Système d Observation HotVolc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système d Observation HotVolc"

Transcription

1 Système d Observation HotVolc Etude et surveillance de l activité volcanique par télédétection spatiale : la crise Islandaise (Eyjafjöll) Participants - Philippe Labazuy (Phys-Adj, OPGC ) : Responsable scientifique - Mathieu Gouhier (Post-doc CNES , LMV) : Traitements et quantification - Yannick Guéhenneux (Doctorat bourse MRT , LMV) : Suivi temps réel - Philippe Cacault (IE ITARF, OPGC) : Responsable technique réception et archivage informatique - Sandrine Rivet (IE ITARF, OPGC) : Responsable Base de données et site Web - Soutien du Service de Développement Technologique de l OPGC (6 ingénieurs/techniciens ITARF) Contexte Scientifique Le projet d étude de surveillance et d observation des volcans actifs par télédétection satellitale infrarouge a été initié en 2006, en synergie avec les autres thématiques de télédétection spatiale et sol développées au LMV (interférométrie radar, radars Doppler volcanologiques, DOAS, camera thermique), et récemment regroupées au sein d un Pôle Télédétection (Fig. 1), sous la responsabilité scientifique de A. Harris (recrutement Prof. sept. 2009). Figure 1. Le Pôle Télédétection et les différents SO «Panache volcanique» à l OPGC HVOS : HotVolc Observation System Le Système d Observation HotVolc (HVOS = HotVolc Observation System) est un service d'observation temps réel des anomalies thermiques liées à l activité des édifices volcaniques, et qui assure le suivi et la quantification des émissions de panaches de cendres à partir des données Météosat Seconde Génération (MSG, Fig. 2). Une convention permettant la réception et le droit à l'utilisation temps réel des données MSG a été signée entre EUMETSAT (European Organisation for

2 the Exploitation of Meteorological Satellites), Météo-France et l'opgc, avec installation, début 2009, d'une station de réception des données MSG au sein de l'opgc. Cette antenne nous permet aussi la reception des autres satellites géostationnaires localisés tout autour de la Terre, et constitue ainsi un formidable outil de surveillance des volcans sur l ensemble du globe (Fig. 2) HVOS (HotVolc Observation System) OPGC Clermont-Ferrand Figure 2. Carte de localisation des zones de surveillance associées aux différents satellites géostationnaires exploitable via l antenne de réception de l OPGC. Les objectifs du Système d Observation HotVolc sont focalisés sur les aspects qualitatifs de détection temps-réel d une part, et sur les problématiques d estimation de paramètres volcanologiques quantitatifs en quasi-temps-réel d autre part. Figure 2. Observations temps réel ou quasi-temps réel de HVOS (HotVolc Observation System) à l OPGC.

3 Détection : Temps-réel ( 15 min) Depuis quelques mois nous avons la capacité de fournir en temps-réel, c'est-à-dire avec un délai de 15 minutes environ, des données qualitatives pertinentes sur : - La détection d anomalies thermiques au sol indiquant le démarrage d une éruption : arrivée de magma en surface et suivi des phénomènes effusifs associés (cartographie des coulées de lave). - La discrimination des nuages de cendres, réalisée à partir de méthodes de différences spectrales (BTD) entre les bandes à 11µm et 12µm. Ce qui permet notamment de distinguer les nuages d eau et de glace, des nuages de cendres. Cette méthode nous permet donc de localiser et de suivre l évolution spatiale du panache de cendres toutes les 15 min. - La discrimination au premier ordre du nuage de SO 2 à partir des différences de températures de brillance entre les bandes à 8.7µm et 12µm. Le soufre est un gaz nocif et émis en grande quantité pendant les éruptions volcaniques. La combinaison de ces 2 méthodes de discrimination (cendres + SO 2 ) permet la réalisation d images RGB de compositions colorées complexes très discriminantes permettant la mise en évidence du panache volcanique (voir FIg. 4, crise Eyjafjöll 2010). La combinaison RGB utilisée est: R : 11-12µm (cendres volcaniques), G : µm (SO 2 ), B = 11µm. Quantification : Quasi-temps-réel ( 1 heure) Le développement d algorithmes d inversion des données MSG réalisé au LMV (Mathieu Gouhier Postdoc CNES), associé à l utilisation de modèles directs, ont permis le calcul et la cartographie 2D d une large gamme de paramètres quantitatifs volcanologique en quasi-temps-réel (voir Fig. 5, crise Eyjafjöll 2010) : - La concentration des cendres volcaniques dans le panache - La taille des cendres volcaniques dans le panache. - L altitude maximale du panache de cendres - Le flux et la masse totale de cendres émises à la source (évent éruptif) - L utilisation de données issues de satellites défilants comme Aura-OMI permettent l estimation quantitative (1 image/jour) des concentrations et des flux de SO2 volcaniques émis dans l atmosphère. D autre part, l utilisation de systèmes lidar sol (OPGC) ou satellite (Caliop-Calipso) nous permet de données des informations quantitatives sur l altitude et l épaisseur du panache, ainsi que sur les propriétés physiques des particules (ex. asphéricité). Suivi de la crise éruptive d Islande (avril-mai 2010) Le service HotVolc a assuré le suivi de l éruption l Eyjafjöll (Islande), pendant la période du 14 avril au 23 mai 2010 (http://wwwobs.univ-bpclermont.fr/so/televolc/hotvolc/islande_avril2010/). Nous avons notamment assuré la coordination centrale de la gestion de la crise éruptive du volcan islandais Eyjafjöll à l OPGC et au LMV : suivi temps réel et quantification du nuage de cendres, mise à disposition des données satellites, intégration et envoi d un communiqué quotidien (voir annexes)

4 sur l état d activité du volcan Islandais aux cellules de crise du Ministère (MEEDDM-CMVOA : MétéoFrance-VAAC, LMV/OPGC-IPGP) Figure 3 : Boucle de la cellule de crise du CMVOA mise en place à la demande du MEEDDM à partir du 16 Avril Nous avons aussi assuré la coordination des campagnes de mesures pour étudier le panache de cendres de l Eyjafjöll (ex. radar Doppler VOLDORAD, Lidar, Mesures physico-chimie du nuage sommet du Puy de Dôme, mesures aéroportées ATR42, Falcon, collab. Météo-France). Lors de cette crise, les deux composantes de l'opgc (Atmosphère et Terre) ont pu intervenir avec des outils complémentaires et pertinents (imagerie, lidar, plate-forme aéroportée), faisant ainsi la démonstration de la nécessité de faire le lien entre les deux composantes, au travers d un axe transverse à définir autour de la thématique de l étude et du suivi des nuages de cendres volcaniques. Au niveau national, la communauté volcanologique a été sollicitée par le gouvernement pour fournir des informations quantitatives sur le panache volcanique. Le service HotVolc développé à l'opgc est apparu comme le seul en France, en volcanologie, capable d obtenir en quasi-temps-réel des informations quantitatives sur le panache, à partir d'images satellitales. Ces données ont ensuite été complétées par la mise en œuvre d'un lidar et d'équipements pour les mesures dans le panache. Le suivi de l éruption de l Eyjafjöll (Islande) en avril-mai 2010 est une démonstration claire de l expertise de notre groupe en télédétection spatiale basée sur l imagerie dans l infrarouge et l ultraviolet, pour la caractérisation et la quantification des émissions volcaniques (cendres, aérosols) liées à une activité éruptive (1 article soumis ; 1 à soumettre ; 2 com. orales et 3 posters, depuis l éruption, en avril 2010). Exemples de résultats L éruption du volcan islandais (Eyjafjöll) a permis de tester et de valider le système d observation HotVolc (HVOS). Dès le 14 Avril 2010, date du début de l éruption, les images Météosat ont montré de grandes quantités de vapeur d eau et de cendres émises dans l atmosphère, qui résultent de l interaction de la lave en fusion avec le glacier sus-jacent, et expliquent par ailleurs la forte explosivité du dynamisme de l éruption. La figure 4a montre un exemple de composition colorée à 3 canaux mettant en évidence la trace du panache volcanique le 6 Mai, épisode paroxysmal de l éruption d avril-mai L acquisition à haute résolution temporelle de ces images nous a permis

5 de suivre le déplacement du panache sur la partie nord de l Europe, comme le montre l exemple de la figure 4b, entre le 14 et le 19 Avril. Figure 4. Surveillance temps réel MSG-SEVIRI de l éruption de l Eyjafjöll. a). Exemple de composition colorée à 3 canaux IR du capteur MSG-SEVIRI, mettant en évidence la présence de cendres en bleu foncé, le 06 mai 2010, à 14h00 TU. b). Représentation chronologique de surfaces affectées par la dispersion des cendres, cartographiées à partir des données MSG-SEVIRI et la trace ponctuelle du panache vu par le Lidar Caliop-Calispo au cours des premiers jours. Nos algorithmes d inversion des données MSG-SEVIRI ont permis l acquisition de paramètres quantitatifs fondamentaux comme la concentration, le rayon ou encore l altitude des cendres dans le panache (Fig. 5a,b,c). L utilisation du capteur UV Aura-OMI nous a permis de localiser et d estimer les concentrations de SO 2 dans le panache (Fig. 5d). Ces paramètres sont importants d une part pour l amélioration de la compréhension des mécanismes volcaniques sources. D autre part, ces données quantitatives sont indispensables en tant que «paramètres d entrée» des simulations de dispersion des panaches de cendres fournis par les VAACs (Volcanic Ash Advisory Centers). Nos algorithmes d inversion des données MSG-SEVIRI ont permis l acquisition de paramètres quantitatifs fondamentaux comme la concentration, le rayon ou encore l altitude des cendres dans le panache (Fig. 5a,b,c).

6 Figure 5. Distribution quantitative des produits volcaniques. L inversion des données Météosat-SEVIRI IR permet l estimation de divers produits volcaniques, comme (a) la concentration en cendres, (b) le rayon des cendres, (c) l altitude du panache de cendres et (d) la masse de SO 2 L utilisation du capteur UV Aura-OMI nous a permis de localiser et d estimer les concentrations de SO 2 dans le panache (Fig. 5d). Ces paramètres sont importants d une part pour l amélioration de la compréhension des mécanismes volcaniques sources. D autre part, ces données quantitatives sont indispensables en tant que «paramètres d entrée» des simulations de dispersion des panaches de cendres fournis par les VAACs (Volcanic Ash Advisory Centers). A partir des données de concentration massique au sein du panache il nous est possible d obtenir des informations à la source d émission, comme le flux de masse : un autre paramètre fondamental pour les modèles de dispersion des cendres volcaniques d une part, mais aussi fondamental pour la compréhension de l évolution du dynamisme en cours. Ainsi, nous pouvons obtenir la masse totale de tephra émise pendant l éruption (=2.3Mt) ce qui nous permet de caractériser l éruption de l Eyjafjöll par un VEI = 1-2. Figure 6. Séries temporelles du flux massique de cendres et de SO2 en Mt/jour calculé à partir des données quantitatives calculées sur les images Météosat.

7 Le suivi de l éruption de l Eyjafjöll (Islande) en avril-mai 2010 est une démonstration claire de l expertise de notre groupe en télédétection spatiale basée sur l imagerie dans l infrarouge et l ultraviolet, pour la caractérisation et la quantification des émissions volcaniques (cendres, aérosols, gaz) liées à une activité éruptive (2 article soumis ; 1 à soumettre ; 2 com. orales et 3 posters, depuis l éruption, en avril 2010). La capacité montrée par HotVolc lors de la crise du volcan islandais Eyjafjöll a été largement due à la présence de Mathieu Gouhier, chercheur post-doctoral qui bénéficie d un financement du CNES. Celui-ci, au travers de séjours dans des laboratoires de premier plan notamment aux USA, a acquis une expertise lui permettant de caractériser les panaches volcaniques à partir des données satellitales (identification des panaches, masse et granulométrie des cendres, masse de SO2). Dès le 14 avril, Mathieu Gouhier a été placé en première ligne dans la cellule de crise et a effectué, sans discontinuer depuis cette date, un travail de surveillance (récupération, traitement et modélisation des données, rédaction de rapports et communiqués, contribution à la mise à jour du site Web). L'expérience de cette crise a donc démontré qu il est crucial que la communauté scientifique française possède et développe des capacités pour suivre et caractériser l'activité volcanique à partir de données de télédétection). Or, ces techniques font déjà l'objet d'un développement important depuis quelques années au sein de l'opgc au sein du "Pôle de télédétection des volcans" (http://wwwobs.univ-bpclermont.fr/so/televolc/). Bilan et Prospectives Le cas précis de gestion de la crise du volcan islandais a démontré que les apports de la télédétection spatiale vont très largement au-delà de la zone immédiate de l'éruption, comme c est également généralement le cas au cours de la plupart des éruptions majeures. En l'occurrence, il a été clairement établi par les rapports d experts que l un des points critiques pour la modélisation numérique concernait le suivi et l'estimation quantitative des produits émis à partir des conditions à la source, auxquelles il est possible de remonter à partir des analyses du nuage de cendres avec les données très haute répétitivité temporelle de MSG, (jusqu'à 5 minutes pour les flux RSS - Rapid Scan Service de MSG-8). L'apport majeur de nos systèmes d'observation a consisté en la détermination quasi-temps réel ou légèrement différé de paramètres cruciaux, nécessaires aux validations des modèles de simulation de dispersion des cendres dans l'atmosphère. Parmi ces paramètres, on peut citer la concentration en cendres, en SO2, le rayon moyen des cendres, la hauteur du panache (par des méthodes indépendantes et complémentaires). La haute répétitivité temporelle des satellites géostationnaires en général et de MSG en particulier (jusqu'à 5 mn pour le flux RSS) est un outil exceptionnel pour remonter au flux éruptif au niveau de l'évent. Les autres capteurs satellitaux utilisés (i.e. Aqua/Terra-MODIS, Aura-OMI, Caliop-CALIPSO,...) ont également fourni des données quantitatives complémentaires et/ou de validation. L'ensemble du dispositif (méthodes et outils) déployé par le LMV et l'opgc dans le cadre du suivi de l'éruption de l'eyjafjöll (avril-mai 2010) au sein de HVOS est en complète adéquation avec la philosophie des projets menés dans le cadre du programme européen GMES, parmi lesquels, au premier plan, le projet SAFER. Les informations les plus cruciales, lors de cette crise, ont été fournies grâce à l'analyse quantitative des produits émis dans l'atmosphère plutôt que par l analyse directe du système éruptif proprement dit. Dans le cas d'autres éruptions (Karthala, Réunion, Etna, par exemple), la combinaison des méthodes de télédétection spatiale dans les domaines de l'infrarouge et de l'ultraviolet nous a déjà permis de fournir des informations variées, depuis l'alerte temps réel du début d'éruption (apparition soudaine d'une anomalie thermique) jusqu'aux informations

8 quantitatives telles que : calcul dynamique des surfaces de mise en place de coulées de lave, débits éruptifs, évolution temporelle de ces paramètres... En ce qui concerne les développements futurs des instruments de télédétections spatiale, P. Labazuy est un des membres du Groupe Mission «trade-off GEO/LEO» du CNES, constitué en 2008, au titre d expert pour la partie risques volcaniques. Les retours d expériences du Système d Observation HVOS, dans le cadre de la gestion opérationnelle du suivi de la crise islandaise sont à même de fournir des compléments d information cruciaux pour la définition et la validation des caractéristiques techniques qui sont susceptible d être en définitive retenues. Valorisation de la recherche Articles [1] Gouhier M, P. Labazuy, A. Harris, Y. Guéhenneux, M. Hervo, P. Fréville, J.C. Bergès, P. Cacault. What could the volcanologist do to prevent global chaos caused by Eyjafjöll ash cloud? soumis Science. [2] Labazuy, P., M. Gouhier., Y. Guéhenneux, A. Harris, M. Hervo, P. Fréville, J-C. Bergès, P. Cacault. Near real-time monitoring of the April-May 2010 Eyjafjöll s ash cloud. Workshop Aria, Paris, France, Oral, juin 2010, soumis IJEP Communications à congrès [1] Bergès J-C., P. Labazuy, M. Gouhier, Y. Guéhenneux, P. Cacault, A. Main issues in using Meteosat system date for the monitoring of volcanic ash cloud. 13th International Conference on Harmonization within Atmospheric dispersion Modelling, Paris, Oral, june [2] Gouhier, M., S. Carn, Retrieval of volcanic SO 2 emissions from thermal infrared remote sensing using satellite-based sensors, Commission on Explosive Volcanism, CF (France), Poster, October [3] Gouhier, M., and P. Labazuy, Retrieval of volcanic products emissions: insight from MSG-Seviri measurements, Colloque Les satellites grand champ pour le suivi de l'environnement, des ressources naturelles et des risques», Clermont- Ferrand, janvier [4] Gouhier, M., Y. Guehenneux, P. Labazuy, Retrieval of volcanic products emissions: from detection to quantification. EGU General Assembly 2010, Vol 12 Poster, mai [5] Guéhenneux Y., P. Labazuy, J-C. Bergès, P. Cacault et T. Souriot, Observation, surveillance et alerte temps réel de l activité des volcans par télédétection des points chauds et des panaches de cendres, Colloque Les satellites grand champ pour le suivi de l'environnement, des ressources naturelles et des risques», Clermont-Ferrand, janvier [6] Labazuy, P., M. Gouhier., M. Hervo, P. Fréville, B. Quennehen, F. Donnadieu, Y. Guéhenneux, P. Cacault, A. Colomb, J-F. Gayet, J-M. Pichon, S. Rivet, A. Schwarzenböck, K. Sellegri. Monitoring the Eyjafjöll volcanic plume using OPGC platform: remote sensing and in-situ measurements. EGU General Assembly 2010 Poster, mai [7] Labazuy, P., M. Gouhier., Y. Guéhenneux, M. Hervo, P. Fréville, B. Quennehen, F. Donnadieu, S. Valade, J-C. Bergès, P. Cacault, A. Colomb, J-F. Gayet, J-M. Pichon, S. Rivet, A. Schwarzenböck, K. Sellegri. Tracking the Eyjafjöll volcanic ash cloud using remote sensing and in-situ instruments of the OPGC platforms. 13th International Conference on Harmonization within Atmospheric dispersion Modelling, Paris, Poster, june [8] Lénat, J-F., P. Labazuy, M. Gouhier, O. Sigmarsson, Eruption de l'eyjafjöll (Islande) : Le Laboratoire Magmas et Volcans suit l'éruption par satellites, communiqué INSU 19/04/2010. Mémoires de stage [1] Mouraud A., "Utilisation des données MSG: vers une surveillance thermique temps réel", Mémoire de Master 2 Recherche, LMV, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 50 p. [2] Guéhenneux Y., "Surveillance thermique des volcans par satellites : utilisation et traitements des données MSG", Mémoire de Master 2 Recherche, LMV, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 35 p. Vulgarisation et communication scientifique Interventions télévisées (Eruption Eyjafjöll, avril 2010) : TF1, France3, TV8, Atalante Productions Interventions radio : Radio Campus, France Bleu Auvergne, RMC, France Info Articles presse écrite : Sciences et Vie, Sciences et Vie Junior, quotidiens nationaux ou régionaux (Le Parisien, Le Progrès, La Montagne, ) Animations scientifiques tous publics, volcanologie et risques volcaniques (Rencontres-Séminaires-conférences avec scolaires tous niveaux, Débat Courts de Sciences janvier 2010 ; Exposciences, 05 juin 2010, Clermont-Ferrand)

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

Réunion de démarrage du projet. Mardi 7 Octobre 2014

Réunion de démarrage du projet. Mardi 7 Octobre 2014 Compte rendu: STRAP Réunion de démarrage du projet Mardi 7 Octobre 2014 1) Tour de table : Présents à La Réunion : Bielli S. (LACy/OSU-R), Cammas JP (OSU-R), Di Muro A. (OVPF/IPGP), Duflot V. (LACy/OSU-R),

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 327 338 Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale

Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale UMR 5564-INPG-UJF/CNRS/IRD Cartographie de l'humidité du sol en Afrique de l'ouest par télédétection spatiale Présenté par TRAN Xuan Truong Sous la direction de Thierry PELLARIN et Jean-Paul LAURENT 1

Plus en détail

SATELLITES METEO GENERALITES

SATELLITES METEO GENERALITES SATELLITES METEO GENERALITES HISTORIQUE : 1957 1 er satellite lancé dans l espace SPOUTNIK (URSS) 1960 1 er satellite météorologique TIROS 1 (USA) satellite défilant (orbite passant près des pôles 1963

Plus en détail

OI 2 «Observatoire InSAR de l Océan Indien»

OI 2 «Observatoire InSAR de l Océan Indien» OI 2 «Observatoire InSAR de l Océan Indien» J.-L. Froger, Laboratoire Magmas & Volcans, OPGC, Université Blaise Pascal, Clermont- Suivi InSAR du Piton de la Fournaise mené à l OPGC, sur une base régulière,

Plus en détail

L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations

L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations Journées d Animation Scientifique (JAS9) de l AUF Alger Novembre 29 L imagerie satellitaire dans l estimation des précipitations Mlle. Farida SEDDI 1, Mme. Zohra AMEUR 1, M. Mourad LAZRI 1. 1 Laboratoire

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS

Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS Hervé Roquet Météo-France, DP/CMS/R&D 1 Quelques dates clés 1960 : Les USA lancent le premier satellite

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion

Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion ELEMENTS DE TELEDETECTION DEPUIS L ESPACE du 28 septembre au 2 octobre 2015 OBJECTIFS En relation avec les progrès scientifiques et technologiques,

Plus en détail

> Introduction à la Télédétection

> Introduction à la Télédétection La télédétection est une technique qui permet d étudier la surface de la Terre au moyen de capteurs placés à bord d avions ou de satellites. Ces instruments enregistrent les rayonnements émis ou réfléchis

Plus en détail

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique L'expression "télédétection" désigne l'observation de la surface terrestre à partir de l'espace en utilisant les propriétés des ondes électromagnétiques

Plus en détail

Services aériens pour l agriculture : Un marché d avenir 4 novembre 2014 Technopôle Pégase Aéroport d Avignon

Services aériens pour l agriculture : Un marché d avenir 4 novembre 2014 Technopôle Pégase Aéroport d Avignon Services aériens pour l agriculture : Un marché d avenir 4 novembre 2014 Technopôle Pégase Aéroport d Avignon Les projets au service de l agriculture de précision au sein de l IRSTEA Sylvain Labbé Montpellier

Plus en détail

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval N. Chehata (1), D. Guyon(2)

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites

Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Journées Physique de l'atmosphère et télédétection - 8 et 9 Octobre 2009 Transport et pollution à l'échelle régionale: Apport des données satellites Laurent Menut (LMD) [menut@lmd.polytechnique.fr] IPSL/LMD/SIRTA:

Plus en détail

Habilitation à Diriger des Recherches

Habilitation à Diriger des Recherches Habilitation à Diriger des Recherches Contribution au développement d'une station d'observation de l'atmosphère à la Réunion et à l'étude de l'ozone troposphérique en région tropicale Jean-Luc BARAY 9

Plus en détail

Classification des nuages d eau sur les images Météosat

Classification des nuages d eau sur les images Météosat Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 347 354 Classification des nuages d eau sur les images Météosat M. Mesri *, A. Cheknane, A. Bey Boumezrag et M. Reguigue Département de Génie Electrique

Plus en détail

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande

L éruption du volcan Grimsvötn en Islande BRGM PDG/JV Orléans, le 22 mai 2011, 17h L éruption du volcan Grimsvötn en Islande Le samedi 21 mai 2011, à 21h (heure de Paris), le volcan islandais Grimsvötn est entré en éruption, et le souvenir de

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique Bilan radiatif de la Terre et changement climatique François-Marie Bréon Chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement Unité Mixte CEA-CNRS La Machine Climatique Atmosphère Système

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Document 1: L'astronomie de l'invisible Les astronomes s'intéressent beaucoup aux rayonnements électromagnétiques appartenant aux domaines non visibles.

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France)

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France) MICROPHYSIQUE DES NUAGES ET RAYONNEMENT SOLAIRE : COMPARAISON DES MESURES IN SITU AU MONT RIGI EN HAUTE BELGIQUE ET DES DONNÉES CLOUD PHYSICAL PROPERTIES (CPP) OBTENUES À PARTIR DES IMAGES METEOSAT-9 BEAUMET

Plus en détail

Mme BACHARI HOUMA Fouzia. bacharifouzia.ocean@gmail.com

Mme BACHARI HOUMA Fouzia. bacharifouzia.ocean@gmail.com Mme BACHARI HOUMA Fouzia bacharifouzia.ocean@gmail.com Monitoring et étude de la pollution dans les eaux marines et les sédiments superficiels de la côte algéroise: modélisation et impact sur l'environnement

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

From research to application: scenario for the French Forestry Office

From research to application: scenario for the French Forestry Office FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France From research to application: scenario for the French Forestry Office Anne JOLLY, Alexandre

Plus en détail

Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA)

Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA) Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA) Compte-rendu de la réunion du 26 septembre 2005 Lieu : Observatoire de Paris Secrétaire de séance : M. Dechambre, G. Ancellet Présents :

Plus en détail

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Clovis GRINAND GeONG 2012 Chambéry 6 novembre 2012 Plan Changement d utilisation des terres et changement climatique

Plus en détail

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Programme Présentation générale : bilan et poursuite de chaque tâche Pôle Les nuages en Arctique G. Mioche

Plus en détail

«FOSTIT- Tunisie_2013» :

«FOSTIT- Tunisie_2013» : - 1 - Avec leurs Partenaires et leurs associés L UR 02/UR/10-01 : Géomatique et Géosystèmes Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités - Université de la Manouba Et le Réseau Télédétection AUF Proposent

Plus en détail

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal Présentée par LEKOUCH Imad Pr. Yves Baudouin Le 27-03-2014 Plan INTRODUCTION Évapotranspiration (ETP) Landsat-8

Plus en détail

Fiche Technique. Caméra magnétique mini cube. Caractéristiques :

Fiche Technique. Caméra magnétique mini cube. Caractéristiques : Caméra magnétique mini cube Caméra de contrôle magnétique 24x24x24mm 3, dotée de plus de 16 milles capteurs à effet Hall chacun espacé de 100 micron, permettent une surface d analyse 13x13 mm. Cette caméra

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

.FOR. Inventaire et suivi forestier de qualité

.FOR. Inventaire et suivi forestier de qualité .FOR Inventaire et suivi forestier de qualité FOR : l atout pour la gestion de votre patrimoine forestier 2 1. Présentation de.for Créé en 2010,.FOR est une association d'entreprises belges soutenues par

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES REFERENTIEL D ACTIVITE ET DE

Plus en détail

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d 1 Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d innovation» ont été définis. Ils correspondent à des

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Avant propos : Remerciements : Contraintes géométriques et topographiques pour la tomographie des édifices volcaniques

Avant propos : Remerciements : Contraintes géométriques et topographiques pour la tomographie des édifices volcaniques Avant propos : Le Travail de Fin d Étude (TFE) s est déroulé au Laboratoire Magmas et Volcans (L.M.V.), laboratoire du CNRS intégré à l Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC), au

Plus en détail

L imagerie géospatiale et ses applications

L imagerie géospatiale et ses applications SIG 2008 L imagerie géospatiale et ses applications De l image à l information géographique Copyright 2008 ITT Visual Information Solutions Tous droits réservés Plan Les images et leur diversité Le traitement

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre I] Des éruptions volcaniques différentes CHAPITRE 2 LES VOLCANS : EFFETS ET CAUSES Quelles sont les manifestations d une éruption volcanique? Quelles sont

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV

La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV http://omiv.unistra.fr La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV J.-P. Malet, P. Ulrich, F. Masson, A. Déprez, A. Stumpf, A. Mathieu T. Lebourg, M. Vidal G. Bièvre,

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Lacs de l Eau d Heure Image Landsat TM IR, mai 1992 Copyright 1992 ESA, Distribution by Eurimage

Lacs de l Eau d Heure Image Landsat TM IR, mai 1992 Copyright 1992 ESA, Distribution by Eurimage Partie III. Chiffres Dans l'exercice précédent, tu as pu voir qu'une image satellitaire consiste en pixels, nous allons maintenant regarder ce qu'un tel pixel peut nous apprendre. Pour ce faire, nous allons

Plus en détail

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable

La chaire de Finance et Développement Durable. Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable La chaire de Finance et Développement Durable Approches quantitatives et financières au service du Développement Durable 1 Vers des mécanismes de gestion collective du Développement Durable par une approche

Plus en détail

Les volcans vus du ciel.

Les volcans vus du ciel. 24 février 2015 Les volcans vus du ciel. Par Charles Frankel Géologue Sommaire Les volcans vus du ciel.... 1 I. L Etna :... 1 II. Le Stromboli :... 2 III. Volcanisme terrestre :... 2 IV. Le Santorin :...

Plus en détail

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France

Monique Dechambre * VIE SCIENTIFIQUE. Physicienne, CETP / IPSL, 10 12, avenue de l Europe, 78140 Vélizy, France Natures Sciences Sociétés 11 (2003) 87 91 VIE SCIENTIFIQUE Mesures de l humidité des sols et du contenu en eau de la végétation par radar aéroporté > Estimation of soil moisture and vegetation biomass

Plus en détail

MASTER INFORMATIQUE. Modèles, Systèmes, Imagerie. spécialité recherche

MASTER INFORMATIQUE. Modèles, Systèmes, Imagerie. spécialité recherche MASTER INFORMATIQUE Modèles, Systèmes, Imagerie spécialité recherche PARCOURS : > Modèles et Algorithmes d Aide à la Décision > Systèmes de Production > Systèmes d information et de communication > Imagerie-Vision

Plus en détail

Novembre 2014. L utilisation des données LiDAR pour la connaissance et la restauration des tourbières. Pôle-relais Zones Humides

Novembre 2014. L utilisation des données LiDAR pour la connaissance et la restauration des tourbières. Pôle-relais Zones Humides L utilisation des données LiDAR et la restauration des tourbières Pôle-relais Zones Humides 1 - Principe Le LiDAR (Light detection and ranging) fonctionne sur le même principe que le radar, mais les ondes

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

Télédetection - Formation des images SAR

Télédetection - Formation des images SAR p. 1/6 Télédetection - Formation des images SAR Stéphane Derrode École Centrale de Marseille Institut Fresnel (GSM) p. 2/6 «Télé» et «Détection» Définition 1 : «Méthode d acquisition à distance» Exemples

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Laboratoire de Géodésie et Géomatique (L2G)

Laboratoire de Géodésie et Géomatique (L2G) Ecole Supérieure des Géomètres et Topographes 1, Boulevard Pythagore 72000 LE MANS Laboratoire de Géodésie et Géomatique (L2G) JE 2508 http://www.esgt.cnam.fr Contexte Jeune Equipe (JE 2508) pour le quadriennal

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

Plateforme recherche - gestion

Plateforme recherche - gestion Plateforme recherche - gestion en faveur des lagunes méditerranéennes Sept. 14 I. En préambule Objectifs La plateforme recherche - gestion en faveur des lagunes méditerranéennes est un espace d échanges

Plus en détail

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans "rouges" : (exemple : Le Piton de la Fournaise).

I ) L identification de deux types de volcanisme. 1) Les éruptions effusives des volcans rouges : (exemple : Le Piton de la Fournaise). LE VOLCANISME. Introduction : La Terre possède sur les cinq continents plus de 1500 volcans (et bien davantage sous les océans) qui sont aujourd hui considérés comme actifs ; chaque année en moyenne 60

Plus en détail

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea www.irstea.fr IRSTEA Unité de Recherche Technologie et systèmes d information pour les

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

VENT OCEANIQUE (WIND)

VENT OCEANIQUE (WIND) VENT OCEANIQUE (WIND) La connaissance des échanges à l interface air-mer est très importante pour les études climatique et météorologique. Le vent de surface océanique est un paramètre principal de ce

Plus en détail

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO Applications aux instruments spatiaux C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO 1. Généralités sur l utilisation du transfert radiatif au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives Catherine Césarsky, Haut commissaire àl Energie Atomique 50 ans du CNES Ce colloque était destiné à présenter un tableau de

Plus en détail

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC,

CES régional Alsace. Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S. Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CES régional Alsace Animateurs: UNISTRA SERTIT, programme A 2 S Contributeurs: EOST, ICUBE (BFO, TRIO, MIV), LIVE, ENGEES,TPS, MESO Centre HPC, CDS Séminaire THEIA 16-17 septembre 2014 1 Équipes de recherche

Plus en détail

Collaboration pro/am: Surveillance de Jupiter et de Saturne par les amateurs

Collaboration pro/am: Surveillance de Jupiter et de Saturne par les amateurs Collaboration pro/am: Surveillance de Jupiter et de Saturne par les amateurs Marc Delcroix ( delcroix.marc@free.fr ), le 14 mai 2011 http://astrosurf.com/delcroix Sommaire I Généralités II Surveillance

Plus en détail

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 http://nanosats.sciencesconf.org L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

7Opération thermographie

7Opération thermographie UNE THERMOGRAPHIE AÉRIENNE INFRAROUGE POUR LA VILLE DE GAP Dans le cadre de la première Charte pour l'environnement, qui porte sur la période 2001-2006, la Ville de Gap a pris un certain nombre d'orientations

Plus en détail

ESTIMATION DES PRECIPITATIONS EN UTILISANT L INFORMATION MULTISPECTRALE DU SATELLITE METEOSAT

ESTIMATION DES PRECIPITATIONS EN UTILISANT L INFORMATION MULTISPECTRALE DU SATELLITE METEOSAT Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 09, Décembre 2011, pp. 179-193 2011 Tous droits réservés ESTIMATION DES PRECIPITATIONS EN UTILISANT L INFORMATION MULTISPECTRALE DU SATELLITE METEOSAT SEDDI FARIDA. 1,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REUNION

PREFECTURE DE LA REUNION PREFECTURE DE LA REUNION ARRETE n 747 du 11 mars 2009 modifiant le plan de secours spécialisé volcan «Piton de la Fournaise» approuvé par arrêté préfectoral n 2740 du 7 octobre 2005 LE PREFET DE LA REUNION

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Jean-François DEJOUX CESBIO & Luc CHAMPOLIVIER CETIOM Télédétection en agriculture : nouveau

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge INTRODUCTION L'objectif de ce TP consiste à se familiariser avec l'utilisation d'une caméra Infra-rouge et d'en définir les domaines d'utilisation à travers

Plus en détail

ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE. Rapport de Stage. PIGUELLER Emmanuel

ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE. Rapport de Stage. PIGUELLER Emmanuel Rapport de Stage 2012 ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE PIGUELLER Emmanuel Laboratoire LMD Equipe INTRO Encadré par : Mathieu Reverdy Je remercie

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

L ESPACE AU SERVICE DES CITOYENS,

L ESPACE AU SERVICE DES CITOYENS, L ESPACE AU SERVICE DES CITOYENS, DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'ECONOMIE La recherche spatiale est une composante essentielle de la recherche française. Elle est devenue incontournable pour progresser dans

Plus en détail

Potentialités des simulations Pléiades :

Potentialités des simulations Pléiades : Groupe de Travail 2 Risque et Aide humanitaire Potentialités des simulations Pléiades : Vers l utilisation de l OTB pour l évaluation des zones débroussaillées pour la gestion opérationnelle des feux de

Plus en détail

Apport de l imagerie infrarouge thermique (IRT) satellite pour évaluer la température du Rhône sur un linéaire de 500 km.

Apport de l imagerie infrarouge thermique (IRT) satellite pour évaluer la température du Rhône sur un linéaire de 500 km. Apport de l imagerie infrarouge thermique (IRT) satellite pour évaluer la température du Rhône sur un linéaire de 500 km. Vincent Wawrzyniak 1* & Hervé Piégay 1 1Université de Lyon, CNRS-UMR 5600, Site

Plus en détail

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences Master 2 Télédétection et techniques spatiales Parcours professionnel : Systèmes spatiaux de navigation et géolocalisation Mention : Sciences de la Terre, de l environnement et des planètes Responsable

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

VISION INDUSTRIELLE PLAN DU COURS. 2. Acquisition ou Formation des images 3. Traitement d images 4. Analyse des images. Exemples d applications

VISION INDUSTRIELLE PLAN DU COURS. 2. Acquisition ou Formation des images 3. Traitement d images 4. Analyse des images. Exemples d applications VISION INDUSTRIELLE Cours Licence ISACP 2008/2009 Christophe BLANC LASMEA Université Blaise Pascal Département Génie Electrique et Informatique Industrielle www.christophe-blanc.info PLAN DU COURS 2. Acquisition

Plus en détail

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013 Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE Journée technique du Cedre Brest 14 novembre 2013 1 Déroulement Fiches techniques Contexte Description technique Démonstration Questions 2 Fiches

Plus en détail

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL)

Base de Données AMMA-SAT. K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) Base de Données AMMA-SAT K. Ramage (LMD/IPSL), S. Cloché (IPSL) L. Eymard (CETP/ISPL) BDD AMMA-SAT : Les objectifs Le principe : Réunir l ensemble des données satellites utiles à AMMA dans une même base.

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Travaux dirigés d analyse d image

Travaux dirigés d analyse d image Travaux dirigés d analyse d image A partir du cours de Claude Kergomard, ENS Paris. http://www.geographie.ens.fr/img/file/kergomard/teledetection/cteledetection.pdf Partie A. Etude d une image NOASS 14-AVHRR

Plus en détail