L éclairage naturel première partie : Principes de base

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L éclairage naturel première partie : Principes de base"

Transcription

1 Suzel BALEZ L5C L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden

2 Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux L éclairement (lux) La luminance Les 2 aspects de l éclairage naturel : ensoleillement et éclairage diffus Ensoleillement Éclairage diffus Stratégies de l éclairage naturel Capter Transmettre Distribuer Se protéger Contrôler 2

3 La vision Le visible La vision, principes de base La vision, aspects cognitifs

4 Le visible L œil n est sensible qu à une toute petite partie des radiations électromagnétiques Le visible (la lumière), c est un spectre électromagnétique dont les longueurs d ondes ont le pouvoir d exciter les cellules visuelles de l œil λ=0,38 μm < Visible < λ=0,78 μm Longueurs d'onde électromagnétiques en μm (10-6 m) Rayons gamma U. V. Rayons cosmiques Rayons X Infra rouge Radar, radio, TV VISIBLE 4

5 La vision, principes de base La perception visuelle naît dans l œil mais prend forme dans le cerveau: l optique de l œil permet la formation de l image rétinienne et la rétine transforme la lumière reçue en un ensemble de stimulations capables d être traitées par le cerveau. Les cellules de la rétine : les cônes : réaction au forts éclairements, vision de détail et sensibilité à la couleur (rouge, vert, bleu); les bâtonnets : insensibles à la couleur, réaction aux faibles éclairements. 5

6 La vision, principes de base L œil n est pas sensible, dans le visible, de la même manière à toutes les longueurs d ondes. En vision de jour, le maximum de sensibilité se situe à 0,555μm (jaune-vert). En réalité, il existe deux courbes de réponse, l'une pour des éclairements forts (dite "photopique" et représentée ici), l'autre pour des éclairements faibles ("scotopique»). 6

7 La vision, aspects cognitifs Rapport figure / fond? Les illustrations des diapositives suivantes sont issues de Jacques Ninio, La sciences de l illusion 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 Grandeurs photométriques Le flux lumineux (lumen) L éclairement (lux) La luminance (candélas par m²)

13 Grandeurs photométriques : Le flux lumineux Le flux lumineux Φ d une source est l évaluation, selon la sensibilité de l œil, de la quantité de lumière rayonnée dans tout l espace de cette source. Il s exprime en lumen (lm) L efficacité lumineuse (ou rendement lumineux) η d une source est le quotient de son flux lumineux Φ par sa puissance P. Elle s exprime en lm/w. η = Φ/P (lm/w) 13

14 Grandeurs photométriques : L intensité lumineuse L intensité lumineuse est le flux lumineux émis par unité d angle solide dans une direction donnée. Elle se mesure en candela (cd). I = Φ / Ω (cd) L angle solide (Ω) d un cône est le rapport de la surface (S) découpée sur une surface sphérique (ayant son centre au sommet de ce cône) au carré du rayon de la sphère. Il s exprime en stéradians (sr) Ω = S / r² (sr) Le stéradian est donc l angle solide qui découpe une surface égale à 1m² sur une sphère d un mètre de rayon. L ensemble des angles solides dans une sphère représente 4π. L angle solide maximal vaut donc 4π stéradians. 1 candela = 1 lumen/stéradian 14

15 Grandeurs photométriques : L éclairement L éclairement (E) d une surface est le rapport du flux lumineux reçu à l aire de cette surface. Son unité est le lux, équivalent à 1lm/m² E = Φ / S (lx) 15

16 Grandeurs photométriques : l éclairement s exprime en lux L unité utilisée pour la mesure de l éclairement est le LUX (lx) Elle caractérise le rapport d un flux lumineux sur une surface. L éclairement est donc toujours défini par rapport à une surface (que cette surface soit horizontale, verticale ou oblique matérialisée ou non) Notre perception de l éclairement naturel est très variable. Nous pouvons lire un texte sous un éclairement de lx et sous une nuit de pleine lune (0,1lx) 5000 lx en éclairage naturel correspond à une valeur faible (temps gris) alors qu en éclairage artificiel, c est insupportable (cf. le ciel artificiel de l Ensag). Ordre de grandeurs Éclairement sur une place au soleil à midi en été : lux Bureau - une salle de cours : lux Rue piétonne : 2-20 lx 16

17 Grandeurs photométriques : La La luminance (L) d une source est le rapport entre l intensité lumineuse émise dans une direction et la surface apparente de la source lumineuse dans la direction considérée. La luminance s exprime en candélas par mètre carré (cd/m²) L = I / S apparente luminance 17

18 Grandeurs photométriques : La La luminance est la seule grandeur photométrique réellement perçue par l œil humain luminance 18

19 Ciel Ensoleillement Ciel couvert (éclairage diffus) 19

20 Ensoleillement et éclairage diffus l ensoleillement renvoi à l étude de la course du soleil, l étude de la pénétration de la lumière naturelle dans un bâtiment (ou sur un espace public), l étude du temps d exposition dont bénéficie un local des rayons solaires, l étude de protections solaires éventuelles, L éclairage diffus désigne l éclairage fourni par la voûte céleste sans les rayons solaires directs. Ainsi la quantité d éclairage naturel est directement dépendante de : conditions spatio-temporelles (latitude, jour, heure) conditions météo dimension et position des prises de jour nature des matériaux de vitrage orientation des ouvertures existence de masques extérieurs facteurs de réflexion des parois intérieures 20

21 Le soleil et le ciel : Climats Ciels couverts = éclairage diffus (ou éclairage naturel) Ciels ensoleillés = ensoleillement 21

22 Ensoleillement

23 Le soleil Généralités : On considère que le soleil émet comme une source située à l infini, dont les rayons sont parallèles entre eux. La terre tourne autour du soleil selon un mouvement de translation sur une orbite elliptique (assimilée à un cercle). L axe des pôles forme un angle d inclinaison de par rapport au plan de l elliptique et reste parallèle à lui-même au cours du mouvement annuel. 23

24 4 positions clés 2 équinoxes (printemps et automne) : jour = nuit 2 solstices (21 juin et 21 Décembre) : jours les plus long et le plus court de l année Source : Pierre Seille, ENS INSA Lyon,

25 Solstice d été Variations du flux solaire Cf. Lavigne et al. Solstice d hiver 25

26 Position du soleil La position du soleil dans le ciel est prédictible à partir : de la latitude, du moment de l année, de l heure 26

27 Trajectoires solaires Exemples de trajectoires solaires depuis différents points de la terre Pour une même direction des rayons solaires, la hauteur du soleil évaluée en différents points de la terre ne sera pas la même. 27

28 Coordonnées angulaires du soleil Hauteur et azimut servent à définir la position d un objet par rapport à un point de référence (point d observation). Hauteur : angle formé par le rayon solaire et le plan horizontal (entre 0 et 90 ) Azimut : angle formé par la trace du soleil sur le plan horizontal et la direction Nord (dans le sens des aiguilles d une montre). Par commodité, on utilise l azimut par rapport au sud (< 0 côté Est, > 0 côté Ouest) Source : Mazria 28

29 Remarque Cf. Energy Conscious Design courses du soleil - Hiver / Été Attention : saisons inversées sur les deux hémisphères Eté (Hémisphère Nord) quand la distance Terre / Soleil est la plus grande mais les rayons les + chauds 29

30 Représenter les trajectoires solaires 30

31 Diagrammes cartésiens Les azimut sont donnés en abscisse (0 = midi solaire, quand le soleil est dans l axe sud). Les hauteurs sont données en ordonnées. Ces diagrammes sont fournis pour une latitude donnée. A : 21 juin [Solstice] B : mai & juillet C : avril & août D : mars & septembre E : février & octobre F : janvier & novembre G : 21 Décembre [Solstice] 31

32 Ces diagrammes permettent aussi de tracer les masques de l environnement et de déterminer leur influence. Pour déterminer ces masques : choisir un point et une hauteur de référence relever (sur le terrain ou sur un plan) la hauteur et les azimut que font les arrêtes de ces masques avec le point de référence reporter hauteurs et azimut sur le graphe tracer les non horizontales avec les indicateurs d occultation Attention, si vous utilisez une carte topographique (IGN), il faut soustraire l altitude du point de référence à l altitude que vous lisez sur la carte. 32

33 Exemple de diagramme solaire avec photo-montage Place de Philippeville, Grenoble (BazarUrbain 2007) 33

34 Le gnomon Le gnomon repose sur le principe du cadran solaire, adapté à la latitude du lieu. Une tige verticale dont on connaît la dimension (d), est posée sur le plan horizontal. Cette tige donne une trace d ombre qu on représente pour chaque mois. Les nombres situés sur les traces solaires représentent les heures en temps solaire. Courbe A : 21 juin Courbe C : 21 avril et 21 août Courbe E : 21 février et 21 octobre Courbe G : 21 décembre Courbe B : 21 mai et 21 juillet Courbe D : 21 mars et 21 sept. Courbe F : 21 janvier et 21 novembre 34

35 L Héliodon Principe Il est possible de simuler les différentes positions solaires sur une maquette avec un héliodon et un projecteur à rayons parallèles. Les 3 axes de rotation de l héliodon : -le basculement du plateau (0 à90 ) sur lequel est posé la maquette permet de régler la latitude - le pivotement du pied permet de choisir les mois - on fait varier les heures en faisant tourner le plateau sur lui-même. 35

36 Source :J.J Delétré - EA Grenoble 36

37 Durée d insolation Conditions spatiotemporelles et météorologiques Temps (journalier, mensuel, annuel), durant lequel la puissance surfacique du rayonnement solaire atteignant le sol atteint ou dépasse une valeur seuil. Ces données sont fournies par différentes bases : Méteo nationale, Satel-Light, Atlas solaire européen Correspondance avec la photométrie : 100 lm/w Soit : 1 W/m2 100 lux Carte d irradiation globale, moyenne annuelle, en Kwh/m2 37

38 Remarque : En été, la quantité d énergie solaire reçue est plus important sur une surface horizontale que verticale même orientée Sud En hiver, la quantité d énergie solaire reçue est plus importante sur une surface verticale orientée Sud que horizontale Quelles conséquences pour le choix des ouvertures? 38

39 Éclairage diffus «Dame écrivant une lettre avec sa servante» Vermeer

40 Influence de la couche nuageuse Climat et contexte : le ciel En été, par ciel serein, l éclairement horizontal au niveau de la mer atteint lux. En hiver, sous nos latitudes, par ciel très couvert, l éclairement horizontal extérieur peut être inférieur à 5000 lux. Les nuages réduisent l éclairement : Ciel serein : 100 % Nuages 2/10 : 90 % Nuages 4/10 : 75 % Nuages 6/10 : 65 % Nuages 8/10 : 45 % Ciel complètement couvert : 20 % Ciel intermédiaire 40

41 Facteur de lumière du jour Comme la quantité de lumière naturelle peut varier de façon importante, on introduit un rapport de proportionnalité entre l éclairement extérieur et celui disponible à l intérieur du local. C est ce qu on appelle le facteur de lumière du jour et il se calcule ainsi : Fj = E int Eext 100 Eext. où Eint = Eclairement horizontal à l intérieur du local Eext = Eclairement horizontal extérieur en site dégagé Exemple :. Eext = 5000 lx Près d une ouverture latérale, on peut avoir un Fj de 5% => Eint = 250 lx Eint. 41

42 Facteur de lumière du jour : décomposition Le facteur de lumière du jour peut se décomposer de la manière suivante : Fj = FJD + FJRE + FJRI en % avec : FJD : composante directe de la voûte céleste FJRE : composante réfléchie extérieure FJRI : composante réfléchie intérieure Voûte céleste FJD FJRE Eext. FJRI Eint. 42

43 Facteur de lumière du jour Ces trois composantes ont des importances diverses : - près des fenêtres la composante du FJD est en général prépondérante sauf s il y a un masque crée par des bâtiments devant la façade (dans ce cas là, c est la composante du FJRE qui est importante) - Par contre, au fond du local, la composante FJRI prend une valeur relativement importante alors qu elle est négligeable près des ouvertures. FJD FJRE Eext. FJRI Eint. 43

44 Prises de jour verticales une idée fausse Importance de FJ Réfléchi 50 lux 30 lux Sur cet exemple de cour intérieure, les pièces des étages inférieurs ne sont pas éclairés par la voûte céleste mais par les réflexions extérieures des façades. Le vitrage ayant un facteur de réflexion quasi-nul, augmenter la taille des fenêtres diminue l éclairement à l intérieur de des pièces des étages inférieurs 44

45 Facteur de lumière du jour et fonctions des bâtiments Ordre de grandeur Type d espace Fj (%) Réalisez que ce pourcentage est faible 0,5% de 5000lx = 25lx éclairage d une rue piétonne alors qu un bureau attend 400 lx cathédrale 0,5 Bureau éloigné d une fenêtre 0,5 à 1 Bureau proche d une fenêtre 3 à 6 Musée de peinture 0,6 à 1,8 Hall de gare XIXe siècle 10 Patio vitré 10 à 20 Paroi verticale (extérieur) 30 à 50 Surface en toiture (extérieur)

46 Variation du facteur de lumière du jour dans un local Le facteur de lumière du jour n est pas constant dans un local : il décroît très vite dès lors que l on s éloigne d une prise de jour. FJ (en %) , hauteur du plan de mesure Distance (en m) Allure de la décroissance du facteur de lumière du jour dans un local éclairé par une seule baie verticale 46

47 Facteur de lumière du jour - valeurs typiques 47

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination Suzel BALEZ L5C 2007-08 Cathédrale de Chartres (1240) Transept nord Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Notice du logiciel Dialux evo

Notice du logiciel Dialux evo Notice du logiciel Dialux evo Version janvier 2014 Notice Dialux Evo 2.0 et 3.0 Page 1 Sommaire I. Démarrage et configuration du logiciel :... 3 I.1 Lancement du logicel :... 3 I.2 Paramétrage du logiciel

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Préliminaire : Observation et simulation de l évolution des ombres au cours de la journée

Préliminaire : Observation et simulation de l évolution des ombres au cours de la journée SEQUENCE 1 - LE MIDI SOLAIRE ET LA MERIDIENNE Préliminaire : Observation et simulation de l évolution des ombres au cours de la journée Durée : moments d observations et de tracés assez courts mais renouvelés

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t Physique du Bâtiment IV Exercices Intégrés Série Valeur g de la fenêtre Déterminer la valeur g du simple vitrage schématisé ci-dessous, I r = I inc r I inc Q e Q i I t I inc : éclairement énergétique incident

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème Position du problème On souhaite réaliser un cadran solaire à l aide d un stylet, de longueur a, perpendiculaire à un plan. (Le stylet n est donc pas orienté vers le pôle nord céleste). Ce cadran solaire

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Les panneaux solaires photovoltaïques

Les panneaux solaires photovoltaïques SOlutions for Low Energy Neighbourhoods Les panneaux solaires photovoltaïques Les points principaux Différents types de technologies existent pour exploiter l énergie solaire et produire de l électricité

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE Ingrid Van Steenbergen ODID Bureau conseil indépendant Economie d énergie en éclairage Bureau

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

LUMIERE & ESPACE LIGHT & SPACE

LUMIERE & ESPACE LIGHT & SPACE LUMIERE & ESPACE LIGHT & SPACE Prof. Marilyne ANDERSEN, Dr. Bernard PAULE, Dr. Jan WIENOLD Unité d Enseignement M Master Architecture - 2014/2015 UE M - 2015 La lumière au service de l architecture Acquérir

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Double ou triple vitrage?

Double ou triple vitrage? Double ou triple vitrage? On entend un peu tout et n importe quoi au sujet des fenêtres double et triple vitrage. Le triple vitrage est-il la panacée en termes d économies d énergies? Est-il adapté à la

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Etablissement : Collège Verlaine (Béthune) Rédigé par : L atelier Scientifique. Professeur Référent : Ugo Leenhardt

Etablissement : Collège Verlaine (Béthune) Rédigé par : L atelier Scientifique. Professeur Référent : Ugo Leenhardt Etablissement : Collège Verlaine (Béthune) Rédigé par : L atelier Scientifique Professeur Référent : 1.LANCEMENT DU PROJET Afin d envisager autrement l investigation, la démarche proposée par le concours

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

Le point en recherche et développement 96-205 Série technique LES FENÊTRES ÉNERGÉTIQUES, L ÉCLAIRAGE ET LA SANTÉ HUMAINE

Le point en recherche et développement 96-205 Série technique LES FENÊTRES ÉNERGÉTIQUES, L ÉCLAIRAGE ET LA SANTÉ HUMAINE Le point en recherche et développement 96-205 Série technique LES FENÊTRES ÉNERGÉTIQUES, L ÉCLAIRAGE ET LA SANTÉ HUMAINE Introduction Dans un bâtiment bien isolé, le plus fort pourcentage de déperdition

Plus en détail

Manuel Utilisateur Logiciel PEB Partie modeleur version 2.5

Manuel Utilisateur Logiciel PEB Partie modeleur version 2.5 Manuel Utilisateur Logiciel PEB Partie modeleur version 2.5 Table des matières Table des matières... 3 Introduction... 7 Objectifs du modeleur... 7 Coup d oeil... 9 Principes sous-tendant l utilisation

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Transferts de Chaleur

Transferts de Chaleur Transferts de Chaleur EXERCICES de REFERENCE - 107 EXERCICES de REFERENCE RAYONNEMENT : Problème introductif... - 109 FACTEUR DE FORME... - 110 ESTIMATION D'UN FACTEUR DE FORME...- 110 FACTEUR DE FORME

Plus en détail

Guardian Clarity Verre antireflet

Guardian Clarity Verre antireflet Guardian Clarity Verre antireflet Contrairement au verre ordinaire, Guardian Clarity offre une vision optimale des matériaux et des objets exposés. DANS UN MONDE TOUJOURS PLUS DOMINÉ PAR L IMAGE, UNE VISION

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 LGT Jean Monnet Annemasse 74 Pourquoi orienter un panneau solaire?... p 3 Hypothèse de départ......... p 3 PRESENTATION GENERALE I) Première approche : Explication du système

Plus en détail

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE»

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» PRESENTATION 1 ASPECTS LEGISLATIF, REGLEMENTAIRE ET NORMATIF -Code Général des Collectivité Territoriale (CGCT) : -Article L2212-2 «L éclairage

Plus en détail

LES COULEURS DE LA LUMIERE

LES COULEURS DE LA LUMIERE LES COULEURS DE LA LUMIERE Répertoire de questions et de représentations mentales erronées d étudiants normaliens sur le thème de la lumière. Questions - réponses. Références livresques et électroniques.

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme. Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes

Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme. Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes Année scolaire 2009/2010 - Fin de rédaction le 23 mai 2010 Table des matières 1 L énergie

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique)

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Enseignement collège et lycée Article Code Véhicule électrique à énergie solaire

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Elle est donc mise en œuvre pour assurer la protection des biens et des personnes face aux risques d intrusion et d agression.

Elle est donc mise en œuvre pour assurer la protection des biens et des personnes face aux risques d intrusion et d agression. L'ANTI-INTRUSION Comment assurer la sécurité des biens et des personnes? 1. DÉFINITIONS : La détection intrusion a pour finalité principale la détection de personnes qui forcent ou tentent de forcer les

Plus en détail

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Courriel : {prenom.nom}@univ-lorraine.fr .. Lecture La perception humaine. . Lecture La perception humaine.. Partie 1. 1. La et les espaces

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

La fenêtre et son rôle dans la conception des maisons bioclimatiques

La fenêtre et son rôle dans la conception des maisons bioclimatiques Revue des Energies Renouvelables CICME 08 Sousse (008) 41 46 La fenêtre et son rôle dans la conception des maisons bioclimatiques N. Benradouane 11 et B. Benyoucef Unité de Recherche de Matériaux et Energies

Plus en détail

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse)

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse) L ANTI-INTRUSION Comment assurer la sécurité des biens et des personnes? Définitions La détection intrusion a pour finalité principale la détection de personnes qui forcent ou tentent de forcer les protections

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

livret-guide des séances année scolaire 2007-2008

livret-guide des séances année scolaire 2007-2008 Le Planétarium Peiresc est une réalisation de l association des Amis du Planétarium Numéro spécial rentrée 2007 d Aix en Provence, avec le soutien de : Ville d Aix-en en-provence Conseil Général des Bouches

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales Enseigner la prévention des risques professionnels Éclairage et vision Fiches principales EV 1 OBJECTIF : Identifier les caractéristiques physiques de la lumière et de l environnement lumineux de travail

Plus en détail

Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer.

Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer. Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer. 2 Une vision claire et limpide: les parois pliantes vitrées apportent de la transparence. Que

Plus en détail

FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT

FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT FAKRO fut créé en 1991 et est le deuxième plus grand fabriquant de fenêtres de toit au niveau mondial.

Plus en détail

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée SOMMAIRE 1 LA CARTE 1.1 Les types de carte 1.2 Les différentes échelles 1.3 - Les informations figurants sur les cartes au 1/25000 ème 1.3.1 - Le cadre 1.3.2 Les couleurs

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Conservatoire national des arts et métiers

Conservatoire national des arts et métiers THESE présentée au Conservatoire national des arts et métiers pour l obtention du grade de DOCTEUR dans la spécialité Lasers, métrologie, communications par Nicolas POUSSET CARACTERISATION DU RENDU DES

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail