GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)"

Transcription

1 IDENTIFICATION Entreprise: Service/local/fonction : GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) FROID EXCESSIF AMBIANCE THERMIQUE MODEREE CHALEUR EXCESSIVE CONTRAINTE CONFORT CONTRAINTE Secteur industriel SECTEUR(S) Travail dans des locaux fermés Travail en extérieur Secteur industriel Travail en extérieur FACTEURS DE RISQUES OU FACTEURS D INCONFORT Exposition au froid excessif d origine climatique : métiers du bâtiment, horticulteurs, vendeurs étalage extérieurs, etc. Exposition au froid excessif d origine technologique :installations frigorifiques. Ambiance thermique inconfortable : combinaison inadéquate des paramètres climatiques primaires (température air, humidité relative air, vitesse air, rayonnement) et paramètres situationnels (charge physique et habillement) Exposition à la chaleur excessive d origine climatique : métiers du bâtiment, horticulteurs, vendeurs étalage extérieurs, etc. Exposition à la chaleur excessive d origine technologique : verrerie, métallurgie, four, etc. NÉCESSITÉ DE REALISER DES MESURAGES? Froid excessif d origine climatique : NON (variable d un jour à l autre en fonction de la météo). Froid excessif d origine technologique : NON (sauf exception car température, en général, connue et stable). Ambiance thermique inconfortable permanente : OUI (plaintes récurrentes tout au long de l année). Ambiance thermique inconfortable ponctuellement : NON (périodes de canicule par exemple). Chaleur excessive d origine climatique : NON (variable d un jour à l autre en fonction de la météo). Chaleur excessive d origine technologique : OUI (si exposition continue, 8h) PARAMETRES À MESURER (si nécessaire) Température minimale de l air «Ta» en degrés Celsius. Indices PMV-PPD : Norme ISO 7730 Indice permettant de prédire le pourcentage de personnes insatisfaites de l ambiance thermique. Indice WBGT : Norme ISO 7243 Indice différent de la température de l air. À ne pas confondre avec les degrés Celsius. NORMES ET VALEURS LIMITES (si des mesurages sont nécessaires et pour une exposition continue, 8h) Charge physique de travail Température de l air minimale (Ta C) Très légère (<117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Indice PPD Ambiance thermique < 10 % Confort thermique 10 à 27 % Ambiance thermique acceptable > 27 % Inconfort thermique Charge physique de travail Très légère (<117 watts) 29 Légère ( watts) 29 Moyenne ( watts) 26 Lourde ( watts) 22 Indice WBGT maximal Très lourde (>468 watts) 10 C Très lourde (>468 watts) 18 MESURES DE PREVENTION Froid excessif d origine climatique : Voir fiche n 1 Froid excessif d origine technologique : Voir fiche n 2 Ambiance thermique modérée : Voir fiche n 3 Chaleur excessive d origine climatique : Voir fiche n 4 Chaleur excessive d origine technologique : Voir fiche n 5 Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07 Emmanuel Fabiocchi Conseiller en Prévention Ergonome

2 FICHE N 1 : FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Température de l air minimale (Ta C) Très légère (< 117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Très lourde (> 468 watts) 10 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine climatique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Durant la période comprise entre le 1 er novembre et le 31 mars de l année suivante, les locaux de travail ouverts ainsi que les lieux de travail en plein air sont pourvus de dispositifs de ch auffage en nombre suffisant. Lorsque les conditions climatiques l exigent et en tout cas lorsque la température extérieure est inférieure à 5 C, ces dispositifs de chauffage doivent être mis en marche. Sous réserve de l accord préalable des représentants des travailleurs au CPPT/CCB ou, à défaut, de la délégation syndicale, ces appareils de chauffage peuvent être installés dans des locaux, dans des constructions provisoires ou à d autres endroits, afin d offrir la possibilité aux travailleurs de se réchauffer périodiquement. (Art.8) Par température extérieure inférieure à 5 C, il est interdit aux exploitants de magasins de détail d occuper des travailleurs aux comptoirs d exposition ou de vente placés à l extérieur et aux abords immédiats du magasin. Par température extérieure inférieure à 10 C, les travailleurs occupés aux dits comptoirs doivent disposer d un dispositif de chauffage suffisamment puissant, à moins que des mesures ne soient prises afin que ces travailleurs puissent se réchauffer régulièrement et aussi souvent que nécessaire. En outre, ces travailleurs disposent d un plancher permettant d éviter le contact direct avec le sol et ils sont protégés autant que possible contre les intempéries. Ces travailleurs ne peuvent effectuer ce travail avant 8 heures ou après 19 heures, ni pendant plus de 2 heures sans interruption d au moins 1 heure, ni pendant plus de 4 heures par jour. (Art.9) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée, quand ils sont occupés habituellement à l extérieur. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 1 sur 3

3 PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION AU FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de froid excessif d origine climatique organisationnelles Mise en place de méthodes de travail alternatives diminuant la nécessité de l exposition au froid excessif. Limitation des activités sédentaires et du travail immobile Mise à disposition, sans frais pour les travailleurs, de boissons chaudes appropriées Limitation du travail isolé Mise à disposition d un système de communication pour le personnel devant effectuer du travail isolé Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) techniques Mise à disposition de vêtements de protection contre le froid couvrant l ensemble du corps. Préférer plusieurs couches de vêtements à un seul épais. La couche la plus près du corps doit être isolante et éloigner l humidité de la peau afin de la maintenir sèche Mise à disposition de vêtements de travail adaptés aux conditions climatiques Assurer une bonne protection thermique de la tête et des extrémités : bonnet ou casque de sécurité avec doublure isolante, gants et chaussures anti-dérapantes et pourvues d une bonne isolation thermique Mise à disposition d un dispositif de chauffage Mise à disposition de moyens techniques pour assécher les vêtements de protection après usage Prévision d un temps de repos dans un local de repos chauffé (lorsque le médecin du travail l estime nécessaire) Mise à disposition de systèmes de protection contre les intempéries Mise à disposition d un plancher permettant d éviter le contact direct avec le sol Isolation des surfaces métalliques (risque d accident par contact avec des surfaces Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 2 sur 3

4 froides) relatives aux premiers secours Information des travailleurs exposés au sujet des risques liés au froid Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Locaux/services/Postes de travail concernés Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 3 sur 3

5 FICHE N 2 : FROID EXCESSIF D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Température de l air minimale Très légère (< 117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine technologique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée lorsque, du fait de leur travail quotidien normal, ils sont exposés régulièrement au froid pour des raisons technologiques. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION AU FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de froid excessif d origine technologique organisationnelles Mise en place de méthodes de travail alternatives diminuant la nécessité de l exposition au froid excessif Limitation des activités sédentaires et du travail immobile Limitation du temps d exposition au froid Mise à disposition, sans frais pour les travailleurs, de boissons chaudes appropriées Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche02 Page 1 sur 2

6 Limitation du travail isolé Mise à disposition d un système de communication pour le personnel devant effectuer du travail isolé techniques Mise à disposition de vêtements de protection contre le froid couvrant l ensemble du corps. Préférer plusieurs couches de vêtements à un seul épais. La couche la plus près du corps doit être isolante et éloigner l humidité de la peau afin de la maintenir sèche Assurer une bonne protection thermique de la tête et des extrémités : bonnet ou casque de sécurité avec doublure isolante, gants et chaussures anti-dérapantes et pourvues d une bonne isolation thermique Réduction de la vitesse de l air à un niveau minimal, compatible avec le fonctionnement des installations Mise à disposition de moyens techniques pour assécher les vêtements de protection après usage Prévision d un temps de repos dans un local de repos chauffé (lorsque le médecin du travail l estime nécessaire) Isolation des surfaces métalliques (risque d accident par contact avec des surfaces froides) relatives aux premiers secours Information des salariés exposés au sujet des risques liés au froid Informer/former les travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/services/Postes de travail concernés Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche02 Page 2 sur 2

7 FICHE N 3 : AMBIANCE THERMIQUE MODÉRÉE Types de situations de travail en ambiance thermique modérée Lorsque l on parle d ambiance thermique modérée, il est généralement fait allusion à des locaux tels que des bureaux et du travail devant écran de visualisation dans lesquels les travailleurs ont un travail sédentaire évalué comme léger à très léger. Cependant, le travail dans des locaux fermés, où l ambiance thermique est modérée peut correspondre à une situation dans laquelle la charge physique peut être plus soutenue du fait de port de charges, de déplacements, de gestes répétitifs, etc. Ambiance thermique : confort et contrainte Le confort thermique peut être défini comme la satisfaction d un individu eu égard aux conditions thermiques de son environnement. Cet état de satisfaction, vis-à-vis de l environnement thermique, est dépendant des perceptions individuelles et influencé par l activité physique, l habillement et les niveaux et fluctuations des paramètres climatiques (température de l air, de rayonnement, de contacts, humidité et vitesse de l air). Il est illusoire d espérer satisfaire l ensemble des travailleurs au sujet de l ambiance thermique. La norme 1 de référence indique que dans une situation de confort idéale, au minimum 5% des personnes seront insatisfaites de l ambiance thermique. La contrainte thermique se présente lorsqu un lieu ou une méthode de travail expose un travailleur à des conditions susceptibles de générer un risque pour sa sécurité ou sa santé en raison de la chaleur (par ex. : verrerie, fonderie) ou du froid (par ex. : locaux réfrigérés). Arrêté royal du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques L AR de 2012 (Art.4) fait mention de la notion de confort thermique et renvoie vers la norme NBN EN ISO 7730 «Ergonomie des ambiances thermiques : détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV-PPD». Cependant, la législation relative aux ambiances thermiques fait également référence à des valeurs limites pour l exposition au froid (température de l air en degrés Celsius) et pour l exposition à la chaleur (Indice WBGT 2 ), en fonction de la charge physique de travail. Ces valeurs limites sont applicables dans le cadre d une situation de contrainte thermique mais non pour des ambiances thermiques modérées, dans lesquelles la notion de confort thermique est recherchée. Ces valeurs font également référence à une exposition des travailleurs durant une période représentative de leur activité mais non pour l évaluation de la contrainte thermique durant de très courtes périodes (contraintes climatiques vers le froid ou le chaud, canicule, etc.). Analyse du confort thermique : indices PMV et PPD L analyse du confort thermique par l intermédiaire de la détermination des indices PMV et PPD nécessite des mesurages des paramètres climatiques (température de l air et du globe noir (rayonnement), vitesse de l air et humidité relative) ainsi que l évaluation de la charge physique et de l isolement vestimentaire. A l aide d un logiciel 3 adéquat, ces différentes données sont combinées et permettent de déterminer l indice PMV (Prédicted Mean Vote) qui prédit la valeur moyenne des votes d un grand groupe de personnes sur l échelle : +3 très chaud/+2 chaud/+1 légèrement chaud/0 ni chaud, ni froid/-1 légèrement froid/-2 froid/-3 très froid. De l indice PMV est déduit l indice PPD (Predicted Percentage of Dissatisfied) qui prédit quantitativement le pourcentage de personnes insatisfaites, car trouvant l ambiance thermique trop chaude ou trop froide et qui voteraient -3, -2, +2, +3. L indice PPD permet d évaluer le confort thermique, en fonction du pourcentage prévisible de personnes insatisfaites. 1 Norme NBN EN ISO 7730 (1996) Ambiances thermiques modérées Détermination des indices PMV et PPD et spécifications des conditions de confort thermique (ISO 7730 : 1994). 2 Wet Bulb Globe Temperature. A ne pas confondre avec la température de l air. 3 Par exemple, le logiciel de calcul des indices PMV-PPD du Professeur J. Malchaire, UCL Unité Hygiène et Physiologie du travail. Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 1 sur 3

8 Voir tableau ci-dessous : Indice PPD Ambiance thermique <10 % Confort thermique 10 à 27 % Ambiance thermique acceptable >27 % Inconfort thermique Interprétation de l indice PPD La réalisation de ce type d analyse est pertinente dans le cas de plaintes récurrentes concernant l ambiance thermique dans des situations habituelles de travail dans des bureaux ou locaux non industriels mais non pour des périodes de courtes durées (périodes de fortes chaleurs ou de froid d origine climatique). POINTS D ATTENTION VISANT A FAVORISER LE CONFORT THERMIQUE DANS UNE AMBIANCE THERMIQUE MODEREE techniques Régler les systèmes de chauffage, conditionnement d air ou climatisation de manière, à ce que dans les locaux, les paramètres suivants soient stables et se situent dans les intervalles proposées : Température de l air : ο Entre 20 et 24 C en hiver, pour un travail sédentaire ο Entre 23 et 26 C en été, pour un travail sédentaire Vitesse de déplacement de l air : ο 0,15 m/s en hiver, pour un travail sédentaire ο 0,25 m/s en été, pour un travail sédentaire ο 1 m/s maximum lors d un travail en continu debout et pour un travail lourd physiquement ο 3 m/s maximum lors d un travail intermittent ο 10 m/s lors d une exposition de courte durée Humidité relative de l air : ο Entre 45 et 60%, à une valeur d autant plus basse dans cette intervalle que la température de l air est élevée Apport d air neuf : ο 30 m³ par heure et par travailleur Au cas où les indices PMV-PPD révèlent un pourcentage d insatisfaits supérieur à 10%, il est nécessaire de corriger un ou plusieurs de ces paramètres. Amélioration de la température de l air et de l humidité : Réduisez les entrées de chaleur ou de froid vendant de l extérieur : ο Par les murs et la toiture ο Par les parois vitrées Réduisez les apports de chaleur ou de froid intérieurs : ο Calfeutrez les surfaces froides Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 2 sur 3

9 ο ο ο Isolez les surfaces chaudes (conduites, parois, ) Evacuez les gaz chauds et humides (surtout les gaz de combustion) Eliminez toutes les fuites d eau et de vapeur Réduction du rayonnement de chaleur : Placez des stores extérieurs sur les surfaces vitrées soumises au rayonnement solaire important. Ceux-ci devront être abaissés avant l arrivée du rayonnement solaire sur les baies vitrées. Des stores intérieurs n empêchent pas la chaleur d entrer dans les locaux. Amélioration de la vitesse de l air : La vitesse de l air ne doit être : ο Homogène dans le local. L emplacement des postes de travail doit tenir compte de l emplacement des bouches de pulsion. ο Ni trop élevée ο Ni trop faible ο Les courants d air vers le visage, la nuque ou les pieds doivent être évités car la sensation de fraîcheur à court terme peut être associée à des douleurs musculaires à moyen terme ο Si le local est ventilé avec de l air extérieur, réchauffez celui-ci à la température de confort correspondant à l activité du ravailleur. ο Ventilez avec de l air extérieur, éventuellement réchauffé à la température de confort correspondant à l activité du travailleur. Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 3 sur 3

10 FICHE N 4 : CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE CLIMATIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Indice WBGT maximal Très légère (< 117 watts) 29 C Légère ( watts) 29 C Moyenne ( watts) 26 C Lourde ( watts) 22 C Très lourde (> 468 watts) 18 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine climatique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Lorsque les valeurs d action sont transgressées, l employeur prend les mesures suivantes : 1. Si le dépassement continue, l employeur installe dans un délai de 48 heures prenant cours au moment de la constatation du dépassement, dans les locaux de travail, des dispositifs de ventilation artificielle ; 2. Si dépassement continue au-delà du délai mentionné au point 1, l employeur établit un régime de présence limitée au poste de travail et des temps de repos ; 3. L employeur veille à la distribution, sans frais pour les travailleurs, de boissons rafraîchissantes, conformément à l avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail, afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail. (Art.13) Les travailleurs sont protégés contre les rayonnements solaires par toute installation qui s y prête ou en adaptant l organisation du travail. Les travailleurs exposés à un rayonnement solaire direct disposent d équipements de protection collectifs ou individuels. (Art.14) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée, quand ils sont occupés habituellement à l extérieur. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION A LA CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche04 Page 1 sur 2

11 Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de chaleur excessive d origine climatique organisationnelles Mise en place d un horaire décalé Réduction/report du nombre des travaux les plus lourds physiquement Adaptation des pauses de récupération Mise à disposition de boissons rafraichissantes/hydratantes à C Limitation du travail en extérieur exposé au soleil Rotation des tâches Evitement de toutes formes de travail isolé techniques Réduction de la charge physique par l utilisation des aides mécaniques à la manutention Aménagement de zones de repos (travail intérieur) ou d abris (travail extérieur) à température ambiante confortable Mise à disposition de ventilateurs ou autres dispositifs (climatiseur mobile, etc.) en cas de travail intérieur Mise à disposition de protection solaire (couvre-chef, crème solaire etc.) en cas de travail extérieur Mise à disposition de vêtements de travail adaptés aux conditions climatiques relatives aux premiers secours Information des salariés exposés des risques liés à la chaleur Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Programmation de solutions de raccompagnement d un travailleur en cas de symptômes en fin de journée Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche04 Page 2 sur 2

12 FICHE N 5 : CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Indice WBGT maximal Très légère (< 117 watts) 29 C Légère ( watts) 29 C Moyenne ( watts) 26 C Lourde ( watts) 22 C Très lourde (> 468 watts) 18 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition à la chaleur excessive d origine technologique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. Parmi les mesures organisationnelles, une alternance de périodes de présence au poste de travail et de périodes de repos dans des locaux de repos, est prévue et déterminée en fonction de certaines normes : 1. NBN EN ISO 7243 Estimation de la contrainte thermique sur base de l indice WBGT 2. Norme NBN EN ISO 7933 Détermination de la contrainte thermique fondée sur le calcul de l astreinte thermique prévisible (Indice PHS) 3. NBN EN ISO 9886 Evaluation de l astreinte thermique par mesures physiologiques Si l employeur ne désire pas appliquer ces normes, l alternance des périodes de présence au poste de travail et des temps de repos est fixée après avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail et après accord préalable du CPPT/CCB. Si cette alternance ne peut être fixée tel que cité ci-dessus, elle sera fixée conformément aux dispositions d une convention collective de travail conclue dans la commission paritaire dont relève l employeur. Si l employeur ne désire pas appliquer ces différentes possibilités, il applique les dispositions reprises à l annexe I. (Art.6) Alternance du travail 45 min travail 15 min repos 30 min travail 30 min repos Travail léger Valeur de l indice WBGT Travail mi-lourd Travail lourd Travail très lourd 29, ,5 21 Annexe I de l AR du 4 juin 2012 Lorsque, dans les locaux de travail fermés, la chaleur excessive d origine technologique due à la convection est établie et que les valeurs d action sont transgressées au niveau du poste de travail comportant la charge la plus lourde, l employeur installe des dispositifs de ventilation artificielle ou un système d aspiration conformément aux dispositions concernant l aération des lieux de travail. (Art.10) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 1 sur 3

13 Lorsque la chaleur excessive d origine technologique est causée par des rayonnements et que les valeurs d action sont transgressées, des écrans de protection ou des vêtements de protection réfléchissants ou des vêtements de protection avec un système de refroidissement incorporé sont utilisés. o o Si ces mesures prescrites ne peuvent pas être prises ou s avèrent inefficaces, la durée de l exposition à la chaleur est réduite. Cette réduction est opérée en alternant des périodes de présence au poste de travail concerné avec des temps de repos sur place ou dans des locaux de repos, qui répondent aux prescriptions relatives aux salles de récupération. (Art.11) L employeur veille à la distribution, sans frais pour les travailleurs, de boissons rafraîchissantes, conformément à l avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail, afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail. (Art.12) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée lorsque, du fait de leur travail quotidien normal, ils sont exposés régulièrement à la chaleur pour des raisons technologiques. (Art.16) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION A LA CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de chaleur excessive d origine technologique organisationnelles Alternance de périodes de présence au poste de travail et des temps de repos dans un local dont l ambiance thermique est modérée Mise à disposition de boissons rafraichissantes/hydratantes à C Rotation des tâches Evitement de toutes formes de travail isolé techniques Généralisation de l utilisation des aides mécaniques à la manutention Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 2 sur 3

14 Mise à disposition de vêtements de protection réfléchissants (en cas de rayonnement) Mise à disposition de vêtements de protection avec un système de refroidissement incorporé si besoin Isolation des surfaces chaudes (conduites, parois ) Mise en place de mesures techniques visant la limitation et le contrôle de l humidité de l air Placement, entre les surfaces chaudes et les salariés, d écrans pleins recouverts d aluminium (contre le rayonnement) Limitation du rayonnement : peindre en blanc ou, de préférence, en peinture aluminisée les surfaces chaudes telles que les parois d un four relatives aux premiers secours Information des salariés exposés des risques liés à la chaleur Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 3 sur 3

Pratique du chauffage

Pratique du chauffage Pratique du chauffage EN 26 FICHES-OUTILS Jack Bossard Jean Hrabovsky Philippe Ménard Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-057799-6 PRÉFACE Au nom de l AICVF, Association

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

HD32.2 WBGT Index HD32.3 WBGT-PMV. [ F ] - Indice WBGT - Indice PMV et PPD

HD32.2 WBGT Index HD32.3 WBGT-PMV. [ F ] - Indice WBGT - Indice PMV et PPD HD32.2 WBGT Index HD32.3 WBGT-PMV [ F ] - Indice WBGT - Indice PMV et PPD [ F ] [ F ] Description Le HD32.2 Indice WBGT est un instrument réalisé par Delta Ohm Srl pour l analyse de l indice WBGT (Wet

Plus en détail

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB.

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Trop FROID pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Il fait trop froid pour travailler Brrr! L hiver : les mauvaises conditions météorologiques,

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES Destinés essentiellement à protéger contre les salissures, les vêtements de travail permettent également de valoriser l image des entreprises (personnalisation

Plus en détail

UN BIEN ÊTRE GARANTI GRÂCE UN SYSTÈME D ÉTANCHÉITÉ À L AIR BIEN CONÇU. WWW.ISOCELL.AT

UN BIEN ÊTRE GARANTI GRÂCE UN SYSTÈME D ÉTANCHÉITÉ À L AIR BIEN CONÇU. WWW.ISOCELL.AT UN BIEN ÊTRE GARANTI GRÂCE UN SYSTÈME D ÉTANCHÉITÉ À L AIR BIEN CONÇU. On attend des revêtements extérieurs qu ils jouent le même rôle qu un imperméable, en protégeant la maison de la pluie, de la neige

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Qu est-ce que l humidité?

Qu est-ce que l humidité? L HUMIDITÉ...utile mais parfois nuisible Qu est-ce que l humidité? L humidité peut être relative ou absolue L humidité relative : Rapport de la pression effective de la vapeur d eau à la pression maximale.

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

ECO FRESH AIR. Le rafraichisseur. Rafraichisseur d air par évaporation. aération naturelle. économique et écologique de vos locaux

ECO FRESH AIR. Le rafraichisseur. Rafraichisseur d air par évaporation. aération naturelle. économique et écologique de vos locaux aération naturelle Le rafraichisseur économique et écologique de vos locaux Economiser jusqu à 80 % d énergie par rapport à une climatisation classique Confort et bien être dans vos locaux assuré avec

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Du côté de la loi. Quand chaud est-il trop chaud? Effets sur la santé. Valeurs limites d exposition : quelques chiffres d outre-mer.

Du côté de la loi. Quand chaud est-il trop chaud? Effets sur la santé. Valeurs limites d exposition : quelques chiffres d outre-mer. Du côté de la loi Quand chaud est-il trop chaud? Effets sur la santé Valeurs limites d exposition : quelques chiffres d outre-mer Prévention Le saviez- vous? Clin d œil scientifique En bref Du côté de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Des clients très majoritairement propriétaires

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation.

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. Ils doivent être régulés par un dispositif électronique intégré performant, ils

Plus en détail

LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE

LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE L'énergie est notre avenir, économisons-la! LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE L avis des Experts Economies d énergie : + Répartition homogène de la température et confort optimal. + Gain d espace

Plus en détail

(*) SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? 3/10/2014 U R E. POURQUOI se poser la question? Que faire?

(*) SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? 3/10/2014 U R E. POURQUOI se poser la question? Que faire? SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? Soirée d information 23 septembre 2014 Guides Énergie Neupré U R E UTILISATION RATIONNELLE (*) DES ÉNERGIES 1 * Démarche qui consiste à consommer moins d énergie

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Fiche d application : Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Date Modification Version 26 février 2014 Première version de la fiche 1 Préambule Cette fiche d application précise le

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie plancher chauffant basse température Solution plancher sec : L alternative pour les besoins du neuf et de la rénovation La solution plancher sec REHAU est dotée de toutes les caractéristiques du plancher

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

R-SUN Le toit canadien

R-SUN Le toit canadien SOLAIrE AÉrOTHErMIQUE Le toit canadien www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE Faire des d économies d énergie aujourd hui Avec 80 % de la consommation énergétique des ménages, le chauffage et la production

Plus en détail

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates.

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates. SOINS GENERAUX Lisez attentivement les étiquettes des vêtements Respectez toujours les recommandations des fabricants des machines à laver. Dissolvez bien les détergents pour que ceux-ci ne forment pas

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

1. Contexte de l étude

1. Contexte de l étude Sujet de PFE complet : Etude approfondie du traitement d air d un local de stockage papier (50 magasins d archives de 200m² unitaire) avec l optique d économie d énergie et de gestion des gradients de

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Fédération de l Industrie du Verre asbl Boulevard de la Plaine, 5-1050 Bruxelles Tél. : +32/(0)2/542-61-22 Fax : +32/(0)2/542-61-21 www.vgi-fiv.

Fédération de l Industrie du Verre asbl Boulevard de la Plaine, 5-1050 Bruxelles Tél. : +32/(0)2/542-61-22 Fax : +32/(0)2/542-61-21 www.vgi-fiv. La Fédération de l Industrie du Verre Constituée en 1947, la Fédération de l Industrie du Verre (FIV) regroupe la presque totalité des entreprises belges qui ont, à l échelle industrielle, une activité

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

produit La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G

produit La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G produit Information sur les chaudières fontes au sol La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G Weishaupt Thermo Unit G Le chauffage en toute simplicité

Plus en détail

Le bien-être absolu du vitrage chauffant

Le bien-être absolu du vitrage chauffant UNE INNOVATION DOSSIER DE PRESSE AOÛT 2015 Le bien-être absolu du vitrage chauffant CalorGlass, le premier vitrage chauffant conçu par RIOU Glass, concilie confort, santé, performances énergétiques, domotique,

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports;

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports; Arrêté royal du 10 octobre 2012 fixant les exigences de base générales auxquelles les lieux de travail doivent répondre (M.B. 5.11.2012, éd. 2; erratum: M.B. 20.3.2013, ed. 2) Transposition partiellement

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Caisson chauffant Teskad Anti-punaises Anti-puces Anti-mites. Manuel d'utilisation

Caisson chauffant Teskad Anti-punaises Anti-puces Anti-mites. Manuel d'utilisation Caisson chauffant Teskad Anti-punaises Anti-puces Anti-mites Manuel d'utilisation ATTENTION : bien lire les instructions avant d'utiliser le produit. IMPORTANT Pour votre sécurité lisez bien les instructions

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail