ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21"

Transcription

1 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : Secrétariat : Brigitte BARRIER poste Fax : ou Préambule Cette note d information traite de cas concrets d éclairages présents dans des salles de classe. Cette étude à été réalisée principalement dans des écoles maternelles ou élémentaires, avec les Agents Chargés de la Mise en Oeuvre des règles d hygiène et de sécurité, et fait suite aux travaux entrepris par des Délégués Départementaux de l Éducation Nationale. Sommaire - Introduction - Éclairage naturel - Éclairage artificiel - Conclusion Nota : Le contenu de cette note d information s inspire des différentes publications existantes dans le domaine de l hygiène et de la sécurité, et des textes réglementaires ; il ne saurait s y substituer. Les textes réglementaires sont repérés en caractères italiques 1

2 1 INTRODUCTION Photo a Dans nos visites, nous avons privilégié des écoles de construction récente ou des écoles dont l éclairage à été rénové récemment, ayant été repérées comme présentant des installations remarquables. Sont souvent pris comme modèles des lieux où les choix résultent d une concertation impliquant l équipe éducative. Quelques exemples détaillés dans cette étude prouvent qu il existe encore des classes où beaucoup reste à faire. 2- ÉCLAIRAGE NATUREL Ce paragraphe évoque les positions et dimensions des fenêtres et baies vitrées ainsi que les dispositifs d occultation par rapport au rayonnement solaire. 2-1 Position des fenêtres Salle d école ancienne (photo a) affectée aux élèves de maternelle : seule l enseignante debout a la possibilité de voir au dehors. Cette disposition est particulièrement mal adaptée à de jeunes enfants, la salle étant refermée sur elle même, sans qu il soit possible de bénéficier de vue sur les espaces verts des alentours. Photo b La hauteur d allège va conditionner le rapport dedans dehors entre les occupants du lieu et leur environnement. Dans les écoles anciennes, souvent construites au début du siècle, la hauteur d allège est importante, empêchant les élèves d avoir une vue complète sur l extérieur (ce qui était sans doute une volonté de l époque pour que le regard ne soit pas distrait). La croissance des arbres situés à proximité des fenêtres à aussi dégradé l apport d éclairage naturel dans certains établissements. Dans cette école récente (photo b), des baies vitrées descendent jusqu au sol. Elles occupent la totalité du mur dans cette salle dédiée à l enseignement élémentaire, à la satisfaction de chacun. Cette disposition permet également d avoir un accès direct à la cour (pouvant être une issue incendie). Une avancée ( 2-2) forme un pare-soleil horizontal, empêchant une insolation directe de la pièce. 2

3 d insolation, éblouissement et élévation de température. Auvents pare-soleil Photo c Les baies vitrées sont ici (photo c) situées dans un angle de la pièce, renforçant le sentiment d intimité et de calme dans cet espace dédié aux travaux d arts plastiques des plus jeunes élèves. Photo e Cette disposition (photo e) limite l insolation directe. L espace situé près des baies peut être occupé, mais il est nécessaire que la surface vitrée soit importante pour compenser l atténuation de l intensité du rayonnement solaire entrant. Occultation par rideaux Cette occultation est d une mise en œuvre simple, et facilement ajustable. Photo d Dans cette salle (photo d) réservée aux enfants de maternelle, on remarque que les baies vitrées ont été partiellement occultées par des étagères et des chevalets. Nous avons constaté que les besoins en espaces de rangement et en surface dédiées à l affichage étaient dans ces classes très importants. Certaines dispositions architecturales ne sont pas unanimement appréciées des enseignants et sont parfois, comme ici, détournées. 2-2 Dispositifs d occultation Si le rideau est placé à l intérieur de la pièce, il ne règlera que partiellement les problèmes d élévation de température (effet de serre entre la vitre et le rideau). Un rideau ne peut être disposé devant une porte considérée comme issue de secours (seuls sont tolérés ceux fixés sur le battant) Les rideaux doivent être au moins de classe M2, ils sont donc généralement opaques, ce qui présente un avantage pour une occultation totale nécessaire lors d une projection par exemple, mais oblige à compléter par un éclairage artificiel, situation paradoxale, dans les autres cas. Si l on tient compte des périodes d occupation des classes, ce sont principalement les expositions comprises entre le Sud-Est et le Sud-Ouest qui occasionneront des problèmes 3

4 Store extérieur parallèle à la fenêtre (photo f) : empêchant les rayons solaires de passer à travers la vitre il limite l élévation de température. Ce store réglable permet un ajustement de la position en fonction de la position du soleil. 3 - ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL 3.1 Bureau d enseignant tables d élèves photo h Photo f L enseignant fait remarquer qu il est souvent amené, par temps ensoleillé à occulter totalement la fenêtre, et donc à revenir à un éclairage artificiel (photo f). Réaménagement de l éclairage dans des bâtiments anciens (photo h), respectant la note de calcul établie par un des D.D.E.N du Loir et Cher. L intensité lumineuse est très satisfaisante sur les tables (400lux) Les tubes fluorescents donnent un éclairage blanc offrant un bon rendu des couleurs ; placés dans l axe du regard l éblouissement est réduit. Le tableau dispose d un éclairage quasi uniforme (grâce à l éloignement des tubes et à la présence de réflecteur) de plus de 500lux (photo h). Photo g Dans cette école (photo g), un store translucide à été installé. Il est facilement ajustable et permet de limiter l éblouissement en continuant de bénéficier d un éclairage naturel diffus. Il constitue une bonne solution. Des stores opaques intérieurs deviennent nécessaires si la salle est utilisée pour faire des projections. Photo i La mise en place d un plafond suspendu, lors de la rénovation de cette classe d école ancienne (photo i) a permis de réduire la réverbération acoustique. 4

5 Sont intégrés dans le plafond les dispositifs d éclairage de la salle ainsi que les bouches de ventilation. Les rampes d éclairage du tableau y sont également incorporées, ce qui a permis de dégager l espace supérieur pour y afficher une fresque (photo i). L éclairage indirect est produit par un spot dont la lumière se réfléchit sur un plafond peint en jaune, complété par une applique au mur (photo l). Ils produisent une lumière de très faible intensité (le luxmètre indique 60 lux) et fortement colorée, condition particulièrement médiocre pour faire ses premiers dessins (photo m)! Photo m Photo j Lorsque les tubes sont positionnés perpendiculairement à la direction du regard (photo j), on constate, en prenant le point de vue de l enfant, que la source lumineuse est éblouissante (absence de grille sur le luminaire). Le sonomètre indique 75 db (photo m), valeur relativement élevée due à une forte réverbération sonore dans cette salle. 3-2 Couloirs - lieux d accueil Photo k Un type d éclairage (photo k) devenu rare mais encore présent (cette salle de collège est peu utilisée) : lampe à incandescence fournissant une lumière à forte dominante colorée et de très faible intensité (moins de 50 lux), particulièrement mal répartie. Photo l La qualité de l éclairage y est particulièrement importante, pour l agrément de chacun, mais aussi parce que ces lieux sont souvent difficiles à surveiller, et il ne convient pas d y laisser subsister des coins sombres. 5

6 Parmi les dysfonctionnements les plus fréquemment rencontrés : Photo n Éclairage très médiocre et coûteux (puissance cumulée importante et changement fréquent des ampoules) par bloc muraux équipés de lampes à incandescence dans un couloir de collège(photo n). Cette installation est progressivement remplacée dans cet établissement par des tubes fluorescents fixés au plafond. - emplacement du tableau mal choisi (problème d écart de luminance important par rapport à l environnement ou parfois présence de reflets parasites, sur les écrans blancs en particulier) - éclairage globalement insuffisant - répartition de l éclairage très inégale sur la totalité de la surface du tableau - un vieillissement des tubes et lampes atténuant leur efficacité 70 lux 3-3 Sanitaires photo p Le tableau est entouré de baies vitrées (photo p); d autre part il ne dispose pas d éclairage spécifique, il est donc, en plein jour, sur ce pan de mur, l élément le moins lumineux. Certaines écritures, de couleur rouge entre autre, risquent d être quasi illisibles pour les élèves les plus éloignés (photo p). photo o Un choix architectural (photo o) contestable (même si l on tient compte du très jeune âge des élèves) Tableau Les exemples qui suivent proviennent tant d écoles maternelles, élémentaires que de collèges. La qualité de l éclairage aura d autant plus d importance si le tableau est utilisé fréquemment et/ou si la distance entre celui-ci et les élèves les plus éloignés est grande. Photo q 6

7 La rampe lumineuse (photos q et r) d une puissance sans doute suffisante, est ici placée trop près du tableau et ne comporte pas de déflecteur. 700 lux 200 lux 200 lux 100 lux Photo r L intensité lumineuse est très inégalement répartie (photos q et r). Photo t La position de l éclairage est convenable, mais ne facilite pas l affichage en partie supérieure du tableau (photo t). 340 lux 200 lux 140 lux 120 lux On remarque que ce dispositif est dépourvu de déflecteur limitant les performances des tubes fluorescents, le faisceau lumineux n étant pas concentré sur la surface du tableau. Il nécessite un nettoyage et probablement un changement des tubes ayant atteint leur durée de vie nominale (les performances de l ensemble étaient médiocres eu égard à la puissance électrique). Photo s Dans cette salle (photo s) les enseignants ont indiqué qu un second tableau avait été ajouté à leur demande, mais l éclairage initial est demeuré 4 CONCLUSION Si l on se réfère aux préconisations actuelles en matière d éclairage, on constate que beaucoup d installations de salle de classe méritent d être repensées. Lors de nos visites, nous avons constaté qu une attention toute particulière était à accorder aux tableaux, supports essentiels de l aide mémoire pédagogique. De larges zones sont soit trop sombres, soit trop brillantes et donc difficilement lisibles. 7

Mesures d éclairage.

Mesures d éclairage. Mesures d éclairage. Dans le cadre de nos enseignements, nous sommes amenés à comparer des systèmes qui produisent des effets identiques comme par exemple différents systèmes pour éclairer un espace donné.

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Lampes d examen Sim.LED Une lumière d une autre dimension

Lampes d examen Sim.LED Une lumière d une autre dimension Lampes d examen Sim.LED Une lumière d une autre dimension Un design révolutionnaire Une construction fermée, d une seule pièce, pour répondre aux critères d hygiène les plus élevés Le design triangulaire

Plus en détail

Extraits du Code Canadien de l électricité

Extraits du Code Canadien de l électricité Extraits du Code Canadien de l électricité Section 46 - Systèmes d alimentation de secours, luminaires autonomes et enseignes de sortie 46-000 Domaine d application 1. Cette section s applique à l installation,

Plus en détail

Le verre de l habitat durable.

Le verre de l habitat durable. Création Image & Stratégie Illustrations A. Lainé / P. Chédal Saint-Gobain Glass France RCS Nanterre B 998 269 211 - G1-DOC0001/07-12 90000 Sous réserve de modifications Le verre de l habitat durable.

Plus en détail

CONSEILS D INSTALLATION

CONSEILS D INSTALLATION CONSEILS D INSTALLATION L installation des toilettes Ecodomeo nécessite la création d une pièce pour le compostage (local de compostage), adaptée à votre habitation. Il est important de prêter une attention

Plus en détail

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour.

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. valable à partir du 1.2.2014 La lumière sert bien plus qu au simple éclairage. Alors qu à l origine, la lumière artificielle était destinée avant tout à

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments Descripteurs acoustiques des espaces paysagers Quelques éléments Acoustique des espaces paysagers Le confort acoustique dans les espaces paysagers Éléments d appréciation Une ambiance sonore modérée mais

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Basé sur les codes et les normes!

Basé sur les codes et les normes! Questions Sondage / Quiz METTEZ au DÉFI vos CONNAISSANCES Basé sur les codes et les normes! Question Sondage basé sur le CNB 2005 Des appareils de détection d incendie comme pour les systèmes de gicleurs

Plus en détail

Le ciel et la Terre : lumière et ombres.

Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Fiche De Préparation Séance Discipline : SCIENCES / Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Niveau : Cycle 3 / CM1. Séance 1 Durée : 1h. Pour l enseignant : OBJECTIFS Prise de représentations sur la lumière

Plus en détail

Certifications LEED / HQE (Eclairage)

Certifications LEED / HQE (Eclairage) Sylumis 3, Rue Victor Cousin 77127 Lieusaint www.sylumis.com Certifications LEED / HQE (Eclairage) LEED HQE 7 Chapitres (5 principaux + 2 bonus) 14 Cibles 4 niveaux de performances 3 niveaux de performances

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement... 1 OBJECTIFS :... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

NOUVEAU LUMINAIRE D ÉCLAIRAGE PUBLIC SERA LED. Système bréveté, unique en son genre.

NOUVEAU LUMINAIRE D ÉCLAIRAGE PUBLIC SERA LED. Système bréveté, unique en son genre. NOUVEAU LUMINAIRE D ÉCLAIRAGE PUBLIC SERA LED Système bréveté, unique en son genre. 1962 Premières lampes LED SERA LED Premier système LED breveté qui anticipe l avenir. 1992 LED bleues Commercialisation

Plus en détail

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE Décret n 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage, modifiant le décret du 18/04/05. En application de la loi Bruit de 1992, le code

Plus en détail

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE MILIEU PHYSIQUE (TEMPÉRATURE, ÉCLAIRAGE, BRUIT). LE BUREAU:

Plus en détail

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Jurançon, le 8 avril 2013 Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Histoire Les avertisseurs sonores sont depuis longtemps des appareils de sécurité nécessaires dans les systèmes d alarmes incendie

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne Ministère de l éducation nationale Académie de Créteil LW JEAN-MICHEL NICOLAS CHEF DE TRAVAUX : 01 48 81 25 02 : 01 48 81 31 83 jean-michel.nicolas@ac-creteil.fr Version 2015.0 2015-08-23 Lycée polyvalent

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances

DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 2/19 PREMIERE PARTIE

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib 9es Rencontres FORMIST, La bibliothèque, lieu de formation? enssib, 18 juin 2009 L aménagement des salles de formation : du projet à la réalité à travers l expérience

Plus en détail

Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Station Jean Jaurès. Visite de fin de chantier station Jean Jaurès

Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE. Station Jean Jaurès. Visite de fin de chantier station Jean Jaurès Samedi 27 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Station Jean Jaurès Visite de fin de chantier station Jean Jaurès Samedi 27 septembre 2014 La station Jean Jaurès La station Jean Jaurès est située au croisement

Plus en détail

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base énovation.4..escalie. 4.1 Concept de base S assurer que l emplacement des escaliers soit uniforme d un étage à l autre pour que leur localisation soit prévisible. egrouper l'escalier et les principaux

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

GLOSSAIRE 01 Accessibilité universelle : Adaptation : Alcôve : Applique murale : Avant-toit : Braille abrégé : Braille intégral : Concept de base :

GLOSSAIRE 01 Accessibilité universelle : Adaptation : Alcôve : Applique murale : Avant-toit : Braille abrégé : Braille intégral : Concept de base : Accessibilité universelle : L accessibilité universelle se présente sous quatre axes principaux, soit l accessibilité des bâtiments, l accessibilité de l environnement, l accessibilité aux programmes et

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il droit? Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Sommaire Contexte général Contexte réglementaire Méthodologie

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

Bien concevoir son projet de CUISINE

Bien concevoir son projet de CUISINE Bien concevoir son projet de CUISINE Une cuisine bien pensée... Un projet bien préparé, c est la clé de la réussite. Avant de rencontrer un conseiller LAPEYRE, faites le point sur vos besoins, vos envies

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain 1 1 9 9 7 7 2 2 Perception des couleurs par l œil humain................ 4 La température des couleurs et la balance des blancs.......... 4 La compensation de la lumière par l œil................ Le gamma..............................

Plus en détail

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire!

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire! Tendance Brise-soleil Vétisol Matières à Protection Solaire! Le S oleil, ou comment s en protéger? Le soleil émet un rayonnement froid qui transporte uniquement de l énergie. C est l absorption de ce rayonnement

Plus en détail

Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique

Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique But : «En comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de la focale, de la durée

Plus en détail

Aménagement du B13. EIT- Val de Reuil. Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011. Jean-Denis Bouteiller

Aménagement du B13. EIT- Val de Reuil. Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011. Jean-Denis Bouteiller Aménagement du B13 EIT- Val de Reuil Colloque Qualité sonore 20 Octobre 2011 Jean-Denis Bouteiller 1 Présentation Contexte Besoins exprimés Réalisations Traitement d air Eclairage Isolement Etudes Acoustiques,

Plus en détail

Solaire thermique et photovoltaïque

Solaire thermique et photovoltaïque Solaire thermique et photovoltaïque Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Lorsque toutes les rénovations énergétiques possibles sur un bâtiment sont réalisées, il peut être intéressant d avoir recours

Plus en détail

DESIGN ACOUSTIQUE SELON LA FORME DE LA PIÈCE

DESIGN ACOUSTIQUE SELON LA FORME DE LA PIÈCE DESIGN ACOUSTIQUE SELON LA FORME DE LA PIÈCE La forme même de la pièce à traiter définit les mouvements des vagues sonores à l intérieur de la dite pièce. L emplacement des matériaux acoustiques sera par

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009

Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009 SIA 500-C2:2013 Bâtiment, génie civil 521 500-C2 Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009 Numéro de référence: SN 521500-C2:2013 fr Valable dès: 2013-10-01 Éditeur Société Suisse

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Bien concevoir son projet de CUISINE

Bien concevoir son projet de CUISINE Bien concevoir son projet de CUISINE De nombreux services à votre disposition Nos vendeurs-conseil vous aident dans le choix et l élaboration de votre cuisine. A l aide d un logiciel spécifique pour concevoir

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

Actions Propres et Consolidation

Actions Propres et Consolidation Actions Propres et Consolidation igmaconso Allen White Les actions propres d une société sont des actions émises et ultérieurement détenues par celle ci, en vue soit de les annuler soit de les revendre.

Plus en détail

la nouvelle réflexion sur l isolation verre simple isolant

la nouvelle réflexion sur l isolation verre simple isolant verre simple isolant fournit la preuve que des contradictions peuvent s unir parfaitement. Patrimoine et cadre de vie agréable, fenêtre existante et économie d énergie, performances durables et amortissement

Plus en détail

QUEL HEBERGEMENT POUR MON SITE WEB?

QUEL HEBERGEMENT POUR MON SITE WEB? Afin de rendre disponible et visible un site internet 24h/24h, il est nécessaire que celui-ci soit hébergé sur un serveur connecté à Internet. Pour avoir un service de qualité, il est conseillé de recourir

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere Kardó Une combinaison infinie de lumiere CONCEPT Design: eer architectural design, Belgique 2 - Kardó Kardó est un système d éclairage spécial qui permet de s adapter à l architecture à travers tout le

Plus en détail

Espace de travail. Les éléments... 12 Modifications de l affichage... 17

Espace de travail. Les éléments... 12 Modifications de l affichage... 17 Espace de travail Les éléments... 12 Modifications de l affichage... 17 Chapitre 1 Espace de travail L espace de travail d InDesign CS4 s inscrit dans la lignée de tous les produits de la gamme Creative

Plus en détail

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web 1 1 9 9 7 7 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web Diffusion pour le web........................ 31 Les paramètres avant l exportation................. 31 Optimisation pour le web......................

Plus en détail

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL INTERNATIONAL TCHOUKBALL FEDERATION TECHNICAL COMMISSION AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL L exemple de la salle du Vieux-Moulin à Lausanne, Suisse Document préparé et édité

Plus en détail

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition 1 Enquête «Restauration 2013» - Analyse des commentaires I. Introduction Ce bilan a été établi de façon à identifier les tendances qui se dégagent des commentaires libres de l enquête «Restauration 2013».

Plus en détail

Principes d'installation d'un détecteur de fumée

Principes d'installation d'un détecteur de fumée Principes d'installation d'un détecteur de fumée Principe n 1 Espace minimal de 50 cm de toute source lumineuse. Le rayonnement d une lumière "zone chaude" bloque les fumées. ATTENTION : Les ampoules à

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

Localiser - manipuler «Mise en page»

Localiser - manipuler «Mise en page» Localiser - manipuler «Mise en page» 4-31 Niveau 3 Entraînement 1 Objectifs Applications Matériel Consignes Remarques Transferts possibles - Exercer une manipulation. - Reconnaître des formes géométriques.

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Limites d application de la RT2005

Limites d application de la RT2005 Fiche d application : Limites d application de la RT2005 Date Modification Version 1 er avril 2009 9 1 er juillet 2013 Précisions sur les bâtiments existants détruits puis reconstuits 9.1 Préambule Cette

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Photométrie d un rétroprojecteur Doc. OPT-TP-02A (14.0) Date : 13 octobre 2014 TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur 1 But de l expérience Le but de ce TP est de : 1. comprendre le

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Le design et la fenêtre

Le design et la fenêtre Le design et la fenêtre 1 Design by Silent Gliss Silent Gliss, ce sont des systèmes de rideaux sur mesure en une seule qualité la meilleure. Notre design reflète l esprit du temps sous toutes ses facettes:

Plus en détail

Défi Cloud Computing

Défi Cloud Computing EQUIPE RICM 2010 Défi Cloud Computing Dossier de remarques Ricom c est l @base 04/12/2009 Sommaire Introduction... 3 Les applications et la plateforme Cloud Computing... 4 Cloud Computing - RICM-2010 Page

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage V. Detremmerie Laboratoire Eléments de Toiture et de

Plus en détail

www.broncolor.com Système FT

www.broncolor.com Système FT www.broncolor.com Système FT 2 Système FT Le Système FT de broncolor Grande intensité lumineuse, système convertible et très facile à manier. Trouvez la lumière idéale avec le nouveau Système FT de broncolor.

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Pavillon de Barcelone

Pavillon de Barcelone Partie 1 Première Etape Formation du socle du pavillon Tout d abord, on créé une boîte au format souhaitée, avec un nombre de segmentation correspondant à la trame du dallage du projet. Puis, on la transforme

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LE RESPECT DE L ARCHITECTURE ET DE L ESPACE PUBLIC

GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LE RESPECT DE L ARCHITECTURE ET DE L ESPACE PUBLIC GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LE RESPECT DE L ARCHITECTURE ET DE L ESPACE PUBLIC Guide des enseignes Document à destination des commerçants, artisans, professions libérales, entreprises, administrations,

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

degré d humidité ou à hautes concentrations de poussière

degré d humidité ou à hautes concentrations de poussière K2 1 2 Sans risque dans des lieux publics Sans risque dans les environnements à haut degré d humidité ou à hautes concentrations de poussière Sans risque pour des applications extérieures 3 Robuste et

Plus en détail

Thème : Lumière et Tapisserie

Thème : Lumière et Tapisserie Groupe Date.. Thème : Lumière et Tapisserie Indice n 1 : une tapisserie bien abîmée Lors de notre dernière sortie à la Cité de la Tapisserie, nous avons réalisé la manipulation photographiée ci-contre.

Plus en détail

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Michel Nicosia Verkoopleider Zuid - Chef de vente Sud IBE-BIV Séminaire

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1

Pour les professionnels de l habitat social. Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Pour les professionnels de l habitat social Nouveautés Salvia Patrimoine version 14.1 Sommaire 1 La dépréciation de l actif... 4 1.1 Présentation...4 1.1.1 Principe... 4 1.1.2 L évaluation de la dépréciation...

Plus en détail

SOLIDWORKS Volume de révolution et symétrie

SOLIDWORKS Volume de révolution et symétrie TP6 Volume de révolution et symétrie 1. Construire un volume de révolution Exemple : Dessiner une poulie 1.1 Dessiner le profil du volume de révolution - Créer nouveau document - Demander esquisse - Dessiner

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Faire de la photo avec un PRO

Faire de la photo avec un PRO Faire de la photo avec un PRO Atelier photo pour les élèves Animation auteur CONTACT Christine Malard Ateliers Art terre 11 bis rue de la Frébardière Bâtiment B Atelier 20 35510 Cesson-Sévigné Tél : 02

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77340 Pontault-Combault

Plus en détail

L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18.

L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18. L UTILISATION DE L INTERFACE DE MAINTENANCE ÉCLAIRAGE PUBLIC SOUS LATITUDE18. Service Système d Information Géographique. Direction des Services Techniques. Introduction : Afin d améliorer le service apporté

Plus en détail

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Avertissement Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Si vous fouillez un peu dans votre appareil photo, vous êtes surement déjà tombé sur un graphique un peu

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Bruit et vibrations au travail Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Mars 2011 Jean Vittonati Trois encoffrements acoustiques 1 2 3 Trois encoffrements acoustiques Pour chaque cas

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans en prendre le temps. L outil CECV a été le déclencheur

Plus en détail

CONSIGNE ARGB SORTIE MURALE POUR APPAREIL GAZ

CONSIGNE ARGB SORTIE MURALE POUR APPAREIL GAZ CONSIGNE ARGB SORTIE MURALE POUR APPAREIL GAZ G.2 Vue d ensemble Illustration G1 - Ensemble G.3 Sortie dans la même surface que l ouverture dans cette surface Illustration G.2 Sortie dans une façade plane

Plus en détail

... ensuite, cliquez sur la section pour Windows http://xserver.csvdc.qc.ca/recit_csvdc_partage/ 2. Vous pouvez aussi télécharger

... ensuite, cliquez sur la section pour Windows http://xserver.csvdc.qc.ca/recit_csvdc_partage/ 2. Vous pouvez aussi télécharger Traitement d images dans un contexte pédagogique avec le logiciel... (gratuit) Sujets : 1. Installer le logiciel 2. Définir celui-ci par défaut pour vos images 3. Différents formats des fichiers d images

Plus en détail

Situation financière de la caisse de pensions des CFF

Situation financière de la caisse de pensions des CFF Département fédéral des finances DFF Documentation de base Date 2 juillet 2008 Caisse de pensions des CFF Situation financière de la caisse de pensions des CFF Compte tenu d un taux d intérêt technique

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

ACOUSTIQUE Notice. Théorie

ACOUSTIQUE Notice. Théorie Notice Théorie Comprendre les différences entre les indices acoustiques déterminés en laboratoire et ceux estimés sur le chantier permet de mieux cibler ses attentes selon le domaine d usage de nos solutions.

Plus en détail