L ÉCLAIRAGE NATUREL POUR LES NULS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ÉCLAIRAGE NATUREL POUR LES NULS"

Transcription

1 Par Mathieu Leclerc, ing., PA LEED BD+C, de PAGEAU MOREL L ÉCLAIRAGE NATUREL POUR LES NULS PHOTO 1 C TOIT EN DENTS DE SCIES À LA MOUNTAIN EQUIPMENT COOP (MEC) DE LONGUEUIL AUJOURD HUI, IL FAUT TIRER PROFIT DE L ÉCLAIRAGE QUE NOUS PROCURE LE SOLEIL, NON SEULEMENT POUR MINIMISER NOTRE CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ, MAIS AUSSI POUR AMÉLIORER NOTRE CONFORT. «Lorsque l on cherche à optimiser l efficacité de la vision tout en tenant compte des coûts d opération d un bâtiment, il est inévitable que l éclairage artificiel soit la source d éclairement principale. La lumière naturelle devient un luxe.» 1 Voilà les propos du fondateur de l International Association of Lighting Designers, Derek Phillips, tirés de son ouvrage populaire Lighting Design in Architecture paru en 1964! À peu près n importe qui, aujourd hui, jugerait les propos de M. Phillips troublants, mais il faut comprendre que les pays riches vivaient à cette époque un boom industriel sans pareil. L efficacité dont il était question couvrait, en fait, deux volets : améliorer (croyait-on) les conditions de travail des employés non pas pour les rendre heureux, mais bien plus efficaces ; et puis, produire sans relâche, jour et nuit, sans dépendre de son environnement. POURQUOI REVENIR À L ÉCLAIRAGE NATUREL? L apport de l éclairage naturel dans la conception des bâtiments peut nous 14 ÉLECTRICITÉ QUÉBEC / Avril 2012

2 sembler bien récent, mais son étude remonte au moins au 1 er siècle avant J.-C. L architecte romain Vitruve, qu on pourrait considérer comme l un des pères de l architecture, en traitait d ores et déjà dans ses œuvres maintenant vieilles de plus de ans! À l époque, lorsqu il n y avait pas d éclairage artificiel, la lumière du jour régulait l horaire de travail des gens. Aujourd hui, principalement avec la venue de l éclairage fluorescent, l éclairage nous provenant du soleil a été relégué à un rôle plus architectural, esthétique. Il va de soi que le soleil fournit à l intérieur, lorsque correctement redirigé, un éclairage volumétrique ou ambiant et des variations des plus intéressantes en termes de couleurs et d intensité. Pourtant, on devrait aussi y avoir recours pour ses qualités scientifiques, les humains étant des animaux très visuels (80 % du cerveau est dédié à cette seule tâche 2 ) qui évoluent comme tout autre en fonction de leur environnement extérieur. Il est donc logique de chercher à maintenir le contact avec ce dernier. L activité du corps humain dépend d un cycle nommé rythme circadien. Le témoignage le plus évident de ce rythme est le cycle veille-sommeil. Il est entièrement régi par nos horloges biologiques, mais peut être perturbé par des facteurs externes comme le décalage horaire, l alimentation et, bien sûr, l exposition à la lumière artificielle. Le rythme circadien affecte donc notre vivacité et notre sommeil, notre croissance et notre développement, nos fonctions neurologiques et immunitaires. Nos neurotransmetteurs, quant à eux, sont soit activés par la lumière du jour, soit par la noirceur intrinsèque de la nuit. Dans le noir, ce sont les hormones liées au sommeil, à l humeur, à la puberté, à l intelligence, à l apprentissage et à la mémoire qui sont sécrétées. À la lumière du jour, ce sont les hormones associées à l impulsivité, à la faim, à la motivation, à la musculature, EQ_Half_pg_Horzntl_SPL_FA2.qxd 9/14/11 4:42 PM Page 1 au calme, à la concentration et à l inhibition qui sont transmises dans le corps. Il devient donc facile de comprendre à quel point il est important de maintenir un équilibre sain dans notre apport d éclairage naturel. Plusieurs études ont démontré qu en évoluant dans un environnement éclairé naturellement, les étudiants performent mieux à l école, les employés sont plus productifs, les cas de dépression diminuent, les ventes augmentent dans les magasins et surtout, la consommation énergétique est réduite (ainsi que notre empreinte écologique). COMMENT? Après avoir démontré que l éclairage naturel est bénéfique pour l humain, il faut réussir à l acheminer à l intérieur de nos bâtiments généralement hermétiques. On retrouve en premier lieu les puits de lumières ou lanterneaux (skylight). Ils ont l avantage d être VENTURE LIGHTING LONGÉVITÉ AVEZ-VOUS TOUJOURS RÊVÉ D UN SYSTÈME D ÉCLAIRAGE DURABLE? L ANCEMENT DE LA SUPER PULSE START Long Life (SPL) La série de lampes longue durée Pour plus d informations sur ce nouveau produit et comment Venture peut faire une évaluation de vos installations, aller à VentureLighting.com/SPL Durée de vie de 40,000 Heures Excellente Tenue du Flux Lumineux (Lumens) Solution de modernisation idéale Entretien réduit Brevet en instance Disponibles de Watts Une lampe halogène qui dure si longtemps, c est Super! 2011 Venture Lighting International. Venture Lighting and Ballastronix are registered trademarks of Venture Lighting International VLC-0017A ÉLECTRICITÉ QUÉBEC / Avril

3 (Suite de la page 15) PHOTO 2 C TOIT EN DENTS DE SCIES VU DE L INTÉRIEUR, MEC DE LONGUEUIL indépendants de l orientation du bâtiment, permettent à la lumière de pénétrer plus profondément dans le bâtiment et la plupart ne sont pas éblouissants. Ils ont toutefois un impact majeur sur la structure du toit, sont limités aux bâtiments à un seul étage (ou au dernier étage) et ne proposent pas un éclairage uniforme. Il existe certains dispositifs permettant de faire pénétrer plus effi cacement la lumière fonctionnant sur le même principe que le puits. Il s agit de tubes réfléchissants. Ils ont l avantage d éclairer plus d un étage et sont plus efficaces d un point de vue thermique, ils contrôlent un peu mieux la lumière émise, mais le concept reste toujours le même et nous savons aujourd hui qu il est loin d être optimal. Effectivement, à notre latitude, les rayons du soleil pénètrent directement dans le puits en été, et peinent à y entrer en hiver. Or, un bâtiment nordique idéal profiterait plutôt du rayonnement en hiver afin de se chauffer naturellement, et chercherait à éviter les gains en été puisque ceux-ci s ajouteraient à sa charge de climatisation. Les ouvertures verticales dans des murs, ou fenêtres, sont quant à elles très limitées en ce qui concerne la pénétration dans le bâtiment, sont soumises à l orientation de ce dernier, ont les mêmes problèmes de transfert thermique que le puits et sont souvent éblouissantes. Elles ont toutefois un avantage considérable sur les puits : elles procurent une vue sur l extérieur. Cet aspect n est certainement pas négligeable, et peut vous gratifier d un crédit dans le système de notation LEED. Qu importe, le concept optimal consiste plutôt à combiner ces deux stratégies C est là qu interviennent les claires-voies (appelées clerestory en anglais), soit des ouvertures verticales, mais au niveau du toit. Cela produit en fait un toit en dents de scie 16 ÉLECTRICITÉ QUÉBEC / Avril 2012

4 (Suite de la page 17) (voir les photos 1 et 2), un peu à la manière des vieilles usines. Lorsqu il est bien orienté, celui-ci produit une lumière diffuse très uniforme, évite l éblouissement et permet de garder contact avec l extérieur. À l instar des puits, les claires-voies ne conviennent qu aux bâtiments d un étage. Une bonne solution dans les bâtiments de grande hauteur serait d installer des fenêtres aux points cardinaux nord et sud, et le plus en hauteur possible. En fait, en cherchant à concevoir un immeuble maximisant l apport d éclairage naturel, et en tenant compte des occupants et des systèmes électromécaniques, nous obtiendrions un édifice allongé sur l axe est-ouest muni de fenêtres principalement sur les faces nord et sud. Dans tous les cas, on peut appliquer certains artifices au verre afin d en modifier les propriétés de transmission et de réflexion de la lumière, mais aussi les caractéristiques thermiques. Il existe aussi d autres technologies intéressantes comme le vitrage photovoltaïque, les stores motorisés, le verre intelligent et le verre diffusant. Il est vrai que l augmentation des superficies vitrées peut augmenter les pertes de chaleur. Par contre, en utilisant des sources d énergie hautement efficaces, telles que la géothermie, on obtient une réduction globale de la consommation d énergie tout en aug- TABLEAU 1 D ÉCONOMIES RELIÉES À L AUGMENTATION DE LA PRODUCTIVITÉ POUR UN IMMEUBLE À BUREAUX DE PIEDS CARRÉS COÛTS D EXPLOITATION Coût annuel par pied carré 1,80 $ Coût annuel total $ COÛTS RELIÉS AU PERSONNEL Salaire annuel moyen + bonus $ Espace moyen occupé par un employé 150 pi 2 Estimé du nombre d occupants de l immeuble 667 Coût annuel moyen relié au personnel 233 $/pi 2 Coût annuel total relié au personnel $ ÉCONOMIES Valeur d une augmentation de 6 % de la productivité Ratio de la productivité vs les coûts en énergie 14 $/pi 2 Source : Exemple de David Gottfried, «Economics of green buildings», Présenté à OG&E Electric DPMM_EQ_4_annonces:Layout 1 30/11/08 Services, 15:15 octobre Page fois Un combo incontournable Fiers partenaires depuis 20 ans Gatineau Jonquière Montréal Québec Dale Parizeau Morris Mackenzie et la Corporation des maîtres électriciens du Québec s Assurances automobile et habitation s Assurance des entreprises s Assurance des administrateurs et dirigeants 18 ÉLECTRICITÉ QUÉBEC / Avril 2012

5 mentant l apport de lumière naturelle. Ultimement, un système d éclairage naturel doit répondre à ces cinq critères : 1 Minimiser l apport direct de rayons solaires dans les espaces de travail, mais en permettre ailleurs, dans une certaine mesure, pour des raisons esthétiques. 2 Minimiser le ratio d éclairement maximum/minimum (idéalement 3:1). 3 Éviter les contrastes autour des ouvertures servant à l éclairage naturel. 4 Éteindre ou diminuer (par gradation) l éclairage artificiel lorsqu il n est pas requis. 5 Fournir une vue vers l extérieur. MATIÈRE À RÉFLEXION Je termine le tout avec une analyse M très intéressante et définitivement pertinente tirée d un cours suivi Y au Lightfair 2011 à Philadelphie : surcm une période de 30 ans, les salaires MY des employés valent en moyenne 92 % des frais d exploitation CY d une compagnie, laissant 8 % CMY pour l opération et le maintien du K bâtiment et de ses systèmes. Petit calcul rapide, une augmentation de 1 % dans la productivité des employés vaut plus cher que la facture énergétique annuelle du bâtiment (voir le tableau à la page 18). Pensez-y! C K Par Mathieu Leclerc, ing., PA LEED BD+C M. Leclerc est ingénieur pour PAGEAU MOREL. On peut le joindre par téléphone au ou par courriel à Références 1. Traduction libre, extrait de «Lighting Design in Architecture», 1964, McGraw Hill 2. «Achieving Sustainable Design Goals through Optical Daylighting Strategies», Neall Digert, Ph.D., MIES, Todd VandenBurg, AIA, LEED AP, 2011, Lightfair 2011 Philadelphia ÉLECTRICITÉ QUÉBEC / Avril

Certifications LEED / HQE (Eclairage)

Certifications LEED / HQE (Eclairage) Sylumis 3, Rue Victor Cousin 77127 Lieusaint www.sylumis.com Certifications LEED / HQE (Eclairage) LEED HQE 7 Chapitres (5 principaux + 2 bonus) 14 Cibles 4 niveaux de performances 3 niveaux de performances

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire!

Tendance Brise-soleil Vétisol. Matières à Protection Solaire! Tendance Brise-soleil Vétisol Matières à Protection Solaire! Le S oleil, ou comment s en protéger? Le soleil émet un rayonnement froid qui transporte uniquement de l énergie. C est l absorption de ce rayonnement

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

Flare. Confort et rendement garantis par les LED

Flare. Confort et rendement garantis par les LED Flare Confort et rendement garantis par les LED Flare Downlights et spots à technologie LED Flare, un concept de design unique Mun* product design Flare est une famille complète de downlights et de spots

Plus en détail

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent.

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Sentez-vous bien. Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Profitez de températures confortables, faites des économies d énergie, bénéficiez de la lumière naturelle et augmentez jusqu à 41% le

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

DESIGN INTÉGRÉ + DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL. MICHEL LAUZON, architecte et associé principal

DESIGN INTÉGRÉ + DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL. MICHEL LAUZON, architecte et associé principal DESIGN INTÉGRÉ + DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL MICHEL LAUZON, architecte et associé principal SOMMAIRE 1. DESIGN INTÉGRÉ A. LIGNES DIRECTRICES B. DÉFINITION DE L IDENTITÉ C. DESIGN ARCHITECTURAL D. COMMUNICATION

Plus en détail

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER

L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER FRANÇOIS CANTIN L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE UNE RELATION À OPTIMISER L OCCUPANT ET LA FENÊTRE L OCCUPANT ET LA FENÊTRE Sélection des verres Enveloppe CONFORT

Plus en détail

Le verre de l habitat durable.

Le verre de l habitat durable. Création Image & Stratégie Illustrations A. Lainé / P. Chédal Saint-Gobain Glass France RCS Nanterre B 998 269 211 - G1-DOC0001/07-12 90000 Sous réserve de modifications Le verre de l habitat durable.

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

CONNECTEZ-VOUS AU SOLEIL AU SOLEIL

CONNECTEZ-VOUS AU SOLEIL AU SOLEIL CONNECTEZ-VOUS CONNECTEZ-VOUS «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort visuel. La lumière

Plus en détail

Un des aspect écologique du projet se traduit en chiffres par un maximum de consommation

Un des aspect écologique du projet se traduit en chiffres par un maximum de consommation Comment construire d une façon intelligente en minimisant les coûts d entretien tout en maximisant l abondance naturelle des éléments comme le soleil et le vent? De plus, comment appliquer des principes

Plus en détail

Confort et économies avec la gestion de l Éclairage et des Stores

Confort et économies avec la gestion de l Éclairage et des Stores Confort et économies avec la gestion de l Éclairage et des Stores La lumière où il faut, quand il faut! Combiner la commande de l éclairage et des stores permet d obtenir un niveau d éclairement ambiant

Plus en détail

Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes. Étiquette énergie menuiserie

Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes. Étiquette énergie menuiserie Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes Étiquette énergie menuiserie Pourquoi une étiquette énergétique? Comprendre l étiquette énergie Exemples d étiquettes Étiquette

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

SCHOTT et l architecture

SCHOTT et l architecture SCHOTT et l architecture Verres antireflets SCHOTT Des solutions inédites en verre pour l architecture et le design Verres de décoration Eclairage par fibres optiques SCHOTT, groupe technologique international,

Plus en détail

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Aventa eco Aventa comfort compact comfort comfort RC vario * avec TG 1000 sinus. ** mode chaud possible à partir d une température extérieure

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC La géothermie Hôpital Rivière-des-Prairies Colloque-exposition SAN-TECH 2008 EN PARTENARIAT AVEC 1 Participants André Rochette Ecosystem Yvette Fortier HRDP Michel Lapointe HRDP 2 L Hôpital Rivière-des-

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Centre des opérations de transports collectifs certifié LEED argent de Saint John. Webinaire de la FCM 16 février 2012

Centre des opérations de transports collectifs certifié LEED argent de Saint John. Webinaire de la FCM 16 février 2012 Centre des opérations de transports collectifs certifié LEED argent de Saint John Webinaire de la FCM 16 février 2012 Table des matières Aperçu du projet et des objectifs Comment ce projet est-il devenu

Plus en détail

GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie.

GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie. GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie. GridSense est la technologie intelligente d avenir permettant d aborder le tournant énergétique. Elle contrôle les appareils électriques tels que les

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Vitrages isolants hautes performances

Vitrages isolants hautes performances RIOU Glass Infos Vitrages isolants hautes performances Les vitrages isolants fonctionnels peuvent être 2 à 3 fois plus performants que des vitrages isolants standards, en termes d isolation thermique ou

Plus en détail

Dôme- Structure Gonflable. Description technique

Dôme- Structure Gonflable. Description technique Dôme- Structure Gonflable Description technique Description générale Les structures gonflables, ou dômes gonflables, permettent de couvrir des enceintes sportives de façon temporaire ou permanente, quelle

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS Lumière dynamique LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS L apport de dynamique dans l intensité, la couleur et la répartition de la lumière (artificielle) a de nombreuses applications. Vous

Plus en détail

Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec)

Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec) Aperçu du projet : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec) Ce document présente les caractéristiques du triplex Abondance Montréal : le Soleil, l une des propositions sélectionnées dans le cadre

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014.

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. 1. Présentation du Projet. Objectif du projet: Réduire

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE

HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON TARIF ET DOCUMENTATION TECHNIQUE HIGH INTENSITY DISCHARGER KIT XENON KIT XENON - EQUIPO XENON - SATZ XENON LES AVANTAGES En comparant

Plus en détail

MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction

MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction Un article rédactionnel de Fribourg, le 04 août 2010 Un standard MINERGIE pour des constructions saines et écologiques MINERGIE-ECO Quand la santé passe par la qualité de la construction Construire une

Plus en détail

Article Technique. Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis

Article Technique. Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis Article Technique Evaluation de scénarii énergétiques sur le parc scientifique de Sophia-Antipolis Introduction Dans le cadre du projet SMART MED PARK un outil de simulation a été développé afin de permettre

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains AÉROVOLTAÏQUE V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains Photos non contractuelles www.gseintegration.com L'alliance des économies d'énergie et du confort thermique Édito L énergie solaire est indispensable

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable SANTE ET CONFORT Bruxelles Environnement ASSURER LE CONFORT VISUEL Magali BODART UCL Architecture & Climat 7 mars 2013 Formation mise en œuvre par le Centre Urbain Objectif

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

Ecodis aerotech. créateur d espace de confort

Ecodis aerotech. créateur d espace de confort Renforce l isolation thermique et acoustique tout en assurant une meilleure diffusion de la lumière naturelle U g = 0,75 W/m².K Ecodis aerotech créateur d espace de confort conception - fabrication - installation

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

isolation thermique Fenetres, Portes, Volets bois, Volets roulants Portails, Portes de garage Baies vitrees fenetres de toit

isolation thermique Fenetres, Portes, Volets bois, Volets roulants Portails, Portes de garage Baies vitrees fenetres de toit Nous intervenons sur tous les aspects de votre confort intérieur : isolation thermique et phonique, menuiseries extérieures, menuiseries intérieures, autant d aménagements qui vous permettront de profiter

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRIQUE DE VOS MEUBLES FRIGORIFIQUES?

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRIQUE DE VOS MEUBLES FRIGORIFIQUES? COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRIQUE DE VOS MEUBLES FRIGORIFIQUES? Dans un magasin d alimentation générale, la production de froid liée aux meubles frigorifiques de vente est le poste de dépenses

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr Vers un bureau à INTelligence Consortium Mars 2007 1 Projet de recherche Un consortium de 3 partenaires, pour concevoir et développer d le 1 er concept de Bureau à INTelligence : un projet de recherche

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Champions. TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! de la construction commerciale et industrielle. Hors série

Champions. TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! de la construction commerciale et industrielle. Hors série Champions de la construction commerciale et industrielle VOLUME 1 NUMÉRO 1 POUR VOS PROJETS DE CONSTRUCTION COMMERCIALE ET LA MAINTENANCE DE VOS IMMEUBLES : TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! PP 41614528

Plus en détail

2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011

2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011 2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011 Façades bioclimatiques - le rôle des protections solaires Ghislain Descamps Chargé d affaires Tertiaires Rhône Alpes A propos de la BA

Plus en détail

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES IP66, étanche à l eau et à la poussière. Corps en fonte d aluminium injecté, dissipateur thermique intégré Traitement anti-corrosion titanium, visserie inox traitement PCS.

Plus en détail

Guide des Tubes Fluorescents

Guide des Tubes Fluorescents GE Lighting Guide des Tubes Fluorescents Le choix de l efficacité énergétique pour toute application Réglementations de l UE À compter du 13 avril 21, de nouvelles réglementations européennes seront applicables

Plus en détail

Les panneaux solaires thermiques

Les panneaux solaires thermiques Les panneaux solaires thermiques Le principe de fonctionnement d un capteur solaire est de récupérer l énergie thermique que procure le soleil. Ce sont des grands panneaux que l on pose généralement sur

Plus en détail

Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché?

Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché? Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché? Patrick Martineau, ing. Colloque des gestionnaires techniques du logement social et communautaire 12 mars 2014 CONTENU DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

L écoénergie et le CSTPQ

L écoénergie et le CSTPQ L écoénergie et le CSTPQ Principes et applications Véronic Francoeur-Castilloux, ing. et Jocelyn Caux, ing., M.Sc. Collaboration: M. Michel Bochud Survol de la présentation 1 PRINCIPES: L écoénergie, c

Plus en détail

4.1. Consommation annuelle d énergie par les systèmes de chauffage. ( ) k

4.1. Consommation annuelle d énergie par les systèmes de chauffage. ( ) k CHAPITRE 4 Méthodes BIN et degrés-jours 4.1. Consommation annuelle d énergie par les systèmes de chauffage Coefficient de transmission de chaleur d un bâtiment Ce coefficient dépend des pertes de chaleur

Plus en détail

Dispositifs d éclairage naturel

Dispositifs d éclairage naturel Dispositifs d éclairage naturel "L'expérience plastique que devait représenter l'accès au Panthéon mérite qu'on s'y arrête.(...) L'entrée plongeait le visiteur - comme elle le fait encore de nos jours

Plus en détail

Nouvelle usine éco-responsable

Nouvelle usine éco-responsable Nouvelle usine éco-responsable Bibal investit dans un bâtiment d avenir Pour gérer sa croissance tout en respectant l environnement, Philippe BERTRAND, PDG des Cafés BIBAL, a pris le parti de construire

Plus en détail

Fiche descriptive de l activité

Fiche descriptive de l activité Fiche descriptive de l activité Titre : Rendement du panneau solaire Classe : Terminale STI 2D Durée : 40 min Type d activité (expérimentale, documentaire, ) : activité documentaire Contexte d utilisation

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

PSA PEUGEOT - CITROËN. Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN. Sans restriction d'utilisation

PSA PEUGEOT - CITROËN. Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN. Sans restriction d'utilisation Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN E0.0.0.G ICS : 9..0, 29..0 Sans restriction d'utilisation Page /9 AVANTPROPOS Le calcul des niveaux d éclairement se

Plus en détail

Hager innove pour. l efficacité énergétique

Hager innove pour. l efficacité énergétique Hager innove pour l efficacité énergétique Le groupe Hager développe et commercialise des solutions accompagnées de multiples services pour la distribution sécurisée et intelligente de l énergie électrique

Plus en détail

FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT

FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT FAKRO, DES FENETRES DE TOIT AVEC UNE LONGUEUR D AVANCE 10 CONSEILS POUR CHOISIR UNE FENETRE DE TOIT FAKRO fut créé en 1991 et est le deuxième plus grand fabriquant de fenêtres de toit au niveau mondial.

Plus en détail

Ce printemps, rafraîchissez l isolant de votre grenier Mars 2010

Ce printemps, rafraîchissez l isolant de votre grenier Mars 2010 Ce printemps, rafraîchissez l isolant de votre grenier (EN) Alors que les froides journées de l hiver sont passées, on peut enfin se réjouir de l arrivée du printemps et de la chaleur. Pour bon nombre

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Présenté par : Sonia Veilleux, Ambioner 28 avril 2014 Introduction Le principe de base dans la gestion des matières 1. Réduire 2. Réutiliser

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006!

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006! Économies d énergie et énergies renouvelables Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Le crédit d impôt? Il est fait pour moi! Illustrations : Claire Laffargue Les nouvelles dispositions

Plus en détail

Stores Luxaflex : Les économiseurs d énergie. Tout savoir sur leurs étonnantes performances

Stores Luxaflex : Les économiseurs d énergie. Tout savoir sur leurs étonnantes performances Stores Luxaflex : Les économiseurs d énergie Tout savoir sur leurs étonnantes performances Les fenêtres sont des gouffres énergétiques Avant l arrivée des doubles vitrages réputés pour leur efficacité

Plus en détail

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com Comment tbien utiliser les vitrages d aujourd hui d h Les multiples capacités de calibration des performances LucJoubert consultant SeniorenVitrages Luc Joubert, consultant Senior en Vitrages, Synergia

Plus en détail

Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux

Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux 2ème forum bois construction, Beaune 2012 Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux C. Delgado-Rodoz 1 Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

be tween Un design épuré pour une colonne LED polyvalente et raffinée Caractéristiques - luminaire options

be tween Un design épuré pour une colonne LED polyvalente et raffinée Caractéristiques - luminaire options Design: Pearl Creative Caractéristiques - luminaire Etanchéité du bloc optique: IP 65 (*) Résistance aux chocs (verre): IK 08 (**) Tension nominale: 230V 50Hz Classe électrique: I ou II (*) Poids (module):

Plus en détail

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie MÉMOIRE TECHNIQUE COMBIOSOL Juillet 2011 Un bâtiment basse consommation d énergie ne se comporte pas comme les bâtiments traditionnels. Aussi, une modélisation

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Le LUX en mode économie d énergie

Le LUX en mode économie d énergie Séminaire Bâtiment Durable : Le LUX en mode économie d énergie 5 mars 2015 Bruxelles Environnement Panel technologique des systèmes d éclairage Jean-Michel DESWERT, Technology Manager - Lighting Laboratoire

Plus en détail

Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion

Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion ÉTÉ 2011 VOLUME 26 NUMÉRO 2 Refroidisseurs et récupération d énergie : le projet du 1801 McGill Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion à la chaufferie de Technocell Installation d écrans

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE

Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE Innovation + Qualität www.volets-roulants.ch Une protection solaire avec une plus-value Les modules certifiés RUFALEX-MINERGIE Innovation & Qualité De la rentabilité en termes d environnement et de budget

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Odace+ Place au confort

Odace+ Place au confort Odace+ Place au confort Odace+ La simplicité qui change tout de confort de souplesse de simplicité d économies d énergie Avec Odace+, Schneider Electric apporte une solution accessible pour le contrôle

Plus en détail

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI OFFRE DE FORMATIONS 1 Photo : www.celine Lecomte.com TROUSSE LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE Photo : seir+seir, Creative Commons LA CARAVANE

Plus en détail