Rupture et plasticité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rupture et plasticité"

Transcription

1 Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

2 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements non linéaires des matériaux solides Amphi 1 Rupture fragile Singularités de contrainte et ténacité des matériaux Amphi 2 Analyse énergétique de la propagation d une fissure I Amphi 3 Analyse énergétique de la propagation d une fissure II. Fissuration par fatigue Amphi 4 Plasticité Comportement élasto-plastique Amphi 5 Dissipation plastique Amphi 6 Structures élasto-plastiques standards Amphi 7 Charges limites Amphi 8 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

3 Charges limites 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

4 Position du problème Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

5 Position du problème Charges limites Les contraintes que peut supporter une structure sont physiquement limitées... Matériaux élastiques fragiles sup σ(n) σ 0. n =1 Matériaux ductiles σ eq σ 0. Plus généralement : σ G domaine de résistance. Objectif : dimensionner une structure à partir de la seule connaissance de son domaine de résistance. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

6 Position du problème Position du problème Domaine de résistance σ σ 0 σ 0 σ σ 0 σ ε Une même condition d admissibilité : σ σ 0., mais 3 comportements 1D différents ε ε Plus généralement : Contraintes non physiques. 0 σ G Contraintes physiquement admissibles G Le domaine de résistance G délimite les états de contraintes physiquement admissibles. G est convexe. σ = 0 est point intérieur de G. Rien n est dit sur le comportement du matériau lorsque σ est à l intérieur de G ou sur le bord de G. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

7 Position du problème Problème de structure T_ d HPP : ε = 1 2( ξ + T ξ ), Quasi-statique : div σ + F = 0, F_ C.L. : T = σ.n = T d sur S T, ξ = ξ d sur S ξ. Ω d ξ_ Résistance limitée : σ(x) G(x), x Ω Estimation des chargements supportables (ou non) par la structure? Commentaires : Information sur le comportement très incomplète. Pas (ou peu) d espoir de caractériser les chargements supportables. Objectif : caractériser les chargements non supportables par la structure. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

8 Position du problème Exemple : torsion z=h e_ z α z h α Paramètres généralisés de chargement : P e = T.ξ ds = Q q, z=h Q = M = 2π R 0 σ θz r 2 dr, z=0 M : couple de torsion, q = α (angle de torsion). Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

9 Position du problème Exemple : torsion Torsion d un arbre : borne supérieure pour le couple admissible R ( ) M 2π sup σ θz r 2 dr = 2πR3 sup σ θz. σ G 3 σ G Résistance régie par le critère de von Mises : G = {σ : σ eq σ 0 }, σ 2 eq = ( s 2 rr + sθθ 2 + szz 2 + 2σrθ 2 + 2σrz 2 + 2σθz 2 ) σ 2 0, sup σ θz = σ 0 = M M u = 2πR3 σ 0 σ G Résistance régie par la contrainte normale maximale σ(n) σ 0 En supposant (équilibre) σ = τ (e θ e z + e z e θ ) n, sup n =1 σ(n) = τ = M M u = 2πR3 σ 0. 3 Informations utilisées : Equilibre + résistance limitée Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

10 Position du problème Commentaires Existe-t-il un champ de contrainte σ(x, t) vérifiant les équations en contrainte du problème? NON si M > M u, Le champ de contrainte solution du problème élastoplastique montre (critère de von Mises) que la réponse est OUI si M < M u. Existe-t-il un champ de déplacement ξ(x, t) associé? : impossible de répondre sans préciser la loi de comportement complète : - Matériau parfaitement plastique : Oui. - Matériau élastique fragile : Non en général. Il peut y avoir rupture dès que le critère est atteint sur le bord. Informations incomplètes = réponse incomplète. On ne peut donner que des conditions nécessaires pour l existence d une solution. = Notion de chargement potentiellement supportable. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

11 Chargements potentiellement supportables : approche statique Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

12 Chargements potentiellement supportables : approche statique Approche statique (Equilibre + résistance limitée) Cadre de travail : paramètres généralisés de chargement Q. Condition nécessaire pour que le chargement soit supportable : il doit exister un champ de contrainte σ statiquement admissible { : } σ S(Q) = σ, div σ + F = 0 dans Ω, σ.n = T d sur S T.. physiquement admissible : σ P = { σ, tel que σ (x) G(x) x Ω. }. Condition nécessaire : Q K = { X tels que : S(X ) P }. Un chargement dans K est dit potentiellement supportable. Un chargement en dehors de K n est pas supportable. Un chargement sur le bord de K est chargement limite. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

13 Chargements potentiellement supportables : approche statique Propriétés de K K = { X tels que : S(X ) P }. K contient 0 : σ = 0 S(0), 0 P. K est convexe : Q 1, Q 2 K, Q t = tq 1 + (1 t)q 2, alors Q t K 0 t 1. Chargement à un paramètre : K = [ Q u, +Q u +]. Q u ± : charges limites. Tout champ de contrainte σ statiquement et physiquement admissible donne une estimation par défaut de Q u : Q(σ) Q u + (σ K). Objectif de l approche statique : construire des champs de contrainte statiquement et physiquement admissibles donnant la borne inférieure la plus grande. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

14 Chargements potentiellement supportables : approche statique Preuve de la convexité de K Définition de K = σ 1 S(Q 1 ) P, σ 2 S(Q 2 ) P. On pose σ t = tσ 1 + (1 t)σ 2. (a) Par linéarité de l application σ Q(σ) et des équations d équilibre : Q(tσ 1 + (1 t)σ 2 ) = tq 1 + (1 t)q 2 = σ t S(Q t ). (b) Par convexité de G : σ 1 (x) G, σ 2 (x) G = tσ 1 (x) + (1 t)σ 2 (x) G, σ t P. (c) Conclusion σ t S(Q t ) P = Q t K. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

15 Chargements potentiellement supportables : approche statique Mise en oeuvre de l approche statique (dite aussi «par l intérieur») Choisir un champ de contrainte, ou (mieux) une famille de champs de contrainte. Leur imposer d être statiquement admissibles. Appliquer le critère d admissibilité physique. On obtient une estimation par défaut de la charge limite. Optimiser le champ de contrainte pour maximiser la borne inférieure sur le chargement potentiellement supportable. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

16 Chargements potentiellement supportables : approche statique Exemple : plaque trouée, matériau de von Mises Données du problème : - Force Q selon Oy. - Trou libre de contrainte. - Déformations planes. - von Mises : σ eq σ 0. Famille de champ de contrainte : - σ = 0 dans la bande centrale (satisfait σ.n = 0 au bord du trou). - σ uniforme dans les bandes latérales (satisfait div σ = 0) - Continuité du vecteur contrainte σ.e x entre bandes : σ xx = σ xy = σ xz = 0. Choix 1 : σ = σ yy e y e y, équilibre : σ yy = Q/(L a), résistance : σ eq = σ yy, Q max = σ 0 (L a), L a y Q = σ 0 (L a) Q u. x Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

17 Chargements potentiellement supportables : approche statique Exemple : plaque trouée, matériau de von Mises Choix 2 (famille à 2 paramètres) : L a y Q x σ = = σ = 0 = = σyy σ zz σ = σ yy e y e y + σ zz e z e z, équilibre : σ yy = Q L a, résistance : σeq 2 = (σyy 2 σ yy σ zz + σzz) 2 = ( 1 2 σ yy σ zz ) σ2 yy σ 2 0, Maximiser Q (ou σ yy ) admissible : choisir σ zz = 1 2 σ yy, = σ max yy = 2 3 σ 0 = Q max = 2 3 σ 0 (L a), = 2 3 σ 0 (L a) Q u. Améliore la borne inf précédente σ 0 (L a) par un facteur 2/ 3. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

18 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

19 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Approche cinématique (dite aussi «par l extérieur») Soit Q K. Par définition de K : σ S(Q) P. Soit v un champ cinématiquement admissible quelconque : PPV = Q. q(v) = σ :d(v) dω, (d(v) = ε(v)). Ω Or : σ :d(v) π(x, d(v)), avec π(x, d) déf = sup σ :d, σ G(x) P e (Q, v) = Q. q(v) P rm (v) avec P rm (v) déf = π(x, d(v)) dω. Ω P rm est la puissance résistante maximale. Interprétation : La puissance fournie par l extérieur ne peut excéder celle que la structure est physiquement capable d accommoder. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

20 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Approche cinématique 0 _Q Q. q(v) P rm (v). Q E(v) = { Q tels que P e (Q, v) P rm (v) } E(v) = demi-espace. (v) _ P (v) rm _. _q (v) _ En considérant tous les champs de vitesses v cinématiquement admissibles : K K c = v E(v). K K c est défini de façon purement cinématique. On montre (théorie de la dualité) que K c = K. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

21 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Approche cinématique Tout champ de vitesse donne une information (par excès) sur les chargements Q potentiellement supportables Q. q(v) P rm (v). Cette information peut être optimisée : soit une famille de champs de vitesse v tels que : q(v) = q 0, alors Q. q 0 inf q(v)= q 0 P rm(v). Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

22 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Choix des champs de vitesse Champ de vitesse : d constant par sous domaine. v continu. Massif déformable S Poinçon rigide. ξ_= V e _ z Champs de vitesse virtuelle discontinus? Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

23 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Champs de vitesse discontinus Modifications à apporter à l approche cinématique pour tenir compte des discontinuités de vitesse virtuelle : Champ de vitesse v régulier sur Ω 1 et Ω 2, discontinu sur S : σ :d(v) dω = div σ.v dω + (σ.n).v da Ω 1 Ω 1 eω 1 + (σ.n (1) ).v (1) da, Ω 2 S S n_ (1) n_ (2) σ :d(v) dω = div σ.v dω + (σ.n).v da Ω 2 Ω 2 eω 2 Ω 1 + (σ.n (2) ).v (2) da S (1) + (2) avec : σ.n (1) = σ.n (2) = σ.n, [[v]] = v (2) v (1). σ :d(v) dω + σ.n.[[v]] da Ω S } {{ S } P i = F.v dω + (σ.n).v da Ω } Ω {{ } P e=q. q(v) Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

24 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Champs de vitesse discontinus σ :d(v) dω + σ.n.[[v]] da Ω S } {{ S } P i On remarque alors (symétrie de σ) que (σ.n).[[v]] = σ ij n j [[v i ]] = σ :(n [[v]]) = σ : d où on déduit P e = Q. q(v) = Ω S Ω S = F.v dω + (σ.n).v da Ω } Ω {{ } P e=q. q(v) ( 1 [ ] ) n [[v]] + [[v]] n = σ :(n s [[v]]) 2 σ :d(v) dω + σ :(n s [[v]]) da S sup σ :d(v) dω + sup σ G(x) = Ω S (rappel : π(x, d) déf = sup σ :d). σ G(x) π ( x, d(v) ) dω + S σ G(x) S σ :(n s [[v]]) da π ( x, n s [[v]] ) da Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

25 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Puissance résistante maximale pour champs de vitesse discontinus : P rm (v) = Ω S π ( x, d(v) ) dω + S π ( x, n s [[v]] ) da Puissance résistante = terme volumique + terme surfacique. P e (Q, v) P rm (v), v C.A. Commentaires : Idée : choisir une famille de v C.A. et optimiser. Les meilleurs champs de vitesse (ceux donnant une puissance résistante minimale) sont les modes de ruine les plus proches possibles de la réalité physique. En théorie des charges limites on peut travailler avec des champs de vitesse discontinus. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

26 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Calcul de P rm. Fonctions π (critère de von Mises) π(x, d) = sup σ :d, σ G(x) Critère de von Mises : π(d) = ( sup σ :d = sup p tr(d) + s :d d), σ eq σ 0 σ eq σ 0 d d = d tr(d) 3 i. p arbitraire (s fixé) : π(d) = + si tr(d) 0. Si tr(d) = 0, sup s :d = 3 2 s σ 0 2 ( 2 ) 1/2. 3 σ 0 d = σ 0 d eq, où d eq = 3 d :d π(d) = { + si tr(d) 0, = σ 0 d eq si tr(d) = 0,. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

27 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Fonctions π et discontinuités de vitesse (critère de von Mises) tr([[v]] s n) = [[v]].n, ([[v]] s n) 2 eq = 1 3 [[v]] ([[v]].n)2 = π([[v]] s n) = Si v est tel que : π(d(v) ou π([[v]] s n) = +, { + si [[v]].n 0, = σ 0 [[v]] / 3 si [[v]].n = 0. alors P rm (v ) = +, l inégalité Q. q(v) P rm (v) est toujours satisfaite. Ces champs v ne donnent pas d information sur les charges limites ; ils sont donc sans intérêt pour la méthode. Un champ v tel que π(d(v)) et π([[v]] s n) sont < + est dit pertinent. Pour le critère de von Mises : v pertinent trd(v) = 0 et [[v]].n = 0. Les champs de vitesse pertinents pour le critère de von Mises ne créent pas de variation de volume et leurs discontinuités sont purement tangentielles. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

28 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Autres critères Fonctions π connues (entre autres) pour : Critère de Tresca : voir poly ; Critère de Coulomb (géomatériaux, friction) : voir exemple contrôle MEC τ + tanφ σ n C 0 (C : cohésion, φ : angle de frottement) Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

29 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Exemple de mise en oeuvre : (a) construction de champs pertinents Q _ v = U V 0 y x α v = 0 L Choisir une famille de champs de vitesse pertinents. a Vitesse partie basse : v = 0 Vitesse partie haute : v = Ue x + V e y. Pertinence : V = Utgα. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

30 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Exemple de mise en oeuvre : (b) puissance résistante et optimisation Puissance des efforts extérieurs : α v = 0 _ v = U V 0 P e (Q, v) = QV = QUtgα. Discontinuité de vitesse : [[v]] = (U 2 + V 2 ) 1/2 = U cos α. Puissance résistante maximale P rm (v) : σ 0 [[v]] da = σ 0 L ( 3 3 cos α S a) U cos α. Appliquer l inégalité P e (Q, v) P rm (v) : QV σ 0 L ( 3 cos α a) U cos α. Q σ 0 L ( 3 cos α a) 1 sin α Optimiser l inégalité : α = π/4, Q u 2σ ( 0 L a ). 3 2 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

31 Chargements potentiellement supportables : approche cinématique Exemple de mise en oeuvre : (c) combinaison des approches statique et cinématique 2σ 0 L ( 1 a ) 3 L Q u 2σ ( 0L 1 a ). 3 2L Encadrement de la charge limite. Remarque : les bornes sont d autant plus rapprochées que a/l est petit. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

32 Chargements supportables ou potentiellement supportables? Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

33 Chargements supportables ou potentiellement supportables? Chargements supportables ou potentiellement supportables? Supposons déterminé l ensemble K. Tout chargement dans l intérieur de K peut-il être effectivement supporté? Réponse : oui en plasticité parfaite : Q int(k) = condition de charge sûre. inconnue en général. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

34 Exemples d analyse limite par les deux approches Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

35 Exemples d analyse limite par les deux approches Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

36 Exemples d analyse limite par les deux approches Exemple d analyse limite par les deux approches : stabilité de pente Masse volumique quand teneur en eau. Paramètre de chargement : ρ. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

37 Exemples d analyse limite par les deux approches Approche statique («par l intérieur») Données du problème : - Force volumique ρg selon Oz div σ + ρg e z = 0. ρ g 1 x - Bord libre de contrainte. - Tresca σ i σ j σ 0. Champ statiquement admissible : z 3 2 Zone 1 : σ zz = ρgz, σ xz = 0, σ xx = 0, σ yy = (1/2)(σ xx + σ zz ). Zone 2 : σ zz = ρg(z h), σ xz = 0, σ xx = ρgz, σ yy = (1/2)(σ xx + σ zz ). Zone 3 : σ zz = ρg(z h), σ xz = 0, σ xx = ρgz, σ yy = (1/2)(σ xx + σ zz ). Tresca : σ i σ j ρgh = σ 0 gh ρu. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

38 Exemples d analyse limite par les deux approches Approche cinématique Champ de vitesse : Zone 1 : v = U(sin α e x + cos α e z ) Zone 2 : v = 0. Fonction π pour Tresca (cf. poly) : π([[v]]) = σ0 2 [[v]] si [[v]].n = 0. Champ pertinent par construction, [[v]] = U. Puissance efforts extérieurs : P e (P, v) = ρgv.e z dv = PU, P = 1 2 ρgh2 sin α (poids de la partie «mobile»). Ω Puissance résistante maximale : σ 0 P rm (v) = S 2 [[v]] da = σ 0 U h 2 cos α Optimisation par rapport à α : ρ u σ 0 1 min 0 α π/2 gh cos α sin α = 2σ 0 gh. 2 ρ g U 1 = ρ u σ 0 1 gh cos α sin α. α Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

39 Exemples d analyse limite par les deux approches Plan 1. Position du problème 2. Chargements potentiellement supportables : approche statique 3. Chargements potentiellement supportables : approche cinématique 4. Chargements supportables ou potentiellement supportables? 5. Exemples d analyse limite par les deux approches Stabilité des pentes Fondation Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

40 * A O Exemples d analyse limite par les deux approches 8 N B Exemple d analyse limite par les deux approches : fondation H K C D > = I A? M. Hjiaj, A. V. Liamin, S. W. Sloan, Int. J. Solids Structures 42 : , Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

41 Exemples d analyse limite par les deux approches Analyse limite d une fondation : approche cinématique Construction numérique d un «mode de ruine» : optimisation numérique de P rm (v) par rapport aux valeurs nodales des champs de vitesse pertinents v engendrés par des fonctions de base éléments finis. M. Hjiaj, A. V. Liamin, S. W. Sloan, Int. J. Solids Structures 42 : , Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

42 Exemples d analyse limite par les deux approches Analyse limite par les deux approches d une fondation : encadrements de charges limites M. Hjiaj, A. V. Liamin, S. W. Sloan, Int. J. Solids Structures 42 : , Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

43 Exemples d analyse limite par les deux approches Conclusion Pour une structure constituée d un matériau à résistance limitée, il existe un domaine K de chargements potentiellement supportables dont le bord est constitué des charges limites de la structure. Approche statique : détermination par l intérieur de K (détermination par défaut des charges limites). Approche cinématique : détermination par l extérieur de K (détermination par excès des charges limites). Tout chargement potentiellement supportable n est pas nécessairement effectivement supportable. Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

44 Exemples d analyse limite par les deux approches Récapitulation : points clefs du cours Les contraintes dans un matériau réel sont le plus souvent limitées. Le critère dépend du type de matériau. Notion de force thermodynamique, commune à la mécanique linéaire de la rupture (G) et la plasticité parfaite (σ), ainsi qu à d autres comportements non linéaires. Des lois à seuil sur ces forces sont fréquemment utilisées pour traduire des transitions entre régimes de comportement. L évolution d un phénomène irréversible s accompagne d une dissipation d énergie toujours positive. En fonction des limitations physiques que traduisent ces seuils, on peut obtenir des estimations des chargements potentiellement supportables. Merci pour votre attention! mercredi 02/12 : pas d amphi mais la PC9 a lieu ; mercredi 09/12 : examen écrit 9h00 12h00 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, novembre / 44

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux

Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux Zied Kammoun 1, Joseph Pastor 2, Hichem Smaoui 3 1 Université de Tunis El Manar, Ecole Nationale d Ingénieurs de

Plus en détail

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

Rupture et Plasticité. Pierre Suquet

Rupture et Plasticité. Pierre Suquet Rupture et Plasticité Pierre Suquet Table des matières 1 Comportements non linéaires des matériaux solides 1 1.1 Variété des comportements macroscopiques.................. 1 1.2 Diversité des mécanismes

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

Contact unilatéral entre solides élastiques

Contact unilatéral entre solides élastiques Contact unilatéral entre solides élastiques L. CHAMPANEY Résumé Ce cours sur le contact entre solides présente les formulations classiques employées pour la description des conditions de contact unilatéral

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l ingénieur, Lille 2004 (28-30 juin) EFFET D UN FONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l ingénieur, Lille 2004 (28-30 juin) EFFET D UN FONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS EET D UN ONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS Noël CHALLAMEL Laboratoire de Mécanique des Structures et Matériaux INSA de Rennes 20, avenue des Buttes de Coësmes 35043 Rennes cedex RÉSUMÉ - Le

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique.

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique. Titre : SSLV155 - Fissure lentille en traction Date : 20/07/2015 Page : 1/24 SSLV155 Fissure lentille en traction Résumé : Ce test a pour but de valider le calcul des facteurs d'intensité de contrainte

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011 EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 200-20 Examen 4.0.20 Nom :... Prénom :... Section :... No :... Les seuls objets autorisés sont: Le formulaire "résumé mécanique" disponible sur le moodle une feuille

Plus en détail

Communication technique et initiation à la conception. Les guidages en rotation

Communication technique et initiation à la conception. Les guidages en rotation Communication technique et initiation à la conception Les guidages en rotation Plan du cours 2 A. Présentation B. Expression fonctionnelle du besoin: C. Principes mis en œuvre D. Guidages en rotation par

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

UN EXEMPLE DE PRÉPARATION DES PETITES CLASSES DU COURS DE DE MÉCANIQUE DES MILIEUX CONTINUS

UN EXEMPLE DE PRÉPARATION DES PETITES CLASSES DU COURS DE DE MÉCANIQUE DES MILIEUX CONTINUS Département de Mécanique École Polytechnique UN EXEMPLE DE PRÉPARATION DES PETITES CLASSES DU COURS DE DE MÉCANIQUE DES MILIEUX CONTINUS O. Thual, mars 1998 Avertissement au lecteur Ce document regroupe

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

CONCEPTS FONDAMENTAUX

CONCEPTS FONDAMENTAUX Master MATRIAUX, MANIQU, STRUTURS, PRODS Mention SINS POUR L INGNIUR ONPTS FONDAMNTAUX D LA MANIQU D LA RUPTUR Abderrahim ZGHLOUL 2015-2016 hapitre I INTRODUTION La rupture est un problème auquel l homme

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Mbarka SELMI 1, Mounir LTIFI

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 :

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 : LA REUSSITE L APPRENTISSAGE PAR GUIDE PRATIQUE 2014 SOMMAIRE : I Comment intégrer la formation? II Les épreuves écrites III Nous rencontrer RENTREE 2014 : 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr

Plus en détail

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE AN INNOVATIVE DESIGN PROCESS FOR A ROCKFALL EMBANKMENT : APPLICATION IN THE PROTECTION OF A BUILDING AT VAL D ISERE

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Programmation Linéaire Cours 1 : programmes linéaires, modélisation et résolution graphique

Programmation Linéaire Cours 1 : programmes linéaires, modélisation et résolution graphique Programmation Linéaire Cours 1 : programmes linéaires, modélisation et résolution graphique F. Clautiaux francois.clautiaux@math.u-bordeaux1.fr Université Bordeaux 1 Bât A33 Motivation et objectif du cours

Plus en détail

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Chapitre 4 : Résistance au cisaillement des sols - 1 - RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Dans la pratique la résolution dun problème de Mécanique des Sols consiste souvent à : - vérifier que la stabilité

Plus en détail

CHAPITRE II : STATIQUE

CHAPITRE II : STATIQUE CHPITRE II : STTIQUE - Généralités : I. NTIN DE RCE : En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser des actions mécaniques diverses (actions de contact, poids, attraction magnétique, effort ).

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

NOTIONS DE BASE DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES

NOTIONS DE BASE DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES NOTIONS DE BASE DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES - Déformations élastique et plastique des éléments soumis à des forces - Les forces d inertie: représentation de l action d un séisme - Introduction à la dynamique

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines F. Laigle EDF CIH Centre d Ingénierie Hydraulique Séance Technique du 4 juin 2015 Conception des cavernes souterraines

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Mémoire Master 2 : Analyse appliquée et Modélisation. Sujet : Modélisation d un tas de sable par la Méthode des Eléments Discrets

Mémoire Master 2 : Analyse appliquée et Modélisation. Sujet : Modélisation d un tas de sable par la Méthode des Eléments Discrets Faculté de math-info Mémoire Master : Analyse appliquée et Modélisation Sujet : Modélisation d un tas de sable par la Méthode des Eléments Discrets Présenté par Ould Bah Hanani Sous la direction de : S.

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre Recherche opérationnelle Programmation linéaire et recherche opérationnelle Ioan Todinca Ioan.Todinca@univ-orleans.fr tél. 0 38 41 7 93 bureau : en bas à gauche Tentative de définition Ensemble de méthodes

Plus en détail

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique Titre : SSNV247 - Application d'une pression répartie sur [...] Date : 19/08/2015 Page : 1/10 SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique 1 Présentation du moulin Il s agit d une roue tournant autour d un axe. Sur l extérieur de la roue sont fixées des tiges et sur les tiges sont accrochés des récipients. Ces récipients sont ouverts en haut

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

Etude d'une transmission d autorail diesel

Etude d'une transmission d autorail diesel Etude d'une transmission d autorail diesel Le sujet comporte 6 pages de texte et 5 documents Présentation d un autorail et de la turbo-transmission VOITH Liste des figures et documents : Page de garde

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99 Forme de la semelle : homothétique

Plus en détail

INTRODUCTION A L OPTIMISATION

INTRODUCTION A L OPTIMISATION INTRODUCTION A L OPTIMISATION Les domaines d application L optimisation est essentiellement un outil d aide à la décision au sein de l entreprise, mais aussi pour des individus. Le terme optimal est souvent

Plus en détail

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides CNST-H-202 à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides 0 1 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 4 février 2007 Motivation Mécanique des milieux continus mécanique du solide ou des structures

Plus en détail

ANALYSE STRUCTURELLE DU PANTHEON. Un exemple de modélisation de systèmes maçonnés complexes par les éléments finis : résultats et difficultés.

ANALYSE STRUCTURELLE DU PANTHEON. Un exemple de modélisation de systèmes maçonnés complexes par les éléments finis : résultats et difficultés. ANALYSE STRUCTURELLE DU PANTHEON Un exemple de modélisation de systèmes maçonnés complexes par les éléments finis : résultats et difficultés. PLAN 1. Introduction : pathologies des maçonneries 2. Comparaison

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Titre : Modélisation de l'amortissement en dynamique linéa[...] Date : 4/11/11 Page : 1/13 Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Résumé : Les analyses dynamiques linéaires des structures

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail