Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de Résistance des Matériaux (RDM)"

Transcription

1 Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS INTRODUCTION DEFINITION D UNE POUTRE EN RDM PARAMETRAGE HYPOTHESES GENERALES EN RDM MODELISATION D UN PROBLEME LES LIAISONS (APPUIS) LES ACTIONS MECANIQUES EXTERIEURES TORSEUR DE COHESION (DES ACTIONS MECANIQUES INTERIEURES) FORMES D ECRITURE DU TORSEUR DE COHESION POUR LES SOLLICITATIONS SIMPLES DETERMINATION DU TORSEUR DE COHESION RELATIONS ENTRE CHARGEMENT, EFFORT TRANCHANT ET MOMENT FLECHISSANT DEFORMATIONS / CONTRAINTES DEFORMATIONS CONTRAINTES (UNITES PA OU MPA) EXEMPLES DE REPARTITIONS DES CONTRAINTES DANS LA SECTION DROITE CONCENTRATION DE CONTRAINTES (ACCIDENTS GEOMETRIQUES) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN RDM ESSAI DE TRACTION ET CARACTERISTIQUES DETERMINEES ZONE ELASTIQUE (LOI DE HOOKE) ZONE PLASTIQUE, LIMITE ELASTIQUE ET DE RUPTURE COEFFICIENT DE POISSON PRINCIPE DE LA MESURE D EFFORT PAR JAUGE DE CONTRAINTE DAE (DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE) MESURE DU COUPLE DANS LA COLONNE DE DIRECTION... 1 JC ROLIN 1 Lycée G.Eiffel Dijon

2 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS Toute solide réel est déformable dans un domaine spécifique et peut être détérioré lorsque les contraintes qu il subit dépassent une valeur critique. On distingue plusieurs familles de solides : - Les pièces tridimensionnelles ayant 3 dimensions du même ordre de grandeur, - Les plaques (ou coques) dont une dimension solide est négligeable devant les deu autres, - Les poutres dont deu dimensions (définissant localement la section) sont petites devant la troisième (la longueur). Pièce tridimensionnelle (maillage et déformation) Plaque de type capsule sous pression (maillage et déformation) Poutre déformée (Solidworks) Le programme de CPGE TSI est limité à l étude des solides de type poutre soumis à des sollicitations simples (traction, compression, fleion, torsion, cisaillement). Le but de ce cours est de fournir les principales relations utiles en résistance des matériau pour le dimensionnement de poutres afin de répondre à un cahier des charges, selon des critères de déformation et/ou de dégradation en fonction des actions mécaniques ou chargement etérieur. La résistance des matériau s insère dans un domaine d étude plus vaste dénommé «élasticité» ou «mécanique des milieu continus». Les pièces ou solides seront donc considérées déformables. Les mécanismes composés de plusieurs poutres seront dénommées structures. L etensométrie et la photoélasticité dont des moyens d investigation epérimentau des déformations des structures. Les logiciels basés sur la méthode des éléments finis permettent de visualiser par colorimétrie et de quantifier les contraintes et déformations. APPLICATIONS DE LA RDM et CRITERES D UN CAHIER DES CHARGES OU DIAGRAMME DES EXIGENCES : Résistance minimale (câble, arbre de transmission, dent d'engrenage, ) Résistance maimale (goupille de sécurité, élément à découper ou à déformer, ) Déformation maimale limitée : structure de machine-outil, de robot, condition d'engrènement, Déformation minimale significative : amortissement par ressorts, système de mesure par déformation. QUELQUES ILLUSTRATIONS : Pylône électrique et câble de transport d énergie Arbre de transmission et denture du pignon d entraînement Fleion d aile d avion (Airbus A38) 6,8m de flèche Simulation d un pont en treillis de poutre JC ROLIN 2 Lycée G.Eiffel Dijon

3 2 INTRODUCTION 2.1 Définition d une poutre en RDM Le terme de «poutre» désigne un objet dont la longueur est grande par rapport au dimensions transverses (section fine). Cependant, le modèle des poutres peut être utilisé pour des pièces très diverses à condition qu'elles respectent certaines conditions. Une poutre est un élément de structure utilisé pour : la construction dans les bâtiments pour supporter les charges, les navires et autres véhicules (châssis), la fabrication de machines et systèmes en général. Ci-contre structure de la Fondation Louis Vuitton, Paris, architecte Frank Gehry. Association de poutres de bois et métal, voiles de verre de Saint Gobin, dimensionnement par Logiciel Digital Project basé sur Catia V Dassault System : A G (S) 2.2 Paramétrage Orienter la ligne moyenne (L) et choisir une origine O. Fier un repère orthonormé direct R( O,, y, z ) B lié à la poutre non déformée qui sera la référence des déplacements des points appartenant à la poutre. En un point G quelconque de la ligne moyenne (centre de surface ou d inertie d une section droite) le repère local est défini par L ( G,, y, z). E 1 Solide E E 2 s Une poutre est le solide E engendré par une surface plane ou section (S) dont le centre de surface (ou d inertie) G décrit une portion de courbe (L) orientée par son abscisse curviligne de A vers B. La section S reste toujours perpendiculaire à (L). La poutre est représentée par sa ligne moyenne (L). On coupe de façon imaginaire E en 2 parties E 1 et E 2 de chaque côté de la section droite S. tangent en G à la ligne moyenne (L) y et z directions principales d inertie de la section droite (S) (en général, les aes de symétrie) Remarque : On représentera donc une poutre uniquement par sa ligne moyenne. 2.3 Hypothèses générales en RDM Matériau Matériau homogène de même composition et de mêmes propriétés en tous points (métau). Le bois, le béton, les composites sont non homogènes. Matériau isotrope de même propriétés mécaniques dans toutes les directions de sollicitations (acier, métau en général sauf si laminés ou forgés). Un câble, le bois, les matériau fibrés sont non isotropes Déformations, domaine élastique On reste dans le domaine de déformation élastique du matériau, le solide reprend sa forme initiale si les efforts disparaissent. Les déformations sont donc relativement petites par rapport au solide étudié Efforts Efforts invariants : la direction des efforts reste inchangée après déformation de la pièce. JC ROLIN 3 Lycée G.Eiffel Dijon

4 2.3.4 Géométrie d une poutre La longueur de la ligne moyenne est grande devant les dimensions des sections droites, longueur > 1 fois la plus grande dimension transversale. 3 MODELISATION D UN PROBLEME 3.1 Les liaisons (appuis) Appui simple : action de liaison Ry Articulation (rotule), action de liaison R, Ry Encastrement : action de liaison R, Ry, Mz Les symboles sont spécifiques (historique), mais il est également possible d utiliser les liaisons normalisées. 3.2 Les actions mécaniques etérieures On peut en distinguer deu types : - les actions mécaniques concentrées : force ou moments. - les actions mécaniques réparties, y compris le poids propre de la poutre. Représentations : d une force concentrée par un vecteur, de forces réparties par des champs de vecteurs uniforme ou non, d un moment par un arc orienté. Conditions au limites principe de Saint Venant L état des sollicitations dans la section droite de centre G, dans une région suffisamment éloignée des points d applications des charges etérieures appliquées à la poutre, ne dépend pas de la manière avec lesquelles elles sont appliquées, c'est-àdire de façon concentrée ou répartie, si elles donnent les mêmes torseurs en G. Précaution particulière en résistance des matériau En résistance des matériau (contrairement à la statique), les déplacements des points d'application des forces, ou la globalisation des actions mécaniques, ne donnent pas des résultats équivalents. Animation introductive à la RDM : JC ROLIN 4 Lycée G.Eiffel Dijon

5 3.3 Torseur de cohésion (des Actions Mécaniques intérieures) Les efforts intérieurs à la poutre (résultantes et moments) sont eprimés par le torseur de cohésion. Le torseur de cohésion indique les composantes qui assurent l équilibre ou la cohésion de la structure sous l action des «charges» ou actions mécaniques etérieures, il est donc établi par le principe fondamental de la statique (PFS). Démarche suivie : On coupe fictivement la poutre par un plan orthogonal à la ligne moyenne en un point G défini par son abscisse notée et on définit alors deu parties (P+) ou partie amont et (P-) ou partie aval. Définition : le torseur de cohésion (ou des AMs intérieures) est le torseur d actions mécaniques eercé par la partie (P+) sur la partie (P-). T ( P) ( P) T coh ( ) G R( ) M ( ) Par convention, on note les projections des éléments de réduction en G du torseur de cohésion, sur la base locale B (, y, z) Forme d écriture à mémoriser et à comprendre, interpréter dans le contete réel ou d un modèle. Application du PFS au solide E = (P+) + (P-) : T Et E G et T Et E T Et P T Et P G G G G 3.4 Formes d écriture du torseur de cohésion pour les sollicitations simples fleion simple ou plane NOTA : Toutes ces sollicitations sauf la torsion correspondent à des problèmes plans. JC ROLIN 5 Lycée G.Eiffel Dijon

6 3.5 Détermination du torseur de cohésion Pour déterminer le torseur de cohésion, on peut au choi isoler la partie (P+) ou la partie (P-), en effet : T P T Méthode 1 : on isole (P-) puis on applique le PFS : D où et Méthode 2 : on isole (P+) puis on applique le PFS : D où et T coh T P P ( ) ( ) ( ) ( P) ( P) ( P) T P T T coh T P P ( ) ( ) T coh T P ( ) ( P ) ( ) ( P) ( P) ( P) T coh T P ( ) ( P ) Conclusion : pour déterminer le torseur de cohésion, on choisira la partie qui induit le moins de calcul! 3.6 Relations entre chargement, effort tranchant et moment fléchissant En RDM, on nomme «chargements» les efforts (résultantes ou moments) appliqués etérieurement à la poutre isolée. En fleion simple dans le plan On a alors les relations ( G,, y) d p( ) Ty ( ) d, le chargement est p(). 4 DEFORMATIONS / CONTRAINTES et y d Ty ( ) Mf z ( ) d, l effort tranchant T y. y, le moment fléchissant Mf z. qui permettent de vérifier la cohérence des résultats. 4.1 Déformations Hypothèse de NAVIER BERNOULLI : les sections planes et droites (normales à la ligne moyenne) avant déformation, restent planes et droites après déformation (normales à la ligne moyenne déformée). z. 4.2 Contraintes (unités Pa ou MPa) Définition locale pour un élément ds de la section de coupe On note : M un point appartenant à la poutre étudiée, ds une surface élémentaire (ou facette) autour du point M orientée par n (normale etérieure), df l effort intérieur élémentaire s appliquant sur ds. On définit la contrainte au point M sur la facette ds orientée par la normale etérieure n le vecteur Tel que : T df ds ( M, n) Une contrainte est homogène à une pression, son unité est le Pascal (1 Pa = 1 N/m²) ( M, n) JC ROLIN 6 Lycée G.Eiffel Dijon T

7 4.2.2 Contrainte normale/tangentielle T. n. t. n ( M, n) ( M, n) ( M, n) σ est appelée contrainte normale à la surface ds de normale n en M. τ est appelé contrainte tangentielle à la surface ds de normale n en M, Les contraintes sont des quantités algébriques et s epriment en MPa (1Pa = 1N/m²). t Dans le cas d une poutre, dans le repère local ( G,, y, z) nous ne nous intéresserons qu au surfaces de normale En traction/compression seule la contrainte σ eiste, elle est positive en traction et négative en compression Eemples de répartitions des contraintes dans la section droite Traction et compression La contrainte locale normale en traction compression est uniforme sur la section et N peut s écrire. S Les fibres s allongent en traction ( raccourcissent en compression ( Fleion : ). ) et se Le torseur de cohésion est {T C } = { T y (s) } M fz (s) G En fleion pure T y (s) = sinon il s agit de fleion simple. Au-dessus de la ligne moyenne les fibres en traction s allongent, celles du dessous en compression se raccourcissent. La répartition des contraintes n est pas uniforme, les fibres etérieures sont les plus sollicités. Torsion La contrainte dans une section soumise à de la torsion augmente proportionnellement à la distance à l ae de la ligne moyenne. La répartition des contraintes n est pas uniforme, les fibres etérieures sont les plus sollicités. B Σ A 4.4 Concentration de contraintes (accidents géométriques) Sous l effet des changements de section de la poutre ou «d accidents de forme» (congé, filetage, trou de passage de goupille, ), la contrainte réelle dans certaines sections locales est nettement plus importante que la contrainte que l on aurait sans «accident de forme» (contrainte nominale). Les concentrations de contraintes se produisent au voisinage d un accident géométrique. On introduit alors un facteur K appelé facteur théorique de concentration de contraintes, utilisable lorsque les charges sont statiques et les contraintes inférieures à la limite élastique). Eemple de concentration de contraintes : épaulement K maréelle manominale 1 JC ROLIN 7 Lycée G.Eiffel Dijon

8 Des abaques de coefficient de concentration de contraintes ont été établis pour les cas usuels bien définis, ici un épaulement. Les outils de calcul numérique (modeleurs 3D, Inventor, Solidworks ) permettent de déterminer les contraintes et déformations dans une poutre ayant des formes complees sans passer par des abaques par la méthode des éléments finis. Concentration de contraintes près d un épaulement, abaque et maillage 5 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN RDM 5.1 Essai de traction et caractéristiques déterminées Video : https://www.youtube.com/watch?v=b3dvujqnu et bien d autres L essai de traction permet de déterminer les principales caractéristiques mécaniques d un matériau, c est à dire : le module d'young E, ou module d'élasticité longitudinale (MPa) ou gigapascal (GPa) la limite d'élasticité R e ou contrainte élastique qui caractérise le domaine de déformation réversible du matériau la résistance à la traction R m ou σ m, ou limite à la rupture R r (MPa); l'allongement à la rupture A (%) sous charge avant la rupture ; le coefficient de Poisson (sans dimension) qui lie la déformation transversale à la déformation aiale. Le coefficient de striction Z (%) L éprouvette du matériau testé est un barreau cylindrique ou de section rectangulaire (éprouvette plate). Machine d essai de traction Principe de l essai : La machine de traction soumet l éprouvette à un effort de traction croissant jusqu à la rupture. La section de l épouvette étant connue, on reléve simultanément la contrainte en MPa et son allongement relatif. 5.2 Zone élastique (Loi De Hooke) Dans la zone OA l allongement est proportionnel à la contrainte et l éprouvette déformée élastiquement retrouvera sa longueur initiale L une fois libérée de la contrainte qui lui est appliquée. On relève l allongement relatif ou déformation selon l ae L Lo et on établit la loi de Hooke avec E module d Young ou d élasticité E. longitudinal : Loi de Hooke (Valeurs de E : acier 21 GPa, Al 69 GPa, Cu 13 GPa ) 5.3 Zone plastique, limite élastique et de rupture Au-delà de Re limite élastique, débute la zone plastique, le matériau relâché de sa contrainte ne retrouve plus sa forme initiale. Dans la zone d écrouissage l éprouvette garde une section homogène sur sa longueur, mais ce n est plus le cas dans la zone de striction, où un étranglement apparaît, la contrainte diminue alors que l éprouvette s allonge. Cette zone débute avec Rr contrainte limite de rupture et se termine en D lorsque l éprouvette rompt. JC ROLIN 8 Lycée G.Eiffel Dijon

9 5.4 Coefficient de Poisson Pour la grande majorité des matériau, l allongement ou déformation longitudinale L L o les aes y et z,, s accompagne d une contraction ou déformation transversale sur L' T L o. Le coefficient de poisson «nu» sans dimension, lie ces deu déformations. T L coefficient de Poisson Le changement de volume ΔV/V dû à la contraction du matériau est donné par la V L relation valable uniquement pour de petites déformations : (1 2 ) V L Quelques valeurs : Acier, cuivre =,3 ; fonte =,2 ; matériau incompressible, caoutchouc =,5 ; liège =! matériau auétiques <! 5.5 Principe de la mesure d effort par jauge de contrainte Pour évaluer les contraintes ou déformations sur une pièce mécanique que l on nomme corps d épreuve, on utilise des jauges de contrainte collées sur ce corps et subissant les mêmes déformations. Ci-dessous un montage avec 4 jauges sur un corps d épreuve en traction pure. Déformations usuelles en traction, allongement et contraction transversale. Détail d une jauge V A V B Une jauge est une résistance ayant pour caractéristiques au repos une résistance L R. S section S et une résistivité ρ., une longueur L, une Montage de la jauge Ja et coefficient de Poisson En admettant la résistivité ρ constante par rapport au déformations, la variation relative de la résistance pour de petites déformations est : R L S R L S La section S dépend des 2 dimensions transversales sur y et z et sa variation relative du coefficient de Poisson : Soit S S Ly Lz L 2. L L L y z et finalement le coefficient de jauge K à partir de l allongement relatif est : R L R L L 1 2 K. L soit K 1 2 K est le coefficient ou facteur de jauge si on néglige la variation de résistivité due au déformations. Dans le cas des jauges métalliques sur corps d épreuve métalliques, la variation relative de résistance est de l'ordre de la déformation qui est tout au plus de 1-4, on a toujours ΔR << R En toute rigueur, la constante de Bridgman (coefficient C) intervient pour la résistivité et on obtient alors K 1 2 C(1 2 ). Pour l acier ( =,3 ; C=1), le facteur de jauge K est de l'ordre de 2. On établit la tension différentielle V A -V B du pont de mesure, ici pont complet, par rapport à l allongement relatif. JC ROLIN 9 Lycée G.Eiffel Dijon

10 5.6 DAE (direction assistée électrique) mesure du couple dans la colonne de direction La mesure du couple eercé au volant est réalisée d un point de vue didactique par le montage de 4 jauges de contrainte dans un pont de mesure complet. Figure 2.29 Pour chaque jauge résistive, on note R la résistance au repos et +/- ΔR leur variation de résistance. Q.1. Sur la figure 2.29, fier le paramétrage (repère orthonormé) associé de façon classique à une poutre en RDM et donner pour une torsion pure la forme d écriture du torseur de cohésion. Q.2. Pour une moment de torsion positif puis négatif, indiquer clairement le type de déformation que subit chacune des 4 jauges Ja à Jd et en déduire l epression de leur résistance. On rappelle que si Ja s allonge on notera R A = R + R. Présenter dans un tableau. Chaque résistance vaut R = 25ohms au repos, sa variation relative de longueur dans le domaine des faibles déformations est L/L = pour un couple T = 4Nm eercé sur la colonne de direction. Le coefficient de Poisson du matériau de la jauge est =,32 et on néglige sa variation de résistivité. Q.3. Déterminer le coefficient de jauge K et déduire la variation de résistance relative et absolue pour une jauge pour T = 4Nm. A partir de maintenant on s intéresse à un couple de torsion positif. Q.4. Représenter un pont complet avec les 4 résistances repérées Ra à Rd pour Ja à Jd et situer : La tension d alimentation Vcc sous forme d une ddp, mettre en place la masse, référence à V. La tension de sortie U AB en distinguant ses 2 etrémités par des potentiels V A à gauche et V B à droite définis par rapport à une référence de tension que vous préciserez. Indiquer d un point de vue mesure les tensions de type «mode commun» et «mode différentiel», préciser quelle est le mode de mesure à préférer en précisant pourquoi. Q.5. Eprimer la tension U AB en fonction de Vcc, R et R. Utiliser les résultats établis en Q3 et déduire l epression de la tension de sortie du pont sous la forme U AB = K T.Vcc.T. Faire l application numérique si Vcc = 12V, T = 4Nm, commenter votre résultat. Q.6. Représenter la fonction de transfert du pont de mesure U AB = f(t) pour une plage de couple de +/- 8Nm si Vcc = 12V puis si Vcc = 5V. JC ROLIN 1 Lycée G.Eiffel Dijon

11 La sortie du pont de mesure est raccordée à un amplificateur d instrumentation de type AD62 dont un etrait de notice est fournie ci-dessous. Q.7. Sur le document réponse, faire le schéma de raccordement du pont à l amplificateur AD62 et à l alimentation symétrique +/- 5V, repérer tous les numéros de pattes utilisées et les repères de chaque jauge (Ja à Jd). Mettre en place la résistance R G. Q.8. Calculer la valeur de R G pour obtenir une tension de 2V en sortie d amplificateur pour un couple C = 4Nm. Q.9. Epliquer l intérêt d une solution à circuit intégré, par rapport à une solution à circuits discrets (plusieurs A. Op et résistances réparties sur un circuit imprimé). Indiquer quelles précautions de câblage il faut suivre entre le pont et l amplificateur qui est situé à 1 mètre du point de mesure. JC ROLIN 11 Lycée G.Eiffel Dijon

12 Document réponse : réalisation du schéma de la structure d acquisition Mettre en place les aes du paramétrage, indiquer les directions des élongations ou contraction sur les quatre jauges en place en les désignant (Ja à Jb). Bornes d alimentation -5V V +5V JC ROLIN 12 Lycée G.Eiffel Dijon

Cours de résistance des matériaux

Cours de résistance des matériaux ENSM-SE RDM - CPMI 2011-2012 1 Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur 2011-2012 Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Département de Génie Civil

Département de Génie Civil Sommaire Chapitre 01 : RAPPEL... 5 I Rappel de mathématiques... 5 I-1 Equation du 1 ier degrés à deu inconnues... 5 I- Equation du Second degré à deu inconnues... 5 I-3 Calcul d intégrale... 6 I-4 Equation

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» )

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» ) SYNTHESE ( THEME ) FONCTIONS () : NOTIONS de FONCTIONS FONCTION LINEAIRE () : REPRESENTATIONS GRAPHIQUES * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Sommaire. 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6. 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16

Sommaire. 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6. 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16 Sommaire 1. Introduction 3 Pages. Reprise de projet précédent 4 3. Etude mécanique du projet et réalisation d un banc de mesure 6 4. Etude du montage conditionneur et de la carte électronique 16 5. Acquisition

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

1) Mesure de température :

1) Mesure de température : PAGE : ) Mesure de température : Elément sensible Les mesureurs de température analogiques transforment la température d un fluide ou d une enceinte en un signal 0/0V, 4-0mA Doigt de gant Fixation Ils

Plus en détail

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10 INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS PARTIE 2 Guilhem MOLLON Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 212-213 V1.1 Table des matières Table des matières 2 Avertissement

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux TUBES ET ACCESSOIRES 47 Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux Possibilité d autres sections sur demande. Les caractéristiques indiquées sont théoriques et non garanties. TUBES 48 TUBES

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE SESSION 2008 ÉPREUVE: ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS Durée: 4 heures Coefficient : 6 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE

Plus en détail

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION CYLINRE E EORMATION POUR MACHINE E COMPRESSION Philippe AVERLANT Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 757 Paris Cedex 15 rance Résumé Les résultats

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques Épreuve E5 : Conception détaillée Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle Session 2013 Durée : 4 h Coefficient : 3 Matériel

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l.

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l. COUVERTURE METALLIQUE AUTOPORTANTE Les couvertures métalliques autoportantes TOPECAL représentent un système tout à fait nouveau dans le groupe des couvertures traditionnelles existantes. La couverture

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine)

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine) Analyse de la charge transmise aux roulements de la roue dentée, notamment en rajoutant les efforts axiaux dus aux ressorts de l embrayage (via la cloche) (Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 6 : Rhéologie des matériaux polymères 6.0 Aspects phénoménologiques de l élasticité 6.0.1 Introduction La théorie de l élasticité

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR CONCEPTION DE PRODUITS INDUSTRIELS SESSION 214 ETUDE DE PRODUITS INDUSTRIELS SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS Durée : 4 heures Aucun

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB

Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB Dossier de conception 1/21 1. PRESENTATION GENERALE DU MINI PROJET 1.1 Contexte de l étude Situation existante avec un problème. Présentation de l objectif

Plus en détail

Manuel d installation : Système de conversion d entrée-sortie à bras pivotant de 800 à 1756 de Modicon (Cat 1492-_)

Manuel d installation : Système de conversion d entrée-sortie à bras pivotant de 800 à 1756 de Modicon (Cat 1492-_) Manuel d installation : Système de conversion d entrée-sortie à bras pivotant de 800 à 1756 de Modicon (Cat 1492-_) Des versions de ce document en plusieurs langues (français, italien, allemand et espagnol)

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES COURS DE CONSTRUCTION PARASISMIQUE VOLUME 2 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES Introduction à la conception PS des structures - Approche qualitative

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail