Système d Observation HotVolc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système d Observation HotVolc"

Transcription

1 Système d Observation HotVolc Etude et surveillance de l activité volcanique par télédétection spatiale : la crise Islandaise (Eyjafjöll) Participants - Philippe Labazuy (Phys-Adj, OPGC ) : Responsable scientifique - Mathieu Gouhier (Post-doc CNES , LMV) : Traitements et quantification - Yannick Guéhenneux (Doctorat bourse MRT , LMV) : Suivi temps réel - Philippe Cacault (IE ITARF, OPGC) : Responsable technique réception et archivage informatique - Sandrine Rivet (IE ITARF, OPGC) : Responsable Base de données et site Web - Soutien du Service de Développement Technologique de l OPGC (6 ingénieurs/techniciens ITARF) Contexte Scientifique Le projet d étude de surveillance et d observation des volcans actifs par télédétection satellitale infrarouge a été initié en 2006, en synergie avec les autres thématiques de télédétection spatiale et sol développées au LMV (interférométrie radar, radars Doppler volcanologiques, DOAS, camera thermique), et récemment regroupées au sein d un Pôle Télédétection (Fig. 1), sous la responsabilité scientifique de A. Harris (recrutement Prof. sept. 2009). Figure 1. Le Pôle Télédétection et les différents SO «Panache volcanique» à l OPGC HVOS : HotVolc Observation System Le Système d Observation HotVolc (HVOS = HotVolc Observation System) est un service d'observation temps réel des anomalies thermiques liées à l activité des édifices volcaniques, et qui assure le suivi et la quantification des émissions de panaches de cendres à partir des données Météosat Seconde Génération (MSG, Fig. 2). Une convention permettant la réception et le droit à l'utilisation temps réel des données MSG a été signée entre EUMETSAT (European Organisation for

2 the Exploitation of Meteorological Satellites), Météo-France et l'opgc, avec installation, début 2009, d'une station de réception des données MSG au sein de l'opgc. Cette antenne nous permet aussi la reception des autres satellites géostationnaires localisés tout autour de la Terre, et constitue ainsi un formidable outil de surveillance des volcans sur l ensemble du globe (Fig. 2) HVOS (HotVolc Observation System) OPGC Clermont-Ferrand Figure 2. Carte de localisation des zones de surveillance associées aux différents satellites géostationnaires exploitable via l antenne de réception de l OPGC. Les objectifs du Système d Observation HotVolc sont focalisés sur les aspects qualitatifs de détection temps-réel d une part, et sur les problématiques d estimation de paramètres volcanologiques quantitatifs en quasi-temps-réel d autre part. Figure 2. Observations temps réel ou quasi-temps réel de HVOS (HotVolc Observation System) à l OPGC.

3 Détection : Temps-réel ( 15 min) Depuis quelques mois nous avons la capacité de fournir en temps-réel, c'est-à-dire avec un délai de 15 minutes environ, des données qualitatives pertinentes sur : - La détection d anomalies thermiques au sol indiquant le démarrage d une éruption : arrivée de magma en surface et suivi des phénomènes effusifs associés (cartographie des coulées de lave). - La discrimination des nuages de cendres, réalisée à partir de méthodes de différences spectrales (BTD) entre les bandes à 11µm et 12µm. Ce qui permet notamment de distinguer les nuages d eau et de glace, des nuages de cendres. Cette méthode nous permet donc de localiser et de suivre l évolution spatiale du panache de cendres toutes les 15 min. - La discrimination au premier ordre du nuage de SO 2 à partir des différences de températures de brillance entre les bandes à 8.7µm et 12µm. Le soufre est un gaz nocif et émis en grande quantité pendant les éruptions volcaniques. La combinaison de ces 2 méthodes de discrimination (cendres + SO 2 ) permet la réalisation d images RGB de compositions colorées complexes très discriminantes permettant la mise en évidence du panache volcanique (voir FIg. 4, crise Eyjafjöll 2010). La combinaison RGB utilisée est: R : 11-12µm (cendres volcaniques), G : µm (SO 2 ), B = 11µm. Quantification : Quasi-temps-réel ( 1 heure) Le développement d algorithmes d inversion des données MSG réalisé au LMV (Mathieu Gouhier Postdoc CNES), associé à l utilisation de modèles directs, ont permis le calcul et la cartographie 2D d une large gamme de paramètres quantitatifs volcanologique en quasi-temps-réel (voir Fig. 5, crise Eyjafjöll 2010) : - La concentration des cendres volcaniques dans le panache - La taille des cendres volcaniques dans le panache. - L altitude maximale du panache de cendres - Le flux et la masse totale de cendres émises à la source (évent éruptif) - L utilisation de données issues de satellites défilants comme Aura-OMI permettent l estimation quantitative (1 image/jour) des concentrations et des flux de SO2 volcaniques émis dans l atmosphère. D autre part, l utilisation de systèmes lidar sol (OPGC) ou satellite (Caliop-Calipso) nous permet de données des informations quantitatives sur l altitude et l épaisseur du panache, ainsi que sur les propriétés physiques des particules (ex. asphéricité). Suivi de la crise éruptive d Islande (avril-mai 2010) Le service HotVolc a assuré le suivi de l éruption l Eyjafjöll (Islande), pendant la période du 14 avril au 23 mai 2010 (http://wwwobs.univ-bpclermont.fr/so/televolc/hotvolc/islande_avril2010/). Nous avons notamment assuré la coordination centrale de la gestion de la crise éruptive du volcan islandais Eyjafjöll à l OPGC et au LMV : suivi temps réel et quantification du nuage de cendres, mise à disposition des données satellites, intégration et envoi d un communiqué quotidien (voir annexes)

4 sur l état d activité du volcan Islandais aux cellules de crise du Ministère (MEEDDM-CMVOA : MétéoFrance-VAAC, LMV/OPGC-IPGP) Figure 3 : Boucle de la cellule de crise du CMVOA mise en place à la demande du MEEDDM à partir du 16 Avril Nous avons aussi assuré la coordination des campagnes de mesures pour étudier le panache de cendres de l Eyjafjöll (ex. radar Doppler VOLDORAD, Lidar, Mesures physico-chimie du nuage sommet du Puy de Dôme, mesures aéroportées ATR42, Falcon, collab. Météo-France). Lors de cette crise, les deux composantes de l'opgc (Atmosphère et Terre) ont pu intervenir avec des outils complémentaires et pertinents (imagerie, lidar, plate-forme aéroportée), faisant ainsi la démonstration de la nécessité de faire le lien entre les deux composantes, au travers d un axe transverse à définir autour de la thématique de l étude et du suivi des nuages de cendres volcaniques. Au niveau national, la communauté volcanologique a été sollicitée par le gouvernement pour fournir des informations quantitatives sur le panache volcanique. Le service HotVolc développé à l'opgc est apparu comme le seul en France, en volcanologie, capable d obtenir en quasi-temps-réel des informations quantitatives sur le panache, à partir d'images satellitales. Ces données ont ensuite été complétées par la mise en œuvre d'un lidar et d'équipements pour les mesures dans le panache. Le suivi de l éruption de l Eyjafjöll (Islande) en avril-mai 2010 est une démonstration claire de l expertise de notre groupe en télédétection spatiale basée sur l imagerie dans l infrarouge et l ultraviolet, pour la caractérisation et la quantification des émissions volcaniques (cendres, aérosols) liées à une activité éruptive (1 article soumis ; 1 à soumettre ; 2 com. orales et 3 posters, depuis l éruption, en avril 2010). Exemples de résultats L éruption du volcan islandais (Eyjafjöll) a permis de tester et de valider le système d observation HotVolc (HVOS). Dès le 14 Avril 2010, date du début de l éruption, les images Météosat ont montré de grandes quantités de vapeur d eau et de cendres émises dans l atmosphère, qui résultent de l interaction de la lave en fusion avec le glacier sus-jacent, et expliquent par ailleurs la forte explosivité du dynamisme de l éruption. La figure 4a montre un exemple de composition colorée à 3 canaux mettant en évidence la trace du panache volcanique le 6 Mai, épisode paroxysmal de l éruption d avril-mai L acquisition à haute résolution temporelle de ces images nous a permis

5 de suivre le déplacement du panache sur la partie nord de l Europe, comme le montre l exemple de la figure 4b, entre le 14 et le 19 Avril. Figure 4. Surveillance temps réel MSG-SEVIRI de l éruption de l Eyjafjöll. a). Exemple de composition colorée à 3 canaux IR du capteur MSG-SEVIRI, mettant en évidence la présence de cendres en bleu foncé, le 06 mai 2010, à 14h00 TU. b). Représentation chronologique de surfaces affectées par la dispersion des cendres, cartographiées à partir des données MSG-SEVIRI et la trace ponctuelle du panache vu par le Lidar Caliop-Calispo au cours des premiers jours. Nos algorithmes d inversion des données MSG-SEVIRI ont permis l acquisition de paramètres quantitatifs fondamentaux comme la concentration, le rayon ou encore l altitude des cendres dans le panache (Fig. 5a,b,c). L utilisation du capteur UV Aura-OMI nous a permis de localiser et d estimer les concentrations de SO 2 dans le panache (Fig. 5d). Ces paramètres sont importants d une part pour l amélioration de la compréhension des mécanismes volcaniques sources. D autre part, ces données quantitatives sont indispensables en tant que «paramètres d entrée» des simulations de dispersion des panaches de cendres fournis par les VAACs (Volcanic Ash Advisory Centers). Nos algorithmes d inversion des données MSG-SEVIRI ont permis l acquisition de paramètres quantitatifs fondamentaux comme la concentration, le rayon ou encore l altitude des cendres dans le panache (Fig. 5a,b,c).

6 Figure 5. Distribution quantitative des produits volcaniques. L inversion des données Météosat-SEVIRI IR permet l estimation de divers produits volcaniques, comme (a) la concentration en cendres, (b) le rayon des cendres, (c) l altitude du panache de cendres et (d) la masse de SO 2 L utilisation du capteur UV Aura-OMI nous a permis de localiser et d estimer les concentrations de SO 2 dans le panache (Fig. 5d). Ces paramètres sont importants d une part pour l amélioration de la compréhension des mécanismes volcaniques sources. D autre part, ces données quantitatives sont indispensables en tant que «paramètres d entrée» des simulations de dispersion des panaches de cendres fournis par les VAACs (Volcanic Ash Advisory Centers). A partir des données de concentration massique au sein du panache il nous est possible d obtenir des informations à la source d émission, comme le flux de masse : un autre paramètre fondamental pour les modèles de dispersion des cendres volcaniques d une part, mais aussi fondamental pour la compréhension de l évolution du dynamisme en cours. Ainsi, nous pouvons obtenir la masse totale de tephra émise pendant l éruption (=2.3Mt) ce qui nous permet de caractériser l éruption de l Eyjafjöll par un VEI = 1-2. Figure 6. Séries temporelles du flux massique de cendres et de SO2 en Mt/jour calculé à partir des données quantitatives calculées sur les images Météosat.

7 Le suivi de l éruption de l Eyjafjöll (Islande) en avril-mai 2010 est une démonstration claire de l expertise de notre groupe en télédétection spatiale basée sur l imagerie dans l infrarouge et l ultraviolet, pour la caractérisation et la quantification des émissions volcaniques (cendres, aérosols, gaz) liées à une activité éruptive (2 article soumis ; 1 à soumettre ; 2 com. orales et 3 posters, depuis l éruption, en avril 2010). La capacité montrée par HotVolc lors de la crise du volcan islandais Eyjafjöll a été largement due à la présence de Mathieu Gouhier, chercheur post-doctoral qui bénéficie d un financement du CNES. Celui-ci, au travers de séjours dans des laboratoires de premier plan notamment aux USA, a acquis une expertise lui permettant de caractériser les panaches volcaniques à partir des données satellitales (identification des panaches, masse et granulométrie des cendres, masse de SO2). Dès le 14 avril, Mathieu Gouhier a été placé en première ligne dans la cellule de crise et a effectué, sans discontinuer depuis cette date, un travail de surveillance (récupération, traitement et modélisation des données, rédaction de rapports et communiqués, contribution à la mise à jour du site Web). L'expérience de cette crise a donc démontré qu il est crucial que la communauté scientifique française possède et développe des capacités pour suivre et caractériser l'activité volcanique à partir de données de télédétection). Or, ces techniques font déjà l'objet d'un développement important depuis quelques années au sein de l'opgc au sein du "Pôle de télédétection des volcans" (http://wwwobs.univ-bpclermont.fr/so/televolc/). Bilan et Prospectives Le cas précis de gestion de la crise du volcan islandais a démontré que les apports de la télédétection spatiale vont très largement au-delà de la zone immédiate de l'éruption, comme c est également généralement le cas au cours de la plupart des éruptions majeures. En l'occurrence, il a été clairement établi par les rapports d experts que l un des points critiques pour la modélisation numérique concernait le suivi et l'estimation quantitative des produits émis à partir des conditions à la source, auxquelles il est possible de remonter à partir des analyses du nuage de cendres avec les données très haute répétitivité temporelle de MSG, (jusqu'à 5 minutes pour les flux RSS - Rapid Scan Service de MSG-8). L'apport majeur de nos systèmes d'observation a consisté en la détermination quasi-temps réel ou légèrement différé de paramètres cruciaux, nécessaires aux validations des modèles de simulation de dispersion des cendres dans l'atmosphère. Parmi ces paramètres, on peut citer la concentration en cendres, en SO2, le rayon moyen des cendres, la hauteur du panache (par des méthodes indépendantes et complémentaires). La haute répétitivité temporelle des satellites géostationnaires en général et de MSG en particulier (jusqu'à 5 mn pour le flux RSS) est un outil exceptionnel pour remonter au flux éruptif au niveau de l'évent. Les autres capteurs satellitaux utilisés (i.e. Aqua/Terra-MODIS, Aura-OMI, Caliop-CALIPSO,...) ont également fourni des données quantitatives complémentaires et/ou de validation. L'ensemble du dispositif (méthodes et outils) déployé par le LMV et l'opgc dans le cadre du suivi de l'éruption de l'eyjafjöll (avril-mai 2010) au sein de HVOS est en complète adéquation avec la philosophie des projets menés dans le cadre du programme européen GMES, parmi lesquels, au premier plan, le projet SAFER. Les informations les plus cruciales, lors de cette crise, ont été fournies grâce à l'analyse quantitative des produits émis dans l'atmosphère plutôt que par l analyse directe du système éruptif proprement dit. Dans le cas d'autres éruptions (Karthala, Réunion, Etna, par exemple), la combinaison des méthodes de télédétection spatiale dans les domaines de l'infrarouge et de l'ultraviolet nous a déjà permis de fournir des informations variées, depuis l'alerte temps réel du début d'éruption (apparition soudaine d'une anomalie thermique) jusqu'aux informations

8 quantitatives telles que : calcul dynamique des surfaces de mise en place de coulées de lave, débits éruptifs, évolution temporelle de ces paramètres... En ce qui concerne les développements futurs des instruments de télédétections spatiale, P. Labazuy est un des membres du Groupe Mission «trade-off GEO/LEO» du CNES, constitué en 2008, au titre d expert pour la partie risques volcaniques. Les retours d expériences du Système d Observation HVOS, dans le cadre de la gestion opérationnelle du suivi de la crise islandaise sont à même de fournir des compléments d information cruciaux pour la définition et la validation des caractéristiques techniques qui sont susceptible d être en définitive retenues. Valorisation de la recherche Articles [1] Gouhier M, P. Labazuy, A. Harris, Y. Guéhenneux, M. Hervo, P. Fréville, J.C. Bergès, P. Cacault. What could the volcanologist do to prevent global chaos caused by Eyjafjöll ash cloud? soumis Science. [2] Labazuy, P., M. Gouhier., Y. Guéhenneux, A. Harris, M. Hervo, P. Fréville, J-C. Bergès, P. Cacault. Near real-time monitoring of the April-May 2010 Eyjafjöll s ash cloud. Workshop Aria, Paris, France, Oral, juin 2010, soumis IJEP Communications à congrès [1] Bergès J-C., P. Labazuy, M. Gouhier, Y. Guéhenneux, P. Cacault, A. Main issues in using Meteosat system date for the monitoring of volcanic ash cloud. 13th International Conference on Harmonization within Atmospheric dispersion Modelling, Paris, Oral, june [2] Gouhier, M., S. Carn, Retrieval of volcanic SO 2 emissions from thermal infrared remote sensing using satellite-based sensors, Commission on Explosive Volcanism, CF (France), Poster, October [3] Gouhier, M., and P. Labazuy, Retrieval of volcanic products emissions: insight from MSG-Seviri measurements, Colloque Les satellites grand champ pour le suivi de l'environnement, des ressources naturelles et des risques», Clermont- Ferrand, janvier [4] Gouhier, M., Y. Guehenneux, P. Labazuy, Retrieval of volcanic products emissions: from detection to quantification. EGU General Assembly 2010, Vol 12 Poster, mai [5] Guéhenneux Y., P. Labazuy, J-C. Bergès, P. Cacault et T. Souriot, Observation, surveillance et alerte temps réel de l activité des volcans par télédétection des points chauds et des panaches de cendres, Colloque Les satellites grand champ pour le suivi de l'environnement, des ressources naturelles et des risques», Clermont-Ferrand, janvier [6] Labazuy, P., M. Gouhier., M. Hervo, P. Fréville, B. Quennehen, F. Donnadieu, Y. Guéhenneux, P. Cacault, A. Colomb, J-F. Gayet, J-M. Pichon, S. Rivet, A. Schwarzenböck, K. Sellegri. Monitoring the Eyjafjöll volcanic plume using OPGC platform: remote sensing and in-situ measurements. EGU General Assembly 2010 Poster, mai [7] Labazuy, P., M. Gouhier., Y. Guéhenneux, M. Hervo, P. Fréville, B. Quennehen, F. Donnadieu, S. Valade, J-C. Bergès, P. Cacault, A. Colomb, J-F. Gayet, J-M. Pichon, S. Rivet, A. Schwarzenböck, K. Sellegri. Tracking the Eyjafjöll volcanic ash cloud using remote sensing and in-situ instruments of the OPGC platforms. 13th International Conference on Harmonization within Atmospheric dispersion Modelling, Paris, Poster, june [8] Lénat, J-F., P. Labazuy, M. Gouhier, O. Sigmarsson, Eruption de l'eyjafjöll (Islande) : Le Laboratoire Magmas et Volcans suit l'éruption par satellites, communiqué INSU 19/04/2010. Mémoires de stage [1] Mouraud A., "Utilisation des données MSG: vers une surveillance thermique temps réel", Mémoire de Master 2 Recherche, LMV, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 50 p. [2] Guéhenneux Y., "Surveillance thermique des volcans par satellites : utilisation et traitements des données MSG", Mémoire de Master 2 Recherche, LMV, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 35 p. Vulgarisation et communication scientifique Interventions télévisées (Eruption Eyjafjöll, avril 2010) : TF1, France3, TV8, Atalante Productions Interventions radio : Radio Campus, France Bleu Auvergne, RMC, France Info Articles presse écrite : Sciences et Vie, Sciences et Vie Junior, quotidiens nationaux ou régionaux (Le Parisien, Le Progrès, La Montagne, ) Animations scientifiques tous publics, volcanologie et risques volcaniques (Rencontres-Séminaires-conférences avec scolaires tous niveaux, Débat Courts de Sciences janvier 2010 ; Exposciences, 05 juin 2010, Clermont-Ferrand)

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France)

XXVII e Colloque de l Association Internationale de Climatologie 2-5 juillet 2014 Dijon (France) MICROPHYSIQUE DES NUAGES ET RAYONNEMENT SOLAIRE : COMPARAISON DES MESURES IN SITU AU MONT RIGI EN HAUTE BELGIQUE ET DES DONNÉES CLOUD PHYSICAL PROPERTIES (CPP) OBTENUES À PARTIR DES IMAGES METEOSAT-9 BEAUMET

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Programme Présentation générale : bilan et poursuite de chaque tâche Pôle Les nuages en Arctique G. Mioche

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Avant propos : Remerciements : Contraintes géométriques et topographiques pour la tomographie des édifices volcaniques

Avant propos : Remerciements : Contraintes géométriques et topographiques pour la tomographie des édifices volcaniques Avant propos : Le Travail de Fin d Étude (TFE) s est déroulé au Laboratoire Magmas et Volcans (L.M.V.), laboratoire du CNRS intégré à l Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC), au

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

From research to application: scenario for the French Forestry Office

From research to application: scenario for the French Forestry Office FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France From research to application: scenario for the French Forestry Office Anne JOLLY, Alexandre

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE. Rapport de Stage. PIGUELLER Emmanuel

ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE. Rapport de Stage. PIGUELLER Emmanuel Rapport de Stage 2012 ÉTUDE DE L IMPACT DES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES SUR LA FORMATION DE NUAGES EN HAUTE ALTITUDE PIGUELLER Emmanuel Laboratoire LMD Equipe INTRO Encadré par : Mathieu Reverdy Je remercie

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO Applications aux instruments spatiaux C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO 1. Généralités sur l utilisation du transfert radiatif au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

MASTER INFORMATIQUE. Modèles, Systèmes, Imagerie. spécialité recherche

MASTER INFORMATIQUE. Modèles, Systèmes, Imagerie. spécialité recherche MASTER INFORMATIQUE Modèles, Systèmes, Imagerie spécialité recherche PARCOURS : > Modèles et Algorithmes d Aide à la Décision > Systèmes de Production > Systèmes d information et de communication > Imagerie-Vision

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

.FOR. Inventaire et suivi forestier de qualité

.FOR. Inventaire et suivi forestier de qualité .FOR Inventaire et suivi forestier de qualité FOR : l atout pour la gestion de votre patrimoine forestier 2 1. Présentation de.for Créé en 2010,.FOR est une association d'entreprises belges soutenues par

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA Dossier de presse conjoint Campagne internationale AMMA Succès de la première

Plus en détail

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 http://nanosats.sciencesconf.org L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours

Plus en détail

1. Positionnement de la fonction au sein de l établissement.

1. Positionnement de la fonction au sein de l établissement. SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION POLITIQUE SCIENTIFIQUE. Institut d'aéronomie spatiale de Belgique (IASB) Vacance d un emploi de Chef de travaux (classe SW2) de la carrière scientifique Vacance

Plus en détail

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013 Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE Journée technique du Cedre Brest 14 novembre 2013 1 Déroulement Fiches techniques Contexte Description technique Démonstration Questions 2 Fiches

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

VENT OCEANIQUE (WIND)

VENT OCEANIQUE (WIND) VENT OCEANIQUE (WIND) La connaissance des échanges à l interface air-mer est très importante pour les études climatique et météorologique. Le vent de surface océanique est un paramètre principal de ce

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Le rôle des technologies de l imagerie dans le secteur de l environnement

Le rôle des technologies de l imagerie dans le secteur de l environnement Le rôle des technologies de l imagerie dans le secteur de l environnement Présenté par Valérie Gouaillier Conseillère, Équipe Vision et imagerie CRIM Présenté à Montréal Le 20 novembre 2008 CRIM 2008 1

Plus en détail

Imageur radar panoramique pour la cartographie locale de l'environnement

Imageur radar panoramique pour la cartographie locale de l'environnement Imageur radar panoramique pour la cartographie locale de l'environnement Patrice Faure* Marie-Odile Monod* Raphaël Rouveure* * Unité de Recherche Technologies et Systèmes d'information CEMAGREF, Groupement

Plus en détail

Monitoring elderly People by Means of Cameras

Monitoring elderly People by Means of Cameras Nuadu project Technologies for Personal Hearth Seminar, June 4th, 2009 Monitoring elderly People by Means of Cameras Laurent LUCAT Laboratory of Embedded Vision Systems CEA LIST, Saclay, France 1 Summary

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Airparif Services. Formations professionnelles 2015. Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France

Airparif Services. Formations professionnelles 2015. Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France Services Formations professionnelles 2015 Surveillance de la qualité de l'air en Île-de-France Catalogue de formations professionnelles 2015 a une longue expérience de sensibilisation et de formation tant

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT

INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT INTRODUCTION A NASA WORLD WIND UN OUTIL POLYVALENT Ce document n est qu une introduction aux multiples fonctions que propose le logiciel Nasa World Wind, et propose quelques pistes d exploitation pédagogique

Plus en détail

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest

Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Perspectives d applications de la télédétection en grandes culture à court et moyen terme dans le Sud-Ouest Jean-François DEJOUX CESBIO & Luc CHAMPOLIVIER CETIOM Télédétection en agriculture : nouveau

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies

SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies Le projet SPiRiT est une des contributions françaises à l année polaire internationale. L objectif de ce projet est d utiliser

Plus en détail

L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires

L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires L accès aux données spatiales au profit des applications satellitaires Le projet Geosud Pierre Maurel, coordinateur du projet GEOSUD Journée du CINES Montpellier, 9 juin 2015 1 Projet GEOSUD Des financements

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119)

Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119) Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119) Résumé : La diffusion large des smartphones et des suivis dédiés de flottes de

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Ballon Sonde : Air Maroni 2010

Ballon Sonde : Air Maroni 2010 Ballon Sonde : Air Maroni 2010 1. Présentation du projet L objectif du projet du ballon sonde est de lâcher un ballon gonflé à l hélium muni d une nacelle. La nacelle contient huit capteurs : deux capteurs

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement octobre 2011 CONTACTS PRESSE : Service de presse de CEA - Tél : 01 64 50 16 49 presse@ceafr Service de presse du CNRS - Tél : 01 44 96 51 51

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

Comment faire passer un message

Comment faire passer un message Comment faire passer un message 1 Les Outils Pédagogiques Un cours en salle Le tableau Le rétroprojecteur Le matériel à présenter Un cours dans l eau La démonstration La découverte, les jeux L ardoise

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION

LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION Claude Kergomard Professeur Ecole Normale Supérieure Paris LA TÉLÉDÉTECTION AÉRO-SPATIALE : UNE INTRODUCTION Cliquez sur les images pour entrer dans le cours Le cours est au format.pdf lisible avec Acrobat

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

LA MESURE DE LA PRESSION

LA MESURE DE LA PRESSION LA MESURE DE LA PRESSION La mesure de la pression s effectue à l aide d un baromètre. Il s agit d un instrument permettant de repérer la pression de l atmosphère dans laquelle il se trouve et ses variations

Plus en détail

F I C H E D E P O S T E

F I C H E D E P O S T E DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnot - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 F I C H E D E P O S T E I D E N T I F I C A T I O N D U P O S T E N d e l e m p l o i : I n t i t u l é d u

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 Laurent Jammes, Guillemette Picard Schlumberger Carbon Services Technique Académie des sciences Paris 19 Mai 2009 Plan de la présentation 2 La

Plus en détail

Société de Geo-engineering

Société de Geo-engineering Gestion de la maintenance des réseaux le géoréférencement inertiel direct, technologie automatisée d'acquisition d'objets 2D / 3D vers les SIG Société de Geo-engineering Activité d'expertise et d'ingénierie

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF 1 SOMMAIRE DU MANUEL UTILISATEUR I. LE POSITIONNEMENT PAR GPS..3 II. INTRODUCTION - GPS HAICOM HI-303MMF... 4 III. COMPOSITION DU PACK GPS...5 IV. INSTALLATION

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

L e t t r e a u x r i v e r a i n s d e l a é r o p o r t To u l o u s e - B l a g n a c

L e t t r e a u x r i v e r a i n s d e l a é r o p o r t To u l o u s e - B l a g n a c N 21 - Octobre 2010 L e t t r e a u x r i v e r a i n s d e l a é r o p o r t To u l o u s e - B l a g n a c édito Au printemps dernier, l Aéroport Toulouse- Blagnac a vécu une situation inédite : une

Plus en détail

Notions fondamentales

Notions fondamentales Notions fondamentales de télédétection Un cours tutoriel du Ressources naturelles Natural Resources Canada Canada Notions fondamentales de télédétection - Table des matières Page 2 Table des matières 1.

Plus en détail

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche

L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour la recherche Journée Base de données OSU THETA axe transversal Bases de données Laboratoire Chrono-environnement Jeudi L observatoire virtuel astronomique : permettre l accès à tous les données et les services pour

Plus en détail

Logo UBP PROJET. Convention UdA / UBP Master «Mondes Contemporains»

Logo UBP PROJET. Convention UdA / UBP Master «Mondes Contemporains» Logo UBP PROJET Convention UdA / UBP Master «Mondes Contemporains» 1 CONVENTION DE GESTION DE LA SPECIALITE «MONDES CONTEMPORAINS» Entre : L ECOLE DE DROIT UNIVERSITE D AUVERGNE 41 boulevard François Mitterrand

Plus en détail

Journée Esri «SIG BTP» La dimension géographique & le BTP. 8 février 2011

Journée Esri «SIG BTP» La dimension géographique & le BTP. 8 février 2011 Journée Esri «SIG BTP» La dimension géographique & le BTP 1 vos interlocuteurs Eric Bessone Ingénieur en Informatique (RO & IA) Expertise «Images» 2D, 3D & Vidéo depuis 1990 Metrologie, Symbolics (ateliers

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire Colloque Santé-Biodiversité 27&28 octobre 2014 à VetAgro Sup Sur l initiative et avec le soutien Et des partenaires Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR

PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PROJET AIRCITY PRINCIPAUX RESULTATS A CE JOUR PREDIM 21 novembre, 2013 Objectif du projet AIRCITY Le Projet AIRCITY visait à développer un prototype de simulation 3D à haute résolution de la qualité de

Plus en détail

Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX

Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Surveillance de l exposition TRUST. SCIENCE. INNOVATION. La surveillance des poussières en temps réel avance a pas de géant. La révolution en matière

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

LES OUTILS. Tracking TV. Outil de Tracking TV. Retargeting web. Digital buyer en RTB avec une technologie de retargeting.

LES OUTILS. Tracking TV. Outil de Tracking TV. Retargeting web. Digital buyer en RTB avec une technologie de retargeting. LES OUTILS Tracking TV Outil de Tracking TV Retargeting web Digital buyer en RTB avec une technologie de retargeting Création mobile Créateur de contenu publicitaire interactif mobile Géolocalisation mobile

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Parcours Management de projet et innovation

Parcours Management de projet et innovation Promotion / Site : Clermont-Ferrand Master Pilotage des organisations Parcours Management de projet et innovation Ce parcours répond aux évolutions du fonctionnement des organisations actuelles au sein

Plus en détail

Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles

Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles Bruno Crémilleux, Pierre Gançarski, Mathieu Roche, Christian Sallaberry, Maguelonne Teisseire et al. Strasbourg novembre 2014

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail