Etat des lieux et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux et perspectives"

Transcription

1 Etat des lieux et perspectives du secteur de l accouvage en France 1. Méthodologie 1.1. Analyse bibliographique Un important travail bibliographique a permis de recenser l ensemble des données statistiques concernant le secteur de l accouvage français, de situer les principaux acteurs de la sélection au niveau mondial et en France, et de rassembler et classer les informations disponibles sur les différentes entreprises d accouvage françaises. Ces données sont notamment issues du SCEES, du SYSAAF (Syndicat des Sélectionneurs Avicoles et Aquacoles Français) et des sites web des entreprises Enquête postale auprès des entreprises Une enquête postale auprès des 91 entreprises d accouvage recensées, adhérentes ou non au SNA, a été réalisée entre juin et août Le questionnaire devait notamment permettre d identifier les opérateurs et leur activité (chiffre d affaires, nombre de salariés, espèces produites, etc.), d analyser les principales évolutions des entreprises depuis 2000 (considérée comme année de référence) en terme de restructurations et d investissements, de décrire les structures de production et d accouvage et de déterminer les liens existant avec les partenaires amont, élevages de multiplication et aval. L enquête comprenait également une première approche prospective qui devait apporter des éléments de réflexion sur les stratégies, forces et faiblesses des acteurs en fonction de leurs caractéristiques et de leur spécialisation par espèce, ainsi que sur les principaux enjeux pour le secteur au cours des prochaines années. Les résultats concernent un échantillon de 28 entreprises, dont deux seulement ne sont pas adhérentes au SNA. Près de la moitié des entreprises d accouvage adhérentes au SNA a participé (48 %). Au total, cet échantillon représente 58 % de la production nationale d animaux d un jour en 2005 (SCEES) ; la représentativité de l échantillon par espèce est très bonne en Gallus ponte, pintade et canard (maigre et gras), satisfaisante en dinde et Gallus chair et faible en oie (cf. tableau 1). Tableau 1 Représentativité de l échantillon en terme de production d animaux d un jour Espèce Prod. animaux 1 j en 2005 Représentativité échantillon Gallus chair % Gallus ponte % Dinde % Pintade % Canard % Oie % Total % (Source : SCEES) RÉSUMÉ La filière avicole française connaît une crise structurelle depuis la fin des années 1990, aggravée par la médiatisation de l épizootie d Influenza aviaire à partir d octobre 2005 et les embargos qui ont suivi. Le maillon accouvage, situé en amont de la filière entre la sélection et l élevage des produits terminaux et fortement tourné vers l export, en a subi durement les conséquences. Dans ce contexte, le Syndicat National des Accouveurs (SNA) a souhaité que l ITAVI effectue un état des lieux et une analyse prospective du secteur de l accouvage en France afin de caractériser ce secteur relativement mal connu et en forte évolution, et de réfléchir à ses enjeux et perspectives d avenir. Malgré les restructurations importantes des dernières années, l accouvage français conserve une forte hétérogénéité ; on recense en 2005 sur le territoire national 91 entreprises d accouvage et environ 150 couvoirs, pour un parc de bâtiments de volailles futures reproductrices et reproductrices de 3,3 millions de m 2. D après les estimations réalisées à partir de l enquête, il représente près de 550 millions d euros de chiffre d affaires et environ 4600 salariés. Différents types d entreprises ont été caractérisés. Les perspectives apparaissent plus favorables pour les entreprises familiales indépendantes ou filiales d un sélectionneur (en canard et Gallus ponte), tandis qu on assiste actuellement à un désengagement de l aval (notamment en gallus chair). Le mouvement de concentration déjà engagé devrait se poursuivre et permettre une revalorisation des marges, une modernisation des entreprises et le maintien de leur compétitivité. Si la spécialisation des couvoirs semble incontournable pour des raisons de qualité sanitaire et d efficacité technique, la diversification des productions par la création de groupes multi-espèces et celle des bassins de production deviennent également des enjeux primordiaux pour faire face aux risques sanitaires et économiques. Annick AZARD (1), Pascale MAGDELAINE (1), Laëtitia COLIN (2), Julie PUTERFLAM (3) (1) ITAVI - 28, rue du Rocher PARIS, (2) MASTER 2 PAEHQ - Parc de Grandmont TOURS (3) ITAVI Zoopôle Beaucemaine 41, rue de Beaucemaine PLOUFRAGAN Contact : TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 19 ]

2 52 % de la surface des bâtiments d élevage de futurs reproducteurs et reproducteurs (Gallot, 2006, d après SCEES, enquête aviculture 2004 sur 48 départements) sont représentés dans l échantillon Entretiens Afin de valider les analyses réalisées à partir de l enquête postale, quelques entretiens approfondis ont ensuite été réalisés en janvier et février 2007, auprès d entreprises représentatives de la diversité du secteur. 2. Caractérisation du maillon accouvage L accouvage comprend l élevage des volailles futures reproductrices (élevage des parentaux d un jour à la mise en reproduction), l élevage des volailles reproductrices (production d OAC (œufs à couver) jusqu à la réforme) et le couvoir (mise en incubation des OAC). Une entreprise d accouvage a pour but de produire des OAC et/ou des animaux d un jour, mais elle peut également ne pas posséder la totalité de ces trois structures. Par ailleurs, le périmètre d activité des entreprises d accouvage inclut parfois des activités annexes difficilement différentiables de l activité principale comme l accouvage à façon, la production d œufs embryonnés, l élevage de grand-parentaux, voire la production de poulettes démarrées (pour les couvoirs Gallus ponte) ou une activité de négoce. Les indicateurs recueillis (chiffre d affaires, nombre de salariés, etc.) recouvrent le plus souvent l ensemble de ces activités Un maillon en lien avec un amont concentré La sélection des souches au niveau mondial est répartie entre quelques grands groupes internationaux en raison des moyens techniques et financiers importants requis pour cette activité. Après une période où les capitaux investis provenaient de secteurs extérieurs à l aviculture (groupes pharmaceutiques, fonds de pension, etc.), on constate depuis quelques années un retour de capitaux issus du milieu avicole dans le contrôle de l activité de sélection. Le marché mondial des souches de Gallus chair est ainsi contrôlé principalement par trois groupes : Aviagen (groupe allemand Erich Wesjohann, souches Arbor Acres et Ross), Hubbard (groupe français Grimaud) et Cobb Vantress (Tyson Foods, USA). Le marché des souches de Gallus ponte est réparti au niveau mondial pour moitié entre ISA (groupe hollandais Hendrix Genetics) et Hy-line / Lohmann (groupe Erich Wesjohann). Enfin le marché de la dinde est détenu par Aviagen (groupe Erich Wesjohann, souches B.U.T. et Nicholas), devant Hybrid Turkeys (Hendrix Genetics). En France, en raison de la diversification importante de la filière, la concentration de la sélection est moins forte, avec la présence de sélectionneurs spécialistes de produits spécifiques, comme la SASSO (Association des groupements Label Rouge du Sud-ouest et de la Sarthe), qui commercialise des souches Gallus chair pour le mode d élevage alternatif et de plusieurs sélectionneurs en palmipèdes, en pintades et en gibier. La reprise de la maîtrise de la sélection par des capitaux d origine avicole est perçue par les accouveurs que nous avons rencontrés comme un élément favorable pour l ensemble des filières avicoles, car permettant de favoriser une logique professionnelle de gestion à long terme et non plus de seule rentabilité financière à court terme Un maillon en restructuration Les entreprises d accouvage se sont fortement restructurées au cours des dernières années. On assiste à une diminution du nombre de groupes d accouvage (fermetures, rachats) et du nombre de couvoirs, certaines entreprises ayant été contraintes de fermer des sites. Le rythme de disparition des couvoirs Gallus s est élevé à 25 par an entre 1980 et 1990, à 10 par an entre 1990 et 2000 et à 7 par an entre 2000 et 2005 : en 2005 on compte 84 couvoirs Gallus, plus de la moitié ayant une capacité d incubation supérieure à OAC (cf. tableau 2). Tableau 2 Nombre de couvoirs par espèce en 2005 et variation depuis 2000 Espèce Nombre Dont capacité Var. nb couvoirs de couvoirs > OAC 2005 / 2000 Gallus Dinde Pintade Canard Oie (Source : SCEES) Un couvoir étant en général spécialisé dans une seule espèce, on peut considérer qu il en existe au total autour de 150 sur le territoire national. D après les statistiques du SCEES sur les éclosions par région en 2004, une part importante de l activité des couvoirs Gallus chair est répartie sur les Pays de la Loire et la Bretagne (respectivement 37 % et 33 % des poussins éclos utilisés), l activité dinde est encore plus concentrée sur la Bretagne et les Pays de la Loire (respectivement 58 % et 41 % des dindonneaux éclos utilisés), et en canard la seule région Pays de la Loire représente 68 % des canetons éclos utilisés. En 2004 (derniers résultats disponibles), et sur 48 départements, le parc de bâtiments de volailles futures reproductrices représentait environ [ 20 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

3 c est près de la moitié des OAC produits en France qui est destinée à l export, ce qui montre la forte dépendance du maillon accouvage vis-à-vis des marchés à l export, du contexte international et de la réglementation liée à la situation sanitaire des pays exportateurs. D où l importance pour ce maillon de conserver un haut niveau d exigence sanitaire, de poursuivre et même renforcer, en complément de contraintes réglementaires, les démarches qualité volontaires comme le Contrat de progrès CIDEF pour la dinde et la Charte sanitaire du SNA pour les couvoirs (Gallus chair et ponte, pintade, palmipèdes, gibier à plumes). Entre 2000 et 2005, les exportations d OAC sont globalement en baisse (quasi stabilité en OAC dinde), alors que celles d animaux d un jour sont plutôt en hausse, sauf en Gallus ponte (Douanes France) bâtiments et près d un million de m 2 et le parc de bâtiments de volailles reproductrices environ bâtiments et plus de 2,3 millions de m 2 (Gallot, 2006, d après SCEES, enquête aviculture 2004). Entre 2000 et 2005, la production d OAC a diminué de 10 % en Gallus chair, de 6 % en Gallus ponte, de 21 % en dinde et de 17 % en pintade, elle est par contre restée stable en canard et en oie (SCEES). L activité a été fortement perturbée en 2006, notamment sur le premier semestre, à la suite de la médiatisation de la crise de l Influenza aviaire, des chutes de consommation et de la fermeture de nombreux marchés d exportation en relation avec la perte du statut indemne d Influenza aviaire pour la France (de février à juin 2006), contraignant les accouveurs à détruire des OAC et à anticiper des réformes. Sur l ensemble de l année 2006, les éclosions sont en repli de 11 % en Gallus chair et en pintade par rapport à 2005 et de 9 % en dinde (SCEES) Un maillon tourné vers l export L accouvage est, après la sélection, le maillon de la filière avicole le plus dépendant de l export, à la fois directement par l export d OAC et d animaux d un jour et, indirectement par l export de viande de volaille ou d œufs de consommation, comme l a montré une étude réalisée par l ITAVI sur des données (Champagne, 2005). En particulier pour la dinde, 61 % des OAC produits sont exportés sous forme d OAC, de dindonneaux d un jour ou de viandes et préparations, plus de la moitié de ces exportations étant le fait des accouveurs eux-mêmes (OAC ou dindonneaux d un jour). En Gallus chair, ce sont au total 52 % des OAC produits qui sont exportés directement ou sous forme de viandes et préparations, dont un quart seulement sous forme d OAC ou poussins d un jour. Le poids de l export est moins important dans la filière ponte avec l équivalent de 22 % des OAC produits, la moitié dépendant directement des accouveurs. Beaucoup de données issues des filières canard et pintade sont globalisées, ce qui en rend l interprétation plus délicate ; on peut estimer que les exportations représentent 30 à 35 % des débouchés des OAC produits en canard, dont moins de la moitié sous forme d OAC et de canetons, et près de 20 % des débouchés des OAC produits en pintade, dont un tiers de façon directe. Ainsi, selon les filières, de 20 % à plus de 60 % des OAC produits en France sont destinés à l exportation directement ou non. Au niveau global avicole, 3. Résultats de l enquête réalisée auprès des entreprises d accouvage Cette partie présente les principaux résultats issus de l enquête postale, à laquelle 28 groupes d accouvage ont participé, complétés par les entretiens réalisés par la suite Description des entreprises enquêtées Le chiffre d affaires (CA) moyen en 2005 des entreprises de l échantillon de l enquête postale est de 16,6 ± 22,3 millions d euros, pour une production moyenne de 28 ± 23 millions d animaux d un jour. La variabilité est importante, plus de la moitié des entreprises a un CA inférieur à 6 millions d euros. 22 entreprises ont un chiffre d affaires qui provient à plus de 70 % d une seule espèce, en général du Gallus chair ou du canard. Entre 2000 et 2005, le chiffre d affaires des entreprises de notre échantillon a eu tendance à diminuer en moyenne de 2,5 ± 6,3 millions d euros constants Le chiffre d affaires global de notre échantillon atteint 382 millions d euros. En se basant sur la répartition par espèce du CA 2005 des entreprises de l échantillon et en pondérant par la représentativité en terme de production d animaux d un jour de chaque espèce dans l échantillon, on peut estimer le chiffre d affaires 2005 global des entreprises du secteur accouvage au niveau national à près de 550 millions d euros. Les entreprises enquêtées emploient en moyenne 91 ± 170 salariés en 2005 (couvoirs et élevages en propre). La corrélation entre le CA moyen et le nombre de salariés étant très bonne, on estime à partir du CA global des entreprises du secteur le nombre total de salariés pour le secteur accouvage en France à environ 4600 personnes. La surface totale du parc de bâtiments de l échantillon est de 1,7 million de m 2, dont un peu plus du tiers appartient en propre aux entreprises d accouvage, le reste étant en contrat avec des éleveurs. Ces bâtiments se trouvent essentiellement en Bretagne et en Pays de la Loire, avec les trois quarts de la surface de l échantillon. TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 21 ]

4 12 entreprises sur les 28 de l échantillon se sont restructurées (fermetures et / ou rachats de sites) ou agrandies depuis 2000 : 6 ont racheté un site (croissance externe) et 7 se sont agrandies (croissance interne), seules 4 ayant dû fermer un site (modification qui s est toujours accompagnée dans cet échantillon soit d un rachat d un autre site soit d un agrandissement). Sur l échantillon, les entreprises de taille importante se sont surtout développées par croissance externe, en rachetant des outils existant, alors que les entreprises de plus petite taille ont plutôt procédé par croissance interne. Près des trois quarts des entreprises se sont modernisées depuis 2000 afin de gagner en productivité, et la quasi-totalité a réalisé des mises aux normes, en majeure partie d ordre sanitaire et traçabilité. Parmi les différents freins proposés pouvant peser sur les entreprises, celui qui a été jugé le plus contraignant au moment de l enquête est l Influenza aviaire, suivi des 35 heures, de l environnement et du sanitaire (notamment en canard). En parallèle, la menace qui pèsera le plus sur l accouvage français au cours des cinq prochaines années serait l Influenza aviaire, notamment très citée par les entreprises productrices de canard (en lien sans doute avec l obligation de déclaration des cas d Influenza aviaire faiblement pathogène), suivie de la concurrence des Pays tiers et des difficultés sur les marchés export (des produits de l accouvage mais aussi des produits finaux) Typologie des entreprises enquêtées Pour réaliser une typologie des entreprises d accouvage à partir des résultats de l enquête, nous avons recherché quels éléments pourraient permettre de différencier des groupes d entreprises assez homogènes en terme de caractéristiques générales, d évolution au cours des dernières années et de perception de leur avenir. L entrée espèce, bien qu a priori intéressante car prenant en compte des réalités de marché très différentes, était difficile à mettre en œuvre sur notre échantillon, certaines espèces n étant produites que par un faible nombre d entreprises enquêtées (c est le cas par exemple en Gallus ponte, en dinde ou en pintade) ; les problématiques par espèce seront plutôt discutées par la suite. Les autres entrées qui semblaient particulièrement intéressantes à étudier, à partir des résultats de l enquête postale mais aussi de l avis des accouveurs rencontrés au cours de la phase d entretiens, étaient : d une part la relation de l entreprise avec le reste de la filière : intégrée par l amont de l accouvage (filiale d un groupe de sélection détenant plus de la moitié du capital), liée à l aval de l accouvage (un groupe de production ou d abattage détient au moins un tiers du capital) ou familiale indépendante (aucun actionnaire extérieur ne détient plus du tiers du capital) ; d autre part, compte tenu des risques sanitaires particuliers, le fait que les couvoirs soient ou non spécialisés dans une seule espèce ; dans l échantillon, toutes les entreprises ayant un couvoir non spécialisé sont des entreprises familiales indépendantes. Le croisement de ces deux critères de regroupement permet de distinguer quatre groupes : - les entreprises intégrées par l amont (6 entreprises), - les entreprises liées à l aval (7 entreprises), - les entreprises familiales indépendantes dont les outils de production sont spécialisés (11 entreprises), - les entreprises dont le couvoir n est pas spécialisé par espèce (4 entreprises). Parmi les entreprises enquêtées, celles intégrées par l amont sont toutes spécialisées à plus de 70 % du CA dans une seule espèce, canard ou Gallus ponte (cf. tableau 3). Majoritairement situées en Pays de la Loire, elles sont de taille importante et plutôt récentes et ne possèdent qu une faible part de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction en propre. Elles se Tableau 3 Caractérisation des groupes d entreprises enquêtées Groupe (effectif) Entreprises intégrées par l amont (6) Entreprises liées à l aval (7) Entreprises familiales Entreprises avec outil indépendantes (11) multi-espèces (4) Espèces produites canard, Gallus ponte (spécialisées : > 70 % Gallus chair toutes toutes du CA sur 1 espèce) Taille grosse petite hétérogène très petite CA moyen 2005 (millions d ) 20,4 ± 13,0 11,8 ± 8,1 19,2 ± 30,7 < 2 Nb moyen salariés 98 ± ± ± ± 5 Date de création moyenne Régions surtout PDL toutes régions grand ouest hors grand ouest Parc de bâtiments 15 % en propre 19 % en propre 51 % en propre 59 % en propre Évolution depuis Activité en progression (canard) - Investissements de productivité - Évolution activité hétérogène - Peu de restructuration / - Modernisation (traçabilité) - Peu de restructuration / - Investissements sur sanitaire agrandissement agrandissement et productivité [ 22 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

5 sont généralement restructurées ou agrandies depuis 2000 (au moins en canard), mais aussi modernisées (notamment mises aux normes relatives à la traçabilité), l activité de ces entreprises est globalement jugée en progression sur la période. Leur perception de l avenir est plutôt positive, peut-être parce qu elles disposent d un appui financier solide, ces entreprises comptant dans l ensemble s agrandir et augmenter leur activité au cours des cinq prochaines années. A noter que leurs perspectives dépendront également de la stratégie d ensemble du groupe de sélection détenant les capitaux et des marchés sur lesquels elles se situent. Les entreprises liées à l aval, de plus petite taille, produisent en majorité du Gallus chair et ne possèdent qu une faible part de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction en propre. Elles n ont connu aucune modification de structure depuis 2000, mais des investissements ont été réalisés, privilégiant notamment l amélioration de la productivité. Leur perception de l avenir est moins favorable que dans le groupe précédent, aucune de ces entreprises ne comptant s agrandir au cours des cinq prochaines années, avec une activité export prévue en diminution. Les entreprises familiales indépendantes dont les couvoirs sont spécialisés, autonomes mais disposant de capitaux plus limités, produisent diverses espèces et sont de tailles très hétérogènes ; elles sont propriétaires de la moitié de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction. Elles se sont généralement restructurées ou agrandies depuis 2000 et différents types de mises aux normes ont été réalisés, l évolution de l activité depuis 2000 étant très différente selon les entreprises. Leur perception de l avenir reste assez positive avec une activité prévue stable voire en augmentation selon les entreprises au cours des cinq prochaines années, (malgré une baisse attendue de l export), et des projets d agrandissement. Enfin, les entreprises dont l unique couvoir n est pas spécialisé par espèce, toutes familiales indépendantes, se caractérisent par une diversification des productions (jusqu à 6 espèces produites). Situées hors Grand ouest, elles sont de très petite taille, assez anciennes et propriétaires de plus de la moitié de leur parc de bâtiments de volailles de reproduction. Elles n ont pas connu de restructurations ou d agrandissements depuis 2000, toutefois des modernisations ont été réalisées. Leur perception de l avenir est assez défavorable, aucune de ces entreprises ne comptant ni s agrandir ni se moderniser au cours des cinq prochaines années. Ainsi, les perspectives seraient plus favorables pour des entreprises spécialisées, indépendantes ou filiales d un sélectionneur, ou pour des groupes d accouvage ayant opté pour une diversification des productions mais avec une véritable spécialisation de chaque site de production, ce qui permet à la fois de privilégier une forte technicité, une situation sanitaire optimale et une sécurisation des débouchés Perspectives et enjeux du secteur de l accouvage en France Les forces et faiblesses actuelles du secteur de l accouvage déterminent largement ses perspectives d avenir. Elles varient en fonction du secteur d activité et du type de partenariat avec les opérateurs d amont et d aval des filières concernées. Cependant, au travers des entretiens réalisés, l unanimité se fait sur quelques tendances. Les principales forces de l accouvage français sont, de l avis général, son bon statut sanitaire, contrainte nécessaire pour approvisionner la filière en animaux d un jour indemnes de germes pathogènes, son savoir-faire technique, même si ce dernier atout n est plus aussi décisif aujourd hui les autres pays ayant nettement progressé sur les dernières années, mais aussi la diversité des débouchés. La qualité sanitaire des produits, couplée à une bonne coordination entre les professionnels et l administration en période de crise (cf. 1er semestre 2006) place par ailleurs la France en bonne position à l exportation. Les faiblesses du secteur apparaissent malheureusement plus nombreuses : la concentration encore limitée du secteur accouvage et avicole en général et la forte pression concurrentielle qui en découle génèrent une érosion des marges, qui ne permet plus de dégager un autofinancement suffisant pour réinvestir, moderniser les outils et espérer ainsi réaliser les gains de productivité nécessaires pour conserver une compétitivité suffisante ; la réduction forte de la capacité d autofinancement des entreprises conduit ainsi au vieillissement à la fois des couvoirs et du parc de bâtiments. Ce constat général apparaît particulièrement d actualité pour l accouvage Gallus chair où les marges sont faibles (comparées aux autres secteurs et en France comparées à la concurrence intra européenne). Le secteur accouvage français souffre également d un manque de compétitivité résultant notamment des surcoûts engendrés par les réglementations française et communautaire et d une pénurie de main-d œuvre compétente (travail sur des produits vivants, forte technicité du métier). L évolution du profil des entreprises d accouvage apparaît fortement différenciée selon les secteurs d activité. Ainsi, la tendance est plutôt au maintien d un partenariat fort entre la sélection et l accouvage pour les entreprises des secteurs canard et ponte, déjà fortement intégrées par l amont (filialisation ou partenariat exclusif de distribution), même si une tendance à l implication croissante des partenaires d aval est sensible en production de canetons mulards. En Gallus ponte, l hypothèse d une implication des partenaires d aval dans l accouvage apparaît peu crédible compte tenu de la relative atomisation de l aval de la filière. La forte implication de la sélection dans l accouvage ponte et canard s explique notamment par une taille de marché plus faible (nécessité d amortir les coûts de sélection sur des volumes suffisants et coût de l investissement aval plus faible). En Gallus chair et en TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007 [ 23 ]

6 dinde, le modèle d entreprises familiales indépendantes domine, avec une tendance au désengagement financier des partenaires d aval (même si des exceptions peuvent être relevées, il semble que le rachat d outils d accouvage par des industriels d aval soit limité et lié à la nécessité d assurer, dans des cas particuliers, l approvisionnement du groupe ou de l organisation de production aval). D autres stratégies n impliquant pas de prise de participation financière de l aval existent également pour développer des partenariats forts permettant de garantir l approvisionnement des structures d aval, et ainsi de sécuriser dans une certaine mesure les débouchés des entreprises d accouvage. La concentration du secteur devrait se poursuivre autour de quelques grands groupes multi sites multi bassins de production et multi espèces, même si le maintien de petites structures indépendantes est envisageable sur des micro marchés où la proximité peut être un atout déterminant ou sur des marchés de niche à faibles volumes. La pérennisation de la menace Influenza aviaire accentue la nécessité de diversifier, pour une même structure, ses bassins de production. Les stratégies de développement (sur le marché intérieur ou à l exportation) sont essentiellement liées au secteur d activité et aux perspectives de marché caractérisant les différentes filières. Ainsi, en Gallus chair, les perspectives se situent principalement sur le marché intérieur, où des espérances de maintien voire de léger développement apparaissent légitimes aux entreprises d accouvage. En Gallus ponte, le marché intérieur français et intra communautaire n étant plus en croissance, les perspectives de développement sont limitées et très liées aux parts de marché des sélectionneurs impliqués dans les différentes entreprises françaises d accouvage. Dans le secteur de la dinde, où les perspectives nationales sont clairement au déclin des volumes, le développement des exportations d OAC et de dindonneaux, voire l internationalisation des entreprises, apparaît comme un relais de croissance possible pour les entreprises de taille suffisante. Enfin, les perspectives de développement demeurent favorables sur le marché des canetons, les débouchés demeurant cependant essentiellement nationaux. Quant à la pintade, les perspectives sont liées à celles du marché national. Conclusion Cette étude, malgré son manque d exhaustivité, a permis de réaliser une caractérisation du secteur de l accouvage français, d en souligner l hétérogénéité, d en analyser les forces et faiblesses et de dégager quelques perspectives et enjeux pour l avenir. D après les estimations réalisées à partir de l enquête, le secteur de l accouvage au sens strict en France représente près de 550 millions d euros de chiffre d affaires et environ salariés et a produit en 2005 presque 1,1 milliard d animaux d un jour. Il apparaît que la concentration en cours du secteur devrait permettre une revalorisation des marges et une amélioration de la capacité d autofinancement des entreprises, nécessaire à leur modernisation et à la préservation de leur compétitivité au plan international. Si aucun modèle d entreprise n émerge réellement pour l avenir, il semble cependant que la spécialisation des sites soit incontournable, notamment pour garantir la qualité sanitaire des produits et pour permettre une meilleure efficacité technique. L avenir serait ainsi plutôt à la constitution de groupes multi-sites et souvent multi-espèces, afin de permettre une mutualisation des risques tant sanitaires qu économiques. Ces groupes pourront se constituer à partir du rapprochement d entreprises familiales qui chercheront ainsi à atteindre une taille critique suffisante, ou par des liens de partenariat forts avec un sélectionneur. La tendance à l intégration du secteur de l accouvage par l aval, par ailleurs très répandue dans d autres pays européens, n apparaît ainsi pas dominante en France. Références bibliographiques Agreste statistiques agricoles du SCEES, Champagne J., Tendance des Marchés, 91, 3-5 Gallot S., Caractérisation des exploitations avicoles françaises à partir de l enquête aviculture 2004, 93 p. Nous remercions les entreprises d accouvage ayant participé à l enquête, ainsi que le SNA, l Office de l Elevage et le CASDAR, géré par le Ministère de l Agriculture et de la Pêche, pour leur contribution financière. [ 24 ] TeMA nº 2 - avril/mai/juin 2007

L'année 2004. Sommaire

L'année 2004. Sommaire numéro spécial juin 2006 L'année 2004 Sommaire Pages METHODOLOGIE DES ENQUETES AVICOLES... 2 à 4 LES REPRODUCTRICES... 5 à 8 Eclosions de volailles reproductrices (Gallus)... 6 Eclosions de volailles reproductrices

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Aviculture : une volaille française sur trois est bretonne

Aviculture : une volaille française sur trois est bretonne Agreste Bretagne - Avril 2013-3 AgresteBretagne Avril 2013-3 Une publication de la DRAAF de Bretagne Résultats du Recensement Agricole 2010 Aviculture : une volaille française sur trois est bretonne Depuis

Plus en détail

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées AVIPOLE FORMATION 2013-2014 Votre partenaire formation Des formations spécialisées Formations aux métiers de l aviculture Formations Intra et inter entreprises Formations de perfectionnement Page 2 NOTRE

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 AVIP LE LE CENTRE Créé en 1962, AVIPOLE FORMATION a formé plus de 1500 techniciens et plusieurs milliers d éleveurs et de salariés avicoles. Il contribue ainsi au développement

Plus en détail

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

AVIPOLE FORMATION 2010-2011. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées

AVIPOLE FORMATION 2010-2011. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées AVIPOLE FORMATION 2010-2011 Votre partenaire formation Des formations spécialisées Formations aux métiers de l aviculture Formations Intra et inter entreprises Formations de perfectionnement Page 2 NOTRE

Plus en détail

Acquisition de références techniques, économiques et commerciales. Filière 3 : L élevage de volailles biologiques

Acquisition de références techniques, économiques et commerciales. Filière 3 : L élevage de volailles biologiques Acquisition de références techniques, économiques et commerciales Filière 3 : L élevage de volailles biologiques Connaissances typologiques des systèmes d élevage de volailles biologiques en région Provence-Alpes-

Plus en détail

Evaluation des consommations d énergies

Evaluation des consommations d énergies Evaluation des consommations d énergies en élevage de volailles de chair 1. Introduction Depuis le développement de l aviculture française dans les années 50, la filière a en permanence essayé d optimiser

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Page 1 sur 5 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaires en Gestion de la Santé et de

Plus en détail

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS Comité de pilotage du 5 juin à Agen Annick Azard - ITAVI Service Economie Présentation du programme Mis en place en 1987 Concours financiers

Plus en détail

Présentation succincte de la Maison De l Aviculture et la répartition géographique

Présentation succincte de la Maison De l Aviculture et la répartition géographique Présentation succincte de la Maison De l Aviculture et la répartition géographique 1- Présentation de la Maison De l Aviculture (MDA) La Maison De l Aviculture (MDA), est une organisation professionnelle

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Des tendances de production différentes d'un pays à l'autre. Production indigène brute en tête base 100 en 1997

Des tendances de production différentes d'un pays à l'autre. Production indigène brute en tête base 100 en 1997 Agreste Synthèses Animaux de boucherie Porcins Juin 2010 n 2010/116 Porcins - Juin 2010 Animaux de boucherie Synthèses n 2010/116 Vers une disparition du cycle du marché du porc? Le marché du porc est

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants - février 2012 Agreste février 2012 Pays de la Loire L emploi agricole : la place accrue des coexploitants En 2010, l ensemble de l agriculture ligérienne emploie 73 500 personnes travaillant de manière

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TETE REGLEMENTAIRE NOR : AGRG1505346A Intitulé du texte : Arrêté du [ ] établissant des normes minimales relatives à l hébergement des palmipèdes destinés à la production de foie

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Les entreprises exportatrices

Les entreprises exportatrices Chiffres & données 2006 Édition 2007 Observatoire régional de l information économique des CCI des Pays de la Loire Les entreprises exportatrices DES Pays de la Loire Réalité, besoins & perspectives Les

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

Production biologique et étiquetage des produits biologiques Position de ERPA sur les règles relatives aux volailles du projet COM(2014)180

Production biologique et étiquetage des produits biologiques Position de ERPA sur les règles relatives aux volailles du projet COM(2014)180 Décembre 2014 2014/0100(COD) Production biologique et étiquetage des produits biologiques Position de ERPA sur les règles relatives aux volailles du projet COM(2014)180 Contexte Les volailles biologiques

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France»

La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» La FNPL lance une démarche fédératrice pour soutenir le lait des «Eleveurs Laitiers de France» Depuis plusieurs années, le secteur laitier subit des crises de plus en plus profondes, conséquences, notamment,

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française Rencontres Les enjeux de la diversification en Mutualité Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française 2013 Les enjeux économiques et stratégiques de la diversification le 7 novembre Les enjeux de

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois Mai 2013 PNA Vendômois PNA VENDOMOIS Travail réalisé dans le cadre du projet PNA «Pour une restauration SAINE

Plus en détail

Premier Forum Economique de la Province de Larache

Premier Forum Economique de la Province de Larache Premier Forum Economique de la Province de Larache Potentialités et Perspectives de L industrie Agroalimentaire dans la Province de Larache 15 juin 2010 La stratégie du secteur de l élevage s inscrit dans

Plus en détail

Agreste Pays de la Loire. Les Pays de la Loire deuxième région française pour les industries agroalimentaires

Agreste Pays de la Loire. Les Pays de la Loire deuxième région française pour les industries agroalimentaires Agreste Agreste Janvier 2013 Les deuxième région française pour les industries agroalimentaires Avec 12,7 milliards d euros de chiffre d affaires et 2,3 milliards de valeur ajoutée dans les industries

Plus en détail

Rapport n 2004/10 Février 2004

Rapport n 2004/10 Février 2004 Rapport n 2004/10 Février 2004 Bertille MOREL et Roger LE GUEN, ESA, Angers Nathalie SCHIEB-BIENFAIT, IAE, Nantes Annie LAMBERT, ENITIAA, Nantes Rebecca EUZEN, Chambre Régionale d Agriculture des Pays

Plus en détail

3. Particularités du secteur avicole en Tunisie

3. Particularités du secteur avicole en Tunisie 3. Particularités du secteur avicole en Tunisie 3.1. PARTICULARITES DU SYSTEME DE PRODUCTION La production de volailles en Tunisie repose sur un système très particulier, à savoir la programmation des

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Assemblée Générale Publique du SNA. 16 Octobre 2015 PARIS

Assemblée Générale Publique du SNA. 16 Octobre 2015 PARIS Assemblée Générale Publique du SNA 16 Octobre 2015 PARIS 1 Volaille élevée sans antibiotique : Assemblée Générale Publique une opportunité pour du la SNA filière avicole française Présentation d une expérience

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION Conseiller d Elevage Avicole Session 2016-17

PROGRAMME DE FORMATION Conseiller d Elevage Avicole Session 2016-17 PROGRAMME DE FORMATION Conseiller d Elevage Avicole Session 2016-17 Du 3 octobre 2016 au 1 er octobre 2017 AVIPOLE FORMATION Zoopôle les Croix, rue Camille Guérin 22440 Ploufragan Tél. : 02 96 01 62 26

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER Questionnaire Groupe de travail Biens de consommation UNIFA Président : Jean-Claude RICOMARD Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER 1 DIAGNOSTIC DE LA SITUATION ACTUELLE ET IDENTIFICATION DES

Plus en détail

SYNTHESE DE LA PARTIE 1 : Etat des lieux économique du secteur et des filières

SYNTHESE DE LA PARTIE 1 : Etat des lieux économique du secteur et des filières Etude sur le secteur et les filières de production des matériaux et produits bio-sourcés utilisés dans la construction (à l'exception du bois) Etude réalisée par Nomadéis pour le compte du Ministère de

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Intégration et contractualisation en agriculture au Québec Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Déroulement de la rencontre Ouverture Première partie : La démarche de

Plus en détail

ANALYSE SWOT ET PISTES DE REFLEXIONS

ANALYSE SWOT ET PISTES DE REFLEXIONS Filière Avicole et Cunicole Wallonne (FACW) asbl Siège social : Chaussée de Namur, 47 5030 GEMBLOUX ANALYSE DE LA FILIERE AVICOLE ACTIVE EN WALLONIE Etude menée à la demande de la Filière Avicole et Cunicole

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires Workshop «Socio économie des risques sanitaires» Quelles approches pour quels usages? 29 Novembre 2011 Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires L.G. Soler INRA Aliss INTRODUCTION Comment

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Inauguration officielle du nouveau Centre de relations clients

Inauguration officielle du nouveau Centre de relations clients 10 Inauguration officielle du nouveau Centre de relations clients / 1 Cap sur l Afrique du Nord / 4 L évaluation de l uniformité des poussins / 6 Nouveaux entrants / 8 ÉDITORIAL Cher partenaire, Après

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

Filières d élevage en Mayenne

Filières d élevage en Mayenne Filières d élevage en Mayenne Enjeux et leviers d actions D après une analyse comparée des facteurs de compétitivité France Allemagne. En Mayenne, les filières d élevage occupent une place économique et

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 219, Septembre 2005

Les Cahiers de l'observatoire n 219, Septembre 2005 Les Cahiers de l'observatoire n 219, Septembre 2005 Les transports par benne TP Le transport par benne TP est un secteur d activité de première importance bien que parfois sous-estimé. En 2003, environ

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

Observatoire régional économique et social / n 4 / novembre 2011. d entreprises

Observatoire régional économique et social / n 4 / novembre 2011. d entreprises La lettre de l ORES Observatoire régional économique et social / n 4 / novembre 2011 Éditorial À mi-chemin entre la PME et la grande entreprise, une nouvelle catégorie d a été mise en évidence à partir

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain Avril 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 362 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau Agreste Champagne-Ardenne n 5 - Juillet 2011 Enquête eau et assainissement 2008 Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau La consommation domestique d eau des champardennais s élève à 147

Plus en détail

La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer.

La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer. La forêt source de produits d avenir : une énergie actuelle, le bois d œuvre de demain, des produits à inventer. Rechercher la compétitivité, s inscrire dans la modernité et l auto développement Union

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES 1 2 1 Campagne de vaccination La Clavelée Début de campagne : le 01 avril 2013 au niveau des wilayas du grand Sud;

Plus en détail

Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS

Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS LA DIRECTRICE GENERALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l évaluation du risque de transmission des virus Influenza aviaires

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Effectif salarié moyen

Effectif salarié moyen Panorama des entreprises agroalimentaires - Région Nord Pas de Calais PREFET DE LA REGION NORD PAS DE CALAIS http://panorama-iaa.alimentation.gouv.fr/index.php3 TABLEAU I CHIFFRES CLES EAE 2007 Les données

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Enquête construction bois Basse Normandie 2009

Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Courant 2009, ProfessionsBois a réalisé une enquête auprès des constructeurs bois intervenant sur la Basse Normandie. 118 entreprises bas normandes ont été

Plus en détail

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat Focus sur le cantal Mardi 10 décembre 2013 M.Poucheret En regard des applications du PMBE depuis 2005, quels sont aujourd hui les besoins de modernisation

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 «Collaboration entre le GIPAC et les services vétérinaires pour promouvoir

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Troyes les 22 et 23 mai 2013 Les 22 et 23 mai derniers se sont tenue à l IUMP de Troyes (10), les premières Assises des filières

Plus en détail

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Synthèse Cadre juridique et objectifs L article L. 337-5 du code de l énergie dispose

Plus en détail