Examination of an internal space illuminance variability. Application to a side-lit office working space

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Examination of an internal space illuminance variability. Application to a side-lit office working space"

Transcription

1 / Examination of an internal space illuminance variability Application to a side-lit office working space Jérémy Lebon, Nahon Raphaël, Thibaut Vermeulen, Benoît Beckers Séminaire Avenues Mai 4

2 / Context and objectives Luminous decomposition applied to an internal space Long term Objectives How to guarantee the luminous comfort in an internal space? How to give to architects some design guidelines to guarantee luminous comfort?

3 / Context and objectives Internal space spatial configuration Reflexion coefficients on the surfaces: R =.

4 / From irradiance to illuminance Radiometric: measure of physical quantities characteristic of a source. Physical quantity Energetic flow Irradiance Energetic intensity Radiance Unit W W.m W.sr W.m.sr Photometric: sensitivity of the retina to the energy of a source. Physical quantity Unit Luminous flow lm Illuminance lux = lm.m Luminous intensity cd = lm.sr Luminance cd.m = lm.m.sr V λ sensitivity curve

5 From irradiance to illuminance Luminous efficacy [Vatianen ] : K = E G = Km 78 8 G λv λ dλ Gλ dλ Perez Luminous efficacy model [Perez 99, Perez 99, Mardalievic 999, Dumortier ]: Direct luminous efficacy: K b = max(,a i (ǫ) + b i (ǫ)w + c i (ǫ)exp(5.7θ z 5) + d i (ǫ) )lm/w Diffuse luminous efficacy: K d = a i (ǫ) + b i (ǫ)w + c i (ǫ)cos(θ z) + d i (ǫ)ln( ) lm/w 4/

6 Heliodon short wave computational model [Nahon 4] 5/ Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute radiosity equation on each of the scene patches

7 Heliodon short wave computational model [Nahon 4] 5/ Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute radiosity equation on each of the scene patches

8 Typical Meteorological Year [Sandia 5] N = 9 Quantities to describe typical weather relative to: Dry bulb temperature Dew point temperature Wind velocity Global radiation Assessing one month performance over one quantity: FS = n δ i n i= δ i is the absolute difference between the CDFs n is the daily reading in a month Month performances over all quantities: Nj= w i FS i Building the Typical Meteorological Year: - Select the 5 closest months for each criterion - Evaluate the persistance of mean dry bulb temperature, daily global irradiation, - Select the twelve most significant months and smooth the values between them. Data w i Max dry bulb temp /4 Min dry bulb temp /4 Mean dry bulb temp /4 Max dew point temp /4 Min dew point temp /4 Mean dew point temp /4 Max wind velocity /4 Mean wind velocity /4 Global radiation /4 6/

9 Heliodon short wave computational model [Beckers ] 7/ Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute radiosity equation on each of the scene patches

10 8/ Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute the form factors between each of the scene patches Compute radiosity equation on each of the scene patches

11 9/ Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute radiosity equation on each of the scene patches

12 / Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh A Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches θ Compute recieved irradiance for each of the scene patches φ y Compute illuminance from irradiance B x Compute radiosity equation on each of the scene patches F A,B = B B A cos(θ)cos(ϕ) V(x,y)dAdB πr

13 / Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute radiosity equation on each of the scene patches F dai,b = π Ω Xi B cos(ϕ)v(x,y)dω

14 h h h Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Eclairement moyen issu du rayonnement direct (day : 65, 4 h) x Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute the form factors between each of the scene patches N y 4 x Eclairement moyen issu du rayonnement diffus (day : 65, 4 h) x 5.5 Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance N 4 y x Eclairement moyen issu du rayonnement réfléchi (day : 65, 4 h).5 x 4.5 Compute radiosity equation on each of the scene patches N 4 y x /

15 / Heliodon short wave computational model Extract from meteorological measurements database Direct, Diffuse irradiances Sky mesh Scene mesh Distribute direct and difffuse irradiance on the sky vault Compute recieved irradiance for each of the scene patches Compute illuminance from irradiance Compute the form factors between each of the scene patches B E ρ F ρ F... ρ F n B B. = E. + ρ F ρ F.... B... B n E n ρ nf n ρ nf n... ρ nf nn B n ρ= reflexion coefficient F ij = form factors B i = illuminance. E i = luminous exitance. Compute radiosity equation on each of the scene patches

16 4/ Illuminance variation Outside illuminance variability Internal illuminance variability (center of the space) Hours Direct Illuminance x 4 Frequencies Diffuse illuminance histogram on calculation point 8 Hours Diffuse Illuminance x Global Illuminance x 4

17 5/ Luminous confort assessment Useful Daylight Illuminance [Mardaljevich 996]: lux UDI lux UDI based performance criterion: n e ρ = %t i S i i= %t i = t UDI T : ratio of yearly hours in UDI interval on yearly daytime S i : element surface.

18 6/ Model calibration Mesh convergence curve Sky vault discretization convergence curve ρ ρ Meshsize Numbersof cells

19 7/ Optimal zone Number of hours of comfortable illuminance (day : 65, 4 h) 8 9 y N x

20 8/ Conclusions and Perspectives Assessing space and time variation of the data using a full stochastic approach and compare with the TMY based results. Are the results obtained by TMY useful to take design decision? What are the most sensitive design variables to UDI performance? May we guide daylight design using optimization strategies? (Providing an UDI guarantee?)

21 9/ Le schémas d implémentation choix d une période de calcul et d un pas de temps. Par exemple, on choisit de calculer sur toute l année standard (65 jours) et on considère un pas de temps de min. Une fois les maillage du ciel et de la scène réalisée, on calcule pour chaque pas de temps la position du soleil et les facteurs géométriques associés (facteurs de vue du ciel et facteurs de vue) pour chaque élément de la scène. La première phase du calcul consiste à calculer la lumière reçue du ciel par chacune des facettes à chaque pas de temps à partir des données météorologiques. Le idl est alors considéré comme un corps noir. La lumière directe reçue par les facettes de la scène est calculée en fonction de la position du soleil à chaque pas de temps, et des facteurs de vue du ciel correspondants. Les facteurs de forme sont calculés à chaque pas de temps. Dans le cas où le pas de temps choisi est inférieur à celui des mesures fournies par la base de donnée, on transpose sur les pas de temps intermédiaires, la valeur de l irradiance directe correspondante à l heure pleine inférieure. La répartition de l irradiance diffuse l irradiance diffuse est alors issue du modèle de ciel de Pérez. Sa répartition est modifiée à chaque pas de temps. les irradiances globales et diffuses résultent des deux précédentes. La conversion des modèles d irradiance en illuminance, s effectue à cet étape du calcule. Les irradiances produites (globales, directes et diffuses) sont converties en illuminances en les multipliant par le facteur d efficacité lumineuse correspondant. 4 La seconde phase du calcul consiste à résoudre l équation de la radiosité. Selon les résultats souhaités le terme d exitance sera tantôt exprimé en W/m, tantôt en lux. L équation de la radiosité fournit les résultats x points de calculs. Les valeurs entre les points sont obtenus de manière automatique par interpolation via un algorithme natif de matlab. Cet artefact nous permet d obtenir des cartes de couleur mais les seules valeurs calculées sont au point de calculs.

22 Modèle de ciel de Perez A partir de Modeling Skylight illuminance from Routine Irradiance Measurements Illuminance relative: lv = f(ζ,γ) = [ + aexp(b/cos(ζ))][ + cexp(dγ) + ecos(γ )] où ζ est l angle zénithale du point considéré, γ l angle entre le point considéré et la position du soleil. Les coefficients a, b, c, d, e sont donnés en fonction des conditions de ciel. Lv est la luminance du point observé. Elle s obtient à partie de lv par normalisation de la luminance zénithalelvz. La luminance zénithale est obtenue à partir de l irradiance diffuse et des conditions de ciel: Lvz = I d [a i + c i cos(z) + c i exp( Z) + d i ] Lv = Lvzf(ζ,γ)/f(,Z) où Z est l angle zénithal du soleil en radians. Lv = lvevd/( hemisphere du ciel f(ζ,γ)cos(ζ)dω) où ω est l angle solide différentiel. Coefficient a: son signe détermine un horizon sombre (a<) où un horizon clair (a>) par rapport au zénith. L amplitude du gradient horizon-zénith est proportionnel à la valeur absolue de a. Coefficient b: Il sert à ajuster le gradient de luminance près de l horizon. Coefficient c: sa valeur est proportionnelle à à l intensité relative de l auréole solaire. Coefficientd: prend en compte l étendue de l auréole solaire. Coefficient e:prend en compte l intensité relative de la lumière rétrodiffusée reçue à la surface de la Terre Clarté du ciel (Perez): ǫ = [(Eed + Ees)/Eed +.4Z ]/[ +.4Z ] Brillance du ciel (Perez): = meed/ees où Ees est l irradiance directe,eed est l irradiance diffuse horizontale,es est l irradiance normale extra-terrestre et m l indice optique de l air. (Cette formulation est très dépendente du site.) Les 5 coefficients sont traités comme des fonctions de ǫ, et Z. Soit x = a, b, c, d ou e, x = x (ǫ) + x (ǫ)z + x (ǫ) + x 4 (ǫ)z] sauf pour les coefficients c et d du premier intervalle de ǫ: c = exp[( (c + c Z))] c 4 d = exp[ (d + d Z)] + d + d 4 Les termes x i (ǫ) sont des fonctions discrètes de ǫ. /

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS Dominique GROLEAU Laboratoire CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d'architecture de Nantes rue Massenet,

Plus en détail

1st AIAA Sonic Boom Prediction Workshop

1st AIAA Sonic Boom Prediction Workshop 1st AIAA Sonic Boom Prediction Workshop January 11, 2014 National Harbor, Maryland Franck DAGRAU Summary of cases analyzed Body Of Revolution 69 degrees delta wing body Lockheed Martin 1021 Test cases

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Théorie et Historique du rendu 3D Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Programme Cours 1 Physique de la lumière // La lumière en architecture

Plus en détail

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg Journée technique Outil COLUROUTE Mesure des propriétés de réflexion des matériaux Valérie Muzet Cerema - DTerEst - LR Strasbourg COLUROUTE COefficient de LUminance des ROUTEs Sommaire Introduction et

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf. Ventilation Biological treatment Thermal desorption...

Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf. Ventilation Biological treatment Thermal desorption... Water movements in frozen soils Gilles Lefebvre Samir Kaced Saïd Makhlouf 1.On site treatment 2. Out site treatment Physical Chemical Biological... 3. In situ treatment Excavation Ventilation Biological

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

2013-01 NOTE TECHNIQUES DES INCENDIE. From: Technical Inspection Services Origine : Services d inspection technique Date: March 2013 Date : Mars 2013

2013-01 NOTE TECHNIQUES DES INCENDIE. From: Technical Inspection Services Origine : Services d inspection technique Date: March 2013 Date : Mars 2013 TECHNICAL INSPECTION SERVICES Department of Public Safety 460 Two Nations Crossing, Suite 100 Fredericton, NB E3A 0X9 Phone: (506) 444-4493 2013-01 FIRE TECHNOTE Fax: (506) 457-7394 NOTE TECHNIQUES DES

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

RefLED Superia MR16. RefLED Superia MR16 7W 460LM 830 40 SL APERÇU DU PRODUIT

RefLED Superia MR16. RefLED Superia MR16 7W 460LM 830 40 SL APERÇU DU PRODUIT 0026342 Caractéristiques de la gamme High light output of - 345 useful lumens = 35W MR16 Halogen, 430 useful lumens = 40W MR16 Halogen 80% Energy saving vs. halogen MR16 means fast payback Coolfit technology

Plus en détail

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens Théorie et Historique du rendu 3D Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens Maison Van der Vaeren, Dupuis Jacques 1961 Cours 1 Physique de la lumière Programme

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Le système Électrique dans la Transition Énergétique Évolution technologique, évolution du comportement Christophe KIENY. www.tenerrdis.

Le système Électrique dans la Transition Énergétique Évolution technologique, évolution du comportement Christophe KIENY. www.tenerrdis. Le système Électrique dans la Transition Énergétique Évolution technologique, évolution du comportement Christophe KIENY www.tenerrdis.fr Évolution du système électrique Evolution de la règlementation

Plus en détail

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes M. Nick, R. Cherkaoui, M. Paolone «Le réseau électrique de demain» - EPFL, 21.05.2015 Table

Plus en détail

GROUND COMPUTER NETWORK PRINCIPLES APPLIED TO SPACE AVIONICS: THE CNES EXPERIMENT

GROUND COMPUTER NETWORK PRINCIPLES APPLIED TO SPACE AVIONICS: THE CNES EXPERIMENT Centres de Compétence Technique Informatique & Réseaux Embarqués CCT IRE WORKSHOP GROUND COMPUTER NETWORK PRINCIPLES APPLIED TO SPACE AVIONICS: THE CNES EXPERIMENT 24th of April 2014. 9AM to 12AM. Toulouse

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Techniques de modélisations de l irradiation solaire sur un plan incliné

Techniques de modélisations de l irradiation solaire sur un plan incliné Techniques de modélisations de l irradiation solaire sur un plan incliné S. Benkaciali #, K. Gairaa * # Unité de recherche appliquée aux énergies renouvelables, Centre de développement des énergies renouvelables,

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Can operational planning decrease distribution costs? - La gestion prévisionnelle pour diminuer les coûts de distribution?

Plus en détail

DC Forum - Coppet, le 17 septembre 2014. Avesco - Energy Systems. Gian Franco Broggi Loris Buess

DC Forum - Coppet, le 17 septembre 2014. Avesco - Energy Systems. Gian Franco Broggi Loris Buess DC Forum - Coppet, le 17 septembre 2014 Avesco - Energy Systems Gian Franco Broggi Loris Buess Avesco Une entreprise familiale Fondé en 1869 6 e génération 3 400 employés Chiffre d affaire 2013 : 910 MioCHF

Plus en détail

Un flash est composé de quatre éléments principaux:

Un flash est composé de quatre éléments principaux: Un flash est composé de quatre éléments principaux: Un tube à décharge qui produit la lumière. Un condensateur qui stock l énergie. Un dispositif électronique de régulation. Une source d énergie. Un flash

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Performances d une centrale à concentrateur de Fresnel de moyenne puissance sur sites Algériens

Performances d une centrale à concentrateur de Fresnel de moyenne puissance sur sites Algériens Mediterranean Journal of Modeling and Simulation MJMS 01 (2014) 035 044 Performances d une centrale à concentrateur de Fresnel de moyenne puissance sur sites Algériens H. Beltagy a, D. Semmar a, et N.

Plus en détail

PSA PEUGEOT - CITROËN. Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN. Sans restriction d'utilisation

PSA PEUGEOT - CITROËN. Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN. Sans restriction d'utilisation Normes Biens d'equipement ECLAIREMENT DES LOCAUX METHODEDECALCUL REGLES D'ENTRETIEN E0.0.0.G ICS : 9..0, 29..0 Sans restriction d'utilisation Page /9 AVANTPROPOS Le calcul des niveaux d éclairement se

Plus en détail

Les luminaires LED pour le tertiaire et l'industrie sur le grill

Les luminaires LED pour le tertiaire et l'industrie sur le grill Les luminaires LED pour le tertiaire et l'industrie sur le grill Jean-Michel Deswert Jean-michel.deswert@laborelec.com 0477/70 24 96 24-10-2014 Laborelec Laboratoire d éclairage Laboratoire accrédité ISO

Plus en détail

Pipeline Graphique. Transforma)ons de modélisa)on. Illumina)on (Shading) Transforma)ons d affichage. Clipping. Transforma)on écran (Projec)on)

Pipeline Graphique. Transforma)ons de modélisa)on. Illumina)on (Shading) Transforma)ons d affichage. Clipping. Transforma)on écran (Projec)on) Pipeline Graphique Pipeline Graphique de Modèle de la scène Image 3D Transformations de modélisation de Application des transformations de composition de scène : Passage du système de coordonnées local

Plus en détail

M O D É L I S AT I O N DE LA T E M P É R AT U R E DA N S

M O D É L I S AT I O N DE LA T E M P É R AT U R E DA N S M O D É L I S AT I O N DE LA T E M P É R AT U R E DA N S L ES P R ÉA L P ES VAU D O I S ES Gauthier Sandoz, master en biogéosciences Sous la direction de: Prof. Antoine Guisan & Jean-Nicolas Pradervand

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

Dispositifs d éclairage naturel

Dispositifs d éclairage naturel Dispositifs d éclairage naturel "L'expérience plastique que devait représenter l'accès au Panthéon mérite qu'on s'y arrête.(...) L'entrée plongeait le visiteur - comme elle le fait encore de nos jours

Plus en détail

Figure 2 : lumière visible.

Figure 2 : lumière visible. A LA DÉCOUVERTE DES IMAGES COULEUR. 1 OBJECTIF DE CE TRAVAIL. Le travail qui vous est proposé ici consiste à manipuler des images couleurs et à découvrir les liens qui unissent les espaces de représentation

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

Fiche descriptive de l activité

Fiche descriptive de l activité Fiche descriptive de l activité Titre : Rendement du panneau solaire Classe : Terminale STI 2D Durée : 40 min Type d activité (expérimentale, documentaire, ) : activité documentaire Contexte d utilisation

Plus en détail

Air quality management in Lyon

Air quality management in Lyon Air quality management in Lyon Monitoring, modelling, informing Comité de Coordination pour la Contrôle de la pollution Atmosphérique dans la Région Lyonnaise 3, allée des Sorbiers 69500 BRON Tél: 04 72

Plus en détail

SGGPLANITHERM ULTRA N Verre à couche à faible émissivité

SGGPLANITHERM ULTRA N Verre à couche à faible émissivité SGGPLANITHERM ULTRA N Verre à couche à faible émissivité SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT Isolation Thermique Renforcée SGGPLANITHERM ULTRA N L isolation thermique atteint les sommets.

Plus en détail

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11 Association des Doctorants du campus STIC Séminaires doctorants 11 07 mars 2007 Actes édités par l association des doctorants du campus STIC. Les travaux individuels publiés restent l unique propriété

Plus en détail

Le LUX en mode économie d énergie

Le LUX en mode économie d énergie Séminaire Bâtiment Durable : Le LUX en mode économie d énergie 5 mars 2015 Bruxelles Environnement Panel technologique des systèmes d éclairage Jean-Michel DESWERT, Technology Manager - Lighting Laboratoire

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

Project PROBA. Working Group Belgian Grid. 18.11.2013 Vanessa De Wilde

Project PROBA. Working Group Belgian Grid. 18.11.2013 Vanessa De Wilde Project PROBA Working Group Belgian Grid 18.11.2013 Vanessa De Wilde Agenda Problématique Etat de l art Projet PROBA Overview de la méthodologie Curtailment assessment Probabilistic assessment Risk indices

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment

Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment + Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment Fabian Tito Arandia Martinez Marie-Amélie Boucher Jocelyn Gaudet Maria-Helena Ramos + Context n Master degree subject:

Plus en détail

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

LANTERNE VFL540 LED CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES IP66, étanche à l eau et à la poussière. Corps en fonte d aluminium injecté, dissipateur thermique intégré Traitement anti-corrosion titanium, visserie inox traitement PCS.

Plus en détail

L énergie solaire apparaît comme une

L énergie solaire apparaît comme une Applications La Météorologie - n 5 - août 5 Une méthode d estimation du rayonnement solaire global reçu par une surface inclinée Application aux sites marocains R. Tadili et M. N. Bargach Laboratoire d

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Photométrie d un rétroprojecteur Doc. OPT-TP-02A (14.0) Date : 13 octobre 2014 TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur 1 But de l expérience Le but de ce TP est de : 1. comprendre le

Plus en détail

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Mis en œuvre par la: Modes de Financement des projets solaires en Tunisie Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Ghada Bel Hadj Ali Tunis, le 27 Octobre 2014 10.11.2014 Seite 1 Ce qu il

Plus en détail

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE Ingrid Van Steenbergen ODID Bureau conseil indépendant Economie d énergie en éclairage Bureau

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Rapport de mesures de lampes - le 17 février 2013 Barre de LED Vista par Lumoluce

Rapport de mesures de lampes - le 17 février 2013 Barre de LED Vista par Lumoluce Barre de LED Vista par Lumoluce Page 1 of 27 Récapitulatif des données mesurées Paramètres Mesure de la lampe Remarque Température de couleur 3861 K blanche chaude/neutre Brillance I_v 11383 Cd Mesurée

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Presentation and snapshot of achieved work FLEXIPAC meeting Bertrand Cornélusse, University of Liège December 2014 1 P L

Plus en détail

Utilisation des caméras thermiques dans la pratique

Utilisation des caméras thermiques dans la pratique Utilisation des caméras thermiques dans la pratique Considérations Générales Daniel Convers Agenda > Concepts de base des caméras thermiques > Portée et Mythes > Principes d'optimisation Concepts de base

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

BILAN du projet PEPS 1 EOLIN (Eolien LMI INSA)

BILAN du projet PEPS 1 EOLIN (Eolien LMI INSA) BILAN du projet PEPS 1 EOLIN (Eolien LMI INSA) Lab. de Math de l INSA de ROUEN FR CNRS 3335 et EA 3226 PLAN 1. Introduction 2. Bilan scientifique 3. Bilan financier 4. Conclusion 1 Introduction Le projet

Plus en détail

BAYESIAN OPTIMIZATION OF VISUAL COMFORT

BAYESIAN OPTIMIZATION OF VISUAL COMFORT BAYESIAN OPTIMIZATION OF VISUAL COMFORT THÈSE N O 3918 (2007) PRÉSENTÉE LE 15 NOVEMBRE 2007 À LA FACULTÉ DE L'ENVIRONNEMENT NATUREL, ARCHITECTURAL ET CONSTRUIT LABORATOIRE D'ÉNERGIE SOLAIRE ET PHYSIQUE

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Assurance Energies Renouvelables Eoliennes. Questionnaire pour des programmes risques opérationnels et pertes d exploitation

Assurance Energies Renouvelables Eoliennes. Questionnaire pour des programmes risques opérationnels et pertes d exploitation Assurance Energies Renouvelables Eoliennes. Questionnaire pour des programmes risques opérationnels et pertes d exploitation Renewable Energy Insurance Wind Turbines Proposal for Operational All Risks

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

Nombre de jours non conformes par zone Number of non-conforming days per zone

Nombre de jours non conformes par zone Number of non-conforming days per zone FR Qualité des mesures provisoires de quantité de gaz livrée aux PITD transmises aux GRD pour le calcul des allocations provisoires Nombre de jours non conformes par zone d équilibrage et par mois. Un

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces Lycée rançois Arago Perpignan M.P.S.I. - TD d optique n o Lentilles sphériques minces Exercice - Constructions de rayons émergents. Représenter les rayons émergents correspondants aux rayons incidents

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère Francés y inglés / Francese e inglese / Französisch und englischem FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère L EFI, située au cœur de Paris, dans le Marais, est à proximité des principales lignes

Plus en détail

7.1. Definition of the problem

7.1. Definition of the problem 7. MODÈLE OCDE/AIPCR D EVALUATION QUANTITATIVE DES RISQUES LIÉS AUX MARCHANDISES DANGEREUSES 7.1. Définition du problème Pour un tunnel existant le transport de marchandises dangereuses est autorisé sans

Plus en détail

Analyse technico économique d un système hybride (photovoltaïque/éolien) autonome pour le site d Adrar

Analyse technico économique d un système hybride (photovoltaïque/éolien) autonome pour le site d Adrar Revue des Energies Renouvelables Vol. 9, N 3 (2006) 127-134 Analyse technico économique d un système hybride (photovoltaïque/éolien) autonome pour le site d Adrar S. Diaf 1*, M. Haddadi 2 et M. Belhamel

Plus en détail

The Upper-Rheinvalley

The Upper-Rheinvalley The Upper-Rheinvalley 0 50 100 km Frankfurt Speyer Strasbourg Electricity generation from Enhanced Geothermal systems Rekuperator Turbine und Generator Filtration Kondensation Fernwärme Injektionspumpe

Plus en détail

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51.

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Eton Scale OR Norgine Risk Assessment Tool for constipation Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Instrument

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

Etude de cas de deux territoires genevois : Les Pâquis et Veyrier. Loïc Quiquerez Séminaire de recherche UNIGE 14.03.2013

Etude de cas de deux territoires genevois : Les Pâquis et Veyrier. Loïc Quiquerez Séminaire de recherche UNIGE 14.03.2013 Evaluation du potentiel solaire photovoltaïque et thermique dans un environnement urbain Etude de cas de deux territoires genevois : Les Pâquis et Veyrier Loïc Quiquerez Séminaire de recherche UNIGE 14.03.2013

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial Serge Smidtas Supelec Source de données L analyse commence lorsque les MicroArray ont été scannées. Des images, des logiciels (Genepix,

Plus en détail

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE :

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : 1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : La radioastronomie consiste en l étude d une partie du spectre électromagnétique*, les ondes radio, comprise entre 0,8mm et 15m de longueur d onde. 2) LA RADIOASTRONOMIE

Plus en détail

MICRO-GRIDS AND OTHER ALTERNATIVE MODEL FOR RURAL ELECTRIFICATION WILSON SELONY

MICRO-GRIDS AND OTHER ALTERNATIVE MODEL FOR RURAL ELECTRIFICATION WILSON SELONY MICRO-GRIDS AND OTHER ALTERNATIVE MODEL FOR RURAL ELECTRIFICATION WILSON SELONY 1 CONTENU Survol des énergies renouvelables Potentialité des ER en Haïti Intégration des énergies renouvelables Défis et

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Salah BEZARI 1*, Amor BOUHDJAR 2 1 Unité de Recherche Appliquée en Energies Renouvelables, URAER, Centre de Développement

Plus en détail

Mme BACHARI HOUMA Fouzia. bacharifouzia.ocean@gmail.com

Mme BACHARI HOUMA Fouzia. bacharifouzia.ocean@gmail.com Mme BACHARI HOUMA Fouzia bacharifouzia.ocean@gmail.com Monitoring et étude de la pollution dans les eaux marines et les sédiments superficiels de la côte algéroise: modélisation et impact sur l'environnement

Plus en détail

Probabilistic design of wastewater treatment plants

Probabilistic design of wastewater treatment plants Probabilistic design of wastewater treatment plants Thèse Mansour Talebizadehsardari Doctorat en génie des eaux Philosophiae doctor (Ph.D.) Québec, Canada Mansour Talebizadehsardari, 2015 RÉSUMÉ Dans cette

Plus en détail

Logiciel de Simulation P.V.

Logiciel de Simulation P.V. Rev. Energ. Ren. : Zones Arides (2002) 55-61 Logiciel de Simulation.V. A.Benatlallah 1 et R.Mostefaoui 2 Laboratoire des signaux et systèmes, Faculté des sciences, Université de Mostaganem 1 enseignant-chercheur

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Analyse d images introduction

Analyse d images introduction L3, option Image Analyse d images introduction http ://perception.inrialpes.fr/people/boyer/teaching/l3/ Elise Arnaud - Edmond Boyer Université Joseph Fourier / INRIA Rhône-Alpes elise.arnaud@inrialpes.fr

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Formation. L énergie dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Fiorenzo NAMECHE

Formation. L énergie dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Fiorenzo NAMECHE Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE Fiorenzo NAMECHE LIGHT TO LIGHT Lighting design & engineering LIGHT TO LIGHT Bureau indépendant

Plus en détail

Promold study. Reduce weight of material with the simulation. Consulting Services. Customer

Promold study. Reduce weight of material with the simulation. Consulting Services. Customer Promold study Consulting Services Customer Reduce weight of material with the simulation By Dr. LUYE jean- François (Imug Presentation) www.promold.fr 1 Goal Reduce cost of material Minimal weight =? Initial

Plus en détail

Lamia Oukid, Ounas Asfari, Fadila Bentayeb, Nadjia Benblidia, Omar Boussaid. 14 Juin 2013

Lamia Oukid, Ounas Asfari, Fadila Bentayeb, Nadjia Benblidia, Omar Boussaid. 14 Juin 2013 Cube de textes et opérateur d'agrégation basé sur un modèle vectoriel adapté Text Cube Model and aggregation operator based on an adapted vector space model Lamia Oukid, Ounas Asfari, Fadila Bentayeb,

Plus en détail

Fringes projection technique. measurements. Sommaire: -Concept - Technique - Solutions -Méthodes - Résultats - Autres applications - Conclusions

Fringes projection technique. measurements. Sommaire: -Concept - Technique - Solutions -Méthodes - Résultats - Autres applications - Conclusions firmness Sommaire: -Concept - Technique - Solutions -Méthodes - Résultats - Autres applications - Conclusions firmness Qui sommes nous? Mesure sans contact: Spécialisés dans la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

Miroirs avec des luminaires Illuminated Mirrors

Miroirs avec des luminaires Illuminated Mirrors Miroirs avec des luminaires Illuminated Mirrors TRIGA partners est une société tchèque importante agissant dans le domaine de traitement du verre plat. Elle s occupe du design, de l étude et du développement

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

Optimisation de la forme urbaine pour une meilleure utilisation de l énergie solaire

Optimisation de la forme urbaine pour une meilleure utilisation de l énergie solaire Optimisation de la forme urbaine pour une meilleure utilisation de l énergie solaire Jérôme Henri Kämpf et Darren Robinson Laboratoire d Énergie Solaire et Physique du Bâtiment (LESO-PB), École Polytechnique

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D Tutoriel première utilisation ICEM-CFD Couche limite et modification du maillage en 2D Création de points, lignes, surfaces, ajout d un trou à la surface pour simuler le comportement de l écoulement autour

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC TP SI Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC Durée 3h A. PROBLEMATIQUE Le bureau d études vous demande de vérifier la capacité d autonomie du système, pour un fonctionnement souhaité 24h/24h

Plus en détail