GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)"

Transcription

1 IDENTIFICATION Entreprise: Service/local/fonction : GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) FROID EXCESSIF AMBIANCE THERMIQUE MODEREE CHALEUR EXCESSIVE CONTRAINTE CONFORT CONTRAINTE Secteur industriel SECTEUR(S) Travail dans des locaux fermés Travail en extérieur Secteur industriel Travail en extérieur FACTEURS DE RISQUES OU FACTEURS D INCONFORT Exposition au froid excessif d origine climatique : métiers du bâtiment, horticulteurs, vendeurs étalage extérieurs, etc. Exposition au froid excessif d origine technologique :installations frigorifiques. Ambiance thermique inconfortable : combinaison inadéquate des paramètres climatiques primaires (température air, humidité relative air, vitesse air, rayonnement) et paramètres situationnels (charge physique et habillement) Exposition à la chaleur excessive d origine climatique : métiers du bâtiment, horticulteurs, vendeurs étalage extérieurs, etc. Exposition à la chaleur excessive d origine technologique : verrerie, métallurgie, four, etc. NÉCESSITÉ DE REALISER DES MESURAGES? Froid excessif d origine climatique : NON (variable d un jour à l autre en fonction de la météo). Froid excessif d origine technologique : NON (sauf exception car température, en général, connue et stable). Ambiance thermique inconfortable permanente : OUI (plaintes récurrentes tout au long de l année). Ambiance thermique inconfortable ponctuellement : NON (périodes de canicule par exemple). Chaleur excessive d origine climatique : NON (variable d un jour à l autre en fonction de la météo). Chaleur excessive d origine technologique : OUI (si exposition continue, 8h) PARAMETRES À MESURER (si nécessaire) Température minimale de l air «Ta» en degrés Celsius. Indices PMV-PPD : Norme ISO 7730 Indice permettant de prédire le pourcentage de personnes insatisfaites de l ambiance thermique. Indice WBGT : Norme ISO 7243 Indice différent de la température de l air. À ne pas confondre avec les degrés Celsius. NORMES ET VALEURS LIMITES (si des mesurages sont nécessaires et pour une exposition continue, 8h) Charge physique de travail Température de l air minimale (Ta C) Très légère (<117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Indice PPD Ambiance thermique < 10 % Confort thermique 10 à 27 % Ambiance thermique acceptable > 27 % Inconfort thermique Charge physique de travail Très légère (<117 watts) 29 Légère ( watts) 29 Moyenne ( watts) 26 Lourde ( watts) 22 Indice WBGT maximal Très lourde (>468 watts) 10 C Très lourde (>468 watts) 18 MESURES DE PREVENTION Froid excessif d origine climatique : Voir fiche n 1 Froid excessif d origine technologique : Voir fiche n 2 Ambiance thermique modérée : Voir fiche n 3 Chaleur excessive d origine climatique : Voir fiche n 4 Chaleur excessive d origine technologique : Voir fiche n 5 Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07 Emmanuel Fabiocchi Conseiller en Prévention Ergonome

2 FICHE N 1 : FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Température de l air minimale (Ta C) Très légère (< 117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Très lourde (> 468 watts) 10 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine climatique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Durant la période comprise entre le 1 er novembre et le 31 mars de l année suivante, les locaux de travail ouverts ainsi que les lieux de travail en plein air sont pourvus de dispositifs de ch auffage en nombre suffisant. Lorsque les conditions climatiques l exigent et en tout cas lorsque la température extérieure est inférieure à 5 C, ces dispositifs de chauffage doivent être mis en marche. Sous réserve de l accord préalable des représentants des travailleurs au CPPT/CCB ou, à défaut, de la délégation syndicale, ces appareils de chauffage peuvent être installés dans des locaux, dans des constructions provisoires ou à d autres endroits, afin d offrir la possibilité aux travailleurs de se réchauffer périodiquement. (Art.8) Par température extérieure inférieure à 5 C, il est interdit aux exploitants de magasins de détail d occuper des travailleurs aux comptoirs d exposition ou de vente placés à l extérieur et aux abords immédiats du magasin. Par température extérieure inférieure à 10 C, les travailleurs occupés aux dits comptoirs doivent disposer d un dispositif de chauffage suffisamment puissant, à moins que des mesures ne soient prises afin que ces travailleurs puissent se réchauffer régulièrement et aussi souvent que nécessaire. En outre, ces travailleurs disposent d un plancher permettant d éviter le contact direct avec le sol et ils sont protégés autant que possible contre les intempéries. Ces travailleurs ne peuvent effectuer ce travail avant 8 heures ou après 19 heures, ni pendant plus de 2 heures sans interruption d au moins 1 heure, ni pendant plus de 4 heures par jour. (Art.9) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée, quand ils sont occupés habituellement à l extérieur. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 1 sur 3

3 PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION AU FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de froid excessif d origine climatique organisationnelles Mise en place de méthodes de travail alternatives diminuant la nécessité de l exposition au froid excessif. Limitation des activités sédentaires et du travail immobile Mise à disposition, sans frais pour les travailleurs, de boissons chaudes appropriées Limitation du travail isolé Mise à disposition d un système de communication pour le personnel devant effectuer du travail isolé Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) techniques Mise à disposition de vêtements de protection contre le froid couvrant l ensemble du corps. Préférer plusieurs couches de vêtements à un seul épais. La couche la plus près du corps doit être isolante et éloigner l humidité de la peau afin de la maintenir sèche Mise à disposition de vêtements de travail adaptés aux conditions climatiques Assurer une bonne protection thermique de la tête et des extrémités : bonnet ou casque de sécurité avec doublure isolante, gants et chaussures anti-dérapantes et pourvues d une bonne isolation thermique Mise à disposition d un dispositif de chauffage Mise à disposition de moyens techniques pour assécher les vêtements de protection après usage Prévision d un temps de repos dans un local de repos chauffé (lorsque le médecin du travail l estime nécessaire) Mise à disposition de systèmes de protection contre les intempéries Mise à disposition d un plancher permettant d éviter le contact direct avec le sol Isolation des surfaces métalliques (risque d accident par contact avec des surfaces Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 2 sur 3

4 froides) relatives aux premiers secours Information des travailleurs exposés au sujet des risques liés au froid Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Locaux/services/Postes de travail concernés Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche01 Page 3 sur 3

5 FICHE N 2 : FROID EXCESSIF D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Température de l air minimale Très légère (< 117 watts) 18 C Légère ( watts) 16 C Moyenne ( watts) 14 C Lourde ( watts) 12 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine technologique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée lorsque, du fait de leur travail quotidien normal, ils sont exposés régulièrement au froid pour des raisons technologiques. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION AU FROID EXCESSIF D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de froid excessif d origine technologique organisationnelles Mise en place de méthodes de travail alternatives diminuant la nécessité de l exposition au froid excessif Limitation des activités sédentaires et du travail immobile Limitation du temps d exposition au froid Mise à disposition, sans frais pour les travailleurs, de boissons chaudes appropriées Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche02 Page 1 sur 2

6 Limitation du travail isolé Mise à disposition d un système de communication pour le personnel devant effectuer du travail isolé techniques Mise à disposition de vêtements de protection contre le froid couvrant l ensemble du corps. Préférer plusieurs couches de vêtements à un seul épais. La couche la plus près du corps doit être isolante et éloigner l humidité de la peau afin de la maintenir sèche Assurer une bonne protection thermique de la tête et des extrémités : bonnet ou casque de sécurité avec doublure isolante, gants et chaussures anti-dérapantes et pourvues d une bonne isolation thermique Réduction de la vitesse de l air à un niveau minimal, compatible avec le fonctionnement des installations Mise à disposition de moyens techniques pour assécher les vêtements de protection après usage Prévision d un temps de repos dans un local de repos chauffé (lorsque le médecin du travail l estime nécessaire) Isolation des surfaces métalliques (risque d accident par contact avec des surfaces froides) relatives aux premiers secours Information des salariés exposés au sujet des risques liés au froid Informer/former les travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/services/Postes de travail concernés Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche02 Page 2 sur 2

7 FICHE N 3 : AMBIANCE THERMIQUE MODÉRÉE Types de situations de travail en ambiance thermique modérée Lorsque l on parle d ambiance thermique modérée, il est généralement fait allusion à des locaux tels que des bureaux et du travail devant écran de visualisation dans lesquels les travailleurs ont un travail sédentaire évalué comme léger à très léger. Cependant, le travail dans des locaux fermés, où l ambiance thermique est modérée peut correspondre à une situation dans laquelle la charge physique peut être plus soutenue du fait de port de charges, de déplacements, de gestes répétitifs, etc. Ambiance thermique : confort et contrainte Le confort thermique peut être défini comme la satisfaction d un individu eu égard aux conditions thermiques de son environnement. Cet état de satisfaction, vis-à-vis de l environnement thermique, est dépendant des perceptions individuelles et influencé par l activité physique, l habillement et les niveaux et fluctuations des paramètres climatiques (température de l air, de rayonnement, de contacts, humidité et vitesse de l air). Il est illusoire d espérer satisfaire l ensemble des travailleurs au sujet de l ambiance thermique. La norme 1 de référence indique que dans une situation de confort idéale, au minimum 5% des personnes seront insatisfaites de l ambiance thermique. La contrainte thermique se présente lorsqu un lieu ou une méthode de travail expose un travailleur à des conditions susceptibles de générer un risque pour sa sécurité ou sa santé en raison de la chaleur (par ex. : verrerie, fonderie) ou du froid (par ex. : locaux réfrigérés). Arrêté royal du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques L AR de 2012 (Art.4) fait mention de la notion de confort thermique et renvoie vers la norme NBN EN ISO 7730 «Ergonomie des ambiances thermiques : détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV-PPD». Cependant, la législation relative aux ambiances thermiques fait également référence à des valeurs limites pour l exposition au froid (température de l air en degrés Celsius) et pour l exposition à la chaleur (Indice WBGT 2 ), en fonction de la charge physique de travail. Ces valeurs limites sont applicables dans le cadre d une situation de contrainte thermique mais non pour des ambiances thermiques modérées, dans lesquelles la notion de confort thermique est recherchée. Ces valeurs font également référence à une exposition des travailleurs durant une période représentative de leur activité mais non pour l évaluation de la contrainte thermique durant de très courtes périodes (contraintes climatiques vers le froid ou le chaud, canicule, etc.). Analyse du confort thermique : indices PMV et PPD L analyse du confort thermique par l intermédiaire de la détermination des indices PMV et PPD nécessite des mesurages des paramètres climatiques (température de l air et du globe noir (rayonnement), vitesse de l air et humidité relative) ainsi que l évaluation de la charge physique et de l isolement vestimentaire. A l aide d un logiciel 3 adéquat, ces différentes données sont combinées et permettent de déterminer l indice PMV (Prédicted Mean Vote) qui prédit la valeur moyenne des votes d un grand groupe de personnes sur l échelle : +3 très chaud/+2 chaud/+1 légèrement chaud/0 ni chaud, ni froid/-1 légèrement froid/-2 froid/-3 très froid. De l indice PMV est déduit l indice PPD (Predicted Percentage of Dissatisfied) qui prédit quantitativement le pourcentage de personnes insatisfaites, car trouvant l ambiance thermique trop chaude ou trop froide et qui voteraient -3, -2, +2, +3. L indice PPD permet d évaluer le confort thermique, en fonction du pourcentage prévisible de personnes insatisfaites. 1 Norme NBN EN ISO 7730 (1996) Ambiances thermiques modérées Détermination des indices PMV et PPD et spécifications des conditions de confort thermique (ISO 7730 : 1994). 2 Wet Bulb Globe Temperature. A ne pas confondre avec la température de l air. 3 Par exemple, le logiciel de calcul des indices PMV-PPD du Professeur J. Malchaire, UCL Unité Hygiène et Physiologie du travail. Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 1 sur 3

8 Voir tableau ci-dessous : Indice PPD Ambiance thermique <10 % Confort thermique 10 à 27 % Ambiance thermique acceptable >27 % Inconfort thermique Interprétation de l indice PPD La réalisation de ce type d analyse est pertinente dans le cas de plaintes récurrentes concernant l ambiance thermique dans des situations habituelles de travail dans des bureaux ou locaux non industriels mais non pour des périodes de courtes durées (périodes de fortes chaleurs ou de froid d origine climatique). POINTS D ATTENTION VISANT A FAVORISER LE CONFORT THERMIQUE DANS UNE AMBIANCE THERMIQUE MODEREE techniques Régler les systèmes de chauffage, conditionnement d air ou climatisation de manière, à ce que dans les locaux, les paramètres suivants soient stables et se situent dans les intervalles proposées : Température de l air : ο Entre 20 et 24 C en hiver, pour un travail sédentaire ο Entre 23 et 26 C en été, pour un travail sédentaire Vitesse de déplacement de l air : ο 0,15 m/s en hiver, pour un travail sédentaire ο 0,25 m/s en été, pour un travail sédentaire ο 1 m/s maximum lors d un travail en continu debout et pour un travail lourd physiquement ο 3 m/s maximum lors d un travail intermittent ο 10 m/s lors d une exposition de courte durée Humidité relative de l air : ο Entre 45 et 60%, à une valeur d autant plus basse dans cette intervalle que la température de l air est élevée Apport d air neuf : ο 30 m³ par heure et par travailleur Au cas où les indices PMV-PPD révèlent un pourcentage d insatisfaits supérieur à 10%, il est nécessaire de corriger un ou plusieurs de ces paramètres. Amélioration de la température de l air et de l humidité : Réduisez les entrées de chaleur ou de froid vendant de l extérieur : ο Par les murs et la toiture ο Par les parois vitrées Réduisez les apports de chaleur ou de froid intérieurs : ο Calfeutrez les surfaces froides Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 2 sur 3

9 ο ο ο Isolez les surfaces chaudes (conduites, parois, ) Evacuez les gaz chauds et humides (surtout les gaz de combustion) Eliminez toutes les fuites d eau et de vapeur Réduction du rayonnement de chaleur : Placez des stores extérieurs sur les surfaces vitrées soumises au rayonnement solaire important. Ceux-ci devront être abaissés avant l arrivée du rayonnement solaire sur les baies vitrées. Des stores intérieurs n empêchent pas la chaleur d entrer dans les locaux. Amélioration de la vitesse de l air : La vitesse de l air ne doit être : ο Homogène dans le local. L emplacement des postes de travail doit tenir compte de l emplacement des bouches de pulsion. ο Ni trop élevée ο Ni trop faible ο Les courants d air vers le visage, la nuque ou les pieds doivent être évités car la sensation de fraîcheur à court terme peut être associée à des douleurs musculaires à moyen terme ο Si le local est ventilé avec de l air extérieur, réchauffez celui-ci à la température de confort correspondant à l activité du ravailleur. ο Ventilez avec de l air extérieur, éventuellement réchauffé à la température de confort correspondant à l activité du travailleur. Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche03 Page 3 sur 3

10 FICHE N 4 : CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE CLIMATIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Indice WBGT maximal Très légère (< 117 watts) 29 C Légère ( watts) 29 C Moyenne ( watts) 26 C Lourde ( watts) 22 C Très lourde (> 468 watts) 18 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition au froid d origine climatique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. (Art.6) Lorsque les valeurs d action sont transgressées, l employeur prend les mesures suivantes : 1. Si le dépassement continue, l employeur installe dans un délai de 48 heures prenant cours au moment de la constatation du dépassement, dans les locaux de travail, des dispositifs de ventilation artificielle ; 2. Si dépassement continue au-delà du délai mentionné au point 1, l employeur établit un régime de présence limitée au poste de travail et des temps de repos ; 3. L employeur veille à la distribution, sans frais pour les travailleurs, de boissons rafraîchissantes, conformément à l avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail, afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail. (Art.13) Les travailleurs sont protégés contre les rayonnements solaires par toute installation qui s y prête ou en adaptant l organisation du travail. Les travailleurs exposés à un rayonnement solaire direct disposent d équipements de protection collectifs ou individuels. (Art.14) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée, quand ils sont occupés habituellement à l extérieur. (Art.16) Les travailleurs qui sont exposés au froid excessif reçoivent des informations et une formation en rapport avec ces risques. (Art.18) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION A LA CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE CLIMATIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche04 Page 1 sur 2

11 Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de chaleur excessive d origine climatique organisationnelles Mise en place d un horaire décalé Réduction/report du nombre des travaux les plus lourds physiquement Adaptation des pauses de récupération Mise à disposition de boissons rafraichissantes/hydratantes à C Limitation du travail en extérieur exposé au soleil Rotation des tâches Evitement de toutes formes de travail isolé techniques Réduction de la charge physique par l utilisation des aides mécaniques à la manutention Aménagement de zones de repos (travail intérieur) ou d abris (travail extérieur) à température ambiante confortable Mise à disposition de ventilateurs ou autres dispositifs (climatiseur mobile, etc.) en cas de travail intérieur Mise à disposition de protection solaire (couvre-chef, crème solaire etc.) en cas de travail extérieur Mise à disposition de vêtements de travail adaptés aux conditions climatiques relatives aux premiers secours Information des salariés exposés des risques liés à la chaleur Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Programmation de solutions de raccompagnement d un travailleur en cas de symptômes en fin de journée Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche04 Page 2 sur 2

12 FICHE N 5 : CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Obligations légales selon l AR du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques Valeurs d action d exposition (Art.5). Charge physique de travail Indice WBGT maximal Très légère (< 117 watts) 29 C Légère ( watts) 29 C Moyenne ( watts) 26 C Lourde ( watts) 22 C Très lourde (> 468 watts) 18 C Lorsque les températures régnantes peuvent transgresser les valeurs d action, l employeur procède préalablement, sur base de l analyse des risques, à l établissement d un programme de mesures techniques et organisationnelles afin de prévenir ou de limiter au minimum l exposition à la chaleur excessive d origine technologique et les risques qui en découlent. Ce programme est à joindre au plan global de prévention. Parmi les mesures organisationnelles, une alternance de périodes de présence au poste de travail et de périodes de repos dans des locaux de repos, est prévue et déterminée en fonction de certaines normes : 1. NBN EN ISO 7243 Estimation de la contrainte thermique sur base de l indice WBGT 2. Norme NBN EN ISO 7933 Détermination de la contrainte thermique fondée sur le calcul de l astreinte thermique prévisible (Indice PHS) 3. NBN EN ISO 9886 Evaluation de l astreinte thermique par mesures physiologiques Si l employeur ne désire pas appliquer ces normes, l alternance des périodes de présence au poste de travail et des temps de repos est fixée après avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail et après accord préalable du CPPT/CCB. Si cette alternance ne peut être fixée tel que cité ci-dessus, elle sera fixée conformément aux dispositions d une convention collective de travail conclue dans la commission paritaire dont relève l employeur. Si l employeur ne désire pas appliquer ces différentes possibilités, il applique les dispositions reprises à l annexe I. (Art.6) Alternance du travail 45 min travail 15 min repos 30 min travail 30 min repos Travail léger Valeur de l indice WBGT Travail mi-lourd Travail lourd Travail très lourd 29, ,5 21 Annexe I de l AR du 4 juin 2012 Lorsque, dans les locaux de travail fermés, la chaleur excessive d origine technologique due à la convection est établie et que les valeurs d action sont transgressées au niveau du poste de travail comportant la charge la plus lourde, l employeur installe des dispositifs de ventilation artificielle ou un système d aspiration conformément aux dispositions concernant l aération des lieux de travail. (Art.10) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 1 sur 3

13 Lorsque la chaleur excessive d origine technologique est causée par des rayonnements et que les valeurs d action sont transgressées, des écrans de protection ou des vêtements de protection réfléchissants ou des vêtements de protection avec un système de refroidissement incorporé sont utilisés. o o Si ces mesures prescrites ne peuvent pas être prises ou s avèrent inefficaces, la durée de l exposition à la chaleur est réduite. Cette réduction est opérée en alternant des périodes de présence au poste de travail concerné avec des temps de repos sur place ou dans des locaux de repos, qui répondent aux prescriptions relatives aux salles de récupération. (Art.11) L employeur veille à la distribution, sans frais pour les travailleurs, de boissons rafraîchissantes, conformément à l avis du Conseiller en Prévention Médecin du Travail, afin de compenser la déshydratation résultant des conditions de travail. (Art.12) Surveillance de santé : les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée lorsque, du fait de leur travail quotidien normal, ils sont exposés régulièrement à la chaleur pour des raisons technologiques. (Art.16) PROGRAMME DE MESURES TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELLES VISANT A LIMITER L EXPOSITION A LA CHALEUR EXCESSIVE D ORIGINE TECHNOLOGIQUE Entreprise SIPPT médecin du travail Date de mise en application Date de la dernière mise à jour Mise en exécution du programme Lorsque les valeurs d action sont transgressées de prévention en cas de chaleur excessive d origine technologique organisationnelles Alternance de périodes de présence au poste de travail et des temps de repos dans un local dont l ambiance thermique est modérée Mise à disposition de boissons rafraichissantes/hydratantes à C Rotation des tâches Evitement de toutes formes de travail isolé techniques Généralisation de l utilisation des aides mécaniques à la manutention Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 2 sur 3

14 Mise à disposition de vêtements de protection réfléchissants (en cas de rayonnement) Mise à disposition de vêtements de protection avec un système de refroidissement incorporé si besoin Isolation des surfaces chaudes (conduites, parois ) Mise en place de mesures techniques visant la limitation et le contrôle de l humidité de l air Placement, entre les surfaces chaudes et les salariés, d écrans pleins recouverts d aluminium (contre le rayonnement) Limitation du rayonnement : peindre en blanc ou, de préférence, en peinture aluminisée les surfaces chaudes telles que les parois d un four relatives aux premiers secours Information des salariés exposés des risques liés à la chaleur Information/formation des travailleurs au sujet des mesures de 1ers secours Locaux/Services/Poste(s) de travail et/ou fonction(s) concerné(s) Emmanuel FABIOCCHI, Conseiller en Prévention Ergonome Version INF_SCIENT_FICHE_FAP_07_Fiche05 Page 3 sur 3

RISQUE THERMIQUE LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL

RISQUE THERMIQUE LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL LE RISQUE THERMIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL 1. Définition Le travail à la chaleur n a pas de définition réglementaire. Toutefois le travail pour des températures > 30 C pour une activité sédentaire, et

Plus en détail

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6 Climat des locaux Climat des locaux Page 1 sur 6 Dangers principaux Composition de l air / proportion d air frais L atmosphère qui nous entoure contient 21 % d oxygène, 78 % d azote, de petites quantités

Plus en détail

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL A la suite du phénomène caniculaire durant l été 2003, le gouvernement a décidé la mise en place d un plan canicule afin d anticiper et gérer ces

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque

Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque 1ère journée Jean BERTRAN PARIS Le 26 septembre 2013 Professeur Alain CHAMOUX, Université d Auvergne, CHU Clermont-Ferrand

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Guide. Confort thermique à l intérieur d un établissement

Guide. Confort thermique à l intérieur d un établissement Guide Confort thermique à l intérieur d un établissement Confort thermique à l intérieur d un établissement Ce guide a été préparé par la Direction de la prévention-inspection de la CSST, en collaboration

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Pratique du chauffage

Pratique du chauffage Pratique du chauffage EN 26 FICHES-OUTILS Jack Bossard Jean Hrabovsky Philippe Ménard Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-057799-6 PRÉFACE Au nom de l AICVF, Association

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 1.4 Critères de confort PRINTEMPS 2013 Stéphan Truong Gestionnaire de la formation pour le compte de Bruxelles Environnement TRAINING.IBGEBIM@ecorce.be

Plus en détail

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB.

pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Trop FROID pour travailler? Des solutions existent! Parlez-en avec votre délégué Centrale Générale de la FGTB. Il fait trop froid pour travailler Brrr! L hiver : les mauvaises conditions météorologiques,

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT THERMIQUE DES OCCUPANTS

GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT THERMIQUE DES OCCUPANTS DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DOMAINE : ADMINISTRATION Politique : Installations scolaires, ouverture et fermeture d écoles ADM.10.4 En vigueur le : 30 octobre 2015 Révisée le : GESTION ÉNERGÉTIQUE ET CONFORT

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

la population concernée

la population concernée les ambiances thermiques la population concernée la population exposée aux ambiances froides personnel travaillant : dans des bureaux mal chauffés dans des ateliers insuffisamment chauffés à un poste de

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier

Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Fiche d application : Limites d application de la RT2012 au titre de l article Ier Date Modification Version 26 février 2014 Première version de la fiche 1 Préambule Cette fiche d application précise le

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Infrastructure ITVI 2012 Instructions techniques concernant

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Limites d application de la RT2005

Limites d application de la RT2005 Fiche d application : Limites d application de la RT2005 Date Modification Version 1 er avril 2009 9 1 er juillet 2013 Précisions sur les bâtiments existants détruits puis reconstuits 9.1 Préambule Cette

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE Juin 2012 SERVICE PRESSE : Elodie HERNANDEZ 06.73.04.54.05 press@villa-luxe-sarlat.com PROPRIETAIRE : Yves BLAVIGNAT 06.78.85.64.25 www.villa-luxe-sarlat.com

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011)

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011) Arrêté étendant le champ d application des conventions collectives de travail pour les métiers de la métallurgie du bâtiment soit : CCT pour le métier d installateur en chauffage, ventilation et climatisation,

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier: Conception d un bâtiment adapté à son climat Le confort d été dans la RT 2012 Dominique CACCAVELLI CSTB 2 RT 2012 : les trois exigences de performance globale Exigence d efficacité énergétique

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Les économies d énergie avec Synco

Les économies d énergie avec Synco Les économies d énergie avec Synco Conseils et astuces pour l utilisateur final *Des réponses pour les infrastructures Answers for infrastructure*. 1 2 Sommaire Situation actuelle et potentiels d économie...

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (Hygiène, OLT 3) 822.113 du 18 août 1993 (Etat le 1 er mai 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Aventa eco Aventa comfort compact comfort comfort RC vario * avec TG 1000 sinus. ** mode chaud possible à partir d une température extérieure

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

AMBIANCES DE TRAVAIL FAISONS RESPECTER LE DROIT!

AMBIANCES DE TRAVAIL FAISONS RESPECTER LE DROIT! AMBIANCES DE TRAVAIL FAISONS RESPECTER LE DROIT! Trop chaud? Trop froid? Trop sombre?...dans la fonction publique, c est la réglementation du Code du travail qui fait loi sur ces questions. La loi n est

Plus en détail

Le chauffage par conduits minimalistes : une solution innovante pour les logements en copropriété

Le chauffage par conduits minimalistes : une solution innovante pour les logements en copropriété Volume 28, numéro 2, septembre 2014 Le chauffage par conduits minimalistes : une solution innovante pour les logements en copropriété Depuis déjà plusieurs années, de nombreux logements peuvent être chauffés

Plus en détail

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION 1. Recommandations aux travailleurs Travail à la chaleur / dossier complet INRS http://www.inrs.fr/risques/chaleur/travail-exterieur-fortes-chaleur-ete.html http://www.inrs.fr/risques/chaleur/prevenir-risques.html

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Le confort d été des bâtiments en bois a fait l objet, fin 2011, de quatre journées en région PACA (Provence - Alpes

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Confort thermique FICHE TECHNIQUE

Confort thermique FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Confort thermique 2 4 6 CONNAÎTRE > Qu est-ce que le confort thermique? > Les paramètres du confort thermique > Créer les conditions du confort thermique REGARDER > Isolation des parois

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

LE CHAUFFAGE PAR LE SOL

LE CHAUFFAGE PAR LE SOL LE CHAUFFAGE PAR LE SOL Toute votre maison chauffée de manière confortable VOUS BENEFECIEZ D UNE CHALEUR AGREABLE : L air chaud s élève. C est précisément là que réside le problème d un chauffage par radiateurs

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Table des matières. Introduction. Mesurer l exposition à la chaleur

Table des matières. Introduction. Mesurer l exposition à la chaleur Public cible Ce guide se veut une ressource pratique pour les membres et les représentants des comités de santé et de sécurité au travail, les employés, les superviseurs et les gestionnaires et gérants.

Plus en détail

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower On parle de «derating» en température lorsque l onduleur réduit sa puissance afin de protéger les composants contre toute

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (OLT 3) (Protection de la santé) 1 822.113 du 18 août 1993 Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail

Plus en détail

Abri. Abri-Ombre-Espace-Lumière

Abri. Abri-Ombre-Espace-Lumière Abri-Ombre-Espace-Lumière Optimiser et agrandir son espace de vie en créant une ambiance intime, chaleureuse et accueillante, profiter agréablement de l extérieur de sa maison, offrir au public des espaces

Plus en détail

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie plancher chauffant basse température Solution plancher sec : L alternative pour les besoins du neuf et de la rénovation La solution plancher sec REHAU est dotée de toutes les caractéristiques du plancher

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN

Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN Le confort d été en construction ossature bois Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables Spécialisé en passif

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles Voir la fiche secteur tertiaire

Plus en détail

Vitrages isolants hautes performances

Vitrages isolants hautes performances RIOU Glass Infos Vitrages isolants hautes performances Les vitrages isolants fonctionnels peuvent être 2 à 3 fois plus performants que des vitrages isolants standards, en termes d isolation thermique ou

Plus en détail

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LES BALAIS ESSUIE-VITRES LA BATTERIE LA CONTREFAÇON L ÉCHAPPEMENT L ÉCLAIRAGE LE FILTRE À PARTICULES LE FREINAGE LA GAMME PEUGEOT DE PIÈCES D ORIGINE LES LUBRIFIANTS

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX Je soussigné(e) : Représentant(e) de la société Située à : Numéro Voie Lieu-dit Localité Code postal : ---- BP

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO La Direction nous a proposé la charte sur les conditions de travail que vous trouverez ci-joint. En bleu les observations qui ont été faites sur

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Ça chauffe un peu, beaucoup, trop?!

Ça chauffe un peu, beaucoup, trop?! Service public de l emploi SPE Amt für den Arbeitsmarkt AMA Ça chauffe un peu, beaucoup, trop?! Effets de la chaleur sur la santé Christophe Iseli Chef de l'inspection du travail / Hygiéniste du travail

Plus en détail

Climatiser et chauffer plusieurs pièces avec un seul appareil,

Climatiser et chauffer plusieurs pièces avec un seul appareil, Climatiser et chauffer plusieurs pièces avec un seul appareil, caché dans les combles ou faux plafonds, invisible de l intérieur et sans compresseur extérieur. ECONOMIES D ÉNERGIE LES AVANTAGES Villa Clim

Plus en détail

ISOPRÉ. Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur

ISOPRÉ. Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur ISOPRÉ 2 3 Choisir L ISOPRÉ C est bénéficier des avantages du prémur : Une solution sur-mesure Optimisation de la main-d œuvre et réduction des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Contrainte thermique Les effets sur le corps

Contrainte thermique Les effets sur le corps Un partenariat Contrainte thermique Les effets sur le corps La contrainte thermique, par la chaleur ou par le froid, enclenche des mécanismes physiologiques de régulation permettant au corps de maintenir

Plus en détail

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DESCRIPTION D UN CIRCUIT DE CHAUFFAGE A EAU CHAUDE LE SENS DE LA PENTE LE RADIATEUR EN FONTE

Plus en détail

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive Informations sur la smart fortwo electric drive Faits : La smart fortwo electric drive utilise-t-elle le freinage par récupération pour recharger la batterie? Quand le conducteur touche pour la première

Plus en détail

1. Risques liés aux situations de co-activité

1. Risques liés aux situations de co-activité A LA CHARGE DE L EMPLOYEUR EN Annexe 1 MATIERE D EVALUATION DES RISQUES 1. Risques liés aux situations de co-activité Il s agit d articuler le document unique avec les instruments prévus par : - le décret

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

Principe de ventilation

Principe de ventilation Principe de ventilation Cadre législatif et normatif Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 15/11/2013 - Page 1 Pourquoi

Plus en détail