Etat des lieux et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux et perspectives"

Transcription

1 Etat des lieux et perspectives du secteur de l accouvage en France 1. Méthodologie 1.1. Analyse bibliographique Un important travail bibliographique a permis de recenser l ensemble des données statistiques concernant le secteur de l accouvage français, de situer les principaux acteurs de la sélection au niveau mondial et en France, et de rassembler et classer les informations disponibles sur les différentes entreprises d accouvage françaises. Ces données sont notamment issues du SCEES, du SYSAAF (Syndicat des Sélectionneurs Avicoles et Aquacoles Français) et des sites web des entreprises Enquête postale auprès des entreprises Une enquête postale auprès des 91 entreprises d accouvage recensées, adhérentes ou non au SNA, a été réalisée entre juin et août Le questionnaire devait notamment permettre d identifier les opérateurs et leur activité (chiffre d affaires, nombre de salariés, espèces produites, etc.), d analyser les principales évolutions des entreprises depuis 2000 (considérée comme année de référence) en terme de restructurations et d investissements, de décrire les structures de production et d accouvage et de déterminer les liens existant avec les partenaires amont, élevages de multiplication et aval. L enquête comprenait également une première approche prospective qui devait apporter des éléments de réflexion sur les stratégies, forces et faiblesses des acteurs en fonction de leurs caractéristiques et de leur spécialisation par espèce, ainsi que sur les principaux enjeux pour le secteur au cours des prochaines années. Les résultats concernent un échantillon de 28 entreprises, dont deux seulement ne sont pas adhérentes au SNA. Près de la moitié des entreprises d accouvage adhérentes au SNA a participé (48 %). Au total, cet échantillon représente 58 % de la production nationale d animaux d un jour en 2005 (SCEES) ; la représentativité de l échantillon par espèce est très bonne en Gallus ponte, pintade et canard (maigre et gras), satisfaisante en dinde et Gallus chair et faible en oie (cf. tableau 1). Tableau 1 Représentativité de l échantillon en terme de production d animaux d un jour Espèce Prod. animaux 1 j en 2005 Représentativité échantillon Gallus chair % Gallus ponte % Dinde % Pintade % Canard % Oie % Total % (Source : SCEES) RÉSUMÉ La filière avicole française connaît une crise structurelle depuis la fin des années 1990, aggravée par la médiatisation de l épizootie d Influenza aviaire à partir d octobre 2005 et les embargos qui ont suivi. Le maillon accouvage, situé en amont de la filière entre la sélection et l élevage des produits terminaux et fortement tourné vers l export, en a subi durement les conséquences. Dans ce contexte, le Syndicat National des Accouveurs (SNA) a souhaité que l ITAVI effectue un état des lieux et une analyse prospective du secteur de l accouvage en France afin de caractériser ce secteur relativement mal connu et en forte évolution, et de réfléchir à ses enjeux et perspectives d avenir. Malgré les restructurations importantes des dernières années, l accouvage français conserve une forte hétérogénéité ; on recense en 2005 sur le territoire national 91 entreprises d accouvage et environ 150 couvoirs, pour un parc de bâtiments de volailles futures reproductrices et reproductrices de 3,3 millions de m 2. D après les estimations réalisées à partir de l enquête, il représente près de 550 millions d euros de chiffre d affaires et environ 4600 salariés. Différents types d entreprises ont été caractérisés. Les perspectives apparaissent plus favorables pour les entreprises familiales indépendantes ou filiales d un sélectionneur (en canard et Gallus ponte), tandis qu on assiste actuellement à un désengagement de l aval (notamment en gallus chair). Le mouvement de concentration déjà engagé devrait se poursuivre et permettre une revalorisation des marges, une modernisation des entreprises et le maintien de leur compétitivité. Si la spécialisation des couvoirs semble incontournable pour des raisons de qualité sanitaire et d efficacité technique, la diversification des productions par la création de groupes multi-espèces et celle des bassins de production deviennent également des enjeux primordiaux pour faire face aux risques sanitaires et économiques. Annick AZARD (1), Pascale MAGDELAINE (1), Laëtitia COLIN (2), Julie PUTERFLAM (3) (1) ITAVI - 28, rue du Rocher PARIS, (2) MASTER 2 PAEHQ - Parc de Grandmont TOURS (3) ITAVI Zoopôle Beaucemaine 41, rue de Beaucemaine PLOUFRAGAN Contact : TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 19 ]

2 52 % de la surface des bâtiments d élevage de futurs reproducteurs et reproducteurs (Gallot, 2006, d après SCEES, enquête aviculture 2004 sur 48 départements) sont représentés dans l échantillon Entretiens Afin de valider les analyses réalisées à partir de l enquête postale, quelques entretiens approfondis ont ensuite été réalisés en janvier et février 2007, auprès d entreprises représentatives de la diversité du secteur. 2. Caractérisation du maillon accouvage L accouvage comprend l élevage des volailles futures reproductrices (élevage des parentaux d un jour à la mise en reproduction), l élevage des volailles reproductrices (production d OAC (œufs à couver) jusqu à la réforme) et le couvoir (mise en incubation des OAC). Une entreprise d accouvage a pour but de produire des OAC et/ou des animaux d un jour, mais elle peut également ne pas posséder la totalité de ces trois structures. Par ailleurs, le périmètre d activité des entreprises d accouvage inclut parfois des activités annexes difficilement différentiables de l activité principale comme l accouvage à façon, la production d œufs embryonnés, l élevage de grand-parentaux, voire la production de poulettes démarrées (pour les couvoirs Gallus ponte) ou une activité de négoce. Les indicateurs recueillis (chiffre d affaires, nombre de salariés, etc.) recouvrent le plus souvent l ensemble de ces activités Un maillon en lien avec un amont concentré La sélection des souches au niveau mondial est répartie entre quelques grands groupes internationaux en raison des moyens techniques et financiers importants requis pour cette activité. Après une période où les capitaux investis provenaient de secteurs extérieurs à l aviculture (groupes pharmaceutiques, fonds de pension, etc.), on constate depuis quelques années un retour de capitaux issus du milieu avicole dans le contrôle de l activité de sélection. Le marché mondial des souches de Gallus chair est ainsi contrôlé principalement par trois groupes : Aviagen (groupe allemand Erich Wesjohann, souches Arbor Acres et Ross), Hubbard (groupe français Grimaud) et Cobb Vantress (Tyson Foods, USA). Le marché des souches de Gallus ponte est réparti au niveau mondial pour moitié entre ISA (groupe hollandais Hendrix Genetics) et Hy-line / Lohmann (groupe Erich Wesjohann). Enfin le marché de la dinde est détenu par Aviagen (groupe Erich Wesjohann, souches B.U.T. et Nicholas), devant Hybrid Turkeys (Hendrix Genetics). En France, en raison de la diversification importante de la filière, la concentration de la sélection est moins forte, avec la présence de sélectionneurs spécialistes de produits spécifiques, comme la SASSO (Association des groupements Label Rouge du Sud-ouest et de la Sarthe), qui commercialise des souches Gallus chair pour le mode d élevage alternatif et de plusieurs sélectionneurs en palmipèdes, en pintades et en gibier. La reprise de la maîtrise de la sélection par des capitaux d origine avicole est perçue par les accouveurs que nous avons rencontrés comme un élément favorable pour l ensemble des filières avicoles, car permettant de favoriser une logique professionnelle de gestion à long terme et non plus de seule rentabilité financière à court terme Un maillon en restructuration Les entreprises d accouvage se sont fortement restructurées au cours des dernières années. On assiste à une diminution du nombre de groupes d accouvage (fermetures, rachats) et du nombre de couvoirs, certaines entreprises ayant été contraintes de fermer des sites. Le rythme de disparition des couvoirs Gallus s est élevé à 25 par an entre 1980 et 1990, à 10 par an entre 1990 et 2000 et à 7 par an entre 2000 et 2005 : en 2005 on compte 84 couvoirs Gallus, plus de la moitié ayant une capacité d incubation supérieure à OAC (cf. tableau 2). Tableau 2 Nombre de couvoirs par espèce en 2005 et variation depuis 2000 Espèce Nombre Dont capacité Var. nb couvoirs de couvoirs > OAC 2005 / 2000 Gallus Dinde Pintade Canard Oie (Source : SCEES) Un couvoir étant en général spécialisé dans une seule espèce, on peut considérer qu il en existe au total autour de 150 sur le territoire national. D après les statistiques du SCEES sur les éclosions par région en 2004, une part importante de l activité des couvoirs Gallus chair est répartie sur les Pays de la Loire et la Bretagne (respectivement 37 % et 33 % des poussins éclos utilisés), l activité dinde est encore plus concentrée sur la Bretagne et les Pays de la Loire (respectivement 58 % et 41 % des dindonneaux éclos utilisés), et en canard la seule région Pays de la Loire représente 68 % des canetons éclos utilisés. En 2004 (derniers résultats disponibles), et sur 48 départements, le parc de bâtiments de volailles futures reproductrices représentait environ [ 20 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

3 c est près de la moitié des OAC produits en France qui est destinée à l export, ce qui montre la forte dépendance du maillon accouvage vis-à-vis des marchés à l export, du contexte international et de la réglementation liée à la situation sanitaire des pays exportateurs. D où l importance pour ce maillon de conserver un haut niveau d exigence sanitaire, de poursuivre et même renforcer, en complément de contraintes réglementaires, les démarches qualité volontaires comme le Contrat de progrès CIDEF pour la dinde et la Charte sanitaire du SNA pour les couvoirs (Gallus chair et ponte, pintade, palmipèdes, gibier à plumes). Entre 2000 et 2005, les exportations d OAC sont globalement en baisse (quasi stabilité en OAC dinde), alors que celles d animaux d un jour sont plutôt en hausse, sauf en Gallus ponte (Douanes France) bâtiments et près d un million de m 2 et le parc de bâtiments de volailles reproductrices environ bâtiments et plus de 2,3 millions de m 2 (Gallot, 2006, d après SCEES, enquête aviculture 2004). Entre 2000 et 2005, la production d OAC a diminué de 10 % en Gallus chair, de 6 % en Gallus ponte, de 21 % en dinde et de 17 % en pintade, elle est par contre restée stable en canard et en oie (SCEES). L activité a été fortement perturbée en 2006, notamment sur le premier semestre, à la suite de la médiatisation de la crise de l Influenza aviaire, des chutes de consommation et de la fermeture de nombreux marchés d exportation en relation avec la perte du statut indemne d Influenza aviaire pour la France (de février à juin 2006), contraignant les accouveurs à détruire des OAC et à anticiper des réformes. Sur l ensemble de l année 2006, les éclosions sont en repli de 11 % en Gallus chair et en pintade par rapport à 2005 et de 9 % en dinde (SCEES) Un maillon tourné vers l export L accouvage est, après la sélection, le maillon de la filière avicole le plus dépendant de l export, à la fois directement par l export d OAC et d animaux d un jour et, indirectement par l export de viande de volaille ou d œufs de consommation, comme l a montré une étude réalisée par l ITAVI sur des données (Champagne, 2005). En particulier pour la dinde, 61 % des OAC produits sont exportés sous forme d OAC, de dindonneaux d un jour ou de viandes et préparations, plus de la moitié de ces exportations étant le fait des accouveurs eux-mêmes (OAC ou dindonneaux d un jour). En Gallus chair, ce sont au total 52 % des OAC produits qui sont exportés directement ou sous forme de viandes et préparations, dont un quart seulement sous forme d OAC ou poussins d un jour. Le poids de l export est moins important dans la filière ponte avec l équivalent de 22 % des OAC produits, la moitié dépendant directement des accouveurs. Beaucoup de données issues des filières canard et pintade sont globalisées, ce qui en rend l interprétation plus délicate ; on peut estimer que les exportations représentent 30 à 35 % des débouchés des OAC produits en canard, dont moins de la moitié sous forme d OAC et de canetons, et près de 20 % des débouchés des OAC produits en pintade, dont un tiers de façon directe. Ainsi, selon les filières, de 20 % à plus de 60 % des OAC produits en France sont destinés à l exportation directement ou non. Au niveau global avicole, 3. Résultats de l enquête réalisée auprès des entreprises d accouvage Cette partie présente les principaux résultats issus de l enquête postale, à laquelle 28 groupes d accouvage ont participé, complétés par les entretiens réalisés par la suite Description des entreprises enquêtées Le chiffre d affaires (CA) moyen en 2005 des entreprises de l échantillon de l enquête postale est de 16,6 ± 22,3 millions d euros, pour une production moyenne de 28 ± 23 millions d animaux d un jour. La variabilité est importante, plus de la moitié des entreprises a un CA inférieur à 6 millions d euros. 22 entreprises ont un chiffre d affaires qui provient à plus de 70 % d une seule espèce, en général du Gallus chair ou du canard. Entre 2000 et 2005, le chiffre d affaires des entreprises de notre échantillon a eu tendance à diminuer en moyenne de 2,5 ± 6,3 millions d euros constants Le chiffre d affaires global de notre échantillon atteint 382 millions d euros. En se basant sur la répartition par espèce du CA 2005 des entreprises de l échantillon et en pondérant par la représentativité en terme de production d animaux d un jour de chaque espèce dans l échantillon, on peut estimer le chiffre d affaires 2005 global des entreprises du secteur accouvage au niveau national à près de 550 millions d euros. Les entreprises enquêtées emploient en moyenne 91 ± 170 salariés en 2005 (couvoirs et élevages en propre). La corrélation entre le CA moyen et le nombre de salariés étant très bonne, on estime à partir du CA global des entreprises du secteur le nombre total de salariés pour le secteur accouvage en France à environ 4600 personnes. La surface totale du parc de bâtiments de l échantillon est de 1,7 million de m 2, dont un peu plus du tiers appartient en propre aux entreprises d accouvage, le reste étant en contrat avec des éleveurs. Ces bâtiments se trouvent essentiellement en Bretagne et en Pays de la Loire, avec les trois quarts de la surface de l échantillon. TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 21 ]

4 12 entreprises sur les 28 de l échantillon se sont restructurées (fermetures et / ou rachats de sites) ou agrandies depuis 2000 : 6 ont racheté un site (croissance externe) et 7 se sont agrandies (croissance interne), seules 4 ayant dû fermer un site (modification qui s est toujours accompagnée dans cet échantillon soit d un rachat d un autre site soit d un agrandissement). Sur l échantillon, les entreprises de taille importante se sont surtout développées par croissance externe, en rachetant des outils existant, alors que les entreprises de plus petite taille ont plutôt procédé par croissance interne. Près des trois quarts des entreprises se sont modernisées depuis 2000 afin de gagner en productivité, et la quasi-totalité a réalisé des mises aux normes, en majeure partie d ordre sanitaire et traçabilité. Parmi les différents freins proposés pouvant peser sur les entreprises, celui qui a été jugé le plus contraignant au moment de l enquête est l Influenza aviaire, suivi des 35 heures, de l environnement et du sanitaire (notamment en canard). En parallèle, la menace qui pèsera le plus sur l accouvage français au cours des cinq prochaines années serait l Influenza aviaire, notamment très citée par les entreprises productrices de canard (en lien sans doute avec l obligation de déclaration des cas d Influenza aviaire faiblement pathogène), suivie de la concurrence des Pays tiers et des difficultés sur les marchés export (des produits de l accouvage mais aussi des produits finaux) Typologie des entreprises enquêtées Pour réaliser une typologie des entreprises d accouvage à partir des résultats de l enquête, nous avons recherché quels éléments pourraient permettre de différencier des groupes d entreprises assez homogènes en terme de caractéristiques générales, d évolution au cours des dernières années et de perception de leur avenir. L entrée espèce, bien qu a priori intéressante car prenant en compte des réalités de marché très différentes, était difficile à mettre en œuvre sur notre échantillon, certaines espèces n étant produites que par un faible nombre d entreprises enquêtées (c est le cas par exemple en Gallus ponte, en dinde ou en pintade) ; les problématiques par espèce seront plutôt discutées par la suite. Les autres entrées qui semblaient particulièrement intéressantes à étudier, à partir des résultats de l enquête postale mais aussi de l avis des accouveurs rencontrés au cours de la phase d entretiens, étaient : d une part la relation de l entreprise avec le reste de la filière : intégrée par l amont de l accouvage (filiale d un groupe de sélection détenant plus de la moitié du capital), liée à l aval de l accouvage (un groupe de production ou d abattage détient au moins un tiers du capital) ou familiale indépendante (aucun actionnaire extérieur ne détient plus du tiers du capital) ; d autre part, compte tenu des risques sanitaires particuliers, le fait que les couvoirs soient ou non spécialisés dans une seule espèce ; dans l échantillon, toutes les entreprises ayant un couvoir non spécialisé sont des entreprises familiales indépendantes. Le croisement de ces deux critères de regroupement permet de distinguer quatre groupes : - les entreprises intégrées par l amont (6 entreprises), - les entreprises liées à l aval (7 entreprises), - les entreprises familiales indépendantes dont les outils de production sont spécialisés (11 entreprises), - les entreprises dont le couvoir n est pas spécialisé par espèce (4 entreprises). Parmi les entreprises enquêtées, celles intégrées par l amont sont toutes spécialisées à plus de 70 % du CA dans une seule espèce, canard ou Gallus ponte (cf. tableau 3). Majoritairement situées en Pays de la Loire, elles sont de taille importante et plutôt récentes et ne possèdent qu une faible part de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction en propre. Elles se Tableau 3 Caractérisation des groupes d entreprises enquêtées Groupe (effectif) Entreprises intégrées par l amont (6) Entreprises liées à l aval (7) Entreprises familiales Entreprises avec outil indépendantes (11) multi-espèces (4) Espèces produites canard, Gallus ponte (spécialisées : > 70 % Gallus chair toutes toutes du CA sur 1 espèce) Taille grosse petite hétérogène très petite CA moyen 2005 (millions d ) 20,4 ± 13,0 11,8 ± 8,1 19,2 ± 30,7 < 2 Nb moyen salariés 98 ± ± ± ± 5 Date de création moyenne Régions surtout PDL toutes régions grand ouest hors grand ouest Parc de bâtiments 15 % en propre 19 % en propre 51 % en propre 59 % en propre Évolution depuis Activité en progression (canard) - Investissements de productivité - Évolution activité hétérogène - Peu de restructuration / - Modernisation (traçabilité) - Peu de restructuration / - Investissements sur sanitaire agrandissement agrandissement et productivité [ 22 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

5 sont généralement restructurées ou agrandies depuis 2000 (au moins en canard), mais aussi modernisées (notamment mises aux normes relatives à la traçabilité), l activité de ces entreprises est globalement jugée en progression sur la période. Leur perception de l avenir est plutôt positive, peut-être parce qu elles disposent d un appui financier solide, ces entreprises comptant dans l ensemble s agrandir et augmenter leur activité au cours des cinq prochaines années. A noter que leurs perspectives dépendront également de la stratégie d ensemble du groupe de sélection détenant les capitaux et des marchés sur lesquels elles se situent. Les entreprises liées à l aval, de plus petite taille, produisent en majorité du Gallus chair et ne possèdent qu une faible part de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction en propre. Elles n ont connu aucune modification de structure depuis 2000, mais des investissements ont été réalisés, privilégiant notamment l amélioration de la productivité. Leur perception de l avenir est moins favorable que dans le groupe précédent, aucune de ces entreprises ne comptant s agrandir au cours des cinq prochaines années, avec une activité export prévue en diminution. Les entreprises familiales indépendantes dont les couvoirs sont spécialisés, autonomes mais disposant de capitaux plus limités, produisent diverses espèces et sont de tailles très hétérogènes ; elles sont propriétaires de la moitié de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction. Elles se sont généralement restructurées ou agrandies depuis 2000 et différents types de mises aux normes ont été réalisés, l évolution de l activité depuis 2000 étant très différente selon les entreprises. Leur perception de l avenir reste assez positive avec une activité prévue stable voire en augmentation selon les entreprises au cours des cinq prochaines années, (malgré une baisse attendue de l export), et des projets d agrandissement. Enfin, les entreprises dont l unique couvoir n est pas spécialisé par espèce, toutes familiales indépendantes, se caractérisent par une diversification des productions (jusqu à 6 espèces produites). Situées hors Grand ouest, elles sont de très petite taille, assez anciennes et propriétaires de plus de la moitié de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction. Elles n ont pas connu de restructurations ou d agrandissements depuis 2000, toutefois des modernisations ont été réalisées. Leur perception de l avenir est assez défavorable, aucune de ces entreprises ne comptant ni s agrandir ni se moderniser au cours des cinq prochaines années. Ainsi, les perspectives seraient plus favorables pour des entreprises spécialisées, indépendantes ou filiales d un sélectionneur, ou pour des groupes d accouvage ayant opté pour une diversification des productions mais avec une véritable spécialisation de chaque site de production, ce qui permet à la fois de privilégier une forte technicité, une situation sanitaire optimale et une sécurisation des débouchés Perspectives et enjeux du secteur de l accouvage en France Les forces et faiblesses actuelles du secteur de l accouvage déterminent largement ses perspectives d avenir. Elles varient en fonction du secteur d activité et du type de partenariat avec les opérateurs d amont et d aval des filières concernées. Cependant, au travers des entretiens réalisés, l unanimité se fait sur quelques tendances. Les principales forces de l accouvage français sont, de l avis général, son bon statut sanitaire, contrainte nécessaire pour approvisionner la filière en animaux d un jour indemnes de germes pathogènes, son savoir-faire technique, même si ce dernier atout n est plus aussi décisif aujourd hui les autres pays ayant nettement progressé sur les dernières années, mais aussi la diversité des débouchés. La qualité sanitaire des produits, couplée à une bonne coordination entre les professionnels et l administration en période de crise (cf. 1er semestre 2006) place par ailleurs la France en bonne position à l exportation. Les faiblesses du secteur apparaissent malheureusement plus nombreuses : la concentration encore limitée du secteur accouvage et avicole en général et la forte pression concurrentielle qui en découle génèrent une érosion des marges, qui ne permet plus de dégager un autofinancement suffisant pour réinvestir, moderniser les outils et espérer ainsi réaliser les gains de productivité nécessaires pour conserver une compétitivité suffisante ; la réduction forte de la capacité d autofinancement des entreprises conduit ainsi au vieillissement à la fois des couvoirs et du parc de bâtiments. Ce constat général apparaît particulièrement d actualité pour l accouvage Gallus chair où les marges sont faibles (comparées aux autres secteurs et en France comparées à la concurrence intra européenne). Le secteur accouvage français souffre également d un manque de compétitivité résultant notamment des surcoûts engendrés par les réglementations française et communautaire et d une pénurie de main-d œuvre compétente (travail sur des produits vivants, forte technicité du métier). L évolution du profil des entreprises d accouvage apparaît fortement différenciée selon les secteurs d activité. Ainsi, la tendance est plutôt au maintien d un partenariat fort entre la sélection et l accouvage pour les entreprises des secteurs canard et ponte, déjà fortement intégrées par l amont (filialisation ou partenariat exclusif de distribution), même si une tendance à l implication croissante des partenaires d aval est sensible en production de canetons mulards. En Gallus ponte, l hypothèse d une implication des partenaires d aval dans l accouvage apparaît peu crédible compte tenu de la relative atomisation de l aval de la filière. La forte implication de la sélection dans l accouvage ponte et canard s explique notamment par une taille de marché plus faible (nécessité d amortir les coûts de sélection sur des volumes suffisants et coût de l investissement aval plus faible). En Gallus chair et en TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 23 ]

6 dinde, le modèle d entreprises familiales indépendantes domine, avec une tendance au désengagement financier des partenaires d aval (même si des exceptions peuvent être relevées, il semble que le rachat d outils d accouvage par des industriels d aval soit limité et lié à la nécessité d assurer, dans des cas particuliers, l approvisionnement du groupe ou de l organisation de production aval). D autres stratégies n impliquant pas de prise de participation financière de l aval existent également pour développer des partenariats forts permettant de garantir l approvisionnement des structures d aval, et ainsi de sécuriser dans une certaine mesure les débouchés des entreprises d accouvage. La concentration du secteur devrait se poursuivre autour de quelques grands groupes multi sites multi bassins de production et multi espèces, même si le maintien de petites structures indépendantes est envisageable sur des micro marchés où la proximité peut être un atout déterminant ou sur des marchés de niche à faibles volumes. La pérennisation de la menace Influenza aviaire accentue la nécessité de diversifier, pour une même structure, ses bassins de production. Les stratégies de développement (sur le marché intérieur ou à l exportation) sont essentiellement liées au secteur d activité et aux perspectives de marché caractérisant les différentes filières. Ainsi, en Gallus chair, les perspectives se situent principalement sur le marché intérieur, où des espérances de maintien voire de léger développement apparaissent légitimes aux entreprises d accouvage. En Gallus ponte, le marché intérieur français et intra communautaire n étant plus en croissance, les perspectives de développement sont limitées et très liées aux parts de marché des sélectionneurs impliqués dans les différentes entreprises françaises d accouvage. Dans le secteur de la dinde, où les perspectives nationales sont clairement au déclin des volumes, le développement des exportations d OAC et de dindonneaux, voire l internationalisation des entreprises, apparaît comme un relais de croissance possible pour les entreprises de taille suffisante. Enfin, les perspectives de développement demeurent favorables sur le marché des canetons, les débouchés demeurant cependant essentiellement nationaux. Quant à la pintade, les perspectives sont liées à celles du marché national. Conclusion Cette étude, malgré son manque d exhaustivité, a permis de réaliser une caractérisation du secteur de l accouvage français, d en souligner l hétérogénéité, d en analyser les forces et faiblesses et de dégager quelques perspectives et enjeux pour l avenir. D après les estimations réalisées à partir de l enquête, le secteur de l accouvage au sens strict en France représente près de 550 millions d euros de chiffre d affaires et environ salariés et a produit en 2005 presque 1,1 milliard d animaux d un jour. Il apparaît que la concentration en cours du secteur devrait permettre une revalorisation des marges et une amélioration de la capacité d autofinancement des entreprises, nécessaire à leur modernisation et à la préservation de leur compétitivité au plan international. Si aucun modèle d entreprise n émerge réellement pour l avenir, il semble cependant que la spécialisation des sites soit incontournable, notamment pour garantir la qualité sanitaire des produits et pour permettre une meilleure efficacité technique. L avenir serait ainsi plutôt à la constitution de groupes multi-sites et souvent multi-espèces, afin de permettre une mutualisation des risques tant sanitaires qu économiques. Ces groupes pourront se constituer à partir du rapprochement d entreprises familiales qui chercheront ainsi à atteindre une taille critique suffisante, ou par des liens de partenariat forts avec un sélectionneur. La tendance à l intégration du secteur de l accouvage par l aval, par ailleurs très répandue dans d autres pays européens, n apparaît ainsi pas dominante en France. Références bibliographiques Agreste statistiques agricoles du SCEES, Champagne J., Tendance des Marchés, 91, 3-5 Gallot S., Caractérisation des exploitations avicoles françaises à partir de l enquête aviculture 2004, 93 p. Nous remercions les entreprises d accouvage ayant participé à l enquête, ainsi que le SNA, l Office de l Elevage et le CASDAR, géré par le Ministère de l Agriculture et de la Pêche, pour leur contribution financière. [ 24 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Dossier 2 : Approches et modèles d analyse stratégique Ce dossier présente, en particulier sur un plan méthodologique, des approches

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE ROYAUME DU MAROC *************** MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL **************** DIRECTION DE l'elevage N 10/DE/DSA Rabat le 10 Février 2004 CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER Questionnaire Groupe de travail Biens de consommation UNIFA Président : Jean-Claude RICOMARD Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER 1 DIAGNOSTIC DE LA SITUATION ACTUELLE ET IDENTIFICATION DES

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation Finance et performance des jeunes viticulteurs : Julien Cadot, ISG Paris 1 Introduction A un moment ou un autre, le candidat à l installation en viticulture doit se poser la question du revenu qu il va

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes 1 La filière de l élevage du cheval de trait dans son contexte français et européen. Evolution et attentes Septembre 2011 I. Contexte et structuration de la filière du cheval de trait en France a. Quelques

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig Responsable de la Communication

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Cette étude a été réalisée par le Syndicat des énergies renouvelables et sa branche éolienne France Energie Eolienne Juin 2010

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Les 11 èmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras

Les 11 èmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras Les 11 èmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras Les 25 et 26 mars 2015 Centre des Congrès «LE VINCI» - TOURS Proposition de partenariats financiers Rencontres entre chercheurs et

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités www.pwc.com Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités Un modèle fortement développé en Europe Nombre de coopératives du Top 50 par région 38

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Être agriculteur aujourd'hui

Être agriculteur aujourd'hui Être agriculteur aujourd'hui Jacques ABADIE sociologue INP-ENSAT Action conduite avec le concours financier de : l'adar VIVEA l'union Européenne FEOGA Etre agriculteur aujourd hui Comprendre ce qu est

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht

Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures. Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Actualités sur la sélection des pondeuses Prospections futures Dr. Matthias Schmutz, Lohmann Tierzucht Alimentation et démographie mondiale Augmentation annuelle de 80 millions Croissance surtout dans

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Conseil d administration, comité exécutif et comité consultatif Conseil d administration Pour la dernière année d activités, les membres du conseil

Plus en détail

Anne Patault Conseillère Régionale de Bretagne en charge des OGM

Anne Patault Conseillère Régionale de Bretagne en charge des OGM Pour une agriculture «sans OGM» - la stratégie de la Bretagne au sein du réseau des Régions Libres d OGM (European GM-Free Regions Network), - les actions en direction de ses filières Anne Patault Conseillère

Plus en détail

Guide pour l installation en production avicole

Guide pour l installation en production avicole Guide pour l installation en production avicole 2 ème PARTIE LA PRODUCTION DE POULETS DE QUALITE DIFFERENCIEE : MISE EN PLACE ET RESULTATS Michel JACQUET Guide pour l installation en production avicole

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155

La filière française compte 195 casinos autorisés sur le territoire national pour l exercice 2010/2011 (Source : les casinos.org). Il en existait 155 "Rechute de l activité de la filière casinos" Analyse et traitement par Coach Omnium Extrait de notre grande étude prospective sur les casinos français, réalisée pour le FAFIH et ses partenaires. L OFFRE

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes IB DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI COMMERCE ET Gestion Niveau supérieur ÉPREUVE 2 22065024 Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes Instructions destinées

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014 BaroJOB Une priorité : Donner Envie aux Jeunes Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / MarsAvril 2014 Filière IT : Confirmations et paradoxes 2 Filière IT : Confirmations

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009 Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon Période sous revue 25-29 18 Mars 211 PANORAMA DE LA FILIERE La filière «Transport-Logistique» définie par le Conseil Régional = Entreprises relevant

Plus en détail

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus Communiqué de presse 2 ème édition du Baromètre Appel Médical des salaires de la santé Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Plus en détail

l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts

l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires l observatoire Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts 01 NOVembre 2013 Ce qu il faut retenir Les filières agroalimentaires subissent

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond Social : La protection sociale 1- L affiliation au régime non salarié agricole J exerce une activité agricole < 5 ha J assure la direction de l entreprise (ou 1/8 SMI) J en tire des revenus professionnels

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail