Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole"

Transcription

1 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents s appuient sur quelques constatations. Alfred Wegener est un des initiateurs de la théorie mobiliste. Ces idées vont se heurter cependant à d autres constats sur la structure du globe terrestre. Ce laboratoire se propose de retrouver les faits qui ont permis à Alfred Wegener de formuler son hypothèse et de mettre à l épreuve cette hypothèse à l aide des données géophysiques de l époque. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer sur quels arguments la théorie mobiliste a été construite et les raisons de son rejet par la communauté scientifique de l époque. MATERIEL : Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Partie 1. A la recherche de la patrie tectonique de Madagascar L origine le l île de Madagascar pose un problème géologique. On retrouve dans la littérature scientifique plusieurs représentations de la Pangée (supercontinent imaginé par Wegener). Ces représentations sont contradictoires sur la localisation de la future île de Madagascar. Certaines reconstitutions placent la future île de Madagascar au niveau de l actuel golfe du Zambèze (Hypothèse H1), d autres au niveau de l actuelle île de Zanzibar (Hypothèse H2). Vous disposez d une série de documents pour résoudre le problème. sur votre compte rendu : En utilisant la méthode employée par Alfred Wegener pour reconstituer le supercontinent, proposez une position de Madagascar dans la Pangée. Pour cela, vous rechercherez dans chaque document, le ou les argument(s) en faveur de l une ou l autre des hypothèses Reconstituez alors la position de Madagascar à la fin du Jurassique sur la carte fournie en superposant les éléments géologiques justificatifs. Partie 2. A l écoute sismique du globe terrestre Bien que fondée sur de nombreux arguments, la théorie de Wegener va être l objet de controverses, notamment de la part des géophysiciens. Les ondes sismiques, générées lors d un séisme, notamment les ondes de volume, traversent les zones profondes du globe. Leurs enregistrements nous renseignent sur certaines propriétés physiques du globe terrestre. A partir des enregistrements d un séisme local, réaliser une étude de la propagation des ondes sismiques ayant traversé dans les zones profondes du globe avant d arriver sur les stations d enregistrement. sur votre compte rendu : Evaluez le trajet et la vitesse de propagation des ondes sismiques de volume (ondes P) enregistrées sur différentes stations d enregistrement plus ou moins distantes de l épicentre. Formulez une hypothèse explicative sur les différences constatées sur la vitesse des ondes P constatée sur chaque station. Afin de mettre à l épreuve l hypothèse précédente, il est nécessaire de mettre en œuvre une modélisation analogique. A l aide du dispositif mis à votre disposition (microphones et barres de matériaux variés), mettre en place une modélisation qui permettrait de vérifier l influence de la nature des matériaux traversés sur la vitesse de propagation des ondes. Les ondes seront générées par un choc, les microphones permettront de mesurer la vitesse de propagation des vibrations dans les matériaux. Le logiciel Audacity, permet d analyser les vibrations enregistrées par les microphones. Sur votre compte-rendu Imaginer le protocole expérimental, et appeler le professeur. Réaliser les différentes manipulations envisagées et mettre en relation vos résultats avec la partie 2. Pour conclure Montrez que les résultats de la partie 2 sont cohérents avec un globe terrestre solide et de densité croissante avec la profondeur. Montrez en quoi ces résultats s opposent à la théorie mobiliste de Wegener. Employer des techniques d observation Utiliser des techniques bio ou géologiques Utiliser des modes de représentation Adopter une démarche explicative Compétences personnelles

2 A la recherche de la patrie tectonique de Madagascar Île de Madagascar à découper et à replacer à sa position à la fin du Jurassique

3 DOSSIERDOCUMENTAIRE : A la recherche de la patrie tectonique de Madagascar Document 1 : image satellite image NASA Document 2 : distribution des dépôts glaciaires (en clair) à la fin du Carbonifère Madagascar ne figure par sur la carte, mais a été placée en haut et à droite. On retrouve des dépôts glaciaires carbonifères sur cette île.

4 Document 3 : principales failles et cratons de la zone étudiée Les cratons (en orange sur le document) sont des vestiges d un paléocontinent. Le continent Antarctique ne figure pas sur la carte et Madagascar est représentée en bas à droite. Document 4 : reconstitution de la position relative des blocs issus du Gondwana (entre -250 et -120 millions d'années) à partir de la répartition de la faune et de la flore. Madagascar a été placée en dehors de la carte, en bas et à droite. On trouve des fossiles de Glossopteris (fougères de l ère primaire) sur l île.

5 DOSSIER DOCUMENTAIRE : A l écoute sismique du globe terrestre Lorsque l on enregistre un séisme à une distance suffisante de l épicentre, on peut repérer trois types d ondes. Les ondes de volume se propagent à l intérieur du globe dans toutes les directions. On distingue deux types deux catégories d ondes de volume : les ondes P (ou premières) et les ondes S (ou secondes). Les ondes P sont plus rapides : ce sont des ondes longitudinales de compression dilatation capables de se propager aussi bien dans les milieux solides que dans les fluides. Les ondes S ou ondes transversales de cisaillement ne se propagent que dans les solides. Les ondes de surface sont moins rapides mais de grande amplitude. Elles se propagent dans les couches superficielles du globe. Etude d un séisme : Depuis la clé USB : datas > geologie > sismo_data > choisir un fichier du séisme du enregistré au CIVF ( CIVF.BH-Z.SAC) Le fichier contient l enregistrement, sur la station sismo du CIV, de l arrivée des ondes sismiques d un séisme ayant lieu près de parme en Italie. Pour le sismogramme, retrouvez la distance épicentrale ( > sismogramme info) et évaluez le temps tp-to en pointant l arrivée des ondes. tp-to désigne le temps mis par les ondes pour aller de la source sismique (foyer) à la station d enregistrement. Pour répondre à notre question, il est nécessaire d évaluer si la vitesse des ondes P varie avec la distance parcourue. Pour cela, on va évaluer la vitesse des ondes P sur des stations plus ou moins distantes de l épicentre et réaliser ainsi une étude statistique. Depuis la clé USB : datas > geologie > sismo_data Choisir le fichier : _stations_sismo.xls Le fichier contient les temps d arrivée des ondes P à diverses stations, plus ou moins distantes de l épicentre. Compléter le tableau pour calculer la vitesse des ondes P à chaque station, et réaliser un graphique montrant l évolution de la vitesse des ondes P en fonction de la distance parcourue dans le globe. Au final, plus la distance épicentrale est importante, plus les ondes parcourent des zones profondes du globe et plus elles vont vite. L intérieur du globe terrestre est solide et de densité croissante. Cela amènera au rejet de la théorie de Wegener qui sous entend une dérive des continents sur des couches du globe non solide.

6 DOSSIER DOCUMENTAIRE : Modélisation analogique (fiche de secours)

7 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer sur quels arguments la théorie mobiliste a été construite et les raisons de son rejet par la communauté scientifique de l époque. Partie 1. A la recherche de la patrie tectonique de Madagascar sur votre compte rendu : Seul les indices géologiques (failles et cratons pétrologiques) donnent une information déterminante sur la position probable de Madagascar au niveau de la Pangée. C'est-à-dire l hypothèse d une position au niveau de Zanzibar. On constate que les arguments cartographiques, paléontologiques et paléoclimatiques ne sont d aucun secours dans cet exemple. Dans la démarche de Wegener, l hypothèse de la dérive des continents n est pas toujours si évidente à mettre à l épreuve. Partie 2. A l écoute sismique du globe terrestre sur votre compte rendu : Sismogramme enregistré au CIV lors du dernier séisme régional du 27 janvier 2012 près de Parme Fichier CIVF.BH-Z.SAC téléchargeable depuis le site > rubrique données sismiques

8 On évalue, à l aide de SeisGram2K (pointer ondes P), l heure d arrivée des ondes de volume P soit tp-to. On a un délai tp-to de l ordre de 35,236 s pour une distance parcourue (sismogramme infos) de 258,59 en négligeant la courbure du globe. On obtient une vitesse Vp = 258,59 / 35,236 = 7,3 km/s Le même travail peut être fait pour différentes stations plus ou moins lointaines de l épicentre. On constate que la vitesse des ondes de volume P augmente avec la distance épicentrale. On sait que le trajet des ondes est de plus en plus profond dans le globe compte tenu de la courbure du globe On en déduit qu il y a une relation nette entre la vitesse des ondes de volume et la nature des zones profondes du globe. Modélisation analogique Sur votre compte-rendu Photo légendée du montage :

9 Tableau de résultats : calcul de vitesse Matériau Polystyrène Bois (pin) Granite Fer t (en s) 1, , , , d (en m) v (en km.s -1 ) 0,580 4,695 4,901 6,897 Calcul de la densité des matériaux : La densité se calcule à partir de la masse volumique d un matériau en question. La formule de la masse volumique se traduit par = m/v. Masse volumique des matériaux utilisés lors de l expérience : Matériau Polystyrène Bois (pin) Granite Fer Masse volumique (kg/m 3 ) Source : Conclusion : On constate que des ondes se propagent plus rapidement dans du granite que dans du polystyrène et que ce dernier est moins dense que le granite. On peut donc conclure, grâce à cette expérience, que plus un matériau est dense, plus les ondes s y propagent rapidement. Discussion des résultats : Les résultats avec le granite donnent une vitesse faible au regard de sa masse volumique et sont donc discutables. De telles données sont liées à l incertitude de mesure lors de l expérience. Toutefois, les mesures réalisées avec les autres matériaux semblent acceptables quant au rapport entre la vitesse de propagation des ondes (km. s -1 ) et la masse volumique du matériau correspondant (kg/ m 3 ). Pour conclure La sismologie indique que la terre se comporte comme un globe solide car les ondes de volume s y propagent. Une telle Terre solide interdit une mobilité horizontale des continents. L hypothèse de Wegener révèle ici (en 1920) un des ces points faibles.

10 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre L hypothèse d une expansion océanique Première S Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la connaissance des fonds marins fait des progrès spectaculaires. Beaucoup d observations et de mesures réactualisent les idées de Wegener. Ce laboratoire vise à mettre en évidence que les océans ne sont pas figés mais accroissent régulièrement leur surface. On parle d expansion océanique. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer en quoi ces nouvelles techniques d étude d après guerre font de l expansion océanique une hypothèse convaincante. MATERIEL : Clé USB avec logiciel Educarte (étude de cas ec.atlantique ) Modèle analogique magnétisme du plancher océanique / teslamètres Partie 1. Bathymétrie de l'atlantique Sud Les bateaux océanographiques disposent de sondeurs dérivés des sonars qu utilisaient les navires militaires pour détecter les sous-marins ennemis. Avec de tels capteurs, on obtient des relevés sur la topographie des fonds océaniques et donc de précieux renseignements sur les structures géologiques. Ainsi, le fond océanique montre un relief très caractéristique avec des domaines bien précis : une chaine de montagne dans l axe médian de l océan (dorsale médio-atlantique), des larges plaines abyssales profondes de part et d autre, des plateaux continentaux peu profonds qui bordent les continents. La transition du plateau continental vers la plaine abyssale est marquée par le talus continental. A l aide de logiciel EduCarte, localisez la zone d étude de l Atlantique Sud (latitude 18 Sud), repérer les différents secteurs et leur altitude approximative. Réaliser avec l outil bloc diagramme 3D une coupe de l atlantique sud (de 300 km de largeur). Appeler le professeur 1. sur votre compte rendu : Légendez votre coupe topographique de l océan atlantique sud en précisant les différents domaines mis en évidence 2. Indiquez, dans quelle mesure, la bathymétrie apporte ou pas des arguments à la thèse mobiliste de Wegener 3. Partie 2. Des anomalies thermiques sur les fonds océaniques La Terre dissipe en permanence sa chaleur interne à la surface terrestre. Le flux géothermique est la quantité de chaleur d origine interne évacuée par unité de temps et de surface. Des mesures systématiques du flux géothermique effectuées autour de 1950 révèlent un flux moyen de 60 mw/m 2 A l aide de logiciel EduCarte (menu images), superposez la carte du flux géothermique de l Atlantique. Appeler le professeur 4. sur votre compte rendu : Reportez graphiquement l évolution du flux géothermique le long de votre coupe topographique de l océan atlantique sud 5. Partie 3. Des anomalies magnétiques sur le plancher de l océan Les basaltes qui couvrent le plancher océanique renferment des minéraux ferromagnésiens sensibles lors de la solidification de la lave au champ magnétique terrestre. Une roche basaltique fossilise donc le champ magnétique terrestre du moment lors de sa formation. Des navires océanographiques ont pu mesurer avec précision le magnétisme des roches du plancher océanique. Leurs observations sont reportées dans la documentation en annexe Une modélisation analogique est possible avec des teslamètres. Réalisez cette modélisation. sur votre compte rendu : Reportez les mesures obtenues dans la modélisation A l aide d Educarte, superposer alors une carte de l âge des basaltes du plancher océanique (menu images ). Appeler le professeur 6 sur votre compte rendu : Reportez graphiquement les principales anomalies magnétiques le long de votre coupe topographique de l océan atlantique sud. Proposer une explication aux anomalies mesurées, et montrer en quoi de telles anomalies constituent un argument fort pour la théorie mobiliste.7 Constater que les anomalies peuvent être datées. Elaborer alors une technique pour évaluer une vitesse d expansion de l océan depuis sa création 8 Employer des techniques d observation Utiliser des techniques bio ou géologiques Utiliser des modes de représentation Adopter une démarche explicative Compétences personnelles

11 Feuille à compléter durant le laboratoire Coupe bathymétrique Latitude : - 18 Anomalies du flux géothermique Latitude : - 18 Anomalies du champ magnétique dans les basaltes du plancher océanique Modélisation analogique et mesures

12 Les inversions magnétiques sur le fond océanique. A la fin des années 50, les scientifiques cartographièrent le champ magnétique actuel généré par les roches sur le plancher de l'océan. Les roches volcaniques qui forment le plancher marin ont un magnétisme parce que, au refroidissement, les minéraux magnétiques à l'intérieur des roches s'alignent sur le champ magnétique terrestre. L'intensité du champ magnétique qu'ils mesurèrent était très différente de l'intensité qu'ils avaient calculée. Ainsi, les scientifiques détectèrent des anomalies magnétiques, ou des différences dans le magnétisme de place en place. Ils trouvèrent des anomalies magnétiques positives et négatives. Les anomalies magnétiques positives sont créées quand la roche refroidie et se solidifie avec le pôle nord magnétique terrestre dans l'hémisphère géographique nord. Les anomalies magnétiques négatives sont créées quand la roche refroidie et se solidifie avec le pôle nord magnétique terrestre dans l'hémisphère géographique sud. Quand elles furent cartographiées, les anomalies montrèrent des zones alternées de bandes parallèles positives et négatives. L'ensemble était centré le long, de manière symétrique, de la ride médio-océanique. Une hypothèse fut présentée en 1963 par Fred Vine et Drummond Matthews pour expliquer ce modèle. Ils proposèrent que la lave émise à différentes époques le long de la dorsale au sommet de la ride médio-océanique fossilisait le champ magnétique du moment d où les différentes anomalies magnétiques.

13 Des blocs diagramme pour mieux comprendre Dans cet exemple, la lave émise dans le passé géologique, quand le pôle nord magnétique était dans l'hémisphère nord, conserva une anomalie magnétique positive. Au contraire, la lave émise dans le passé géologique, quand le pôle nord magnétique était dans l'hémisphère sud, conserva une anomalie magnétique négative. La lave émise actuellement conservera une anomalie magnétique positive car le nord magnétique terrestre est dans l'hémisphère nord Vine et Matthews proposèrent que la lave émise sur les fonds océaniques sur les 2 côtés du rift, se solidifie, et s'éloigne avant que plus de lave soit émise. Si le champ magnétique terrestre s'est inversé (change d'un pôle géographique à l'autre) entre les éruptions, les coulées de lave pourront conserver un ensemble de bandes parallèles avec des propriétés magnétiques différentes. La capacité de l'hypothèse de Vine et Matthews à expliquer le modèle observé des anomalies magnétiques des fonds océaniques apporta un support important pour l'expansion des fonds océaniques

14 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre L hypothèse d une expansion océanique Première S Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la connaissance des fonds marins fait des progrès spectaculaires. Beaucoup d observations et de mesures réactualisent les idées de Wegener. Ce laboratoire vise à mettre en évidence que les océans ne sont pas figés mais accroissent régulièrement leur surface. On parle d expansion océanique. Partie 1. Bathymétrie de l'atlantique Sud Latitude : m 4000 m continent plaine abyssale plateau continental dorsale médio océanique talus continental La bathymétrie particulière et symétrique du plancher océanique révèle l existence de phénomènes géologiques qui ne recoupent pas la théorie fixiste. La présence de dorsale médio océanique notamment pose le problème de la formation de telles structures au milieu de l océan. Partie 2. Des anomalies thermiques sur les fonds océaniques La dorsale médio océanique montre une anomalie positive du flux géothermique. A son niveau, on notre un flux géothermique très élevé. Cette mesure montre ainsi qu au niveau des dorsales, une activité géologique intense se déroule. On peut penser à des remontées du manteau sous jacent plus chaud. Partie 3. Des anomalies magnétiques sur le plancher de l océan

15 L anomalie magnétique n 33 se trouve actuellement à 1100 km de la dorsale. Le modèle de l expansion océanique permet d imaginer que cette anomalie s est formée au niveau de la dorsale il y a 70 Ma. On peut en déduire une vitesse moyenne d expansion de la ½ partie d océan de l ordre de : 1100 km / 70 Ma soit mm / ans donc 1100 / 70 = 15 mm / an Ne pas hésiter de faire d autres estimations : Exemple anomalie 34 distante de 1300 km et âgée de 95 Ma d où V = 1300 / 95 = 13 mm / an Ne pas oublier que la vitesse d expansion n est pas obligatoirement constante, que les mesures comportent des incertitude de mesure. En guise de bilan : L expansion océanique

16 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Quand la lithosphère océanique disparait Première S Dans les années 1960, la mobilité horizontale des masses continentales, conséquence de l expansion océanique, est acceptée. L étude des zones de subduction va compléter le modèle de plaques tectoniques en mouvement. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer comment les zones de subduction permettent de suivre le devenir de la lithosphère océanique, de préciser son épaisseur et modéliser le mouvement des plaques MATERIEL : Clé USB avec logiciel Educarte (étude de cas des Antilles) Modèle analogique tomographie sismique Partie 1. Alerte sismique en zone de subduction Les Antilles françaises constituent un territoire sismique. Depuis le début de l année 2012, les îles dont celle de la Martinique, ont connu de nombreux séismes (voir document annexe). Choisir dans ce document trois ou quatre séismes de profondeur distincte. A l aide de logiciel EduCarte, localisez ces séismes sous forme de points (onglet saisie d un point ), Montrez que ces évènements sismiques ne sont pas isolés dans la région d étude (afficher géoréférences > séismes). Réalisez avec l outil bloc diagramme 3D une coupe de la marge continentale d étude. Votre bloc diagramme doit faire apparaître les séismes sélectionnés ainsi que la base de données géoréférences. Appeler le professeur. sur votre compte rendu : Légendez votre coupe topographique sur laquelle apparaissent l ensemble des foyers sismiques. Depuis 1930, Wadati en 1930 puis Benioff en 1955 avaient noté une disposition remarquable des foyers sismiques selon un plan incliné, nommé depuis plan de Wadati-Benioff. Représentez graphiquement ce plan sur votre coupe. En 1967, Olivier et Isacks interprètent ce plan comme une surface de glissement entre deux plaques : la plaque plongeante (partie océanique) s enfonçant dans le manteau. Complétez votre légende en identifiant l interface des plaques en convergence. Partie 2. Anomalies de vitesse des ondes sismiques au sein de la zone de subduction La localisation de séismes dans le territoire antillais est conforme au plan de Wadati-Benioff. Des anomalies dans la vitesse de propagation des ondes sismiques ont été cependant enregistrées. A l aide de logiciel EduCarte (étude de cas Antilles), afficher les sismogrammes enregistrés aux stations MLTF et GBTF pour les deux séismes identifiés (séismes d intérêt). Comparez, pour chaque séisme et chaque station, l heure réelle d arrivée des ondes sismiques P avec l heure d arrivée théorique donnée par le modèle de vitesse. Appeler le professeur. sur votre compte rendu : Formulez une hypothèse explicative au retard ou à l avance d arrivée des ondes P (par rapport au modèle de vitesse) aux stations en tenant compte de la localisation du foyer sismique, de la localisation de la station et du trajet probable des ondes de volume.. Partie 3. A la découverte de la tomographie sismique On cherche à vérifier si la vitesse des ondes sismiques peut être influencée par la température des matériaux traversés. A l aide du matériel mis à disposition, imaginez un protocole expérimental. Appeler le professeur Réalisez les mesures envisagées et vérifier si un lien peut être établi entre température des matériaux et vitesse des ondes sismiques sur votre compte rendu : Schématisez votre protocole expérimental et reportez vos résultats chiffrés. Montrez en quoi les résultats de votre modèle analogique permettent de comprendre les données de la tomographie sismique (voir dossier documentaire). Complétez alors la coupe de la zone de subduction en délimitant la lithosphère, rigide et cassante de l asthénosphère sous jacente, plus ductile. Employer des techniques d observation Utiliser des techniques bio ou géologiques Utiliser des modes de représentation Adopter une démarche explicative Compétences personnelles

17 Titre : Mise en évidence d anomalies de vitesse en relation avec les zones traversées Séisme superficiel du enregistré à MLTF 2. Séisme profond du enregistré à GBTF

18 Réseau date To longitude latitude profondeur (km) magnirude épicentre IPG 16/01/ h24min17s -61,53 15,79-9 1,9 10 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 16/01/ h27min36s -61,54 15, km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 19/01/ h48min55s -61,1 16, ,2 17 km NE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 20/01/ h36min22s -60,31 15, ,8 104 km NE MARTINIQUE (972) IPG 20/01/ h36min37s -61,57 16, ,7 4 km N GOYAVE (971) IPG 21/01/ h18min33s -61,45 17, ,3 30 km ESE ANTIGUA (LEEWARD ISLANDS) IPG 22/01/ h19min03s -60,57 15, ,6 67 km SE LA DÉSIRADE (971) IPG 23/01/ h32min16s -61,19 16, ,1 35 km NNE LE MOULE (971) IPG 23/01/ h35min44s -60,34 15, ,3 99 km NE MARTINIQUE (972) IPG 26/01/ h29min51s -61,91 17, ,8 13 km SW BARBUDA (LEEWARD ISLANDS) IPG 26/01/ h46min37s -61,18 15, ,9 23 km NNE DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 28/01/ h02min47s -61,9 11, ,6 377 km SSW MARTINIQUE (972) IPG 28/01/ h34min42s -61,61 17, ,7 27 km ENE BARBUDA (LEEWARD ISLANDS) IPG 28/01/ h01min31s -62,24 17, km ESE NEVIS (LEEWARD ISLANDS) IPG 29/01/ h37min55s -62,2 17, km E NEVIS (LEEWARD ISLANDS) IPG 29/01/ h53min39s -61,79 16, ,1 4 km NNW BOUILLANTE (971) IPG 29/01/ h33min15s -60,32 14, ,5 53 km ESE MARTINIQUE (972) IPG 29/01/ h50min32s -60,97 17, ,3 79 km E ANTIGUA (LEEWARD ISLANDS) IPG 31/01/ h19min38s -61,12 15, ,8 27 km NNE MARTINIQUE (972) IPG 31/01/ h50min13s -61,64 15,87-3 1,9 TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 03/02/ h58min09s -61,52 15, ,5 11 km SE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 03/02/ h34min59s -61,52 15, km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 03/02/ h37min42s -61,52 15, ,2 11 km SE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 03/02/ h38min43s -62,2 17,09-7 2,9 40 km E NEVIS (LEEWARD ISLANDS) IPG 04/02/ h41min07s -60,5 15, ,1 80 km NE MARTINIQUE (972) IPG 05/02/ h27min36s -61,01 16, ,4 26 km ENE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 07/02/ h02min18s -61,66 16,04 0 0,9 4 km ENE SAINT-CLAUDE (971) IPG 08/02/ h06min06s -61,24 16, ,3 17 km NE LE MOULE (971) IPG 09/02/ h41min39s -61,63 17, ,6 22 km NNE ANTIGUA (LEEWARD ISLANDS) IPG 09/02/ h09min32s -61,62 15,86-7 1,9 3 km ENE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 10/02/ h06min17s -60,28 15, km NE MARTINIQUE (972) IPG 11/02/ h12min20s -62,33 10, ,1 444 km SSW MARTINIQUE (972) IPG 11/02/ h35min53s -61,02 15, km NNE MARTINIQUE (972) IPG 11/02/ h56min36s -62,33 10, ,1 447 km SSW MARTINIQUE (972) IPG 11/02/ h23min40s -60,55 13, ,3 70 km SSE MARTINIQUE (972) IPG 12/02/ h29min25s -61,5 15, ,3 18 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 13/02/ h45min36s -61,51 15, ,3 18 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 13/02/ h14min27s -61,5 15, km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 13/02/ h52min32s -61,66 16, km ENE SAINT-CLAUDE (971) IPG 13/02/ h20min19s -61,13 15, ,4 21 km ENE DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 14/02/ h18min32s -61,32 16,5-22 2,4 19 km N LE MOULE (971) IPG 14/02/ h43min30s -61,5 15,68-2 2,5 23 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 15/02/ h25min41s -63,3 19, ,5 130 km N SAINT-MARTIN (971) IPG 15/02/ h12min18s -60,36 15, ,2 91 km NE MARTINIQUE (972) IPG 15/02/ h57min36s -61,51 15,68-2 2,2 22 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 15/02/ h51min03s -61,02 15, ,5 31 km ENE DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 16/02/ h17min47s -61,54 15,79-7 1,7 10 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 18/02/ h07min29s -61,95 16, ,2 34 km ENE MONTSERRAT (LEEWARD ISLANDS) IPG 18/02/ h29min41s -61,41 15,58-7 1,2 14 km NW DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 18/02/ h04min58s -61,66 16,04 1 1,1 3 km ENE SAINT-CLAUDE (971)

19 IPG 19/02/ h34min24s -62,13 16, ,1 13 km NE MONTSERRAT (LEEWARD ISLANDS) IPG 20/02/ h04min05s -61,06 15, ,6 26 km SE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 21/02/ h30min54s -61,54 15,78-2 2,1 11 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 22/02/ h44min07s -61,47 15,65-7 1,7 25 km NW DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 23/02/ h45min56s -60,95 15, ,9 31 km ENE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 23/02/ h01min01s -61,45 15,65-3 1,7 23 km NW DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 24/02/ h34min40s -61,51 17, ,4 34 km E BARBUDA (LEEWARD ISLANDS) IPG 25/02/ h45min08s -61,61 15,85-8 2,1 3 km E TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 26/02/ h58min42s -60,65 14, ,8 42 km SSE MARTINIQUE (972) IPG 27/02/ h10min42s -61,61 15, km ESE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 27/02/ h44min23s -61,6 15,86-8 1,4 3 km WSW TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 28/02/ h38min22s -60,6 14, ,9 51 km NNE MARTINIQUE (972) IPG 28/02/ h17min32s -61,07 14, ,2 16 km ENE MARTINIQUE (972) IPG 02/03/ h23min14s -61,51 15,8-3 1,7 10 km SE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 04/03/ h25min11s -60,88 14, ,6 22 km SSW MARTINIQUE (972) IPG 04/03/ h46min20s -61,49 16, km N ANSE-BERTRAND (971) IPG 05/03/ h04min39s -61,78 16, ,5 4 km W VIEUX-HABITANTS (971) IPG 05/03/ h52min09s -61,62 15,87-3 1,8 3 km NE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 07/03/ h26min31s -61,61 15,85-7 1,5 3 km E TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 07/03/ h08min38s , ,1 47 km NNE MARTINIQUE (972) IPG 08/03/ h00min27s -61,61 15, km W TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 08/03/ h00min59s , ,1 28 km ESE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 09/03/ h49min30s -60,82 16, ,4 34 km NE LA DÉSIRADE (971) IPG 09/03/ h19min06s -61,17 16, ,3 11 km E SAINT-FRANCOIS (971) IPG 10/03/ h01min11s -61,52 15,79-8 1,8 11 km SE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 11/03/ h32min42s -61,62 15,87-6 1,6 3 km ENE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 11/03/ h51min39s -60,52 16,7-2 3,5 72 km NE LA DÉSIRADE (971) IPG 11/03/ h47min58s -61,07 15, ,2 28 km NNE MARTINIQUE (972) IPG 12/03/ h44min49s -60,67 16, ,3 58 km NE LA DÉSIRADE (971) IPG 13/03/ h09min45s -60,37 15, ,2 85 km NNE MARTINIQUE (972) IPG 14/03/ h18min46s -60,67 15,1-44 2,8 66 km ENE MARTINIQUE (972) IPG 15/03/ h21min40s -60,61 15,3-14 2,7 77 km ESE DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 16/03/ h15min16s -61,58 15,86-9 1,4 TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 17/03/ h36min39s -60,8 15, ,1 45 km E CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 17/03/ h42min51s -61,61 15,85-7 1,9 4 km E TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 19/03/ h00min02s -61,61 15,84-3 1,4 4 km ESE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 22/03/ h59min00s -61,44 16,14-7 1,7 9 km SE LE GOSIER (971) IPG 24/03/ h47min16s -60,52 15, ,7 78 km ESE CAPESTERRE MARIE-GALANTE (971) IPG 24/03/ h24min30s -61,55 15,8-4 1,8 8 km SSE TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 25/03/ h52min25s -61,28 16, ,4 7 km NE LE MOULE (971) IPG 26/03/ h30min47s -61,61 15, km ENE TERRE-DE-BAS LES SAINTES (971) IPG 29/03/ h13min53s -61,59 15,83-8 2,8 5 km S TERRE-DE-HAUT LES SAINTES (971) IPG 29/03/ h17min46s -61,09 15, ,9 31 km SE DOMINICA (LEEWARD ISLANDS) IPG 29/03/ h50min27s -61,77 16,3-7 1,7 3 km ESE DESHAIES (971)

20 Image de tomographie sismique de l arc antillais Principe de la tomographie sismique

21 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Quand la lithosphère océanique disparait Première S Dans les années 1960, la mobilité horizontale des masses continentales, conséquence de l expansion océanique, est acceptée. L étude des zones de subduction va compléter le modèle de plaques tectoniques en mouvement. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer comment les zones de subduction permettent de suivre le devenir de la lithosphère océanique, de préciser son épaisseur et modéliser le mouvement des plaques Partie 1. Alerte sismique en zone de subduction Arc volcanique fosse Plaque Caraïbe Plaque Atlantique Plan de Wadati-Bénioff Partie 2. Anomalies de vitesse des ondes sismiques au sein de la zone de subduction Arrivée théorique des ondes P (modèle de vitesse théorique) Arrivée mesurée des ondes P : mise en évidence d anomalies de vitesse

22 L étude des sismogrammes montre des anomalies de vitesse. Cela souligne l existence d hétérogénéités dans les zones traversées par les ondes sismiques. Tout ralentissement pourait être liée à une zone plus chaude et toute accélération à une zone plus froide. Partie 3. A la découverte de la tomographie sismique Protocole Résultats : L étude des ondes traversant les structures internes à partir d un grand nombre de trajectoires (séismes pour le globe émetteur de rayons X mobile pour le scanner) permet après des calculs complexes de reconstituer des coupes des zones traversées. Dans le cas du globe la vitesse des ondes sismiques est modifiée en fonction de la densité, de la température et de la fluidité des matériaux traversés. Les matériaux plus chauds (et plus fluides) ralentissent les ondes (=>valeurs négatives par rapport à la moyenne), alors que les matériaux les plus froids (moins fluides) les accélèrent (valeurs supérieures à la moyenne)

23 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Des plaques lithosphériques en mouvement Première S Ainsi donc, expansion océanique et subduction rythment le mouvement des plaques lithosphériques. Ce mouvement incessant de plaques rigides et cassantes à la surface du globe doit pouvoir se visualiser à travers d autres phénomènes géologiques. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer comment les alignements volcaniques intraplaques appelés points chauds et les grandes failles transformantes cisaillant les planchers océaniques apportent des éléments complémentaires au modèle de la tectonique des plaques. Partie 1. Etude d un point chaud En de nombreux endroits du globe, on observe des alignements d appareils volcaniques qualifiés d intraplaques car ils sont situés loin d une frontière de plaque. C est le cas des îles d Hawaï dans le Pacifique. A l aide de logiciel EduCarte (étude de cas Hawaï), affichez les appareils volcaniques, la sismicité actuelle, localisez les différentes îles qui constituent l archipel depuis Kilauea jusqu à Midway, recherchez l âge géologique de chaque île, repérez les volcans encore actifs. Réalisez, avec l outil bloc diagramme 3D, une coupe de l archipel. Appeler le professeur 1. sur votre compte rendu : Légendez votre coupe topographique sur laquelle apparaissent l ensemble des îles volcaniques avec toutes les données obtenues par la base de données. 2 Indiquez comment évolue le long de l'archipel les reliefs, l'âge géologique. 3 Pour expliquer les faits constatés, Morgan (1971) émet l hypothèse que ces volcans proviennent de l activité d un point chaud : un panache de matériel chaud provenant d une région fixe du manteau profond (des magmas issus de ce matériel perforent épisodiquement la plaque lithosphérique qui dérive au dessous de ce point chaud) Enoncez les arguments qui peuvent être développés pour conforter cette hypothèse. Schématisez alors une coupe de l archipel de Hawaï il y a 12 Ma et 27 Ma. En considérant l hypothèse de Morgan validée, trouvez une technique pour évaluer la vitesse et la direction de déplacement de la plaque pacifique depuis 27 Ma. 4 Partie 2. Les failles transformantes et le modèle des plaques tectoniques En 1965, Wilson introduit le concept de faille transformante, fracture séparant deux blocs coulissant horizontalement l un par rapport aux autres. Sur une portion de la dorsale médio atlantique (educarte > ec.atlantique) Affichez dans Educarte l image failles transformantes et localisez tous les séismes répertoriés (Géoréférences - Affichez les séismes). Observez leurs localisations. De nombreux séismes se localisent sur les failles transformantes. sur votre compte rendu : Tracez au stylo rouge les failles transformantes situées dans la zone étudiée (voir feuille à compléter). 5 Les failles transformantes sont souvent en arc de cercles. Sur la carte, vous trouverez 2 points A, B, C, D. Marquer les points A', B' etc équidistants de la dorsale et de même âge (Vous pouvez faire cet exercice directement sur educarte aussi). Tracez la médiatrice pour chaque segment A-A' et B-B'... Elles convergent en un point : le pôle eulérien (de cette zone de l'atlantique). Localisez ce pôle 5. Comparez votre solution avec celle des chercheurs géodésiens (coordonnées du pôle eulérien pour ce système de failles : 44.9 en latitude et en longitude). Vérifiez que les failles transformantes sont disposées sur un cercle dont le centre est le pôle eulérien. Employer des techniques d observation Utiliser des techniques bio ou géologiques Utiliser des modes de représentation Adopter une démarche explicative Compétences personnelles

24 Documents à compléter durant tout le TP : Points chauds : bloc diagramme 3D (400 km de largeur centré l axe Kilauea La Pérouse Failles transformantes en Atlantique

25 Documentation annexe : Les points chauds Pour expliquer les faits constatés, Morgan (1971) émet l hypothèse que ces volcans proviennent de l activité d un point chaud : un panache de matériel chaud provenant d une région fixe du manteau profond (des magmas issus de ce matériel perforent épisodiquement la plaque lithosphérique qui dérive au dessous de ce point chaud. Les îles d Hawaï : un exemple de point chaud Evaluation vitesse de mouvement de la plaque

26 Les failles transformantes Une expérience pour comprendre les failles transformantes et leur pôle eulérien : Au début de l expérience, les deux plaques sont jointives. Tracer un point sur le globe au niveau de chaque trou. Ensuite, le modèle simule une dorsale, les deux plaques s écartent donc l une de l autre avec une vitesse angulaire, ω, qui est la même partout (prendre 3 mesures pour un angle de 10, 20 puis 30 ). A chaque mesure, il faut tracer un nouveau point sur le globe. Ensuite, il est possible de rejoindre ces points au crayon. Interprétation : Sur le modèle, le pôle eulérien est le point où sont rattachées les deux plaques. Les déplacements des plaques sur la Terre, qui est une sphère, sont des rotations à partir d un axe eulérien (et non de simples translations). L axe eulérien est l axe passant par le centre de la Terre autour duquel la plaque tourne. Cet axe virtuel traverse la surface du globe en deux points appelés pôle eulérien de rotation. En fonction de la distance au pôle eulérien, la vitesse linéaire sera différente pour une même vitesse angulaire selon la relation : V = R ω avec V= vitesse linéaire en m/s, R = rayon du cercle (distance à l axe de rotation) et ω = vitesse angulaire en rd/s (π rd = 180 ). Au niveau du pôle eulérien de rotation, R=0 donc V= 0. Plus on s éloigne du pôle, plus R augmente et plus V augmente. Conclusion : Pour un même système de failles, la vitesse angulaire est la même. En revanche, les vitesses linéaires sont donc différentes. Ce sont ces vitesses linéaires d'expansion différentes qui forcent les plaques rigides à se rompre du fait d'un cisaillement et à faire donc apparaître un système de failles. Si les plaques n étaient pas rigides, elles se déformeraient et il n y aurait donc aucune rupture. Les failles transformantes sont donc bien la preuve de la rigidité de plaques se déplaçant sur une sphère (dont l'axe est un axe Eulérien).

27 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Des plaques lithosphériques en mouvement Première S Ainsi donc, expansion océanique et subduction rythment le mouvement des plaques lithosphériques. Ce mouvement incessant de plaques rigides et cassantes à la surface du globe doit pouvoir se visualiser à travers d autres phénomènes géologiques. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer comment les alignements volcaniques intraplaques appelés points chauds et les grandes failles transformantes cisaillant les planchers océaniques apportent des éléments complémentaires au modèle de la tectonique des plaques. Partie 1. Etude d un point chaud Points chauds : bloc diagramme 3D (400 km de largeur centré l axe Kilauea La Pérouse Evaluation vitesse de mouvement de la plaque Evaluation de la vitesse de la plaque pacifique V = 2451 km / 27 Ma soit 2451 / 27 = 90 mm/an

28 Reconstitution de la dynamique de l archipel 27 Ma 10 Ma 1 : Midway (27 Ma) 2 : Necker (10 Ma) 3 : Kilauéa (Actuel) 0 Ma Partie 2. Les failles transformantes et le modèle des plaques tectoniques

29 Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Première S Balises GPS et forages océanographiques confirment le modèle La tectonique des plaques, initiée par Wegener, s impose comme cadre de pensée en géologie. Les recherches actuelles permettent de consolider le modèle et de répondre à des questions encore non résolues. Votre mission (si vous l'acceptez ) sera de montrer comment la tectonique des plaques permet d expliquer les résultats de recherches menées par les géologues d aujourd hui. MATERIEL : Clé USB avec logiciel Educarte (étude de cas atlantique sud ) Partie 1. Exploration océanographique à bord du Joides Resolution Des navires spécialisés permettent de réaliser des carottages profonds dans les sédiments qui recouvrent le plancher océaniques. Le résultat de ces expéditions (notamment la campagne JOIDES en 1969) nous est précieux car ils viennent confirmer le modèle établi de la tectonique des plaques. A partir de Educarte, repérez les sites de carottages de la mission. Estimez la distance qui sépare chaque site de l axe de la dorsale médio-atlantique. Analyser, pour chaque site, le contenu du carottage (épaisseur et âge des sédiments). Appeler le professeur. sur votre compte rendu : Réaliser un graphique de l'âge des plus vieux sédiments en fonction de leur distance à la dorsale. En utilisant le cadre du modèle de la tectonique des plaques, commentez l'épaisseur et l'âge des sédiments prélevés par les différents carottages. Evaluer une vitesse d expansion pour l'atlantique Sud à partir de ces nouvelles données (comparer votre résultat à la vitesse évaluée à l aide du paléomagnétisme rémanent du basalte sous jacent dans l atlantique sud).. Etape 2 : Mobilité des plaques tectoniques suivie par GPS Le modèle de la tectonique ne se contente pas de découper la surface terrestre en plaques plus ou moins grandes, mais précise aussi leur mouvement relatif. On peut aujourd hui vérifier et quantifier avec précision ce mouvement par la technique des GPS. En effet, des balises GPS sont installées à terre et permettent de mesurer avec une précision suffisante le mouvement des masses continentales. Rechercher des données en temps réel de balises GPS sur Educarte. Choisir judicieusement des couples de balises afin de pouvoir mesurer les mouvements relatifs de certaines plaques. On pourra s intéresser plus particulièrement à l Islande, l Indonésie, le Pérou, les îles Fidji, le Japon, la Californie Sur votre compte-rendu Présentez deux données GPS illustrant le mouvement relatif de deux plaques. Calculez (option calcul vitesse) le mouvement relatif des plaques. Reportez ces données sur la carte. Compléter votre carte avec des données d autres groupes. Identifiez alors la nature des frontières de plaques (divergence, convergence, coulissage, autre ) Employer des techniques d observation Utiliser des techniques bio ou géologiques Utiliser des modes de représentation Adopter une démarche explicative Compétences personnelles

30 EduCarte Etude de cas atlantique sud IODP Evaluation vitesse > v = 2324 km pour 110 Ma soit 21,7 mm/an EduCarte : données GPS Estimation vitesse par calcul du vecteur vitesse Pour balise MAS1 : Nord/17,70 mm/an et Est / 16,08 mm/an > direction NE à 23,9 mm/an

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques. Introduction Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

EduCarte - Prise en main

EduCarte - Prise en main EduCarte - Prise en main Objectifs : > Découvrir EduCarte, un Système d Information Géographique dédié à la sismologie > Cartographier la localisation d épicentres de séismes locaux > Cartographier la

Plus en détail

Volcanisme et tectonique des plaques

Volcanisme et tectonique des plaques Volcanisme et tectonique des plaques Le volcanisme Le volcanisme est un phénomène naturel menaçant, mais il peut être aussi fascinant. Pour certaine civilisation, l attraction des volcans est grande. Elle

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014)

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications interactives et modules Géosciences Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) ACCES (EA 3749, IFÉ-ENS de Lyon) F. Morel-Deville, A. Rivière,

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre I] Des éruptions volcaniques différentes CHAPITRE 2 LES VOLCANS : EFFETS ET CAUSES Quelles sont les manifestations d une éruption volcanique? Quelles sont

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe En 1912, le sismologue allemand Beno Gutenberg est le premier à détecter une discontinuité entre le manteau inférieur et le noyau externe de la Terre à

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment l Homme gère-t-il les séismes et les volcans? Sommaire Séquence 3 Tu viens de voir comment les séismes et les éruptions volcaniques se manifestaient, mais tu peux te demander quelles sont les conséquences de ces manifestations de la Terre pour l Homme.

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE SESSION 008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE Proposition de corrigé et barème. Olympiades des géosciences

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 3 En 4 parties Sommaire 1. Les bandes d anomalies magnétiques 2. Les bandes d anomalies magnétiques : exemples de levers 3. Les bandes d anomalies magnétiques

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification

C.1.1 : Je sais m identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification Partie du programme : LA TERRE CHANGE EN SURFACE : EFFETS DE L ACTIVITE INTERNE DE LA PLANETE Titre : Répartition des séismes et des volcans Nom de l outil TICE : SISMOLOG Construire une carte de la répartition

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE Université Mohammed V Agdal, Faculté des Sciences de Rabat Département des Sciences de la Terre et de l Univers Pr. Driss FADLI Filières SVI et STU Semestre S1 (module1) (2005/2006) 1 Eléments de cour

Plus en détail

La structure interne du Piton de la Fournaise

La structure interne du Piton de la Fournaise Benoît Taisne ST 2 La structure interne du Piton de la Fournaise Eruption du 27/03/2001 Tuteurs : Michel Semet et Benoît Villemant Sommaire Introduction p 2 I Principes des méthodes utilisées A L étude

Plus en détail

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction Chiadmi Hamid Sami Cherradi TP SVT: Intro : Les chaines de montagne sont des lieux de convergence lithosphériques. Ces zones d affrontement entre deux lithosphères renferment des informations qui permettent

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN :

SISMOLOG I - PRISE EN MAIN : SISMOLOG Cet article comprend deux parties, la première est destinée à entrer rapidement dans le logiciel, la deuxième, apportant des informations complémentaires, permet une utilisation plus avancée de

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

DEUST Géosciences Module de géophysique

DEUST Géosciences Module de géophysique DEUST Géosciences Module de géophysique Université de la Nouvelle Calédonie Séance 1 : Introduction à la géophysique J. Collot Service géologique de Nouvelle Calédonie DIMENC julien.collot@gouv.nc 1 Séance

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Bâtiment de Sciences Google Map Antenne GPS sur le toit Data Logging Room

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans "rouges" : (exemple : Le Piton de la Fournaise).

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans rouges : (exemple : Le Piton de la Fournaise). LE VOLCANISME. Introduction : La Terre possède sur les cinq continents plus de 1500 volcans (et bien davantage sous les océans) qui sont aujourd hui considérés comme actifs ; chaque année en moyenne 60

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 EPREUVE ECRITE DE GÉOLOGIE ENS : PARIS - LYON - CACHAN Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 MEMBRES

Plus en détail

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME

L ACTIVITE DE LA PLANETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME TITRE L CTIVITE DE L PLNETE ENGENDRE DES RISQUES POUR L HOMME Classe : quatrième Durée : 2 séances de 50 minutes La situation problème Document 1 : Photos prises le 15 avril 2010 dans un aéroport européen

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al.

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al. Géothermie à Soultz-sous-Forêt : application au programme de TS d après la formation PAF 2012/2013 «Géothermie et propriétés thermiques de la Terre» Marie Tromp Armelle Baldeyrou-Bailly Biblio: Fond scientifique:

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide Vincent Courtillot Université Paris 7 et Institut de Physique du Globe de Paris Institut Universitaire de France Les

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS.

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS. SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE CLERMONT- FERRAND, GRENOBLE, LIMOGES, LYON, MONTPELLIER, ORLEANS-TOURS. Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page

Plus en détail

Namazu se jette à l eau!

Namazu se jette à l eau! Défi Namazu 2015 épisode III Enoncé des énigmes : 12/01/2015, retour des réponses : 16/03/2015 à namazu@geoazur.unice.fr Namazu se jette à l eau! Repus de chocolat (voir épisode 2), Namazu entreprend de

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique. Outil de détermination de note. 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse

CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique. Outil de détermination de note. 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse CORRIGE partie I sur 8 points : le réflexe myotatique Cas général Outil de détermination de note 1 Synthèse réussie Synthèse maladroite Pas de synthèse 2 Eléments scientifiques suffisants Eléments scientifiques

Plus en détail

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil Manuel pages 19 à 34 Choix pédagogiques Les conditions de visibilité d un objet étant posées et la présentation de l œil réalisée, il s agit d étudier maintenant les mécanismes optiques de fonctionnement

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG.

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES DE BESANCON, DIJON, NANCY-METZ, NANTES, REIMS et STRASBOURG. Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation LA GEOLOCALISATION Mise en situation Connaître sa position a toujours été une préoccupation de l homme qui a développé les moyens nécessaires pour s orienter et se déplacer. LA GEOLOCALISATION Sommaire

Plus en détail

Plateau continental Communication de la Norvège relative à certains secteurs de l océan Arctique, de la mer de Barents et de la mer de Norvège Résumé

Plateau continental Communication de la Norvège relative à certains secteurs de l océan Arctique, de la mer de Barents et de la mer de Norvège Résumé Plateau continental Communication de la Norvège relative à certains secteurs de l océan Arctique, de la mer de Barents et de la mer de Norvège Résumé Oljedirektoratet 2006 ISBN 82-7257-658-9 2 Résumé 3

Plus en détail

Prospection géophysique

Prospection géophysique Prospection géophysique Projet Géothermie 2020 François Martin Michel Meyer Mobile: +41 76 569 17 07 Mobile : +41 76 532 26 28 www.geo2x.com www.sig-ge.ch www.geothermie2020.ch - 1 - Qu est-ce que la géothermie?

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias)

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) La présence de certaines roches dans le sous-sol peut permettre de reconstituer le milieu dans lequel celles-ci se sont

Plus en détail

Chapitre V : Structure de la terre, volcanisme, séismes et tectonique des plaques

Chapitre V : Structure de la terre, volcanisme, séismes et tectonique des plaques Chapitre V : Structure de la terre, volcanisme, séismes et tectonique des plaques Structure de la terre Seule la partie superficielle de la terre est susceptible de prises d'échantillons ; les forages

Plus en détail

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE P. Patrier Mas Lien : http://sfa.univ-poitiers.fr/geosciences/ (ressources pédagogiques) Quelques définitions. Gê : terre - thermos : chaleur Géothermie : «C est l utilisation

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Figure 1.1.1 : La Terre vue de l espace

Figure 1.1.1 : La Terre vue de l espace 1 Structure de la Terre 1.1 Géodésie et gravimétrie 1.1.1 Forme de la Terre La géodésie, c est l étude de la forme de la Terre et la mesure de ses dimensions. Etre à la surface de la Terre n est pas la

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les séismes DOSSIER D INFORMATION. risques naturels majeurs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Les séismes DOSSIER D INFORMATION risques naturels majeurs Introduction Le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier et qui cause le plus

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail