Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :"

Transcription

1 Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion α : extinction K : facteur diélectrique Z : réflectivité radar Hypothèses: - Diffusion simple - Pas d atténuation pour le RADAR - Propriétés optiques homogènes horizontalement dans et à l extérieur de la FOV Altitude Diffusion simple (DS) Diffusion multiple (DM) Couche homogène d hydrométéores Mesuré (si DS) Mesuré (si DM) Vrai Altitude Empreinte au sol ou Field of View (FOV) Log (coefficient de rétrodiffusion apparent)

2 Objectifs scientifiques Mieux interpréter les données LIDAR et RADAR Phase (liquide et ou solide, précipitations) Formes, tailles, orientation des cristaux (fonction de phase) Diagramme d antenne RADAR, divergence LASER, FOV Diffusion multiple («Streching effects», «Mirror images» ) Hétérogénéités «internes» horizontales («Non Uniform Beam Filling») Structures 3D des nuages (trous, bosses) Vitesse Doppler Comprendre les interactions 3D nuage/rayonnement polarisé Précipitations Surface Codes de transfert radiatif 3D polarisés (3DMCPOL, Cornet et al., ) Codes flexibles de générateurs de nuages 3D réalistes (3DCLOUD, Szczap et al., 1, GMDD)

3 3DMCPoLID : un simulateur LIDAR 3D polarisé basé sur 3DMCPOL(Cornet et al., ) Start : lancement d 1 paquet de photons 3DMCPOL (Cornet et al., ) est un simulateur de radiance au sommet de l atmosphère basé sur une méthode de Monte Carlo (forward method et locate estimate method) : Détermination de la distance parcourue par le photon oui Interaction? non Type d interaction : molécule, aérosol ou nuage? Sort du milieu? oui Par le haut? oui non Fin i) générateur de nombre aléatoire uniforme (,1) ii) utilisation de densités de probabilité iii) calculs de quantités moyennes à partir de plusieurs réalisations indépendantes de ii) Tirage aléatoire de la nouvelle direction suivie par le photon, à partir de la fonction de répartition de la fonction de phase Local estimate method : calcul de la contribution de la n ième diffusion Absorbé? non oui Sur un côté? non Réflexion sur surface non oui non Conditions aux limites cycliques Fin oui Fin paquet de photons suivant

4 3DMCPoLID : un simulateur LIDAR 3D polarisé basé sur 3DMCPOL(Cornet et al., ) Modifications de 3DMCPOL - Simulation du faisceau LASER de divergence (méthode de Box-Muller) - Simulation de la puissance rétrodiffusée en fonction de la distance - Méthodes de réduction de variance (VRM, Buras et al.,) Θ v Θ Θ v = Problème de la «locate estimate method» dans Fonctions de phase une configuration LIDAR/RADAR

5 3DMCPoLID : un simulateur LIDAR 3D polarisé basé sur 3DMCPOL(Cornet et al., ) Exemple en rétrodiffusion = configuration LIDAR Convergence de la radiance (I) et de la radiance polarisée en fonction du nombre de photon, de l utilisation d une méthode de troncature (TR) et de l utilisation de la méthode de réduction de variance de Buras et al,, (VRM)

6 3DMCPoLID : un simulateur LIDAR 3D polarisé basé sur 3DMCPOL(Cornet et al., )

7 3DCLOUD : un générateur flexible de stratocumulus, cumulus et cirrus (Szczap et al., 1, GMDD) Organigramme général de 3DCLOUD. Noter que l algorithme est décomposé en deux étapes distinctes

8 3DCLOUD : un générateur flexible de stratocumulus, cumulus et cirrus (Szczap et al., 1, GMDD)

9 3DCLOUD : un générateur flexible de stratocumulus, cumulus et cirrus (Szczap et al., 1, GMDD)

10 Effets des hétérogénéités 3D d un cirrus sur les mesures LIDAR (CALIOP/CALIPSO) 6 Optical depth at full resolution (5 m) LIDAR track Simulation de l observation LIDAR 3D - Extinction (5m) varie horizontalement à l intérieur et à l extérieur de la FOV ( m) Simulation de l observation LIDAR 1D - Extinction (5m) ne varie pas à l intérieur et à l extérieur de la FOV ( m) log(apparent backscatter) [m -1 sr -1 ] Vertical section of extinction [km -1 ] at full resolution (5 m) under LIDAR track 6 8 Apparent depolarization ratio

11 Effets des hétérogénéités 3D d un cirrus sur les mesures LIDAR (CALIOP/CALIPSO) Etude analogue au calcul du biais IPA (Independant Pixel Approximation) _ Cirrus Cirrus Que se passe-t-il si les fluctuations horizontales de l extinction sont connues à très haute résolution spatiale (5m) mais que l on suppose que les propriétés optiques sont constantes dans la FOV (m) et à l extérieure de la FOV? - au sommet du cirrus - _ ) _ - L écart type de l erreur 3D vs 1D diminue avec l échelle spatiale

12 Effets des hétérogénéités 3D d un cirrus sur les mesures LIDAR (CALIOP/CALIPSO) Optical depth at full resolution (5 m) LIDAR track Vertical section of extinction [km -1 ] at full resolution (5 m) under LIDAR track Optical depth at degraded resolution (5 m) LIDAR track Vertical section of extinction [km -1 ] at degraded resolution (5 m) under LIDAR track Simulation de l observation LIDAR 3D (5m) Simulation de l observation LIDAR 3D dégradée (5m) Simulation de l observation LIDAR 1D à partir du champ de l extinction dégradée (5m) log(apparent backscatter) [m -1 sr -1 ] - log(apparent backscatter) [m -1 sr -1 ] Apparent depolarization ratio.8 Apparent depolarization ratio

13 Effets des hétérogénéités 3D d un cirrus sur les mesures LIDAR (CALIOP/CALIPSO) Cirrus Cirrus Etude analogue au calcul du biais PP (Plan Parallèle) Que se passe-t-il si les fluctuations horizontales de l extinction sont inconnues à une échelle inférieure à 5 m et que l on suppose que les propriétés optiques sont constantes dans la FOV (m) et à l extérieure de la FOV? - _ * _ au sommet du cirrus - _ +, dans la partie basse du cirrus - _ * +, au sommet du cirrus - L écart type de l erreur 3D vs 1D diminue avec l échelle spatiale

14 Milestones (and 16) To implement variance reduction method into the 3D LIDAR simulator To implement the divergent polarized laser beam into the 3D LIDAR simulator To validate the 3D LIDAR simulator (comparisons with others polarized LIDAR simulator) To analyze Arctic campaign (ASTAR, SORPIC, POLARCAT, CLIMSLIP, RACEPAC) lien avec T1.6 (Delanoë et al.) To Characterize the multi-scale variabilities and the inhomogeneities of the optical/geometrical MPC properties To modify 3DCLOUD model to generate synthetic 3D MPC fields To evaluate the effects of 3D MPC fields on the apparent backscatter and on the apparent depolarization as measured by CALIOP and EarthCARE To modify the 3D LIDAR simulator into a 3D RADAR simulator To take into account of the DOPPLER phenomenon into the 3D RADAR simulator. Improvements/developments of 3D polarized LIDAR/RADAR simulator and 3D MPC cloud simulator

15 Bibliographie Buras R. and B. Mayer, : Efficient unbiased variance reduction techniques for Monte Carlo simulations of radiative transfer in cloudy atmospheres : The solution, J. Quant. Spectrosc. Rad. Transfer, 3-7. Cornet C., L. C-Labonnote and F. Szczap,, "Three-dimensional Polarized Monte- Carlo Atmospheric Radiative Transfer Model (3DMCPOL): 3D Effects on Polarized Visible Reflectances of a Cirrus Cloud", J. Quant. Spectrosc. Rad. Transfer 1, Hogan, R. J., 8: Fast lidar and radar multiple-scattering models: Part 1: Small-angle scattering using the photon. variance-covariance method. J. Atmos. Sci., 65, Szczap F., Y. Gour, T. Fauchez, C. Cornet, T. Faure, O. Jourdan and P.Dubuisson, A flexible three-dimensional stratocumulus, cumulus and cirrus cloud generator (3DCLOUD) based on drastically simplified atmospheric equations and Fourier transform framework, Yang, P., and K. N. Liou (16), Geometric-optics-integral-equation method for light scattering by nonspherical ice crystals, Appl. Opt., 35, , doi:.136/ao

Nuages et aérosols : principaux acteurs du Bilan Radiatif

Nuages et aérosols : principaux acteurs du Bilan Radiatif Complémentarité et représentativité des observations atmosphériques effectuées par instrumentation active et passive sur les nouvelles plates-formes spatiales Sébastien BERTHIER Soutenance de thèse de

Plus en détail

Le role des lidars dans 1'etude de 1'atmosphere 509. T a (0, r+dr) represente 1'epaisseur optique des elements absorbants, entre le sol et la zone

Le role des lidars dans 1'etude de 1'atmosphere 509. T a (0, r+dr) represente 1'epaisseur optique des elements absorbants, entre le sol et la zone 508 M.-L. Chanin depend Le role des lidars dans 1'etude de 1'atmosphere 509 T a (0, r+dr) represente 1'epaisseur optique des elements absorbants, entre le sol et la zone diffusante 510 M.-L. Chanin 2.2

Plus en détail

Ecole d'ete Systemes Optiques. Composants actifs. A. Carenco

Ecole d'ete Systemes Optiques. Composants actifs. A. Carenco Ecole d'ete Systemes Optiques Composants actifs A. Carenco CNETILaboratoire 94 Composants actifs 96 A. Carenco u en c Composants actifs 98 A. Carenco soil approximativement puisque r 63 E z «n~ 2 : alors

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses

Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses Assimilation de données de mésoéchelle pour la prévision des pluies intenses V. Ducrocq, Caumont, O., Brenot, H., Jaubert, G., Walpersdorf, A. (CNRM, LGIT) Plan de la présentation Développement d un système

Plus en détail

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France Natures Sciences Sociétés 11 (2003) 87 91 VIE SCIENTIFIQUE Mesures de l humidité des sols et du contenu en eau de la végétation par radar aéroporté > Estimation of soil moisture and vegetation biomass

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Inversion des formes d ondes altimétriques sur l Antarctique

Inversion des formes d ondes altimétriques sur l Antarctique Inversion des formes d ondes altimétriques sur l Antarctique D. Blumstein, F. Niño, F. Mercier, F. Remy Introduction 1.1 db 2.5 db Envisat Ku cycles 60-92 (3 ans) Traitement v2.1 AltiKa cycles 1-11 (1

Plus en détail

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2

Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 Test d'advection d'un pic Gaussien Distribution initiale Solution exacte (translation) U constant, nombre de Courant U dt/dx = 0,2 U Schéma amont (Godunov, 1952) c v c t i-1 i i+1 Test d'advection d'un

Plus en détail

Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application

Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application WMO / OMM Autorité du Bassin du Niger Projets Niger-HYCOS et Volta-HYCOS Module de formation en Débitmétrie 3ème partie : ADCP Principe de fonctionnement et application IRD - Unité OBHI (Observatoires

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

1ES Février 2013 Corrigé

1ES Février 2013 Corrigé 1ES Février 213 Corrigé Exercice 1 Le tableau ci-dessous renseigne sur les besoins en eau dans le monde : Population mondiale (Milliards d habitants) Volume moyen par habitant ( ) 195 2,5 4 1 197 3,6 5

Plus en détail

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices Combinaison cohérente de fibres amplificatrices C. Bellanger, A. Brignon, J. Colineau, JP. Huignard Thales Research & Technology Laboratoire Photonique Avancée Research & Technology Motivations Sources

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea www.irstea.fr IRSTEA Unité de Recherche Technologie et systèmes d information pour les

Plus en détail

Formation d image RSO

Formation d image RSO Formation d image RSO Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Formation d image RSO -Aperçu- Principes et géométrie RSO Équation radar Antennes, polarisation, gain d antenne, origines de

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

CARACTÉRISATION OPTIQUE ET GÉOMÉTRIQUE DES CIRRUS AU-DESSUS DE LILLE À PARTIR DE MESURES LIDAR SUR LA PÉRIODE 2008-2013

CARACTÉRISATION OPTIQUE ET GÉOMÉTRIQUE DES CIRRUS AU-DESSUS DE LILLE À PARTIR DE MESURES LIDAR SUR LA PÉRIODE 2008-2013 Lebanese Science Journal, Vol. 16, Special Issue, 215 23 CARACTÉRISATION OPTIQUE ET GÉOMÉTRIQUE DES CIRRUS AU-DESSUS DE LILLE À PARTIR DE MESURES LIDAR SUR LA PÉRIODE 28-213 Rita Nohra, Frédéric Parol

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Plan de la séance. Partie 4: Restauration. Restauration d images. Restauration d images. Traitement d images. Thomas Oberlin

Plan de la séance. Partie 4: Restauration. Restauration d images. Restauration d images. Traitement d images. Thomas Oberlin Plan de la séance Traitement d images Partie 4: Restauration Thomas Oberlin Signaux et Communications, RT/ENSEEHT thomasoberlin@enseeihtfr 1 ntroduction 2 Modélisation des dégradations Modèles de bruit

Plus en détail

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

5 Méthodes algorithmiques

5 Méthodes algorithmiques Cours 5 5 Méthodes algorithmiques Le calcul effectif des lois a posteriori peut s avérer extrêmement difficile. En particulier, la prédictive nécessite des calculs d intégrales parfois multiples qui peuvent

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Simulation numérique. pour le dimensionnement des systèmes lidars 07/04/2014. T. Ristorcelli 1, N. Rivière 2, L. Hespel 2 & G.

Simulation numérique. pour le dimensionnement des systèmes lidars 07/04/2014. T. Ristorcelli 1, N. Rivière 2, L. Hespel 2 & G. Simulation numérique pour le dimensionnement des systèmes lidars T. Ristorcelli 1, N. Rivière 2, L. Hespel 2 & G. Cazanave 1 1 Magellium, 2 ONERA Contact : thomas.ristorcelli@magellium.fr Plan de l exposé

Plus en détail

Caractérisation de la structure forestière. par TLS

Caractérisation de la structure forestière. par TLS Caractérisation de la structure forestière Module FTH 2013 par TLS Jean-Baptiste Deffontaines, Alexandra Gillespie, Cannelle Phillips Encadrants: G. Vincent et D. Sabatier Contenu Introduction et objectifs

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire UMR TETIS Cemagref-CIRAD-ENGREF PLAN 1. IMAGES AERIENNES ET SATELLLITALES a) Images sources pour les MNT b) Modes

Plus en détail

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses

Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Validation of LMDZ CMIP5 simulations: Comparison with EI reanalyses Methode de comparaison Proprietes nuageuses LMDZ Donnees AIRS Differentes

Plus en détail

Analyse des données individuelles groupées

Analyse des données individuelles groupées Analyse des données individuelles groupées Analyse des Temps de Réponse Le modèle mixte linéaire (L2M) Y ij, j-ième observation continue de l individu i (i = 1,, N ; j =1,, n) et le vecteur des réponses

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Programme Présentation générale : bilan et poursuite de chaque tâche Pôle Les nuages en Arctique G. Mioche

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Cryptage physique de données optiques de seconde génération

Cryptage physique de données optiques de seconde génération Cryptage physique de données optiques de seconde génération M. Nourine, Y. K. Chembo, M. Peil & L. Larger Groupe Optoélectronique, Département d Optique P.M. Duffieux, Institut FEMTO-ST, UMR CNRS 6174

Plus en détail

Caractérisation physique des cirrus à l aide de mesures locales issues d un lidar sur le site de Lille

Caractérisation physique des cirrus à l aide de mesures locales issues d un lidar sur le site de Lille Caractérisation physique des cirrus à l aide de mesures locales issues d un lidar sur le site de Lille Rita Nohra, Frédéric Parol, Philippe Dubuisson Laboratoire d Optique Atmosphérique université de Lille

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

Vision par ordinateur

Vision par ordinateur Vision par ordinateur Stéréoscopie par minimisation d'énergie Frédéric Devernay d'après le cours de Richard Szeliski Mise en correspondance stéréo Quels algorithmes possibles? mettre en correspondance

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Variables aléatoires continues

Variables aléatoires continues IUT Aix-en-Provence Année 204-205 DUT Informatique TD Probabilités feuille n 6 Variables aléatoires continues Exercice (La station-service) Dans une station-service, la demande hebdomadaire en essence,

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

Méso-NH côtés numérique et informatique

Méso-NH côtés numérique et informatique Méso-NH côtés numérique et informatique Stage Méso-NH Octobre 2006 Schéma leap frog explicite ρ ref ψ(t + t) = ρ ref ψ(t t) + 2 t S p (t) processus t t t t + t M T S temps (limitation du pas de temps par

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Hasard cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable (Petit Robert). Ce

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

Les nuages au cœur du système climatique

Les nuages au cœur du système climatique Les nuages au cœur du système climatique Interagissent avec le Rayonnement Modulent le Climat et la température de la Terre Interviennent dans la Chimie atmosphérique Interagissent avec les Aérosols, la

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

Conception et simulation des systèmes de production. Chapitre 7 Planification et gestion de projet

Conception et simulation des systèmes de production. Chapitre 7 Planification et gestion de projet Conception et simulation des systèmes de production Chapitre 7 Planification et gestion de projet Planification et gestion de projet Les 6 phases d un projet industriel : 1. L enthousiasme délirant sous-estimation

Plus en détail

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage

Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Approche modèle pour l estimation en présence de non-réponse non-ignorable en sondage Journées de Méthodologie Statistique Eric Lesage Crest-Ensai 25 janvier 2012 Introduction et contexte 2/27 1 Introduction

Plus en détail

Introduction aux Méthodes de Monte Carlo

Introduction aux Méthodes de Monte Carlo Méthodes de Monte Carlo pour la Modélisation et le Calcul Intensif Applications à la Physique Numérique et à la Biologie Séminaire CIMENT GRID Introduction aux Méthodes de Monte Carlo Olivier François

Plus en détail

Analyse de situations standards et extrêmes

Analyse de situations standards et extrêmes c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les

Plus en détail

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS Paris 7 QA 421-422 1992 93 THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS EXAMEN, t 0 = mardi 7 septembre 1993, 8h 30 t = 4 heures Il n est pas totalement inutile de lire l énoncé : les questions sont en principe, et parfois

Plus en détail

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Christophe FINOT Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, Université de Bourgogne, Dijon, FRANCE Ecole FEMTO 01 CAP HORNU 5-9

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales II. Simulations de dynamique moléculaire 1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs Relation avec la structrure (le modèle) expérimental(e)

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Mth2302B - Intra Été 2011

Mth2302B - Intra Été 2011 École Polytechnique de Montréal page 1 Contrôle périodique Été 2011--------------------------------Corrigé--------------------------------------T.Hammouche Question 1 (12 points) Mth2302B - Intra Été 2011

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir Question O1 Vous mesurez 180 cm, vous vous tenez debout face à un miroir plan dressé verticalement. Quelle doit être la hauteur minimale du miroir pour que vous puissiez vous y voir des pieds à la tête,

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Séminaire de tomographie ToRIID

Séminaire de tomographie ToRIID C N D R I N ondes truc tive Tes ting by Ionis ing R adiations Séminaire de tomographie ToRIID CPE LYON, 02/02/2009 TOMOGRAPHIE PAR DIFFUSION : LE A. Peterzol Projet SPIDERS I. INTRODUTION AU SUJET (formules

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

Simulations des Grecques : Malliavin vs Différences finies

Simulations des Grecques : Malliavin vs Différences finies 0.1. LES GRECQUES 1 Simulations des Grecques : iavin vs Différences finies Christophe Chorro Ce petit document vise à illustrer de manière numérique les techniques présentées lors du mini cours sur le

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Christian Seigneur Cerea Plan Dispersions lagrangienne et eulérienne Modèles gaussiens Modèles lagrangiens Modèles eulériens

Plus en détail

Analyse numérique de modes propres dans des réseaux finis et infinis : métamatériaux à large bande

Analyse numérique de modes propres dans des réseaux finis et infinis : métamatériaux à large bande Analyse numérique de modes propres dans des réseaux finis et infinis : Application aux réseaux UWB et aux métamatériaux à large bande Xavier Radu, Rosa Mateos, Nilufer Ozdemir, Christophe Craeye Metamateriaux

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Simulation de variables aléatoires S. Robin INA PG, Biométrie Décembre 1997 Table des matières 1 Introduction Variables aléatoires discrètes 3.1 Pile ou face................................... 3. Loi de

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

Application du lidar terrestre pour maximiser la valeur de l arbre sur pied

Application du lidar terrestre pour maximiser la valeur de l arbre sur pied Application du lidar terrestre pour maximiser la valeur de l arbre sur pied Chhun-Huor Ung 1 et Pierre Bédard 2 1 Centre canadien sur la fibre de bois, RNCAN-SCF 2 FPInnovations Lieu : Date : Forêt de

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE

CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CARACTÉRISTIQUES SYSTÈME MMT PORTABLE Leica Absolute Tracker AT901 et produits Leica-T Leica Absolute Tracker, Leica T-Cam et Leica T-Probe Environnement Température de travail

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail