Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de Résistance des Matériaux (RDM)"

Transcription

1 Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS INTRODUCTION DEFINITION D UNE POUTRE EN RDM PARAMETRAGE HYPOTHESES GENERALES EN RDM MODELISATION D UN PROBLEME LES LIAISONS (APPUIS) LES ACTIONS MECANIQUES EXTERIEURES TORSEUR DE COHESION (DES ACTIONS MECANIQUES INTERIEURES) FORMES D ECRITURE DU TORSEUR DE COHESION POUR LES SOLLICITATIONS SIMPLES DETERMINATION DU TORSEUR DE COHESION RELATIONS ENTRE CHARGEMENT, EFFORT TRANCHANT ET MOMENT FLECHISSANT DEFORMATIONS / CONTRAINTES DEFORMATIONS CONTRAINTES (UNITES PA OU MPA) EXEMPLES DE REPARTITIONS DES CONTRAINTES DANS LA SECTION DROITE CONCENTRATION DE CONTRAINTES (ACCIDENTS GEOMETRIQUES) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN RDM ESSAI DE TRACTION ET CARACTERISTIQUES DETERMINEES ZONE ELASTIQUE (LOI DE HOOKE) ZONE PLASTIQUE, LIMITE ELASTIQUE ET DE RUPTURE COEFFICIENT DE POISSON PRINCIPE DE LA MESURE D EFFORT PAR JAUGE DE CONTRAINTE DAE (DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE) MESURE DU COUPLE DANS LA COLONNE DE DIRECTION... 1 JC ROLIN 1 Lycée G.Eiffel Dijon

2 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS Toute solide réel est déformable dans un domaine spécifique et peut être détérioré lorsque les contraintes qu il subit dépassent une valeur critique. On distingue plusieurs familles de solides : - Les pièces tridimensionnelles ayant 3 dimensions du même ordre de grandeur, - Les plaques (ou coques) dont une dimension solide est négligeable devant les deu autres, - Les poutres dont deu dimensions (définissant localement la section) sont petites devant la troisième (la longueur). Pièce tridimensionnelle (maillage et déformation) Plaque de type capsule sous pression (maillage et déformation) Poutre déformée (Solidworks) Le programme de CPGE TSI est limité à l étude des solides de type poutre soumis à des sollicitations simples (traction, compression, fleion, torsion, cisaillement). Le but de ce cours est de fournir les principales relations utiles en résistance des matériau pour le dimensionnement de poutres afin de répondre à un cahier des charges, selon des critères de déformation et/ou de dégradation en fonction des actions mécaniques ou chargement etérieur. La résistance des matériau s insère dans un domaine d étude plus vaste dénommé «élasticité» ou «mécanique des milieu continus». Les pièces ou solides seront donc considérées déformables. Les mécanismes composés de plusieurs poutres seront dénommées structures. L etensométrie et la photoélasticité dont des moyens d investigation epérimentau des déformations des structures. Les logiciels basés sur la méthode des éléments finis permettent de visualiser par colorimétrie et de quantifier les contraintes et déformations. APPLICATIONS DE LA RDM et CRITERES D UN CAHIER DES CHARGES OU DIAGRAMME DES EXIGENCES : Résistance minimale (câble, arbre de transmission, dent d'engrenage, ) Résistance maimale (goupille de sécurité, élément à découper ou à déformer, ) Déformation maimale limitée : structure de machine-outil, de robot, condition d'engrènement, Déformation minimale significative : amortissement par ressorts, système de mesure par déformation. QUELQUES ILLUSTRATIONS : Pylône électrique et câble de transport d énergie Arbre de transmission et denture du pignon d entraînement Fleion d aile d avion (Airbus A38) 6,8m de flèche Simulation d un pont en treillis de poutre JC ROLIN 2 Lycée G.Eiffel Dijon

3 2 INTRODUCTION 2.1 Définition d une poutre en RDM Le terme de «poutre» désigne un objet dont la longueur est grande par rapport au dimensions transverses (section fine). Cependant, le modèle des poutres peut être utilisé pour des pièces très diverses à condition qu'elles respectent certaines conditions. Une poutre est un élément de structure utilisé pour : la construction dans les bâtiments pour supporter les charges, les navires et autres véhicules (châssis), la fabrication de machines et systèmes en général. Ci-contre structure de la Fondation Louis Vuitton, Paris, architecte Frank Gehry. Association de poutres de bois et métal, voiles de verre de Saint Gobin, dimensionnement par Logiciel Digital Project basé sur Catia V Dassault System : A G (S) 2.2 Paramétrage Orienter la ligne moyenne (L) et choisir une origine O. Fier un repère orthonormé direct R( O,, y, z ) B lié à la poutre non déformée qui sera la référence des déplacements des points appartenant à la poutre. En un point G quelconque de la ligne moyenne (centre de surface ou d inertie d une section droite) le repère local est défini par L ( G,, y, z). E 1 Solide E E 2 s Une poutre est le solide E engendré par une surface plane ou section (S) dont le centre de surface (ou d inertie) G décrit une portion de courbe (L) orientée par son abscisse curviligne de A vers B. La section S reste toujours perpendiculaire à (L). La poutre est représentée par sa ligne moyenne (L). On coupe de façon imaginaire E en 2 parties E 1 et E 2 de chaque côté de la section droite S. tangent en G à la ligne moyenne (L) y et z directions principales d inertie de la section droite (S) (en général, les aes de symétrie) Remarque : On représentera donc une poutre uniquement par sa ligne moyenne. 2.3 Hypothèses générales en RDM Matériau Matériau homogène de même composition et de mêmes propriétés en tous points (métau). Le bois, le béton, les composites sont non homogènes. Matériau isotrope de même propriétés mécaniques dans toutes les directions de sollicitations (acier, métau en général sauf si laminés ou forgés). Un câble, le bois, les matériau fibrés sont non isotropes Déformations, domaine élastique On reste dans le domaine de déformation élastique du matériau, le solide reprend sa forme initiale si les efforts disparaissent. Les déformations sont donc relativement petites par rapport au solide étudié Efforts Efforts invariants : la direction des efforts reste inchangée après déformation de la pièce. JC ROLIN 3 Lycée G.Eiffel Dijon

4 2.3.4 Géométrie d une poutre La longueur de la ligne moyenne est grande devant les dimensions des sections droites, longueur > 1 fois la plus grande dimension transversale. 3 MODELISATION D UN PROBLEME 3.1 Les liaisons (appuis) Appui simple : action de liaison Ry Articulation (rotule), action de liaison R, Ry Encastrement : action de liaison R, Ry, Mz Les symboles sont spécifiques (historique), mais il est également possible d utiliser les liaisons normalisées. 3.2 Les actions mécaniques etérieures On peut en distinguer deu types : - les actions mécaniques concentrées : force ou moments. - les actions mécaniques réparties, y compris le poids propre de la poutre. Représentations : d une force concentrée par un vecteur, de forces réparties par des champs de vecteurs uniforme ou non, d un moment par un arc orienté. Conditions au limites principe de Saint Venant L état des sollicitations dans la section droite de centre G, dans une région suffisamment éloignée des points d applications des charges etérieures appliquées à la poutre, ne dépend pas de la manière avec lesquelles elles sont appliquées, c'est-àdire de façon concentrée ou répartie, si elles donnent les mêmes torseurs en G. Précaution particulière en résistance des matériau En résistance des matériau (contrairement à la statique), les déplacements des points d'application des forces, ou la globalisation des actions mécaniques, ne donnent pas des résultats équivalents. Animation introductive à la RDM : JC ROLIN 4 Lycée G.Eiffel Dijon

5 3.3 Torseur de cohésion (des Actions Mécaniques intérieures) Les efforts intérieurs à la poutre (résultantes et moments) sont eprimés par le torseur de cohésion. Le torseur de cohésion indique les composantes qui assurent l équilibre ou la cohésion de la structure sous l action des «charges» ou actions mécaniques etérieures, il est donc établi par le principe fondamental de la statique (PFS). Démarche suivie : On coupe fictivement la poutre par un plan orthogonal à la ligne moyenne en un point G défini par son abscisse notée et on définit alors deu parties (P+) ou partie amont et (P-) ou partie aval. Définition : le torseur de cohésion (ou des AMs intérieures) est le torseur d actions mécaniques eercé par la partie (P+) sur la partie (P-). T ( P) ( P) T coh ( ) G R( ) M ( ) Par convention, on note les projections des éléments de réduction en G du torseur de cohésion, sur la base locale B (, y, z) Forme d écriture à mémoriser et à comprendre, interpréter dans le contete réel ou d un modèle. Application du PFS au solide E = (P+) + (P-) : T Et E G et T Et E T Et P T Et P G G G G 3.4 Formes d écriture du torseur de cohésion pour les sollicitations simples fleion simple ou plane NOTA : Toutes ces sollicitations sauf la torsion correspondent à des problèmes plans. JC ROLIN 5 Lycée G.Eiffel Dijon

6 3.5 Détermination du torseur de cohésion Pour déterminer le torseur de cohésion, on peut au choi isoler la partie (P+) ou la partie (P-), en effet : T P T Méthode 1 : on isole (P-) puis on applique le PFS : D où et Méthode 2 : on isole (P+) puis on applique le PFS : D où et T coh T P P ( ) ( ) ( ) ( P) ( P) ( P) T P T T coh T P P ( ) ( ) T coh T P ( ) ( P ) ( ) ( P) ( P) ( P) T coh T P ( ) ( P ) Conclusion : pour déterminer le torseur de cohésion, on choisira la partie qui induit le moins de calcul! 3.6 Relations entre chargement, effort tranchant et moment fléchissant En RDM, on nomme «chargements» les efforts (résultantes ou moments) appliqués etérieurement à la poutre isolée. En fleion simple dans le plan On a alors les relations ( G,, y) d p( ) Ty ( ) d, le chargement est p(). 4 DEFORMATIONS / CONTRAINTES et y d Ty ( ) Mf z ( ) d, l effort tranchant T y. y, le moment fléchissant Mf z. qui permettent de vérifier la cohérence des résultats. 4.1 Déformations Hypothèse de NAVIER BERNOULLI : les sections planes et droites (normales à la ligne moyenne) avant déformation, restent planes et droites après déformation (normales à la ligne moyenne déformée). z. 4.2 Contraintes (unités Pa ou MPa) Définition locale pour un élément ds de la section de coupe On note : M un point appartenant à la poutre étudiée, ds une surface élémentaire (ou facette) autour du point M orientée par n (normale etérieure), df l effort intérieur élémentaire s appliquant sur ds. On définit la contrainte au point M sur la facette ds orientée par la normale etérieure n le vecteur Tel que : T df ds ( M, n) Une contrainte est homogène à une pression, son unité est le Pascal (1 Pa = 1 N/m²) ( M, n) JC ROLIN 6 Lycée G.Eiffel Dijon T

7 4.2.2 Contrainte normale/tangentielle T. n. t. n ( M, n) ( M, n) ( M, n) σ est appelée contrainte normale à la surface ds de normale n en M. τ est appelé contrainte tangentielle à la surface ds de normale n en M, Les contraintes sont des quantités algébriques et s epriment en MPa (1Pa = 1N/m²). t Dans le cas d une poutre, dans le repère local ( G,, y, z) nous ne nous intéresserons qu au surfaces de normale En traction/compression seule la contrainte σ eiste, elle est positive en traction et négative en compression Eemples de répartitions des contraintes dans la section droite Traction et compression La contrainte locale normale en traction compression est uniforme sur la section et N peut s écrire. S Les fibres s allongent en traction ( raccourcissent en compression ( Fleion : ). ) et se Le torseur de cohésion est {T C } = { T y (s) } M fz (s) G En fleion pure T y (s) = sinon il s agit de fleion simple. Au-dessus de la ligne moyenne les fibres en traction s allongent, celles du dessous en compression se raccourcissent. La répartition des contraintes n est pas uniforme, les fibres etérieures sont les plus sollicités. Torsion La contrainte dans une section soumise à de la torsion augmente proportionnellement à la distance à l ae de la ligne moyenne. La répartition des contraintes n est pas uniforme, les fibres etérieures sont les plus sollicités. B Σ A 4.4 Concentration de contraintes (accidents géométriques) Sous l effet des changements de section de la poutre ou «d accidents de forme» (congé, filetage, trou de passage de goupille, ), la contrainte réelle dans certaines sections locales est nettement plus importante que la contrainte que l on aurait sans «accident de forme» (contrainte nominale). Les concentrations de contraintes se produisent au voisinage d un accident géométrique. On introduit alors un facteur K appelé facteur théorique de concentration de contraintes, utilisable lorsque les charges sont statiques et les contraintes inférieures à la limite élastique). Eemple de concentration de contraintes : épaulement K maréelle manominale 1 JC ROLIN 7 Lycée G.Eiffel Dijon

8 Des abaques de coefficient de concentration de contraintes ont été établis pour les cas usuels bien définis, ici un épaulement. Les outils de calcul numérique (modeleurs 3D, Inventor, Solidworks ) permettent de déterminer les contraintes et déformations dans une poutre ayant des formes complees sans passer par des abaques par la méthode des éléments finis. Concentration de contraintes près d un épaulement, abaque et maillage 5 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN RDM 5.1 Essai de traction et caractéristiques déterminées Video : https://www.youtube.com/watch?v=b3dvujqnu et bien d autres L essai de traction permet de déterminer les principales caractéristiques mécaniques d un matériau, c est à dire : le module d'young E, ou module d'élasticité longitudinale (MPa) ou gigapascal (GPa) la limite d'élasticité R e ou contrainte élastique qui caractérise le domaine de déformation réversible du matériau la résistance à la traction R m ou σ m, ou limite à la rupture R r (MPa); l'allongement à la rupture A (%) sous charge avant la rupture ; le coefficient de Poisson (sans dimension) qui lie la déformation transversale à la déformation aiale. Le coefficient de striction Z (%) L éprouvette du matériau testé est un barreau cylindrique ou de section rectangulaire (éprouvette plate). Machine d essai de traction Principe de l essai : La machine de traction soumet l éprouvette à un effort de traction croissant jusqu à la rupture. La section de l épouvette étant connue, on reléve simultanément la contrainte en MPa et son allongement relatif. 5.2 Zone élastique (Loi De Hooke) Dans la zone OA l allongement est proportionnel à la contrainte et l éprouvette déformée élastiquement retrouvera sa longueur initiale L une fois libérée de la contrainte qui lui est appliquée. On relève l allongement relatif ou déformation selon l ae L Lo et on établit la loi de Hooke avec E module d Young ou d élasticité E. longitudinal : Loi de Hooke (Valeurs de E : acier 21 GPa, Al 69 GPa, Cu 13 GPa ) 5.3 Zone plastique, limite élastique et de rupture Au-delà de Re limite élastique, débute la zone plastique, le matériau relâché de sa contrainte ne retrouve plus sa forme initiale. Dans la zone d écrouissage l éprouvette garde une section homogène sur sa longueur, mais ce n est plus le cas dans la zone de striction, où un étranglement apparaît, la contrainte diminue alors que l éprouvette s allonge. Cette zone débute avec Rr contrainte limite de rupture et se termine en D lorsque l éprouvette rompt. JC ROLIN 8 Lycée G.Eiffel Dijon

9 5.4 Coefficient de Poisson Pour la grande majorité des matériau, l allongement ou déformation longitudinale L L o les aes y et z,, s accompagne d une contraction ou déformation transversale sur L' T L o. Le coefficient de poisson «nu» sans dimension, lie ces deu déformations. T L coefficient de Poisson Le changement de volume ΔV/V dû à la contraction du matériau est donné par la V L relation valable uniquement pour de petites déformations : (1 2 ) V L Quelques valeurs : Acier, cuivre =,3 ; fonte =,2 ; matériau incompressible, caoutchouc =,5 ; liège =! matériau auétiques <! 5.5 Principe de la mesure d effort par jauge de contrainte Pour évaluer les contraintes ou déformations sur une pièce mécanique que l on nomme corps d épreuve, on utilise des jauges de contrainte collées sur ce corps et subissant les mêmes déformations. Ci-dessous un montage avec 4 jauges sur un corps d épreuve en traction pure. Déformations usuelles en traction, allongement et contraction transversale. Détail d une jauge V A V B Une jauge est une résistance ayant pour caractéristiques au repos une résistance L R. S section S et une résistivité ρ., une longueur L, une Montage de la jauge Ja et coefficient de Poisson En admettant la résistivité ρ constante par rapport au déformations, la variation relative de la résistance pour de petites déformations est : R L S R L S La section S dépend des 2 dimensions transversales sur y et z et sa variation relative du coefficient de Poisson : Soit S S Ly Lz L 2. L L L y z et finalement le coefficient de jauge K à partir de l allongement relatif est : R L R L L 1 2 K. L soit K 1 2 K est le coefficient ou facteur de jauge si on néglige la variation de résistivité due au déformations. Dans le cas des jauges métalliques sur corps d épreuve métalliques, la variation relative de résistance est de l'ordre de la déformation qui est tout au plus de 1-4, on a toujours ΔR << R En toute rigueur, la constante de Bridgman (coefficient C) intervient pour la résistivité et on obtient alors K 1 2 C(1 2 ). Pour l acier ( =,3 ; C=1), le facteur de jauge K est de l'ordre de 2. On établit la tension différentielle V A -V B du pont de mesure, ici pont complet, par rapport à l allongement relatif. JC ROLIN 9 Lycée G.Eiffel Dijon

10 5.6 DAE (direction assistée électrique) mesure du couple dans la colonne de direction La mesure du couple eercé au volant est réalisée d un point de vue didactique par le montage de 4 jauges de contrainte dans un pont de mesure complet. Figure 2.29 Pour chaque jauge résistive, on note R la résistance au repos et +/- ΔR leur variation de résistance. Q.1. Sur la figure 2.29, fier le paramétrage (repère orthonormé) associé de façon classique à une poutre en RDM et donner pour une torsion pure la forme d écriture du torseur de cohésion. Q.2. Pour une moment de torsion positif puis négatif, indiquer clairement le type de déformation que subit chacune des 4 jauges Ja à Jd et en déduire l epression de leur résistance. On rappelle que si Ja s allonge on notera R A = R + R. Présenter dans un tableau. Chaque résistance vaut R = 25ohms au repos, sa variation relative de longueur dans le domaine des faibles déformations est L/L = pour un couple T = 4Nm eercé sur la colonne de direction. Le coefficient de Poisson du matériau de la jauge est =,32 et on néglige sa variation de résistivité. Q.3. Déterminer le coefficient de jauge K et déduire la variation de résistance relative et absolue pour une jauge pour T = 4Nm. A partir de maintenant on s intéresse à un couple de torsion positif. Q.4. Représenter un pont complet avec les 4 résistances repérées Ra à Rd pour Ja à Jd et situer : La tension d alimentation Vcc sous forme d une ddp, mettre en place la masse, référence à V. La tension de sortie U AB en distinguant ses 2 etrémités par des potentiels V A à gauche et V B à droite définis par rapport à une référence de tension que vous préciserez. Indiquer d un point de vue mesure les tensions de type «mode commun» et «mode différentiel», préciser quelle est le mode de mesure à préférer en précisant pourquoi. Q.5. Eprimer la tension U AB en fonction de Vcc, R et R. Utiliser les résultats établis en Q3 et déduire l epression de la tension de sortie du pont sous la forme U AB = K T.Vcc.T. Faire l application numérique si Vcc = 12V, T = 4Nm, commenter votre résultat. Q.6. Représenter la fonction de transfert du pont de mesure U AB = f(t) pour une plage de couple de +/- 8Nm si Vcc = 12V puis si Vcc = 5V. JC ROLIN 1 Lycée G.Eiffel Dijon

11 La sortie du pont de mesure est raccordée à un amplificateur d instrumentation de type AD62 dont un etrait de notice est fournie ci-dessous. Q.7. Sur le document réponse, faire le schéma de raccordement du pont à l amplificateur AD62 et à l alimentation symétrique +/- 5V, repérer tous les numéros de pattes utilisées et les repères de chaque jauge (Ja à Jd). Mettre en place la résistance R G. Q.8. Calculer la valeur de R G pour obtenir une tension de 2V en sortie d amplificateur pour un couple C = 4Nm. Q.9. Epliquer l intérêt d une solution à circuit intégré, par rapport à une solution à circuits discrets (plusieurs A. Op et résistances réparties sur un circuit imprimé). Indiquer quelles précautions de câblage il faut suivre entre le pont et l amplificateur qui est situé à 1 mètre du point de mesure. JC ROLIN 11 Lycée G.Eiffel Dijon

12 Document réponse : réalisation du schéma de la structure d acquisition Mettre en place les aes du paramétrage, indiquer les directions des élongations ou contraction sur les quatre jauges en place en les désignant (Ja à Jb). Bornes d alimentation -5V V +5V JC ROLIN 12 Lycée G.Eiffel Dijon

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

Cours de résistance des matériaux

Cours de résistance des matériaux ENSM-SE RDM - CPMI 2011-2012 1 Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur 2011-2012 Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

PROPRIETE GONNET_2003 COURS DE RDM PAGE 1 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION. Gravure montrant l essai d une poutre en flexion

PROPRIETE GONNET_2003 COURS DE RDM PAGE 1 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION. Gravure montrant l essai d une poutre en flexion GONNET_00 COURS DE RD PGE 1 SUR 1 RESISTNCE DES TERIUX RESISTNCE DES TERIUX FLEXION Gravure montrant l essai d une poutre en leion GONNET_00 COURS DE RD PGE SUR 1 RESISTNCE DES TERIUX (Etrait de «Discorsi

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section.

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section. POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE 3.1 Introduction - considérations générales. On définit la flèche f comme la déformation maximale d un élément de structure soumis à une flexion simple (Mf). La flèche

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

DALLES ELEMENTS DE COURS

DALLES ELEMENTS DE COURS CESFA BTP CAO - DAO DALLES ELEENTS DE COURS Contenu : Calcul des actions et des sollicitations Règles de calcul et dimensionnement des dalles Dispositions constructives Page 1 Nous ne traiterons dans ce

Plus en détail

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES I- Introduction L MECNIQUE C est la science mise à notre disposition afin de déterminer : les efforts, les caractéristiques d un mouvement, les dimensions, les déformations, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

La Mesure de force. Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE ACTION ET REACTION ISOSTATISME ACTION A DISTANCE

La Mesure de force. Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE ACTION ET REACTION ISOSTATISME ACTION A DISTANCE La Mesure de force Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE En mécanique classique une force est définie comme " une action susceptible de modifier la quantité de mouvement d'un point matériel". Il en résulte

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.

Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc. Travaux Pratiques de Mécanique : Calculs de structures élastiques (LA396) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.fr) Les Travaux pratiques débutent à 09h00. Comment se rendre à Saint-Cyr

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

Cours de techniques de mesures Capteurs industriels usuels TDM AKA 1

Cours de techniques de mesures Capteurs industriels usuels TDM AKA 1 Cours de techniques de mesures Capteurs industriels usuels TDM AKA 1 Introduction Ce sont les capteurs qui transforment les grandeurs physiques indispensables aux objectifs des mesures, en grandeurs électriques

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» )

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» ) SYNTHESE ( THEME ) FONCTIONS () : NOTIONS de FONCTIONS FONCTION LINEAIRE () : REPRESENTATIONS GRAPHIQUES * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Plus en détail

Résistance des Matériaux P06-2RDMA0

Résistance des Matériaux P06-2RDMA0 PARIS Formation d Ingénieurs en Partenariat Section GE Polycopié de cours V Résistance des Matériaux P06-2RDMA0 Cours Magistraux TD ED 2ème Année Enseignant : Mr DETREZ 2011-2012 1 Table des matières

Plus en détail

Département de Génie Civil

Département de Génie Civil Sommaire Chapitre 01 : RAPPEL... 5 I Rappel de mathématiques... 5 I-1 Equation du 1 ier degrés à deu inconnues... 5 I- Equation du Second degré à deu inconnues... 5 I-3 Calcul d intégrale... 6 I-4 Equation

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.

Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc. Travaux Pratiques de Mécanique : Mécanique des Milieux Continus (LA394) Responsable : Tony Valier-Brasier (tony.valier-brasier@upmc.fr) Les travaux pratiques débutent à 09h00. Comment se rendre sur le

Plus en détail

Etude d'une transmission d autorail diesel

Etude d'une transmission d autorail diesel Etude d'une transmission d autorail diesel Le sujet comporte 6 pages de texte et 5 documents Présentation d un autorail et de la turbo-transmission VOITH Liste des figures et documents : Page de garde

Plus en détail

Expérimenter et modéliser pour concevoir un système pluritechnologique

Expérimenter et modéliser pour concevoir un système pluritechnologique Expérimenter et modéliser pour concevoir un système pluritechnologique CI24 CI25 CI26 Maintient en position d un bras de robot (MAXPID) Problématique : Ingénieurs dans un bureau d étude, vous êtes chargés

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

Utilisation générale et examples

Utilisation générale et examples AxisVM - Tutorial Utilisation générale et examples ingware.ch Mit dem Besten rechnen CONTENU Introduction...6 AxisVM...6 Tutoriel...6 Utilisation générale de AxisVM...7 Saisir un nouveau Modèle / Gestion

Plus en détail

Chapitre 6. La mesure de force. 6.1 Introduction

Chapitre 6. La mesure de force. 6.1 Introduction Chapitre 6 La mesure de force 6.1 Introduction La mesure de force est obtenue en mesurant l un des effets de cette grandeur physique sur un corps d épreuve. Ces effets sont : La déformation ; Le changement

Plus en détail

TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE

TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM2D permettant d'effectuer

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11.

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11. BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Etude et Définition de Produits Industriels Épreuve : E1 - Unité U 11. Etude du comportement mécanique d'un système technique. Durée : 3 heures Coefficient: 3 Compétences et

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces PHYSIQUE I Les trois parties du problème sont largement indépendantes Les réponses non justifiées au questions qualitatives ne seront pas prises en compte Partie I - Généralités sur la microscopie IA -

Plus en détail

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides CNST-H-202 à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides 0 1 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 4 février 2007 Motivation Mécanique des milieux continus mécanique du solide ou des structures

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d utilisation

RDM Ossatures Manuel d utilisation RDM Ossatures Manuel d utilisation Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées.

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. EION 003 EPREUVE PECIFIQUE FIIERE MP PHYIQUE 1 Durée : 4 heures es calculatrices sont autorisées NB : e candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 :

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 : LA REUSSITE L APPRENTISSAGE PAR GUIDE PRATIQUE 2014 SOMMAIRE : I Comment intégrer la formation? II Les épreuves écrites III Nous rencontrer RENTREE 2014 : 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

3. La suite ( un)a pour terme général un

3. La suite ( un)a pour terme général un NOM : Terminale ES Devoir n vendredi 9 octobre 0 Eercice : sur.5 points Des questions indépendantes. Résoudre l équation ² + 4 = 0. Calculer la dérivée de f dans chacun des cas suivants : a) f ( ) 4 8

Plus en détail

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France)

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 26 Lyon (France) VERS UNE MEILLEURE GESTION DU RISQUE ASSOCIE A LA POSE DE CANALISATIONS EN TRANCHEE : ANALYSE NUMERIQUE DU COMPORTEMENT

Plus en détail

Résistance des Matériaux RDM-I

Résistance des Matériaux RDM-I Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Hassiba Ben Bouali de Chlef Faculté de Génie Civil et d Architecture Département de Génie Civil Polycopié de Résistance

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

1) Mesure de température :

1) Mesure de température : PAGE : ) Mesure de température : Elément sensible Les mesureurs de température analogiques transforment la température d un fluide ou d une enceinte en un signal 0/0V, 4-0mA Doigt de gant Fixation Ils

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

Bases du pesage Nous n abordons pas ici les aspects du pesage en laboratoire, pour ceci se référer au document traitant du «pesage en laboratoire»

Bases du pesage Nous n abordons pas ici les aspects du pesage en laboratoire, pour ceci se référer au document traitant du «pesage en laboratoire» Bases du pesage Nous n abordons pas ici les aspects du pesage en laboratoire, pour ceci se référer au document traitant du «pesage en laboratoire» 1/37 Bin-R SA Base du pesage Nous n abordons pas ici les

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX Exemple 7.2 Voilement local Leçon support : Leçon 7.3 - Voilement local Fichier : EX 7-2.doc EXEMPLE 7.2 VOILEMENT LOCAL 1. PROBLEME Trois tôles en acier

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 -

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 - Programme du DUT GMP 1 ère Année Construction mécanique - connaître le langage du dessin technique, - connaître les fonctions mécaniques élémentaires, - utiliser des composants simples, - concevoir des

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

Méthodes de caractérisation mécanique

Méthodes de caractérisation mécanique Méthodes de caractérisation mécanique M. Blétry Centre des Matériaux - ENSMP April 25, 2007 Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures d indentation 4 Fatigue 5 Rupture Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures

Plus en détail

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs Logiciel : ArbrEn2D Ce logiciel permet de calculer et de dessiner les efforts et les déformations dans une pièce rectiligne isostatique 2D à section variable. Les grandeurs d'entrée sont la géométrie de

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Projet Calcul Etude d un étau Annexes

Projet Calcul Etude d un étau Annexes Projet Calcul Etude d un étau Annexes TUTEUR D ÉTUDE Stephane BOCHARD ENSEIGNANT ENSIBS RAPPORT REALISE PAR Neji EL KHAIRI Alexis GERAY Année universitaire 2014-2015 Tables des annexes Annexes 1 : Étude

Plus en détail

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par :

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par : STATIQUE STATIQUE PLANE (Statics) Définition : étude de l équilibre des corps. En statique plane les actions et les forces étudiées appartiennent toutes à un même plan Les forces et les moments : une action

Plus en détail

D interdire le mouvement d un corps susceptible de se déplacer. L'action de la paroi de la piscine sur l'eau tend à la garder dans le bassin.

D interdire le mouvement d un corps susceptible de se déplacer. L'action de la paroi de la piscine sur l'eau tend à la garder dans le bassin. Modélisation des ctions Mécaniques I.- Définition. On désigne par action mécanique toute cause capable : De modifier le mouvement d un corps. D interdire le mouvement d un corps susceptible de se déplacer.

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Mécanisme d essuie glace Bosch

Mécanisme d essuie glace Bosch 1- Montrer que V ( 3/ 0) 0,5 m/ s 30 mm On mesure sur le document réponses : O mes = 30 mm L échelle est de 1/ 2 donc O reelle = 30 1.4 = 42mm 2π V ( 3/ 0) = O Ω (3/ 0) = 0.042 114 = 0.5 m/ s 60 V ( 3/

Plus en détail

Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS

Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS Olivier MADEC Jeudi 3 mai 2007 Les ouvrages visés sont : Les parois de pieux forés sécants ou jointifs Les rideaux

Plus en détail

Document ressource TECHNOLOGIE ALU-VERRE-PVC

Document ressource TECHNOLOGIE ALU-VERRE-PVC I N E R T I E D é f i n i t i o n L inertie d un profil représente sa capacité à ne pas se déformer sous l effet d une sollicitation. Unité : cm 4 Symbolisation : I Plus I est grand, moins le profil se

Plus en détail

DISPOSITIF D ESSUIE-GLACE DE LA RENAULT SCENIC II

DISPOSITIF D ESSUIE-GLACE DE LA RENAULT SCENIC II EXAMEN GMP 120 Session de Mai 2013 - Durée 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Documents fournis : Présentation du support d étude (p.1&2) Travail à réaliser (p.3&4) Tableau des liaisons

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE SESSION 2008 ÉPREUVE: ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS Durée: 4 heures Coefficient : 6 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail