1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme"

Transcription

1 Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

2 Le tremblement de Terre? T1 T2 T3 2 Millions de séismes chaque année - Passage des ondes dans le sous-sol - origine du tremblement Déplacement de 2 blocs séparés par 1 faille préexistante a. b. Dans un premier temps mouvement le long de la faille qui déforment les blocs sans les casser δ δ Rupture: contraintes accumulées dépassent le seuil de résistance des zones les plus faible de la faille c. d. δ δ Longueur de la rupture Géométrie de faille: b. Faille décrochante (δ souvent égal à 90 ) c. Faille normale (souvent 45 < δ < 90 ) d. Faille inverse (souvent 0 < δ < 45 )

3 Localiser un séisme Localisation d un séisme en utilisant la différence entre le temps d arrivée des ondes P et S

4 Localisation et temps origine d un séisme Donnée utilisée: temps d arrivée des ondes aux stations Méthode utilisée: la triangulation épicentre h x hypocentre D latitude longitude profondeur t p = t 0 + D V p, 1 t s = t 0 + D V s, 2 station 3 inconnus: latitude, longitude et profondeur résistance des zones les plus faible de la faille 3 temps d arrivée nécessaire Distance: 1+2 = t s t p = D( 1 V s 1 V p ) Profondeur: = D = k(t s t p ) avec k = V p = 8,4 1 on applique Pythagore h = D 2 x 2 Temps: 1 = D = V p t p V p t 0 Vp Vs = t 0 = t p D V p

5 Mesurer la taille d un séisme Définition de la taille d un séisme très différentes: L intensité: mesure des effets du séismes sur les hommes, les paysages et les constructions La magnitude: mesure faite à partir du sismogramme (amplitude, coda) Le moment sismique: mesure faite à partir de la géométrie de la faille

6 L intensité: mesure des dégâts fait par un séisme méthode utilisée: enquête macrosismique sur les réactions humaines, dégâts causés aux constructions,... Évaluation subjective du mouvement du sous-sol Échelle variant de 1 à 12, établissement de courbes d isoséiste. Intensité les + fortes indique approximativement la position de la faille Intensité Observations Détails I Secousse non ressentie enregistrer par des instruments II Secousse peu ressentie perception par personnes au repos et aux étages III Secousse ressentie balancement d objet suspendus IV Secousse très ressentie tremblements d objets, perception dans et hors des maisons V Secousse forte réveil des dormeurs, chute d objets, fissures légères dans les plâtres VI Légers dommages fissures dans les murs, frayeur de nombreuses personnes VII Dégâts larges lézardes dans les murs, chutes de cheminées VIII Dégâts massifs les habitations les + vulnérables sont détruites IX Destructions nombreuses constructions détruites, chute des monuments et de colonnes X Destruction générale constructions de bonne qualité détruites (non parasismiques) XI Catastrophe toutes les constructions sont détruites (ponts,barrages, canalisations) XII Changement de paysage énormes crevasses dans le sol vallées barrées,...

7 L intensité: Cartes Macrosismiques Figure 2: courbes d isoséistes du séisme de Lambesc 11/06/1909 Figure 1: courbes d isoséistes du séisme de Lorient 30/09/2002

8 Magnitude: mesure quantitative de la force d un séisme Définie en 1935 par Richter dans une tentative de rendre objective la mesure d un séisme Donnée utilisée: les paramètres exploitables à partir d un sismogramme Méthode utilisée: plusieurs définitions existent! M S et m b : magnitude calculé à partir de l amplitude des ondes de surface et de volume M = log A/T + q(, h) + a avec: A, Amplitude du mouvement du sol ( de l ordre de 10 9 m.) T, Période de l onde considérée. q, Fonction corrigeant de l atténuation, dépend de la distance ( ) et de la profondeur du séisme (h). M d : magnitude de durée utilise la coda (durée) du signal avec: t m, durée du signal. M d = a + b log t m + c log t 2 m + d a, b, c, d, facteurs empiriques adaptés à chaque région. M l : magnitude locale

9 Moment sismique et plan de faille Donnée utilisée: les paramètres de la faille M o : moment sismique calculé à partir du déplacement, D et de la surface de la faille, S plan de rupture D S M o = µsd (N.m) avec: µ, coefficient de rigidité en (N.m 2 ) Pour la croûte, µ c = M w : magnitude d énergie, quand M S ne convient plus M W = 2 3 log M o 6 longueur de la faille active (km) Déplacement (m) Magnitude (M W ) Durée de la rupture (s)

10 Mécanisme de rupture d un séisme Mécanisme au foyer: décrit la géométrie du plan de faille et la direction de déplacement Donnée utilisé: la polarité des ondes (sens du mouvement du sol) lue sur les sismogrammes description des zones de dilatation et compression Modèle théorique: double couple pour une source écoutée de très loin(télésismique) Relation entre plan faille et mécanisme au foyer

11 Modèle de rupture: théorie du double couple compression extension plan de faille plan auxilliare plan de faille La source est assimilée à un point ne rend pas compte de la réalité sur le plan de faille mais suffisamment précis pour simuler le rayonnement sismique loin de la source Quand glissement sur faille, celle-ci tend à tourner dans le sens du glissement réaction élastique du milieu qui résiste à la rotation en fournissant une rotation égale mais de sens opposé à la celle de la faille principale Deux couples en action: l un provenant de la faille, l autre du milieu Le milieu extérieur subit des déformations soit en dilatation soit en compression ce sont ces déformations qui sont observées aux station sismologiques après transport de ce mouvement par les ondes sismiques

12 Diagramme de rayonnement et polarité diagramme de rayonnement pour un double couple et spécifique à l onde considérée (P ou S) Polarité: sens du mouvement de l onde à la station EN COMPRESSION: sens du mouvement en poussée (polarité dite positive, notée +, vers le haut sur sismogramme) EN DILATATION: sens du mouvement en retrait ( polarité dite négative, noté -, vers le bas sur sismogramme) Diagramme de rayonnement: observé et théorique les polarités s organisent en quadrants positif et négatif à partir desquels on ajuste la position des plan nodaux

13 Relation entre rai et diagramme de rayonnement Sphère focale: sphère arbitraire qui relie le sens du mouvement porté par un rai au diagramme de rayonnement par son angle d incidence - dépend de l azimut et de la distance épicentrale Projection stéréographique: peu commode de travailler sur demi-sphère,on projette sur plan horizontal passant par le point central de la sphère - Projection de Schmidt: préserve les angles des plans ou des lignes projetées angle d incidence d un rai sur la sphère focale positionné sur le canevas avec le sens du mouvement

14 Faille et mécanisme au foyer I mécanisme au foyer différent selon les mécanisme de rupture de faille: 3 grandes familles - Faille décrochante (strike-slip) - Faille normale (reverse fault) - Faille inverse (thrust fault) 2 plans nodaux: plan de faille + plan auxilliaire Sépare les parties compressives (noires) et les parties en dilatation (blanches)

15 Faille et mécanisme au foyer II

16 Accès aux données sur internet : site de l organisme NEIC : page d information générale site de l organisme international site du réseau mondial francais site du réseau mondial américain

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE Fusce vitae purus sed lectus egestas dignissim. Morbi in pede a justo posuere ornare. Préparons nous d autres séismes arrivent! Page 5 Mots Clés : Alerte Spécifique : Système

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Centre Sismologique Euro Méditerranéen Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Edition Rédacteur Approbateur Emetteur Nom Gilles Mazet-Roux Stéphanie Godey Rémy Bossu Unité CSEM CSEM CSEM

Plus en détail

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B)

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le

Plus en détail

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX n 180 photographie secousses sismiques et équipements électriques Eric MELMOUX Ingénieur diplômé en 1981 de l INSA de LYON option génie mécanique, il obtient la même année un DEA "vibrations". Après 10

Plus en détail

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Rapport final BRGM/RP-54376-FR décembre 2005 Base de données de la sismicité historique de

Plus en détail

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013)

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Rapport intermédiaire Opération a : synthèse sur les risques dus aux séismes, inondations, mouvements de terrain et tempêtes définitions et mécanismes

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto Atelier 1 groupe de travail sismique franco-italo-suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Atelier 1 gruppo di lavoro sismico franco-italo-svizzero del progetto Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES COURS DE CONSTRUCTION PARASISMIQUE VOLUME 2 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES Introduction à la conception PS des structures - Approche qualitative

Plus en détail

Concours scientifique des collèges

Concours scientifique des collèges Concours scientifique des collèges Finale de la 2 ème édition Épreuve «théorique» - Mercredi 13 mai 2015 Collège d Arue Vous rendrez cette feuille à la fin de l'épreuve, dûment complétée de vos réponses.

Plus en détail

Tremblements de terre : comment limiter les dégâts?

Tremblements de terre : comment limiter les dégâts? Tremblements de terre : comment limiter les dégâts? Le 17 août 1999, la population du nord-ouest de la Turquie a soudainement senti la terre trembler violemment. Ce tremblement de terre allait causer la

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL Alan JALIL Présentation de la Méthode Pushover: Association Française du Génie Parasismique Approche Performantielle: Exigences performantielles Non Effondrement / Limitation des Dommages Développement

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité المعهد الجزاي ري للبترول INSTITUT ALGERIEN DU PETROLE JOURNEES D ETUDES TIGHT & SHALE RESERVOIRS 17-18 Septembre 2013 Sheraton, Alger Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire

Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises Rapport intermédiaire BRGM/RP-55376-FR Mai 2007 Mots clés : zonage, séismes,

Plus en détail

SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ANALYSE DYNAMIQUE DES PENTES ARGILEUSES ET DES REMBLAIS CONSTRUITS SUR DES DÉPÔTS D ARGILE SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ANALYSE DYNAMIQUE DES PENTES ARGILEUSES

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Corrélation indicateur de mouvement du sol / intensité Vers l acquisition conjointe de données instrumentales et macrosismiques.

Corrélation indicateur de mouvement du sol / intensité Vers l acquisition conjointe de données instrumentales et macrosismiques. Corrélation indicateur de mouvement du sol / intensité Vers l acquisition conjointe de données instrumentales et macrosismiques Rapport final BRGM/RP-57785-FR Décembre 2009 Corrélation indicateur de mouvement

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes Chapitre Caractéristiques des ondes Manuel pages 31 à 50 Choix pédagogiques Le cours de ce chapitre débute par l étude de la propagation des ondes progressives. La description de ce phénomène est illustrée

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014

Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014 Comité de suivi collège Galilée du 08 octobre 2014 Comité de suivi collège Galilée du 8 octobre 2014 1. Historique 1995 2014 2. Diagnostic structure : rapport intermédiaire octobre 2014 3. Gestion de la

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Sommaire Table des matières

Sommaire Table des matières Notice de montage 1 Sommaire Table des matières I. Mise en garde... 3 II. Avant de commencer... 4 1. Préparer vos outils... 4 2. Pièces nécessaires pour le montage de votre porte Keritek... 5 III. Étape

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Atelier 1 groupe de travail sismique franco italo suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion d'un séisme dommageable 12 décembre 2013 9h30 / 16h30 NICE Centre Européen des Entreprises

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Exemples de Projets SAFI

Exemples de Projets SAFI Exemples de Projets SAFI Analyse sismique simplifiée (CNB-95) Société Informatique SAFI Inc. 3393, chemin Sainte-Foy Ste-Foy, Québec, G1X 1S7 Canada Contact: Rachik Elmaraghy, P.Eng., M.A.Sc. Tél.: 1-418-654-9454

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Prévention du risque sismique

Prévention du risque sismique Prévention du risque sismique Zone de défense et de sécurité Sud-Ouest Samuel AUCLAIR Ingénieur - Sismologue Réunion ORSEC-séismes / Bordeaux : 5 avril 2012 Introduction > Face au phénomène sismique, la

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

TP5 - Morphologie mathématique

TP5 - Morphologie mathématique TP5 - Morphologie mathématique Vincent Barra - Christophe Tilmant 5 novembre 2007 1 Partie théorique 1.1 Introduction La morphologie mathématique [1] est un outil mathématique permettant au départ d explorer

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Capteur mécanique universel HF 32/2/B

Capteur mécanique universel HF 32/2/B Capteur mécanique universel HF 32/2/B Instructions matériel conforme aux directives CE d emploi et d entretien MS 32/2/B R 3/3 CONSIGNES PRIORITAIRES 2 INSTALLATION DU CAPTEUR HF 32 3 4-5 INSTALLATION

Plus en détail

Récapitulatif. Fiche technique 70.7030 (95.6530) Page 1/10. dtrans T03 J Type 707030/...

Récapitulatif. Fiche technique 70.7030 (95.6530) Page 1/10. dtrans T03 J Type 707030/... JUMO GmbH & Co. KG Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 3039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 303 Fulda, Allemagne Téléphone : 49 1 0030 Télécopieur : 49 1 00307 EMail : mail@jumo.net Internet

Plus en détail

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx?

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx? Lycée Bi h t QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive Il semble nécessaire d utiliser des fichiers images, de grande taille généralement, aussi, nous proposons

Plus en détail

TOUJOURS A VOTRE ECOUTE

TOUJOURS A VOTRE ECOUTE le nouveau Extra TOUJOURS A VOTRE ECOUTE Une Solution pour tous vos escaliers droits Le HomeGlide et le Nouveau HomeGlide Extra répondent à tous vos besoins et budgets en tant que monte-escaliers droits

Plus en détail

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Courriel : {prenom.nom}@univ-lorraine.fr .. Lecture La perception humaine. . Lecture La perception humaine.. Partie 1. 1. La et les espaces

Plus en détail

Tutorial Workflow avec HUGIN

Tutorial Workflow avec HUGIN Tutorial Workflow avec HUGIN Photos de Julien Greffe (yardielion), merci à lui Introduction Objectif Donner un exemple d assemblage avec HUGIN d un sphérique. Les photos Les photos ont été prises avec

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS

LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS > LA PROBLEMATIQUE SISMIQUE EN CONSTRUCTION BOIS Opération collective MI-SISBOIS Petit déjeuner thématique du 13 février 2013 / REMIREMONT Baptiste MORON - CRITTBOIS En partenariat avec: Financé par: L

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statique CA Multi fonctions - 5 sélections de modes de fonctionnement: angle de phase, trains d ondes distribuées et

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques La construction face au risque sismique Nouvelle réglementation Auch 27 novembre 2012 Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques Albane RAMBAUD Sandrine MARNAC CETE du Sud Ouest / DALET

Plus en détail

Infos. Indicateurs analogiques encastrables pour installation à courants forts. Série M W/P/ LSP BWQ BGQ TP TG WQ /0S WQ /2S FQ /2 W BI BIW DFQ

Infos. Indicateurs analogiques encastrables pour installation à courants forts. Série M W/P/ LSP BWQ BGQ TP TG WQ /0S WQ /2S FQ /2 W BI BIW DFQ Infos Série M 200.U.003.05 encastrables pour installation à courants forts Série M W/P/ LSP pour montage sur rail normé BWQ BGQ TP TG WQ /0S WQ /2S FQ /2 W BI BIW SY Compteurs horaires Voltmètres partiels

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences de la Terre. Mémoire CARTOGRAPHIE DE L'ALEA SISMIQUE APPLICATION A LA COMMUNE DE BENSEKRANE (W.

FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences de la Terre. Mémoire CARTOGRAPHIE DE L'ALEA SISMIQUE APPLICATION A LA COMMUNE DE BENSEKRANE (W. - REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID, TLEMCEN FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Introduction aux Aléas

Introduction aux Aléas Deuxième édition Introduction aux Aléas DHA/95/224 GE.95-03763 Programme de Formation à la Gestion de Catastrophes Introduction aux Aléas Deuxième édition Module préparé par Shelia B. Reed, InterWorks

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail