LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie"

Transcription

1 EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2006 partie D 5 TITRE : LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien avec le jury : 10 minutes GUIDE POUR LE CANDIDAT : Le dossier comporte : Document principal : 12 pages Documents complémentaires : 4 pages - Glossaire (se référant aux mots indiqués en italique dans le texte principal) - Annexe 1 : les piles et accumulateurs - Annexe 2 : Potentiels normaux d'oxydo-réduction à 25 C Travail suggéré au candidat : Le candidat pourra axer son exposé sur la dualité énergie-puissance et sur les relations énergie, puissance et évolution technologique. CONSEILS GENERAUX POUR LA PREPARATION DE L'EPREUVE : * Lisez le dossier en entier dans un temps raisonnable. * Réservez du temps pour préparer l'exposé devant le jury. - Vous pouvez écrire sur le présent dossier, le surligner, le découper mais tout sera à remettre au jury en fin d oral. - En fin de préparation, rassemblez et ordonnez soigneusement TOUS les documents (transparents, etc.) dont vous comptez vous servir pendant l oral, ainsi que le dossier, les transparents et les brouillons utilisés pendant la préparation. En entrant dans la salle d'oral, vous devez être prêts à débuter votre exposé. A la fin de l'oral, vous devez remettre au jury le présent dossier, les transparents et les brouillons utilisés pour cette partie de l'oral, ainsi que TOUS les transparents et autres documents présentés pendant votre prestation. 1

2 40 LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie A quoi servent les générateurs électrochimiques? Le générateur électrochimique (pile ou accumulateur) était la seule méthode commode de production de courant pendant la période Il fut détrôné par la machine dynamoélectrique inventée par Zénobe Gramme en Les machines tournantes ont en effet permis d obtenir des courants beaucoup plus importants à des prix bien plus faibles qu'avec les générateurs électrochimiques. Bien que plus de puissance et d'énergie puissent être obtenues en associant en série des cellules électrochimiques élémentaires pour augmenter la tension de l'ensemble ou en parallèle pour augmenter l'intensité du courant, les prix ne sont toujours pas compétitifs. Remarquons que des associations série-parallèle sont utilisées couramment depuis près d'un siècle dans la conception des "batteries" au plomb ou nickel-cadmium pour obtenir à la fois plus d'énergie et plus de puissance. L utilisation des générateurs électrochimiques avait donc été rapidement limitée à certains usages particuliers liés à quelques caractéristiques essentielles. L'autonomie Un générateur électrochimique est utile et utilisé quand la connexion au réseau est impossible ou trop onéreuse. C est le cas des systèmes mobiles, véhicules électriques par exemple, et des systèmes portatifs ou portables (téléphone). C'est surtout pour les applications mobiles ou pour des applications fixes dans un espace restreint ou ne pouvant supporter des masses importantes de batteries que l'on parle en termes d'énergie et de puissance massiques et volumiques. Le diagramme dit "de Ragone" de la figure 1 montre la relation qui existe entre énergie et puissance massiques pour plusieurs types de générateurs. Quelques lignes d'iso-vitesse et d'isoautonomie situent l'intérêt de chaque type de générateur pour la traction d'un véhicule électrique d'une tonne. Pour chaque générateur, la forme de la zone de fonctionnement exprime que plus la vitesse de croisière est élevée, plus la puissance requise est élevée et plus l'énergie sera consommée rapidement réduisant l'autonomie. Ainsi, un véhicule électrique d'une tonne, équipé de batteries de traction au plomb, roulant à 30 km/h aura une autonomie d'une centaine de kilomètres. A 60 km/h l'autonomie sera réduite à 30 km Que dire à 120 km/h! Nous observons que le moteur à combustion interne permet d'obtenir de fortes énergies, comme les piles à combustible couplées à un moteur électrique. Cette caractéristique est due au fait que le générateur est alors un système ouvert, l'alimentation en combustible permettant d'accroître l'autonomie. L'avantage essentiel des piles à combustible est la dissociation de la "fonction puissance" de la "fonction énergie" ; il est ainsi possible d'optimiser le cœur de pile pour la 2

3 Fig.1 - Diagramme de Ragone puissance, l'énergie étant apportée par la quantité de réactifs transportés dans des réservoirs appropriés. Cependant, les piles à combustible n'autorisent que de faibles puissances massiques. A contrario, les accumulateurs Ni-Cd et au plomb peuvent fournir des puissances importantes (d'où les applications au démarrage des véhicules) mais l'énergie disponible reste faible. C'est également le cas des super condensateurs à double couche électrochimique qui stockent relativement peu d énergie (0,1 à 5 Wh/kg) mais peuvent être construits très puissants (1 à 10 kw/kg) car il n y a pas de transfert d électrons, qui ajouterait une résistance de transfert aux chutes ohmiques. Ils présentent l avantage d une cyclicité théoriquement infinie. La disponibilité et la souplesse. L énergie est immédiatement disponible sans délai de mise en route, généralement en un temps inférieur à la milliseconde imposé par la self-inductance du circuit. C est une des raisons de leur utilisation comme générateurs de secours. Pour des temps de coupure plus faibles il faudra envisager de les remplacer par des générateurs à inertie. 3

4 Dans la limite de leur puissance maximum, les générateurs électrochimiques adaptent instantanément la valeur du courant à la puissance demandée. Comme pour tout générateur de courant, la puissance maximum est obtenue quand la résistance du circuit extérieur est égale à celle du générateur. A ce stade, le rendement énergétique n est plus que de 50 % et le fonctionnement du générateur est instable. Le fonctionnement normal d un générateur se situe en général à la moitié de la puissance maximale car, au-dessus les pertes sont importantes et le générateur chauffe, alors qu'au-dessous, le générateur est sur - dimensionné en puissance. Dans les piles, cette caractéristique est liée à la passivation des métaux formant l anode. La discrétion : sans pièces tournantes, ils fonctionnent sans bruit ; fermés, ils n émettent pas de polluant et généralement ne font l objet d aucun entretien ou de peu d entretien. Cette qualité n est plus conservée intacte dans les piles à combustible. Dans ce cas, en effet, le système gère des flux et adapte les flux de combustible et de comburant à l entrée à la puissance demandée tout en évacuant les produits de réaction et la chaleur produite Quels sont les paramètres qui régissent l'énergie et la puissance délivrées par un générateur électrochimique? Un générateur électrochimique est constitué d'un boîtier, de collecteurs de courant, de 2 électrodes et d'un électrolyte. Les électrodes sont généralement des électrodes composites comprenant : Le matériau actif généralement solide sous forme divisée (poudre, éponge ), qui sera transformé par oxydation ou réduction lors de la réaction électrochimique c'est-à-dire lorsque le générateur fournit du courant, de l'électrolyte, des conducteurs électroniques ( carbone, poudres ou fibres métalliques), et, des additifs divers facilitant le fonctionnement (liants par exemple). Les godets de zinc des piles Leclanché salines n'appartiennent pas à cette catégorie d'électrode, le métal étant à la fois la matière active et l'électrode La capacité d'un générateur Q est la quantité d'électricité (exprimée généralement en Ampère.heures) que peut fournir ce générateur. Elle correspond au maximum (capacité théorique) à la transformation totale de l'une des matières actives. La capacité pratique dépend de l'intensité du courant que fournit le générateur et donc de la vitesse des réactions d'électrodes L'énergie théorique (enw.h) est le produit de la tension aux bornes du générateur à courant nul et de la capacité théorique. L'énergie pratique E est directement liée à la tension aux bornes de la batterie U et à la quantité d'électricité effectivement fournie. 4

5 L'énergie est obtenue par intégration de l'expression de = U(ξ)I(ξ)dξ entre 0 et la durée T de décharge du générateur. Comme la capacité pratique, l'énergie pratique est représentative du rendement de transformation de la matière active. Remarque 1 : Les électrodes des piles à combustible ne contiennent pas de matières actives; ces dernières, le combustible et le comburant, sont amenées en continu et, hormis une panne, seul l'arrêt de l'alimentation peut limiter l'énergie fournie. Remarque 2 : Les électrodes des super condensateurs ne sont pas le siège de réaction redox. Le courant est dû à la charge du condensateur. L'énergie 0.5 C U 2, correspond à un condensateur de capacitance C La puissance (en W) : c'est le produit de la tension U(t) par l'intensité du courant I(t). La puissance maximum que peut fournir un générateur de tension U et de résistance interne R vaut U 2 /4R. En pratique, l'énergie récupérée sera d'autant plus grande que le rendement de la transformation (et donc la capacité pratique) et la tension du générateur seront importants. En ce qui concerne la puissance il faudra une tension élevée mais également une intensité élevée, c'est-à-dire des vitesses de réactions électrochimiques importantes tout au long de la décharge (et de la charge le cas échéant) la tension U(t) d'un générateur est donnée par la différence entre le potentiel de l'électrode positive et celui de l'électrode négative sous un courant d'intensité donnée, diminuée de la chute ohmique due à la résistance interne R(t) (somme des résistances de l'électrolyte, des collecteurs et des contacts). Elle dépend des activités des espèces redox aux interfaces électrodes/électrolyte selon une loi qui fait intervenir à la fois les processus de transfert d'électrons mais également la diffusion des ions, de réactions parasites (corrosion par exemple), voire la répartition du potentiel dans l'épaisseur des électrodes. Nous exprimerons cette loi sous une forme générale par : U(t) = F(I(t), (Ox 1,i ) (t), (Ox 2,i )(t), (Red 1,i )(t), (Red 2,i )(t).) - R(t).I(t) 150 où (Ox 1,i ) (t), (Ox 2,i )(t), (Red 1,i )(t), (Red 2,i )(t). sont les activités interfaciales (indice i) des espèces oxydées et réduites des 2 électrodes (indices 1 et 2). A courant nul cette expression se réduit à la différence entre les potentiels thermodynamiques des 2 électrodes qui s'expriment généralement par une loi de type Nernst. U i=0 = e 1 + RT/n 1 F Ln [(Ox 1,i=0 )/(Red 1,i=0 )] -e 2 - RT/n 2 F Ln [(Ox 2,i=0 )/(Red 2,i=0 )] 155 La différence entre U sous courant I et U à courant nul représente la "polarisabilité" de la cellule. 5

6 Les paramètres sur lesquels les fabricants de générateurs sont intervenus et interviennent encore les couples redox Plus les potentiels des 2 couples Ox 1 /Red 1 et Ox 2 /Red 2 sont éloignés, plus U est élevé (Annexe 2). Il y a cependant des limitations liées surtout à la décomposition du solvant : en milieu aqueux, par exemple, il est difficile d'obtenir des tensions dépassant 2 V à cause de la décomposition de l'eau. Il est possible de dépasser les 3V avec des électrolytes utilisant des solvants organiques et des électrodes de lithium comme anode et MnO 2 comme cathode par exemple. Il faudra chercher à réduire la corrosion et les autres réactions parasites qui existent au potentiel de fonctionnement de chacune des électrodes L'intensité du courant A un potentiel initial et des concentrations interfaciales initiales donnés, il apparaît un courant dont l'intensité est directement proportionnelle aux surfaces actives des électrodes. Si la densité de courant I/S sur chaque électrode est forte, les concentrations interfaciales des espèces dissoutes qui interviennent dans la réaction électrochimique peuvent varier de façon notable, contribuant à abaisser le potentiel. Il est donc souhaitable, pour limiter ces appauvrissements, de réduire la densité de courant (ce qui a pour effet d'augmenter U et diminuer I), de favoriser l'apport par diffusion ou migration depuis l'électrolyte libre, et d'augmenter la surface active. En effet, en réduisant la densité de courant, l'intensité du courant sera également réduite, à moins d'augmenter la surface active. L'augmentation de surface a été faite en rainurant les plaques de plomb des électrodes des accumulateurs au plomb de type Planté ou en utilisant des matériaux actifs divisés ou spongieux. Les électrodes à poudre de MnO 2 dans la pile saline par exemple, et à poudres de Zn et de MnO 2 dans les piles alcalines en sont d'excellents exemples. Mais d'autres problèmes ont surgi avec les électrodes à poudre ; elles doivent permettre la double percolation des ions et des électrons, à savoir aux électrons venant du collecteur et aux ions venant de l'électrolyte libre de participer à la réaction d'électrode et de transformer la matière active Fig. 2 - schéma de principe d'une électrode composite 6

7 195 en tout point de l'épaisseur de l'électrode (fig.2). C'est pour cette raison que des grilles, des poudres et des fibres métalliques ou du carbone ont été ajoutées pour faciliter le transport des électrons (les grains conducteurs électroniques du schéma). Les proportions de matériau actif, de conducteur électronique, d'électrolyte et éventuellement de liants dans l'électrode composite sont ajustées pour qu'à la densité de courant maximum souhaitée, en situation d'appauvrissement au voisinage de chaque grain, les espèces concernées puissent être remplacées par diffusion ou migration depuis l'électrolyte libre. Figure 3 - structure d'un accumulateur Ni/Cd cylindrique - compacte (a) et spiralée (b) Il est donc possible de réduire les polarisations de concentration en réduisant l'épaisseur de la couche avec, pour conséquence, l'accroissement de la puissance délivrée mais aussi du rendement énergétique. On utilise pour cela des cellules où les couches des matériaux actifs sont de faible épaisseur et étalées sur des collecteurs de grande surface. On obtient un film multicouches qui est enroulé en spirale et introduit dans un boîtier cylindrique comme le montre la figure 3b. Toutefois, la proportion de collecteur et de séparateur est plus importante que dans un système compact. Dans un même volume de batterie, la quantité de matière active sera plus faible réduisant l'énergie 7

8 maximum disponible. Dans ces conditions l'énergie restituée dépendra plus du rendement plus important caractéristique de la structure multicouches spiralée. La figure 3a montre une structure compacte qui optimise la quantité de matière active et donc d'énergie mais aux dépens de la surface et donc de la puissance. Dans un grand nombre de systèmes, les matériaux actifs, réactants et produits, sont solides. S'ils ne le sont pas et si des espèces dissoutes participent à la réaction, des difficultés interviennent réduisant la cyclicité. Par exemple, les godets de zinc des piles salines se dissolvent à la décharge sous forme d'ions zincates. Un tel système ne peut être rechargeable car il n'y a aucune raison pour que tous les ions retournent à l'électrode pour y être réduits à la recharge. Un électrolyte gélifié est parfois une solution mais réduit la mobilité des ions. Un autre exemple : le sulfate de plomb des accumulateurs au plomb cristallise de manière trop compacte pour permettre un bon mouillage par l'électrolyte et donc la diffusion des ions sulfate SO 2-4. BaSO 4 et PbSO 4 étant isomorphes, l'addition de sulfate de baryum facilite la formation de couches de sulfate de plomb poreuses, non passivantes. En outre BaSO 4, moins soluble que PbSO 4, offre en début de décharge, des sites de nucléation pour ce dernier La résistance interne : Elle comprend plusieurs termes dont certains sont plus facilement contrôlables. Ce sont : la résistance de l'électrolyte libre que l'on peut diminuer en en réduisant l'épaisseur (celle du séparateur), la résistance des matériaux actifs et des collecteurs, les résistances de contact entre les électrodes et les cellules, entre le collecteur et la matière active Tout cela peut être optimisé par une géométrie adaptée et des matériaux judicieusement choisis. La conductivité des électrolytes baisse en général beaucoup avec un accroissement de la température. Les générateurs qui consomment leur électrolyte voient leur puissance beaucoup diminuer avec l état de charge (pile Leclanché, batterie au plomb). Les générateurs les plus puissants fonctionnent sous des densités de courant de l ordre de 1 A/cm Un exemple d'évolution technologique : les électrodes des accumulateurs au plomb L'accumulateur au plomb : il est constitué de cellules dont la tension, qui dépend de l'état de charge, est de l'ordre de deux volts. Ces cellules peuvent être montées en série de façon à conférer à l'accumulateur une tension d'environ 6, 12, 24 V et au-delà. L'électrode positive est à base de dioxyde de plomb (PbO 2 ), l'électrode négative, à base de plomb métal. L'électrolyte est une solution aqueuse d'acide sulfurique, H 2 SO 4.La réaction bilan de l'accumulateur à la décharge est la suivante : PbO 2 +Pb + 2 SO H + 2PbSO 4 + 2H 2 O A la recharge, la réaction a lieu en sens inverse. 8

9 245 La cyclicité varie en général en raison inverse de la solubilité des masses actives, positives ou négatives. La respiration des masses actives constitue un facteur important au manque de cyclicité. La densité du plomb vaut environ 13, celle du sulfate de plomb environ 6, et celle de l oxyde de plomb environ 9. Les plaques gonflent à la décharge. Il faut éviter à la recharge que le contact électrique soit rompu entre la masse active qui diminue de volume et le collecteur Le séparateur doit également empêcher la diffusion ou le transport de matière qui provoquerait une auto décharge du générateur ou sa mise en court-circuit La fabrication des électrodes procède principalement de deux technologies : la technologie à plaques planes et la technologie tubulaire. Les structures enroulées des batteries étanches concernent des modifications d'épaisseur de plaques planes et de composition des alliages de plomb utilisés pour pouvoir réaliser mécaniquement l'enroulement La technologie dite «à plaques planes» Une électrode est un ensemble de plaques (électrodes) identiques, en parallèle selon l'intensité de courant souhaitée, rendues solidaires par une barrette, et électriquement au même potentiel. Des séparateurs interdisent le contact entre plaques de polarités opposées. Une cellule comporte les deux faisceaux de plaques qui sont installés dans un bac isolant, chimiquement inerte à l'électrolyte, fermé par un couvercle. Quand un accumulateur est constitué de plusieurs cellules en série, ce qui est le cas le plus fréquent, le bac est divisé en autant de compartiments étanches. Une plaque positive, siège d'une réduction pendant la décharge, est constituée, à l'état chargé, de dioxyde de plomb. Une plaque plane peut être élaborée selon deux technologies distinctes, qui mènent respectivement soit aux plaques «Planté», soit aux plaques «Fauré». 9

10 Les plus anciennes, les plaques Planté, sont de simples plaques de plomb dont la surface, augmentée par rainurage pour accroitre la puissance, est oxydée électrochimiquement. Leur emploi (rare) est limité au régime stationnaire (stabilité à long terme). Les premières plaques Fauré datent de Elles sont, à l'heure actuelle, constituées d'une grille en alliage de plomb qui soutient mécaniquement un solide poreux de PbO 2. La grille sous-jacente, qui joue le rôle de collecteur, est constituée de barreaux verticaux reliés par des barreaux horizontaux plus minces (figure 5). Cette géométrie ménage des fenêtres où se loge la matière active. Pour favoriser la conduction électrique, on adopte parfois une géométrie radiale (figure 6), les barreaux de plus forte section convergeant vers la languette de connection. La forme radiale a été affinée pour être utilisée dans des cellules cylindriques comme celles commercialisées par AT&T (figure 7) Figure 7 - électrode AT&T Fig. 5 grille à structure Fig. 6. grille à structure rectangulaire radiale La fabrication des plaques est, à l'exception de l'opération de formation, commune aux deux polarités. Les grilles sont garnies d'une pâte, mélange de plomb métallique et d'oxydes de plomb, convenablement broyés, d'eau et de l'acide sulfurique selon des proportions données, ainsi que des fibres de polypropylène destinées à renforcer la structure finale. Il importe néanmoins de noter la présence d'additifs, selon la polarité à venir de la plaque. L'opération suivante, dite de «mûrissage», consiste à transformer le plomb en oxyde de plomb PbO. Les plaques sont, au terme de l'opération, dans l'état «non formé» (PNF). La matière supportée par la grille est alors composée approximativement de 85% de PbO, 10% de PbSO 4 et 5% de Pb. Les plaques peuvent, telles quelles, être montées ou subir isolément l'opération de formation, niveau où intervient la différenciation. Il s'agit de transformer électrochimiquement l'oxyde de plomb PbO en dioxyde PbO 2, et pour les plaques négatives en plomb Pb. Au terme de cette opération, les plaques des deux polarités peuvent être soit utilisées directement, soit stockées moyennant certaines précautions. La réalisation de grilles performantes exige la résolution de nombreux problèmes. Leur géométrie, la nature de l'alliage dont elles sont constituées, conditionnent leur double 10

11 comportement, mécanique et électrique. La corrosion des grilles positives qui relève par contre de l'électrochimie, constitue une difficulté majeure. Enfin, le développement des batteries dites «sans entretien» impose la limitation des pertes en eau, phénomène où les grilles sont impliquées. La recherche de solutions, au moins partielles, à ces divers problèmes passe par l'élaboration d'alliages de plomb particuliers. L'addition d'étain facilite l'enrobage ultérieur tandis que celle d'antimoine, de calcium ou de sélénium conduit à des alliages mécaniquement plus résistants. A contrario, l'antimoine augmente la résistance électrique de l'alliage et accélère l'autodécharge de la cellule. Lorsqu'il demeure employé, c'est en moindres proportions qu'auparavant. Du fait de la température de fusion peu élevée du plomb (327 C), les grilles ont longtemps été élaborées par fusion et coulée. Cette façon de faire est aujourd'hui concurrencée par un procédé en continu. Une plaque d'épaisseur donnée, obtenue par laminage d'un barreau de plomb, est régulièrement fendue, de façon à se transformer par étirage en métal déployé. Ce procédé favorise l'obtention d'une structure métallographique fine où la corrosion se développe de façon homogène. Il existe enfin des grilles allégées, réalisées à partir d'un matériau composite plomb-plastique. La fonction mécanique de la grille est assurée par le matériau non métallique de type polymère et la fonction de conducteur électrique par l'alliage de plomb. La conductivité moyenne de ce milieu hétérogène a diminué puisqu'une part de l'alliage de plomb est remplacée par un matériau isolant. Aussi adopte-t-on dans les fabrications récentes la géométrie radiale (figure 9), les conducteurs électriques étant coulés dans un cadre de plastique rigide Technologie dite «à plaques tubulaires. En Europe, et un peu moins aux USA, une grande partie des électrodes positives pour les applications de forte puissance procède d' une technologie tubulaire. Un tube comporte une tige centrale de plomb, à la fois support de la matière active et collecteur de courant. Cette «épine» est noyée dans la matière active et l'ensemble est consolidé par une enveloppe extérieure en étoffe, fibre de verre ou plastique micro poreux. Fig. 8 - électrode positive tubulaire 11

12 Une plaque tubulaire est un ensemble de tubes alignés, rendus solidaires par un connecteur en plomb (figure 8 ). L'opération dite «de pickling». consiste à plonger les épines dans de l'acide sulfurique, afin de favoriser l'adhérence de la matière active. Cette dernière est contenue dans un étui séparateur poreux, chimiquement inerte et mécaniquement capable de résister à l'augmentation de volume associée au processus. Un séparateur est généralement constitué de fibres polyester non tissées, imprégnées de résine acrylique ou d'un tissu de polypropylène non imprégné. La matière active est introduite entre le séparateur et l'épine, sous forme d'une pâte identique à celle utilisée dans le cas des plaques planes, ou d'une poudre. Cette dernière, mélange d'oxyde de plomb PbO et de minium Pb 3 O 4, améliore les performances initiales de l'accumulateur. Les plaques tubulaires, une fois montées, sont trempées dans de l'acide sulfurique pour permettre le mûrissage. Cette opération et celle de formation qui lui succède sont comparables à celles effectuées dans le cas des plaques planes. De telles plaques sont robustes, peu susceptibles de se désagréger et donc de voir l'énergie 2- maximum disponible diminuer au cours des cycles. La diffusion des ions SO 4 et H + depuis l'électrolyte se produit radialement donnant lieu à un plus faible appauvrissement que la diffusion linéaire. Contrairement aux accumulateurs Ni/Cd, les accumulateurs au plomb ne supportent pas les décharges importantes (dites profondes). La technologie tubulaire permet d'effectuer des décharges plus profondes qu'il ne peut être réalisé avec des électrodes planes. Elles sont réservées aux batteries industrielles (traction lourde, manutention, applications stationnaires...) associées à des électrodes négatives planes. La pâte des plaques négatives de type Fauré, réduite lors de l'opération de formation, se transforme en une structure spongieuse de plomb métallique. Les cristaux de plomb, initialement longs et étroits, évoluent, en cyclage profond et sous régime élevé, en amas beaucoup plus importants, susceptibles d'être passivés par une couche de sulfate de plomb. On rend cette recristallisation énergétiquement plus difficile en introduisant, dans la pâte initiale, des matériaux appelés expandeurs (Vanisperse, Induline ) à base de lignosulfonate qui est un résidu du bois. Ils agissent comme un dispersant de la matière active dont ils peuvent multiplier par deux la surface réactionnelle. Du noir de fumée est également ajouté pour favorise la conduction électrique au sein de la matière active et permet de distinguer, à l'état non formé, les plaques positives des plaques négatives. Enfin les constructeurs usent d'autres additifs comme BaSO 4 dont nous avons déjà parlé et le stéarate de zinc. Ce dernier protège de l'oxydation la matière active négative des plaques chargées sèches. 12

13 Conclusion L'évolution technologique des générateurs électrochimiques a permis en 2 siècles une augmentation importante de l'énergie et de la puissance qu'ils peuvent fournir permettant des applications dans différents domaines de la vie économique, notamment dans les applications nomades : de l'électronique portable aux transports lourds ou légers. Suivant l'application considérée, les accumulateurs, la pile à combustible et les super condensateurs sont plus ou moins bien adaptés et le choix, ainsi que leur association doivent être effectués en fonction des objectifs qui doivent être privilégiés pour chacune de ces applications. En tout état de cause, les systèmes électrochimiques présentent la propriété remarquable de pouvoir transformer de l énergie chimique en énergie électrique et réciproquement et ceci dans des conditions voisines de la réversibilité thermodynamique, sans émission de polluant, sans nuisances sonores et avec très peu de maintenance. Leur coût, relativement élevé, limite encore leur utilisation à certaines applications. Fin du document principal 13

14 390 Glossaire Batterie : l'appellation "batterie" a été donnée par analogie des associations d'accumulateurs avec les groupements des canons dans l'artillerie. 395 Capacitance d'un condensateur : la plupart des manuels français emploient le terme «capacité» au lieu de «capacitance», ce dernier terme étant plutôt employé dans les manuels américains. Cependant, nous utilisons ici le terme capacitance pour caractériser l'effet capacitif afin d'éviter toute confusion avec la capacité d'une batterie, qui est une quantité d'électricité (ou charge) Cyclicité ou cyclabilité" : capacité pour un accumulateur de subir un certain nombre de cycles charge/décharge 400 Percolation : ici continuité de l'électrolyte dans l'électrode (conduction ionique) ou de conducteur électronique par contact entre le matériau actif et des grains conducteurs électronique. 405 Polarisation : différence entre le potentiel d'une électrode sous courant et le potentiel à courant nul. La surtension en est un cas particulier si le potentiel à courant nul est le potentiel d'équilibre Respiration des masses actives : Ce terme est utilisé par analogie avec la respiration humaine pour représenter la succession de gonflement et de dégonflement des masses active au cours des cycles de charge et de décharge

15 Annexe 1 - les piles et les accumulateurs Un générateur électrochimique (pile ou accumulateur) est une cellule électrochimique constituée de deux électrodes et d'un électrolyte. Lorsque le générateur est connecté à un récepteur ( lampe, moteur, etc ), l'électrode positive, la cathode (celle qui a le potentiel le plus élevé) est le siège d'une réduction. A l'électrode négative, l'anode, se produit une oxydation. Le générateur fournit de l'énergie et se décharge. Il y a conversion d'énergie chimique en énergie électrique La variation d'enthalpie libre de la réaction bilan est reliée à la f.e.m.(e) par la loi : ΔG = - nfe où F la constante de Faraday (96498 Coulombs/mole) et n le nombre d'électrons échangés. 420 Fonctionnement d'une cellule électrochimique en générateur (décharge) Fonctionnement d'une cellule électrochimique en récepteur (recharge) 425 Si la réaction bilan qui se produit dans le générateur est réversible, il est possible de le recharger. On le fait fonctionner en récepteur en le connectant à un autre générateur d'électricité. Les piles sont des générateurs non rechargeables et les accumulateurs des générateurs rechargeables. Dans ce dernier cas, en plus de la conversion d'énergie chimique en énergie électrique à la décharge, il y a possibilité de stocker de l'énergie électrique sous forme chimique par recharge. La liste des principaux générateurs électrochimiques est donnée ci-dessous : Accumulateur au plomb (2,1 V) : Electrodes : Pb et PbO 2 Electrolyte : H 2 SO 4 Réactions en décharge : Pb + SO 2-4 PbSO 4 (solide) + 2 e - PbO e - + SO H + PbSO 4 (solide) + 2 H 2 O Accumulateur Nickel-Cadmium (1,35 V) Electrodes : Cd et NiOOH Electrolyte : potasse concentrée Réactions en décharge : Cd + 2OH - Cd(OH) 2 (solide) + 2 e - NiOOH (solide) + e - + H 2 O Ni(OH) 2 (solide) + OH - 15

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Pierre Louis Taberna Chargé de recherche au CNRS CIRIMAT CIRIMAT CIRIMAT Centre Interuniversitaire de Recherche et

Plus en détail

Technologie des batteries

Technologie des batteries Page 1 sur 5 Contact Qui sommes nous Liens Solutions FAQ Nos produits Site conseil > Stockage énergie > Batterie > Technologie Energie&Informatique Votre compte Votre panier Commander Informatique embarquée

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Batteries Tout l art de stocker l énergie

Batteries Tout l art de stocker l énergie Laboratoire d Electrochimie Industrielle CNAM Paris Batteries Tout l art de stocker l énergie Jean-François Fauvarque, professeur émérite jean-francois.fauvarque@cnam.fr Présentation Constitution Comparaison

Plus en détail

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE)

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) C 2 maîtrisé Carburants diversifiés Véhicules économes Raffinage propre Réserves prolongées Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) Recherche de nouveaux électrolytes Dane

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Tout l art de stocker l énergie

Tout l art de stocker l énergie Laboratoire d Electrochimie Industrielle CNAM Paris Batteries Tout l art de stocker l énergie Jean-François Fauvarque, professeur émérite jean-francois.fauvarque@cnam.fr Laboratoire d Electrochimie Industrielle

Plus en détail

Production et stockage électrochimiques de l énergie électrique. Par J. F. Fauvarque. Historique

Production et stockage électrochimiques de l énergie électrique. Par J. F. Fauvarque. Historique Production et stockage électrochimiques de l énergie électrique Par J. F. Fauvarque Historique Est-il besoin de rappeler que le générateur électrochimique fut la seule méthode commode de production de

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

Transfert d énergie : piles et accumulateurs

Transfert d énergie : piles et accumulateurs Chapitre 11 Transfert d énergie : piles et accumulateurs Découvrir Activité documentaire n 1 Quelles énergies pour les véhicules électriques de demain? 1. Un véhicule hybride utilise deux sources d énergie

Plus en détail

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON Piles et accumulateurs électrique histoire 1799, 1 er pile : Volta Alessandro empilement d éléments composés successivement d une lame de zinc, d une lame de feutre imbibée d eau vinaigrée et d une lame

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

PILES ELECTRIQUES : PRESENTATION GENERALE

PILES ELECTRIQUES : PRESENTATION GENERALE PILES ELECTRIQUES : PRESENTATION GENERALE 1. INTRODUCTION La pile est un générateur non rechargeable permettant de produire de l énergie électrique à partir des réactions mettant en jeu des espèces chimiques

Plus en détail

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Pré requis : Réactions d oxydoréduction pour des couples ions métalliques / métal

Plus en détail

Réactions d' oxydoréduction. Chimie 12

Réactions d' oxydoréduction. Chimie 12 Réactions d' oxydoréduction Chimie 12 Définitions Une oxydation est une réaction au cours de laquelle un élément perd des électrons. Oxydation du Cuivre : Cu Cu 2+ + 2 e - Une réduction est une réaction

Plus en détail

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant 5 Programme du chapitre 1. Quelle est la différence entre une pile et un accumulateur? Pourquoi éteindre ses phares quand le moteur est arrêté? Capacités Connaissances Exemples d activités Réaliser une

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La batterie et son principe de fonctionnement

La batterie et son principe de fonctionnement La batterie et son principe de fonctionnement Une batterie est constituée de plomb (électrode négative), oxyde de plomb (électrode positive) et acide sulfurique (électrolyte), comme indiqué sur la figure

Plus en détail

Piles électrochimiques

Piles électrochimiques Piles électrochimiques I. Définitions et structure d une pile 1. Généralités Au cours d'une réaction d'oxydo-réduction, il y a échange d'électrons entre deux couples. Cette échange peut se faire directement

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 30/11/009 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS PILES AU LITHIUM M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be INTRODUCTION. Lithium = le potentiel le plus négatif et la plus forte capacité massique des matériaux

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

GAMME BOOSTERS. Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE

GAMME BOOSTERS. Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE GAMME BOOSTERS Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE Nos Boosters GYS conçoit et fabrique une gamme complète de Boosters qui couvre les besoins du particulier au plus exigeant des professionnels. Voici nos

Plus en détail

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Chapitre 7 : Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph

Plus en détail

Lycée La Martinière Monplaisir REV01 Correction Solutions aqueuses 1 / 16 REV01 CORRECTION SOLUTIONS AQUEUSES

Lycée La Martinière Monplaisir REV01 Correction Solutions aqueuses 1 / 16 REV01 CORRECTION SOLUTIONS AQUEUSES REV01 Correction Solutions aqueuses 1 / 16 REV01 CORRECTION SOLUTIONS AQUEUSES Correction Exercice n 1: Piles à combustible à méthanol direct (ENSTIM 2008) 1. couple CO 2(g) / CH 3 OH CO 2(g) + 6 H + +

Plus en détail

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL COURBES NTENSTÉ-POTENTEL -Courbes intensité-potentiel 1) Notion de cinétique des réactions rédox en solution a) introduction Les diagrammes E-pH étudiés précédemment permettent une étude thermodynamique

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. assistance variable GUIDE POUR LE CANDIDAT :

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. assistance variable GUIDE POUR LE CANDIDAT : ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Stabilité directionnelle des véhicules : direction assistée à assistance variable Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le

Plus en détail

Evolutions des batteries : applications et perspectives

Evolutions des batteries : applications et perspectives Stockage d énergie électrique : quels nouveaux concepts? pour quelles applications? Evolutions des batteries : applications et perspectives Anne de GUIBERT Directeur de la recherche anne.de-guibert@saft.alcatel.fr

Plus en détail

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque La voiture électrique Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque I) Introduction II) Composition et Fonctionnement d une voiture électrique III) Gros plan sur les Batteries IV) Conclusion

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES

LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES Epreuve de TIPE 2004 partie D Epreuve commune de TIPE 5 TITRE : LE RECYCLAGE DES PILES ET ACCUMULATEURS USAGES 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien

Plus en détail

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1 Commercialisée pour la première fois par Sony Energitech en 1991, la batterie lithium-ion occupe aujourd'hui une place prédominante sur le marché de l'électronique portable. Ses principaux avantages sont

Plus en détail

PILES ET ACCUMULATEURS. I Les générateurs électrochimiques II Oxydoréduction III Systèmes électrochimiques

PILES ET ACCUMULATEURS. I Les générateurs électrochimiques II Oxydoréduction III Systèmes électrochimiques PILES ET ACCUMULATEURS I Les générateurs électrochimiques II Oxydoréduction III Systèmes électrochimiques I piles et générateurs électrochimiques a- Les différentes piles et accumulateurs existants. Les

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

BATTERIE D'UN VÉHICULE

BATTERIE D'UN VÉHICULE BATTERIE D'UN VÉHICULE Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Réaliser un circuit électrique d'après un schéma donné. Mesurer une tension électrique, une intensité électrique

Plus en détail

Concours externe à dominante scientifique

Concours externe à dominante scientifique CONCOURS DE CONTRÔLEUR DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES DES 10 ET 11 MARS 2009 Concours externe à dominante scientifique ÉPREUVE N 3 : à options durée 3 heures - coefficient

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Matériaux 3 : Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Conseils et Erreurs trop fréquentes Attention au signe d une surtension : elle est positive pour une oxydation (sur

Plus en détail

Chapitre n 8 L E S P I L E S

Chapitre n 8 L E S P I L E S Chapitre n 8 L E S P I L E S T ale S I- Présentation 1 )Transferts d électrons a) Transfert spontané direct Lorsque les espèces chimiques participant à une réaction d oxydo-réduction en solution aqueuse

Plus en détail

Entretient des cosses de batterie Charge correcte Méthodes de chargement

Entretient des cosses de batterie Charge correcte Méthodes de chargement INTRODUCTION La batterie d'acide au plomb est un dispositif servant à convertir et stocker l'énergie électrique sous forme chimique et com me le nom l'indique les matériaux de base sont le plomb et l'acide

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

Activité documentaire : piles et accumulateurs électrochimiques.

Activité documentaire : piles et accumulateurs électrochimiques. Activité documentaire : piles et accumulateurs électrochimiques. Objectif : décrire une pile à l échelle microscopique en termes de transformations chimiques. Document 1 : à la source des piles modernes,

Plus en détail

ALIMENTATION EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

ALIMENTATION EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE Page 1 ALMENTATON EN ÉNERGE ÉLECTRQUE / NTRODUCTON Tout système pluritechnique nécessite une fonction ALMENTER pour produire une action. L'énergie d'entrée peut être de nature différente selon : -sa situation

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Développements au CEA-LITEN 4 marchés principaux adressés CEA-LITEN 900 p. 400 brevets (+160 in 2010) Automobile

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Nanomatériaux pour le stockage d énergie. Apport dans le domaine des batteries

Nanomatériaux pour le stockage d énergie. Apport dans le domaine des batteries Nanomatériaux pour le stockage d énergie Apport dans le domaine des batteries Batteries : architecture et fonctionnement Electrodes + / - : Matière active: matière active oxydante / réductrice poudre pour

Plus en détail

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon Analyse fonctionnelle de la voiture électrique sans permis I-] Les différents types de tractions et

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

Le Circuit électrique

Le Circuit électrique Le Circuit électrique Le Circuit électrique Le Circuit électrique Le Circuit électrique Le coupe batterie : Localisation : Ou est situé le coupe batterie sur un véhicule lourd de transport de marchandises?

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Tester ses connaissances. Apprendre à résoudre. 1. Expression et calcul de la capacité en A h. 2. Énergie totale fournie. 3.

Tester ses connaissances. Apprendre à résoudre. 1. Expression et calcul de la capacité en A h. 2. Énergie totale fournie. 3. LIVRE CHAPITRE 9 COMMENT FONCTIONNENT LES PILES ET ACCUMULATEURS? PAGE 131 à 134 Tester ses connaissances 1 : A et C. 2 : A et B. 3 : C. 4 : A et B. 5 : B et C. 6 : B. 7 : B. 8 : A et B. Les piles : Apprendre

Plus en détail

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE.

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE. UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES I. NIVEAU ET REFERENCE AU PROGRAMME. Ce document peut être utilisé en classe de terminale scientifique en complément de la partie du programme (partie C de chimie)

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Industrielles pour l Ingénieur Centre d Intérêt 5 : ALIMENTER en énergie CHARIOT DE GOLF : Autonomie de la batterie Comment garantir une autonomie pour 1 parcours complet? COURS TP série 4 TD

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE

Université P. et M. Curie Année 2000/2001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 2001 EXAMEN DE CHIMIE 2 CORRIGE Université P. et M. Curie Année 000/001 DEUG Sciences de la Matière Session de septembre 001 EXAMEN DE CHIMIE CORRIGE Durée de l épreuve : 3 heures Les calculatrices ne sont pas autorisées Données : (les

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Quantité d'électricité

Quantité d'électricité Quantité d'électricité xercices d'application : un courant de durée mn a permis le passage de 70 C. Quelle est son intensité? un courant de, traverse un circuit pendant mn. Quelle quantité d'électricité

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D. Changements et réglages des outils de coupe GUIDE POUR LE CANDIDAT :

ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D. Changements et réglages des outils de coupe GUIDE POUR LE CANDIDAT : S317' ÉPREUVE'COMMUNE'DE'TIPE'2014''3'Partie'D TITRE : Changements et réglages des outils de coupe Temps de préparation : Temps de présentation devant le jury : Entretien avec le jury : 2 h 15 minutes

Plus en détail

Etude d un véhicule électrique

Etude d un véhicule électrique Etude d un véhicule électrique Sa masse M est de 1,4 tonne. Sa vitesse maximale Vmax = 150 km/h. Autonomie : 250 km à 90 km/h. Batteries Lithium-ion. Les deux roues avant sont motrices. Le diamètre D d

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME 1 Plan de la présentation Les véhicules électriques (VE) et leurs batteries : problématique. Technologie

Plus en détail

Chapitre II: La solubilité.

Chapitre II: La solubilité. Chapitre II: La solubilité. 1. Aspect qualitatif de la solubilité: 1.1 Notion de solubilité-saturation: Pour tout soluté mis en solution dans un volume défini de solvant, il existe à une température donnée

Plus en détail

Véhicule Electrique Electrique 1/5

Véhicule Electrique Electrique 1/5 Véhicule Electrique Electrique 1/5 I Limite de l étude ElectricPowered Vehicle 1 2 3 4 Electrique 2/5 II Principe de fonctionnement Batteries Haute Tension Régulateur Variateur Convertisseur Onduleur Moteur

Plus en détail

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive Informations sur la smart fortwo electric drive Faits : La smart fortwo electric drive utilise-t-elle le freinage par récupération pour recharger la batterie? Quand le conducteur touche pour la première

Plus en détail

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi 7 STOCKER L ÉNERGIE POUR COMMUNIQUER Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi les micro-implants biomédicaux, les réseaux de capteurs intelligents pour recueillir et transmettre

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Batteries. Choix judicieux, résultats performants

Batteries. Choix judicieux, résultats performants Batteries Choix judicieux, résultats performants Batteries pour tous les défi s, besoins et budgets Sans danger - pas de dégazement Sans entretien Facile à installer Puissance constante Mastervolt vous

Plus en détail

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1

a) les barreaux constituent deux résistances en série : =3,5Ω. =1,4Ω ; R 2 =ρ l 2 S 2 R 1 =ρ l 1 S 1 Questions de type examen sur la matière d'électricité PHYS-F-104 BA1 biologie, géographie, géologie et pharmacie, année 2014-2015 P.Vanlaer 1. Une pile qui fournit une tension continue de 2,2 V est raccordée

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

Exemple : La capacité de la batterie est de 5000 mah, et la capacité nominale est 3145 mah, un iphone4 (1420 mah) peut être chargé environ deux fois.

Exemple : La capacité de la batterie est de 5000 mah, et la capacité nominale est 3145 mah, un iphone4 (1420 mah) peut être chargé environ deux fois. 1. Quelles sont les différences entre les capacités réelles et nominales de la banque d'alimentation? A. Différences: La capacité réelle de la banque d'alimentation est la même que celle de sa batterie.

Plus en détail

Oxydo-réduction et corrosion

Oxydo-réduction et corrosion Chapitre 7 Sciences Physiques - BTS Oxydo-réduction et corrosion 1. Réactions d oxydo-réductions. 1.1. Les couleurs des solutions. Les solutions contenant des ions cuivriques Cu 2+ sont bleu turquoise.

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution. Les applications industrielles de mesure de conductivité sont nombreuses.

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie.

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. U.E. LC102 Année 2008-09 2 nd Semestre Première session Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. Exercice

Plus en détail

DST de sciences physiques

DST de sciences physiques Terminales S DST de sciences physiques (5 pages) Exercice n 1 (7 points) Acide et base faible Toutes les solutions aqueuses sont à 25 C. 1. On dispose d'une solution S a d'acide éthanoïque CH 3 COOH de

Plus en détail

DE LA PILE DE BAGDAD A LA PILE A COMBUSTIBLE. Intervenant : Madame Elodie Pahon

DE LA PILE DE BAGDAD A LA PILE A COMBUSTIBLE. Intervenant : Madame Elodie Pahon DE LA PILE DE BAGDAD A LA PILE A COMBUSTIBLE Intervenant : Madame Elodie Pahon Ingénieure au FC-LAB Professeurs : Madame Chloé Baros Madame Agnès Filleul Monsieur le chef d établissement, Monsieur Philippe

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail