Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire"

Transcription

1 Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises Rapport intermédiaire BRGM/RP FR Mai 2007

2

3

4 Mots clés : zonage, séismes, aléa, Antilles, tsunami En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Terrier M., coll. Bes-de-Berc S. (2007) - Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises - Rapport BRGM-RP FR, 77p, 31fig, 1pl.Ht. BRGM, 2005, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM.

5 Synthèse Dans le cadre du Plan Séisme, l Etat français a confié au BRGM une «étude préliminaire de l aléa tsunamis aux Antilles françaises». Ce projet fait l objet d une convention Ministère français de l Ecologie et du Développement Durable et BRGM n CV Ce présent rapport s inscrit dans le projet global cité ci-dessus. Il concerne l identification et la caractérisation de sources sismiques susceptibles de générer des tsunamis sur la côte antillaise française. Le travail d identification et de caractérisation des sources tsunamigèniques d origine sismique a pu être réalisé grâce à la compilation et l analyse : - de bases de données et publications relatives à la sismicité de la plaque Caraïbe et des zones de limites de plaques (données instrumentales, historiques, mécanismes au foyer), - des publications relatives à la tectonique de l arc des Petites Antilles, de l Amérique Centrale et des Grandes Antilles, - des informations bathymétriques, - du zonage sismique probabiliste de la France réalisé au début des années Le périmètre de l étude concerne la plaque Caraïbes et ses zones frontalières avec les plaques Amérique du Nord, Amérique du Sud, Cocos et Nazca. Au total 32 zones sismiques sont individualisées et caractérisées par un type de déformation principal et le séisme maximal de référence. La poursuite du projet global doit retenir plusieurs scénarios sismiques susceptibles de générer des tsunamis sur la côte antillaise française. Aussi, en conclusion, il est proposé quelques séismes de scénarios qui pourraient générer des tsunamis majeurs pour la côte antillaise française : - Séisme de scénario zone 2, «Marie - Galante», Mmax = Séisme de scénario zone 12, «Prisme d accrétion Barbuda», Mmax = Séisme de scénario zone 29, «Passage d Anagueda», Mmax = Séisme de scénario zone 34, «La Barbade», Mmax = 7.1. Il s agit d une proposition de scénario, mais le zonage sismique réalisé pourra servir de base à d autres choix d évènements sismiques majeurs. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 3

6 4 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

7 Sommaire 1. Introduction CADRE DE L ETUDE Contexte tectonique LA LIMITE NORD DE LA PLAQUE CARAÏBE : DES GRANDES ANTILLES AU GUATÉMALA LA LIMITE SUD DE LA PLAQUE CARAÏBE LA LIMITE EST DE LA PLAQUE CARAÏBE : L ARC DES PETITES ANTILLES17 3. Recherche et compilation des données SEISMES HISTORIQUES Base SisFrance Base de données CERESIS Base de l USGS/NOAA (Etats Unis) Fichier de sismicité historique compilé pour les besoins de l étude SISMICITE INSTRUMENTALE Base de données de l USGS/NEIC Catalogue de sismicité des observatoires IPGP des Antilles françaises MECANISMES AU FOYER FAILLES DONNEES BATHYMETRIQUES ZONAGE SISMIQUE DE LA FRANCE, TRAVAUX GEO-TER ZONAGE DES REGIONS TSUNAMIGENIQUES DE LA PLAQUE CARAÏBE Individualisation des zones sources sismiques PROPOSITION D UN ZONAGE SISMIQUE EVALUATION DES SEISMES PHYSIQUEMENT PLAUSIBLES POUR LES PRINCIPALES FAILLES ACTIVES AUJOURD HUI IDENTIFIEES AU LARGE DE L ARCHIPEL DE LA GUADELOUPE...51 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 5

8 Contexte géologique local Evaluation des séismes maximaux sur les principales failles actives sousmarines identifiées Conclusion LE ZONAGE SISMIQUE PROPOSITION DE SCENARIOS Bibliographie BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

9 Liste des illustrations Figure 1 Etudes réalisées en par le BRGM dans le cadre du volet «tsunamis» du Plan Séisme...9 Figure 2 - Place du présent rapport dans le projet global d étude de sensibilité des côtes antillaises françaises aux tsunamis...11 Figure 3 - La plaque Caraïbe et ses limites avec les plaques Nord Amérique, Sud Amérique, Nazca et Cocos (extrait de Cotilla Rodriguez, 1998)...14 Figure 4 - Schéma structural de l'arc Caraïbes, d après Stephan et al. (1990), Feuillet (2000), Taboada et al. (2000)...16 Figure 5 - Evolution récente de la limite de la plaque Caraïbe avec les plaques Nazca et Sud Amérique, d'après Taboada et al. (2000)...18 Figure 6 - Sismicité de l'arc des Petites Antilles entre 1950 et 1998, d'après Feuillet et al. (2001)...20 Figure 7 - Coupe de la subduction à hauteur de l archipel de la Guadeloupe (d après Martin et al., 2002)...21 Figure 8 -Coupe de la subduction à hauteur de la Martinique (d après Martin et al., 2002)...21 Figure 9 Zonage tectonique de l arc des Petites Antilles, d après Feuillet (2000)...22 Figure 10 -Carte des épicentres de séismes historiques (compilation des données SisFrance/Antilles, CERESIS, NOAA)...24 Figure 11 Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité historique compilé : fichier seismes_hist_caraibes...25 Figure 12 - Carte des épicentres de séismes instrumentaux enregistrés entre 1973 et 2006 au niveau de la plaque Caraïbe et à proximité, avec indication de la magnitudems (extrait du fichier NEIC)...26 Figure 13 - Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité instrumentale extrait de la base USGS/NEIC : fichier NEIC_Earth-Antilles...27 Figure 14 -Carte des failles actives au nord des Petites Antilles (extrait de Feuillet et al., 2004)...28 Figure 15 - Zonage sismique de l'arc des Petites Antilles :zonage de la croûte (plaque chevauchante)...30 Figure 16 - Zonage sismique de l'arc des Petites Antilles : zonge de la subduction (plaque plongeante)...32 Figure 17 Localisation des séismes historiques à l origine de tsunamis (points rouges), d après McCann (2004, inédit)...34 Figure 18 Identification des différentes zones sismiques tsunamigèniques de la plaque caraïbe, d après MacCann (2004, inédit)...34 Figure 19 Explication des champs associés à la table descriptive du zonage sismique...38 Figure 20 - Zonage sismique de la plaque Caraïbe, réalisépour l identification des sources sismiques tsunamigèniques potentielles...41 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 7

10 Figure 21 - Zonage sismique de la plaque Caraïbe : caractéristiques des zones (en itallique, les zones à déformation principale décrochante, donc avec une faible capabilité de générer un tsunami)...43 Figure 22 -Schéma de la géologie de l archipel de la Guadeloupe (d après Feuillet et al., 2004) Figure 23 - Carte des principales failles actives de l'archipel guadeloupéen, d'après Feuillet (2000) Figure 24 - Carte des failles sous-marines, au NE de Grande Terre, d'après Feuillet (2000) Figure 25 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines des grabens NE-SW au large de Grande-Terre, archipel guadeloupéen(cf Figure 24) Figure 26 - Cartographie des failles sous-marines des systèmes de Karukera et de Marie-Galante, d'après Feuillet et al. (2004) Figure 27 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines des grabens dekarukera et de Marie-Galante au large de Grande-Terre, archipel guadeloupéen(cf Figure 26) Figure 28 - Carte des failles entre les ïles des Saintes et de la Dominique, d'après Feuillet (2000) Figure 29 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines, système de failles NW-SE des Saintes, archipel guadeloupéen (Figure 28) Figure 30 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines entre Montserrat et Basse-Terre, archipel guadeloupéen (cf Figure 23) Figure 31 - Proposition de scénarios sismiques pour la modélisation de tsunamis aux Antilles Planche hors texte : Zonage sismique de la plaque Caraïbe, réalisé pour l identification des sources sismiques tsunamigéniques potentielles. Annexe : Extrait du fichier Seismes_hist_Caraibes.xls, séismes de magnitude finale, Mw, au moins égale à 6,5. 8 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

11 1. Introduction 1.1. CADRE DE L ETUDE A la fin de l année 2005, le Ministère français de l Ecologie et du Développement Durable a mis en place une série d actions destinées à réduire la vulnérabilité de la France au risque sismique. Ces actions sont rassemblées dans le cadre d un programme national de prévention du risque sismique, intitulé «Plan Séisme». Ce plan intègre un chantier sur la «prévention du risque de tsunami». Dans ce cadre, l Etat français a confié au BRGM (Figure 1): 1) la réalisation d une base de données historiques sur les tsunamis, 2) deux études préliminaires de l aléa tsunami sur les côtes françaises méditerranéennes et antillaises. L objectif de cette première approche est d évaluer la sensibilité globale des côtes françaises au phénomène de tsunamis, et de localiser les zones a priori les plus exposées. Figure 1 Etudes réalisées en par le BRGM dans le cadre du volet «tsunamis» du Plan Séisme Le présent rapport s inscrit dans l étude globale de sensibilité aux tsunamis de la côte antillaise française. Il concerne l identification et la caractérisation des sources sismiques tsunamigèniques potentielles. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 9

12 Les objectifs du projet global sont : 1) rechercher les zones tsunamigèniques a priori les plus dangereuses pour les côtes antillaises françaises. 2) simuler des évènements tsunamigèniques, choix d évènements plausibles a priori parmi les plus catastrophiques : 3 sources proches et 3 sources lointaines. 3) acquérir les résultats de ces simulations en terme de hauteur des vagues au rivage et d inondation (run-up, distance, vitesse), Cartographie à 1/ Un tsunami (du japonais tsu : port et nami : vague) correspond à une série de vagues provoquée par une action mécanique brutale et de grande ampleur au niveau d une mer ou d un océan. Ces actions sont le plus souvent d'origine tectonique ou volcanique, mais un glissement de terrain ou un impact météoritique peuvent aussi en être la cause (contrairement aux autres vagues, les tsunamis ne sont pas créés par le vent). Suite à leur génération, les tsunamis se propagent dans toutes les directions, parfois sur plusieurs milliers de kilomètres, jusqu à atteindre les côtes et exercer leur effet dévastateur. Les Petites Antilles se trouvent dans un contexte géodynamique actif, avec en particulier la subduction des plaques nord et sud Amérique sous la Plaque Caraïbe. Le présent rapport concerne la réalisation d un zonage sismique depuis la limite ouest de la plaque Caraïbe jusqu à la ride médio-océanique de l Atlantique, préalable à l identification des sources tsunamigèniques d origine sismique (Figure 2). La réalisation de ce zonage sismique s appuie : - d une part, sur le zonage sismique de la France publié en 2002 (Combes et al., 2002 ; Martin et al., 2002), - d autre part, sur l interprétation des données tectoniques, bathymétriques et sismologiques rassemblées dans le cadre de cette étude. Chaque zone est caractérisée par un mécanisme de rupture, l évaluation de la magnitude (Mw) du séisme maximal et l estimation de la rupture en surface (rejet, longueur et superficie du plan de faille rompu). Le choix des évènements tsunamigèniques proches ou lointains s appuiera sur les résultats de ce zonage. 10 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

13 Ce rapport Figure 2 - Place du présent rapport dans le projet global d étude de sensibilité des côtes antillaises françaises aux tsunamis BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 11

14 12 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

15 2. Contexte tectonique L analyse des tsunamis historiques [Base tsunamis-france (BRGM, en cours), Zahibo et Pelinovsky (2001), Lander et al. (2002), McCann (2004, inédit)] indique que plusieurs grands séismes situés à proximité de la Jamaïque ou de Haïti, ont généré des tsunamis qui ont atteint les côtes antillaises françaises, situées à plus de 1000 km. Pour cette raison, dans le cadre de l analyse des sources sismiques tsunamigèniques nous nous sommes intéressés à l ensemble de la plaque caraïbe pour établir le zonage sismique présenté au chapitre 4. 1 La planche hors texte présente à la fois le zonage sismique réalisé mais aussi la cartes des principales failles et des séismes majeurs de la plaque caraîbe et ses frontières. La plaque Caraïbe est une plaque tectonique de la lithosphère terrestre qui couvre : - la majeure partie de la mer des Caraïbes et les îles de la Jamaïque, d'hispaniola, de Porto Rico et des petites Antilles ; - le Honduras, le Salvador, le Nicaragua et le Nord du Costa Rica. La plaque caraïbe est en contact avec 4 grandes plaques tectoniques : nord Amérique, sud- Amérique, Nazca et des Cocos (Figure 3). Les zones de contact avec les autres plaques correspondent à des frontières décrochantes et convergentes, avec des secteurs de transitions convergence-décrochement complexes (Figure 4). Le mouvement continu de la plaque Caraïbe (déplacement vers l Ouest de 2cm/an en moyenne) induit une sismicité fréquente et de magnitude parfois très élevée (nombreux séismes de magnitude supérieure à 7) sur des bandes relativement larges. La limite ouest de la plaque Caraïbe est le siège de la subduction des plaques Cocos et Nazca sous l Amérique Centrale. Le taux de subduction dépasse 9 cm/an. Il en résulte une activité sismique et volcanique très importante. Cette limite de plaques ne correspond pas à une zone sismique tsunamigènique pour ce qui concerne les Antilles françaises. Elle n est donc pas incluse dans le zonage sismique réalisé dans le cadre de ce travail, contrairement aux autres limites de la plaque, à savoir : Nord (des Grandes-Antilles au Guatémala), Est (arc des Petites Antilles) et Sud (de la Colombie au Vénézuela). 1 Certains séismes produits au niveau de la ride médio-atlantique atteignent des magnitudes parfois supérieures à 7. Le mécanisme à l origine de ces très forts séismes est de type décrochant, donc associé à une composante verticale nulle à faible du mouvement le long de la faille, excluant ainsi la possibilité de tsunami. Le zonage sismique réalisé dans le cadre de cette présente étude n a donc pas été étendu jusqu à la ride médio-atlantique. En outre, ce zonage exclut aussi les sources sismiques très lointaines, situées à plusieurs milliers de kilomètres de l arc antillais, à proximité des côtes européennes ou africaines. A titre d exemple, on cite le séisme de Lisbonne du 1 er novembre 1755, situé à plus de km au nord-est des côtes antillaises et à l origine d un télétsunami qui a traversé tout l océan Atlantique pour atteindre les côtes antillaises 7 à 8 h après l apparition du séisme. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 13

16 Figure 3 - La plaque Caraïbe et ses limites avec les plaques Nord Amérique, Sud Amérique, Nazca et Cocos (extrait de Cotilla Rodriguez, 1998) 14 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

17 2.1. LA LIMITE NORD DE LA PLAQUE CARAÏBE : DES GRANDES ANTILLES AU GUATÉMALA La limite nord de la plaque Caraïbe s étend depuis les îles des Grandes Antilles (avec d Est en Ouest, Porto Rico, Hispaniola, Jamaïque, Cuba) jusqu au Guatémala. Le décalage le long de cette frontière de plaques Nord Américaine - Caraïbe est d environ km, avec une composante principale du mouvement décrochante senestre (Figure 4). Les principaux traits structuraux qui jalonnent cette limite sont : à l ouest, la faille de Motagua, dont le mouvement décrochant lors du séisme de 1976, a donné lieu à un mouvement le long de la faille sur près de 240 km et un décalage des terrains en surface jusqu à plus de 3 m (Figure 4). le fossé du Cayman, celui-ci prolonge vers l est la faille de Motagua, en direction des îles de Cuba et de la Jamaïque. Le fossé de Cayman correspond à une microdorsale océanique de direction NS, bordé par deux failles transformantes. L ouverture de cette micro-dorsale a débuté à l Eocène (- 50 à -45 millions d années), (Figure 4). A partir de l île d Hispaniola (Haïti et Réplique dominicaine), la limite nord de la plaque Caraïbe se divise en deux branches : o Au nord, elle rejoint la fosse de Porto Rico. Au niveau de l île d Hispaniola, Calais et al. (1992) ont montré la présence de plusieurs grandes failles chevauchantes actives de direction NW-SE, visibles dans la morphologie actuelle. La sismicité de cet endroit est plutôt superficielle. Entre l île d Hispaniola et les failles d Anegada, la limite des plaques est marquée par une subduction de la plaque nord américaine sous la plaque Caraïbe. La déformation en surface correspond à des jeux inverses ou décrochants des failles. L essentiel des évènements sismiques est constitué par des séismes profonds (plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur). o La branche sud s aligne sur le fossé de Muertos lequel pourrait marquer le chevauchement des grandes Antilles sur la plaque Caraïbe. Actuellement, il s agit d une zone peu sismique. Le système de failles normales NE-SW d Anegada appartient à une zone de transition entre la limite nord de la plaque Caraïbe (Grandes Antilles) de direction Est-Ouest et sa limite Est (Petites Antilles) de direction Nord-Sud. Dans le modèle proposé par Feuillet (2000), les failles normales perpendiculaires à la subduction des plaques et localisées entre le passage d Anegada et l île de la Dominique (située entre celles de la Guadeloupe et de la Martinique) sont associées et couplées aux failles décrochantes senestres qui longent la bordure NNE de la plaque Caraïbe entre Hispaniola et la Dominique. Du fait de la diminution de l obliquité entre la direction de convergence Atlantique-Caraïbes et la courbure de la subduction, ces failles se développent pour accomoder la composante extensive liée au grand système décrochant senestre, dont le mouvement augmente du Sud au Nord de 4 à 19 mm/an. Cette dynamique induirait une différenciation structurale notable au sein de l arc des Petites Antilles (cf 2.3, Figure 9). BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 15

18 Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis Figure 4 - Schéma structural de l'arc Caraïbes, d après Stephan et al. (1990), Feuillet (2000), Taboada et al. (2000) 16 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

19 2.2. LA LIMITE SUD DE LA PLAQUE CARAÏBE La frontière entre les plaques Caraïbe et Amérique du Sud correspond à une zone de déformation transpressive matérialisée par l existence de grandes failles décrochantes dextres, avec (Figure 4) : La faille de Pilar de direction est-ouest, qui longe la côte nord du Vénézuela ; Les failles de Bocono et d'oca, localisées au niveau de la Colombie. Le mouvement observé le long de cette frontière décrochante, de l ordre de quelques dizaines de kilomètres, n est cependant pas suffisant pour compenser le mouvement exprimé au nord de la plaque Caraïbe à la frontière avec la plaque Nord Amérique (cf 2.1). On suppose qu une partie de la déformation a été en fait absorbée par des mouvements compressifs au niveau de la ride de Curaçao (Westercamp et Tazieff, 1980), (Figure 4). Ainsi, au nord des failles del Pilar et de Oca, la ride de Curaçao marque une zone de compression nord-sud, avec chevauchement des Antilles néerlandaises (îles de Bonaire, Curaçao, Aruba) situées au nord de la côte du Vénézuela sur la plaque Caraïbe. En surface, la ride de Curaçao est découpée par des failles normales NW-SE. Ces failles seraient parallèles à la direction de la contrainte principale compressive à laquelle serait soumise cette partie de la plaque Caraïbe (Taboada et al., 2000). Plus à l ouest, la plaque Caraïbe subducte sous la plaque Sud Amérique et sous la plaque Nazca. Le mouvement de la plaque Caraïbe a une direction principale E-W avec une vitesse de l ordre de 1 à 2 cm/an (Taboada et al., 2000). Selon Taboada et al. (2000), le chevauchement au Nord de Panama serait relativement récent (Figure 5) LA LIMITE EST DE LA PLAQUE CARAÏBE : L ARC DES PETITES ANTILLES Les îles antillaises françaises appartiennent à l arc des Petites antilles. L arc des Petites Antilles résulte de la subduction des plaques nord et sud Amérique sous la plaque Caraïbe dans une direction nord-est - sud-ouest, à la vitesse d environ 2 cm/an. Il se situe sur la bordure nord-est de la plaque Caraïbe. Il est constitué d une vingtaine d îles principales. Il dessine une courbe de 850 km de longueur et de 450 km de rayon de courbure. Il s étend depuis la marge continentale sud-américaine (Vénézuela oriental) jusqu au passage d Anegada qui marque la limite actuelle avec les Grandes Antilles (plateforme de Porto Rico et des îles Vierges), (Figure 4). La convergence actuelle des plaques est non seulement marquée au niveau de l arc des Petites Antilles par une activité volcanique importante (Soufrière Hills de Montserrat, Soufrière de Guadeloupe, montagne Pelée de Martinique) mais aussi par une intense activité sismique, notamment dans la partie nord de l arc (Figure 6). Certains séismes se produisent à l interface de la subduction entre les plaques américaines et caraïbe. Le séisme du 8 février 1843 (magnitude estimée proche de 8) est probablement dû à cette tectonique. D autres séismes, plus superficiels (foyer à moins de 30 km de profondeur et épicentre localisé à plusieurs dizaines de kilomètres à l ouest du front de subduction), ont lieu dans la plaque chevauchante caraïbe. Ils sont dus au jeu des failles qui découpent la plaque caraïbe (séismes intraplaques caraïbes). Le séisme du 21 novembre 2004, de magnitude 6,3, localisé entre les îles de la Dominique et des Saintes dans l archipel de la Guadeloupe, est lié au rejeu de l une d entre elles. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 17

20 Figure 5 - Evolution récente de la limite de la plaque Caraïbe avec les plaques Nazca et Sud Amérique, d'après Taboada et al. (2000) 18 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

21 Le front de subduction principal est recoupé par des rides océaniques (rides de Barracuda, Sainte Lucie, Tiburon, Figure 4) qui correspondent vraisemblablement à d anciennes failles transformantes liées à l ouverture de l Océan Atlantique. Ces rides ont une influence sur la structure actuelle de la zone de subduction. Ainsi, jusqu à 50 à 60 km de profondeur, le pendage de la plaque subductée Amérique sous la plaque Caraïbe est de 25 W au nord de la ride de Sainte Lucie (Figure 7), tandis qu au sud de la ride, le plan de subduction à une pente de seulement 10 à 15 W. (Godefroy et al., 1990 et 1991 ; Combes et al., 2002) (Figure 8). Entre 60 km et 150 km de profondeur environ, l angle de plongement de la plaque Amérique sous la plaque Caraïbe s accentue puisqu il atteint entre 50 et 60 W (près de 58 sous l archipel Guadeloupéen, Figure 7, et 55 W sous la Martinique, Figure 8). Au delà de 150 km de profondeur débute la fusion partielle de la plaque subductée, à l origine des ascensions magmatiques de l arc des Petites Antilles. Par ailleurs, la tectonique intraplaque caraïbe est très différente selon sa position par rapport aux rides océaniques : tectonique intraplaque distensive à décrochante au Nord, et plutôt compressive à décrochante au Sud. Feuillet (2000) propose ainsi une zonation tectonique de l arc en trois zones distinctes (Figure 9) : - au nord, il s agit d une zone de cisaillement normal-senestre, deux familles de failles coexistent : o l une limite des grabens perpendiculaires à l arc, reflétant une extension Nord- Sud, o l autre en échelon le long de l arc volcanique, avec une composante senestre de déplacement, correspondrait à la terminaison de la zone de cisaillement senestre majeure de Porto Rico. - au centre (entre l archipel de Guadeloupe et la Martinique), la zone de transition présenterait des déformations plutôt décrochantes senestres au Nord et décrochantes dextres au Sud. - au sud, l arc des Petites Antilles correspond à une zone de compression oblique dextre, induisant des chevauchements dans le prisme d accrétion parallèles à l arc. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 19

22 Origine des données sur les séismes : ISC; USGS; Robson 1964 ; Stein et al., 1982 ; Feuillard, 198 Bernard et al., Figure 6 - Sismicité de l'arc des Petites Antilles entre 1950 et 1998, d'après Feuillet et al. (2001) 20 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

23 Figure 7 - Coupe de la subduction à hauteur de l archipel de la Guadeloupe (d après Martin et al., 2002) Figure 8 -Coupe de la subduction à hauteur de la Martinique (d après Martin et al., 2002) BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 21

24 Figure 9 Zonage tectonique de l arc des Petites Antilles, d après Feuillet (2000) zone 1 (en jaune), zone de cisaillement normal-senestre, assimilé à une terminaison en queue de cheval du cisaillement senestre majeur de Porto-Rico ; zone 2 (en orange) : zone de transition ; zone 3 (en vert) : zone de compression oblique dextre. 22 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

25 3. Recherche et compilation des données 3.1. SEISMES HISTORIQUES Base SisFrance La base nationale française, SisFrance/Antilles, décrit 2650 séismes localisés dans les départements français des Antilles et dans l'archipel des Caraïbes. Les informations concernent : 1) points d'observations ou localités ayant plus ou moins fortement subi un séisme, 2) 500 références documentaires témoignant de l'activité des tremblements de terre au cours des temps. L intensité épicentrale des séismes est estimée en degré MSK. Une appréciation de la qualité de l information est indiquée aussi bien pour la localisation épicentrale que pour l intensité du séisme. Cette base est consultable sur Internet à l adresse suivante : Base de données CERESIS Le Centre Régional de Sismologie pour l Amérique du Sud (CERESIS) est un organisme international, créé en 1966 par accord entre le gouvernement du Pérou et l UNESCO. Il gère un catalogue des séismes historiques ressentis en Amérique centrale et au Nord de l Amérique latine. Le plus ancien séisme répertorié date de Pour chaque événement, il est spécifié : les coordonnées épicentrales, l intensité épicentrale (en degré Mercalli Modifié), selon le cas, l estimation de la magnitude Ms ou Mb, et la profondeur focale du séisme. Par ailleurs, pour chaque évènement sismique, les observations macrosismiques sont indiquées. Ce catalogue est disponible à l adresse suivante : Base de l USGS/NOAA (Etats Unis) Le NGDC (National Geophysical Data Center) du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) des Etats Unis, gère une base de données des grands séismes historiques connus dans le monde (The Significant Earthquake Database). Les plus anciens séismes connus datent de 2150 avant J.C.. La base de données indique la région épicentrale du séisme, ses coordonnées, et, selon le cas, son intensité épicentrale en degré MM (Mercalli Modifiée), la magnitude macrosismique estimée. Par ailleurs, des indications sont apportées sur les dommages générés et éventuellement sur la possibilitré du séisme à avoir généré un tsunami. La base de données est consultable à l adresse suivante : BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 23

26 Figure 10 -Carte des épicentres de séismes historiques (compilation des données SisFrance/Antilles, CERESIS, NOAA) 24 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

27 Fichier de sismicité historique compilé pour les besoins de l étude Les trois bases de données citées précédemment ont été exploitées, et les informations regroupées en un seul fichier, seismes_hist_caraibes.xls. Dans le cas des doublons avec la base NOAA, les informations issues des bases régionales SisFrance/Antilles ou CERESIS ont été privilégiées, en retenant notamment SisFrance/Antilles pour ce qui concerne l arc des Petites Antilles et les îles Vierges, et la base CERESIS s agissant de l Amérique Centrale et du Nord de l Amérique latine. Le champ «remarques» du fichier final compilé, garde néanmoins toutes les informations sur le séisme relevées dans différentes sources, notamment s agissant de l estimation de l intensité ou de la magnitude. Figure 11 Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité historique compilé : fichier seismes_hist_caraibes Champ AN MOIS JOUR LONGITUDE LATITUDE Pf Ms Mb Ms(NEIC) Mb(NEIC) M(NOAA) Io(MM) Io(MSK) SOURCE descriptif Degré, minute, centésimal Degré, minute, centésimal Profondeur focale estimée en km (informations issues des bases NOAA et CERESIS) Magnitude en ondes de surface (informations issues de la base CERESIS) Magnitude en ondes de volume (informations issues de la base CERESIS) Pour les séismes survenus après 1972, comparaison avec les valeurs de magnitude Ms indiquées dans la base NEIC Pour les séismes survenus après 1972, comparaison avec les valeurs de magnitude Mb indiquées dans la base NEIC Magnitude (informations issues de la base NOAA sans indications du type de magnitude) Intensité épicentrale en degré Mercalli Modifié (informations issues des bases NOAA et CERESIS) Intensité épicentrale en degré MSK (information issue de la base SisFrance/Antilles) Source initiale (catalogue ou publication de référence) de la donnée évènementielle concernant la localisation épicentrale retenue pour la localisation cartographique de l épicentre. remarques Indication des valeurs de magnitude ou intensité précisées dans d autres publications (+ référence) que celle désignée au niveau du champ SOURCE Io_final Mw_final Valeur de l intensité retenue. Les échelles d intensité MM et MSK ont une échelle de valeurs sensiblement équivalentes. La valeur de Io retenue au final correspond donc à Io(MM) des bases NOAA et CERESIS ou Io(MSK) de la base SisFrance/Antilles. Il s agit de la valeur de magnitude indiquée dans les publications les plus récentes consacrées à l analyse d événement sismique spécifique (référence indiquées dans le champ «Remarques») ou par défaut celle indiquée dans les bases NOAA, CERESIS ou NEIC. L image de la sismicité historique obtenue est présentée succintement en Figure 10. Pour une information plus précise des données de la sismicité historique collectées dans le cadre de ce travail, il est possible de se référer au fichier seismes_hist_caraibes. L Annexe 1 présente un extrait du fichier seismes_hist_caraibes.xls : liste des séismes de magnitude finale, Mw, au moins égale à 6.5. Par ailleurs, les plus forts séismes ayant affectés la plaque caraïbe sont présentés aussi sur la planche hors texte. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 25

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte antillaise française

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte antillaise française ren Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte antillaise française Rapport de synthèse BRGM/RP -55795-FR Décembre 2007 Convention MEDAD-BRGM n CV 05000 195 Mots clés : tsunami, Antilles, aléa, scénario,

Plus en détail

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN

La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN La robustesse des installations nucléaires au regard de l aléa sismique Volet aléa sismique D. BAUMONT IRSN/DEI/SARG/BERSSIN Sommaire Contexte tectonique et sismologique de la France Métropolitaine Règle

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme

Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme Présentation des études menées par le BRGM, relatives aux TSUNAMIS et réalisées dans le cadre du Plan Séisme Base de données TSUNAMIS Étude préliminaire de l aléa tsunamis en MEDITERRANEE et aux ANTILLES

Plus en détail

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques

Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le séisme de Concepcion, Chili, du 27 février 2010 - Le point sur les informations scientifiques Le 28-février-2010 Christophe Vigny Directeur de recherches au CNRS Laboratoire de Géologie de l ENS, UMR8538

Plus en détail

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Contexte Les communes littorales françaises hébergent plus de 7,5 millions d habitants et ont une capacité d accueil touristique

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME TITRE L CTIVITE DE L PLNETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME Classe : quatrième Durée : 2 séances de 50 minutes La situation problème Document 1 : Photos prises le 15 avril 2010 dans un aéroport européen

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française Modélisation numérique. Rapport intermédiaire

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française Modélisation numérique. Rapport intermédiaire Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française Modélisation numérique Rapport intermédiaire BRGM/RP-76-FR Décembre 7 Mots clés : tsunamis, modélisation, glissements de terrain,

Plus en détail

Annexe 7 Observatoires volcanologiques et sismologiques IPGP aux Antilles

Annexe 7 Observatoires volcanologiques et sismologiques IPGP aux Antilles "Solidarité Japon" - Académie des sciences - Annexe Annexe 7 Observatoires volcanologiques et sismologiques IPGP aux Antilles Steve Tait Institut de physique du globe de Paris Images 1-3 Il y a une réponse

Plus en détail

Méditerranée caribéenne, Méditerranée américaine

Méditerranée caribéenne, Méditerranée américaine Méditerranée caribéenne, Méditerranée américaine Plan I- La méditerranée, un concept spatial en débat II- Une mosaïque régionale I- La méditerranée, un concept spatial en débat Du modèle spatial Une méditerranée

Plus en détail

Localisation des principales répliques du séisme des Saintes du 21 Novembre 2004

Localisation des principales répliques du séisme des Saintes du 21 Novembre 2004 Localisation des principales répliques du séisme des Saintes du 21 Novembre 2004 15 Avril 2005 Toute information provenant de ce rapport doit être référencée comme suit : D. Bertil, S. Bazin, D. Mallarino,

Plus en détail

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide Vincent Courtillot Université Paris 7 et Institut de Physique du Globe de Paris Institut Universitaire de France Les

Plus en détail

Tsunamis et Séismes géants de subduction - enseignements des catastrophes de Sumatra, du Chili et du Japon

Tsunamis et Séismes géants de subduction - enseignements des catastrophes de Sumatra, du Chili et du Japon Tsunamis et Séismes géants de subduction - enseignements des catastrophes de Sumatra, du Chili et du Japon Robin LACASSIN - preprint (La Science au Présent - Encyclopedia Universalis) En moins de 7 ans,

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Les séismes DOSSIER D INFORMATION risques naturels majeurs Introduction Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier et qui cause le plus

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/14 DIRECTION DE LA SECURITE ET DU CABINET PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL- 13112-03 modifiant l arrêté n IAL- 13112-02 du 20 aout 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 ECS post- Fukushima Aléa sismique Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 1 Sommaire 1. Rappel du cahier des charges ASN 2. Quelques éléments des dossiers des exploitants 3. Analyse de l IRSN CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP

Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP Le Service des Actions de Sécurité du Conseil Général de la Martinique en collaboration avec Sara Bazin IPGP Réalisation : Thierry GRUDA - Atelier ThiGRiS 0596 57 55 38 ou la probabilité qu'un séisme survienne

Plus en détail

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O.

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O. UE Planète Terre Julie Perrot - U.B.O. Grands Processus Géodynamiques I - Frontières Divergentes Modèles de rifting Rift Continental Dorsale Océanique II - Frontières Convergentes Subduction Collision

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques 4 e / Comment délimiter une plaque? Qu appelle-t-on une plaque? 1 e / Comment caractériser les couches superficielles du globe? Lexique : Plaque

Plus en détail

ÉVALUATION DE L INTRUSION MARINE DANS LA CARAÏBE INSULAIRE ET CONSÉQUENCES SUR L AMÉNAGEMENT DE L ESPACE

ÉVALUATION DE L INTRUSION MARINE DANS LA CARAÏBE INSULAIRE ET CONSÉQUENCES SUR L AMÉNAGEMENT DE L ESPACE ÉVALUATION DE L INTRUSION MARINE DANS LA CARAÏBE INSULAIRE ET CONSÉQUENCES SUR L AMÉNAGEMENT DE L ESPACE Pascal SAFFACHE Professeur d aménagement à l université des Antilles QU EST-CE QUE LE CHANGEMENT

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre CHAPITRE 3 LA SURFACE DE LA TERRE : DES PLAQUES EN MOUVEMENTS Situation de départ - Rappels : Les séismes et les éruptions volcaniques ne se manifestent

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification Partie du programme : LA TERRE CHANGE EN SURFACE : EFFETS DE L ACTIVITE INTERNE DE LA PLANETE Titre : Répartition des séismes et des volcans Nom de l outil TICE : SISMOLOG Construire une carte de la répartition

Plus en détail

CCR acteur majeur dans le domaine des catastrophes naturelles en France

CCR acteur majeur dans le domaine des catastrophes naturelles en France CCR acteur majeur dans le domaine des catastrophes naturelles en France CCR est une entreprise de réassurance chargée de concevoir, mettre en œuvre et gérer des instruments performants répondant à des

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Projet ARAI3 : Quantification de la submersion marine générée par des tsunamis transpacifiques en Polynésie Française.

Projet ARAI3 : Quantification de la submersion marine générée par des tsunamis transpacifiques en Polynésie Française. Projet ARAI3 : Quantification de la submersion marine générée par des tsunamis transpacifiques en Polynésie Française Rapport final BRGM/RP-61901-FR Janvier 2013 Mots clés : tsunami, submersion, modélisation,

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

Tectonique des plaques

Tectonique des plaques Tectonique des plaques Eléments modernes à l appui de la tectonique des plaques : 1. Minimum de vitesse (LVZ) au sommet de l asténosphère Rigidité moindre Région de cisaillement La lithosphère flotte sur

Plus en détail

EduCarte - Prise en main

EduCarte - Prise en main EduCarte - Prise en main Objectifs : > Découvrir EduCarte, un Système d Information Géographique dédié à la sismologie > Cartographier la localisation d épicentres de séismes locaux > Cartographier la

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Base de données et sites internet SisFrance Année 2009. Rapport final

Base de données et sites internet SisFrance Année 2009. Rapport final Base de données et sites internet SisFrance Année 2009 Rapport final BRGM/RP-58517-FR décembre 2009 Base de données et sites internet SisFrance Année 2009 Rapport final BRGM/RP-58517-FR décembre 2009

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

UPM ONEV Port au Prince, 23 Novembre 2012

UPM ONEV Port au Prince, 23 Novembre 2012 UPM ONEV Port au Prince, 23 Novembre 2012 COÛT: 40.000 euros LEADERSHIP: UPM, ESPAGNE. CONTREPARTIE: ONEV-MDE, HAÏTI (Belén Benito) (Dwinell Belizaire) Participants : Université de Alicante Université

Plus en détail

Prise en compte des effets de site dans l aménagement - Les PPR sismiques. Journée REPSSOL Mercredi 9 Novembre 2011

Prise en compte des effets de site dans l aménagement - Les PPR sismiques. Journée REPSSOL Mercredi 9 Novembre 2011 Prise en compte des effets de site dans l aménagement - Les PPR sismiques Journée REPSSOL Mercredi 9 Novembre 2011 1 Prise en compte des effets de site dans l aménagement 1. Études réalisées et en cours.

Plus en détail

Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT.

Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT. Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT. Fichier de données techniques pour le professeur Le séisme a été enregistré par la station sismique de Telopea Park School

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un tsunami?

Qu'est-ce qu'un tsunami? 17/09/2015 - Par C.I.I.T. Qu'est-ce qu'un tsunami? Le phénomène que nous appelons "Tsunami" est une série de vagues de période extrêmement longue se propageant à travers l'océan, générées par des mouvements

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

1.2-1.3- Ex : Format AO (84cm x 118.8cm) à 1 500 Fcfp

1.2-1.3- Ex : Format AO (84cm x 118.8cm) à 1 500 Fcfp ANNEXE 1 LES DIFFERENTS TYPES DE PRODUITS PROPOSES A LA VENTE ET LES BASES DE LA REDEVANCE 1. LES DOCUMENTS IMPRIMES SUR COMMANDE 1.1- Impressions de cartes et photographies aériennes sur papier ordinaire

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B)

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles

Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles Qu est-ce que CCR? Société anonyme de réassurance créée en 1946 entièrement détenue par l Etat français. Réassureur avec garantie de

Plus en détail

Plaques. Image de la NASA : http://denali.gsfc.nasa.gov/re search/lowman/lowman.html

Plaques. Image de la NASA : http://denali.gsfc.nasa.gov/re search/lowman/lowman.html Plaques La lithosphère (croûte + partie du manteau) est divisée en plaques qui se déplacent d un seul tenant sur l asthénosphère. Les séismes ayant surtout lieu à la jonction des plaques, la distribution

Plus en détail

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923 Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» V. 20140923 Référence à consulter : Spécifications techniques Litto3D - v 1.0 (http://www.shom.fr/les-activites/projets/modelenumerique-terre-mer/applications-possibles/)

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 1 En 4 parties Sommaire INTRODUCTION I. PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Le déplacement d une calotte sphérique 2. Les mouvements possibles entre les plaques

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides 1 Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides Introduction Dans les années 1965-1968, l étude de la géométrie des dorsales a permis de construire un modèle où la

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

La prévention et la gestion des risques au Maroc. Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012

La prévention et la gestion des risques au Maroc. Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012 La prévention et la gestion des risques au Maroc Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012 Introduction Le Maroc est exposé aux phénomènes climatiques, météorologiques, géologiques ou biologiques:

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

La population exposée à des risques d inondation

La population exposée à des risques d inondation Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques technologiques et naturels La population exposée à des risques d inondation par

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX de la Baie de Bourgneuf, NOTICE DE PRESENTATION Annexe n 6 Synthèse des hypothèses des scénarios de référence Enquête Publique Enquête publique

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Classification et balisage des parcours VTT

Classification et balisage des parcours VTT Classification et balisage des parcours VTT Randonnée Enduro Descente Guide à l attention des clubs et des maîtres d ouvrage Sommaire Edito Page 2 1 : Parcours de randonnée et itinérance Page 3 A- Identification

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Les outils de représentations paysagères

Les outils de représentations paysagères Les outils de représentations paysagères Les outils de représentation paysagère sont dans un entre-deux : entre l observateur du paysagère qui, par l outil graphique, donne corps à sa compréhension subjective

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) NAÏMA PAGE, PROFESSEURE D HISTOIRE-GEOGRAPHIE LYCEE SAINT-EXUPERY MARSEILLE 15 e 1. Objectifs généraux de la séance Niveau Classe de seconde

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

Etude sur la vulnérabilité et l adaptation de la Wilaya d Alger au changement climatique et aux risques naturels

Etude sur la vulnérabilité et l adaptation de la Wilaya d Alger au changement climatique et aux risques naturels REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Aménagement du Territoire et de l Environnement Photos Etude sur la vulnérabilité et l adaptation de la Wilaya d Alger au changement climatique

Plus en détail

Etude préliminaire de l aléa tsunami en Méditerranée occidentale. Mouvements de terrain côtiers de grande ampleur. Rapport intermédiaire

Etude préliminaire de l aléa tsunami en Méditerranée occidentale. Mouvements de terrain côtiers de grande ampleur. Rapport intermédiaire Etude préliminaire de l aléa tsunami en Méditerranée occidentale Mouvements de terrain côtiers de grande ampleur Rapport intermédiaire - BRGM/RP-55356-FR Juillet 2007 Mots clés : mouvements de terrain,

Plus en détail

Base de données SisFrance «Océan Indien» et site Internet associé

Base de données SisFrance «Océan Indien» et site Internet associé Base de données SisFrance «Océan Indien» et site Internet associé Rapport final BRGM/RP 53711-FR mars 2005 Base de données SisFrance «Océan Indien» et site Internet associé Rapport final BRGM/RP 53711-FR

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

VACANCES SEISME JAPON INFOGRAPHIE RISQUES ACTION EDUCATIVE CONSTRUCTION PARASISMIQUE INTERVIEW N 6

VACANCES SEISME JAPON INFOGRAPHIE RISQUES ACTION EDUCATIVE CONSTRUCTION PARASISMIQUE INTERVIEW N 6 La Lettre du Plan Séisme Juillet - Août 2008 VACANCES SEISME JAPON INFOGRAPHIE RISQUES ACTION EDUCATIVE CONSTRUCTION PARASISMIQUE INTERVIEW N 6 VACANCES RISQUE SISMIQUE A L ETRANGER La sismicité mondiale,

Plus en détail

La théorie de la dérive des continents

La théorie de la dérive des continents Géo / Fiche 16 La tectonique des plaques La théorie de la dérive des continents Jusqu'à la fin du XIX è siècle, les scientifiques pensaient que les continents n'avaient pas bougé les uns par rapport aux

Plus en détail

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi)

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi) Sources et méthodes (régions, départements et zones d emploi) L Insee produit des estimations de taux de chômage localisés, en moyennes trimestrielles et annuelles pour la France métropolitaine, et une

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Commune de SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE

Commune de SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE 1. Annexe à l arrêté préfectoral Préfecture de Loire-Atlantique Commune de SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE Informations sur les risques naturels et technologiques pour l application des I, II, III de l article L

Plus en détail

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Rapport final BRGM/RP-54376-FR décembre 2005 Base de données de la sismicité historique de

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE SESSION 008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE Proposition de corrigé et barème. Olympiades des géosciences

Plus en détail

Tectonique des plaques et création de reliefs

Tectonique des plaques et création de reliefs PREPARATION AGREGATION INTERNE SVT TOULOUSE 27 Novembre 2013 Composition à partir d'un dossier Durée : 5 heures L'usage de tout ouvrage de référence, de tout dictionnaire et de tout matériel électronique

Plus en détail

EDUCATION.VULCANIA.COM

EDUCATION.VULCANIA.COM Dossier pédagogique RISQUES VOLCANIQUES Livret élève CHERS EXPLORATEURS, Ce questionnaire vous aidera à découvrir quelques exemples d aléas naturels notemment d origine volcaniques et risques associés.

Plus en détail