L éclairage naturel première partie : Principes de base

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L éclairage naturel première partie : Principes de base"

Transcription

1 Suzel BALEZ L5C L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden

2 Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux L éclairement (lux) La luminance Les 2 aspects de l éclairage naturel : ensoleillement et éclairage diffus Ensoleillement Éclairage diffus Stratégies de l éclairage naturel Capter Transmettre Distribuer Se protéger Contrôler 2

3 La vision Le visible La vision, principes de base La vision, aspects cognitifs

4 Le visible L œil n est sensible qu à une toute petite partie des radiations électromagnétiques Le visible (la lumière), c est un spectre électromagnétique dont les longueurs d ondes ont le pouvoir d exciter les cellules visuelles de l œil λ=0,38 μm < Visible < λ=0,78 μm Longueurs d'onde électromagnétiques en μm (10-6 m) Rayons gamma U. V. Rayons cosmiques Rayons X Infra rouge Radar, radio, TV VISIBLE 4

5 La vision, principes de base La perception visuelle naît dans l œil mais prend forme dans le cerveau: l optique de l œil permet la formation de l image rétinienne et la rétine transforme la lumière reçue en un ensemble de stimulations capables d être traitées par le cerveau. Les cellules de la rétine : les cônes : réaction au forts éclairements, vision de détail et sensibilité à la couleur (rouge, vert, bleu); les bâtonnets : insensibles à la couleur, réaction aux faibles éclairements. 5

6 La vision, principes de base L œil n est pas sensible, dans le visible, de la même manière à toutes les longueurs d ondes. En vision de jour, le maximum de sensibilité se situe à 0,555μm (jaune-vert). En réalité, il existe deux courbes de réponse, l'une pour des éclairements forts (dite "photopique" et représentée ici), l'autre pour des éclairements faibles ("scotopique»). 6

7 La vision, aspects cognitifs Rapport figure / fond? Les illustrations des diapositives suivantes sont issues de Jacques Ninio, La sciences de l illusion 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 Grandeurs photométriques Le flux lumineux (lumen) L éclairement (lux) La luminance (candélas par m²)

13 Grandeurs photométriques : Le flux lumineux Le flux lumineux Φ d une source est l évaluation, selon la sensibilité de l œil, de la quantité de lumière rayonnée dans tout l espace de cette source. Il s exprime en lumen (lm) L efficacité lumineuse (ou rendement lumineux) η d une source est le quotient de son flux lumineux Φ par sa puissance P. Elle s exprime en lm/w. η = Φ/P (lm/w) 13

14 Grandeurs photométriques : L intensité lumineuse L intensité lumineuse est le flux lumineux émis par unité d angle solide dans une direction donnée. Elle se mesure en candela (cd). I = Φ / Ω (cd) L angle solide (Ω) d un cône est le rapport de la surface (S) découpée sur une surface sphérique (ayant son centre au sommet de ce cône) au carré du rayon de la sphère. Il s exprime en stéradians (sr) Ω = S / r² (sr) Le stéradian est donc l angle solide qui découpe une surface égale à 1m² sur une sphère d un mètre de rayon. L ensemble des angles solides dans une sphère représente 4π. L angle solide maximal vaut donc 4π stéradians. 1 candela = 1 lumen/stéradian 14

15 Grandeurs photométriques : L éclairement L éclairement (E) d une surface est le rapport du flux lumineux reçu à l aire de cette surface. Son unité est le lux, équivalent à 1lm/m² E = Φ / S (lx) 15

16 Grandeurs photométriques : l éclairement s exprime en lux L unité utilisée pour la mesure de l éclairement est le LUX (lx) Elle caractérise le rapport d un flux lumineux sur une surface. L éclairement est donc toujours défini par rapport à une surface (que cette surface soit horizontale, verticale ou oblique matérialisée ou non) Notre perception de l éclairement naturel est très variable. Nous pouvons lire un texte sous un éclairement de lx et sous une nuit de pleine lune (0,1lx) 5000 lx en éclairage naturel correspond à une valeur faible (temps gris) alors qu en éclairage artificiel, c est insupportable (cf. le ciel artificiel de l Ensag). Ordre de grandeurs Éclairement sur une place au soleil à midi en été : lux Bureau - une salle de cours : lux Rue piétonne : 2-20 lx 16

17 Grandeurs photométriques : La La luminance (L) d une source est le rapport entre l intensité lumineuse émise dans une direction et la surface apparente de la source lumineuse dans la direction considérée. La luminance s exprime en candélas par mètre carré (cd/m²) L = I / S apparente luminance 17

18 Grandeurs photométriques : La La luminance est la seule grandeur photométrique réellement perçue par l œil humain luminance 18

19 Ciel Ensoleillement Ciel couvert (éclairage diffus) 19

20 Ensoleillement et éclairage diffus l ensoleillement renvoi à l étude de la course du soleil, l étude de la pénétration de la lumière naturelle dans un bâtiment (ou sur un espace public), l étude du temps d exposition dont bénéficie un local des rayons solaires, l étude de protections solaires éventuelles, L éclairage diffus désigne l éclairage fourni par la voûte céleste sans les rayons solaires directs. Ainsi la quantité d éclairage naturel est directement dépendante de : conditions spatio-temporelles (latitude, jour, heure) conditions météo dimension et position des prises de jour nature des matériaux de vitrage orientation des ouvertures existence de masques extérieurs facteurs de réflexion des parois intérieures 20

21 Le soleil et le ciel : Climats Ciels couverts = éclairage diffus (ou éclairage naturel) Ciels ensoleillés = ensoleillement 21

22 Ensoleillement

23 Le soleil Généralités : On considère que le soleil émet comme une source située à l infini, dont les rayons sont parallèles entre eux. La terre tourne autour du soleil selon un mouvement de translation sur une orbite elliptique (assimilée à un cercle). L axe des pôles forme un angle d inclinaison de par rapport au plan de l elliptique et reste parallèle à lui-même au cours du mouvement annuel. 23

24 4 positions clés 2 équinoxes (printemps et automne) : jour = nuit 2 solstices (21 juin et 21 Décembre) : jours les plus long et le plus court de l année Source : Pierre Seille, ENS INSA Lyon,

25 Solstice d été Variations du flux solaire Cf. Lavigne et al. Solstice d hiver 25

26 Position du soleil La position du soleil dans le ciel est prédictible à partir : de la latitude, du moment de l année, de l heure 26

27 Trajectoires solaires Exemples de trajectoires solaires depuis différents points de la terre Pour une même direction des rayons solaires, la hauteur du soleil évaluée en différents points de la terre ne sera pas la même. 27

28 Coordonnées angulaires du soleil Hauteur et azimut servent à définir la position d un objet par rapport à un point de référence (point d observation). Hauteur : angle formé par le rayon solaire et le plan horizontal (entre 0 et 90 ) Azimut : angle formé par la trace du soleil sur le plan horizontal et la direction Nord (dans le sens des aiguilles d une montre). Par commodité, on utilise l azimut par rapport au sud (< 0 côté Est, > 0 côté Ouest) Source : Mazria 28

29 Remarque Cf. Energy Conscious Design courses du soleil - Hiver / Été Attention : saisons inversées sur les deux hémisphères Eté (Hémisphère Nord) quand la distance Terre / Soleil est la plus grande mais les rayons les + chauds 29

30 Représenter les trajectoires solaires 30

31 Diagrammes cartésiens Les azimut sont donnés en abscisse (0 = midi solaire, quand le soleil est dans l axe sud). Les hauteurs sont données en ordonnées. Ces diagrammes sont fournis pour une latitude donnée. A : 21 juin [Solstice] B : mai & juillet C : avril & août D : mars & septembre E : février & octobre F : janvier & novembre G : 21 Décembre [Solstice] 31

32 Ces diagrammes permettent aussi de tracer les masques de l environnement et de déterminer leur influence. Pour déterminer ces masques : choisir un point et une hauteur de référence relever (sur le terrain ou sur un plan) la hauteur et les azimut que font les arrêtes de ces masques avec le point de référence reporter hauteurs et azimut sur le graphe tracer les non horizontales avec les indicateurs d occultation Attention, si vous utilisez une carte topographique (IGN), il faut soustraire l altitude du point de référence à l altitude que vous lisez sur la carte. 32

33 Exemple de diagramme solaire avec photo-montage Place de Philippeville, Grenoble (BazarUrbain 2007) 33

34 Le gnomon Le gnomon repose sur le principe du cadran solaire, adapté à la latitude du lieu. Une tige verticale dont on connaît la dimension (d), est posée sur le plan horizontal. Cette tige donne une trace d ombre qu on représente pour chaque mois. Les nombres situés sur les traces solaires représentent les heures en temps solaire. Courbe A : 21 juin Courbe C : 21 avril et 21 août Courbe E : 21 février et 21 octobre Courbe G : 21 décembre Courbe B : 21 mai et 21 juillet Courbe D : 21 mars et 21 sept. Courbe F : 21 janvier et 21 novembre 34

35 L Héliodon Principe Il est possible de simuler les différentes positions solaires sur une maquette avec un héliodon et un projecteur à rayons parallèles. Les 3 axes de rotation de l héliodon : -le basculement du plateau (0 à90 ) sur lequel est posé la maquette permet de régler la latitude - le pivotement du pied permet de choisir les mois - on fait varier les heures en faisant tourner le plateau sur lui-même. 35

36 Source :J.J Delétré - EA Grenoble 36

37 Durée d insolation Conditions spatiotemporelles et météorologiques Temps (journalier, mensuel, annuel), durant lequel la puissance surfacique du rayonnement solaire atteignant le sol atteint ou dépasse une valeur seuil. Ces données sont fournies par différentes bases : Méteo nationale, Satel-Light, Atlas solaire européen Correspondance avec la photométrie : 100 lm/w Soit : 1 W/m2 100 lux Carte d irradiation globale, moyenne annuelle, en Kwh/m2 37

38 Remarque : En été, la quantité d énergie solaire reçue est plus important sur une surface horizontale que verticale même orientée Sud En hiver, la quantité d énergie solaire reçue est plus importante sur une surface verticale orientée Sud que horizontale Quelles conséquences pour le choix des ouvertures? 38

39 Éclairage diffus «Dame écrivant une lettre avec sa servante» Vermeer

40 Influence de la couche nuageuse Climat et contexte : le ciel En été, par ciel serein, l éclairement horizontal au niveau de la mer atteint lux. En hiver, sous nos latitudes, par ciel très couvert, l éclairement horizontal extérieur peut être inférieur à 5000 lux. Les nuages réduisent l éclairement : Ciel serein : 100 % Nuages 2/10 : 90 % Nuages 4/10 : 75 % Nuages 6/10 : 65 % Nuages 8/10 : 45 % Ciel complètement couvert : 20 % Ciel intermédiaire 40

41 Facteur de lumière du jour Comme la quantité de lumière naturelle peut varier de façon importante, on introduit un rapport de proportionnalité entre l éclairement extérieur et celui disponible à l intérieur du local. C est ce qu on appelle le facteur de lumière du jour et il se calcule ainsi : Fj = E int Eext 100 Eext. où Eint = Eclairement horizontal à l intérieur du local Eext = Eclairement horizontal extérieur en site dégagé Exemple :. Eext = 5000 lx Près d une ouverture latérale, on peut avoir un Fj de 5% => Eint = 250 lx Eint. 41

42 Facteur de lumière du jour : décomposition Le facteur de lumière du jour peut se décomposer de la manière suivante : Fj = FJD + FJRE + FJRI en % avec : FJD : composante directe de la voûte céleste FJRE : composante réfléchie extérieure FJRI : composante réfléchie intérieure Voûte céleste FJD FJRE Eext. FJRI Eint. 42

43 Facteur de lumière du jour Ces trois composantes ont des importances diverses : - près des fenêtres la composante du FJD est en général prépondérante sauf s il y a un masque crée par des bâtiments devant la façade (dans ce cas là, c est la composante du FJRE qui est importante) - Par contre, au fond du local, la composante FJRI prend une valeur relativement importante alors qu elle est négligeable près des ouvertures. FJD FJRE Eext. FJRI Eint. 43

44 Prises de jour verticales une idée fausse Importance de FJ Réfléchi 50 lux 30 lux Sur cet exemple de cour intérieure, les pièces des étages inférieurs ne sont pas éclairés par la voûte céleste mais par les réflexions extérieures des façades. Le vitrage ayant un facteur de réflexion quasi-nul, augmenter la taille des fenêtres diminue l éclairement à l intérieur de des pièces des étages inférieurs 44

45 Facteur de lumière du jour et fonctions des bâtiments Ordre de grandeur Type d espace Fj (%) Réalisez que ce pourcentage est faible 0,5% de 5000lx = 25lx éclairage d une rue piétonne alors qu un bureau attend 400 lx cathédrale 0,5 Bureau éloigné d une fenêtre 0,5 à 1 Bureau proche d une fenêtre 3 à 6 Musée de peinture 0,6 à 1,8 Hall de gare XIXe siècle 10 Patio vitré 10 à 20 Paroi verticale (extérieur) 30 à 50 Surface en toiture (extérieur)

46 Variation du facteur de lumière du jour dans un local Le facteur de lumière du jour n est pas constant dans un local : il décroît très vite dès lors que l on s éloigne d une prise de jour. FJ (en %) , hauteur du plan de mesure Distance (en m) Allure de la décroissance du facteur de lumière du jour dans un local éclairé par une seule baie verticale 46

47 Facteur de lumière du jour - valeurs typiques 47

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Cadran Solaire Universel

Cadran Solaire Universel Cadran Solaire Universel 1) Construction d un cadran solaire Découper un disque (D) de 500mm de diamètre et à partir de son centre tracer 24 parts égales, de 15 degrés chacune. Percer un trou au centre

Plus en détail

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE LES BASES DE L ENERGIE SOLAIRE LES CONSTANTES SOLAIRES LE MOUVEMENT DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL LES TRAJECTOIRES DU SOLEIL y x LE DIAGRAMME SOLAIRE!!!!! OU 1 1 LES CONSTANTES

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 3 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr 1-6. La grande question

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière.

OEIL et VISION. Le Système Visuel Confort Performance Agrément. Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière. OEIL et VISION Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière." René Char Le Système Visuel Confort Performance Agrément Le système visuel Muscle ciliaire Cornée Rétine Nerf optique

Plus en détail

Les générateurs photovoltaïques

Les générateurs photovoltaïques Les générateurs photovoltaïques 1 Par Mr Valentini Philippe - enseignant en Génie Electrique Lycée Jean Prouvé - Nancy Objectifs : Mesurer la production d énergie électrique d un générateur photovoltaïque,

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Fiche 8 (Analyse): Unités

Fiche 8 (Analyse): Unités Fiche 8 (Analyse): Unités Le rayonnement lumineux visible est un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde compris entre 400 et 760 nanomètres, entre l'ultraviolet (

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable SANTE ET CONFORT Bruxelles Environnement ASSURER LE CONFORT VISUEL Magali BODART UCL Architecture & Climat 7 mars 2013 Formation mise en œuvre par le Centre Urbain Objectif

Plus en détail

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination

L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination L éclairage naturel 2ème partie : Stratégies et prédétermination Suzel BALEZ L5C 2007-08 Cathédrale de Chartres (1240) Transept nord Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux

Plus en détail

Dispositifs d éclairage naturel

Dispositifs d éclairage naturel Dispositifs d éclairage naturel "L'expérience plastique que devait représenter l'accès au Panthéon mérite qu'on s'y arrête.(...) L'entrée plongeait le visiteur - comme elle le fait encore de nos jours

Plus en détail

Production d Énergie. Le Solaire

Production d Énergie. Le Solaire Production d Énergie Le Solaire 1 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS L EVLUTIN DE L TEE UTU DU LEIL ET LE IN Introduction : nous allons ici montrer en quoi la connaissance de la révolution de la terre autour du oleil permet d expliquer les variations du mouvement apparent

Plus en détail

Etude d éclairage naturel

Etude d éclairage naturel Techniques & Logiciels Etude d éclairage naturel Présentation de l étude Version 0 Création du document Date 12/03/14 Rédigé par Marion DUPRE Vérifié par Laurent PAYET Présentation de l étude d éclairage

Plus en détail

Fiche descriptive de l activité

Fiche descriptive de l activité Fiche descriptive de l activité Titre : Rendement du panneau solaire Classe : Terminale STI 2D Durée : 40 min Type d activité (expérimentale, documentaire, ) : activité documentaire Contexte d utilisation

Plus en détail

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points)

EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) EXERCICE I SVT et Sciences Physiques (8 points) L œil présente toutes les caractéristiques d un système optique complexe permettant la réception des rayons lumineux : des muscles assurant sa mobilité,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

BÂTIMENT XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

BÂTIMENT XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE MAINE ET LOIRE 49000 BÂTIMENT DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE CAPTAGE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE RACCORDÉ (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Les FAQ du solaire. 200 Voie JULIA 06110 Le CANNET. : contact@adlynx.fr : http://www.adlynx.fr

Les FAQ du solaire. 200 Voie JULIA 06110 Le CANNET. : contact@adlynx.fr : http://www.adlynx.fr Les FAQ du solaire. 1. Un panneau solaire doit être installé en extérieur Vrai et faux. Un panneau solaire, quel qu'il soit, est composé d'un matériau semiconducteur qui absorbe l'énergie lumineuse - les

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Energie solaire et bac GET.

Energie solaire et bac GET. Energie solaire et bac GET. Nécessité de supprimer certains sous-systèmes usagés et/ou obsolètes Le Futur BAC STI, quelque soit sa forme, intègrera très probablement une partie énergie renouvelable. Rendre

Plus en détail

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités)

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités) M1CV2 > Confort thermique et lumineux Enseignants : Nicolas REMY et Jean-Baptiste VIALE Cours Cours 1 et 2 : Mardi 12 Octobre de 8h à 12h Cours 3 et 4 : Mardi 26 Ocotbre de 8h à 12h Cours 5 : Mardi 16

Plus en détail

Flare. Confort et rendement garantis par les LED

Flare. Confort et rendement garantis par les LED Flare Confort et rendement garantis par les LED Flare Downlights et spots à technologie LED Flare, un concept de design unique Mun* product design Flare est une famille complète de downlights et de spots

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER FRANÇOIS CANTIN L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE L OCCUPANT ET LA FENÊTRE Sélection des verres Enveloppe CONFORT

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Thème optique. PRINCIPALES GRANDEURS PHOTOMETRIQUES ordres de grandeur

Thème optique. PRINCIPALES GRANDEURS PHOTOMETRIQUES ordres de grandeur Thème optique PRINCIPALES GRANDEURS PHOTOMETRIQUES orres e graneur I) FLUX LUMINEUX : est la puissance rayonnée par une source lumineuse le long es rayons lumineux. est le ébit e lumière ou quantité globale

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00

La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00 La couleur Christian RONSE Icube mél cronse@unistra.fr tél 03 68 85 45 00 Les couleurs : dans les objets ou dans nos têtes? A gauche : le dessin originel. Au milieu : ce dessin reproduit par un «daltonien»

Plus en détail

Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ).

Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ). Remédiation 5 ème Panneaux solaires et habitat ORGANISATION Les élèves sont mis par groupe de 2 ou 3 en fonction des items non acquis (bilan évaluation d optique de 5 ème ). Chaque élève (ou groupe d élève)

Plus en détail

Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce

Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000K, émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce type de rayonnement dépendent de la température. En

Plus en détail

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles.

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles. 2-2.2. Expositions solaires 2-2.2.1. Pathologies à éviter Si les parois d enveloppe sont isolées thermiquement, les conséquences de l exposition solaire ne dépendent que des ouvertures et de leur protection

Plus en détail

Mesures d éclairage.

Mesures d éclairage. Mesures d éclairage. Dans le cadre de nos enseignements, nous sommes amenés à comparer des systèmes qui produisent des effets identiques comme par exemple différents systèmes pour éclairer un espace donné.

Plus en détail

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC TP SI Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC Durée 3h A. PROBLEMATIQUE Le bureau d études vous demande de vérifier la capacité d autonomie du système, pour un fonctionnement souhaité 24h/24h

Plus en détail

Rappel du Plan du cours

Rappel du Plan du cours Rappel du Plan du cours 1. Généralités et données climatiques 3. Rappels sur les transferts de chaleur 4. Capteur Solaire Plan 5. Application à la production d eau chaude sanitaire (ECS) 6. Bibliographie

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 343 348 Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires R. Yaiche * Centre de Développement des Energies renouvelables

Plus en détail

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients.

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients. 3. Les filtres utilisés permettent de soustraire «une couleur à une autre», c est-à-dire certaines radiations lumineuses à la colorée incidente. Leur rôle est de ne transmettre, à un œil, que les informations

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Chapitre III Le système Soleil-Terre-Lune I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Questions 1) Quel est le mouvement de la Terre sur elle-même et autour du soleil? Que représente la Terre pour

Plus en détail

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre ystème des satellites de upiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre Les satellites de upiter représentent une très bonne illustration d un système képlérien simple si l on ne prend pas en compte les

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Principes de base de l éclairage naturel et des études en modèles réduits. AMCO 2362 Magali Bodart

Principes de base de l éclairage naturel et des études en modèles réduits. AMCO 2362 Magali Bodart Principes de base de l éclairage naturel et des études en modèles réduits AMCO 2362 Magali Bodart A. Notions de base Le rayonnement solaire visible Les grandeurs photométriques fondamentales Le Facteur

Plus en détail

Formation STI2D Architecture et Construction. Simulations d éclairage

Formation STI2D Architecture et Construction. Simulations d éclairage Formation STI2D Architecture et Construction Simulations d éclairage Académie Nancy-Metz 09 octobre 2012 Etude d éclairage sur une cantine Simulation d éclairage naturel Simulation d éclairage naturel

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du 1 er juillet 2009 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 sur la protection contre le

Plus en détail

Série 3. Question 1. Détermination des coordonnées horizontales

Série 3. Question 1. Détermination des coordonnées horizontales Question 1 Détermination des coordonnées horizontales du Soleil sur une station météorologique S le 26 Octobre à 16 h 33 min heure légale. La position de S est : 5 12 longitude Est 41 32 latitude Nord.

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Prénom Nom Classe. Voyage au coeur du temps. avec Pierrot l'horlo

Prénom Nom Classe. Voyage au coeur du temps. avec Pierrot l'horlo Prénom Nom lasse oyage au coeur du temps avec Pierrot l'horlo Qu est-ce que le temps? iens le découvrir avec Pierrot l Horlo Pour toi, qu est-ce-que le temps? Ecris en une phrase ce que cela représente

Plus en détail

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 3 Ergonomie des gestes et des postures www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE SAS ECS HF01 - Introduction INTRODUCTION VISUEL et PAYSAGE Le visuel et le paysage On peut appliquer à l analyse d un paysage la technique inverse de celle utilisée pour le camouflage du militaire sur

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS Dominique GROLEAU Laboratoire CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d'architecture de Nantes rue Massenet,

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire!

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire! Tendance Brise-soleil Vétisol Matières à Protection Solaire! Le S oleil, ou comment s en protéger? Le soleil émet un rayonnement froid qui transporte uniquement de l énergie. C est l absorption de ce rayonnement

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

Projet d éclairage d une salle de classe

Projet d éclairage d une salle de classe www.meleec.org Nom : Prénom : Classe / groupe : Date : Domaine bâtiment / tertiaire Projet d éclairage d une salle de classe Note dossier : / 20 Page : 1 sur 6 1. Problématique L AFE (Association Française

Plus en détail

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires.

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires. Poursuite du soleil pour panneau solaire Système de positionnement automatique de panneaux solaires. 1.1. Introduction. Le positionnent d un panneau face au soleil par rapport au même panneau positionné

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Acoustique : Propagation en champ libre

Acoustique : Propagation en champ libre Acoustique : Propagation en champ libre Ricardo Atienza 2008-2009 Suzel Balez / Nicolas Remy CRESSON École Nationale Supérieure d Architecture de Grenoble L5C Rappels! le db(a) est la plus petite unité

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Astronomie au cycle 3. Variation de la durée de la journée au cours de l année Les saisons

Astronomie au cycle 3. Variation de la durée de la journée au cours de l année Les saisons Astronomie au cycle 3 Variation de la durée de la journée au cours de l année Les saisons BO 2008 Cycle 3 Le ciel et la Terre Le mouvement de la Terre (et des planètes) autour du Soleil, la rotation de

Plus en détail

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES IP66, étanche à l eau et à la poussière. Corps en fonte d aluminium injecté, dissipateur thermique intégré Traitement anti-corrosion titanium, visserie inox traitement PCS.

Plus en détail

Imagerie 3D et mathématiques

Imagerie 3D et mathématiques Imagerie 3D et mathématiques Jacques-Olivier Lachaud Laboratoire de Mathématiques CNRS / Université de Savoie Fête de la Science, 13/10/2013 Galerie Eurêka Image et perception Synthèse d image 3D Imagerie

Plus en détail

Photométrie. La photométrie mesure des «quantités de lumière» perçues par l œil, émises par une source ou renvoyée par un objet.

Photométrie. La photométrie mesure des «quantités de lumière» perçues par l œil, émises par une source ou renvoyée par un objet. Photométrie Introduction Quand on regarde un objet éclairé (on regarde une petite zone de l objet), l œil perçoit deux choses : L aspect plus ou moins clair les valeurs L aspect coloré les couleurs Si

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Mis en œuvre par la: Modes de Financement des projets solaires en Tunisie Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Ghada Bel Hadj Ali Tunis, le 27 Octobre 2014 10.11.2014 Seite 1 Ce qu il

Plus en détail

Les Cadrans Solaires

Les Cadrans Solaires Les Cadrans Solaires Travail de Maturité Michel Di Salvo 3M7 Gymnase Auguste Piccard Lundi 13 Novembre 006 Florentin Acker Table des matières Travail de maturité Michel Di Salvo Résumé - page Liste des

Plus en détail