utilisation

Octagon 20 Eco Incubateur. Guide d utilisation Octagon 20 Eco Incubateur Guide d utilisation Sommaire Chapitres Sujet Page 1 Introduction 2 2 Déballage 2 3 Emplacement, Installation et Température 3 4 Stockage des œufs 5 5 Humidité et Ventilation 5

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd Mode d emploi BB ALERT ACTIVE Détecteur Punaises des lits PUNAISES DE LIT 1 Les punaises des lits sont de petits insectes normalement nocturnes quise nourrissent du sang. Elles passent la plus part de

Plus en détail

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower On parle de «derating» en température lorsque l onduleur réduit sa puissance afin de protéger les composants contre toute

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring»

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Mise à jour Aout 2013 Identifiant :... Mot de passe :.. Lorsque vous mettez les colliers aux animaux prenez garde à la petite flèche gravée (colorée en noir

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE?

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? Traduit de: PRODUCERS MIGHT WANT TO CONSIDER CREEP FEEDING Auteur: Stephen B. Blezinger, Ph.D., PAS (Copyright 2015 Dr. Stephen B. Blezinger) Adapté en français

Plus en détail

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs.

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs. Castration 1- Généralités 2- Stérilisation des chiennes 3- Castration des chiens 4- Castration des chats 5- Castration des lapins et des cobayes 1- Généralité s La castration consiste à enlever les glandes

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs Les programmes à la ferme offrent assurance et confiance aux consommateurs Les programmes à la ferme des PPC, Votre propre poulet et le Programme de soins aux animaux (PSA), ont été conçus pour répondre

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre des cossettes de betteraves. Après le passage du malaxeur

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

L emploi et l installation de. punaises de lit. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

L emploi et l installation de. punaises de lit. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd L emploi et l installation de BB ALERT PASSIVE, Détecteur des punaises de lit PUNAISES DE LIT 1 Les punaises de lit sont de petits insectes nocturnes qui se nourrissent du sang humain. Elles passent la

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Le bien-être animal : fiction ou réalité?

Le bien-être animal : fiction ou réalité? Le bien-être animal : fiction ou réalité? Par Daniel-Mercier Gouin Coll. Denis Beaudoin Définition Plan de la présentation Le point sur la réglementation ici et ailleurs Les implications opérationnelles

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

La solution contre les punaises de lit Entotherm

La solution contre les punaises de lit Entotherm The Experts in Pest Control La solution contre les punaises de lit Entotherm Entotherm 2 Les punaises de lit, un problème en recrudescence. De plus en plus d hôtels belges sont confrontés aux punaises

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Foyer 1100 Double ouverture

Foyer 1100 Double ouverture Foyer 1100 Double ouverture Référence 6811 44 LC 27/01/2010 page 1/6 580 949 1158 Foyer 1100 DO AD681144 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

1. Description. 1.1. Généralités

1. Description. 1.1. Généralités 1. Description 1.1. Généralités Une plateforme sur mât(s) avec entraînement à crémaillère est un équipement de travail permettant le déplacement vertical de personnes, matériaux et équipements, pouvant

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Alimentation et démographie mondiale Augmentation annuelle de 80 millions Croissance surtout dans

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Foyer 900 Double ouverture

Foyer 900 Double ouverture Foyer 900 Double ouverture Référence 6890 LC 26/01/2010 page 1/6 580 1158 Foyer 900 Double ouverture Notice particulière d utilisation et d installation AD6890 Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs Préconisations sanitaires Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs CDMP CDMP Préambule Aujourd hui, un bâtiment doit permettre à l éleveur une conduite sanitaire optimale de son élevage.

Plus en détail

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1).

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). Complétez les deux copies et faites les parvenir à l éleveuse de qui vous adoptez votre chiot. Si vous adopté un chiot

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN L utilisation et la mise au rebut des produits chimiques étant de plus en plus réglementées, l industrie de la blanchisserie doit utiliser des méthodes de nettoyage plus

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

armoires de fermentation

armoires de fermentation armoires de fermentation contrôlée Le froid qui préserve vos pâtes 5 7 7, r u e C é l e s t i n H e n n i o n - 5 9 1 4 4 G O M M E G N I E S t é l. + 3 3. ( 0 ) 3. 2 7. 2 8. 1 8. 1 8 - f a x. + 3 3. (

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 ÉLABORÉ PAR RICHARD ROUSSEAU, ENSEIGNANT EN MATHÉMATIQUES, CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES L ESCALE COMMISSION SCOLAIRE DE L AMIANTE MAI 005

Plus en détail

Etat des lieux et perspectives

Etat des lieux et perspectives Etat des lieux et perspectives du secteur de l accouvage en France 1. Méthodologie 1.1. Analyse bibliographique Un important travail bibliographique a permis de recenser l ensemble des données statistiques

Plus en détail

NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED

NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED Ce manuel contient les éléments suivants : 1-01-16-003 Déballage et assemblage du convoyeur 2-01-16-004 Dessin d assemblage 3-01-16-005 Dessin de convoyage du tapis 4-01-16-006

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Adaptateur détecteur de présence standard Instruction de montage

Adaptateur détecteur de présence standard Instruction de montage Art. No.: 0316 02 / 0316 04 Principe de fonctionnement d un détecteur de présence L adaptateur détecteur de présence standard appartient au groupe des détecteurs PIR tout comme les détecteurs de mouvement

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson)

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) VOITURE A REACTION Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) 1 Introduction BUT DE L ACTIVITE Fabriquer une voiture à réaction originale et sans danger Jouer avec et essayer plein

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Photomètre à LED blanche. Modèle LT40

MANUEL D UTILISATION. Photomètre à LED blanche. Modèle LT40 MANUEL D UTILISATION Photomètre à LED blanche Modèle LT40 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du photomètre à LED, modèle LT40 d Extech, qui permet de mesurer l intensité lumineuse

Plus en détail

Temp-Classic XS. Ce chariot buffet comprend un compartiment four de 4 x 1/1 GN ainsi qu un compartiment neutre de 2 x 1/1 GN.

Temp-Classic XS. Ce chariot buffet comprend un compartiment four de 4 x 1/1 GN ainsi qu un compartiment neutre de 2 x 1/1 GN. Temp-Classic Temp-Classic Temp-Classic transforme incontestablement votre repas en un moment fort. Les couleurs, les odeurs et le choix: vous servez instantanément à vos clients la tentation raffinée d

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire 11/06/01 B50/v2.31/F/MP005.01 «Manuel Pratique» Gestion budgétaire Finance A l usage des utilisateurs de Sage BOB 50 Solution Sage BOB 50 2 L éditeur veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles

Plus en détail

Est-ce important si elle ne peut pas le faire?

Est-ce important si elle ne peut pas le faire? ELLE ADORE SE PERCHER DANS LES ARBRES Est-ce important si elle ne peut pas le faire? Se percher dans les arbres n est que l un des plaisirs de la poule pondeuse. Elle descend d un oiseau des bois de petite

Plus en détail

Séance 4. Gestion de la capacité. Gestion des opérations et de la logistique 4-530-03

Séance 4. Gestion de la capacité. Gestion des opérations et de la logistique 4-530-03 Gestion des opérations et de la logistique Séance 4 4-530-03 Gestion de la capacité Points importants présentés au dernier cours Les principaux types d aménagement Étude du travail et l amélioration des

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail