1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme"

Transcription

1 Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

2 Le tremblement de Terre? T1 T2 T3 2 Millions de séismes chaque année - Passage des ondes dans le sous-sol - origine du tremblement Déplacement de 2 blocs séparés par 1 faille préexistante a. b. Dans un premier temps mouvement le long de la faille qui déforment les blocs sans les casser δ δ Rupture: contraintes accumulées dépassent le seuil de résistance des zones les plus faible de la faille c. d. δ δ Longueur de la rupture Géométrie de faille: b. Faille décrochante (δ souvent égal à 90 ) c. Faille normale (souvent 45 < δ < 90 ) d. Faille inverse (souvent 0 < δ < 45 )

3 Localiser un séisme Localisation d un séisme en utilisant la différence entre le temps d arrivée des ondes P et S

4 Localisation et temps origine d un séisme Donnée utilisée: temps d arrivée des ondes aux stations Méthode utilisée: la triangulation épicentre h x hypocentre D latitude longitude profondeur t p = t 0 + D V p, 1 t s = t 0 + D V s, 2 station 3 inconnus: latitude, longitude et profondeur résistance des zones les plus faible de la faille 3 temps d arrivée nécessaire Distance: 1+2 = t s t p = D( 1 V s 1 V p ) Profondeur: = D = k(t s t p ) avec k = V p = 8,4 1 on applique Pythagore h = D 2 x 2 Temps: 1 = D = V p t p V p t 0 Vp Vs = t 0 = t p D V p

5 Mesurer la taille d un séisme Définition de la taille d un séisme très différentes: L intensité: mesure des effets du séismes sur les hommes, les paysages et les constructions La magnitude: mesure faite à partir du sismogramme (amplitude, coda) Le moment sismique: mesure faite à partir de la géométrie de la faille

6 L intensité: mesure des dégâts fait par un séisme méthode utilisée: enquête macrosismique sur les réactions humaines, dégâts causés aux constructions,... Évaluation subjective du mouvement du sous-sol Échelle variant de 1 à 12, établissement de courbes d isoséiste. Intensité les + fortes indique approximativement la position de la faille Intensité Observations Détails I Secousse non ressentie enregistrer par des instruments II Secousse peu ressentie perception par personnes au repos et aux étages III Secousse ressentie balancement d objet suspendus IV Secousse très ressentie tremblements d objets, perception dans et hors des maisons V Secousse forte réveil des dormeurs, chute d objets, fissures légères dans les plâtres VI Légers dommages fissures dans les murs, frayeur de nombreuses personnes VII Dégâts larges lézardes dans les murs, chutes de cheminées VIII Dégâts massifs les habitations les + vulnérables sont détruites IX Destructions nombreuses constructions détruites, chute des monuments et de colonnes X Destruction générale constructions de bonne qualité détruites (non parasismiques) XI Catastrophe toutes les constructions sont détruites (ponts,barrages, canalisations) XII Changement de paysage énormes crevasses dans le sol vallées barrées,...

7 L intensité: Cartes Macrosismiques Figure 2: courbes d isoséistes du séisme de Lambesc 11/06/1909 Figure 1: courbes d isoséistes du séisme de Lorient 30/09/2002

8 Magnitude: mesure quantitative de la force d un séisme Définie en 1935 par Richter dans une tentative de rendre objective la mesure d un séisme Donnée utilisée: les paramètres exploitables à partir d un sismogramme Méthode utilisée: plusieurs définitions existent! M S et m b : magnitude calculé à partir de l amplitude des ondes de surface et de volume M = log A/T + q(, h) + a avec: A, Amplitude du mouvement du sol ( de l ordre de 10 9 m.) T, Période de l onde considérée. q, Fonction corrigeant de l atténuation, dépend de la distance ( ) et de la profondeur du séisme (h). M d : magnitude de durée utilise la coda (durée) du signal avec: t m, durée du signal. M d = a + b log t m + c log t 2 m + d a, b, c, d, facteurs empiriques adaptés à chaque région. M l : magnitude locale

9 Moment sismique et plan de faille Donnée utilisée: les paramètres de la faille M o : moment sismique calculé à partir du déplacement, D et de la surface de la faille, S plan de rupture D S M o = µsd (N.m) avec: µ, coefficient de rigidité en (N.m 2 ) Pour la croûte, µ c = M w : magnitude d énergie, quand M S ne convient plus M W = 2 3 log M o 6 longueur de la faille active (km) Déplacement (m) Magnitude (M W ) Durée de la rupture (s)

10 Mécanisme de rupture d un séisme Mécanisme au foyer: décrit la géométrie du plan de faille et la direction de déplacement Donnée utilisé: la polarité des ondes (sens du mouvement du sol) lue sur les sismogrammes description des zones de dilatation et compression Modèle théorique: double couple pour une source écoutée de très loin(télésismique) Relation entre plan faille et mécanisme au foyer

11 Modèle de rupture: théorie du double couple compression extension plan de faille plan auxilliare plan de faille La source est assimilée à un point ne rend pas compte de la réalité sur le plan de faille mais suffisamment précis pour simuler le rayonnement sismique loin de la source Quand glissement sur faille, celle-ci tend à tourner dans le sens du glissement réaction élastique du milieu qui résiste à la rotation en fournissant une rotation égale mais de sens opposé à la celle de la faille principale Deux couples en action: l un provenant de la faille, l autre du milieu Le milieu extérieur subit des déformations soit en dilatation soit en compression ce sont ces déformations qui sont observées aux station sismologiques après transport de ce mouvement par les ondes sismiques

12 Diagramme de rayonnement et polarité diagramme de rayonnement pour un double couple et spécifique à l onde considérée (P ou S) Polarité: sens du mouvement de l onde à la station EN COMPRESSION: sens du mouvement en poussée (polarité dite positive, notée +, vers le haut sur sismogramme) EN DILATATION: sens du mouvement en retrait ( polarité dite négative, noté -, vers le bas sur sismogramme) Diagramme de rayonnement: observé et théorique les polarités s organisent en quadrants positif et négatif à partir desquels on ajuste la position des plan nodaux

13 Relation entre rai et diagramme de rayonnement Sphère focale: sphère arbitraire qui relie le sens du mouvement porté par un rai au diagramme de rayonnement par son angle d incidence - dépend de l azimut et de la distance épicentrale Projection stéréographique: peu commode de travailler sur demi-sphère,on projette sur plan horizontal passant par le point central de la sphère - Projection de Schmidt: préserve les angles des plans ou des lignes projetées angle d incidence d un rai sur la sphère focale positionné sur le canevas avec le sens du mouvement

14 Faille et mécanisme au foyer I mécanisme au foyer différent selon les mécanisme de rupture de faille: 3 grandes familles - Faille décrochante (strike-slip) - Faille normale (reverse fault) - Faille inverse (thrust fault) 2 plans nodaux: plan de faille + plan auxilliaire Sépare les parties compressives (noires) et les parties en dilatation (blanches)

15 Faille et mécanisme au foyer II

16 Accès aux données sur internet : site de l organisme NEIC : page d information générale site de l organisme international site du réseau mondial francais site du réseau mondial américain

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Les séismes DOSSIER D INFORMATION risques naturels majeurs Introduction Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier et qui cause le plus

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe En 1912, le sismologue allemand Beno Gutenberg est le premier à détecter une discontinuité entre le manteau inférieur et le noyau externe de la Terre à

Plus en détail

Le risque sismique. Réunion d animation parasismique

Le risque sismique. Réunion d animation parasismique Réunion d animation parasismique Le risque sismique Source:diaporama Lucie CHEVER Service Bâtiment Construction CETE Méditérannée Ministère de l Ecologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Activité : caractériser un séisme par sa magnitude et son intensité. Problème à résoudre : Comment définir les séismes afin de les comparer entre eux?

Activité : caractériser un séisme par sa magnitude et son intensité. Problème à résoudre : Comment définir les séismes afin de les comparer entre eux? Activité : caractériser un séisme par sa magnitude et son intensité Problème à résoudre : Comment définir les séismes afin de les comparer entre eux? Réponse attendue des élèves : 1. Il faut localiser

Plus en détail

GÉOPHYSIQUE Localisation et Magnitude des Séismes. Christel Tiberi (GM, Um) Bâtiment 22, 4ème étage

GÉOPHYSIQUE Localisation et Magnitude des Séismes. Christel Tiberi (GM, Um) Bâtiment 22, 4ème étage GÉOPHYSIQUE Localisation et Magnitude des Séismes Christel Tiberi (GM, Um) christel.tiberi@umontpellier.fr Bâtiment 22, 4ème étage D après le cours de Sophie Peyrat, 2014 Les séismes: comment les étudier?

Plus en détail

Contraintes et déformations (1)

Contraintes et déformations (1) Contraintes et déformations (1) Pour un point matériel : La connaissance des forces auxquelles est soumis le point permet de déterminer complètement le mouvement de celui-ci. Pour un milieu étendu (continu)?

Plus en détail

PLAN DE PRÉSENTATION. 4. Calcul des déplacements maximums pour l analyse de la vulnérabilité sismique. Introduction. Objectifs et Méthodologie

PLAN DE PRÉSENTATION. 4. Calcul des déplacements maximums pour l analyse de la vulnérabilité sismique. Introduction. Objectifs et Méthodologie PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Objectifs et Méthodologie 1. Inventaire des bâtiments en MNA de Montréal visés par l étude 2. Comportement des murs hors-plan 3. Paramètres du modèle de capacité régissant

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

LE PREFET DE LA HAUTE-SAONE Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de l'ordre national du Mérite

LE PREFET DE LA HAUTE-SAONE Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de l'ordre national du Mérite PRÉFET DE LA HAUTE-SAÔNE ARRETE PREF-DSC-R-2011 N 13.266 du 21 mars 2011 Préfecture Direction des Services du Cabinet Service interministériel de défense et de protection civile arrêté préfectoral relatif

Plus en détail

Sismologie! Sismologie! Sismologie! Sismologie : Faille et cycle sismique! Quelle est l'origine d'un tremblement de Terre?

Sismologie! Sismologie! Sismologie! Sismologie : Faille et cycle sismique! Quelle est l'origine d'un tremblement de Terre? Sismologie Sismologie Faille provoquée par le tremblement de terre des Andes Péruviennes de 1946 1 2 Sismologie Sismologie : Faille et cycle sismique dommages mineures sur un temple grec construction parasismique,

Plus en détail

Licence S1: Planète Terre La Terre et l homme. Risques naturels: les séismes. Risques naturels: les séismes

Licence S1: Planète Terre La Terre et l homme. Risques naturels: les séismes. Risques naturels: les séismes Licence S1: Planète Terre La Terre et l homme Jacques DEVERCHERE Séance 2 Risques naturels: les séismes CM >2h 2007-2008 Puis Séance 3: tsunamis (

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

Pour une approche pluridisciplinaire. de la Sismologie

Pour une approche pluridisciplinaire. de la Sismologie Pour une approche pluridisciplinaire de la Sismologie EOST Musée de Sismologie 7 9 rue de l'université 67 000 Strasbourg T 03 68 85 01 27 F 03 68 85 01 25 musee sismo@unistra.fr http://musee sismologie.unistra.fr

Plus en détail

LE RISQUE SISMIQUE Les séismes et leurs effets La construction parasismique Jacky Mazars Professeur Emérite Institut Polytechnique de Grenoble

LE RISQUE SISMIQUE Les séismes et leurs effets La construction parasismique Jacky Mazars Professeur Emérite Institut Polytechnique de Grenoble LE RISQUE SISMIQUE Les séismes et leurs effets La construction parasismique Jacky Mazars Professeur Emérite Institut Polytechnique de Grenoble Préambule : Cette présentation résulte de l assemblage de

Plus en détail

Séisme du 7 avril 2014. Collecte des données macrosismiques et évaluation des intensités EMS98 Synthèse sismologique

Séisme du 7 avril 2014. Collecte des données macrosismiques et évaluation des intensités EMS98 Synthèse sismologique Séisme du 7 avril 2014. Collecte des données macrosismiques et évaluation des intensités EMS98 Synthèse sismologique Antoine Schlupp 1 (BCSF) et Christophe Sira 2 (BCSF) Ainsi que les membres de la mission

Plus en détail

Aléa sismique Suisse. Où, quand et à quelle fréquence certaines secousses se produisent-elles en Suisse?

Aléa sismique Suisse. Où, quand et à quelle fréquence certaines secousses se produisent-elles en Suisse? Aléa sismique Suisse Où, quand et à quelle fréquence certaines secousses se produisent-elles en Suisse? Aléa sismique La carte de l aléa sismique illustre la répartition de l accélération horizontale à

Plus en détail

SEISMES TSUNAMIS Vivre avec le risque. Dossier pédagogique

SEISMES TSUNAMIS Vivre avec le risque. Dossier pédagogique SEISMES TSUNAMIS Vivre avec le risque Dossier pédagogique SEISMES TSUNAMIS Vivre avec le risque Cette exposition accompagne la diffusion du Plan séisme mis en place par le MEDAD (Ministère de l Ecologie,

Plus en détail

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B)

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Bâtiment de Sciences Google Map Antenne GPS sur le toit Data Logging Room

Plus en détail

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Nom et numéro d ordre :. I. Réfraction de la lumière. ( 5 pts ) On donne :

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/14 DIRECTION DE LA SECURITE ET DU CABINET PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL- 13112-03 modifiant l arrêté n IAL- 13112-02 du 20 aout 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le 28-février-2010 Christophe Vigny Directeur de recherches au CNRS Laboratoire de Géologie de l ENS, UMR8538

Plus en détail

UE Méthodes Zoom Géophysiques 1/2. SISMOLOGIE: Méthodes, utilisations

UE Méthodes Zoom Géophysiques 1/2. SISMOLOGIE: Méthodes, utilisations S4 2015-2016 STE UE Méthodes Zoom Géophysiques 1/2 Responsable pédagogique: France FLOCH Jacques DEVERCHERE SISMOLOGIE: Méthodes, utilisations Introduction: - Différence entre sismique et sismologie? Heures

Plus en détail

Analyse probabiliste de la séismologie. Analyse critique des formules déterministes. Document adressé au. Commissariat à l'energie Atomique

Analyse probabiliste de la séismologie. Analyse critique des formules déterministes. Document adressé au. Commissariat à l'energie Atomique Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Analyse probabiliste de la séismologie Analyse critique des formules déterministes Document adressé au Commissariat à l'energie Atomique

Plus en détail

Ressources naturelles Canada 2011: plan de leçon - 7 ième à 12 ième année

Ressources naturelles Canada 2011: plan de leçon - 7 ième à 12 ième année Ressources naturelles Canada 20: plan de leçon - 7 ième à 2 ième année Activité sur les tremblements de terre 7 : Exercice de localisation d un tremblement de terre Description : Les étudiants vont apprendre

Plus en détail

Le Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) Le Service Sismologique Suisse (SED) Histoire et mission du SED Le Service Sismologique Suisse enregistre en moyenne deux séismes par jour. Environ dix par an sont suffisamment forts pour pouvoir être ressentis

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Séisme. Les Pyrénées ont été secouées

Séisme. Les Pyrénées ont été secouées Document 1 : le vocabulaire du risque Terminologie publiée par la Stratégie Internationale de la Prévention des Risques Naturels (mai2009) Aléa : Un phénomène dangereux, une substance, activité humaine

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

LECTURE DANS LE REGLEMENT PARASISMIQUE MAROCAIN RPS2000 REVISE 2008

LECTURE DANS LE REGLEMENT PARASISMIQUE MAROCAIN RPS2000 REVISE 2008 LECTURE DANS LE REGLEMENT PARASISMIQUE MAROCAIN RPS2000 REVISE 2008 Taleb A. Dép. Génie Civil Ecole Mohammedia d Ingénieurs, Rabat, Maroc Moustachi O. Dép. Génie Civil Ecole Mohammedia d Ingénieurs, Rabat,

Plus en détail

SISMICITE ARMORICAINE

SISMICITE ARMORICAINE SISMICITE ARMORICAINE NOTIONS DE GEOPHYSIQUE Ondes sismiques Instrumentation et réseaux Intensité, magnitude Épicentre, foyer Mécanismes Structure du Globe SISMICITE ARMORICAINE Sismicité historique Sismicité

Plus en détail

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN Sommaire Contexte tectonique et sismologique de la France Métropolitaine Règle

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN :

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN : SISMOLOG Cet article comprend deux parties, la première est destinée à entrer rapidement dans le logiciel, la deuxième, apportant des informations complémentaires, permet une utilisation plus avancée de

Plus en détail

EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE

EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE GUIDE THÉMATIQUE SUR LES EXERCICES SÉISMES Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises ISBN : 978-2-11-129861-3 EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE GUIDE

Plus en détail

A quoi servent les petits séismes?

A quoi servent les petits séismes? A quoi servent les petits séismes? Françoise Courboulex, chercheuse CNRS Ensemble par delà les frontières Quelle est l origine des séismes? écorce lithosphère orange «interne» Une enveloppe externe rigide

Plus en détail

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 343 348 Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires R. Yaiche * Centre de Développement des Energies renouvelables

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS?

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? Conception et mise en œuvre GUIDE TECHNIQUE 2012 Union des Métalliers C O L L E CT I O N R E C H E R C H E D É V E LO P P E M E N T M É T I E R 4 INTRODUCTION 13 PARTIE I GÉNÉR

Plus en détail

EduCarte - Prise en main

EduCarte - Prise en main EduCarte - Prise en main Objectifs : > Découvrir EduCarte, un Système d Information Géographique dédié à la sismologie > Cartographier la localisation d épicentres de séismes locaux > Cartographier la

Plus en détail

TP : Ondes et séismes

TP : Ondes et séismes TP : Ondes et séismes Comment déterminer l épicentre d un séisme avec un sismomètre?... On dénombre chaque année dans le monde 300.000 séismes de magnitude supérieure ou égale à 2 (soit presque 1.000 par

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS Conférence «Concevoir et construire parasismique» Lyon - 10 mars 2010 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS 1. LA FRANCE EST-ELLE ELLE SISMIQUE? La réponse est positive. En métropole, la période de retour

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements 62 Numéro questionnaire (par équipe) Numéro échantillon Date de l enquête: Nom de la famille déplacée Ville/Commune Latitude (GPS) - si applicable 1. SITUATION ABRI 1. Comment définiriez-vous l abri actuel?

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Explorer la structure différenci

Explorer la structure différenci Explorer la structure différenci renciée e de la Terre Matériel originel profondément fractionné: - ségrs grégation gation du fer et du nickel dans le noyau - altération, sédimentation, s métamorphismem

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page

Corrigé et barème. Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Corrigé et barème Ce dossier comporte 9 pages : Correction 8 pages Barème 1 page Portes Latérales Coulissantes de PEUGEOT 807 Éléments de correction Question 1A Diagramme FAST de la fonction FP1 FP1 Ouvrir

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Faculté Polytechnique

Faculté Polytechnique Faculté Polytechnique Méthodes d'investigation et de détection utilisables et prévention des effondrements Colloque Effondrements et affaissements de sol Wépion, 3 avril 2014 Olivier Kaufmann, Nicolas

Plus en détail

RISQUE SISMIQUE. Comment se manifeste-t-il? Quels sont les risques dans la commune?

RISQUE SISMIQUE. Comment se manifeste-t-il? Quels sont les risques dans la commune? RISQUE SISMIQUE Un séisme est une fracturation brutale des roches en profondeur, le long de failles profondes, dans la croûte terrestre (rarement en surface). Le séisme génère des vibrations importantes

Plus en détail

Partie 1 L'ACTIVITE INTERNE DU GLOBE

Partie 1 L'ACTIVITE INTERNE DU GLOBE Partie 1 L'ACTIVITE INTERNE DU GLOBE Se questionner Qu'est-ce qui te permet de dire que la Terre est une planète active? Partie 1 Chapitre 1 LES SEISMES ET LEURS CONSEQUENCES Partie 1 Chapitre 1 Introduction

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans? Sommaire Séquence 3 Tu viens de voir comment les séismes et les éruptions volcaniques se manifestaient, mais tu peux te demander quelles sont les conséquences de ces manifestations de la Terre pour l Homme.

Plus en détail

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013)

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Rapport intermédiaire Opération a : synthèse sur les risques dus aux séismes, inondations, mouvements de terrain et tempêtes définitions et mécanismes

Plus en détail

Le génie parasismique et les TP

Le génie parasismique et les TP et Dossier n 2 Fiches ressources Présentation Présentation du dossier et Fiche ressource n 1a Dossier n 2 Introduction La sismologie Science des tremblements de terre qui se propose d'étudier : - le phénomène

Plus en détail

TD 3 Sismologie. Hélène Pilorgé

TD 3 Sismologie. Hélène Pilorgé TD 3 Sismologie Hélène Pilorgé helene.pilorge@ens-lyon.fr Définition d un séisme C est un mouvement bref de l écorce terrestre dû à l arrivée d ondes élastiques. Il résulte d un ébranlement qui se produit

Plus en détail

SISMOLOGIE APPLIQUEE 2 partie La secousse sismique, caractérisation des ondes La propagation des ondes sismiques

SISMOLOGIE APPLIQUEE 2 partie La secousse sismique, caractérisation des ondes La propagation des ondes sismiques SISMOLOGIE APPLIQUEE 2 partie La secousse sismique, caractérisation des ondes La propagation des ondes sismiques Introduction à la sismologie appliquée - à la construction - à la politique de construction

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX n 180 photographie secousses sismiques et équipements électriques Eric MELMOUX Ingénieur diplômé en 1981 de l INSA de LYON option génie mécanique, il obtient la même année un DEA "vibrations". Après 10

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Ordre de mission. Collège d Indre & Loire. Ref. : 37-02154N

Ordre de mission. Collège d Indre & Loire. Ref. : 37-02154N Sismologie UN PEU D'HISTOIRE DES SCIENCES... (...) C est un Chinois, l inventeur Zhang Heng, qui créa le premier sismographe en 132. Utilisant le principe du pendule, ce sismographe se présentait sous

Plus en détail

Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP

Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP Réalisation : Thierry GRUDA - Atelier ThiGRiS 0596 57 55 38 ou la probabilité qu'un séisme survienne

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Nom : Date : La construction parasismique

Nom : Date : La construction parasismique Nom : Date : La construction parasismique Expert en environnement Ingénieur Plan Nord Schéma technique Simulateur de séisme Tremblement de terre La construction parasismique page 2 LA SITUATION LA SITUATION

Plus en détail

Mathys classe CM1 Mardi 10 mars 2015

Mathys classe CM1 Mardi 10 mars 2015 Cliquez pour modifier les styles du texte du masque LES SEISMES OU Troisiè TREMBLEMENTS DE TERRE Deuxiè Quatriè» Cinquiè Mathys classe CM1 Mardi 10 mars 2015 Cliquez pour modifier les styles du texte du

Plus en détail

Méthode du point lumineux

Méthode du point lumineux Méthode du point lumineux Nous avons commencé par la méthode du point lumineux avec un relief proche de la chaîne des Appenins, Abulfeda. La photo est jointe en fin de paragraphe avec son exploitation

Plus en détail

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010)

MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) MPSI PCSI DS N 1 5 Octobre 2014 Système de mesure de cavité (D après concours CCP TSI 2010) Nom : Prénom : Classe : Mise en situation Mise en situation et présentation de la mesure Le sous-sol français

Plus en détail

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE Fusce vitae purus sed lectus egestas dignissim. Morbi in pede a justo posuere ornare. Préparons nous d autres séismes arrivent! Page 5 Mots Clés : Alerte Spécifique : Système

Plus en détail

Prospection géophysique

Prospection géophysique Prospection géophysique Projet Géothermie 2020 François Martin Michel Meyer Mobile: +41 76 569 17 07 Mobile : +41 76 532 26 28 www.geo2x.com www.sig-ge.ch www.geothermie2020.ch - 1 - Qu est-ce que la géothermie?

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail