Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques"

Transcription

1 Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques 3. Affiner et réactualiser le modèle de la tectonique des plaques Exercices de la séquence 5 Glossaire des séquences 4 et 5 Documents annexes 1

2 1 Le recyclage de la lithosphère océanique Document 1 Carte des âges des fonds océaniques Mobiliser les acquis Pratiquer une démarche scientifique (observer, questionner, formuler une hypothèse, expérimenter, raisonner avec rigueur, modéliser). Un constat Questions Recenser, extraire et organiser des informations. Colorier chaque tranche d âge de la lithosphère océanique d une couleur différente. Déterminer l âge de la plus vieille lithosphère océanique observée. Comparer cette valeur avec l âge de la lithosphère continentale : environ 4 milliards d années. Que pouvez-vous en déduire? On a montré que la lithosphère océanique apparaît au niveau des dorsales. Comme la Terre a une surface fixe, cela veut dire qu il y a disparition de lithosphère à un autre endroit du globe. Comment la lithosphère océanique disparaît-elle de la surface de la Terre? Les résultats de nombreux enregistrements sismiques ont permis de caractériser les phénomènes ayant lieu au niveau des zones de disparition de la lithosphère océanique, qu on appelle zones de subduction. 3

3 A Étude de la profondeur des foyers sismiques Activité 1 Questions Disposition des foyers sismiques (À l aide du logiciel Tectoglob) Exprimer et exploiter des résultats, à l écrit,, en utilisant les technologies de l information et de la communication. Lancer le logiciel Tectoglob. Faire apparaître séismes et volcans. Centrer la carte sur le Pacifique. Que constatez-vous? Zoomer de façon à n avoir dans votre champ de vision que l Amérique du sud. Tracer une coupe à environ 25 de latitude sud, entre 80 et 60 de longitude. Pour l aide au tracé d une coupe sous Tectoglob, voir la fiche n 8. Imprimer votre travail. Compléter avec les légendes suivantes : chaîne volcanique (Andes), fosse océanique, fonds océaniques. Tracer une droite passant par le maximum de foyers sismiques. Calculer l angle que fait cette droite avec l horizontale. Que pouvez-vous constater constatant la profondeur maximale des foyers des séismes? Sachant que les séismes ne peuvent se produire qu au sein de la lithosphère, quelle hypothèse pouvez-vous faire concernant le devenir de la plaque Pacifique à cet endroit? À retenir A l endroit où la plaque océanique disparaît, on observe un important relief négatif : la fosse océanique. Au voisinage des fosses océaniques, la distribution des foyers des séismes en fonction de leur profondeur s établit selon un plan incliné appelé plan de Bénioff. B Étude des profils de vitesse des ondes P On rappelle que Wegener pensait que la croûte continentale seule se déplaçait, en glissant directement «dans» ou «à la surface de» la croûte océanique. De nos jours, on sait que ce n est pas la croûte seule qui est mobile, mais la lithosphère. Les plaques formant la lithosphère sont rigides. On peut caractériser les propriétés de la lithosphère en utilisant les profils sismiques des ondes P. 4

4 Activité 2 Document 2 Les plaques lithosphériques Recenser, extraire et organiser des informations. La lithosphère terrestre est constituée d une mosaïque de plaques lithosphériques rigides. Pacifique Nord Américaine des Caraïbes des Cocos Africaine Arabique Eurasiatique Philippine Pacifique Nazca Sud Américaine Indo Australienne Mouvement de divergence Mouvement de convergence Antarctique Questions Identifier une plaque ne portant que de la lithosphère océanique. Identifier une plaque à la fois de la lithosphère océanique et de la lithosphère continentale. 1. Au niveau des fonds abyssaux On commence par étudier le profil des ondes P au milieu du domaine océanique, loin des côtes et de la dorsale. On rappelle que plus un milieu est dense, plus les ondes s y propagent vite. Activité 3 Profil sismique en domaine abyssal Recenser, extraire et organiser des informations. Percevoir le lien entre sciences et techniques. On étudie le profil des ondes P au niveau des fonds abyssaux (c est-àdire au milieu du domaine océanique). 5

5 Document 3 Profil de vitesse des ondes P Vitesse (km. s -1 ) Ondes S Ondes P Profondeur (km) Questions Sur un profil de vitesse des ondes P, repérer la base de la lithosphère. Indiquer sa température moyenne. Comment pouvez-vous interpréter le ralentissement des ondes P entre 100 km et 200 km de profondeur? La base de la lithosphère est constituée de péridotite ductile, c est-àdire très partiellement fondue (1 %). Cette fusion partielle diminue la densité de la roche, et provoque un ralentissement des ondes : on parle de LVZ (Low Velocity Zone). Le haut de la LVZ marque la séparation entre : la lithosphère, située au-dessus de la LVZ, qui a un comportement rigide l asthénosphère (du grec asthenos, sans résistance) située en-dessous de la LVZ, qui est constituée de manteau déformable. 2. Au niveau des zones de subduction On s intéresse maintenant au profil des ondes sismiques au niveau des zones de disparition de la lithosphère océanique. On reprend l exemple de la côte est chilienne. Activité 4 Profil sismique en zone de subduction Recenser, extraire et organiser des informations 6

6 Document 4 Profil de vitesse des ondes au niveau de l Amérique centrale W 0 km Profondeur en km Fosse E Amérique Centrale CMB Questions Décrire la variation observée de la vitesse des ondes P au niveau de la zone de subduction. Mettre ces résultats en relation avec les observations de la profondeur des foyers sismiques sous Tectoglob (activité précédente). La lithosphère océanique s enfonce dans l asthénosphère au niveau des zones de subduction, elle est ainsi «recyclée». À retenir L ensemble des plaques constitue la lithosphère. La lithosphère est rigide, contrairement à l asthénosphère sous-jacente, qui est ductile. La lithosphère se déplace en glissant sur l asthénosphère : c est la tectonique des plaques. La limite entre la lithosphère et l asthénosphère est appelée LVZ, elle se situe à 100 kms de profondeur et sa température est d environ 1300 C. C Modèle d une zone de subduction Les zones de transition océan-continent sont appelées «marges». On distingue les marges actives, où il y a subduction de la lithosphère océanique, et les marges passives, où il n y pas de subduction. Les marges actives sont le lieu de nombreux séismes et sont souvent bordées de volcans. Par exemple, le tour de l océan Pacifique est essentiellement constitué de marges actives (on parle de «ceinture de feu» du Pacifique). La cordillère des Andes et la chaîne côtière états-unienne font partie de cette ceinture de feu. En revanche, l Atlantique est essentiellement bordé de marges passives, à l exception de la subduction des Caraïbes. Activité 5 Questions Schéma-bilan des subductions Communiquer dans un langage scientifiquement approprié Réaliser un schéma représentant le devenir d une plaque lithosphérique océanique au niveau d une zone de subduction. Vous pouvez vous aider du point méthode du chapitre 2 de la séquence 1. 7

7 Télécharger et utiliser le logiciel SUBDUCTION réalisé par P.Perez. Vous pouvez le télécharger à l adresse suivante : ac-toulouse.fr/svt/serveur/lycee/perez/subduction/subduction.htm Si le lien ne fonctionne pas, tapez subduction + Perez sur votre moteur de recherche. Compléter, à l aide du logiciel, le schéma avec les légendes suivantes : croûte océanique, croûte continentale, manteau lithosphérique, Moho, océan, plaque plongeante, plaque chevauchante. Bilan La lithosphère océanique apparaît au niveau des dorsales médio-océaniques, et disparaît au niveau des zones de subduction. La lithosphère «plongeante» est mise en évidence grâce à l étude de la profondeur des foyers sismiques et des profils de vitesse des ondes P. 8

8 2 Le premier modèle de la tectonique des plaques Nous sommes maintenant à la fin des années 1960, les idées de Wegener concernant la mobilité des plaques sont acceptées par la communauté scientifique. Le problème lié aux forces à l origine du mouvement a été partiellement résolu grâce à la mise en évidence des cellules de convection mantelliques. Il reste à proposer un modèle cohérent des mouvements des plaques, précisant les directions et les vitesses de chacune d entre elles. Les photos et les échantillons pris par le submersible Nautile au niveau de la faille Vema nous avaient permis de caractériser la structure de la lithosphère océanique. Cette faille se situe au niveau de la dorsale Atlantique, et présente une direction perpendiculaire à l axe de la dorsale. Document 1 Position de la faille Vema Charlie-Gibbs Oceanographer Atlantis Kane Véma 10 St. Paul Romanche 0 On retrouve de nombreuses autres failles présentant la même orientation. Elles sont appelées failles transformantes. Ce sont des frontières en coulissage, elles correspondent à un décalage de l axe de la dorsale. (Elles sont bien visibles sous Google Earth). À quelles contraintes sont dues ces failles perpendiculaires aux dorsales océaniques? 9

9 A Origine des failles transformantes Avertissement : Le paragraphe qui vient est particulièrement complexe et ne s adresse qu aux personnes ayant un intérêt particulier pour la physique. Pour bien comprendre ce phénomène, il faut garder à l esprit que les plaques se déplacent sur une surface sphérique : elles sont en rotation. Pour chaque plaque, on peut définir un axe passant par le centre de la Terre autour duquel cette plaque tourne : on parle d axe eulérien de rotation. Cet axe virtuel transperce la surface de la Terre en deux «pôles» appelés pôles eulériens de rotation. Le rayon de rotation de l élément A est plus grand que le rayon de rotation des éléments B et C. Ouest élément A Est élément B La vitesse angulaire de A est donc supérieure à celles de B et C. N allant pas à la même vitesse ces éléments vont se dissocier et se déplacer les uns par rapport aux autres le long des failles transformantes. Axe de rotation de la Terre Dorsale Faille transformante Document 2 Les déplacements des plaques sur une surface sphérique Pour une plaque donnée, sa vitesse linéaire est constante. Par exemple, les plaques situées de chaque côté de l Atlantique s écartent de l axe de la dorsale à une vitesse de 2 cm par an. Or, la vitesse «angulaire» VA de déplacement, c est-à-dire l angle parcouru par la plaque par unité de temps, est reliée à la vitesse linéaire VL par la formule VA = R.VL. R représente la distance à l axe eulérien de rotation. Au niveau de son pôle eulérien de rotation, R vaut zéro, la vitesse angulaire est nulle. Plus on s éloigne du pôle de rotation, plus R augmente, donc plus la vitesse angulaire augmente. Les différentes régions d une même plaque ne se déplacent pas toutes à la même vitesse angulaire. Pour mieux comprendre, admettons qu on ait deux plaques dont l axe de rotation soit confondu avec l axe de rotation de la Terre. Ces deux plaques s écartent à une vitesse donnée. Au niveau du pôle Nord, la vitesse angulaire de la plaque est nulle. Au niveau de l Equateur, leur écartement devrait normalement être bien plus important! Or, la vitesse linéaire d écartement est constante, elle correspond à la vitesse à laquelle la dorsale située entre ces deux plaques est capable de produire du plancher océanique. 10

10 La croûte océanique se fracture sous l effet de ces contraintes opposées : ce sont les failles transformantes, qui «transforment» le mouvement de rotation en mouvement linéaire. Les failles transformantes peuvent exister aussi en domaine continental. Par exemple, dans les Alpes, la faille insubrienne est une faille transformante, de même que la faille de Sumatra. Le terme «faille transformante» est donc une expression générique pour désigner tout mouvement de coulissage horizontal entre deux parties de plaques. Ces failles prouvent que les plaques ont un comportement rigide : elles ne peuvent pas se «déformer», elles peuvent seulement se fracturer sous l effet de contraintes importantes. Reste à déterminer leur direction et leur vitesse À retenir Deux jeux de force opposés agissent sur les plaques lithosphériques : les contraintes liées à la rotation, qui imposent un écartement plus important à l équateur eulérien qu au pôle eulérien les contraintes liées à la production de magma, qui imposent une vitesse d écartement uniforme sur toute la longueur de la dorsale. Ces forces provoquent la fracturation de la lithosphère : des frontières coulissantes se mettent en place, ce sont les failles transformantes. B Les différents types de mouvements aux frontières de plaques Récapitulons : nous avons vu trois types de mouvements possibles au niveau des frontières de plaques. Au niveau des dorsales, le plancher océanique se forme, les plaques océaniques s écartent à des vitesses variant de 2 à 12 cm par an. Au niveau des zones de subduction, le plancher océanique disparaît, englouti dans l asthénosphère sous-jacente. Au niveau des failles transformantes, les plaques coulissent les unes par rapport aux autres. Grâce au paléomagnétisme, on peut calculer les vitesses moyennes des plaques sur plusieurs millions d années. Attention, ce sont des vitesses et des directions relatives ; c est-à-dire qu on décrit la vitesse et le mouvement d une plaque par rapport à une autre plaque. Pour obtenir un modèle satisfaisant de l ensemble des mouvements des plaques, il faut maintenant : 11

11 préciser le mouvement instantané des plaques, c est-à-dire leurs vitesses et sens de déplacements actuels. Les déplacements des plaques sont obtenus de nos jours par des données satellitaires (GPS : Global Positioning System), voir chapitre suivant. préciser le mouvement absolu des plaques, c est-à-dire par rapport à un référentiel fixe, sur une longue période de temps. Point physique La notion de référentiel On appelle référentiel un objet ou un ensemble d objets par rapport auxquels on décrit le mouvement d un autre corps. Par exemple, si je descends un escalator qui est en train de monter, je suis immobile dans le référentiel terrestre (je fais du sur-place) mais j ai un mouvement descendant dans le référentiel de l escalator. Où trouver un référentiel fixe, alors que la surface du globe paraît en perpétuel mouvement? À retenir A la surface du globe, les plaques lithosphériques peuvent s écarter, se rapprocher, ou coulisser les unes par rapport aux autres. C Le volcanisme intraplaque À la surface du globe, le volcanisme est essentiellement observé en bordure de plaques, soit au niveau des dorsales (ex dorsale indienne) soit au niveau des zones de subduction (ex les Antilles). Pourtant, on trouve aussi d étranges alignements volcaniques au beau milieu des plaques, par exemple à la Réunion ou à Hawaii. Les basaltes issus de ces coulées de lave indiquent une source profonde du magma. Activité 1 Comment expliquer les alignements d îles volcaniques intraplaques observés à Hawaii? Recenser, extraire et organiser des informations. Exprimer et exploiter des résultats, à l écrit et à l oral, en utilisant les technologies de l information et de la communication. Communiquer dans un langage scientifiquement approprié : oral, écrit, graphique, numérique. 12

12 Pour cette activité, on va utiliser les logiciels Google Earth et Excel. Consulter les fiches n 6 et n 7. Vous devez au préalable télécharger le fichier Hawaï.kmz. Ouvrir Google Earth et ouvrir dans Google Earth le fichier Hawaï.kmz. Questions Identifier les volcans hawaiiens encore en activité. Donner les dates des séismes les plus récents. Faire une exploration en 3D de l archipel et décrire les caractéristiques de ce paysage volcanique (décrire le relief et la forme des volcans). Relever l âge des différents volcans. Que constatez-vous? Expliquer en quoi les résultats précédents permettent de supposer un déplacement de la plaque Pacifique au-dessus d un point fixe, où il y a production de magma. Créer sous Excel un fichier Hawaii.xls avec une colonne pour les distances des différents volcans au volcan Kilauea (en km) et une colonne pour les âges en millions d années. Construire la courbe «distance en fonction de l âge du volcanisme». Afficher la droite de régression linéaire correspondante, et son équation. En déduire la vitesse de déplacement de la plaque. Formuler une réponse au problème initial. On appelle «point chaud» une remontée locale de magma d origine profonde. Certains points chauds sont actifs depuis des dizaines de millions d années. Les points chauds sont ancrés à la limite manteau-noyau et ne se déplacent pas à la surface du globe. On peut donc les utiliser comme des référentiels fixes, pour retrouver le mouvement absolu des plaques sur de longues périodes de temps. Activité 2 Document 3a Ride d Hawaii et ride de l Empereur Recenser, extraire et organiser des informations. Comprendre le lien entre les phénomènes naturels et le langage mathématique. Localisation d Hawaii ASIE AMERIQUE DU NORD Hawaï AUSTRALIE 13

13 Document 3b Schéma ride d Hawaii-Empereur (70) Fosses des Aléoutiennes Jimmu (65) Suiko (60) Jingu (55) Nihoa (5) Iles Hawaii Mauna Loa (0) 100 km Kilauea (0) Monts de l Empereur Koko (46) Kinmei (42) Limite Hawaii-Empereur Midway (18) km Ride d Hawaii Iles Hawaii Necker (10) Nihoa (5) Hawaii (0) (55) Volcans récents et actuels émergés Volcans sous-marins éteints Age des volcans (en Ma) Questions A partir du doc 3b, identifier la date à laquelle il y a eu un changement dans la direction de déplacement de la plaque. Calculer la vitesse à laquelle se déplaçait la plaque avant ce changement de direction. Comparer avec la vitesse actuelle de déplacement, calculée à l activité 1. À retenir Les points chauds sont des remontées locales de magmas profonds, considérés comme fixes au cours des temps géologiques. Ils sont à l origine d alignements volcaniques intraplaques (ex : Hawaii). D Le modèle NUVEL-1 Le premier modèle global de la tectonique des plaques a été établi en 1968 par Xavier Le Pichon, il comprenait alors 6 plaques. Au fur et à mesure que les données s accumulent, le modèle se complexifie : un modèle à 11 plaques apparaît en En 1990, le modèle NUVEL-1 présente une lithosphère à 12 plaques, de tailles très variables de l énorme plaque Antarctique à la microplaque des Cocos. Leurs déplacements varient de 1 à 10 cm par an environ la vitesse à laquelle poussent nos ongles! 14

14 Activité 3 Le modèle NUVEL-1 Recenser, extraire et organiser des informations. Document 4 Modèle à 12 plaques Pour cet exercice, vous pouvez vous aider de Google Earth : ouvrir le fichier kmz «Hawaii.kmz» et dans le menu Lieux, cliquer sur l onglet «plaques tectoniques». Questions Colorer en bleu les principales zones de divergence. Colorer en rouge les principales zones de convergence (collision ou subduction). Indiquer la direction et la vitesse de déplacement de la plaque Pacifique, calculée à l activité 2. Bilan L étude des failles transformantes a confirmé la nature rigide des plaques lithosphériques. Restait à préciser le déplacement des plaques par rapport à un référentiel fixe. Ce référentiel a été fourni par les points chauds. Quand une plaque se déplace au-dessus d un point chaud, on observe des alignements volcaniques intraplaques. 15

15 3 Affiner et réactualiser le modèle de la tectonique des plaques Un modèle est d autant plus précis qu il est validé par de nombreuses mesures et observations. En quoi les informations fournies par des techniques récentes nous permettent-elles de valider et de préciser le modèle de la tectonique des plaques? Le modèle de la tectonique de plaques prévoit que la croûte océanique est d autant plus vieille qu on s éloigne de la dorsale. La vitesse d écartement des plaques a pu être calculée grâce aux anomalies magnétiques (chapitre 3, séquence 1) et aux alignements volcaniques intraplaques (chapitre 2, séquence 2). Existe-t-il une autre technique permettant de quantifier la vitesse d expansion d un océan? A Datation des sédiments océaniques profonds Des forages sous-marins ont été réalisés pour prélever les sédiments en contact avec le plancher océanique : c est le programme JOIDES : Joint Oceanographic Institutions for Deep Earth Sampling. Ces sédiments, les plus profonds, doivent avoir le même âge que la croûte sur laquelle ils reposent. On peut dater l âge de ces sédiments par différentes méthodes physico-chimiques. Activité 1 Deux méthodes de datation complémentaires Comprendre le lien entre les phénomènes naturels et le langage mathématique. Exprimer et exploiter des résultats, à l écrit, à l oral, en utilisant les technologies de l information et de la communication. On s intéresse à l expansion de la dorsale Atlantique sud à 28. Pour cette activité, reportez-vous à la fiche technique d Excel (Fiche n 6). 16

16 Document 1 Age des sédiments en fonction de la distance D à l axe Age (MA) D (kms) Document 2 Les anomalies magnétiques de part et d autre de la dorsale Atlantique Anomalies magnétiques (nt) Axe de la dorsale atlantique Echelle des inversions magnétiques Distance à l axe (kms) Age en MA Questions Tracer sous Excel la courbe «âge des sédiments en fonction de la distance à l axe de la dorsale» Faire une régression linéaire, en déduire la vitesse d expansion de la dorsale. Calculer la vitesse d expansion à partir des données paléomagnétiques. Comparer les deux résultats. Comparez avec la vitesse de déplacement de la plaque Pacifique calculée à l activité 1 du chapitre précédent. À retenir A retenir : Le modèle d expansion océanique initial prévoyait une certaine vitesse d écartement des plaques, pour chaque dorsale. Ces valeurs ont pu être confirmées par les forages sousmarins JOIDES. Des techniques de positionnement satellitaires mises au point à la fin du 20 e siècle nous permettent de calculer en instantané les vitesses des différentes plaques. On appelle ces techniques : GPS (Global Positioning System), ou «altimétrie satellitaire». 17

17 B Utilisation de données satellitaires pour confirmer les vitesses de plaques Les satellites utilisés en GPS émettent des ondes, dont la vitesse est connue avec précision. Ces ondes sont perçues par des récepteurs situés sur la croûte. En calculant le temps de trajet des ondes du satellite au récepteur, on peut déduire la distance qui sépare ces deux objets. L utilisation de 4 satellites nous permet de déduire la position exacte du récepteur. Document 3 Schéma du satellite et du récepteur Satellite 1 Satellite 2 Aller-retour d ondes Récepteur Terre Activité 2 Utiliser les données GPS : la triangulation Le GPS permet de mesurer la distance d d un satellite (de position connue) à la station choisie. On sait alors que la station se trouve quelque part sur la sphère ayant pour centre le satellite et de rayon d. Si on a 4 satellites, on peut avoir 4 sphères qui se recoupent en un point : ce point est la station en question. C est le même principe que lorsqu on cherche à localiser l épicentre d un séisme grâce à la réception d ondes par des stations : on calcule la distance de l épicentre à plusieurs stations de positions connues. 18

18 pour chaque station, on trace le cercle ayant pour centre la station et pour rayon la distance entre l épicentre et la station l intersection de ces cercles donne l épicentre du séisme. On parle dans les deux cas de triangulation. Dans le cas du séisme, on se place dans un espace à deux dimensions seulement (on néglige la courbure de la Terre) et donc on a besoin de 3 récepteurs. Voyons ceci avec un exemple. Questions Au cours d un séisme, une station sismique proche de l épicentre a enregistré les sismogrammes suivants. Indiquer sur les enregistrements les temps d arrivée des différentes ondes. Document 4 Les ondes reçues par les différentes stations déplacement du sol (mm) temps (s) Exprimer la relation qui permet de calculer la distance d qui sépare l épicentre d un séisme de la station sismique à laquelle il est enregistré en fonction de : la vitesse de propagation des ondes P (V P ) la vitesse de propagation des ondes S (V S ) la valeur (t S t P ) (t S = temps d arrivée des ondes S, et t P = temps d arrivée des ondes P). Aide commencer par exprimer VP en fonction de d et tp, puis VS en fonction de d et ts. exprimer ensuite ts tp en fonction de d, VP et VS. 19

19 Au cours d un autre séisme, qui s est produite le 20 janvier 2003 dans la région Nord-Ouest Pacifique, 4 stations sismiques ont enregistré l arrivée des différents types d ondes. Les résultats sont présentés dans le tableau suivant : Heure d arrivé des ondes (temps universel UTC), enregistré par différentes sations sismiques. Code de la statin Heure d arrivée UTC (heure : minute : seconde) Ondes P Ondes S PET 03:02:04 03:02:52 MA2 03:03:42 03:05:48 YSS 03:04:19 03:06:54 MAJO 03:06:25 03:10:40 On a V P = 7,74 km/s, et V S = 4,32 km/s. Pour chacune des stations sismiques présentées dans le tableau précédent, calculer la distance à l épicentre. Déterminez l heure à laquelle s est produit le séisme. Localiser l épicentre de ce séisme sur la carte de la région suivante : Document 5 Nord Les stations ayant enregistré le séisme MA2 Latitude (Nord) 60 Mer d Okhotsk 55 PET 50 YSS 45 Mer du Japon Océan Pacifique Kilomètres MAJO Longitude (Est) 20

20 À retenir Avec l utilisation des techniques de positionnement par satellites (GPS), les directions et vitesses des plaques deviennent directement mesurables. Les valeurs données par le paléomagnétisme et les alignements de volcans de points chauds sont confirmées. C Bilan : le cycle de la lithosphère océanique Les mesures des forages profonds et des GPS permettent donc d établir un modèle de déplacement des plaques de plus en plus précis. En permanence, la lithosphère océanique est produite dans les dorsales, à partir de magmas d origine mantélique. Au bout de plusieurs dizaines de millions d années, cette lithosphère océanique disparaît dans les zones de subduction. Elle se met à se déshydrater, puis à fondre, et ses constituants sont incorporés au manteau. Cela donne lieu, sur la plaque chevauchante, à un volcanisme de type explosif comme par exemple aux Antilles. Activité 3 Questions Bilan : la tectonique des plaques Communiquer dans un langage scientifiquement approprié : oral, écrit, graphique, numérique. Reproduire sur une feuille A3 + compléter le schéma-bilan (document 6) : Rajouter les âges de la lithosphère océanique dans les bulles : 0,1MA, 20MA, 90MA. Rajouter le Moho tout au long de la lithosphère océanique, préciser sa profondeur approximative pour les âges 0,1 et 90MA. Rajouter le Moho tout au long de la lithosphère continentale, préciser sa profondeur approximative. Représenter en rouge les remontées magmatiques, et indiquer le phénomène à l origine de la fusion. Dessiner en bleu la cellule de convection mantélique correspondant à cette partie du globe. Indiquer en noir les mouvements relatifs observés aux frontières de plaques. Préciser dans les encarts la composition lithologique de la croûte continentale et de la croûte océanique. 21

21 Document 6 Schéma-bilan Axe de la dorsale Océan Croûte continentale : Croûte océanique : Manteau : Manteau : Les frontières de plaques sont souvent sujettes à de violents épisodes sismiques ou volcaniques. Ils constituent donc des zones à risques pour les populations. Activité 4 Document 7 Un séisme à Istanbul? Manifester de l intérêt pour la vie publique et les grands enjeux de la société. Recenser, extraire et organiser des informations. La micro-plaque Anatolienne Mer Noire Eurasienne Turquie Istanbul Fai lle Nord-Anatolienne Micro-plaque Anatolienne Faille Est-Anatolienne Mer Méditerranée 250 kms Chypre Afrique Faille du Levant Arabique Vecteur GPS Questions Décrire précisément le mouvement de la plaque Anatolienne, et en préciser les conséquences. Expliquer pourquoi Istanbul est une zone à haut risque sismique. 22

22 À retenir Le manteau fournit donc les matériaux nécessaires à la construction de la lithosphère océanique nouvelle, et «recycle» les matériaux issus de la dégradation de la vieille lithosphère océanique. Bilan Les nouvelles techniques de mesure (forages, GPS) ont montré que le modèle de la tectonique des plaques proposé prévoyait de façon efficace les vitesses de déplacement des plaques. Les mouvements peuvent être suivis en temps réel, et le modèle est constamment réajusté. Toutefois, il reste à développer des systèmes prédictifs plus efficaces pour nous prévenir des épisodes sismiques aux frontières de plaques. 23

23 E xercices de la séquence 5 Exercice 1 Restitution de connaissances Expliquer comment l étude du volcanisme intraplaque a pu confirmer la mobilité de la lithosphère océanique. Présenter deux méthodes différentes permettant de quantifier la vitesse d expansion d une dorsale océanique. Montrer à l aide d exemples comment l étude des ondes sismiques a permis de mieux connaître la composition et la dynamique de la Terre. Exercice 2 La Terre coupée en deux Réaliser un schéma d une coupe transversale de la Terre en prenant comme échelle 1 cm = 300 km. Vous devez représenter les frontières chimiques (Moho, la discontinuité de Gutenberg et la discontinuité de Lehmann) et physique (LVZ). Note : on appelle PREM (Preliminary Reference Earth Model) ce premier modèle de la structure du globe. Exercice 3 La fosse des Mariannes On s intéresse à la fosse océanique la plus profonde : celle des Mariannes. On l étudie au moyen du logiciel Tectoglob. Faire apparaître séismes et volcans et centrer la carte sur les Philippines. Tracer une coupe au niveau des îles Mariannes, c est-à-dire entre les points (19 N, 139 E) et (28 N, 149 E), choisir une exagération des reliefs de 20 %. Imprimer. Tracer une droite passant par le maximum de foyers sismiques. Calculer l angle que fait cette droite avec l horizontale. Comparer l angle obtenu avec celui du Chili (activité 1 du chap.1). Retrouver l âge des fonds océaniques au niveau des îles Mariannes et du Chili en vous aidant du doc1 du chap.1. Établir un lien entre cet âge et la valeur de l angle mesuré. Exercice 4 Un archipel isolé L archipel Tristan da Cunha est l île habitée la plus éloignée de tout continent! Seulement 275 personnes peuplent cet ensemble de 4 îles per- 24

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Volcanisme et tectonique des plaques

Volcanisme et tectonique des plaques Volcanisme et tectonique des plaques Le volcanisme Le volcanisme est un phénomène naturel menaçant, mais il peut être aussi fascinant. Pour certaine civilisation, l attraction des volcans est grande. Elle

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre I] Des éruptions volcaniques différentes CHAPITRE 2 LES VOLCANS : EFFETS ET CAUSES Quelles sont les manifestations d une éruption volcanique? Quelles sont

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques. Introduction Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE SESSION 008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE Proposition de corrigé et barème. Olympiades des géosciences

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification Partie du programme : LA TERRE CHANGE EN SURFACE : EFFETS DE L ACTIVITE INTERNE DE LA PLANETE Titre : Répartition des séismes et des volcans Nom de l outil TICE : SISMOLOG Construire une carte de la répartition

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans? Sommaire Séquence 3 Tu viens de voir comment les séismes et les éruptions volcaniques se manifestaient, mais tu peux te demander quelles sont les conséquences de ces manifestations de la Terre pour l Homme.

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014)

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications interactives et modules Géosciences Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) ACCES (EA 3749, IFÉ-ENS de Lyon) F. Morel-Deville, A. Rivière,

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 3 En 4 parties Sommaire 1. Les bandes d anomalies magnétiques 2. Les bandes d anomalies magnétiques : exemples de levers 3. Les bandes d anomalies magnétiques

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe En 1912, le sismologue allemand Beno Gutenberg est le premier à détecter une discontinuité entre le manteau inférieur et le noyau externe de la Terre à

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE Université Mohammed V Agdal, Faculté des Sciences de Rabat Département des Sciences de la Terre et de l Univers Pr. Driss FADLI Filières SVI et STU Semestre S1 (module1) (2005/2006) 1 Eléments de cour

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Documents annexes Documents annexes SN12

Documents annexes Documents annexes SN12 Documents annexes Documents annexes SN12 1 Fiche 1 Reconnaissance des principaux minéraux des croûtes continentale et océanique à l œil nu Plusieurs éléments sont à décrire avant de pouvoir identifier

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

EduCarte - Prise en main

EduCarte - Prise en main EduCarte - Prise en main Objectifs : > Découvrir EduCarte, un Système d Information Géographique dédié à la sismologie > Cartographier la localisation d épicentres de séismes locaux > Cartographier la

Plus en détail

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN :

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN : SISMOLOG Cet article comprend deux parties, la première est destinée à entrer rapidement dans le logiciel, la deuxième, apportant des informations complémentaires, permet une utilisation plus avancée de

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans "rouges" : (exemple : Le Piton de la Fournaise).

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans rouges : (exemple : Le Piton de la Fournaise). LE VOLCANISME. Introduction : La Terre possède sur les cinq continents plus de 1500 volcans (et bien davantage sous les océans) qui sont aujourd hui considérés comme actifs ; chaque année en moyenne 60

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION :

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION : Chapitre 2 : le volcanisme Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 2 : le volcanisme

Plus en détail

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 EPREUVE ECRITE DE GÉOLOGIE ENS : PARIS - LYON - CACHAN Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 MEMBRES

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction Chiadmi Hamid Sami Cherradi TP SVT: Intro : Les chaines de montagne sont des lieux de convergence lithosphériques. Ces zones d affrontement entre deux lithosphères renferment des informations qui permettent

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI)

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI) ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE (Pr. Driss FADLI) Dès le 7ème siècle av. J.- C. La Terre est supposée plate, ayant la forme d'un disque, entièrement entouré

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV

Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler. THEME : Observer ondes et matière. Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV THEME : Observer ondes et matière Activité n 3 observer ondes et matière chapitre IV Activité n 3 chapitre IV: Découverte de l effet Doppler I Présentation de l effet Doppler Ecouter les fichiers Audio

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS

GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS GÉODÉSIE, COORDONNÉES ET GPS LES PROJECTIONS La représentation du globe terrestre sur un plan en deux dimensions exige une opération nommée projection. Une projection s appuie sur un géoïde, qui est une

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS.

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS. SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS. Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Les séismes DOSSIER D INFORMATION risques naturels majeurs Introduction Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier et qui cause le plus

Plus en détail

Le risque sismique. ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny. St Flour - 24 Août 2006

Le risque sismique. ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny. St Flour - 24 Août 2006 Le risque sismique ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny St Flour - 24 Août 2006 Risque sismique = Aléa x Vulnérabilité Aléa sismique: Vulnérabilité: Probabilité

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 Partie I) TP de cartographie, la carte de France au 1/1000000 Voir le cours de l année dernière avec Jérôme. Partie II) TP de

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

Les Roches Métamorphiques

Les Roches Métamorphiques Les Roches Métamorphiques Qu est-ce que le métamorphisme? Il s agit de la transformation d une roche à l état solide. Qu est ce qui provoque cette transformation? Une roche est caractérisée par un assemblage

Plus en détail

Ce que nous croyons vrai, aujourd hui (date) concernant les volcans :

Ce que nous croyons vrai, aujourd hui (date) concernant les volcans : Séance 1 : Selon vous, qu est-ce qu une éruption volcanique? Domaine disciplinaire : Sciences : Le ciel et la Terre Niveaux concernés : cycle 3 (classe de CM1, CM2) Objectifs : - Apprendre à exprimer des

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Séquence 5. Sommaire. Corrigés des activités Séquence 5 SN12. Cned - Académie en ligne

Séquence 5. Sommaire. Corrigés des activités Séquence 5 SN12. Cned - Académie en ligne Séquence 5 Sommaire Correction des activités du chapitre 1 Correction des activités du chapitre 2 Correction des activités du chapitre 3 Correction des exercices Corrigés des activités Séquence 5 SN12

Plus en détail

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Introduction : Les zones de subduction, domaine de convergence où la lithosphère océanique

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2009 TRAVAUX PRATIQUES DE SPECIALITÉ DU SECTEUR C Durée totale : 6 heures Géodynamique

Plus en détail

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale?

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? TP 8 Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 La démarche du géologue Quelle est cette pierre? Les enveloppes abordées directement par

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG.

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007 MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE Debelle M 23 01 2007 1 Dimensions de la Lune Rayon équatorial : 1740 km Masse : 7,348.10²² kg Distance Moyenne : 384403 km, (60 rayons terrestres) Densité moyenne : 3,34333

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS

EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS EXCURSION GEOLOGIQUE PALEONTOLOGIE ET VOLCANISME EN ARDECHE PAYSAGES GEOLOGIQUES DU MONT D 'OR LYONNAIS LES 11 ET 12 AVRIL 2007 Sortie de terrain en Ardèche 1 ère S : objectifs Déterminer les grandes catégories

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Figure 1.1.1 : La Terre vue de l espace

Figure 1.1.1 : La Terre vue de l espace 1 Structure de la Terre 1.1 Géodésie et gravimétrie 1.1.1 Forme de la Terre La géodésie, c est l étude de la forme de la Terre et la mesure de ses dimensions. Etre à la surface de la Terre n est pas la

Plus en détail

GEOLOGIE Durée : 3 heures

GEOLOGIE Durée : 3 heures SESSION 2011 CONCOURS G2E GEOLOGIE Durée : 3 heures Les calculatrices sont interdites. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil Manuel pages 19 à 34 Choix pédagogiques Les conditions de visibilité d un objet étant posées et la présentation de l œil réalisée, il s agit d étudier maintenant les mécanismes optiques de fonctionnement

Plus en détail