Physique : Thermodynamique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique : Thermodynamique"

Transcription

1 Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une transformation isentropique réversiblé étant une transformation quasi-statique, à entropie constante, on peut appliquer la première identité thermmodynamique, pour un gaz parfait vérifiant donc la premier loi de Joule : 0 d du GP + P dv d nc V m + dv V d ln + γ d ln V γ On én déduit un des trois relation de Laplace pour un gaz parfait subissant une isentropique réversible adiabatique réversible : V γ Cte ; soit, puisque P V : P V γ Cte comme A V γ A V γ Donc,, on en déduit : A α γ 979, 6 K et comme D V γ D C V γ C, on en déduit : D C α γ 98, K La transformation C étant une isochore et concernant un gaz parfait qui vérifie donc la première loi de Joule : Q C Q C,V ΔU C,GP nc V m C soit : Q C γ C A α γ 2, 6 J De même : Q F Q D A,V ΔU D A,GP nc V m A D soit : Q F γ A C α γ 8, 4 J 4 D après le premier principe de la hermodynamique { appliqué au gaz subissant un cycle, 0 l énergie interne étant fonction d état : ΔU soit : W Q W + Q C + Q C Q F, d où : F W [ A α γ + C α γ ] W 2, 74 J et P 28, 9 W γ 2Δt + Δt + Δt 2 5 η grandeur utile grandeur investie W Q C oit, d après le premier principe : η + Q F Q C, ce qui conduit à : η α γ 60, 2% 6 Cf Cours : Pour le cycle de Carnot entre deux thermostats CH et FR le rendement s écrit : η max FR 68, 2% CH Commentaire : η max > η. On vérifie que le cycle réel est un cycle irréversible et que le cycle de Carnot correspond au rendement maximal d un cycle moteur fonctionnant entre les deux thermostats considérés. 7 Δ A Δ CD 0 transformations isentropiques

2 CorDn o 8 Ve 09/04/0 hermodynamique / Éq. d oxydo-réduction PI La transformation C étant une isochore - concernant un gaz parfait qui vérifie donc la première loi de Joule - quasi-statique puisque représentable dans le diagramme de Clapeyron, on peut appliquer Premier Identité hermodynamique. On obtient : Δ C C d C [ Δ C γ ln d nc V m + dv V γ ln C C De même, pour la transformation D A, on a : Δ DA [ Δ DA γ ln A A C ] ln α 2, J.K γ ln A C α γ ] + ln α 2, J.K γ ln C A α γ 8 Par propriété d une fonction d état, sur un cycle : Δ A A 0. Les expressions littérales précédents permettent de le vérifier puisque : Δ Δ A + Δ C + Δ C D + Δ D A 0 9 Puisqu un thermostat subit une transformation réversible, par application du deuxième principe : Δ CH é CH Q C CH Q C CH 0 De même : Δ FR é FR Q F FR Q F FR γ. Aα γ C CH, J.K. γ. Cα γ A FR 2, J.K. L entropie étant une fonction d état extensive, elle est également, en thermodynamique classique, additive. Donc : Δ Δ + Δ FR + Δ CH 4, 8.0 J.K Commentaire : On vérifie que le cycle étudié est irréversible puisque Δ é + p > 0. 2 uλ J.K.s kg.m 2.s.K δq F δq F,V du GP nc V m d λ FR.dt, soit : d dt + τ FR τ ou encore : A D nc V m λ. d FR Δt2 0 FR A D FR dt τ ln Δt 2 Δt 2 τ ln FR D A FR Commentaire : L équation différentielle qu on a pu écrire faire apparaître τ nc V m comme λ homogène à un temps unité : la seconde, plus précisément il s agit de la durée caractéristique de la transformation étudiée. CH 4 De même δq C nc V m d λ CH.dt, soit : Δt τ ln CH C 2 http ://atelierprepa.over-blog.com/

3 PI hermodynamique / Éq. d oxydo-réduction Ve 09/04/0 CorDno 8 5 A,lim RF et C,lim CH CH 6 La première identité thermodynamique pour une éq isochore d un GP s écrit : d du P dv d + C V + dv V, soit : exp K exp pour C nc V m C V D D exp K exp pour D A nc V m Ainsi, les courbes représentatives de transformations isochores sont des portions d exponentielles croissantes dans le diagramme entropique. C V A A C D C D FR II Détente de l hélium [ENAC 2006, q. 9-24] Rq : n m M 25 mol U 2.t C V. e loi de Joule d où C V m.c V 2. oit : c V C V m 2. R M, 2 kj.k.kg Rép..C 2 P 2 2 m V 2 M.R 24, 9 bar 2, P a Rép. 2.A V 2 W 2 δw a : Q* car réversible, donc P ext P b : car GP c : car isotherme Cte oit W 2. ln P 2 V 2. ln V P ext.dv a P.dV b V 57 kj Rép.. 4 Pour un Gaz Parfait Monoatomique, connaissant la Relation de Mayer : 5 2 V.dV dv c V γ C P C V + C V C V 2 5, 67 Pour la transformation, le système étant un Gaz Parfait subissant une adiabatique réversible donc isentropique, on peut lui appliquer les lois de Laplace, soit : V γ Cte, i.e. : V γ V γ D où : V V γ. 26 K Rép. 4.A 5 W 2 W + W 2, avec : W 2 δw P ext. dv 0 isochore W a ΔU Q b C V. c 2.. Donc : W 2 W 2. m M. 427 kj Rép. 5. a : e Principe + adiabatique b : GP et e loi de Joule c : GPM http ://atelierprepa.over-blog.com/

4 CorDn o 8 Ve 09/04/0 hermodynamique / Éq. d oxydo-réduction PI 6 Δ Δ rév. ln V d rév a du + P.dV b Car : a : e Identitté hermodynamique b : e loi de Joule et Équation d état d un GP D où : Δ 2. ln 952 J.K Rép. 6.C 7 V 9 C V.d.dV + V ln + P P 2 P isentr. 2 isoch. isentr. isotherme isoch. 2 V V 2 V 2 8 Pour une transformation isochore élémentaire, la e Identité hermodynamique donne, pour un GP vérifiant la e du + P. dv d loi de Joule : d C V Donc, en sommant entre l état {, } et un état thermodynamique intermédiaire {, } sur l isochore réversible 2, on obtient : C V. ln Or, comme est une adiabatique réversible, donc une isentropique, on obtient :. exp C V Chimie : Oxydoréduction III Influence de la complexation Cet exercice n était pas compliqué mais demandait de connaître : - la définition d un nombre d oxydation d un élément dans une espèce chimique et la méthode pour l obtenir - la charge de l ion CN donc une certaine «culture»en chimie, fondée sur ce qu on a déjà rencontré à plusieurs reprises, comme l ion cyanure CN qui est un «classique» - l expression de la relation de Nernst et de l activité d une espèce selon qu elle est un soluté, une phase condensée, un solvant ou un gaz Un minimum d attention était également requis : l énoncé demandait de considérer le couple Cu + /Cu et non pas le couple Cu 2+ /Cu!... Il ne doit y avoir aucune difficulté sur ces points de base de cours et de méthode L ion cyanure CN portant une charge négative, le cuivre est au degré d oxydation +I 4 http ://atelierprepa.over-blog.com/

5 PI hermodynamique / Éq. d oxydo-réduction Ve 09/04/0 CorDno 8 dans le complexe CuCN 2. Pour écrire la demi-équation redox reliant les espèces du couple CuCN 2 /Cu, il faut faire intervenir les ions cyanures qui complexent les ions cuivre I : CuCN 2 + e Cu + CN 2.a Couple Cu + /Cu : Cu + + e Cu, doù : E E + R F ln[cu+ ] 2.b Couple CuCN 2 /Cu : E 2 E2 + R [CuCN 2 F ln ] [CN ]. Comme, à l équilibre, les potentiels des couples redox en solution sont égaux : E E 2, soit E + R F ln[cu+ ] E2 + R [CuCN 2 F ln ] [CN ] Or la réaction de complexation CuCN 2 Cu + + CN a pour constante de dissociation K d [Cu+ ][CN ] [CuCN 2 ]. On en déduit : E + R F ln[cu+ ] E2 + R F [Cu + ln ] soit : E 2 E + R F lnk d qui devient, à 25 C : E 2 E + 0, 06. logk d. oit, finalement E 2 E 0, 06.pK d, 20 V à 25 C. 2.c Comme E 2 < E pour le couple Cu+I /Cu 0, la complexation a très fortement diminué le caractère oxydant de CuI. K d, IV Mesure du pke de l eau Cet exercice demandait de connaître : - l équilibre d autoprotolyse de l eau y avait pire comme début, et pourtant! - la méthode pour déterminer l espèce oxydé et l espèce réduite ici, la solution commun permettait de se limiter au considération sur les potentiels standard ; mais plus généralement, comme à chaque fois qu on a étudié une pile, on pouvait exprimer le potentiel de chaque électrode et comparer E et E 2 pour déterminer les polarités de la pile - l expression de la relation de Nernst - la différence entre une réaction de précipitation Ag + +Cl AgCl et les demi-équations redox du couple oxydoréducteur AgCl/Ag AgCl s +e Ag s + Cl, la première correspond à une réaction qui a lieu en solution alors que les dernières sont symboliques car mettant en jeu des électrons! - la différence entre une espèce oxydante et une espèce réductrice dans un couple la première correspondant à un élément à un nombre d oxydation supérieur à celui qu elle a dans l espèce réductrice ; ainsi, le couple AgCl/Cl n existe pas car le chlore a le même nombre d oxydation dans les deux formes AgCl et Cl... Là encore, il ne doit y avoir aucune difficulté sur ces points de base de cours et de méthode Le pke est associé à l équilibre d autoprotolyse de l eau : 2H 2 O H O + + HO 2.a La réaction spontanée est celle de l oxydant le plus fort sur le réducteur le plus fort. Ici, comme E AgCl/Ag 0, 222 V > E H + /H 2 0 V, AgCl est l oxydant le plus fort et H 2 le réducteur le plus fort selon l échelle des potentiels. http ://atelierprepa.over-blog.com/ 5

6 CorDn o 8 Ve 09/04/0 hermodynamique / Éq. d oxydo-réduction PI À l électrode de platine on observe donc l oxydation du dihydrogène : H 2 2H + + 2e À l électrode d argent on observe la réduction de l ion argent +I, présent sous forme de précipité AgCl : AgCl s + e Ag s + Cl Comme la cathode est le lieu de la réduction et l anode le lieu de l oxydation, l électrode d argent est le pôle positif et l électrode de platine est le pôle négatif : E + EAgCl/Ag > E EH + /H 2 2.b La f.é.m de cette pile est : Pôle [P t H 2,gaz H O + aq + Cl aq AgCl s Ag s ] Pôle + e E+ E EAgCl/Ag EH+ /H 2 EAgCl/Ag + R F ln [Cl ] 0, , 059 log 0 EH + /H 2 + R 0, log 2 0, , 059 log0 e 0, 576 V [H + 2F ln ] 2 P H a À l électrode de platine : EP 2 t E H + /H 2 + R [H + 2F ln ] 2 P H 2 EH + /H 2 R 2F ln soit, à 25 C : E 2 P t 0, 059.pK e + 0, 059.pC 0 À l électrode d argent : EAg 2 E AgCl/Ag + R F ln [Cl ] soit, à 25 C : E 2 Ag E AgCl/Ag + 0, 059.pC 0 K 2 e P H 2.[HO ] 2.b Comme EP 2 t E2 < E2 Ag E2 +, on observe les mêmes polarités mais l électrolyte est basique : Pôle + [Ag s AgCl s K + aq + HO aq, C 0 ; K + aq + Cl aq, C 0 H 2,gaz P t] Pôle - à l anode électrode de platine se produit l oxydation de H 2 en milieu basique : H 2 + 2HO 2H 2 O + 2e - à la cathode électrode d argent se produit la réduction de AgCl selon la même équation que dans la première pile : AgCl s + e Ag s + Cl.c La f.é.m de la seconde pile est : e 2 E 2 + E2 E AgCl/Ag + 0, 059.pK e 4 La f.é.m est alors e e 2 e 0, 059.pK e 0, 54 V 0, 472 V, on en déduit pk e 4. 6 http ://atelierprepa.over-blog.com/

DM28 Moteur et détente de l hélium

DM28 Moteur et détente de l hélium DM28 Moteur et détente de l hélium I Cycle moteur [Véto 200] Attention : une grande attention sera portée à la qualité des applications numériques les donner avec 3 ou 4 chiffres significatifs) Un moteur

Plus en détail

III Réaction de l aluminium sur l hydroxyde de sodium

III Réaction de l aluminium sur l hydroxyde de sodium DM26 Oxydo-réduction I Influence de la complexation Rq : dans cet exercice, on travaille à 25 C et on écrira RT.lnX 0,06.logX F On s intéresse au couple CuCN 2 3 /Cu. Donnée : pk d CuCN 2 3 = 28,6. À quel

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie.

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. U.E. LC102 Année 2008-09 2 nd Semestre Première session Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. Exercice

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz CCP Chimie MP 20 Énoncé /5 6(66,2 03&+ C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz %/HFDQGLGDWDWWDFKHUDODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHjODFODUWpjODSUpFLVLRQHWjODFRQFLVLRQGH

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Constante d acidité d un couple acide/base

Constante d acidité d un couple acide/base ACTIVITE-COURS CHIMIE N 3 TS 1/6 CONSTANTE D ACIDITE D UN COUPLE ACIDE/ABASE Objectifs de l'activité Activité-cours de chimie N 3 Constante d acidité d un couple acide/base Connaître la réaction d autoprotolyse

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION 1. ECHELLE DE Sur les étiquettes d minérales, on peut lire suivi d une valeur voisine

Plus en détail

Fiche de révisions sur les acides et les bases

Fiche de révisions sur les acides et les bases Fiche de révisions sur les s et les s A Définitions : : espèce chimique capable de libérer un (ou plusieurs proton (s. : espèce chimique capable de capter un (ou plusieurs proton (s. Attention! Dans une

Plus en détail

Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008.

Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008. Corrigé examen de chimie physique 2BBM janvier 2008. Note : la dispense est fixée à 12. Problème 1. On s intéresse à la combustion du gaz naturel, assimilé à du méthane dans le dioxygène : CH 4(g) + 2

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER PCSI - Physique Lycée Clemenceau PCSI (O.Granier) Etude des machines thermiques PCSI - Physique I Le moteur à explosion à 4 temps (Cycle de eau de Rochas, 86) Simulation java PCSI - Physique PCSI - Physique

Plus en détail

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Chapitre 7 : Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Tableau d avancement

Tableau d avancement Terminale S - AP SPC 6 Tableau d avancement Objectifs : Savoir réaliser un bilan de matière initial, intermédiaire ou final grâce à un tableau d avancement. Une transformation chimique est l évolution

Plus en détail

Chimie et restauration des instruments de musique

Chimie et restauration des instruments de musique Centrale-MP-2011 Chimie et restauration des instruments de musique III-A-1) On peut mesurer pag à l aide d un montage potentiométrique. On met une électrode d argent dans la solution et une électrode de

Plus en détail

1 Thermodynamique: première loi

1 Thermodynamique: première loi 1 hermodynamique: première loi 1.1 Énoncé L énergie d un système isolé est constante, L énergie de l univers est constante, de univers = de syst + de env. = 0 1 L énergie d un système est une fonction

Plus en détail

IC9 Oxydoréduction Constante d équilibre et dosage

IC9 Oxydoréduction Constante d équilibre et dosage PTSI Thermodynamique Ma /05/0 ICn o 9 IC9 Oxydoréduction I Constante d équilibre et dosage On fait réagir les ions Ce 4+ sur les ions F e 2+. ) Écrire l équation-bilan de la réaction. Donner l expression

Plus en détail

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE Université P. et M. Curie Année 000/001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 001 EXAMEN DE CHIMIE CORRIGE Durée de l épreuve : 3 heures Les calculatrices ne sont pas autorisées Données : (les

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

Chapitre 2. Réactions acido-basiques

Chapitre 2. Réactions acido-basiques Chapitre 2. Réactions acido-basiques Exemples de réactions acido- basiques : o Le contrôle de l acidité du sang par l organisme est basé sur des réactions acido- basiques ( toute variation peut provoquer

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés Nous n avons, jusqu à présent tenu compte, que des nombre positifs. Pourtant, la plupart des dispositifs numériques traitent également les nombres négatifs,

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS 1 CHAPIRE 10 LES GAZ PARFAIS I PROPRIEES HERMODYNAMIQUES DES GAZ PARFAIS 1 Définition Dans un gaz parfait il n'y a aucune interaction entre les molécules. 2 Equation d'état L'équation d'état permet d'écrire

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE.

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE. UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES I. NIVEAU ET REFERENCE AU PROGRAMME. Ce document peut être utilisé en classe de terminale scientifique en complément de la partie du programme (partie C de chimie)

Plus en détail

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Pré requis : Réactions d oxydoréduction pour des couples ions métalliques / métal

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices obs.4 Couleur et quantité de matière exercices Savoir son cours Mots manquants Une solution colorée se comporte comme un filtre coloré. La grandeur permettant d évaluer l intensité de la lumière absorbée

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Thermochimie - TD 2 Corrigé

Thermochimie - TD 2 Corrigé Thermochimie - TD Corrigé Licence 1 «Groupes Concours & Polytech» - 007 / 008 Exercice 1 : combustion La combustion dans une bombe calorimétrique (volume constant) d une pastille de 3,76 g d acide benzoïque

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Transfert d énergie : piles et accumulateurs

Transfert d énergie : piles et accumulateurs Chapitre 11 Transfert d énergie : piles et accumulateurs Découvrir Activité documentaire n 1 Quelles énergies pour les véhicules électriques de demain? 1. Un véhicule hybride utilise deux sources d énergie

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Mesure quantitative de l information - Chapitre 2 - Information propre et mutuelle Quantité d information propre d un événement Soit A un événement de probabilité P (A)

Plus en détail

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS THEORIE REGION DE PICARDIE NOTE NOM PRENOM LYCEE Que signifie l adjectif potable? Peutêtre bu sans danger QUELQUES EAUX POTABLES

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION ÉCONOMIE LICENCE 1 MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 Soit une entreprise dont l évolution de la production en fonction du nombre d unités de travail utilisée est donnée

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

8 Ensemble grand-canonique

8 Ensemble grand-canonique Physique Statistique I, 007-008 8 Ensemble grand-canonique 8.1 Calcul de la densité de probabilité On adopte la même approche par laquelle on a établi la densité de probabilité de l ensemble canonique,

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

Second degré : Résumé de cours et méthodes

Second degré : Résumé de cours et méthodes Second degré : Résumé de cours et méthodes 1 Définitions : DÉFINITIN n appelle trinôme du second degré toute fonction f définie sur R par f () = a + b + c (a,b et c réels avec a 0). Remarque : Par abus

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat

Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat Professeur : Mohamed lemine ould Hasnat I. Solutions acides faibles 1.1. Observation Le ph d une solution d acide éthanoïque CH 3 COOH de concentration molaire c A = 10 2 mol/l est égale à 3,4. 1.2. Interprétation

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Fonctions hyperboliques et applications réciproques

Fonctions hyperboliques et applications réciproques Chapitre III Fonctions hyperboliques et applications réciproques A Fonctions hyperboliques directes A. Sinus hyperbolique et cosinus hyperbolique On va définir de nouvelles fonctions inspirées notamment

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Thermodynamique de l oxydo-réduction en phase aqueuse

Thermodynamique de l oxydo-réduction en phase aqueuse PC Marcelin Berthelot Thermodynamique 5 : Thermodynamique de l oxydo-réduction en phase aqueuse Document de cours Chapitre court dont le but est essentiellement d illustrer l intérêt de l enthalpie libre

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie

Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie P a g e 1 TS Chimie Enoncé Les indicateurs colorés naturels : de la cuisine à la chimie Exercice résolu La première utilisation d'un indicateur coloré pour les titrages acido-basiques remonte à 1767 par

Plus en détail

DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE

DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE T.P-cours de Chimie n 7 DOSAGE DES IONS HYDROGENOCARBONATE CONTENUS DANS UNE EAU MINERALE I Titre alcalimétrique d une eau. Principe a) Dans les eaux d alimentation, l alcalinité est due principalement

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Les machines thermiques

Les machines thermiques Les machines thermiques II. Les machines thermiques Une machine thermique permet une conversion d'énergie. Pour fonctionner en régime permanent, elles effectuent des cycles. Très souvent, un fluide est

Plus en détail

Les Machines thermodynamiques

Les Machines thermodynamiques Les achines thermodynamiques Table des matières 1) DEFINITION 2 2) ENTROPIE : SECOND PRINCIPE DE LA THERODYNAIQUE 2 3) ACHINES ONOTHERES 2 4) ACHINES DITHERES 3 41) SCHEA DE PRINCIPE 3 42) INEGALITE DE

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Un modèle simple de formation d étoiles

Un modèle simple de formation d étoiles Un modèle simple de formation d étoiles [Exercice classique] Un modèle simple d étoile consiste à supposer que celle-ci est constituée d une masse M d atomes d hydrogène, adoptant une configuration sphérique

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits.

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. 1 er cycle universitaire. BS. C. Haouy, professeur de hysique Appliquée Cours de hermodynamique n 4 : chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. Mise à jour du 21-02-07. Colonne de gauche =

Plus en détail

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons :

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons : Exercice : La chaptalisation (7points) = 0,25pt donc 28 1 OH 2 C est un alcool primaire. 3 C 6 H 12 O 6 -> 2C 2 H 6 O + 2CO 2 2. 2.1 La stœchiométrie de l équation de la réaction, nous montre qu un mole

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR DM4 Page 北 航 中 法 工 程 师 学 院 ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Année académique 24-25 Devoir à la maison n 4 À rendre le vendredi 2 juin 25 Numéro d étudiant à 8 chiffres :

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES X LENTILLES SPHERIQUES MINCES Exercices de niveau Dans ces exercices vous apprendrez à manipuler correctement les relations de conjugaison et de grandissement, d abord dans des cas très simples puis plus

Plus en détail

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite I Exercices 1 Définition de suites Pour toutes les suites (u n ) définies ci-dessous, on demande de calculer u 1, u, u 3 et u 6 1 u n = 7n n + { u0 = u n+1 = u n + 3 3 u n est le n ième nombre premier

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

OLYMPIADES RÉGIONALES DE CHIMIE (2003/2004) Centre du JURA

OLYMPIADES RÉGIONALES DE CHIMIE (2003/2004) Centre du JURA Partie 1 (sur12) page1/2 étude d un rouge à lèvres 1.a. Citer 3 composants entrant dans la composition d un rouge à lèvres. /1,5 1.b. Préciser leur rôle /1,5 2. Quel espèce chimique naturelle trouve-t-on

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet 25 juin 2013-12h15-15h15 Nom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 Prénom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de :

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de : ARITHMETIQUE Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Introduction aux différents ensembles de nombres L'ensemble de tous les nombres se nomme l'ensemble des réels. On le note IR (de real en allemand) On

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail