CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités."

Transcription

1 CHAPITRE VI ALEAS 6.1.Généralités. Lors de la synthèse des systèmes logique (combinatoires ou séquentiels), nous avons supposé, implicitement, qu une même variable secondaire avait toujours la même valeur en tous les points du circuit et que les temps de propagation, mis par l information à parcourir les différents chemins menant des entrées ou des sorties du système, ont été considérés comme nuls. Ces conditions ne correspondent, évidemment pas, à une situation réalisable. Il peut en résulter, au cours des transitions, l apparition de conditions anormales perturbant le fonctionnement du système dû à des impulsions parasites qui traduisent des inégalités de temps de parcours. Ceci peut mener le système à évoluer vers des états de sortie différents de ceux qui ont été défini par la table de vérité ou par la table des états. Ces impulsions parasites sont appelées : «ALEAS DE COMMUTATION». Ces aléas sont figés par le schéma dont les équations logiques donnent une image, Ils ne doivent par être confondus avec les actions parasites de signaux qui sont le fait de couplages intempestifs entre connexion ou éléments de circuits, que l on peut modifier en changeant les dispositions relatives des composants. 156

2 Les aléas peuvent être classés en deux groupes : 1) Les aléas à variable unique : Ils sont dus aux changements d une variable seulement. Ils peuvent être corrigés par l adjonction de termes logiques ou par l introduction de retards appropriés dans le circuit. Ils sont de trois types : Statiques, dynamiques ou essentiels. 2) Les aléas à variable multiples : Dus aux changements de plus d une variable. Ils peuvent être, également, du type statique, dynamique ou essentiel. Ne pouvant être complètement éliminés par des solutions logiques ou par des modifications du circuit, le changement des variables d entrée (ainsi que les variables internes) doivent obéir à la condition impérative suivante : IL FAUT QU IL N Y AIT QU UNE SEULE VARIABLE QUI PUISSE CHANGER D ETAT A LA FOIS Définition de l aléa statique (ou de continuité ) : L aléa statique est dû au fait que les propositions suivantes : xx + xx = 1 eeee xxxx =0, ne sont plus satisfaites lors des transitions entre deux états stables. Il provoque, durant un changement de variable, une transition dans une sortie qui doit demeurer constante. Il peut être identifié par la table de KARNAUGH (ou par une manipulation algébrique) et être corrigé logiquement par l adjonction de portes supplémentaires. Pour étudier, en détail, cet aléa prenons la forme générale d une équation présentant des aléas statiques. 157

3 Equation générale présentant des aléas statiques dus à: xx + xx = 00. Elle est de la forme :ZZ = FFFF + GGxx. L aléa se produira si : F = G =1 car, dans ces conditions, ZZ = xx + xx. Etudions, maintenant, l état de Z en fonction de la vitesse de commutation des variables xx et xx. 1 er cas : xx commute avant xx (soit t 1 la différence de temps). Si initialement xx = 00, nous aurons les transitions suivantes de, xx et de ZZ = xx + xx : xx xx = 0 I I I I 0 transition de xx retardée de t 1 ZZ = xx + xx = I I I Ici nous avons ZZ = xx + xx = 11, dans tous les cas. Donc il n y a pas d aléa. Si initialement = 11, alors nous aurons les transitions suivantes : xx xx = transition de xx retardée de t 1 ZZ = xx + xx = I 0 I 158

4 Dans ce cas la relation xx + xx = 11, n`est plus vérifiée. Et, ZZ = xx + xx, qui devrait âtre égale à `1` quand FF = GG = 11, quelque soit xx, prend la valeur 0 pendant la transition de xx. Conclusion : Lorsque xx commute avant xx l` aléa se produit lors de la transition de xx `1` à `0`. 2 e me cas : xx commute avant xx (soit t 2 la différence de temps). Si initialement xx = 00, nous aurons les transitions suivantes de xx, xx et de ZZ = xx + xx : xx xx = 0 I 0 0 I 0 transition de xx retardée de t 2 ZZ = xx + xx = I 0 I Ici la relation ZZ = xx + xx = 11, n`est plus vérifiée d`où apparition d aléa. Si initialement xx = 11, alors nous aurons les transitions suivantes: xx xx = transition de xx retardée de t 2 ZZ = xx + xx = I 1 I Dans ce cas la relation xx + xx = 11 est vérifiée, il n y a pas risque d`aléa. 159

5 Conclusion : Lorsque xx commute avant x l`aléa se produit lors de la transition de x de `0` à `1` Equation générale des aléas statiques dûs à ; xx xx = 11 Elle est de la forme : ZZ = (FF + xx)(gg + xx ). L`aléa statique se produira lorsque FF = GG = 00, puisque dans ces conditions ZZ = xx xx. Etudions, maintenant, l`état de Z en fonction de la vitesse de xx et de xx. 1 er cas : xx commute avant xx (soit t 3 la différence de temps). Si initialement xx = 00, nous aurons les transitions suivantes de, xx et de ZZ = xxxx : xx xx = 0 I I I I 0 transition de xx retardée de t 3 ZZ = xx. xx = 0 I 0 Ici la relation : ZZ = xx. xx = 00, n`est pas vérifiée dans tous les cas. Donc il y a apparition d`aléa. Si initialement xx = 11, les transitions de xx et xx sont les suivantes : xx xx = transition de xx retardée de t 3 ZZ = xx. xx =

6 Dans ce cas la relation : xx xx = 0 est vérifiée, il n`y a pas d`aléa. Conclusion : Lorsque xx commute avant xx l`aléa se produit lors de la transition de xx de `0` à `1`. 2 e me cas : xx commute avant xx (soit t 4 la différence de temps). Si initialement xx = 00, nous aurons les transitions suivantes de xx, xx et de ZZ = xx. xx : xx xx = 0 I 0 0 I 0 transition de xx retardée de t 4 ZZ = xx. xx = Ici la relation ZZ = xx. xx = 00, étant vérifiée, il n y a pas d aléa. Si initialement xx = 11, alors nous aurons les transitions suivantes : xx xx = transition de xx retardée de t 4 ZZ = xx. xx = Dans ce cas la relation xx. xx = 00 n`est plus vérifiée, il y a apparition d`aléa. Conclusion : Lorsque xx commute avant xx l`aléa se produit lors de la transition de xx de `1` à `0`. 161

7 Elimination de l`aléa statique. Pour préserver les systèmes de commande contre les fonctionnements anormaux, dus à l`existences des aléas statiques, il faudra faire usage que d`un seul type de variables d`entrées ( utiliser xx ou xx ) ou bien ajouter un terme redondant qui ne modifie pas la signification de la fonction. Soit : Pour l`équation; ZZ = FFFF + GGxx., on ajoutera le terme FFFF, consensus de FFFF et GGxx. L`expression de ZZ devient alors ; ZZ = FFFF + GGxx + FFFF Et pour l`équation; ZZ = (FF + xx)(gg + xx ), on ajoutera le terme FF + GG, consensus de FF + xx et GG + xx. L`équation devient, dans ces conditions: ZZ = (FF + xx)(gg + xx )(FF + GG) Ce qui se traduit par les tables de KARNAUGH figures cidessous: F G F G x FG x F + G 162

8 6.3. Définition de l` aléa dynamique. Lorsque dans un système séquentiel une variable d`entrée ou auxiliaire intervient dans deux ou plusieurs fonctions secondaires, il y a risque d`aléa dynamique, si l`ordre dans lequel s`effectue ces interventions donne naissance à des états stables différents. Ils sont causés par l`existence, dans le système, de trois (ou plus) trajets distincts pour la même variable, caractérisé chacun par des temps de retard différents. En pratique, ils sont le résultat de la mise en facteur d`opérateurs électroniques, ou de l`utilisation de longues lignes de connexion dans les circuits logiques rapides. Dans les systèmes à relais, les temps de fermeture différents des contacts peuvent produire les mêmes effets. Nous allons traiter un exemple afin de dégager cet aléa du monde de l`abstrait pour pouvoir, par la suite, déterminer avec certitude le lieu de sa présence et l`éliminer ensuite. Considérons la structure de commande dont le fonctionnement est régit par les équations suivantes: XX = bbyy + aa xx; YY = aa bb + cccc ; SS = xxyy Et, dont le logigramme, à relais et à portes, sont données par les figures ci-dessous. 163

9 Dans l`état initial nous avons ; 1 : aa = bb = cc = 0 ; XX = YY = SS = 0 Lorsque `a` passe à `1` le système évolue vers l`état futur suivant : 2 : aa = 1; bb = cc = 0 ; XX = YY = SS = 0 Si nous appuyons sur b en maintenant a sur sa position initiale, on passe à l`état ; 3 : aa = 1; bb = 1; cc = 0 ; XX = 1; YY = SS = 0 Si nous relâchons a (aa = 0), on passe à l`état futur suivant : 4 : aa = 0; bb = 1; cc = 0 ; XX = 1; YY = 1; SS = 1 Puisque le contact aa apparaît, simultanément, dans X et Y, représentant deux contacts différents donc deux vitesses de commutations différentes, il peut y avoir un aléa dynamique suivant que le contact dans Y commute plus vite que celui se trouvant dans X 164

10 et vice versa. Pour se fixer les idées supposons que a 1 représente le contact dans X et a 2 celui dans Y. 1 er cas : a 1 commute avant a 2 (a 1 plus rapide que a 2 ). Si nous représentons les évolutions du système en fonction des états d`entrée nous obtenons le tableau de la figure ci-après ; Variables Etats du Etats impliquées dans l`évolution du a 1 a 2 b c x y X Y S système intermédiaires dus à la différence de système vitesse a = a = a = ` 2` a = b = a = b = b = ` 3` b = D`après ce tableau nous remarquons que le système a évolué vers l`état attendu 4 en passant les états 2 et 3 après lui avoir 165

11 appliqué la même séquence d`états d`entrée. Les états 2` et 3` sont des états intermédiaires introduits par les contacts a 1 et a 2 et ce par la différence de vitesse existant entre eux. Dans ce cas, il n y a pas d`aléa dynamique. 2 eme cas : a 2 commute avant a 1 (a 2 plus rapide que a 1 ). De l`état 3 ou: aa = 1; bb = 1; cc = 0 ; XX = 1; YY = SS = 0 Si la variable `a` revient a `0` alors, on passe a : 3` : aa 1 = 1; aa 2 = 0; cc = 0 ; XX = 0; YY = 1; SS = 0 puis a : 3` : aa 1 = 0; aa 2 = 0; cc = 0 ; XX = 0; YY = 1; SS = 0 Dans ce deuxième cas on n`aboutit pas à l`état stable 4 lorsque, de l`état stable 3 ou a = 1, la variable a redevient égal à `0` comme il a été prévu précédemment. Donc on est en présence d`un aléa dynamique Elimination des aléas dynamiques. Comme on vient de le constater que la présence des aléas dynamiques peut mener le système à évoluer vers des états imprévus. Ceci, bien entendu, va donner au système un nouveau comportement différent de celui qui a été imposé par les conditions de fonctionnement de départ. D` où la nécessité de les éliminer soit en retardant l`information qui les produits, soit en considérant les 166

12 variables qui engendrent ces aléas comme deux variables distinctes dans la recherche des équations. Pour le cas considéré nous aurons, en considérant le second cas : XX = bbyy + aa 1 xx; YY = aa 2 bb + cccc ; 167

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS 43 SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 7 Le rôle de la logique combinatoire est de faciliter la simplification des circuits électriques. La simplification

Plus en détail

Fonctions logiques élémentaires

Fonctions logiques élémentaires Fonctions logiques élémentaires II. Systèmes binaires et algèbre de oole ctuellement, alors que les ordinateurs analogiques sont encore du domaine de la recherche, les informations traitées par les systèmes

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Pistes graphiques - lettre A

Pistes graphiques - lettre A Pistes graphiques - lettre A AA A A Avec un crayon, écris et termine la ligne de «A». Pistes graphiques - lettre B BB B B Avec un crayon, écris et termine la ligne de «B». Pistes graphiques - lettre C

Plus en détail

Système binaire. Algèbre booléenne

Système binaire. Algèbre booléenne Algèbre booléenne Système binaire Système digital qui emploie des signaux à deux valeurs uniques En général, les digits employés sont 0 et 1, qu'on appelle bits (binary digits) Avantages: on peut utiliser

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que Test n 5 (1 octobre 1 Question 1. Soit n N \ {}. Prouvez par récurrence que ( n x 1 x ( x n x (x n x n. Voir Test 5, 17 octobre 11, question. Question. (a On dit que A R n n est une matrice antisymétrique

Plus en détail

CODE DETECTEUR D'ERREUR (voir Schaum) Un des avantages des systèmes numériques (l'ordinateur, par exemple) réside dans leur grande précision. Cependant, bien que ces systèmes soient précis, des erreurs

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Les compteurs : (modulo 8,10 et 16) Les décompteurs :(modulo 8,10 et 16)

Les compteurs : (modulo 8,10 et 16) Les décompteurs :(modulo 8,10 et 16) Les compteurs : (modulo 8,10 et 16) Les décompteurs :(modulo 8,10 et 16) 1 1- Définitions Logique séquentielle : en logique combinatoire l état de sortie est une fonction déterminée par l état des entrées.

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

TD d exercices de calculs numériques.

TD d exercices de calculs numériques. TD d exercices de calculs numériques. Exercice 1. (Brevet 2008) On donne le programme de calcul suivant : Choisir un nombre. a) Multiplier ce nombre par 3 b) Ajouter le carré du nombre choisi. c) Multiplier

Plus en détail

A - PREPARATION. Fonctions logiques. TP2_Annexe FONCTION MAJORITE 2001-2002 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR. A.1. Identification de la fonction

A - PREPARATION. Fonctions logiques. TP2_Annexe FONCTION MAJORITE 2001-2002 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR. A.1. Identification de la fonction Page /5 2-22 ETUDE D'UN CIRCUIT DECODEUR STI2 A.. Identification de la fonction A - PREPARATION A... Présentation de la fonction La fonction permet d allumer une LED (Diode électroluminescente) si deux

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Automates Programmables Industriels

Automates Programmables Industriels Automates Programmables Industriels 1) Structure d un API...2 1.1 Structure matérielle...2 1.2 Mémoire programme utilisateur...2 1.3 Mémoire bit...3 1.4 Mémoire mot...4 2) Structure logicielle...4 2.1.

Plus en détail

L'algèbre de Boole (1)

L'algèbre de Boole (1) L'algèbre de Boole (1) (1) Georges BOOLE Né le 2 novembre 1815 à Lincoln, dans le Lincolnshire (Angletere), décédé le 8 décembre 1864 à Ballintemple (Ireland). Mathématicien et logicien qui créa une algèbre

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

OUVRE PORTAIL DOMOTICC. CI6 : Proposer et valider une solution de l organisation d une partie commande répondant à un cahier des charges donné.

OUVRE PORTAIL DOMOTICC. CI6 : Proposer et valider une solution de l organisation d une partie commande répondant à un cahier des charges donné. OUVRE PORTAIL DOMOTICC CI6 : Proposer et valider une solution de l organisation d une partie commande répondant à un cahier des charges donné. À l issue des TP ce Centre d Intérêt, les compétences acquises

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Exercice A : Le radiateur électrique soufflant Un radiateur électrique est constitué d une résistance R et d un ventilateur V.

Exercice A : Le radiateur électrique soufflant Un radiateur électrique est constitué d une résistance R et d un ventilateur V. ère S-Sciences de l ingénieur. Exercice A : Le radiateur électrique soufflant Un radiateur électrique est constitué d une résistance R et d un ventilateur V. - Une action sur l interrupteur A met en marche

Plus en détail

LES PREACTIONNEURS ELECTRIQUES

LES PREACTIONNEURS ELECTRIQUES CHAPITRE 1 LES PREACTIONNEURS ELECTRIQUES INTRODUCTION Les préactionneurs sont des constituants qui, sur ordre de la partie de commande, assurent la distribution de l énergie de puissance aux actionneurs.

Plus en détail

Pneumatique Schémas de principe

Pneumatique Schémas de principe Pneumatique Schémas de principe 1 Schéma de principe Commande d un vérin à simple effet Problème posé : Le piston d un vérin à simple effet doit amorcer son mouvement de sortie dès qu on actionne un bouton

Plus en détail

Logique combinatoire. Tous droits réservés www.depannezvous.com

Logique combinatoire. Tous droits réservés www.depannezvous.com Logique combinatoire Tous droits réservés www.depannezvous.com Combinatoire Lorsque l état de la sortie dépend exclusivement de l état des entrées. On appel cette logique la logique combinatoire. Exemple

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

1 Les familles logiques

1 Les familles logiques 1 Les familles logiques 1.1 Fonctions logiques câblées Avec l invention de la diode, et longtemps avant la mise au point du transistor et du circuit intégré, il fut possible de câbler directement certains

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Réseaux de Petri. E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000

Réseaux de Petri. E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000 E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000 Réseaux de Petri Documents autorisés: cours polycopié, notes de cours, examens des 2 années antérieures 1) Analyse (10 points) On

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Techniques digitales. V. Pierret. vpierret@iset-liege.be vpierret@scarlet.be

Techniques digitales. V. Pierret. vpierret@iset-liege.be vpierret@scarlet.be Techniques digitales V. Pierret vpierret@iset-liege.be vpierret@scarlet.be PREMIERE PARTIE RAPPELS L ALGEBRE DE BOOLE Les fonctions logiques de base: NON, ET, OU Les fonctions logiques de base La fonction

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Roger Armand WAKA MODJO Institut d Etudes Démographiques de l Université de Bordeaux IV. Introduction L Afrique subsaharienne reste de nos jours la sous région

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Logique séquentielle

Logique séquentielle Logique séquentielle IV.1 Logique séquentielle asynchrone et synchrone ans le chapitre précédent portant sur la logique combinatoire nous avons fait abstraction du temps : les signaux de sortie ne dépendaient

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement.

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. 1.1. Vérifications à effectuer avant toute mise en service La mise en service est une opération obligatoire imposée

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires 1 VIII- Circuits séquentiels. Mémoires Maintenant le temps va intervenir. Nous avions déjà indiqué que la traversée d une porte ne se faisait pas instantanément et qu il fallait en tenir compte, notamment

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Unité auxiliaire dans REG216/ REG316*4 pour la protection masse-rotor et masse-stator à 100%

Unité auxiliaire dans REG216/ REG316*4 pour la protection masse-rotor et masse-stator à 100% Unité auxiliaire dans REG216/ REG316*4 pour la protection masse-rotor et masse-stator à 100% Page 1 Edition: Mars 2003 Modifié depuis: Juin 2002 Modification éventuelle des caractéristiques sans préavis

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication.

Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication. Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication. Pour déposer les propositions de communication, on va sur le site aifris.eu, On clique dans la colonne de droite sur «ACCES

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

3 Fonctions logarithmiques

3 Fonctions logarithmiques Log-Cours_standard.nb 12 3 Fonctions logarithmiques Edition 2007-2008 / DELM Liens hypertextes Cours de niveau avancé (plus étoffé): http://www.deleze.name/marcel/sec2/cours/logarithmes/log-cours_avance.pdf

Plus en détail

SNC1D/SNC1P Caractéristiques de l électricité/applications de l électricité. Durée

SNC1D/SNC1P Caractéristiques de l électricité/applications de l électricité. Durée SNC1D/SNC1P Caractéristiques de l électricité/applications de l électricité Activité par les élèves Circuits en série Sujets électricité dynamique circuits en série Durée préparation : 5 min activité :

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

BURTE Julien/MONTES Olivier/ROGLIANO Théo TER :2015 ETERNITY II. Tuteur : Eric BOURREAU

BURTE Julien/MONTES Olivier/ROGLIANO Théo TER :2015 ETERNITY II. Tuteur : Eric BOURREAU BURTE Julien/MONTES Olivier/ROGLIANO Théo TER :2015 ETERNITY II Tuteur : Eric BOURREAU Eternity II est un puzzle de 256 pièces, où chaque pièce est formée de 4 couleurs et doit être assortie à sa voisine

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication.

Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication. Mode d emploi base de données AIFRIS : déposer les propositions de communication. Pour déposer les propositions de communication, on va sur le site aifris.eu, On clique dans la colonne de droite sur la

Plus en détail

BASCULES ET COMPTEURS

BASCULES ET COMPTEURS S4 LM BASULES ET OMPTEURS. BASULES Les bascules sont les opérateurs élémentaires de mémorisation. Leur état présent, déterminé par l'état des sorties, est fonction des entrées et de l'état précédent des

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY

TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY Université Sidi Mohammed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie de Fès Filière Génie Industriel et Maintenance TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY DEC Université Sidi Mohammed Ben Abdellah

Plus en détail

Électronique Numérique

Électronique Numérique Électronique Numérique Séance 6 Logique combinatoire Pr. Khalid ASSALAOU Plan Circuits logiques combinatoires de base Conception de circuits logiques combinatoires Propriété universelle du NON-ET et NON-OU

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Automatisme et automatique

Automatisme et automatique Automatisme et automatique Le document ci-dessous traite de l automatisme «recherche de défaut» présent dans les cellules tertiaires qui sont liés au schémas des liaisons à la terre IT. L objectif est

Plus en détail

Plus courts et plus longs chemins

Plus courts et plus longs chemins Plus courts et plus longs chemins Complément au chapitre 8 «Une voiture nous attend» Soit I={1,2,,n} un ensemble de tâches à ordonnancer. La durée d exécution de chaque tâche i est connue et égale à p

Plus en détail

Cours reproduit avec l autorisation de BG School. http://www.bgschool.ch

Cours reproduit avec l autorisation de BG School. http://www.bgschool.ch Année académique: 2000/2001 Enseignant : Rédha Gherbi Cours reproduit avec l autorisation de BG School http://www.bgschool.ch Dossier contient : 07 pages. Les Comptes de Régularisation : I- Introduction

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

Optimisation linéaire

Optimisation linéaire Optimisation linéaire Recherche opérationnelle GC-SIE Algorithme du simplexe Phase I 1 Introduction Algorithme du simplexe : Soit x 0 une solution de base admissible Comment déterminer x 0? Comment déterminer

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux Marcel Délèze, Collège du Sud, 630 Bulle Dans la majorité des livres scolaires, les chapitres consacrés à l'utilisation des taux font intensément

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

Introduction à la MRP

Introduction à la MRP Introduction à la MRP Deux types d approches en planification de la production : la planification des besoins en composants qui vise à établir une programmation prévisionnelle des composants; la planification

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème :

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème : Chapitre 1 Ce que dit le programme Le second degré CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Second degré Forme canonique d une fonction polynôme de degré deux. Équation du second degré, discriminant.

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Algèbre de Boole. Chapitre. 2.1 Notions théoriques

Algèbre de Boole. Chapitre. 2.1 Notions théoriques Chapitre 2 Algèbre de Boole G oerge Boole (1815-1864), mathématicien autodidacte anglais, a développé une algèbre permettant de manipuler les propositions logiques au moyen d équations mathématiques où

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

EXERCICES DE. (version 2.0 du 28.02.2010)

EXERCICES DE. (version 2.0 du 28.02.2010) EXERCICES DE THÉORIE DES JEUX (DÉCISION) (version 2.0 du 28.02.2010) EXERCICE 1. Niveau : Gymnase (lycée) Auteur : V. Isoz (isozv@hotmail.com) Mots-clés : Critères décisionnels classiques Enoncé : Un marchand

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur I. Introduction FONCTION DISTRIBUER : PREACTIONNEUR ELECTRIQUE Les préactionneurs font partie de la chaîne d'action d'un système automatisé. Les préactionneurs sont les interfaces entre la Partie Commande

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes. Smart Picking

Projet de Fin d Etudes. Smart Picking Projet de Fin d Etudes Smart Picking Mathieu BOSSENNEC IMA5 Florian CARON 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Remerciements 3 Introduction 4 I - Présentation du Contexte 5 II - Travaux Réalisés 6 1) Système

Plus en détail

ROBOT HUMANOÏDE DARWIN-OP

ROBOT HUMANOÏDE DARWIN-OP ROBOT HUMANOÏDE DARWIN-OP CI6 : Proposer et valider une solution de l organisation de la commande d un système logique ou numérique. À l issue de ce TP, les compétences acquises doivent vous permettre

Plus en détail

VII- Circuits combinatoires élémentaires

VII- Circuits combinatoires élémentaires 1 VII- Circuits combinatoires élémentaires Par circuit combinatoire, on entend que ses sorties sont des fonctions de ses entrées. Cela par opposition aux circuits séquentiels, que nous verrons plus loin,

Plus en détail

Circuits logiques séquentiels

Circuits logiques séquentiels Chapitre 6 Circuits logiques séquentiels L es circuits logiques combinatoires ne suffisent pas à eux seuls à la manipulation de l information comme cela se fait dans les systèmes numériques modernes. Le

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie Revue des Energies Renouvelables ICESD 11 Adrar (2011) 113-121 Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie R. Merahi * et R. Chenni Département d Electrotechnique,

Plus en détail