Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises. Rapport intermédiaire"

Transcription

1 Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises Rapport intermédiaire BRGM/RP FR Mai 2007

2

3

4 Mots clés : zonage, séismes, aléa, Antilles, tsunami En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Terrier M., coll. Bes-de-Berc S. (2007) - Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis aux Antilles françaises - Rapport BRGM-RP FR, 77p, 31fig, 1pl.Ht. BRGM, 2005, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM.

5 Synthèse Dans le cadre du Plan Séisme, l Etat français a confié au BRGM une «étude préliminaire de l aléa tsunamis aux Antilles françaises». Ce projet fait l objet d une convention Ministère français de l Ecologie et du Développement Durable et BRGM n CV Ce présent rapport s inscrit dans le projet global cité ci-dessus. Il concerne l identification et la caractérisation de sources sismiques susceptibles de générer des tsunamis sur la côte antillaise française. Le travail d identification et de caractérisation des sources tsunamigèniques d origine sismique a pu être réalisé grâce à la compilation et l analyse : - de bases de données et publications relatives à la sismicité de la plaque Caraïbe et des zones de limites de plaques (données instrumentales, historiques, mécanismes au foyer), - des publications relatives à la tectonique de l arc des Petites Antilles, de l Amérique Centrale et des Grandes Antilles, - des informations bathymétriques, - du zonage sismique probabiliste de la France réalisé au début des années Le périmètre de l étude concerne la plaque Caraïbes et ses zones frontalières avec les plaques Amérique du Nord, Amérique du Sud, Cocos et Nazca. Au total 32 zones sismiques sont individualisées et caractérisées par un type de déformation principal et le séisme maximal de référence. La poursuite du projet global doit retenir plusieurs scénarios sismiques susceptibles de générer des tsunamis sur la côte antillaise française. Aussi, en conclusion, il est proposé quelques séismes de scénarios qui pourraient générer des tsunamis majeurs pour la côte antillaise française : - Séisme de scénario zone 2, «Marie - Galante», Mmax = Séisme de scénario zone 12, «Prisme d accrétion Barbuda», Mmax = Séisme de scénario zone 29, «Passage d Anagueda», Mmax = Séisme de scénario zone 34, «La Barbade», Mmax = 7.1. Il s agit d une proposition de scénario, mais le zonage sismique réalisé pourra servir de base à d autres choix d évènements sismiques majeurs. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 3

6 4 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

7 Sommaire 1. Introduction CADRE DE L ETUDE Contexte tectonique LA LIMITE NORD DE LA PLAQUE CARAÏBE : DES GRANDES ANTILLES AU GUATÉMALA LA LIMITE SUD DE LA PLAQUE CARAÏBE LA LIMITE EST DE LA PLAQUE CARAÏBE : L ARC DES PETITES ANTILLES17 3. Recherche et compilation des données SEISMES HISTORIQUES Base SisFrance Base de données CERESIS Base de l USGS/NOAA (Etats Unis) Fichier de sismicité historique compilé pour les besoins de l étude SISMICITE INSTRUMENTALE Base de données de l USGS/NEIC Catalogue de sismicité des observatoires IPGP des Antilles françaises MECANISMES AU FOYER FAILLES DONNEES BATHYMETRIQUES ZONAGE SISMIQUE DE LA FRANCE, TRAVAUX GEO-TER ZONAGE DES REGIONS TSUNAMIGENIQUES DE LA PLAQUE CARAÏBE Individualisation des zones sources sismiques PROPOSITION D UN ZONAGE SISMIQUE EVALUATION DES SEISMES PHYSIQUEMENT PLAUSIBLES POUR LES PRINCIPALES FAILLES ACTIVES AUJOURD HUI IDENTIFIEES AU LARGE DE L ARCHIPEL DE LA GUADELOUPE...51 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 5

8 Contexte géologique local Evaluation des séismes maximaux sur les principales failles actives sousmarines identifiées Conclusion LE ZONAGE SISMIQUE PROPOSITION DE SCENARIOS Bibliographie BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

9 Liste des illustrations Figure 1 Etudes réalisées en par le BRGM dans le cadre du volet «tsunamis» du Plan Séisme...9 Figure 2 - Place du présent rapport dans le projet global d étude de sensibilité des côtes antillaises françaises aux tsunamis...11 Figure 3 - La plaque Caraïbe et ses limites avec les plaques Nord Amérique, Sud Amérique, Nazca et Cocos (extrait de Cotilla Rodriguez, 1998)...14 Figure 4 - Schéma structural de l'arc Caraïbes, d après Stephan et al. (1990), Feuillet (2000), Taboada et al. (2000)...16 Figure 5 - Evolution récente de la limite de la plaque Caraïbe avec les plaques Nazca et Sud Amérique, d'après Taboada et al. (2000)...18 Figure 6 - Sismicité de l'arc des Petites Antilles entre 1950 et 1998, d'après Feuillet et al. (2001)...20 Figure 7 - Coupe de la subduction à hauteur de l archipel de la Guadeloupe (d après Martin et al., 2002)...21 Figure 8 -Coupe de la subduction à hauteur de la Martinique (d après Martin et al., 2002)...21 Figure 9 Zonage tectonique de l arc des Petites Antilles, d après Feuillet (2000)...22 Figure 10 -Carte des épicentres de séismes historiques (compilation des données SisFrance/Antilles, CERESIS, NOAA)...24 Figure 11 Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité historique compilé : fichier seismes_hist_caraibes...25 Figure 12 - Carte des épicentres de séismes instrumentaux enregistrés entre 1973 et 2006 au niveau de la plaque Caraïbe et à proximité, avec indication de la magnitudems (extrait du fichier NEIC)...26 Figure 13 - Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité instrumentale extrait de la base USGS/NEIC : fichier NEIC_Earth-Antilles...27 Figure 14 -Carte des failles actives au nord des Petites Antilles (extrait de Feuillet et al., 2004)...28 Figure 15 - Zonage sismique de l'arc des Petites Antilles :zonage de la croûte (plaque chevauchante)...30 Figure 16 - Zonage sismique de l'arc des Petites Antilles : zonge de la subduction (plaque plongeante)...32 Figure 17 Localisation des séismes historiques à l origine de tsunamis (points rouges), d après McCann (2004, inédit)...34 Figure 18 Identification des différentes zones sismiques tsunamigèniques de la plaque caraïbe, d après MacCann (2004, inédit)...34 Figure 19 Explication des champs associés à la table descriptive du zonage sismique...38 Figure 20 - Zonage sismique de la plaque Caraïbe, réalisépour l identification des sources sismiques tsunamigèniques potentielles...41 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 7

10 Figure 21 - Zonage sismique de la plaque Caraïbe : caractéristiques des zones (en itallique, les zones à déformation principale décrochante, donc avec une faible capabilité de générer un tsunami)...43 Figure 22 -Schéma de la géologie de l archipel de la Guadeloupe (d après Feuillet et al., 2004) Figure 23 - Carte des principales failles actives de l'archipel guadeloupéen, d'après Feuillet (2000) Figure 24 - Carte des failles sous-marines, au NE de Grande Terre, d'après Feuillet (2000) Figure 25 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines des grabens NE-SW au large de Grande-Terre, archipel guadeloupéen(cf Figure 24) Figure 26 - Cartographie des failles sous-marines des systèmes de Karukera et de Marie-Galante, d'après Feuillet et al. (2004) Figure 27 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines des grabens dekarukera et de Marie-Galante au large de Grande-Terre, archipel guadeloupéen(cf Figure 26) Figure 28 - Carte des failles entre les ïles des Saintes et de la Dominique, d'après Feuillet (2000) Figure 29 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines, système de failles NW-SE des Saintes, archipel guadeloupéen (Figure 28) Figure 30 - Calcul de la magnitude maximale des principales failles actives sousmarines entre Montserrat et Basse-Terre, archipel guadeloupéen (cf Figure 23) Figure 31 - Proposition de scénarios sismiques pour la modélisation de tsunamis aux Antilles Planche hors texte : Zonage sismique de la plaque Caraïbe, réalisé pour l identification des sources sismiques tsunamigéniques potentielles. Annexe : Extrait du fichier Seismes_hist_Caraibes.xls, séismes de magnitude finale, Mw, au moins égale à 6,5. 8 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

11 1. Introduction 1.1. CADRE DE L ETUDE A la fin de l année 2005, le Ministère français de l Ecologie et du Développement Durable a mis en place une série d actions destinées à réduire la vulnérabilité de la France au risque sismique. Ces actions sont rassemblées dans le cadre d un programme national de prévention du risque sismique, intitulé «Plan Séisme». Ce plan intègre un chantier sur la «prévention du risque de tsunami». Dans ce cadre, l Etat français a confié au BRGM (Figure 1): 1) la réalisation d une base de données historiques sur les tsunamis, 2) deux études préliminaires de l aléa tsunami sur les côtes françaises méditerranéennes et antillaises. L objectif de cette première approche est d évaluer la sensibilité globale des côtes françaises au phénomène de tsunamis, et de localiser les zones a priori les plus exposées. Figure 1 Etudes réalisées en par le BRGM dans le cadre du volet «tsunamis» du Plan Séisme Le présent rapport s inscrit dans l étude globale de sensibilité aux tsunamis de la côte antillaise française. Il concerne l identification et la caractérisation des sources sismiques tsunamigèniques potentielles. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 9

12 Les objectifs du projet global sont : 1) rechercher les zones tsunamigèniques a priori les plus dangereuses pour les côtes antillaises françaises. 2) simuler des évènements tsunamigèniques, choix d évènements plausibles a priori parmi les plus catastrophiques : 3 sources proches et 3 sources lointaines. 3) acquérir les résultats de ces simulations en terme de hauteur des vagues au rivage et d inondation (run-up, distance, vitesse), Cartographie à 1/ Un tsunami (du japonais tsu : port et nami : vague) correspond à une série de vagues provoquée par une action mécanique brutale et de grande ampleur au niveau d une mer ou d un océan. Ces actions sont le plus souvent d'origine tectonique ou volcanique, mais un glissement de terrain ou un impact météoritique peuvent aussi en être la cause (contrairement aux autres vagues, les tsunamis ne sont pas créés par le vent). Suite à leur génération, les tsunamis se propagent dans toutes les directions, parfois sur plusieurs milliers de kilomètres, jusqu à atteindre les côtes et exercer leur effet dévastateur. Les Petites Antilles se trouvent dans un contexte géodynamique actif, avec en particulier la subduction des plaques nord et sud Amérique sous la Plaque Caraïbe. Le présent rapport concerne la réalisation d un zonage sismique depuis la limite ouest de la plaque Caraïbe jusqu à la ride médio-océanique de l Atlantique, préalable à l identification des sources tsunamigèniques d origine sismique (Figure 2). La réalisation de ce zonage sismique s appuie : - d une part, sur le zonage sismique de la France publié en 2002 (Combes et al., 2002 ; Martin et al., 2002), - d autre part, sur l interprétation des données tectoniques, bathymétriques et sismologiques rassemblées dans le cadre de cette étude. Chaque zone est caractérisée par un mécanisme de rupture, l évaluation de la magnitude (Mw) du séisme maximal et l estimation de la rupture en surface (rejet, longueur et superficie du plan de faille rompu). Le choix des évènements tsunamigèniques proches ou lointains s appuiera sur les résultats de ce zonage. 10 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

13 Ce rapport Figure 2 - Place du présent rapport dans le projet global d étude de sensibilité des côtes antillaises françaises aux tsunamis BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 11

14 12 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

15 2. Contexte tectonique L analyse des tsunamis historiques [Base tsunamis-france (BRGM, en cours), Zahibo et Pelinovsky (2001), Lander et al. (2002), McCann (2004, inédit)] indique que plusieurs grands séismes situés à proximité de la Jamaïque ou de Haïti, ont généré des tsunamis qui ont atteint les côtes antillaises françaises, situées à plus de 1000 km. Pour cette raison, dans le cadre de l analyse des sources sismiques tsunamigèniques nous nous sommes intéressés à l ensemble de la plaque caraïbe pour établir le zonage sismique présenté au chapitre 4. 1 La planche hors texte présente à la fois le zonage sismique réalisé mais aussi la cartes des principales failles et des séismes majeurs de la plaque caraîbe et ses frontières. La plaque Caraïbe est une plaque tectonique de la lithosphère terrestre qui couvre : - la majeure partie de la mer des Caraïbes et les îles de la Jamaïque, d'hispaniola, de Porto Rico et des petites Antilles ; - le Honduras, le Salvador, le Nicaragua et le Nord du Costa Rica. La plaque caraïbe est en contact avec 4 grandes plaques tectoniques : nord Amérique, sud- Amérique, Nazca et des Cocos (Figure 3). Les zones de contact avec les autres plaques correspondent à des frontières décrochantes et convergentes, avec des secteurs de transitions convergence-décrochement complexes (Figure 4). Le mouvement continu de la plaque Caraïbe (déplacement vers l Ouest de 2cm/an en moyenne) induit une sismicité fréquente et de magnitude parfois très élevée (nombreux séismes de magnitude supérieure à 7) sur des bandes relativement larges. La limite ouest de la plaque Caraïbe est le siège de la subduction des plaques Cocos et Nazca sous l Amérique Centrale. Le taux de subduction dépasse 9 cm/an. Il en résulte une activité sismique et volcanique très importante. Cette limite de plaques ne correspond pas à une zone sismique tsunamigènique pour ce qui concerne les Antilles françaises. Elle n est donc pas incluse dans le zonage sismique réalisé dans le cadre de ce travail, contrairement aux autres limites de la plaque, à savoir : Nord (des Grandes-Antilles au Guatémala), Est (arc des Petites Antilles) et Sud (de la Colombie au Vénézuela). 1 Certains séismes produits au niveau de la ride médio-atlantique atteignent des magnitudes parfois supérieures à 7. Le mécanisme à l origine de ces très forts séismes est de type décrochant, donc associé à une composante verticale nulle à faible du mouvement le long de la faille, excluant ainsi la possibilité de tsunami. Le zonage sismique réalisé dans le cadre de cette présente étude n a donc pas été étendu jusqu à la ride médio-atlantique. En outre, ce zonage exclut aussi les sources sismiques très lointaines, situées à plusieurs milliers de kilomètres de l arc antillais, à proximité des côtes européennes ou africaines. A titre d exemple, on cite le séisme de Lisbonne du 1 er novembre 1755, situé à plus de km au nord-est des côtes antillaises et à l origine d un télétsunami qui a traversé tout l océan Atlantique pour atteindre les côtes antillaises 7 à 8 h après l apparition du séisme. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 13

16 Figure 3 - La plaque Caraïbe et ses limites avec les plaques Nord Amérique, Sud Amérique, Nazca et Cocos (extrait de Cotilla Rodriguez, 1998) 14 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

17 2.1. LA LIMITE NORD DE LA PLAQUE CARAÏBE : DES GRANDES ANTILLES AU GUATÉMALA La limite nord de la plaque Caraïbe s étend depuis les îles des Grandes Antilles (avec d Est en Ouest, Porto Rico, Hispaniola, Jamaïque, Cuba) jusqu au Guatémala. Le décalage le long de cette frontière de plaques Nord Américaine - Caraïbe est d environ km, avec une composante principale du mouvement décrochante senestre (Figure 4). Les principaux traits structuraux qui jalonnent cette limite sont : à l ouest, la faille de Motagua, dont le mouvement décrochant lors du séisme de 1976, a donné lieu à un mouvement le long de la faille sur près de 240 km et un décalage des terrains en surface jusqu à plus de 3 m (Figure 4). le fossé du Cayman, celui-ci prolonge vers l est la faille de Motagua, en direction des îles de Cuba et de la Jamaïque. Le fossé de Cayman correspond à une microdorsale océanique de direction NS, bordé par deux failles transformantes. L ouverture de cette micro-dorsale a débuté à l Eocène (- 50 à -45 millions d années), (Figure 4). A partir de l île d Hispaniola (Haïti et Réplique dominicaine), la limite nord de la plaque Caraïbe se divise en deux branches : o Au nord, elle rejoint la fosse de Porto Rico. Au niveau de l île d Hispaniola, Calais et al. (1992) ont montré la présence de plusieurs grandes failles chevauchantes actives de direction NW-SE, visibles dans la morphologie actuelle. La sismicité de cet endroit est plutôt superficielle. Entre l île d Hispaniola et les failles d Anegada, la limite des plaques est marquée par une subduction de la plaque nord américaine sous la plaque Caraïbe. La déformation en surface correspond à des jeux inverses ou décrochants des failles. L essentiel des évènements sismiques est constitué par des séismes profonds (plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur). o La branche sud s aligne sur le fossé de Muertos lequel pourrait marquer le chevauchement des grandes Antilles sur la plaque Caraïbe. Actuellement, il s agit d une zone peu sismique. Le système de failles normales NE-SW d Anegada appartient à une zone de transition entre la limite nord de la plaque Caraïbe (Grandes Antilles) de direction Est-Ouest et sa limite Est (Petites Antilles) de direction Nord-Sud. Dans le modèle proposé par Feuillet (2000), les failles normales perpendiculaires à la subduction des plaques et localisées entre le passage d Anegada et l île de la Dominique (située entre celles de la Guadeloupe et de la Martinique) sont associées et couplées aux failles décrochantes senestres qui longent la bordure NNE de la plaque Caraïbe entre Hispaniola et la Dominique. Du fait de la diminution de l obliquité entre la direction de convergence Atlantique-Caraïbes et la courbure de la subduction, ces failles se développent pour accomoder la composante extensive liée au grand système décrochant senestre, dont le mouvement augmente du Sud au Nord de 4 à 19 mm/an. Cette dynamique induirait une différenciation structurale notable au sein de l arc des Petites Antilles (cf 2.3, Figure 9). BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 15

18 Réalisation d un zonage sismique de la plaque caraïbe préalable aux choix de scénarios de tsunamis Figure 4 - Schéma structural de l'arc Caraïbes, d après Stephan et al. (1990), Feuillet (2000), Taboada et al. (2000) 16 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

19 2.2. LA LIMITE SUD DE LA PLAQUE CARAÏBE La frontière entre les plaques Caraïbe et Amérique du Sud correspond à une zone de déformation transpressive matérialisée par l existence de grandes failles décrochantes dextres, avec (Figure 4) : La faille de Pilar de direction est-ouest, qui longe la côte nord du Vénézuela ; Les failles de Bocono et d'oca, localisées au niveau de la Colombie. Le mouvement observé le long de cette frontière décrochante, de l ordre de quelques dizaines de kilomètres, n est cependant pas suffisant pour compenser le mouvement exprimé au nord de la plaque Caraïbe à la frontière avec la plaque Nord Amérique (cf 2.1). On suppose qu une partie de la déformation a été en fait absorbée par des mouvements compressifs au niveau de la ride de Curaçao (Westercamp et Tazieff, 1980), (Figure 4). Ainsi, au nord des failles del Pilar et de Oca, la ride de Curaçao marque une zone de compression nord-sud, avec chevauchement des Antilles néerlandaises (îles de Bonaire, Curaçao, Aruba) situées au nord de la côte du Vénézuela sur la plaque Caraïbe. En surface, la ride de Curaçao est découpée par des failles normales NW-SE. Ces failles seraient parallèles à la direction de la contrainte principale compressive à laquelle serait soumise cette partie de la plaque Caraïbe (Taboada et al., 2000). Plus à l ouest, la plaque Caraïbe subducte sous la plaque Sud Amérique et sous la plaque Nazca. Le mouvement de la plaque Caraïbe a une direction principale E-W avec une vitesse de l ordre de 1 à 2 cm/an (Taboada et al., 2000). Selon Taboada et al. (2000), le chevauchement au Nord de Panama serait relativement récent (Figure 5) LA LIMITE EST DE LA PLAQUE CARAÏBE : L ARC DES PETITES ANTILLES Les îles antillaises françaises appartiennent à l arc des Petites antilles. L arc des Petites Antilles résulte de la subduction des plaques nord et sud Amérique sous la plaque Caraïbe dans une direction nord-est - sud-ouest, à la vitesse d environ 2 cm/an. Il se situe sur la bordure nord-est de la plaque Caraïbe. Il est constitué d une vingtaine d îles principales. Il dessine une courbe de 850 km de longueur et de 450 km de rayon de courbure. Il s étend depuis la marge continentale sud-américaine (Vénézuela oriental) jusqu au passage d Anegada qui marque la limite actuelle avec les Grandes Antilles (plateforme de Porto Rico et des îles Vierges), (Figure 4). La convergence actuelle des plaques est non seulement marquée au niveau de l arc des Petites Antilles par une activité volcanique importante (Soufrière Hills de Montserrat, Soufrière de Guadeloupe, montagne Pelée de Martinique) mais aussi par une intense activité sismique, notamment dans la partie nord de l arc (Figure 6). Certains séismes se produisent à l interface de la subduction entre les plaques américaines et caraïbe. Le séisme du 8 février 1843 (magnitude estimée proche de 8) est probablement dû à cette tectonique. D autres séismes, plus superficiels (foyer à moins de 30 km de profondeur et épicentre localisé à plusieurs dizaines de kilomètres à l ouest du front de subduction), ont lieu dans la plaque chevauchante caraïbe. Ils sont dus au jeu des failles qui découpent la plaque caraïbe (séismes intraplaques caraïbes). Le séisme du 21 novembre 2004, de magnitude 6,3, localisé entre les îles de la Dominique et des Saintes dans l archipel de la Guadeloupe, est lié au rejeu de l une d entre elles. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 17

20 Figure 5 - Evolution récente de la limite de la plaque Caraïbe avec les plaques Nazca et Sud Amérique, d'après Taboada et al. (2000) 18 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

21 Le front de subduction principal est recoupé par des rides océaniques (rides de Barracuda, Sainte Lucie, Tiburon, Figure 4) qui correspondent vraisemblablement à d anciennes failles transformantes liées à l ouverture de l Océan Atlantique. Ces rides ont une influence sur la structure actuelle de la zone de subduction. Ainsi, jusqu à 50 à 60 km de profondeur, le pendage de la plaque subductée Amérique sous la plaque Caraïbe est de 25 W au nord de la ride de Sainte Lucie (Figure 7), tandis qu au sud de la ride, le plan de subduction à une pente de seulement 10 à 15 W. (Godefroy et al., 1990 et 1991 ; Combes et al., 2002) (Figure 8). Entre 60 km et 150 km de profondeur environ, l angle de plongement de la plaque Amérique sous la plaque Caraïbe s accentue puisqu il atteint entre 50 et 60 W (près de 58 sous l archipel Guadeloupéen, Figure 7, et 55 W sous la Martinique, Figure 8). Au delà de 150 km de profondeur débute la fusion partielle de la plaque subductée, à l origine des ascensions magmatiques de l arc des Petites Antilles. Par ailleurs, la tectonique intraplaque caraïbe est très différente selon sa position par rapport aux rides océaniques : tectonique intraplaque distensive à décrochante au Nord, et plutôt compressive à décrochante au Sud. Feuillet (2000) propose ainsi une zonation tectonique de l arc en trois zones distinctes (Figure 9) : - au nord, il s agit d une zone de cisaillement normal-senestre, deux familles de failles coexistent : o l une limite des grabens perpendiculaires à l arc, reflétant une extension Nord- Sud, o l autre en échelon le long de l arc volcanique, avec une composante senestre de déplacement, correspondrait à la terminaison de la zone de cisaillement senestre majeure de Porto Rico. - au centre (entre l archipel de Guadeloupe et la Martinique), la zone de transition présenterait des déformations plutôt décrochantes senestres au Nord et décrochantes dextres au Sud. - au sud, l arc des Petites Antilles correspond à une zone de compression oblique dextre, induisant des chevauchements dans le prisme d accrétion parallèles à l arc. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 19

22 Origine des données sur les séismes : ISC; USGS; Robson 1964 ; Stein et al., 1982 ; Feuillard, 198 Bernard et al., Figure 6 - Sismicité de l'arc des Petites Antilles entre 1950 et 1998, d'après Feuillet et al. (2001) 20 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

23 Figure 7 - Coupe de la subduction à hauteur de l archipel de la Guadeloupe (d après Martin et al., 2002) Figure 8 -Coupe de la subduction à hauteur de la Martinique (d après Martin et al., 2002) BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 21

24 Figure 9 Zonage tectonique de l arc des Petites Antilles, d après Feuillet (2000) zone 1 (en jaune), zone de cisaillement normal-senestre, assimilé à une terminaison en queue de cheval du cisaillement senestre majeur de Porto-Rico ; zone 2 (en orange) : zone de transition ; zone 3 (en vert) : zone de compression oblique dextre. 22 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

25 3. Recherche et compilation des données 3.1. SEISMES HISTORIQUES Base SisFrance La base nationale française, SisFrance/Antilles, décrit 2650 séismes localisés dans les départements français des Antilles et dans l'archipel des Caraïbes. Les informations concernent : 1) points d'observations ou localités ayant plus ou moins fortement subi un séisme, 2) 500 références documentaires témoignant de l'activité des tremblements de terre au cours des temps. L intensité épicentrale des séismes est estimée en degré MSK. Une appréciation de la qualité de l information est indiquée aussi bien pour la localisation épicentrale que pour l intensité du séisme. Cette base est consultable sur Internet à l adresse suivante : Base de données CERESIS Le Centre Régional de Sismologie pour l Amérique du Sud (CERESIS) est un organisme international, créé en 1966 par accord entre le gouvernement du Pérou et l UNESCO. Il gère un catalogue des séismes historiques ressentis en Amérique centrale et au Nord de l Amérique latine. Le plus ancien séisme répertorié date de Pour chaque événement, il est spécifié : les coordonnées épicentrales, l intensité épicentrale (en degré Mercalli Modifié), selon le cas, l estimation de la magnitude Ms ou Mb, et la profondeur focale du séisme. Par ailleurs, pour chaque évènement sismique, les observations macrosismiques sont indiquées. Ce catalogue est disponible à l adresse suivante : Base de l USGS/NOAA (Etats Unis) Le NGDC (National Geophysical Data Center) du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) des Etats Unis, gère une base de données des grands séismes historiques connus dans le monde (The Significant Earthquake Database). Les plus anciens séismes connus datent de 2150 avant J.C.. La base de données indique la région épicentrale du séisme, ses coordonnées, et, selon le cas, son intensité épicentrale en degré MM (Mercalli Modifiée), la magnitude macrosismique estimée. Par ailleurs, des indications sont apportées sur les dommages générés et éventuellement sur la possibilitré du séisme à avoir généré un tsunami. La base de données est consultable à l adresse suivante : BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 23

26 Figure 10 -Carte des épicentres de séismes historiques (compilation des données SisFrance/Antilles, CERESIS, NOAA) 24 BRGM/RP FR Rapport intermédiaire

27 Fichier de sismicité historique compilé pour les besoins de l étude Les trois bases de données citées précédemment ont été exploitées, et les informations regroupées en un seul fichier, seismes_hist_caraibes.xls. Dans le cas des doublons avec la base NOAA, les informations issues des bases régionales SisFrance/Antilles ou CERESIS ont été privilégiées, en retenant notamment SisFrance/Antilles pour ce qui concerne l arc des Petites Antilles et les îles Vierges, et la base CERESIS s agissant de l Amérique Centrale et du Nord de l Amérique latine. Le champ «remarques» du fichier final compilé, garde néanmoins toutes les informations sur le séisme relevées dans différentes sources, notamment s agissant de l estimation de l intensité ou de la magnitude. Figure 11 Explication des champs descriptifs du fichier de sismicité historique compilé : fichier seismes_hist_caraibes Champ AN MOIS JOUR LONGITUDE LATITUDE Pf Ms Mb Ms(NEIC) Mb(NEIC) M(NOAA) Io(MM) Io(MSK) SOURCE descriptif Degré, minute, centésimal Degré, minute, centésimal Profondeur focale estimée en km (informations issues des bases NOAA et CERESIS) Magnitude en ondes de surface (informations issues de la base CERESIS) Magnitude en ondes de volume (informations issues de la base CERESIS) Pour les séismes survenus après 1972, comparaison avec les valeurs de magnitude Ms indiquées dans la base NEIC Pour les séismes survenus après 1972, comparaison avec les valeurs de magnitude Mb indiquées dans la base NEIC Magnitude (informations issues de la base NOAA sans indications du type de magnitude) Intensité épicentrale en degré Mercalli Modifié (informations issues des bases NOAA et CERESIS) Intensité épicentrale en degré MSK (information issue de la base SisFrance/Antilles) Source initiale (catalogue ou publication de référence) de la donnée évènementielle concernant la localisation épicentrale retenue pour la localisation cartographique de l épicentre. remarques Indication des valeurs de magnitude ou intensité précisées dans d autres publications (+ référence) que celle désignée au niveau du champ SOURCE Io_final Mw_final Valeur de l intensité retenue. Les échelles d intensité MM et MSK ont une échelle de valeurs sensiblement équivalentes. La valeur de Io retenue au final correspond donc à Io(MM) des bases NOAA et CERESIS ou Io(MSK) de la base SisFrance/Antilles. Il s agit de la valeur de magnitude indiquée dans les publications les plus récentes consacrées à l analyse d événement sismique spécifique (référence indiquées dans le champ «Remarques») ou par défaut celle indiquée dans les bases NOAA, CERESIS ou NEIC. L image de la sismicité historique obtenue est présentée succintement en Figure 10. Pour une information plus précise des données de la sismicité historique collectées dans le cadre de ce travail, il est possible de se référer au fichier seismes_hist_caraibes. L Annexe 1 présente un extrait du fichier seismes_hist_caraibes.xls : liste des séismes de magnitude finale, Mw, au moins égale à 6.5. Par ailleurs, les plus forts séismes ayant affectés la plaque caraïbe sont présentés aussi sur la planche hors texte. BRGM/RP FR Rapport intermédiaire 25

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé

Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Base de données de la sismicité historique de la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et site internet associé Rapport final BRGM/RP-54376-FR décembre 2005 Base de données de la sismicité historique de

Plus en détail

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Centre Sismologique Euro Méditerranéen Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Edition Rédacteur Approbateur Emetteur Nom Gilles Mazet-Roux Stéphanie Godey Rémy Bossu Unité CSEM CSEM CSEM

Plus en détail

Document d information sur le risque sismique à destination des médias

Document d information sur le risque sismique à destination des médias Document d information sur le risque sismique à destination des médias Rapport final BRGM/RP -55012-FR Décembre 2006 Document d information sur le risque sismique à destination des médias Rapport final

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto Atelier 1 groupe de travail sismique franco-italo-suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Atelier 1 gruppo di lavoro sismico franco-italo-svizzero del progetto Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

L'énergie de la Terre

L'énergie de la Terre GEOTHERMIE : L'énergie de la Terre Groupe BRGM CFG SERVICES Groupe BRGM 1 La géothermie : 1- qu est-ce-que c est? 2- comment ça marche? 3- à quoi ça sert? 4- ses avantages et ses inconvénients 5- la géothermie

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française

Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française 3333 Tsunamis : étude de cas au niveau de la côte méditerranéenne française Rapport de synthèse BRGM/RP-55765-FR Décembre 2007 Convention MEDAD-BRGM n CV 05000 195 Mots clés : tsunami, Méditerranée,

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

GUIDE DES OFFRES CARTE

GUIDE DES OFFRES CARTE GUIDE DES OFFRES CARTE Communiquez sans engagement GUYANE Avril 2014 DIGICEL.FR LE PACK CARTE DE BIENVENUE Sans engagement! CARTE 15 15min incluses (1) 15Mo inclus (1) LES AVANTAGES Communiquez et surfez

Plus en détail

GUIDE DES OFFRES CARTE

GUIDE DES OFFRES CARTE GUIDE DES OFFRES CARTE Communiquez sans engagement GUADeLoUPe / MARTINIQUe juin 2013 DIGICEL.FR LE PACK CARTE DE BIENVENUE Sans engagement! LA CARTE CLASSIQUE Le monde entier au tarif local (1) 0,38/min

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre. Exemple italien. Journée technique du 28 mai 2013

Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre. Exemple italien. Journée technique du 28 mai 2013 Journée technique du 28 mai 2013 La gestion post-catastrophe, un chantier complexe à anticiper Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre Exemple italien Lucie Chever Service bâtiment construction

Plus en détail

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France Bilan décennal des catastrophes naturelles en France SOMMAIRE BILAN DÉCENNAL EN TERMES DE NOMBRE ET DE TYPE DE CATASTROPHES NATURELLES BILAN EN TERME DE VICTIMES.. 2 5 BILAN DÉCENNAL EN TERMES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923 Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» V. 20140923 Référence à consulter : Spécifications techniques Litto3D - v 1.0 (http://www.shom.fr/les-activites/projets/modelenumerique-terre-mer/applications-possibles/)

Plus en détail

GUIDE DES OFFRES CARTE

GUIDE DES OFFRES CARTE GUIDE DES OFFRES CARTE Communiquez sans engagement GUYANE Avril 2015 DIGICEL.FR NOUVEAU PACK CARTE DE BIENVENUE Sans engagement et tout inclus! jusqu à 20 de crédit inclus (1) PACK SIM SEULE 15 5 (2) de

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

Prix de l offre (tarif mensuel) Durée minimale d engagement Description de l offre

Prix de l offre (tarif mensuel) Durée minimale d engagement Description de l offre DIGICEL Forfait AIR Absolu Voyage Le DIGICEL Forfait AIR Absolu Voyage (également dénommés «Forfait Air Absolu Voyage by Digicel») permet de bénéficier de communications voix/data, d un service d Internet

Plus en détail

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013)

Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Risques naturels et environnement industriel (DRA-013) Rapport intermédiaire Opération a : synthèse sur les risques dus aux séismes, inondations, mouvements de terrain et tempêtes définitions et mécanismes

Plus en détail

Projet ALDES : Evaluation à l échelle régionale de l aléa tsunami d origine gravitaire

Projet ALDES : Evaluation à l échelle régionale de l aléa tsunami d origine gravitaire Projet ALDES : Evaluation à l échelle régionale de l aléa tsunami d origine gravitaire Rapport d avancement BRGM/RP-89-FR Septembre Y. KRIEN Synthèse Parallèlement à la mise en place du Centre Régional

Plus en détail

GUIDE DES OFFRES NO LIMIT

GUIDE DES OFFRES NO LIMIT GUIDE DES OFFRES NO LIMIT RÉSERVÉES AUX MOINS DE 26 ANS GUYANE Avril 2014 DIGICEL.FR Profitez des Forfaits 17/mois* 1h d appels (5) Appels illimités de 21h à 6h vers un numéro Digicel! (4) SMS illimités

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM. Rapport final

Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM. Rapport final Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM Rapport final BRGM/RP-60476-FR novembre 2011 Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM Rapport final BRGM/RP- 60476-FR

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

BD Tsunamis. Inventaire historique des tsunamis en France Année 2007. Rapport final

BD Tsunamis. Inventaire historique des tsunamis en France Année 2007. Rapport final BD Tsunamis. Inventaire historique des tsunamis en France Année 2007 Rapport final BRGM/RP-55993-FR février 2008 BD Tsunamis. Inventaire historique des tsunamis en France Année 2007 Rapport final BRGM/RP-55993-FR

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

Compte-rendu Réunion générale. Grenoble, le 29 juin 2011 URBASIS

Compte-rendu Réunion générale. Grenoble, le 29 juin 2011 URBASIS URBASIS Sismologie urbaine : évaluation de la vulnérabilité et des dommages sismiques par méthodes innovantes ANR09RISK009 URBASIS Compterendu Réunion générale Grenoble, le 29 juin 2011 Participants: J.

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

Sillage Météo. Notion de sillage

Sillage Météo. Notion de sillage Sillage Météo Les représentations météorologiques sous forme d animation satellites image par image sont intéressantes. Il est dommage que les données ainsi visualisées ne soient pas utilisées pour une

Plus en détail

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE

SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE SYSTEMES D ALERTE SISMIQUE Fusce vitae purus sed lectus egestas dignissim. Morbi in pede a justo posuere ornare. Préparons nous d autres séismes arrivent! Page 5 Mots Clés : Alerte Spécifique : Système

Plus en détail

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX

n 180 secousses sismiques et équipements électriques photographie Eric MELMOUX n 180 photographie secousses sismiques et équipements électriques Eric MELMOUX Ingénieur diplômé en 1981 de l INSA de LYON option génie mécanique, il obtient la même année un DEA "vibrations". Après 10

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Cartographie automatique des classes de sol à l échelle régionale à partir d un modèle numérique de terrain ou de surface.

Cartographie automatique des classes de sol à l échelle régionale à partir d un modèle numérique de terrain ou de surface. Cartographie automatique des classes de sol à l échelle régionale à partir d un modèle numérique de terrain ou de surface Rapport final BRGM/RP-58853-FR Juin 2010 Cartographie automatique des classes

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Introduction PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER 03/09/2014

Introduction PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER 03/09/2014 PRESENTATION DU PORTAIL DU LITTORAL ET DE LA MER UN PROJET EN ADEQUATION AVEC LA VISION STRATEGIQUE DE l ORDRE DES GEOMETRES-EXPERTS François MAZUYER Président du Conseil Supérieur de l OGE XXV FIG Congress

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B)

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Evaluation de l Aléa incendie de forêt

Evaluation de l Aléa incendie de forêt Evaluation de l Aléa incendie de forêt Secteur des Chartreuses du Boulou Note Méthodologique Février 2012 A partir de la méthodologie pour le diagnostic, l affichage et le traitement du risque d incendies

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22 Préambule La collection des guides de l ASN regroupe les documents à destination des professionnels intéressés par la réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (exploitants, utilisateurs

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS LES PROJECTIONS La représentation du globe terrestre sur un plan en deux dimensions exige une opération nommée projection. Une projection s appuie sur un géoïde, qui est une

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Comité Territorial de Concertation Prolog Ingénierie 11/27/2012 1 Mercredi 28 novembre 2012 - Valence SIAGAR CONTEXTE & ENJEUX Le Syndicat Intercommunal d Aménagement et de Gestion des Abords du Rhône

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité Commune de ROUSSET Rapport de présentation du Règlement local de publicité Sommaire Introduction... 3 1. Contexte géographique et administratif... 4 1.1. Localisation... 4 1.2. Données chiffrées... 5 1.3.

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

guide édition antilles - guyane - îles du nord une offre de

guide édition antilles - guyane - îles du nord une offre de guide DE L offre édition antilles - guyane - îles du nord DU 24 NOVEMBRE AU 31 DéCEMBRE 2014 une offre de SOMMAIRE SOMMAIRE QUI SOMMES-NOUS? nouvelle offre mobile mycanal la tv où vous voulez, quand vous

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 13/ABCD/145 Réalisé par SARL ABCD Diagnostics Date de réalisation

Plus en détail

Séminaire international Géothermie Caraibes

Séminaire international Géothermie Caraibes Séminaire international Géothermie Caraibes Les 9 et 10 Septembre Créole Beach Gosier Direction de la communication et des relations publiques Hôtel de Région Avenue Paul LACAVE 97100 Basse-Terre Cedex

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007 Mai 2007 Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local Suite à l étude menée en 2005 sur les attentes en matière de gestion des risques des collectivités locales dans l Union Européenne,

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 D.D.T.M de la Somme SOMMAIRE Les risques majeurs sur le littoral

Plus en détail