Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET"

Transcription

1 Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET

2 Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel :

3 Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT renvoi à l étude : de la course du soleil (c est-à-dire à différent moment du jour et de l année), de la pénétration de la lumière naturelle dans un bâtiment ou un espace public, de la durée d exposition aux rayons solaires dont bénéficie un local, de protections solaires éventuelles, etc.

4 Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ÉCLAIRAGE DIFFUS désigne l éclairage fourni par la voûte céleste, sans les rayons solaires directs. Ainsi la quantité d éclairage naturel est directement dépendante : des conditions spatio-temporelles (latitude, jour, heure), des conditions météorologiques (conditions de ciel), des dimensions et de la position des ouvertures, de la nature des matériaux de vitrage, de l orientation des ouvertures, de la présence de masques à l extérieur, des facteurs de réflexion des parois intérieures.

5 Introduction : Plan du cours Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus 1 La photométrie : Le flux lumineux L éclairement La luminance 2 L éclairage diffus : Les conditions de ciel Le facteur de lumière du jour La convention actuelle pour l éclairage diffus 3 L ensoleillement : Les coordonnées angulaires du soleil Le diagramme solaire Construire un diagramme solaire Conclusion : La maison de verre. Un film de Richard Copans et Stan Neumann. (Architecte : Pierre Chareau, Paris ). DVD Arte Vidéo, collection Architectures (4), 2005.

6 1 La photométrie : Le but de la photométrie est de quantifier les grandeurs relatives au rayonnement lumineux en fonction de l impression visuelle produite (qualité de la lumière). Les différentes grandeurs photométriques sont : le flux lumineux, l intensité lumineuse, l éclairement, la luminance.

7 1 La photométrie : LE FLUX LUMINEUX Le flux lumineux Φ d une source lumineuse est l évaluation, selon la sensibilité de l œil, de la quantité de lumière rayonnée dans tout l espace par cette source. Le flux lumineux Φ s exprime en lumen (lm). L efficacité lumineuse (ou rendement lumineux) η d une source est le quotient de son flux lumineux Φ par sa puissance P. η = Φ/P (lm/w) Elle s exprime en lm/w.

8 1 La photométrie : LE FLUX LUMINEUX Le flux lumineux Φ d une source lumineuse est l évaluation, selon la sensibilité de l œil, de la quantité de lumière rayonnée dans tout l espace par cette source. Le flux lumineux Φ s exprime en lumen (lm). L efficacité lumineuse (ou rendement lumineux) η d une source est le quotient de son flux lumineux Φ par sa puissance P. η = Φ/P (lm/w) Elle s exprime en lm/w.

9 1 La photométrie : L ÉCLAIREMENT L éclairement E d une surface est le rapport du flux lumineux reçu à l aire de cette surface. E = Φ/S (lx) Son unité est le lux qui équivaut à 1lm/m 2. L éclairement caractérise donc la quantité de lumière reçue par une surface. Cependant, cette grandeur est très difficilement perceptible par l œil humain. Du fait de ses capacités d adaptation, l œil évalue en réalité des différences d éclairement dans l espace ou dans le temps.

10 1 La photométrie : L ÉCLAIREMENT

11 1 La photométrie : LA LUMINANCE La luminance L d une source est le rapport entre l intensité lumineuse émise dans une direction, et la surface apparente de la source lumineuse dans la direction considérée. L = I/S apparente (cd/m 2 ) La luminance s exprime en candéla (cd) par m 2. La luminance d une surface dépend de l éclairement de cette surface, de son coefficient de réflexion et de sa brillance.

12 1 La photométrie : LA LUMINANCE La luminance est la seule grandeur photométrique réellement perçue par l œil humain.

13 2 L éclairage diffus : Les conditions d éclairement d un espace intérieur vont directement dépendre de la lumière disponible à l extérieur. La lumière disponible à l extérieur est dépendante des conditions de ciel, c est-à-dire de la météorologie ou autrement dit de la couche nuageuse.

14 2 L éclairage diffus : LES CONDITIONS DE CIEL Les nuages réduisent de façon significative l éclairement. En été, par ciel serein, l éclairement horizontal au niveau de la mer peut atteindre lx. En hiver, sous nos latitudes, par ciel couvert, l éclairement horizontal extérieur peut être inférieur à 5000 lx. Ciel serein: 100% Nuages 2/10: 90% Nuages 4/10: 75% Nuages 6/10: 65% Nuages 8/10: 45% Ciel complètement couvert: 20%

15 2 L éclairage diffus : LES MODÈLES DE CIEL STANDARD: Le ciel uniforme Cette situation correspond à un ciel couvert d une couche épaisse de nuages laiteux où le soleil n est pas visible. Sa luminance est donc constante en tout point du ciel à un moment donné.

16 2 L éclairage diffus : LES MODÈLES DE CIEL STANDARD: Le ciel couvert Le ciel couvert, dit aussi ciel CIE (modèle établi par la Commission Internationale de l Éclairage), correspond à un ciel de nuages clairs qui cachent le soleil. La luminance au zénith est 3 fois plus élevée que la luminance de l horizon.

17 2 L éclairage diffus : LES MODÈLES DE CIEL STANDARD: Le ciel clair Le modèle du ciel clair représente la variation de la luminance en fonction de l orientation et de la position du soleil, mais n intègre pas le rayonnement solaire direct.

18 2 L éclairage diffus : LES MODÈLES DE CIEL STANDARD: Le ciel clair avec soleil Le ciel clair avec soleil prend en compte son rayonnement global, c est-à-dire la somme des rayonnements directs et diffus. Ce quatrième type de ciel correspond à un ciel serein dans lequel le soleil brille.

19 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR Comme la quantité de lumière naturelle peut varier de façon importante, on introduit un rapport de proportionnalité entre l éclairement extérieur et celui disponible à l intérieur du local. C est ce qu on appelle le facteur de lumière du jour et il se calcule ainsi : Fj = E int / Eext 100 Où : Eint = niveau d éclairement horizontal à l intérieur du local Eext = niveau d éclairement horizontal extérieur en site dégagé

20 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR Fj = E int / Eext 100 Où : Eint = niveau d éclairement horizontal à l intérieur du local Eext = niveau d éclairement horizontal extérieur en site dégagé

21 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR: décomposition Le facteur de lumière du jour peut se décomposer de la manière suivante : Fj = FJD + FJRE + FJRI en % avec : FJD : composante directe de la voûte céleste FJRE : composante réfléchie extérieure FJRI : composante réfléchie intérieure

22 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR: décomposition Ces trois composantes ont des importances diverses : - près des fenêtres la composante du FJD est en général prépondérante sauf s il y a un masque crée par des bâtiments devant la façade (dans ce cas là, c est la composante du FJRE qui est importante) - Par contre, au fond du local, la composante FJRI prend une valeur relativement importante alors qu elle est négligeable près des ouvertures.

23 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR et fonction des bâtiments

24 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR: correspondances quantitatives et qualitatives

25 2 L éclairage diffus : LE FACTEUR DE LUMIÈRE DU JOUR: correspondances quantitatives et qualitatives

26 2 L éclairage diffus : LA CONVENTION ACTUELLE Conclusion pour l éclairage diffus : LA CONVENTION ACTUELLE DU CIEL COUVERT La grande variation de l éclairement lumineux à pour conséquence de baser les études d éclairage naturel des locaux sur des conditions minimales d éclairement et donc d étudier les bâtiments sous ciel couvert. Conventionnellement, la Commission Internationale de l Éclairage propose de prendre comme base de calcul un ciel couvert donnant un niveau d éclairement de 5000 lx sur une surface horizontale en site parfaitement dégagé.

27 3 L ensoleillement :

28 3 L ensoleillement : Le soleil, à travers son rayonnement direct, est responsable de la plupart des situations critiques observées sur le plan du confort visuel (éblouissement, éclairement excessif, effet de protection solaire, etc.) Prendre en considération et se poser la question de l ensoleillement consiste à étudier la dynamique de la lumière solaire à l intérieur des locaux. Le diagramme solaire est une forme de représentation graphique de la course du soleil. Il constitue un outil facile et pratique pour repérer, depuis un point quelconque de la surface terrestre, le trajet du soleil à travers le ciel.

29 3 L ensoleillement : LE DIAGRAMME SOLAIRE Le diagramme solaire est une représentation plane en coordonnées locales de la trajectoire du soleil, perçue depuis un point de la surface terrestre.

30 3 L ensoleillement : LES COORDONNÉES ANGULAIRES DU SOLEIL La position précise du soleil dans le ciel à un moment donné se détermine à l aide de deux coordonnées : l azimut et la hauteur.

31 3 L ensoleillement : LES COORDONNÉES ANGULAIRES DU SOLEIL LA HAUTEUR est l angle formé par le rayon solaire et le plan horizontal (entre 0 et 90 ).

32 3 L ensoleillement : LES COORDONNÉES ANGULAIRES DU SOLEIL L AZIMUT est l angle formé par la trace du soleil sur le plan horizontal et la direction Nord (dans le sens des aiguilles d une montre).

33 3 L ensoleillement : LES COORDONNÉES ANGULAIRES DU SOLEIL Le quadrillage du diagramme solaire représente les angles horizontaux et verticaux des points de la voûte céleste. C est comme si l observateur repérait l azimut et la hauteur du soleil sur un hémisphère transparent au-dessus de lui et qu ensuite il déployait cette coupole sur un plan vertical.

34 3 L ensoleillement : REPÈRES SUR LE DIAGRAMME SOLAIRE

35 3 L ensoleillement : REPÈRES SUR LE DIAGRAMME SOLAIRE Le diagramme solaire est issu de la méthode des projections solaires cylindriques. Le diagramme solaire permet de déterminer les masques solaires d un bâtiment à partir de la transcription de son panorama.

36 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE

37 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE: L orientation de la façade

38 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : Les auto-masques

39 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : Les auto-masques

40 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : Les auto-masques

41 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : Les masques lointains

42 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : Les masques proches

43 3 L ensoleillement : CONSTRUIRE UN DIAGRAMME SOLAIRE : La superposition des masques

44 Conclusion : La maison de verre. Un film de Richard Copans et Stan Neumann. (Architecte : Pierre Chareau, Paris ). DVD Arte Vidéo, collection Architectures (4), 2005.

45 Bibliographie indicative Sigrid Reiter, André De Herde, L'éclairage naturel des bâtiments, 2004, Presses universitaires de Louvain. Helmut Köster, Dynamic daylighting architecture. Basics, systems, projects, 2004, Birkhäuser. Marc Fontoynont, Daylight performance of buildings, 1999, James & James. Daylighting in architecture, a european reference book, 1993, James & James. La maison de verre. Un film de Richard Copans et Stan Neumann. (Architecte : Pierre Chareau, Paris ). DVD Arte Vidéo, collection Architectures (4), 2005.

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

Dispositifs d éclairage naturel

Dispositifs d éclairage naturel Dispositifs d éclairage naturel "L'expérience plastique que devait représenter l'accès au Panthéon mérite qu'on s'y arrête.(...) L'entrée plongeait le visiteur - comme elle le fait encore de nos jours

Plus en détail

Formation STI2D Architecture et Construction. Simulations d éclairage

Formation STI2D Architecture et Construction. Simulations d éclairage Formation STI2D Architecture et Construction Simulations d éclairage Académie Nancy-Metz 09 octobre 2012 Etude d éclairage sur une cantine Simulation d éclairage naturel Simulation d éclairage naturel

Plus en détail

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination Suzel BALEZ L5C 2007-08 Cathédrale de Chartres (1240) Transept nord Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable SANTE ET CONFORT Bruxelles Environnement ASSURER LE CONFORT VISUEL Magali BODART UCL Architecture & Climat 7 mars 2013 Formation mise en œuvre par le Centre Urbain Objectif

Plus en détail

Effets biologiques de la lumière sur l homme AFE. La lumière et sa modélisation. Bernard Duval AFE - AFNOR X90X. AFE Collège Santé 19 mai 2014 - Paris

Effets biologiques de la lumière sur l homme AFE. La lumière et sa modélisation. Bernard Duval AFE - AFNOR X90X. AFE Collège Santé 19 mai 2014 - Paris Effets biologiques de la lumière sur l homme La lumière et sa modélisation Bernard Duval - AFNOR X90X Collège Santé 19 mai 2014 - Paris La lumière et sa modélisation Sommaire Lumière et grandeurs photométriques

Plus en détail

Fiche 8 (Analyse): Unités

Fiche 8 (Analyse): Unités Fiche 8 (Analyse): Unités Le rayonnement lumineux visible est un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde compris entre 400 et 760 nanomètres, entre l'ultraviolet (

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ECLAIRAGE ARTIFICIEL : INTRODUCTION THÉORIQUE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Objectif de la présentation Notion de base de la photométrie Valeurs

Plus en détail

Vers une approche multicritères OUTILS POUR MIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE L ÉCLAIRAGE NATUREL ET DES APPORTS ÉNERGÉTIQUES SOLAIRES

Vers une approche multicritères OUTILS POUR MIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE L ÉCLAIRAGE NATUREL ET DES APPORTS ÉNERGÉTIQUES SOLAIRES Vers une approche multicritères OUTILS POUR MIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE L ÉCLAIRAGE NATUREL ET DES APPORTS ÉNERGÉTIQUES SOLAIRES MÉMOIRE DE FORMATION CONTINUE EN ARCHITECTURE ET INGÉNIERIE À HAUTE QUALITÉ

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

Fiche descriptive de l activité

Fiche descriptive de l activité Fiche descriptive de l activité Titre : Rendement du panneau solaire Classe : Terminale STI 2D Durée : 40 min Type d activité (expérimentale, documentaire, ) : activité documentaire Contexte d utilisation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ECLAIRAGE ARTIFICIEL : INTRODUCTION THÉORIQUE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Objectif de la présentation Notion de base

Plus en détail

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES IP66, étanche à l eau et à la poussière. Corps en fonte d aluminium injecté, dissipateur thermique intégré Traitement anti-corrosion titanium, visserie inox traitement PCS.

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

Session d information pratique électriciens. Eclairage Rénovation des installations d éclairage

Session d information pratique électriciens. Eclairage Rénovation des installations d éclairage Session d information pratique électriciens Eclairage Rénovation des installations d éclairage Arnaud Deneyer 21 mai 2014 Laboratoire Lumière & Bâtiment Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER FRANÇOIS CANTIN L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE L OCCUPANT ET LA FENÊTRE Sélection des verres Enveloppe CONFORT

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

- Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste

- Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste - Un observatoire astronomique professionnel - Un observatoire astronomique amateur - Un site rural équipé ou non d infrastructures utilisées régulièrement pour observer la voute céleste - Un site classé:

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t Physique du Bâtiment IV Exercices Intégrés Série Valeur g de la fenêtre Déterminer la valeur g du simple vitrage schématisé ci-dessous, I r = I inc r I inc Q e Q i I t I inc : éclairement énergétique incident

Plus en détail

Les FAQ du solaire. 200 Voie JULIA 06110 Le CANNET. : contact@adlynx.fr : http://www.adlynx.fr

Les FAQ du solaire. 200 Voie JULIA 06110 Le CANNET. : contact@adlynx.fr : http://www.adlynx.fr Les FAQ du solaire. 1. Un panneau solaire doit être installé en extérieur Vrai et faux. Un panneau solaire, quel qu'il soit, est composé d'un matériau semiconducteur qui absorbe l'énergie lumineuse - les

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Photométrie d un rétroprojecteur Doc. OPT-TP-02A (14.0) Date : 13 octobre 2014 TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur 1 But de l expérience Le but de ce TP est de : 1. comprendre le

Plus en détail

Flare. Confort et rendement garantis par les LED

Flare. Confort et rendement garantis par les LED Flare Confort et rendement garantis par les LED Flare Downlights et spots à technologie LED Flare, un concept de design unique Mun* product design Flare est une famille complète de downlights et de spots

Plus en détail

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Théorie et Historique du rendu 3D Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Programme Cours 1 Physique de la lumière // La lumière en architecture

Plus en détail

Les générateurs photovoltaïques

Les générateurs photovoltaïques Les générateurs photovoltaïques 1 Par Mr Valentini Philippe - enseignant en Génie Electrique Lycée Jean Prouvé - Nancy Objectifs : Mesurer la production d énergie électrique d un générateur photovoltaïque,

Plus en détail

Projet d éclairage d une salle de classe

Projet d éclairage d une salle de classe www.meleec.org Nom : Prénom : Classe / groupe : Date : Domaine bâtiment / tertiaire Projet d éclairage d une salle de classe Note dossier : / 20 Page : 1 sur 6 1. Problématique L AFE (Association Française

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Etude d éclairage naturel

Etude d éclairage naturel Techniques & Logiciels Etude d éclairage naturel Présentation de l étude Version 0 Création du document Date 12/03/14 Rédigé par Marion DUPRE Vérifié par Laurent PAYET Présentation de l étude d éclairage

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE. N projet : Client : Responsable : JC Date : 09.09.2014

ETUDE COMPARATIVE. N projet : Client : Responsable : JC Date : 09.09.2014 ETUDE COMPARATIVE Client Responsable JC 09.09.2014 Conditions générales de réalisation de l étude d éclairement Le niveau d'éclairement moyen (visible ci après sur la page «Résumé des résultats) est à

Plus en détail

Guardian Clarity Verre antireflet

Guardian Clarity Verre antireflet Guardian Clarity Verre antireflet Contrairement au verre ordinaire, Guardian Clarity offre une vision optimale des matériaux et des objets exposés. DANS UN MONDE TOUJOURS PLUS DOMINÉ PAR L IMAGE, UNE VISION

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ).

Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ). Remédiation 5 ème Panneaux solaires et habitat ORGANISATION Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ). Chaque élève (ou groupe d élève)

Plus en détail

Eclairagisme : Eléments de base

Eclairagisme : Eléments de base Eclairagisme : Eléments de base Bernard PAULE, Arch. Dr ès Sciences techniques "La lumière est là et les couleurs nous entourent. Néanmoins, si nous ne portions pas de lumière et de couleurs dans nos propres

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

Formations METRICS. Module 3 Modélisation et simulation de la lumière naturelle au moyen de DIALux. Corentin Haubruge Magali Bodart

Formations METRICS. Module 3 Modélisation et simulation de la lumière naturelle au moyen de DIALux. Corentin Haubruge Magali Bodart ARCHITECTURE ET CLIMAT Université catholique de Louvain Centre de Recherches en Architecture Formations METRICS Module 3 Modélisation et simulation de la lumière naturelle au moyen de DIALux Corentin Haubruge

Plus en détail

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens Théorie et Historique du rendu 3D Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens Maison Van der Vaeren, Dupuis Jacques 1961 Cours 1 Physique de la lumière Programme

Plus en détail

SCHOTT et l architecture

SCHOTT et l architecture SCHOTT et l architecture Verres antireflets SCHOTT Des solutions inédites en verre pour l architecture et le design Verres de décoration Eclairage par fibres optiques SCHOTT, groupe technologique international,

Plus en détail

LES VERANDAS. 1) Définition: 2) Les différents types de vérandas: En épis ou en appui. Accolée à un mur. Accolée à un mur avec même pente de toiture

LES VERANDAS. 1) Définition: 2) Les différents types de vérandas: En épis ou en appui. Accolée à un mur. Accolée à un mur avec même pente de toiture Nom : Classe: Date: 1) Définition: C est un volume entièrement ou partiellement, vitré construit en saillie, accolé à la façade ou aux murs d une habitation, généralement au rez-de-chaussée sur une dalle.

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

RT 2012 ÉTANCHÉITÉ.INFO #37 mars 2013

RT 2012 ÉTANCHÉITÉ.INFO #37 mars 2013 26 DOSSIER PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES Les lanterneaux face aux enjeux de la RT 2012 La nouvelle réglementation thermique a poussé les fabricants de lanterneaux à mettre à niveau leurs produits en matière

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

SWISSLAMEX TISSUE. Verre novateur avec effet métallique

SWISSLAMEX TISSUE. Verre novateur avec effet métallique SWISSLAMEX TISSUE Verre novateur avec effet métallique 2 Photo: Würth AG, Rorschach, vue extérieure Un verre feuilleté de sécurité avec effet métallique Les effets métalliques confèrent une apparence absolument

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Septembre 2012 Série technique 12-104 Étude d impact de l ombrage créé par des auvents sur la climatisation en été au CCTR INTRODUCTION Une étude visant à mesurer directement l énergie

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

L aurore polaire : un phénomène spectaculaire. (extrait de la Revue de météorologie aéronautique du service météorologique de l AM 1 )

L aurore polaire : un phénomène spectaculaire. (extrait de la Revue de météorologie aéronautique du service météorologique de l AM 1 ) L aurore polaire : un phénomène spectaculaire (extrait de la Revue de météorologie aéronautique du service météorologique de l AM 1 ) Un mystère fascinant aux yeux des hommes Pendant des siècles, les hommes

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 64 901 A1 (43) Date de publication: 12.04.2006 Bulletin 2006/1 (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE CONFORT VISUEL

ANNEXE RUBRIQUE CONFORT VISUEL Sommaire ANNEXE RUBRIQUE CONFORT VISUEL 1. Eclairage naturel... 2 1.1 Indice d ouverture Io... 2 1.2 Facteur de lumière du jour Flj... 2 1.3 Dispositions réduisant les risques d éblouissement et permettant

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE»

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» PRESENTATION 1 ASPECTS LEGISLATIF, REGLEMENTAIRE ET NORMATIF -Code Général des Collectivité Territoriale (CGCT) : -Article L2212-2 «L éclairage

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

Formation. L énergie dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Fiorenzo NAMECHE

Formation. L énergie dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Fiorenzo NAMECHE Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE Fiorenzo NAMECHE LIGHT TO LIGHT Lighting design & engineering LIGHT TO LIGHT Bureau indépendant

Plus en détail

«Lunettes solaires pour la maison»

«Lunettes solaires pour la maison» Flachglas vous informe Edition 7, janvier 2010 «Lunettes solaires pour la maison» Gérer individuellement le transfert de la lumière de la chaleur Nouveau vitrage :«Adoucir»par simple pression d une touche.

Plus en détail

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 Stellarium Stellarium 1. Introduction à Stellarium 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 2.1 Outils de repérage dans le ciel 2.2 Outils de sélection 2.3 Fenêtre de configuration

Plus en détail

Rappel du Plan du cours

Rappel du Plan du cours Rappel du Plan du cours 1. Généralités et données climatiques 3. Rappels sur les transferts de chaleur 4. Capteur Solaire Plan 5. Application à la production d eau chaude sanitaire (ECS) 6. Bibliographie

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Laser Blade Line to Circle

Laser Blade Line to Circle Laser Blade Line to Circle Nouveautés 2014 7 5 6 1 2 3 4 Laser Blade ( 1 ) High contrast Minimal ( 2 ) Orientable ( 3 ) General Lighting ( 4 ) Wall washer ( 5 ) in30 LED Low Contrast ( 6 ) in30 LED High

Plus en détail

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE

CLASSE DE SECONDE. Enseignement d Exploration PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE CLASSE DE SECONDE Enseignement d Exploration Création et Innovation Technologique Dossier de Travail PARTIE 1 PRINCIPE DU PANNEAU SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE En vous basant sur des recherches Internet et les

Plus en détail

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com Comment tbien utiliser les vitrages d aujourd hui d h Les multiples capacités de calibration des performances LucJoubert consultant SeniorenVitrages Luc Joubert, consultant Senior en Vitrages, Synergia

Plus en détail

R ecommandation TOP 14 PRO D2

R ecommandation TOP 14 PRO D2 R ecommandation é c l a i r a g e TOP 14 PRO D2 février 2012 s o m m a ir e Préambule... p. 3 1. Données structurelles... p. 5 1.1 Implatation et nombre de mâts... p. 5 1.2 Alimentation électrique... p.

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille Cours 1. Vision d un objet : Un objet ne peut être vu que s il émet de la lumière et que celle-ci pénètre dans l

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse Lumière romantique des chandelles Eclairage intégré dans la hotte Zone de travail exempte d ombres Eclairage ponctuel par spots Température des couleurs

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière.

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière. OEIL et VISION Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière." René Char Le Système Visuel Confort Performance Agrément Le système visuel Muscle ciliaire Cornée Rétine Nerf optique

Plus en détail

Information Technique

Information Technique Information Technique ATS-137-4 Fr Nouvelle amélioration de l apparence du verre Pilkington Energy Advantage Low-E Glass Pilkington Energy Advantage consiste d une couche très mince d un materiel polycristallin

Plus en détail

Éclairage LED pour grands espaces

Éclairage LED pour grands espaces Éclairage LED pour grands espaces Systèmes d éclairage en ligne à LED Avec E4, E5 et E7, ETAP propose une vaste gamme d éclairages à LED pour les espaces de grandes dimensions et avec une hauteur de plafond

Plus en détail

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Les ondes colorées de la lumière blanche La lumière est un rayonnement composé d ondes électromagnétiques qui se propagent dans le vide à la vitesse de 299

Plus en détail

Pollution lumineuse?

Pollution lumineuse? Pollution lumineuse? Il s agit de toute modification de l'environnement nocturne naturel et de toute nuisance provoquée par l usage inadéquat et abusif de lumière artificielle. provoque l éblouissement

Plus en détail

Notice du logiciel Dialux evo

Notice du logiciel Dialux evo Notice du logiciel Dialux evo Version janvier 2014 Notice Dialux Evo 2.0 et 3.0 Page 1 Sommaire I. Démarrage et configuration du logiciel :... 3 I.1 Lancement du logicel :... 3 I.2 Paramétrage du logiciel

Plus en détail

Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique).

Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique). Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique). Notions de base. Les trois modes de transfert de chaleur. Le bilan thermique d un bâtiment. Les pertes thermiques par transmission. Les pertes

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES V. Boucher P. Charbonnier Y. Guillard V. Muzet J.P. Truchet Flux lumineux (W - Lumen) Luminance (cd/m²) Réflexion / diffusion Éclairement (Lux) Quoi mesurer & comment? Cyclope Coluroute Veclap Ecodyn Objet

Plus en détail

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 Cahier TECHNIQUE Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 > Partie 1 : Sélection des classes d éclairage > Partie 2 : Exigences de performance DOSSIER RÉALISÉ PAR CHRISTIAN

Plus en détail

Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain

Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain Un pr Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain La nouvelle école Louis Jouvet et le restaurant scolaire ont été conçus de manière à tisser un lien entre le Village et le parc Louis Jouvet.

Plus en détail

Un été sans climatisation, c est possible!

Un été sans climatisation, c est possible! 1 Un été sans climatisation, c est possible! Bruxelles Environnement Se protéger de la surchauffe : Focus sur les protections solaires Arnaud DENEYER Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

VISIBILITE DES VEHICULES D INTERVENTION

VISIBILITE DES VEHICULES D INTERVENTION VISIBILITE DES VEHICULES D INTERVENTION Part 1 : Quelles couleurs pour nos véhicules d interventions? L HISTOIRE DE COULEURS Normes Européennes: Les Normes Européennes préconisent pour les intervenants

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

Mesure en éclairage. Jean Bastie. BNM-INM/CNAM, 292 rue Saint Martin, 75141 Paris cedex 03

Mesure en éclairage. Jean Bastie. BNM-INM/CNAM, 292 rue Saint Martin, 75141 Paris cedex 03 Mesure en éclairage Jean Bastie BNM-INM/CNAM, 292 rue Saint Martin, 75141 Paris cedex 03 Tel : 01 40 27 20 25, Fax : 01 42 71 37 36, e-mail : bastie@cnam.fr Article_Bastie.doc Page 1/13 Sommaire Sommaire...2

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Les outils de l éco-conception et de la performance énergétique

Les outils de l éco-conception et de la performance énergétique République Tunisienne Ministère de l Equipement et de l Environnement Direction Générale des Bâtiments Civils Les outils de et de la performance énergétique Élaboré par Ghada JALLALI Tarek SLAOUI Architecte

Plus en détail

L amélioration des ouvertures ou la valorisation des sources lumineuses

L amélioration des ouvertures ou la valorisation des sources lumineuses SAFE.BAT04 L amélioration des ouvertures ou la valorisation des sources lumineuses Les points principaux Cette fiche explore l impact du milieu sur les ouvertures, fait ressortir des avantages d une construction

Plus en détail

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg Journée technique Outil COLUROUTE Mesure des propriétés de réflexion des matériaux Valérie Muzet Cerema - DTerEst - LR Strasbourg COLUROUTE COefficient de LUminance des ROUTEs Sommaire Introduction et

Plus en détail