ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21"

Transcription

1 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : Secrétariat : Brigitte BARRIER poste Fax : ou Préambule Cette note d information traite de cas concrets d éclairages présents dans des salles de classe. Cette étude à été réalisée principalement dans des écoles maternelles ou élémentaires, avec les Agents Chargés de la Mise en Oeuvre des règles d hygiène et de sécurité, et fait suite aux travaux entrepris par des Délégués Départementaux de l Éducation Nationale. Sommaire - Introduction - Éclairage naturel - Éclairage artificiel - Conclusion Nota : Le contenu de cette note d information s inspire des différentes publications existantes dans le domaine de l hygiène et de la sécurité, et des textes réglementaires ; il ne saurait s y substituer. Les textes réglementaires sont repérés en caractères italiques 1

2 1 INTRODUCTION Photo a Dans nos visites, nous avons privilégié des écoles de construction récente ou des écoles dont l éclairage à été rénové récemment, ayant été repérées comme présentant des installations remarquables. Sont souvent pris comme modèles des lieux où les choix résultent d une concertation impliquant l équipe éducative. Quelques exemples détaillés dans cette étude prouvent qu il existe encore des classes où beaucoup reste à faire. 2- ÉCLAIRAGE NATUREL Ce paragraphe évoque les positions et dimensions des fenêtres et baies vitrées ainsi que les dispositifs d occultation par rapport au rayonnement solaire. 2-1 Position des fenêtres Salle d école ancienne (photo a) affectée aux élèves de maternelle : seule l enseignante debout a la possibilité de voir au dehors. Cette disposition est particulièrement mal adaptée à de jeunes enfants, la salle étant refermée sur elle même, sans qu il soit possible de bénéficier de vue sur les espaces verts des alentours. Photo b La hauteur d allège va conditionner le rapport dedans dehors entre les occupants du lieu et leur environnement. Dans les écoles anciennes, souvent construites au début du siècle, la hauteur d allège est importante, empêchant les élèves d avoir une vue complète sur l extérieur (ce qui était sans doute une volonté de l époque pour que le regard ne soit pas distrait). La croissance des arbres situés à proximité des fenêtres à aussi dégradé l apport d éclairage naturel dans certains établissements. Dans cette école récente (photo b), des baies vitrées descendent jusqu au sol. Elles occupent la totalité du mur dans cette salle dédiée à l enseignement élémentaire, à la satisfaction de chacun. Cette disposition permet également d avoir un accès direct à la cour (pouvant être une issue incendie). Une avancée ( 2-2) forme un pare-soleil horizontal, empêchant une insolation directe de la pièce. 2

3 d insolation, éblouissement et élévation de température. Auvents pare-soleil Photo c Les baies vitrées sont ici (photo c) situées dans un angle de la pièce, renforçant le sentiment d intimité et de calme dans cet espace dédié aux travaux d arts plastiques des plus jeunes élèves. Photo e Cette disposition (photo e) limite l insolation directe. L espace situé près des baies peut être occupé, mais il est nécessaire que la surface vitrée soit importante pour compenser l atténuation de l intensité du rayonnement solaire entrant. Occultation par rideaux Cette occultation est d une mise en œuvre simple, et facilement ajustable. Photo d Dans cette salle (photo d) réservée aux enfants de maternelle, on remarque que les baies vitrées ont été partiellement occultées par des étagères et des chevalets. Nous avons constaté que les besoins en espaces de rangement et en surface dédiées à l affichage étaient dans ces classes très importants. Certaines dispositions architecturales ne sont pas unanimement appréciées des enseignants et sont parfois, comme ici, détournées. 2-2 Dispositifs d occultation Si le rideau est placé à l intérieur de la pièce, il ne règlera que partiellement les problèmes d élévation de température (effet de serre entre la vitre et le rideau). Un rideau ne peut être disposé devant une porte considérée comme issue de secours (seuls sont tolérés ceux fixés sur le battant) Les rideaux doivent être au moins de classe M2, ils sont donc généralement opaques, ce qui présente un avantage pour une occultation totale nécessaire lors d une projection par exemple, mais oblige à compléter par un éclairage artificiel, situation paradoxale, dans les autres cas. Si l on tient compte des périodes d occupation des classes, ce sont principalement les expositions comprises entre le Sud-Est et le Sud-Ouest qui occasionneront des problèmes 3

4 Store extérieur parallèle à la fenêtre (photo f) : empêchant les rayons solaires de passer à travers la vitre il limite l élévation de température. Ce store réglable permet un ajustement de la position en fonction de la position du soleil. 3 - ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL 3.1 Bureau d enseignant tables d élèves photo h Photo f L enseignant fait remarquer qu il est souvent amené, par temps ensoleillé à occulter totalement la fenêtre, et donc à revenir à un éclairage artificiel (photo f). Réaménagement de l éclairage dans des bâtiments anciens (photo h), respectant la note de calcul établie par un des D.D.E.N du Loir et Cher. L intensité lumineuse est très satisfaisante sur les tables (400lux) Les tubes fluorescents donnent un éclairage blanc offrant un bon rendu des couleurs ; placés dans l axe du regard l éblouissement est réduit. Le tableau dispose d un éclairage quasi uniforme (grâce à l éloignement des tubes et à la présence de réflecteur) de plus de 500lux (photo h). Photo g Dans cette école (photo g), un store translucide à été installé. Il est facilement ajustable et permet de limiter l éblouissement en continuant de bénéficier d un éclairage naturel diffus. Il constitue une bonne solution. Des stores opaques intérieurs deviennent nécessaires si la salle est utilisée pour faire des projections. Photo i La mise en place d un plafond suspendu, lors de la rénovation de cette classe d école ancienne (photo i) a permis de réduire la réverbération acoustique. 4

5 Sont intégrés dans le plafond les dispositifs d éclairage de la salle ainsi que les bouches de ventilation. Les rampes d éclairage du tableau y sont également incorporées, ce qui a permis de dégager l espace supérieur pour y afficher une fresque (photo i). L éclairage indirect est produit par un spot dont la lumière se réfléchit sur un plafond peint en jaune, complété par une applique au mur (photo l). Ils produisent une lumière de très faible intensité (le luxmètre indique 60 lux) et fortement colorée, condition particulièrement médiocre pour faire ses premiers dessins (photo m)! Photo m Photo j Lorsque les tubes sont positionnés perpendiculairement à la direction du regard (photo j), on constate, en prenant le point de vue de l enfant, que la source lumineuse est éblouissante (absence de grille sur le luminaire). Le sonomètre indique 75 db (photo m), valeur relativement élevée due à une forte réverbération sonore dans cette salle. 3-2 Couloirs - lieux d accueil Photo k Un type d éclairage (photo k) devenu rare mais encore présent (cette salle de collège est peu utilisée) : lampe à incandescence fournissant une lumière à forte dominante colorée et de très faible intensité (moins de 50 lux), particulièrement mal répartie. Photo l La qualité de l éclairage y est particulièrement importante, pour l agrément de chacun, mais aussi parce que ces lieux sont souvent difficiles à surveiller, et il ne convient pas d y laisser subsister des coins sombres. 5

6 Parmi les dysfonctionnements les plus fréquemment rencontrés : Photo n Éclairage très médiocre et coûteux (puissance cumulée importante et changement fréquent des ampoules) par bloc muraux équipés de lampes à incandescence dans un couloir de collège(photo n). Cette installation est progressivement remplacée dans cet établissement par des tubes fluorescents fixés au plafond. - emplacement du tableau mal choisi (problème d écart de luminance important par rapport à l environnement ou parfois présence de reflets parasites, sur les écrans blancs en particulier) - éclairage globalement insuffisant - répartition de l éclairage très inégale sur la totalité de la surface du tableau - un vieillissement des tubes et lampes atténuant leur efficacité 70 lux 3-3 Sanitaires photo p Le tableau est entouré de baies vitrées (photo p); d autre part il ne dispose pas d éclairage spécifique, il est donc, en plein jour, sur ce pan de mur, l élément le moins lumineux. Certaines écritures, de couleur rouge entre autre, risquent d être quasi illisibles pour les élèves les plus éloignés (photo p). photo o Un choix architectural (photo o) contestable (même si l on tient compte du très jeune âge des élèves) Tableau Les exemples qui suivent proviennent tant d écoles maternelles, élémentaires que de collèges. La qualité de l éclairage aura d autant plus d importance si le tableau est utilisé fréquemment et/ou si la distance entre celui-ci et les élèves les plus éloignés est grande. Photo q 6

7 La rampe lumineuse (photos q et r) d une puissance sans doute suffisante, est ici placée trop près du tableau et ne comporte pas de déflecteur. 700 lux 200 lux 200 lux 100 lux Photo r L intensité lumineuse est très inégalement répartie (photos q et r). Photo t La position de l éclairage est convenable, mais ne facilite pas l affichage en partie supérieure du tableau (photo t). 340 lux 200 lux 140 lux 120 lux On remarque que ce dispositif est dépourvu de déflecteur limitant les performances des tubes fluorescents, le faisceau lumineux n étant pas concentré sur la surface du tableau. Il nécessite un nettoyage et probablement un changement des tubes ayant atteint leur durée de vie nominale (les performances de l ensemble étaient médiocres eu égard à la puissance électrique). Photo s Dans cette salle (photo s) les enseignants ont indiqué qu un second tableau avait été ajouté à leur demande, mais l éclairage initial est demeuré 4 CONCLUSION Si l on se réfère aux préconisations actuelles en matière d éclairage, on constate que beaucoup d installations de salle de classe méritent d être repensées. Lors de nos visites, nous avons constaté qu une attention toute particulière était à accorder aux tableaux, supports essentiels de l aide mémoire pédagogique. De larges zones sont soit trop sombres, soit trop brillantes et donc difficilement lisibles. 7

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique Tuttlingen, novembre 2011 - La nouvelle CHROMOPHARE Génération

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Notice du logiciel Dialux evo

Notice du logiciel Dialux evo Notice du logiciel Dialux evo Version janvier 2014 Notice Dialux Evo 2.0 et 3.0 Page 1 Sommaire I. Démarrage et configuration du logiciel :... 3 I.1 Lancement du logicel :... 3 I.2 Paramétrage du logiciel

Plus en détail

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces www.loir-et-cher.cci.fr Commerce et Services L A.B.C. de l accessibilité des commerces Au 1 er janvier 2015, tout commerce devra être accessible à toute personne souffrant de tout handicap (Loi du 11 février

Plus en détail

L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912

L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912 L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912 M. FORTIER 1, M. DUSSAULT 2, D. NAUD 3 2005-01 INSTRUCTIONS COMPLÈTES Photo : Marcel Dussault (MAPAQ) 1. MICHEL FORTIER, ingénieur, Direction régionale Chaudière-Appalaches

Plus en détail

Confort d été. Fiche technique

Confort d été. Fiche technique Fiche technique Confort d été 2 7 9 Connaître Les moyens d améliorer le confort d été Regarder Limiter l apport thermique solaire Protection par rapport aux apports solaires directs et indirects. Limiter

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Un tube fluo de 1.500 mm et de 58 W consomme 68 W avec son ballast. Dans certains cas, il pourrait être

Plus en détail

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Guide de l éclairage to energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Sommaire Pour y voir plus clair 3 L essentiel en bref 4 Comparatif anciennes/nouvelles ampoules 6 Ampoules basse consommation

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Le verre de l habitat durable.

Le verre de l habitat durable. Création Image & Stratégie Illustrations A. Lainé / P. Chédal Saint-Gobain Glass France RCS Nanterre B 998 269 211 - G1-DOC0001/07-12 90000 Sous réserve de modifications Le verre de l habitat durable.

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études B.E.G. LUXOMAT d implantation LUXOMAT d implantation pour électriciens et bureau d études Indexe Profitez des nombreuses années d expérience de B.E.G. pour planifier et installer avec succès et en toute

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

Le travail sur écran en 50 questions

Le travail sur écran en 50 questions ? Le travail sur écran en 50 questions L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base énovation.4..escalie. 4.1 Concept de base S assurer que l emplacement des escaliers soit uniforme d un étage à l autre pour que leur localisation soit prévisible. egrouper l'escalier et les principaux

Plus en détail

Eclairage artificiel

Eclairage artificiel Eclairage artificiel Directions de lumière Effets de la source Mise en Scène Mise en Valeur Eléments de Projet Directions de lumière La composition lumineuse d une scène suppose la maîtrise des directions

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» Sources : syndicat de l éclairage et CNIDEP A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales L éclairage a pour vocation : - D assurer de bonnes conditions de travail,

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE TECHNIQUE n 48 Préambule JANVIER 2013 Cette note technique rappelle, en les actualisant, les principales réglementations relatives à la sécurité incendie qui s appliquent

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour.

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. valable à partir du 1.2.2014 La lumière sert bien plus qu au simple éclairage. Alors qu à l origine, la lumière artificielle était destinée avant tout à

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Détecteur de mouvement images

Détecteur de mouvement images Détecteur de mouvement images Vous venez d acheter un détecteur de mouvement images pour l associer à votre système d alarme Somfy et nous vous en remercions. Ce détecteur de mouvement images est compatible

Plus en détail

Efficacité énergétique de l éclairage pour petites et moyennes entreprises

Efficacité énergétique de l éclairage pour petites et moyennes entreprises Efficacité énergétique de l éclairage pour petites et moyennes entreprises Contenu 1. Introduction 3 Applications classiques 3 2. Contrôle rapide 4 Marche à suivre 4 Commentaires sur les questions 4 Di

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Auteur : Muriel DUPRET. Juin 2006

Auteur : Muriel DUPRET. Juin 2006 Notes techniques et réflexions Confort d été : comment réduire les apports internes dans les bâtiments de bureaux Auteur : Muriel DUPRET Juin 2006 Ingénierie énergétique 26160 FELINES S/RIMANDOULE TEL

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

DeS DeVaNtUreS. Tout ce qu il faut savoir pour favoriser la cohérence d ensemble de l aménagement urbain

DeS DeVaNtUreS. Tout ce qu il faut savoir pour favoriser la cohérence d ensemble de l aménagement urbain charte DeS DeVaNtUreS commerciales www.dax.fr Tout ce qu il faut savoir pour favoriser la cohérence d ensemble de l aménagement urbain Editorial La ville de Dax possède un patrimoine architectural de qualité

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere Kardó Une combinaison infinie de lumiere CONCEPT Design: eer architectural design, Belgique 2 - Kardó Kardó est un système d éclairage spécial qui permet de s adapter à l architecture à travers tout le

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

LA GAMME BRIO. KAUFEL Systèmes de sécurité KAUFEL, NOTRE EXPERTISE A VOTRE SERVICE

LA GAMME BRIO. KAUFEL Systèmes de sécurité KAUFEL, NOTRE EXPERTISE A VOTRE SERVICE KAUFEL, NOTRE EXPERTISE A VOTRE SERVICE KAUFEL Systèmes de sécurité LA GAMME BRIO UNE GAMME UNIQUE POUR TOUTES VOS APPLICATIONS Des hommes, des produits et des références pour vous accompagner dans vos

Plus en détail

- Grille d'autodiagnostic Restaurant

- Grille d'autodiagnostic Restaurant - Grille d'autodiagnostic Restaurant L objectif de ce document est de permettre aux exploitants de se forger un aperçu du niveau d accessibilité de leur établissement face aux obligations de mise en conformité

Plus en détail

Colonnes de signalisation

Colonnes de signalisation COLONNES LUMINEUSES Ø 7 5 Ø 7 compactes à diodes Avantages : Solution complète prête à être raccordée Faible hauteur de montage Durée de vie des diodes extrêmement longue (au moins 70.000 h) et donc pratiquement

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 29/10/11 N : 37.11 Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Un arrêté du 26 octobre

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

Palais de la Méditerranée

Palais de la Méditerranée 2 Palais de la Méditerranée 5 6 7 3 8 2 Palais de la Méditerranée 1 Palais des Congrès Palais des Arts A. Présentation du 2 Dans le cadre du programme d investissement, le Palais de la Méditerranée 2 a

Plus en détail

Communauté de Communes du Pays de Livarot

Communauté de Communes du Pays de Livarot Rue des Frères Lumière 14120 MONDEVILLE 02 31 35 64 35 02 31 35 64 36 Email : contact@inea-be.com Communauté de Communes du Pays de Livarot Aménagement de l ancienne usine Leroy en un Pôle de Santé Libéral

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

La visioconférence en pratique

La visioconférence en pratique La visioconférence en pratique Sommaire Intérêts/difficultés de mise en oeuvre de la visioconférence... 2 Agencement de la salle de visioconférence... 2 Matériel de visioconférence... 3 Disposition des

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 26

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 26 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 26 HYGIENE ET SÉCURITÉ MARS 2003 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Station Jean Jaurès. Visite de fin de chantier station Jean Jaurès

Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Station Jean Jaurès. Visite de fin de chantier station Jean Jaurès Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Station Jean Jaurès Visite de fin de chantier station Jean Jaurès Samedi 27 septembre 2014 La station Jean Jaurès La station Jean Jaurès est située au croisement

Plus en détail

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Michel Nicosia Verkoopleider Zuid - Chef de vente Sud IBE-BIV Séminaire

Plus en détail

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble Latham & Watkins LE MAGAZINE Une sobre prestance Par Nathalie Bru Ancien siège de la Seita, l immeuble aux lourdes façades qu occupe Latham & Watkins a fière allure sur les bords de la Seine. Tout en lignes

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

#46 DESIGN ARCHITECTURE UNE CULTURE //

#46 DESIGN ARCHITECTURE UNE CULTURE // DESIGN + ÂGE / DESIGN + AGE // BERLIN S DIE BAUPILOTEN / KIDS FURNITURE / REVERSIBLE DESTINY // SMOKED MEAT RENÉE DAOUST #46 DESIGN ARCHITECTURE UNE CULTURE // 34/ SECTION DESIGN + AGE /35 Lorsqu en juin

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT Qui fait quoi Guide et démarches La réparation vous concerne? LES DEMARCHES A SUIVRE Faites appel à l entreprise de votre choix et/ou effectuez vous-même

Plus en détail

Ondulo ZE. Ondulo B1 LPO. Radium T5. Encastrés fluorescents. Architecture et technique 4,2 4,2 4,2 4,3 4,3 20 960 F

Ondulo ZE. Ondulo B1 LPO. Radium T5. Encastrés fluorescents. Architecture et technique 4,2 4,2 4,2 4,3 4,3 20 960 F Architecture et technique B3056 Encastrés fluorescents Ondulo ZE Plafonnier encastré avec caisson métallique Réfracteur écran en tôle microperforée Couleur : blanc Eclairage direct/indirect à lumière réfléchie.

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Bien régler la température de chauffage

Bien régler la température de chauffage Température de chauffage Baisser la température en cas absence Bien régler la température de chauffage Ne pas gêner la diffusion de chaleur Fermer les volets / rideaux la nuit De même, ne pas mettre de

Plus en détail

Le LUX en mode économie d énergie

Le LUX en mode économie d énergie Séminaire Bâtiment Durable : Le LUX en mode économie d énergie Le 5 mars 2015 Bruxelles Environnement Case Study : Relighting Exemples de relighting dans diverses applications Ingrid VAN STEENBERGEN, Gérante

Plus en détail

GUIDE. des BONNES EN COULEUR. accessibilité. En partenariat :

GUIDE. des BONNES EN COULEUR. accessibilité. En partenariat : GUIDE des BONNES PRATIQUES de MISE EN COULEUR accessibilité En partenariat : L UPPF 1, partant du principe que ce qui est bien pour une minorité le devient pour la majorité restante, a pris l initiative

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

école maternelle porte clé serrure sonnette salle de jeux escalier ÉCOLE MATERNELLE PORTE CLÉ SERRURE SONNETTE SALLE DE JEUX ESCALIER

école maternelle porte clé serrure sonnette salle de jeux escalier ÉCOLE MATERNELLE PORTE CLÉ SERRURE SONNETTE SALLE DE JEUX ESCALIER école ÉCOLE maternelle MATERNELLE porte PORTE clé CLÉ serrure SERRURE sonnette SONNETTE salle de jeux SALLE DE JEUX escalier ESCALIER marche MARCHE rampe RAMPE couloir COULOIR portemanteau PORTEMANTEAU

Plus en détail

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR Les réflecteurs industriels intégrant des tubes fluorescents T5 sont

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Accessoires - section 8

Accessoires - section 8 Accessoires - section 8 M O B I L I E R C O R P O R A T I F INDEX - Accessoires Porte-clavier sur coulisses Plateau sur roues Code: AC900 Page: 8.5 Code: AC 704 Page: 8.6 Porte-clavier articulé Support

Plus en détail

Guide d utilisation du bâtiment. Nom établissement Adresse

Guide d utilisation du bâtiment. Nom établissement Adresse Guide d utilisation du bâtiment Nom établissement Adresse SOMMAIRE 1 - Accessibilité sécurité stationnement 2 - Accessibilité pour personnes handicapées 3 - Les espaces extérieurs 4 - Ventilation 5 - Chauffage

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 HYGIENE ET SÉCURITÉ DÉCEMBRE 2002 Robin EMERIT Technicien en équipements électrique et énergie Tel : 02 38 79 46 74 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Visite officielle de la crèche Multi-Accueil de La Coucourde. lundi 10 juin 2013

Visite officielle de la crèche Multi-Accueil de La Coucourde. lundi 10 juin 2013 Visite officielle de la crèche Multi-Accueil de La Coucourde lundi 10 juin 2013 ÉCOLOGIQUE CONFORTABLE ET ÉPANOUISSANTE L Agglo a enrichi son offre de services à la Famille avec l ouverture de cette 8

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi Avec TaHoma, entre ma maison et moi, c est une histoire de...... confort Je gère toute ma maison depuis un ordinateur ou un smartphone.

Plus en détail

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR

Plus en détail

Les critères du label «Tourisme et Handicap»

Les critères du label «Tourisme et Handicap» Les critères du label «Tourisme et Handicap» Aide à la lecture du document En gras et rouge apparaissent les critères obligatoires. En non gras apparaissent les critères de confort qui ne sont pas obligatoires

Plus en détail

Salles Municipales du Vellein Avenue du Driève 38090 VILLEFONTAINE

Salles Municipales du Vellein Avenue du Driève 38090 VILLEFONTAINE SERVICE ACCUEIL/GESTION DES SALLES Affaire suivie par : Maryvonne Mens Tél. 04 74 96 00 00 Tél. Astreinte technique : 06 60 05 52 15 Tél. Visite/Etat des lieux : 06 35 38 64 27 Règlement intérieur Salles

Plus en détail

GS301-A Notice d installation et d utilisation.

GS301-A Notice d installation et d utilisation. IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET IMMEDIATEMENT ACCESSIBLE. Alarme Périphérique Infra-Rouge GS301-A Notice d installation et d utilisation. Description

Plus en détail

Votre Mariage Château de Mont Vert

Votre Mariage Château de Mont Vert Votre Mariage Château de Mont Vert 1 Le mariage est et le voyage de découv le plus important q l homme puisse en prendre. Un mar heureux est une lon conversation qui se toujours trop brève Quand on aime

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012 Plafonds acoustiques Traitement absorbant mural Cloisons acoustiques 1 Table des matières Présentation de la société :... 3 Proposition de MP Acoustique :... 3 Qu est-ce

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE. N projet : Client : Responsable : JC Date : 09.09.2014

ETUDE COMPARATIVE. N projet : Client : Responsable : JC Date : 09.09.2014 ETUDE COMPARATIVE Client Responsable JC 09.09.2014 Conditions générales de réalisation de l étude d éclairement Le niveau d'éclairement moyen (visible ci après sur la page «Résumé des résultats) est à

Plus en détail

Comparaison entre les dispositions imposées dans les ERP neufs et les ERP existants

Comparaison entre les dispositions imposées dans les ERP neufs et les ERP existants Comparaison entre les dispositions imposées dans les ERP neufs et les ERP existants -Version longue- Les dispositions de l arrêté du 8 décembre 2014 (ERP existants- colonne de droite dans le tableau suivant)

Plus en détail

Savoir construire une photographie. Connaitre la base en technique photographique. Savoir traduire le message du mouvement en image.

Savoir construire une photographie. Connaitre la base en technique photographique. Savoir traduire le message du mouvement en image. Savoir construire une photographie Connaitre la base en technique photographique Savoir traduire le message du mouvement en image. Son contenu Sa composition La technique photographique L œil du photographe

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail