Cours de résistance des matériaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de résistance des matériaux"

Transcription

1 ENSM-SE RDM - CPMI Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables Premières notions de comportement des matériau Aborder des situations classiques en RDM Résoudre des problèmes simples de dimensionnement

2 Résistance des matériau ENSM-SE RDM - CPMI Ch. 1 - Introduction à la RDM Ch. 2 - Equilibre global des structures Ch. 3 - Définitions et hypothèses de la RDM Ch. 4 - Torseur des efforts internes (ou de cohésion) Ch. 5 - Les sollicitations simples

3 Ch. 1 Introduction à la RDM 1 Objet de la RDM Objet de la RDM De façon générale, Mécanique = étude des effets d actions etérieures sur des solides et fluides. Choi d une modélisation = fonction de l application, des objectifs visés, des hypothèses fiées Eemple : étude dynamique du mouvement d un pendule méca. des solides rigides En mécanique des solides déformables, on étudie les déplacements relatifs entre points d un solide (notion de déformations) les efforts intérieurs associés (notion de contraintes) L objectif est de déterminer, par le calcul, des pièces de machine, des éléments de structures : Dimensionner ces pièces (objectifs d économie) Vérifier leur tenue mécanique (déformations / contraintes limites imposées) RDM = Etude des déformations, déplacements et contraintes d objets de forme simple. Dans la cadre de ce cours, des poutres. Elle est issue de la théorie, plus générale, de la Mécanique des Milieu Continus. ENSM-SE RDM - CPMI

4 Ch. 1 Introduction à la RDM 2 Champ d application de la RDM Champ d application de la RDM Calcul de structures Bâtiments, charpentes, structures métalliques Ouvrages de génie civil Squelette structural de systèmes divers Calcul de pièces mécaniques Arbres de transmission Première approche de calculs complees Etablir un premier résultat simplement ENSM-SE RDM - CPMI

5 Ch. 1 Introduction à la RDM 3 Objectifs du cours Objectifs du cours Savoir étudier le comportement d une structure de type «poutre» sous des actions (simples) Calcul des contraintes Calcul des déformations et déplacements dans le but de les dimensionner / vérifier Actions connues + efforts/déplacements admissibles problème de dimensionnement Dimensions connues + actions connues problème de vérification ENSM-SE RDM - CPMI

6 Ch. 1 Introduction à la RDM 3 Objectifs du cours ENSM-SE RDM - CPMI Principe d étude d une structure de poutres Contraintes dans les sections Isoler la structure Déterminer les actions de liaison Diagramme des efforts internes Vérification Dimensionnement (selon valeurs admissibles) Déformations et déplacements en certains points?

7 Résistance des matériau Ch. 1 - Introduction à la RDM Ch. 2 - Equilibre global des structures? Ch. 3 - Définitions et hypothèses de la RDM Ch. 4 - Torseur des efforts internes (ou de cohésion) Ch. 5 - Les sollicitations simples ENSM-SE RDM - CPMI

8 Ch. 2 Equilibre global des structures 1 Statique des structures Objectif A l équilibre, déterminer les actions de liaison qui sont a priori inconnues.? Principe de la statique PFS : Sous l action des efforts etérieurs, la structure est en équilibre chaque élément de la structure est en équilibre. Pour chaque élément isolé : F=0 MP =0 Lois de la mécanique du solide indéformable! ENSM-SE RDM - CPMI

9 Ch. 2 Equilibre global des structures ENSM-SE 1 Statique des structures RDM - CPMI Actions etérieures appliquées Forces de contact Ponctuelles Réparties Forces de volume Les plus courantes : pesanteur

10 Ch. 2 Equilibre global des structures 1 Statique des structures ENSM-SE RDM - CPMI Actions de liaison Appui simple Action de liaison : Ry Articulation ou rotule Action de liaison : R, Ry Poutre Poutre Poteau y Poteau y Encastrement Action de liaison : R, Ry, Mz Poutre y Poteau

11 Ch. 2 Equilibre global des structures 1 Statique des structures Remarque sur les charges réparties Charge équivalente à une charge répartie pl p L L/2 Une charge uniformément répartie sur une longueur est globalement équivalente à une force ponctuelle : L Intensité : pl Point d application : au milieu de L Preuve : Remarque : Nous avons en fait calculé le torseur de l action mécanique répartie p. ENSM-SE RDM - CPMI

12 Ch. 2 Equilibre global des structures 1 Statique des structures ENSM-SE RDM - CPMI Schéma de calcul Règles de schématisation : Poutre schématisée par sa ligne moyenne (ou fibre de référence) Actions de liaison schématisées par les composantes de réaction Actions etérieures schématisées par les forces réparties/ponctuelles ramenées à la ligne moyenne Repère de référence à représenter (car convention de signe pour les composantes de réaction) (Il est recommandé de reporter les indications de longueurs) a y b p F h A R B B R Ay R By

13 Ch. 2 Equilibre global des structures 1 Statique des structures ENSM-SE RDM - CPMI Calcul des actions de liaison A B A B Situation réelle Modèle Schéma de calcul Application numérique : poutre de longueur 2L, charge P. A B Situation réelle Modèle Schéma de calcul

14 Ch. 2 Equilibre global des structures 2 Iso / hyper staticité ENSM-SE RDM - CPMI Généralités Isostatique le PFS suffit à déterminer les inconnues statiques Hyperstatique de degré n n équations supplémentaires sont nécessaires. En pratique Pour une structure isostatique : libérer 1 ddl instabilité (on peut parler alors de mécanisme) structure hyperstatique de degré n : on peut libérer jusqu à n ddl et rester stable. Remarque : degré d hyperstaticité indépendant du chargement.

15 Ch. 2 Equilibre global des structures 2 Iso / hyper staticité ENSM-SE RDM - CPMI Degré d hyperstaticité Si l on travaille dans le plan (cadre de ce cours) alors nous avons pour équations : F = 0 F = 0 y M z = 0 n = Nr - Ne Ne : nombre d équations (pour un solide dans le plan, Ne=3) Nr : nombre de composantes de réaction n : degré d hyperstaticité n = 0 isostatique (cadre de ce cours) n < 0 hypostatique, instable (pb. insoluble)

16 ENSM-SE RDM - CPMI Eemples 2 Iso / hyper staticité F p A B F p A B F p A B C F p A B A B p F A B A B F F A B p F A B Ch. 2 Equilibre global des structures

17 Résistance des matériau Ch. 1 - Introduction à la RDM Ch. 2 - Equilibre global des structures? Ch. 3 - Définitions et hypothèses de la RDM Ch. 4 - Torseur de cohésion (ou des efforts internes) Ch. 5 - Les sollicitations simples ENSM-SE RDM - CPMI

18 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM ENSM-SE RDM - CPMI Introduction La RDM est une théorie simplifiée. Elle découle d un certain nombre d hypothèses qui cadrent son domaine de validité. On s intéresse à des solides considérés comme déformables Des restrictions multiples sont nécessaires pour utiliser la RDM. sur les géométries sur les matériau sur les efforts etérieurs Ce chapitre vise à poser l ensemble de ces hypothèses

19 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 1 Notion de poutre ENSM-SE RDM - CPMI Définition Poutre = volume engendré par une surface S quand G décrit une courbe C. y C G 0 z Gi (S i ) G 1 C = ligne moyenne = courbe des centres de gravité des sections S. (S i ) = sections droites, perpendiculaires localement à C en G i. Remarque : (S) peut varier le long de C. Repérage Utilisation d un repère local à chaque section droite S i. Défini par : G, i G, y i G, z i tangent à C en G i. dans le plan de (S i ). Généralement parallèles au aes principau de (Si) (= aes de symétrie, s ils eistent).

20 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 1 Notion de poutre ENSM-SE RDM - CPMI Hypothèses Elancement Dimensions transversales ( S i ) petites devant les dimensions longitudinales. Remarque : sinon, autre théories : plaques et coques, ou élasticité. Rayon de courbure Doivent être limités. Variations de section Doivent être lentes et continues. Restrictions dans le cadre de ce cours Poutres droites et problèmes dans le plan. Section constante. Sections droites symétriques G, i, y est le plan de symétrie. Conclusion : poutre définie par 1 ligne moyenne 1 section droite Représentation y Ligne moyenne G 0 G i G 1 Section droite z G i

21 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 2 Actions mécaniques Actions mécaniques Deu types d actions mécaniques Localisées Réparties Le chargement doit être ramenée au niveau de la ligne moyenne. F F C ENSM-SE RDM - CPMI

22 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 3 Hypothèses fondamentales ENSM-SE RDM - CPMI Matériau Matériau continus, homogènes et isotropes échelle macroscopique hypothèse d isotropie échelle «microscopique» Elasticité linéaire Contrainte Déformation parfaitement réversible + coefficient constant Déformation

23 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 3 Hypothèses fondamentales Déformation Hypothèse de petites déformations On ne considère que la zone de comportement élastique des matériau Les déformations et déplacements restent petits. Les calculs se font à partir de la structure non déformée. Hypothèse de Navier Bernoulli Les sections droites et planes restent droites et planes après déformation. La ligne moyenne se déforme mais les sections droites sont «rigides». C déformation C ENSM-SE RDM - CPMI

24 Ch. 3 Définitions et hypothèses de la RDM 3 Hypothèses fondamentales ENSM-SE RDM - CPMI Chargement Principe de St Venant «Les contraintes (et déformations) dans une section droite éloignée des points d application d un système de forces ne dépendent que de la résultante et du moment résultant (au centre de gravité de la section) associés à ce système de forces.» Conséquence : Les résultats de la RDM sont valables loin des points d application des forces. Quel que soit la nature d un système de force, seul le torseur résultant au centre de gravité de la section détermine l état de celle-ci. En pratique : On considère qu au-delà de 2-3 fois de la plus grande dimension transverse, résultats valables.

25 Résistance des matériau Ch. 1 - Introduction à la RDM Ch. 2 - Equilibre global des structures? Ch. 3 - Définitions et hypothèses de la RDM Ch. 4 - Torseur des efforts internes (ou de cohésion) Ch. 5 - Les sollicitations simples ENSM-SE RDM - CPMI

26 Ch. 4 Torseur des efforts internes 1 - Introduction Introduction Passage de l échelle globale à l échelle locale Des efforts etérieurs au efforts internes But : connaître la répartition de ces efforts Les risques de rupture sont liés au efforts de cohésion de la matière! Et l objectif de la RDM est de vérifier la tenue mécanique des structures! Principe : On réalise une coupure afin de déterminer le torseur des efforts de cohésion F F F Torseur des efforts internes? A l équilibre R B R B A R Ay R By R Ay R By R Ay ENSM-SE RDM - CPMI

27 Ch. 4 Torseur des efforts internes 2 Définitions ENSM-SE RDM - CPMI Coupure fictive et repère local E/ E g (E) E/ Ed y O (E g ) y (E d ) O O G z O z (S ) On considère une coupure fictive de la poutre (E) au niveau de la section S de centre de gravité G (E) est partagée à droite, côté positif, en (E d ), à gauche, côté négatif en (E g ) : ( importance du sens de parcours donné par la direction : convention de signe) Le repère (G,, y, z) est le repère local à la section droite (S ). Actions etérieures appliquées à (E) : E / E E / E / d E Eg E = Ed Eg Équilibre statique de la poutre 0 soit E / E E / E E / E g d

28 Ch. 4 Torseur des efforts internes 2 Définitions ENSM-SE RDM - CPMI Torseur des efforts internes (ou de cohésion) Isolons le tronçon (E g ) E/ E g E / E d g y 0 (E g ) y O 0 G Actions etérieures appliquées à (E g ) : z0 z E / / E E g d E g (S ) Définition : Le torseur des efforts internes en est le torseur, en G, des actions de (E d ) sur (E g ). efforts internes E / d Eg G Equilibre statique de (E g ) efforts internes E/ E g E/ E d G G ( = - torseur des actions etérieures à gauche) ( = torseur des actions etérieures à droite)

29 Ch. 4 Torseur des efforts internes 2 Définitions ENSM-SE RDM - CPMI Eléments de réduction du torseur de cohésion efforts internes R M G G G z y RG MG En projection dans le repère local, on définit ainsi : Ty y RG RG. : effort normal N() RG.y : effort tranchant selon y Ty() RG.z : effort tranchant selon z Tz() z Tz N y MG. : moment de torsion Mt() MG.y : moment fléchissant selon y Mfy() MG.z : moment fléchissant selon z Mfz() efforts internes N Ty Tz Mt Mfy Mfz z R Mfz Mfy Mt MG

30 Ch. 4 Torseur des efforts internes 2 Définitions ENSM-SE RDM - CPMI Cas des problèmes plans Ty y RG Mfz N Pour les problèmes plans (= ce cours), {T eff int } se réduit à (z composante hors plan): efforts internes N Mfz Ty R

31 Ch. 4 Torseur des efforts internes 3 Diagramme des efforts internes ENSM-SE RDM - CPMI Etape très importante! Pour la suite des développements, il est indispensable de déterminer correctement les éléments du torseur des efforts internes. Calcul des efforts internes Découpage en différents tronçons Selon les actions mécaniques rencontrées Selon la géométrie de la ligne moyenne A F B C Ecrire le PFS sur chaque tronçon dans le repère local Coupure fictive on isole la partie droite ou gauche Détermination des composantes d efforts internes grâce au bilan des actions etérieures Convention de signe en fonction du sens de parcours. Repère local repère global le plus souvent. efforts internes E/ E g E/ E d G, R G, R

32 Ch. 4 Torseur des efforts internes 3 Diagramme des efforts internes ENSM-SE RDM - CPMI Eemples de calcul des efforts internes Y Y F B p C A L B L C X h A D X L Remarques : Choi de la partie droite ou gauche indifférent (sauf sur la simplicité des calculs!) Conventions de signe assurent une compréhension physique. (eemple N<0 signifie compression, quel que soit le tronçon considéré) Résultat indépendant du choi du repère local (tant que est tangent à la ligne moyenne)

33 Ch. 4 Torseur des efforts internes 3 Diagramme des efforts internes ENSM-SE RDM - CPMI Diagramme des efforts internes Intérêt : visualisation rapide des poutres les plus sollicitées N Ty Mf A B C A B C A B C

34 Ch. 4 Torseur des efforts internes 3 Diagramme des efforts internes Singularités des diagrammes Discontinuités Discontinuité du diagramme Action ponctuelle correspondant à l effort interne considéré Eemple : discontinuité de Ty force ponctuelle selon y. Au etrémités On retrouve l intensité des actions ponctuelles en projection dans le repère local Effort tranchant Moment fléchissant ENSM-SE RDM - CPMI

35 Ch. 4 Torseur des efforts internes 3 Diagramme des efforts internes ENSM-SE RDM - CPMI Variation des efforts internes Etude d un tronçon de longueur d Hypothèses : Tranche d infiniment fine Pas d actions ponctuelles (St Venant) G G +d z z d y y Seulement des forces réparties : p (), p y () (supposées constantes sur d) p y () Ty(+d) -N() Mf(+d) -Mf() -Ty() p () N(+d) Equilibre du tronçon d dn = -p d dty = -p d y dmf = -Ty d Utile en vérification!

36 Ch. 4 Torseur des efforts internes 4 Les différents types de sollicitations ENSM-SE RDM - CPMI Sollicitations simples Traction/compression simple eff int N 0 0 Fleion pure eff int 0 Mfz 0 Fleion simple eff int 0 Mfz Ty Fleion composée eff int N Ty Mfz Autres (problèmes non plans) Fleion déviée Torsion pure eff int eff int 0 0 Ty Mfy Tz Mfz 0 Mt

37 Ch. 4 Torseur des efforts internes 4 Les différents types de sollicitations Principe de superposition F 1 F 1 A F 2 C = + A C A C F 2 La réponse de la structure sous l action de F 1 est R 1 (contrainte ou déplacement) La réponse de la structure sous l action de F 2 est R 2 (contrainte ou déplacement) La réponse de la structure sous l action de F 1 + F 2 sera R 1 + R 2 Conditions d application Domaine élastique (pas de pertes d énergie par frottement etc ) Domaine linéaire (proportionnalité force/déplacements) Forces etérieures indépendantes des déplacements (hypothèses de petites déformations). En bref : les hypothèses de la RDM! ENSM-SE RDM - CPMI

38 Ch. 4 Torseur des efforts internes 5 Notion de contrainte ENSM-SE RDM - CPMI Vecteur contrainte en un point Encore plus local Le torseur des efforts internes n est qu une vision globale au niveau de la section considérée. Que se passe-t-il, localement, en chaque point de la poutre? M (ds) n df (S) Soit, en M, une facette de surface élémentaire ds. n : normale, en M, à la facette. (ici perpendiculaire à la ligne moyenne, mais peut être quelconque) df : effort élémentaire s appliquant sur la facette. Définition La densité surfacique d effort s appliquant sur la facette ds de normale le vecteur contrainte : ds0 df T M, n = lim ds n est caractérisée par

39 Ch. 4 Torseur des efforts internes 5 Notion de contrainte ENSM-SE RDM - CPMI Vecteur contrainte en un point Remarques : Unité SI : Pascal, Pa. 1 Pa = 1 N/m² (comme la pression). Unité couramment utilisée : Mégapascal, MPa. 1 MPa = 1 N/mm². T M, n dépend à la fois du point M considéré et de l orientation n de la facette. Contraintes normales et tangentielles Par projection, on définit : σ : contrainte normale. τ : contrainte tangentielle. T M,n = σn + t M t τ (S) n σ df Remarque : Cas général : t = y + z Problème plan : y z TM,n = σ + y y τ y y σ T M,n

40 Ch. 4 Torseur des efforts internes 5 Notion de contrainte Relations contraintes efforts internes Torseur des actions mécaniques sur une facette ds de la section (S) : M G (S) (ds) df df df = 0 GM df M T M, n ds GM TM, nds G G Intégration sur toute la surface de (S) : eff int (S) T M, n ds (S) GM TM, nds G z y y G z N ds Mt z.y - y.zds (S) (S) RG Ty yds MG Mfy.zdS (S) (S) Tz zds Mfz.ydS (S) (S) ENSM-SE RDM - CPMI

41 Ch. 4 Torseur des efforts internes 5 Notion de contrainte Intérêt pour la RDM Ces relations vont permettre de passer de l échelle la plus globale (actions etérieures à la structure) à une échelle très locale (cohésion de la matière) Afin de faire ce passage inverse (efforts internes contraintes), d autres hypothèses seront nécessaires Hypothèses sur la répartition des contraintes dans les sections. Rappel : Déterminer les contraintes au sein de la matière Vérifier la tenue mécanique But de la RDM Critère de tenue mécanique : contraintes limites admissibles fonctions de σ et τ (dépend du matériau). ENSM-SE RDM - CPMI

42 Résistance des matériau Ch. 1 - Introduction à la RDM Ch. 2 - Equilibre global des structures? Ch. 3 - Définitions et hypothèses de la RDM Ch. 4 - Torseur des efforts internes (ou de cohésion) Ch. 5 - Les sollicitations simples ENSM-SE RDM - CPMI

43 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 - Introduction Introduction Etude des sollicitations élémentaires pour identifier leurs conséquences Traction / compression Fleion Torsion Le principe de superposition permettra de traiter des sollicitations composées Objectif : établir les relations effort interne contrainte / déformation Répartition et valeur des contraintes dans les sections droites. Déformée des poutres Sera abordée : première notion de comportement des matériau «simples» Principe : Définir les déformations Définir / établir les hypothèses sur les contraintes Etablir les relation contraintes / déformation puis déplacements à partir des lois de comportement. ENSM-SE RDM - CPMI

44 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Définition Une poutre est soumise à une sollicitation de traction/compression lorsque a la forme : eff int eff int N 0 G Remarques : N > 0 traction N < 0 compression Cas de poutres soumises à deu forces colinéaires, alignées et de sens opposés

45 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Déformation On appelle déformation le rapport de la variation de longueur sur la longueur de référence : +d ε dl = d d dl N Remarques : u() u(+d) Grandeur sans dimension On a aussi, de manière équivalente : ε du = d N

46 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Contrainte Hypothèses sur la répartition des contraintes On isole un tronçon de poutre soumis à de la traction via une force F F y N r N = (S) σ ds F y y G σ?? Equilibre F = N Hypothèse (basée sur des résultats epérimentau et sur l hypothèse de linéarité contrainte/déformation) : σ c te On retrouve donc l état de contrainte de la poutre en traction : N σ = S ( et τ = 0 car Ty = 0 ) F G σ N S

47 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression Essai de traction Principe de l essai Essai le plus classique Eercer sur une éprouvette de forme normalisée 2 forces colinéaires, alignées et de sens opposés L = L 0 +u S Sont mesurés : Le déplacement : u La force eercée : F F A O u ENSM-SE RDM - CPMI

48 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Essai de traction Eploitation de l essai Problématique : S 1 = 2 S 2 F 1 F 2 A 1 A 2 S 2 O u Courbes obtenues pour un même matériau! 2 éprouvettes différentes

49 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Essai de traction Normalisation Contrainte / Déformation! σ A B σ σ n C Zone élastique Zone plastique Limite maimale R m - striction Module d Young E Limite élastique R e Limite à la rupture R y O Courbe caractéristique d un matériau Ici, matériau «classique» type acier ε F σ = S F σ n = S 0

50 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression Essai de traction, conclusion Loi de Hooke (matériau élastique linéaire isotrope) Dans la zone élastique, on peut écrire une relation linéaire entre contrainte et déformation : σ = E ε E est le module d Young, caractéristique du matériau Unité SI : Pa Autre constat epérimental : Déformation longitudinale ε Déformation transversale ε t La relation est linéaire ε t = - ε ν est le coefficient de Poisson, caractéristique du matériau sans unité Un matériau élastique linéaire isotrope est caractérisé par : Module d Young E Coefficient de Poisson ν Limite d élasticité définie par R e (ou R p0.2 ) : σ < R e, élasticité ; σ > R e, plasticité Eemples ENSM-SE RDM - CPMI

51 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Eemples de comportement Matériau ductile/fragile Comportement élastique non linéaire Quelques ordre de grandeur : Matériau Module d Young E (MPa) Coefficient de Poisson (sans unité) Limite à rupture R y (MPa) Acier à 1600 Aluminium à 600 Diamant Rupture à Pin (sens des fibres) Béton à à 40 (compression) 2 à 5 (traction) Fémur Vertèbre lombaire 160

52 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Relation contrainte/déformation Dans une poutre en traction, on a établi : A partir de la loi de Hooke (dans le domaine élastique) : il vient : σ E ε = = N σ = S N E.S σ = E ε Par intégration, on obtient : du N ε = ΔL = u = du = d d E.S N ΔL = u N L 0 Si N, E, S sont constants (c est le cas en traction sur une poutre «simple»), N.L 0 ΔL = E.S

53 Ch. 5 Les sollicitations simples 1 Traction / compression ENSM-SE RDM - CPMI Remarque importante : flambement Problème d instabilité en compression Deu positions d équilibre : À partir de la charge critique F c F<F c F F>F c F Attention au poutres élancées ce phénomène peut mener à la ruine!! Il eiste des théories spécifiques - comme la théorie d Euler - car les lois de la RDM ne sont plus valables (hypothèses des petits déplacements non vérifiée)

54 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion ENSM-SE RDM - CPMI Définition Définition Une poutre est soumise à une sollicitation de torsion lorsque a la forme : eff int eff int 0 Mt G Remarque : Cas de poutres soumise à un couple longitudinal Eemple : arbre de transmission Restriction importante Dans cette partie de cours, on se restreindra à l étude des poutres à section droite circulaire Sinon, les sections droites ne restent pas planes, elle se gauchissent. Déformation avec gauchissement Déformation sans gauchissement

55 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion Déformation Observations epérimentales Avec des sections droites circulaires ( prismatiques) : Rotation en bloc des sections droites : pas de gauchissement, les sections restent planes et normales à la ligne moyenne ; pas de déformation longitudinale, les sections gardent des distances relatives constantes ; Angle variant linéairement le long de la poutre (si couple constant) ENSM-SE RDM - CPMI

56 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion ENSM-SE RDM - CPMI Déformation Isolons un tronçon d de poutre tan rd d φ est l angle de rotation entre 2 sections. γ est la distorsion qui en découle sur une surface cylindrique. γ est une quantité locale dépendant du point dans la section. γ est l analogue de la déformation ε en traction, τ est l analogue de la contrainte σ en traction. On dit que la surface cylindrique est «cisaillée» τ τ τ τ γ τ

57 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion ENSM-SE RDM - CPMI Essai de torsion Similarité forte avec un essai de traction Les courbes de cisaillement τ = f(γ) ont la même allure que les courbes de traction En zone élastique, la loi de Hooke en cisaillement est : = G G est le module de cisaillement, caractéristique du matériau Unité : Pa τ O A γ Remarques : G n est pas un nouveau coefficient matériau. On peut montrer (cours d élasticité) que : E G = 2 1+ De la même façon qu en traction, il eiste une limite de glissement au-delà de laquelle les déformations sont irréversibles Matériau Module de cisaillement G (MPa) Limite de glissement R pg (MPa) Acier Aluminium

58 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion ENSM-SE RDM - CPMI Contrainte tangentielle de torsion La relation contrainte / déformation est alors : d = G = G.r. d Il y a variation linéaire (en fonction du rayon) des contraintes dans la section On parle de contrainte de cisaillement «tangentielle» ou «orthoradiale».

59 Ch. 5 Les sollicitations simples 2 - Torsion ENSM-SE RDM - CPMI Relation contrainte / moment de torsion Il a été établi (cf. ch. 4) : z y Mt.y -.z ds, soit Mt.rdS (S) (S) On en déduit successivement : d d d 2 Mt G.r..rdS G r ds G IG S d d d (S) (S) G d Mt d G.I S Rotation élémentaire d un tronçon d par rapport à l ae (G,) G S Mt.r I Contraintes de cisaillement orthoradiale dûe à Mt 2 avec r ds = IG S (S) Moment quadratique polaire de la section droite S Remarques Vous devez reconnaître une certaine familiarité avec I G (S) (cf. cours sur géométrie des masses) Pour une section circulaire pleine : I G R S = 2 4

60 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Définition Fleion pure : Une poutre est soumise à de la fleion pure lorsque a la forme : eff int eff int 0 Mfz z G Fleion simple : eff int Ty y Mfz z G Fleion composée : eff int N + Ty y Mfz z G Eemple de zone en fleion pure :

61 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etude des déformations longitudinales Etude d un tronçon d en fleion pure dα y M 1 M 2 Déformations longitudinales : d Mfz r M 1 d M 2 d ε y = d dα = = r d' - d d d' r - y r - y y ε y = - 1 = - r r De façon plus générale, y dα ε,y = - = -y r d On retrouve l intuition (et les constats epérimentau) : Les fibres à y > 0 se raccourcissent, elles sont comprimées ε < 0. Les fibres à y < 0 s allongent, elles sont tendues ε > 0. La fibre neutre ne subit pas de contraintes normales. Les variations de longueur entre fibres entraînent aussi des glissements cisaillement

62 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etudes des contraintes normales Epression de la contrainte normale en fleion pure : Loi de Hooke y σ = E ε = -E r Remarques : Répartition linéaire des contraintes normales dans la section droite y - compression Tension / compression de part et d autre de la ligne moyenne traction + σ

63 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etudes des contraintes normales Relation avec le moment fléchissant : On introduit les relations précédentes dans la relation générale Mfz = f(σ ) Mfz = - y.σ ds S dα dα σ d d y = y.e ds = E y ds = - y ds S S S S Gz S Mfz.y Mfz σ, y = - = - y 2 y ds I 2 avec y ds = IGz S (S) Moment quadratique de S par rapport à (G, z) Permet de déterminer les contraintes normales en tout point de la poutre, selon le moment fléchissant Répartition linéaire des contraintes normales Les contraintes maimales seront situées à Yma ou Ymin Si section symétrique, elles sont à Yma et Ymin : Mfz σ ma = - y I Gz ma - σ ma y Yma Ymin + σ ma

64 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etudes des contraintes normales Remarques sur le moment quadratique des sections I Gz grand σ petit (cf. page précédente) Matière éloignée de la fibre neutre (ou ligne moyenne) I Gz est grand Gz 2 I S = y ds (S) Résistance en fleion Placer la matière loin de la fibre neutre!

65 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etudes des contraintes normales

66 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion ENSM-SE RDM - CPMI Etude de la déformée Sous les actions de fleion, la ligne moyenne se déforme On appelle déformée, l équation v() de la courbe de la ligne moyenne La valeur de la déformée en un point est appelée flèche : F f = v(l) Epression α() v() v () α() v' = tanα HPD v' α Par suite, il vient Gz dα Mfz v'' = = d E.I S (Equation de la déformée) Par intégration, et avec les conditions au limites, on obtient la déformée v().

67 Ch. 5 Les sollicitations simples 3 - Fleion Contraintes tangentielles (liées à Ty) Principe de réciprocité Equilibre (PFS) du volume élémentaire dv τ y = τ y τ y τ y O dv Cisaillement transversal cisaillement longitudinal τ y τ y Contraintes de cisaillement moyennes y τ ymoy Ty ds = (S) y ymoy Ty S τ ymoy τ y Répartition uniforme de τ y En réalité Réciprocité τ y y La répartition des τ n est pas uniforme! Preuve : cela conduirait à des aberrations : Répartition uniforme de τ y τ y τ y Répartition sur les faces libres impossible Répartition réelle de τ y ENSM-SE RDM - CPMI

Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Cours de Résistance des Matériaux (RDM) Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS... 2 2 INTRODUCTION... 3 2.1 DEFINITION

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Département de Génie Civil

Département de Génie Civil Sommaire Chapitre 01 : RAPPEL... 5 I Rappel de mathématiques... 5 I-1 Equation du 1 ier degrés à deu inconnues... 5 I- Equation du Second degré à deu inconnues... 5 I-3 Calcul d intégrale... 6 I-4 Equation

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique.

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1 Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1. Introduction. Il existe des solutions mixtes acier-béton très diverses dans le domaine du bâtiment. A côté des classiques ossatures

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES COURS DE CONSTRUCTION PARASISMIQUE VOLUME 2 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES Introduction à la conception PS des structures - Approche qualitative

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3 Annexes Annexe A : Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3... A.2 Annexe B : Format des fichiers générés et utilisés par CADBEL... A.11 Annexe C : Calcul de la résistance au flambement

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10 INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS PARTIE 2 Guilhem MOLLON Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 212-213 V1.1 Table des matières Table des matières 2 Avertissement

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 6 : Rhéologie des matériaux polymères 6.0 Aspects phénoménologiques de l élasticité 6.0.1 Introduction La théorie de l élasticité

Plus en détail

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR CONCEPTION DE PRODUITS INDUSTRIELS SESSION 214 ETUDE DE PRODUITS INDUSTRIELS SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS Durée : 4 heures Aucun

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION CYLINRE E EORMATION POUR MACHINE E COMPRESSION Philippe AVERLANT Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 757 Paris Cedex 15 rance Résumé Les résultats

Plus en détail

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux TUBES ET ACCESSOIRES 47 Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux Possibilité d autres sections sur demande. Les caractéristiques indiquées sont théoriques et non garanties. TUBES 48 TUBES

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Evolutions Advance Structure 2.1

Evolutions Advance Structure 2.1 Exploitation automatique des résultats Dimensionnement béton armé intégré Dimensionnement métal intégré SOMMAIRE NOUVELLE GAMME GRAITEC ADVANCE... 4 GRAITEC ADVANCE: Gamme complète de logiciels CAO et

Plus en détail

UNIVERSITE KASDI MARBAH OUARGLA. Faculté des Sciences et Technologie et Sciences de la matière. Département de Génie Mécanique.

UNIVERSITE KASDI MARBAH OUARGLA. Faculté des Sciences et Technologie et Sciences de la matière. Département de Génie Mécanique. UNIVERSITE KASDI MARBAH OUARGLA Faculté des Sciences et Technologie et Sciences de la matière Département de Génie Mécanique Mémoire MASTER PROFESSIONNEL Domaine : Sciences et Techniques Filière : Génie

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans ANALYSE CATIA V5 1 GSA Generative Structural Analysis 2 Modèle géométrique volumique Post traitement Pré traitement Maillage Conditions aux limites 3 Ouverture du module Choix du type d analyse 4 Calcul

Plus en détail

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes e B et C Mouements rectilignes 13 Chapitre : Mouements Rectilignes 1. Définitions * Le mouement est rectiligne la trajectoire est une droite. * Le mouement est uniforme (intensité du ecteur itesse instantanée)

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues)

S2I 1. Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2011 S2I 1 Récupération de l énergie de la houle marine : Système SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l Énergie des Vagues) Les ressources en énergie

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Guide pour l analyse de l existant technique. Partie 3

Guide pour l analyse de l existant technique. Partie 3 Partie 3 La Liaison Pivot sur roulement : Le Composant ROULEMENT 0 Introduction Le but de ce guide est de vous permettre une meilleure rédaction des rapports de Bureaux d Études que vous aurez à nous remettre

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Projet SKILLS. Octobre 2013

Projet SKILLS. Octobre 2013 Projet SKILLS Octobre 2013 ASSEMBLAGES DE CONTINUITÉ PAR PLATINES D ABOUT - PARTIE 1 OBJECTIFS DU MODULE Démarche pour le calcul des assemblages boulonnés résistant à un moment : moment résistant de l

Plus en détail